Version classiqueVersion mobile

Sciences et décision

 | 
Daniel Andler

Quel objet pour la linguistique ? Un cas de décision méthodologique

Delphine Blitman

Résumé

Le débat sur l’objet de la linguistique a été ouvert par Chomsky ⁚ cette discipline étudie la faculté de langage dans l’esprit/cerveau du locuteur. Ce débat est un bon exemple de discussion méthodologique dans laquelle l’enjeu n’est pas de décider entre des théories rivales, mais de s’entendre sur la définition d’un domaine disciplinaire. La grammaire qu’élabore le linguiste décrit-elle une réalité psychologique ou non ? Quelles décisions faut-il prendre quant à la nature du langage et de la manière dont il faut l’étudier ? Ceux, qui comme Quine, s’opposent à l’approche de Chomsky considèrent qu’il existe, pour un langage donné, plusieurs grammaires extensionnellement équivalentes. Ils semblent ainsi se rallier à une certaine forme d’instrumentalisme. Les « réalistes » comme Chomsky se fondent sur des critères épistémologiques généraux. L’article propose une analyse des arguments avancés dans ce débat, dans le but de clarifier les problèmes épistémologiques qu’il soulève, et d’offrir une manière de les résoudre.

Texte intégral

Introduction

1Ce qu’on a appelé la « révolution » chomskyenne en linguistique a consisté notamment dans la proposition faite par Chomsky au tournant des années 1950 d’étudier le langage dans l’esprit/cerveau du locuteur. Le mentalisme ainsi défini constitue un élément fondamental de la grammaire générative chomskyenne. Il consiste à « découvrir une réalité mentale sous-jacente au comportement effectif » (Chomsky, 1965, trad. p. 13). Chomsky appelle cette réalité mentale la compétence du locuteur. Il l’oppose à la performance, qui consiste dans le comportement linguistique effectif. Cette perspective mentaliste implique que la linguistique fait partie de la psychologie et de la biologie humaines, de sorte que Chomsky qualifie son programme de « biolinguistique » (v. Lenneberg 1967) ⁚ « La théorie du langage est simplement la partie de la psychologie humaine qui traite d’un « organe mental » particulier, le langage humain » (Chomsky, 1975, trad. p. 49). La linguistique devient ainsi une science cognitive. Au-delà du fait, trivial, que le traitement du langage met en jeu des structures cognitives, Chomsky affirme que les principes organisateurs des langues sont des principes cognitifs. Le travail du linguiste est de mettre au jour ces principes. Chomsky résume ainsi son programme par une thèse forte ⁚ la grammaire a une réalité psychologique.

2De nombreuses objections contre le programme de recherche de Chomsky visent précisément le mentalisme, et ces objections se sont cristallisées autour de l’idée de la réalité psychologique de la grammaire.

3L’enjeu de la discussion est la détermination de l’objet de la linguistique et la définition du champ disciplinaire de la linguistique. Chomsky a-t-il raison ? Peut-on dire que l’objet de la linguistique est une réalité psychologique, la compétence du locuteur, et par conséquent que la grammaire du linguiste qui décrit cette compétence est également réelle psychologiquement ? Qu’est-ce qui décide dans ce débat ?

4Ces débats concernant l’« épistémologie du langage » (Barber, 2003) soulèvent en réalité des questions qui ont une portée plus générale pour la philosophie des sciences au-delà du cas de la linguistique. En effet, leur enjeu fondamental renvoie à la constitution même d’une discipline scientifique. En mettant en lumière les éléments qui entrent en jeu pour décider de l’objet et de la définition de la linguistique, on peut tirer des leçons plus générales concernant les décisions épistémologiques nécessaires à la constitution d’une discipline scientifique.

