Version classiqueVersion mobile

Sciences et décision

 | 
Daniel Andler

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1Delphine Blitman

2Le débat sur l’objet de la linguistique a été ouvert par Chomsky ⁚ cette discipline étudie la faculté de langage dans l’esprit/cerveau du locuteur. Ce débat est un bon exemple de discussion méthodologique dans laquelle l’enjeu n’est pas de décider entre des théories rivales, mais de s’entendre sur la définition d’un domaine disciplinaire. La grammaire qu’élabore le linguiste décrit-elle une réalité psychologique ou non ? Quelles décisions faut-il prendre quant à la nature du langage et de la manière dont il faut l’étudier ? Ceux, qui comme Quine, s’opposent à l’approche de Chomsky considèrent qu’il existe, pour un langage donné, plusieurs grammaires extensionnellement équivalentes. Ils semblent ainsi se rallier à une certaine forme d’instrumentalisme. Les « réalistes » comme Chomsky se fondent sur des critères épistémologiques généraux. L’article propose une analyse des arguments avancés dans ce débat, dans le but de clarifier les problèmes épistémologiques qu’il soulève, et d’offrir une manière de les résoudre.

3 The debate about the object of linguistics was initiated by Chomsky: for him, linguistics is the study of the language faculty in the speaker’s mind/brain. This debate is a good example of a methodological discussion in which what is at stake is not to decide between rival theories, but about the deffnition of a disciplinary ffeld. Does the grammar elaborated by the linguist describe a psychological reality or not? What decisions are to be taken concerning the nature of language and the way it should be studied? The opponents to Chomsky’s approach such as Quine claim that several extensionally equivalent grammars exist for one language. Their position seems to be committed to a kind of instrumentalism. To the contrary, the “realists” such as Chomsky refer to general epistemological criteria. The paper aims at providing an analysis of the arguments proposed in this debate, in order to clarify the epistemological problems they involve and to propose a way to solve them.

4Mikaël Cozic & Brian Hill

5La théorie de la décision contemporaine attache une importance cruciale aux théorèmes de représentation, des résultats mathématiques qui mettent en relation des critères d’évaluation des options entre lesquelles le choix se fait (comme le critère d’espérance d’utilité) et des axiomes portant sur les préférences du décideur (comme la propriété de transitivité). Différents rôles peuvent être assignés à ces résultats. Le but de cet article est d’examiner l’ambition sémantique qui leur est souvent associée, selon laquelle les théorèmes de représentation permettent de définir les concepts décisionnels mobilisés par les critères d’évaluation (comme l’utilité et la probabilité subjective pour le critère d’espérance d’utilité). Nous nous proposons d’examiner cette idée du point de vue des théories philosophiques de la signification des termes théoriques.

6 In contemporary decision theory, representation theorems are of crucial importance. These are mathematical results that relate, on the one hand, criteria for evaluating the various options open to the decision-maker, and on the other, axioms (such as transitivity) bearing on her preferences. Such results can be given several roles. The goal of the paper is to examine the semantic ambition that they are often thought to carry: that of deffning the decision-theoretic concepts involved in the criteria – such as utility and subjective probability for the expected utility criterion. The issue is examined in the light of the philosophical theories regarding the meaning of theoretical terms.

7Isabelle Drouet

8La théorie causale de la décision se distingue de la théorie de la décision habituelle par le recours à des probabilités causales, en lieu et place des probabilités conditionnelles usuelles, c’est-à-dire bayésiennes. La pluralité des théories philosophiques de la causalité pose la question de savoir si ces probabilités causales, censées mesurer l’influence causale, dépendent du choix d’une théorie de la causalité. Dans un article de 2010, James Joyce répond négativement à cette question et soutient que les probabilités causales prennent les mêmes valeurs pour les différentes théories de la causalité existantes. Dans ce chapitre, je commence par montrer que l’argument de Joyce présuppose qu’il existe une correspondance bi-univoque entre les théories philosophiques de la causalité et les outils d’analyse causale. Je soutiens ensuite qu’une telle correspondance n’existe pas et que, en conséquence, la définition même des probabilités causales ne dépend pas du choix d’une théorie de la causalité.

