Version classiqueVersion mobile

Sciences et décision

 | 
Daniel Andler

Distance, enchantement et prise de décisions dans les sciences

Haris Shekeris

Résumé

Le point de départ de cet essai est un effet sociologique bien connu dans la vie courante, l’enchantement que la distance confère à l’objet ⁚ à mesure que le lieu de production d’un phénomène s’éloigne dans le temps ou dans l’espace social, les perceptions qu’on en a deviennent toujours plus « enchantées », nous sommes toujours plus sûrs des jugements que nous formons à son égard. La thèse que je défends est que cet effet s’exerce également dans les sciences, comme l’a proposé Harry Collins, le sociologue du savoir scientifique (1985). Je critique, après l’avoir exposée, la manière dont Collins rend compte de la clôture des controverses. ⁚ elle ne rend pas compte des décisions prises dans les sciences, ni celles fondées sur les sciences. Collins, selon moi, et c’est le point central de ma critique, n’est pas assez radical ⁚ il ne peut pas rendre compte de la manière dont des groupes qui restent à distance de la matière d’une controverse scientifique peuvent souvent affecter le contenu du savoir produit. Après avoir critiqué Collins, je passe à une analyse du phénomène du point de vue de l’épistémologie communautaire au sens de Kusch (2002). Les deux thèses principales de sa théorie sont que le terme « savoir » et apparentés désignent un statut social, et que le savoir est le plus souvent une propriété de groupes et non d’individus. De plus, le statut social du « connaissant » consiste en certains droits et engagements qu’il a vis-à-vis de la proposition connue. Je décris ces droits et engagements tels que Colllins les attribue aux différents groupes de sa typologie, pour finalement revenir au phénomène de l’enchantement par la distance dont je rends compte en m’appuyant sur l’épistémologie communautaire.

Texte intégral

Introduction

1La thèse centrale de cet article est qu’un phénomène observé dans la vie quotidienne est aussi observé dans le domaine de la science ; ainsi nous présenterons une analyse épistémologique de ce phénomène dans le contexte de décisions internes à la science ou basées sur elle. Certaines faiblesses de l’analyse existante seront identifiées et une explication utilisant les ressources de l’épistémologie communautaire et de l’histoire des sciences fournira une explication plus complète.

2Le phénomène qui va m’intéresser est celui que le sociologue anglais Harry Collins (2007) décrit en disant que « l’enchantement naît de la distance » (distance lends enchantment) ; le phénomène en question a lieu lorsque l’observateur d’un événement fait davantage confiance à celles de ses croyances qui touchent les événements dont il se trouve le plus éloigné temporellement ou spatialement ; ceci en raison de la déformation toujours plus grande que subit sa perception de ces événements. Collins maintient que ce phénomène joue un rôle important dans le processus de clôture d’une controverse scientifique.

1. La clôture d’une controverse scientifique

  • 1 Collins utilise le terme « commentateurs scientifiquement cultivés » dans ses analyses. Pourtant da (...)

3Selon Collins (1997) on peut diviser les parties impliquées dans une controverse scientifique en quatre groupes ⁚ le groupe-noyau, le reste de la communauté scientifique, le groupe des personnes impliquées dans la dotation financière ou dans la politique de la science, et enfin le groupe auquel correspond le public. Collins maintient que le processus de clôture se compose de deux étapes principales, la « mitose » qui implique le groupe-noyau, et la « cristallisation » qui implique le reste de la communauté scientifique1. Une autre étape, associée à l’orientation de la science à long terme et à la dissémination du savoir scientifique, a lieu au niveau du groupe des personnes impliquées dans la politique ou la dotation de la science. Dans ce qui va suivre, la composition des quatre groupes sera clarifiée par la description des trois étapes du processus de clôture.