5Je me propose donc dans cet article de montrer ce qui décide dans le cas de la linguistique. Répondre aux questions soulevées par l’épistémologie du langage suppose de clarifier la notion de réalité psychologique de la grammaire que Chomsky met en avant. Je distinguerai et clarifierai ainsi trois problèmes qui sont imbriqués et le plus souvent mêlés dans la discussion. Ces problèmes correspondent à trois objections majeures avancées contre la thèse de Chomsky. Il s’agira de faire apparaître quels sont les ingrédients de la décision dans ce cas et de dégager le type d’arguments sur lesquels elle repose.

1. Première objection à la thèse de la réalité psychologique de la grammaire

1.1. L’objection de Quine

6C’est Quine qui, dans un article de 1970 intitulé « Methodological Reflections on Current Linguistic Theory », avance une première objection contre la thèse chomskyenne de la réalité psychologique de la grammaire.

7La question, selon lui, est double ⁚ faut-il choisir entre deux grammaires extensionnellement équivalentes, c’est-à-dire qui engendrent le même ensemble de phrases ? Et si oui, comment choisir ? Pour Quine en effet, il existe toujours plusieurs systèmes de règles extensionnellement équivalents pour rendre compte des faits, en l’occurrence, du comportement verbal.

8À la première question, Quine répond négativement. Cela découle de la distinction qu’il opère entre l’adéquation (« fitting »), et le guidage (« guiding »). Selon lui, différents systèmes de règles extensionnellement équivalents décrivent correctement le comportement linguistique (« fitting »), mais aucun ne le guide, au sens où ce ne sont pas les règles de l’un ou l’autre système qui sont la cause du comportement, tout simplement parce que le locuteur ne connaît pas ces règles et ne les utilise pas consciemment.

9Quant à la seconde question, Quine répond qu’il n’existe pas de critère permettant de choisir entre deux systèmes extensionnellement équivalents. Comme le montre Jacob (1989), cela tient au fait que Quine limite les données susceptibles de trancher entre des grammaires extensionnellement équivalentes aux données observables, ou aux dispositions du locuteur à un comportement observable dans des circonstances manifestes précises ⁚ s’il n’y a pas de données susceptibles de manifester une préférence du locuteur pour un système grammatical plutôt qu’un autre, il n’y a aucun sens à dire qu’il suit tel système plutôt qu’un autre. En l’absence de données susceptibles de trancher entre des grammaires extensionnellement équivalentes, il ne reste alors du point de vue de Quine que les critères de simplicité et de convenance, qu’avance aussi Chomsky. La critique de Quine est que ces critères sont subjectifs et ne peuvent suffire pour déterminer la réalité psychologique objective d’un modèle plutôt qu’un autre.

1.2. Réponse à l’objection : le « naturalisme méthodologique » en question

10Pour Chomsky, l’argument de Quine tourne le dos à ce qu’il appelle le « naturalisme méthodologique » (Chomsky, 2000) qui désigne la méthode même de la science, et ce pour deux raisons.

11Tout d’abord, on peut rapprocher l’argument de Quine de l’instrumentalisme au sens de la philosophie des sciences. L’instrumentalisme s’oppose au réalisme. Selon l’interprétation réaliste, une théorie possède des conditions de vérité. Aussi abstraite soit-elle, une théorie décrit un aspect de la réalité observable. Au contraire, selon l’interprétation instrumentaliste (anti-réaliste), seules les prédictions possèdent une condition de vérité ; la théorie n’est qu’un instrument commode pour dériver des prédictions. Parce qu’elle est abstraite, contrairement aux prédictions, une théorie ne décrit rien ; c’est un instrument permettant de faire des prédictions (qui, elles, décrivent la réalité observable).

12La défense que Chomsky propose se situe sur le terrain du réalisme scientifique et consiste en une argumentation en faveur de son application à la linguistique. Pour lui, le réalisme est communément admis dans les sciences de la nature. L’attitude sceptique de Quine sur les mécanismes réels en jeu dans le langage serait intenable dans les sciences de la nature ; il n’y a aucune raison pour qu’elle le soit en psychologie. De cette façon, l’instrumentalisme s’éloigne selon lui des critères méthodologiques qui ont cours dans les sciences naturelles.