9 Causal decision theory differs from standard decision theory in that it uses causal probabilities instead of the usual, Bayesian conditional probabilities. The plurality of philosophical theories of causality raises the question whether causal probabilities, which are meant to measure causal influence, depend on the choice of one theory of causality. In a 2010 paper, James Joyce defended a negative answer to this question and argued that causal probabilities take the same values under the various existing theories of causality. In the present paper, it is ffrst shown that Joyce relies on the unquestioned assumption that there exists a bi-univocal correspondence between philosophical theories of causality and tools for causal analysis. It is then argued that no such correspondence exists and that, consequently, the very deffnition of causal probabilities does not depend on the choice of one theory of causality.

10Aurélien Liarte

11L’article examine la manière dont les émotions et les liens personnels influencent les décisions judiciaires. Tant l’étude des pratiques des tribunaux que les expériences menées sur des faux jurys montrent que les juges, qu’ils soient ou non professionnels, sont influencés par des sentiments personnels et par le contexte social. Cependant l’article suggère que cette rationalité émotive donne peut-être une indication sur le sens profond de la justice, qui serait l’expression d’une certaine vérité sociale.

12 This article aims to analyse how emotions and personal relationship influence judicial decisions. Studies of court practices and experiments with mock juries emphasize how both professional and non-professional judges are influenced by personal feelings and social environment. However, this review argues also that this emotional rationality may point to the real meaning of justice, which is an expression of social truth.

13James W. Mcallister

14Dans cet article, je pose la question de savoir comment les dilemmes méthodologiques dans la science se produisent et sont résolus. Les dilemmes sont des conflits d’obligations ⁚ un agent pris dans un dilemme est soumis à deux ou plusieurs exigences qui ne peuvent être conciliées dans le système de préceptes accepté. Les dilemmes méthodologiques se produisent dans la science parce que le système de valeurs épistémiques ne forme pas une structure axiomatique parfaite dérivée d’un seul but. Au lieu de cela, les scientifiques reconnaissent une variété de valeurs épistémiques distinctes, comme l’exactitude prédictive, la cohérence, la simplicité, l’intelligibilité, l’acceptabilité métaphysique et le mérite esthétique. Lorsque des valeurs différentes tirent dans des directions différentes, un dilemme méthodologique se produit. Comment les dilemmes méthodologiques sont-ils résolus ? Par définition, un vrai dilemme ne peut être résolu d’une manière algorithmique dans le système de préceptes qui lui a donné naissance ⁚ au lieu de cela, l’agent doit sortir du système de préceptes. Il y a de fortes raisons de penser que le jugement émotionnel joue un rôle important dans la résolution de dilemmes dans le domaine moral, et je soutiens que les réponses émotionnelles des scientifiques jouent un rôle similaire dans la résolution de dilemmes méthodologiques dans la science. Cette conclusion, cependant, laisse ouverte la question de savoir si et dans quelles conditions les résolutions de dilemmes méthodologiques dans la science sur la base de jugements émotionnels sont rationnellement justifiées. Je décris deux mécanismes possibles, s’appuyant sur la cohérence et sur l’induction, en vertu desquelles le recours au jugement émotionnel dans ces cas pourrait être rationnellement justifié.

15 In this paper I ask how methodological dilemmas in science arise and are resolved. A dilemma is a conflict of obligations: an agent is caught in a dilemma whenever she is bound to two or more demands that cannot be simultaneously satisffed within the framework of accepted precepts. Methodological dilemmas arise in science because the system of epistemic values does not constitute a perfect axiomatic system subserving a single goal. Scientists admit a variety of distinct epistemic values such as predictive accuracy, consistency, intelligibility, metaphysical acceptability and esthetic merit. When different values pull in opposite directions, a methodological dilemma arises. How are such dilemmas resolved? A genuine dilemma by deffnition resists any algorithmic solution within the framework of accepted precepts in which it arises: the agent must instead break away from that system. The are strong reasons to think that emotional judgment plays an important role in the resolution of ethical dilemmas, and I claim that the emotional responses of scientists play a similar role in the resolution of methodological dilemmas in science. This conclusion however leaves unanswered the question whether and under what conditions such resolutions are rationally justiffed. I describe two possible mechanisms, one based on consistency and the other on induction, in virtue of which reliance on emotional judgement could be rationally justiffed.