4Le groupe-noyau se compose du petit groupe de scientifiques qui sont à l’avant-garde de la recherche théorique et expérimentale qui touche à la controverse. Les scientifiques ayant des positions opposées relativement à celle-ci avant la clôture sont décrits par Collins comme flexibles et peu sûrs de leurs positions, dans la mesure où les preuves expérimentales ne sont pas confirmées et s’avèrent peu concluantes. Les raisons principales de ce manque de confiance tiennent au fait qu’ils ont conscience des difficultés et des incertitudes concernant le problème en question, ainsi que ce que Collins (1985) appelle la « régression de l’expérimentateur » (the experimenter’s regress) ; c’est l’idée selon laquelle la seule manière de vérifier qu’une expérience a réussi est d’obtenir un bon résultat, mais cela ne peut pas être le cas tant que le résultat est contesté pour des raisons indépendantes de l’expérience même.

  • 2 Logique, au sens latourien (Latour 1987, p. 58), supposant l’idée d’autorité rhétorique.

5La première étape de la résolution d’une controverse scientifique, dite alors la « mitose », commence lorsqu’un « champion », souvent un scientifique connu et établi, fait un pas décisif à la faveur d’une publication audacieuse et bien argumentée2, exemplaire au sens kuhnien. Cette avancée se solde par la division du groupe-noyau en deux groupes ⁚ ceux qui apprécient et ceux qui critiquent les méthodes utilisées pour établir la thèse du champion. Ainsi la majorité des scientifiques de ce groupe adoptent l’une des thèses et sont moins réticents à publier la preuve expérimentale qui soutient cette thèse.

6La deuxième étape est celle que Collins appelle « cristallisation » ; celle-ci se passe au sein du reste de la communauté scientifique. Une majorité écrasante des scientifiques maintient le point de vue dominant, en lui accordant un plus grand degré de confiance que les membres du groupe-noyau. La raison à cela est que les informations dont ils disposent sont souvent de seconde main ou sont obtenues par des publications plus précises qui ne font pas véritablement mention des incertitudes et des complications. Par ailleurs, une rationalisation a posteriori du contexte théorique qui entoure le point de vue dominant fournit un élément supplémentaire de justification. Quand une thèse cristallise, elle est incorporée au corpus du savoir scientifique orthodoxe et n’est plus questionnée ou mise en doute.

  • 3 À l’exception d’une organisation ou deux qui investissent en accordant leurs fonds à la partie perd (...)

7L’ultime étape est celle de la consolidation, à savoir le renforcement du point de vue dominant par des aides matérielles et des fonds financiers octroyés en vue de continuer la recherche3. Celle-ci a lieu parmi les personnes impliquées dans le financement des sciences et à un niveau politique.

  • 4 Pourtant, des sous-groupes qui ne croient pas à l’orthodoxie scientifique peuvent exister et en fai (...)

8Le public prend connaissance du point de vue dominant par des comptes rendus idéalisés, souvent au travers des médias. Ceux-ci omettent la plupart du temps de mentionner toute forme d’incertitude, passant le plus souvent sous silence la profondeur du désaccord initial4.

9Ce mécanisme décrit bien l’idée selon laquelle l’enchantement nait de la distance, car plus une personne est temporellement et spatialement éloignée de la production d’une thèse scientifique, plus elle a confiance dans la connaissance de la vérité de cette thèse.

2. Décisions internes à la science ou fondées sur elles

10Avec cette description, il devient clair que selon Collins, les facteurs sociologiques qui peuvent aider à expliquer la clôture d’une controverse scientifique opèrent seulement au niveau du groupe-noyau. Il faut maintenant mettre à l’épreuve cet aspect de l’analyse de Collins en le soumettant au contexte de la prise de décisions internes à la science ou fondées sur elle.

11La prise de décisions se fondant sur l’avis d’experts scientifiques est de plus en plus répandue, car, comme Miller et Gregory (1998, p. 98) l’affirment, les problèmes publics sont souvent des problèmes qui concernent la science en acte avec toutes les incertitudes qui l’accompagnent.

12À la lumière de ces remarques, une distinction doit être faite entre deux cas de controverses publiques possédant un aspect scientifique. Les deux critères utilisés pour cette distinction sont le degré de consensus parmi les scientifiques sur l’aspect scientifique du problème en question ainsi que l’urgence de la décision qui doit être prise. Il faut remarquer qu’une controverse avec un aspect scientifique peut persister même si les scientifiques sont plus ou moins d’accord quant au contenu scientifique des solutions proposées, mais qu’ils se distinguent relativement aux solutions proposées.