13Ensuite, la distinction quinienne entre « guidage » et « adéquation » ne tient pas selon Chomsky. Si l’on étudie les hommes avec leur faculté de langage comme des objets de la nature, il n’y a pas de raison de faire de la conscience des règles la condition de leur réalité. Il y a là une forme de « dualisme méthodologique » (Chomsky, 2000), qui soumet l’étude de l’esprit à des critères qui ne valent pas pour l’étude du monde physique.

14Comme la réponse de Chomsky le fait ressortir, c’est bien le naturalisme qui est en jeu dans la discussion avec Quine.

2. Deuxième objection à la thèse de la réalité psychologique de la grammaire

2.1. Une confusion de Chomsky ?

15La deuxième objection qui a été avancée à l’encontre de la thèse selon laquelle la grammaire a une réalité psychologique consiste à dénoncer une confusion qui serait commise par Chomsky ⁚ « Le fait que nous puissions spécifier la compétence [d’un sujet] en termes d’un système formel de règles génératives n’implique pas par lui-même qu’[il] ait une représentation d’un système correspondant dans la tête. » (Schwarz, 1969, cité par Chomsky, 1975, trad. p. 203) Chomsky identifierait la grammaire du linguiste avec la grammaire internalisée ou la compétence du locuteur. Or, ce que le linguiste décrit n’est pas ce que le locuteur a dans la tête. C’est cette confusion qui, selon des auteurs comme Schwarz (1969) ou Harman (1980), amènerait Chomsky à dire que la grammaire du linguiste est réelle.

2.2. Réponse à la deuxième objection

16L’objection semble provenir d’un malentendu concernant la notion d’abstraction scientifique. Dans la mesure où l’abstraction scientifique est une reconstruction de la réalité, elle ne se confond pas avec la réalité elle-même ; elle reconstruit cette réalité avec des moyens qui lui sont propres. Les outils descriptifs de la théorie linguistique ne peuvent donc être réels, au sens où ils correspondraient immédiatement et sous leur forme propre aux structures de la faculté de langage dans l’esprit/cerveau du locuteur. De même, contrairement à ce qu’affirmait Galilée en disant que la nature est un livre écrit en caractères mathématiques, les mathématiques ne sont pas la réalité même ; elles ne sont pas dans la nature, mais elles sont le produit du cerveau humain qui cherche à comprendre la réalité, la reconstruit et la modélise. Ainsi, la grammaire du linguiste ne peut être réelle au sens où elle s’identifierait directement à l’objet d’étude ; elle ne peut l’être que dans la mesure où elle est vraie, où elle est une théorie scientifique correcte de cet objet. Dans le cas où elle est vraie, on peut supposer que les principes qu’elle décrit ont quelque chose à voir avec les mécanismes psychologiquement réels du langage.

17Chomsky distingue bien entre la grammaire du linguiste et la grammaire du locuteur, même s’il maintient parfois une ambiguïté dans l’emploi des termes ⁚

On prendra soin de distinguer entre la grammaire comme structure postulée dans l’esprit, et la grammaire du linguiste, théorie articulée explicite qui s’efforce d’exprimer précisément les règles et les principes de la grammaire présente dans l’esprit du locuteur-auditeur idéal. Cette grammaire du linguiste est une théorie scientifique, juste pour autant qu’elle correspond à la grammaire intérieurement représentée. (Quant à ce qu’il faut entendre exactement par « correspondre » s’agissant de l’étude abstraite d’un système physique, c’est là une question complexe, qui n’est pas propre à notre entreprise.) (Chomsky, 1980, trad. p. 207-208)

18La thèse de la réalité psychologique de la grammaire ne consiste pas à assimiler le modèle théorique du linguiste à la réalité. Si la notion de correspondance entre une théorie et la réalité est, comme le rappelle Chomsky dans ce texte, une notion complexe, elle ne signifie pas en tout cas que la théorie est identique à la réalité. La grammaire du linguiste ne peut être réelle au sens où elle s’identifierait directement à l’objet d’étude. Mais elle peut l’être dans la mesure où elle vraie, où elle est une théorie scientifique correcte de cet objet (v. Chomsky, 1980).