16Philippe Mongin

17L’article compare philosophiquement la théorie mathématique de la décision individuelle, d’une part, et la conception psychologique ordinaire de l’action, du désir et de la croyance, d’autre part. Il délimite plus strictement son objet en étudiant, sous cet angle comparatif, le système de Savage et son concept technique de probabilité subjective, rapporté, comme celui de Ramsey, au modèle élémentaire du pari. L’examen est scandé par trois thèses philosophiques ⁚ (i) la théorie de la décision n’est que la psychologie commune mise en langage formel (Lewis), (ii) la première améliore substantiellement la seconde, mais ne s’affranchit pas des limites caractéristiques de celle-ci, en particulier de son inaptitude à séparer empiriquement le désir et la croyance (Davidson), (iii) la première améliore substantiellement la seconde, et par les innovations qu’elle comporte, s’affranchit de certaines de ses limitations. On s’est donné pour but d’établir la thèse (iii) à la fois contre la thèse trop simple (i) et contre la thèse subtile (ii).

18 The paper develops a philosophical comparison of the mathematical theory of individual decision, on the one hand, and the ordinary psychological conception of action, desire and belief, on the other. It focuses on the issue by studying in this comparative perspective Savage’s system together with its technical concept of subjective probability based, like Ramsey’s, on the elementary model of betting. Three philosophical theses are brought forward: (i) Decision theory is nothing over and above folk psychology dressed in formal garb (Lewis); (ii) The former is a substantial improvement over the latter, yet remains subject to its characteristic limitations, in particular it cannot empirically pull apart desire from belief; (iii) The former is a substantial improvement over the latter, and due to its conceptual innovations it breaks free from some of its limitations. The goal is to establish Thesis (iii), as against Thesis (i), which is too simple, and Thesis (ii), which is too subtle.

19Haris Shekeris

20Le point de départ de cet essai est un effet sociologique bien connu dans la vie courante, l’enchantement que la distance confère à l’objet ⁚ à mesure que le lieu de production d’un phénomène s’éloigne dans le temps ou dans l’espace social, les perceptions qu’on en a deviennent toujours plus « enchantées », nous sommes toujours plus sûrs des jugements que nous formons à son égard. La thèse que je défends est que cet effet s’exerce également dans les sciences, comme l’a proposé Harry Collins, le sociologue du savoir scientifique (1985). Je critique, après l’avoir exposée, la manière dont Collins rend compte de la clôture des controverses. ⁚ elle ne rend pas compte des décisions prises dans les sciences, ni celles fondées sur les sciences. Collins, selon moi, et c’est le point central de ma critique, n’est pas assez radical ⁚ il ne peut pas rendre compte de la manière dont des groupes qui restent à distance de la matière d’une controverse scientifique peuvent souvent affecter le contenu du savoir produit. Après avoir critiqué Collins, je passe à une analyse du phénomène du point de vue de l’épistémologie communautaire au sens de Kusch (2002). Les deux thèses principales de sa théorie sont que le terme « savoir » et apparentés désignent un statut social, et que le savoir est le plus souvent une propriété de groupes et non d’individus. De plus, le statut social du « connaissant » consiste en certains droits et engagements qu’il a vis-à-vis de la proposition connue. Je décris ces droits et engagements tels que Colllins les attribue aux différents groupes de sa typologie, pour finalement revenir au phénomène de l’enchantement par la distance dont je rends compte en m’appuyant sur l’épistémologie communautaire.

21 The starting point of this essay is the every-day life sociological phenomenon of “distance lending enchantment”, which is the phenomenon where as one gets further away from the site of the production of a phenomenon, either in time or through social space, the more ’enchanted’ their perceptions of it are, and the more certain they are in their judgements regarding it. I will defend the thesis that this phenomenon takes place within science as well, following the sociologist of scientiffc knowledge Harry Collins (1985). I will describe the closure of scientiffc controversies according to Collins, before criticising his view, on the grounds that it fails to account for decisions either in or based on science. The main thrust of my critique of Collins will be that his analysis is not radical enough, in the sense that he cannot account for how groups outside of, and more distant from the “substance” of a scientiffc controversy may in many cases affect the content of the knowledge produced. Having criticised Collins, I will move towards an analysis of the phenomenon from the perspective of communitarian epistemology, as described by Kusch (2002). The two main theses of communitarian epistemology are that knowledge and its cognates designate a social status, and that knowledge is typically a property of groups rather than individuals. Furthermore, the social status of the “knower” consists in some entitlements and commitments that the knower has towards the given proposition. I will describe the entitlements and commitments of each group that Collins gives in his typology, before returning to the phenomenon of distance lending enchantment and explaining it based on communitarian epistemology.