13Le premier cas a lieu lorsqu’il existe un consensus parmi les scientifiques sur l’aspect scientifique du problème et que la prise de décision n’est pas urgente. Dans ce cas, c’est aux organismes, publics ou privés, susceptibles d’apporter une aide financière ou impliqués à un niveau politique de décider si la recherche dans le domaine scientifique donné vaut ou non la peine. Des considérations relatives à des problèmes éthiques ou philosophiques se posent, ainsi que des décisions politiques ou économiques qui peuvent déterminer si la recherche dans un domaine scientifique continuera ou pas. On peut prendre comme exemples de telles questions l’utilité du domaine de recherche ou la concurrence économique en vue d’obtenir des fonds entre les domaines de recherche et les institutions académiques.

14Dans ces cas la diffusion du savoir scientifique est conforme à l’analyse que Collins donne du moment qui suit la phase de « mitose » ; il y a une diffusion externe du savoir par le groupe-noyau, à l’occasion de laquelle ce qui est déterminé comme savoir scientifique par un groupe amène le groupe suivant à développer son propre savoir sur le sujet. Cette chaîne causale, décrite dans le schéma n° 1, est à sens unique, et elle suit la même direction que celle qui caractérise la distance par rapport au lieu de production du savoir.

15Il faut toutefois remarquer que la communauté des personnes scientifiquement cultivées qui peuvent être intéressées au problème est dans ce schéma incluse dans le groupe de la communauté scientifique et non dans le groupe du public non-scientifique.

16Le cas où le procès de « mitose » n’a pas encore eu lieu et où la prise d’une décision est urgente est un cas plus compliqué. Ce cas-ci devient de plus en plus prévalent car la politique et la prise de décisions nationales deviennent de plus en plus informées, voire dépendantes de la science. Dans ce cas des facteurs étrangers à la science peuvent influencer le contenu du savoir produit. Dans le cas de problèmes où la prise de décision est très urgente, comme la réponse à une épidémie, le groupe-noyau peut même être totalement ignoré. Des groupes de pression constitués de non-scientifiques ou des lobbies, souvent motivés par des intérêts variés, et essayant d’influencer la prise de décisions, peuvent agir sur d’autres groupes et prendre les décisions à leur place en promouvant de cette façon comme savoir la théorie qui justifie la décision prise.

17Les décisions concernant la construction de l’ESRF (European Synchrotron Radiation Facility) sont un exemple d’une telle chaîne causale avec plusieurs boucles de rétroaction. Tournon (1993) décrit la manière avec laquelle le groupe du reste de la communauté scientifique a influencé le désir du groupe-noyau pour un site de rayonnement synchrotron, ainsi que la manière avec laquelle le groupe-noyau des scientifiques favorables au rayonnement synchrotron a influencé les gouvernements nationaux pour qu’ils prennent des décisions en leur faveur. La décision politique de consacrer des fonds pour l’établissement de l’ESRF a aussi, à son tour, influencé la production du savoir nouveau portant sur les propriétés de la matière ; ainsi, la décision politique a directement influencé les résultats du groupe-noyau. Dans cet exemple la décision prise n’était pas urgente, mais des exemples satisfaisant cette condition peuvent être cités, comme la crise dans le domaine de l’aviation européenne causée par l’éruption d’un volcan en Islande ou l’épidémie de fièvre aphteuse au Royaume-Uni.

18Le schéma n° 2 offre une représentation plus précise des chaînes causales relatives aux décisions internes ou basées sur la science. Il faut remarquer que ce schéma est aussi un schéma simplifié, car des chaînes causales peuvent exister entre tous les groupes, par exemple le groupe-noyau peut aussi influencer le groupe de personnes impliquées dans la politique scientifique. Il faut enfin remarquer que plusieurs boucles de rétroaction peuvent être présentes dans le contexte d’une décision compliquée.

19On doit alors en conclure que l’analyse de Collins concernant le phénomène de l’enchantement né de la distance ne peut pas expliquer une classe important de décisions internes ou basées sur la science. Une autre analyse sera donc présentée en vue non seulement de rendre compte de ce phénomène, mais aussi d’offrir une explication plus complète de la prise de décisions internes ou basées sur la science.