3. Troisième objection à la thèse de la réalité psychologique de la grammaire

3.1. L’objet de la linguistique n’est pas une réalité psychologique

19La question de la réalité psychologique de la grammaire a, enfin, été également interprétée par un certain nombre de philosophes et de psychologues comme celle des rapports entre la linguistique et la psycholinguistique, de leur identification ou de leur distinction nécessaire. Ceux-ci ont fait porter la discussion sur l’objet de la linguistique en tant que discipline scientifique.

20Si la discussion se réfère au programme de recherche mentaliste de Chomsky, son point de départ plus immédiat est un article de Fodor (1981), où celui-ci oppose deux conceptions de la linguistique ⁚ la conception juste (« the Right View »), qu’il partage avec Chomsky, et la conception fausse (« the Wrong View »). Pour la première, la linguistique fait partie de la psychologie, elle parle de la compétence qui est internalisée par chaque locuteur. Pour la seconde, il y a une séparation entre les données linguistiques et les données psychologiques ; il existe un ensemble de données de base, en l’occurrence un ensemble d’énoncés, que la théorie linguistique doit expliquer, et l’on s’interdit de recourir à d’autres données, notamment psychologiques, pour choisir entre des grammaires décrivant chacune tout aussi bien ces données.

21En réponse à l’argumentation de Fodor, Devitt & Sterelny (1989) proposent une défense de la « Wrong View ». Ils font une distinction entre la linguistique, qui traite des symboles linguistiques, et la psycholinguistique, dont l’objet est la compétence du locuteur. D’accord avec Soames (1984), ils dénoncent la confusion entre deux tâches théoriques distinctes ⁚ l’étude des symboles linguistiques et celle de la compétence. Pour Soames (1984) en effet, les théories linguistiques, portant sur la structure des langues naturelles, d’une part, et les théories de l’acquisition du langage et de la compétence linguistique, d’autre part, sont non seulement conceptuellement distinctes mais divergent aussi empiriquement, au sens où il n’y a pas d’isomorphie, selon lui, entre les structures utilisées par les meilleures théories linguistiques et les représentations internes postulées par la psychologie cognitive.

22Devitt & Sterelny (1989), comme Soames (1984), et comme plus récemment Devitt (2006), ne nient pas la légitimité, l’intérêt et les succès d’une approche mentaliste du langage. Mais ils considèrent que les principes linguistiques sont distincts des mécanismes causaux psycholinguistiques et nient pour cette raison que la linguistique ait pour objet les structures grammaticales internalisées par les locuteurs.

3.2. Réponse à la troisième objection

23Chomsky et les partisans de son programme de recherche ont répondu de plusieurs manières à cette objection.

24Tout d’abord, Chomsky comme Fodor contestent qu’on puisse fonder une distinction disciplinaire entre la linguistique et la psychologie sur la base d’un partage des données auxquelles chacune aurait affaire. Ils en font une question de méthode ⁚ proposer un partage des données entre la linguistique et la psycholinguistique est contraire à la méthodologie scientifique (Chomsky, 1986, p. 34 sq, et 2000). En effet, « [u]ne observation empirique ne se présente pas avec la notice “Je suis pour X” écrite sur sa manche, que X soit la chimie, la linguistique ou quoi que ce soit » (Chomsky, 2000, trad. p. 297-98) ; toutes les données empiriques sont bonnes à prendre si la linguistique doit être traitée à l’instar des sciences naturelles (voir aussi Chomsky, 1986, p. 36-37). « Nous ne pouvons pas savoir à l’avance quelles sortes de données pourraient se rapporter à ces questions » (Chomsky, 2000, trad. p. 298 ; voir aussi Chomsky, 1980, trad. p. 103 sq).