22Marion Vorms

23Les cartes génétiques sont des graphes destinés à représenter l’ordonnancement linéaire des gènes sur les chromosomes. Elles sont construites sur la base de données statistiques concernant la transmission des gènes. C’est l’adoption par le groupe de Thomas Morgan d’un ensemble d’hypothèses sur le mécanisme physique des lois de l’hérédité qui a motivé l’invention de cette technique, en 1913. Dans cet article, j’étudie le débat qui a eu lieu en 1919 entre William Castle et le groupe de Morgan à propos de la construction des cartes génétiques. Selon l’image classique du choix théorique, les scientifiques doivent choisir entre des hypothèses (ces dernières étant sous-déterminées par les données) et en appellent à des critères tels que ceux de simplicité ou de cohérence. Telle qu’elle, cette image ne rend pas compte de manière satisfaisante de l’épisode étudié ici. Dans le cas qui m’intéresse ici, bien que l’objet officiel du débat concerne la manière dont les gènes sont ordonnés sur les chromosomes, la discussion a tendance à porter sur la manière dont il convient de présenter les données afin de tirer des prédictions sur la transmission des gènes. Le débat ne porte pas sur les données elles-mêmes, ni sur les hypothèses expliquant ces données. Les critères principaux qui sont convoqués sont ceux de simplicité et d’efficacité prédictive. Cependant, la manière dont chacune des deux parties évalue la simplicité et l’efficacité prédictive des différentes manières de présenter les données dépend d’engagements théoriques de fond. Dans cet article, je vise à éclairer la manière dont s’articulent engagement théorique et préférence pour un certain modèle.

24 Linkage (or genetic) maps are graphs, which are intended to represent the linear ordering of genes on the chromosomes. They are constructed on the basis of statistical data concerning the transmission of genes. The invention of this technique in 1913 was driven by Thomas H. Morgan’s group’s adoption of a set of hypotheses concerning the physical mechanism of heredity. In this paper, I analyze the 1919 debate between William Castle and Morgan’s group, about the construction of genetic maps. This case cannot be accounted for in terms of the traditional picture of theory choice, according to which scientists must choose between hypotheses (that are underdetermined by the data), for which they sometimes appeal to criteria such as simplicity or coherence. In the case I am interested in, although the official issue of the debate concerns the arrangement of genes on chromosomes, the disputants tend to carry out the discussions about how one should present the data in order to draw predictions about the transmission of genes; the debate does not bear on the data themselves, nor does it focus on the hypotheses explaining these data. The main criteria that are appealed to by the protagonists are simplicity and predictive efficacy. However, I show that both parties’ assessments of the simplicity and predictive efficacy of different presentations of the data themselves depend on background theoretical positions. I aim at clarifying how preference for a given model and theoretical commitments articulate.

25Paul Weirich

26Les principes de la théorie de la décision évaluent les actions sur le plan de la rationalité. L’article étend ces principes aux actions collectives. Il montre quels aspects des actions, individuelles et collectives, permettent de les évaluer sur le plan de la rationalité. La rationalité s’applique différemment selon que l’agent contrôle directement ou indirectement ses actions. Un groupe agit en conséquence des actes de ses membres et ainsi dirige ses actes indirectement. Pour évaluer les actions collectives sur le plan de la rationalité, on évalue donc leurs composantes. Si la contribution à une action de groupe de chaque membre du groupe est rationnelle, alors l’action du groupe est rationnelle. Pour illustrer cette caractérisation de la rationalité collective, l’article l’applique aux actions d’organismes régulateurs fédéraux. Il défend l’idée que sont collectivement rationnelles les réglementations qui maximisent, dans un cadre constitutionnel donné, l’utilité collective informée, et qui respectent des limites que le Congrès impose pour protéger les intérêts des citoyens. Sur la base de cette analyse, l’article se prononce sur l’interdiction par la Food and Drug Administration à l’encontre de la thérapie génique pour la maladie de l’enfant-bulle.

27 Decision theory’s principles evaluate acts for rationality. This paper extends those principles to collective acts. It explains which features of acts, individual and collective, make them evaluable for rationality. Rationality evaluates differently acts that an agent controls directly and acts that an agent controls indirectly. A group acts through its members and so indirectly controls its acts. Rationality therefore evaluates its acts by evaluating their components. If every member’s contribution to a group’s act is rational, then the group’s act is rational. To illustrate this account of collective rationality, the paper applies it to the acts of federal regulatory agencies. The paper argues for the collective rationality of regulations that maximize informed collective utility within a constitutional framework and the limits of a congressional mandate protecting the interests of citizens. Then, using this standard, it evaluates the Food and Drug Administration’s ban on genetic therapy for “Bubble-Boy” disease.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search