3. Une explication de la prise de décisions dans la science basée sur l’ épistémologie communautaire

3.1. Critique de l’analyse de Collins

20La section précédente a mis l’accent sur le rôle de facteurs externes à la science influençant la prise de décisions internes à la science. Cela nous a permis d’identifier un vide dans l’analyse de Collins. L’analyse de Collins souffre d’un certain conservatisme, car elle ne permet pas à d’autres groupes que le groupe-noyau de jouer un rôle déterminant dans l’établissement du consensus sur le contenu du savoir produit ou des décisions prises, en dépit du fait qu’il identifie le rôle que jouent les facteurs étrangers à la science au procès de clôture des controverses scientifiques. Collins ne permet pas aux facteurs sociologiques autres que ceux qui sont internes au groupe-noyau d’influencer la production du consensus dans ce groupe.

21Dans un sujet voisin, le sociologue Brian Wynne remarque que dans les approches descendantes de la communication de la science, des informations qui sont significatives dans leur contexte scientifique d’origine parviennent souvent jusqu’à un public non-scientifique où ces informations ne peuvent être intégrées sans une interprétation et un travail de réajustement considérable (Wynne, 1992, cité par Gregory et Miller, 1998). Cette remarque corrobore le phénomène de l’enchantement né de la distance en ce qui concerne la communication de la science ; pourtant, ce modèle est à lui seul incapable de tenir compte des pressions auxquelles les scientifiques font face lorsque des décisions politiques doivent être prises, car Wynne ne s’intéresse pas à la question de la prise de décisions internes ou basées sur la science.

22Il est temps à présent d’offrir une analyse épistémologique plus adéquate sur une base différente.

3.2. L’ épistémologie communautaire en un mot

23L’analyse offerte est basée sur l’épistémologie communautaire, proposée par Martin Kusch (2002). Nous allons voir brièvement les thèses principales de l’épistémologie communautaire, avant de voir comment ses ressources peuvent être utilisées pour accommoder la prise de décisions internes ou basées sur la science.

24Dit de la façon la plus directe possible, l’épistémologie communautaire repose sur les thèses selon lesquelles a) le savoir est un statut social (et pas un type naturel – natural kind – ou un artéfact, cf. Kusch, 2002, p. 70-71) et b) ce statut est typiquement attribué à des communautés plutôt qu’à des individus. (Kusch, 2002). Kusch affirme qu’obtenir le statut du « savant » va de pair avec certains droits ainsi que des engagements. Une autre idée importante est l’idée du « consensus multiple mais local » parmi les membres d’une institution sociale. Kusch utilise cette idée pour montrer comment un consensus relatif à une petite gamme des croyances sur un sujet peut être obtenu, sans contrôle dominant externe ou interne.

25La thèse défendue ici est que le statut social du savoir n’est pas le même pour différents groupes, et que des interactions menant à la production du consensus général prennent place entre les groupes différents. Cela signifie que la formation du savoir populaire, sa relation avec le savoir du groupe-noyau, et les interactions entre les quatre groupes, peuvent être modelées en utilisant les ressources de l’épistémologie communautaire.

3.3. Le savoir comme statut social : Droits et engagements des communautés épistémiques

  • 5 Je remercie un lecteur anonyme pour ses commentaires, qui m’ont forcé à élucider ce point.

26Afin de préciser l’idée du savoir comme statut social, nous allons essayer de déterminer les droits et les engagements des quatre groupes déjà identifiés. Il faut tout d’abord remarquer, que d’autres classifications des groupes sont possibles et que le grain de la liste présentée est très large (dans la mesure où celle-ci se fonde sur une définition inclusive de la notion de communauté épistemique5), et celle-ci vise davantage à donner un exemple plutôt qu’une liste exhaustive des engagements et des droits. Nous démontrerons ainsi que ce que connaitre une thèse scientifique signifie dépend du groupe à l’intérieur duquel on se situe par rapport à cette thèse.