25Pour justifier la distinction entre la linguistique et la psychologie, il faudrait montrer que le langage ne dépend pas essentiellement de la capacité cognitive de l’individu et qu’il peut être étudié scientifiquement autrement que comme « langue interne ». Or, et c’est le deuxième argument avancé contre cette objection, les auteurs qui ont pris part à la controverse ne proposent pas de réelle alternative à la conception chomskyenne. Laurence (2003) souligne ainsi que Devitt & Sterelny (1989) ne font que théoriser la conception populaire de la linguistique, sans fournir une conception scientifique alternative.

26Surtout, Chomsky considère que la perspective mentaliste n’est pas contradictoire avec la distinction de différents niveaux de description du langage. Par rapport aux niveaux de description psychologique et neurobiologique, la linguistique possède un caractère abstrait. Il faut distinguer l’abstraction en ce sens de la notion d’abstraction scientifique invoquée dans la deuxième section, avec sa portée méthodologique qui l’oppose aux conceptions de sens commun. Que les lois du langage ne soient pas des mécanismes causaux n’invalide pas leur légitimité à un certain niveau, abstrait, de description psychologique.

27Pour justifier la légitimité de la linguistique ainsi conçue et expliquer ce qu’il entend par abstraction, Chomsky invoque couramment la théorie de la vision de Marr (v. Marr, 1982). Chomsky (v. Chomsky, 1982, p. 10, par exemple) souligne que la théorie qu’il propose se situe au niveau de ce que Marr appelle la théorie de la computation, qui cherche à caractériser les propriétés générales du système étudié. Ce niveau s’oppose au niveau de l’algorithme, qui décrit les mécanismes de traitement effectifs, les procédures d’analyse, et qui correspond à la psycholinguistique dans le cas du langage.

28La théorie linguistique et la théorie psychologique des mécanismes de traitement du langage ne sont donc pas deux disciplines différentes parce que leur objet serait différent, mais bien deux niveaux de description, qui se situent à des degrés d’abstraction différents, d’une seule et même réalité. Dans la perspective chomskyenne, le niveau computationnel, au sens de Marr, auquel se situe la théorie linguistique est un élément fondamental d’une théorie psychologique et neuronale du langage.

29Ainsi, la thèse de la réalité psychologique de la grammaire ne repose pas sur une confusion entre linguistique et psycholinguistique. La linguistique, tout en décrivant une réalité mentale, le langage dans l’esprit/cerveau du locuteur, que la psycholinguistique prend aussi pour objet, constitue son objet théorique spécifique en étudiant à un niveau abstrait les propriétés computationnelles de la faculté de langage.

Conclusion

30Si mon analyse est correcte, la détermination de l’objet de la linguistique met donc en jeu (au moins) trois choses ⁚ le naturalisme méthodologique, en lien avec l’opposition entre réalisme et instrumentalisme, le statut de l’abstraction en science comme modélisation de la réalité et la question de la distinction de niveaux distincts de description d’une même réalité.

31Les ingrédients d’une décision épistémologique concernant l’objet de la linguistique et par là même la définition de ce champ disciplinaire renvoient ainsi à des enjeux qui ne sont pas propres à la linguistique, mais qui, plus généraux, relèvent de la philosophie des sciences. C’est l’intérêt de la clarification conceptuelle des discussions sur la réalité psychologique de la grammaire que j’ai essayé de mener à bien de mettre en lumière les éléments proprement épistémologiques qui interviennent dans la décision du scientifique pour délimiter son objet.

Auteur

A soutenu une thèse en philosophie à l’EHESS sous la direction de Pierre Jacob, consacrée à l’épistémologie de la linguistique chomskyenne. Elle est professeur agrégé et enseigne actuellement la philosophie en lycée. Son livre Le langage est-il inné ? est paru aux PUFC en 2015.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search