  • 6 Ceux-ci peuvent être des experts dans des domaines jugés par les donateurs comme voisins du domaine (...)

27En ce qui concerne d’abord le groupe-noyau, on peut dire que la possession du statut de savant consiste essentiellement dans la capacité de pouvoir reproduire la preuve expérimentale ainsi que la justification de la thèse, basée sur une théorie qui lie cette thèse à l’ensemble de celles qui sont déjà acceptées au titre de savoir scientifique. En outre, les membres de ce groupe ont assez d’autorité pour demander des ressources financières pour la continuation de leur recherche et ils sont capables d’argumenter en sa faveur. Pourtant la décision en ce qui concerne le financement, et ainsi l’évaluation de la recherche appartient au groupe des donateurs, qui ont la possibilité de recourir à d’autres experts hors du groupe-noyau6. Le groupe-noyau possède un droit additionnel lui appartenant en propre ⁚ celui de mettre en doute la thèse. Les membres d’autres groupes peuvent en effet être ignorés en raison du manque de qualification et d’expertise nécessaire pour mettre sérieusement en doute cette thèse. Ce groupe « décide » d’une certaine façon le contenu de la thèse scientifique au sens où c’est seulement à l’intérieur des discussions de ce groupe-ci que se produit le consensus portant sur ce à quoi il convient d’accorder le statut de savoir théorique.

28Le groupe du reste de la communauté scientifique a deux engagements principaux à l’égard de toute thèse scientifique. Premièrement, ses membres s’engagent à conférer à cette thèse son autorité en affirmant la légitimité des procédures qui ont mené à sa production, et qui sont décrites dans la publication. En second lieu, les membres de ce groupe s’engagent à favoriser la popularisation de la thèse en proposant au public des simplifications appropriées, dans des manuels ou des livres de science populaire.

29Ce groupe a en premier lieu le droit d’évaluer l’importance de la thèse et sa pertinence pour le corpus du savoir scientifique. Ceci est particulièrement important dans la mesure où c’est aux membres de ce groupe-ci que les donateurs vont recourir pour allouer des ressources financières ou autres en vue de la continuation de ces recherches. En deuxième lieu, les membres de ce groupe peuvent utiliser la thèse en question comme ressource pour leur propre travail en citant les publications correspondantes. Cet engagement-ci s’accompagne de l’engagement de ne pas traiter la thèse avec la même attitude critique que celle qu’ils réservent pour leur propre travail, et de la considérer au contraire comme certaine dans la mesure où elle est justifiée par le recours à des procédures et à des méthodes correctes. Cet engagement consiste ainsi en ceci que les membres de ce groupe ne laisseront pas des facteurs sociologiques propres au groupe-noyau et dont ils ont conscience de se propager aux groupes plus externes.

30Enfin les engagements du public non-scientifique consistent à ne mettre en doute aucun aspect lié au contenu, à la production ou à la légitimité de la thèse. En obtenant le statut de détenteurs du savoir relatif à une thèse scientifique, les membres du public sont engagés à la défendre quasi-aveuglément à l’encontre de tous les détracteurs s’attaquant à l’ensemble de la science. Dans la mesure où le public n’est le plus souvent pas au courant des thèses scientifiques concurrentes sur le même sujet, il est engagé à voir la thèse comme une affirmation de la rigueur et du progrès de l’ensemble de la science. En échange, le public non-scientifique a le droit d’utiliser la thèse comme un savoir certain, incontournable et faisant autorité dans les discussions, ainsi que comme la base de certaines affirmations de valeurs ou de choix concernant son style de vie.

4. Implications

31L’analyse ci-dessus a démontré qu’avoir connaissance d’une thèse scientifique n’a pas la même signification selon le groupe à l’intérieur duquel on se situe. Cette conclusion peut alors être reliée à la discussion du phénomène de l’enchantement né de la distance et de la prise de décisions internes ou basées sur la science.

32On peut conclure de ce qui a été avancé ci-dessus que la confiance relative à une thèse donnée augmente à mesure que l’on s’éloigne du site de production de la thèse. De plus, dans la mesure où l’usage de la thèse en question n’est pas le même pour chaque groupe et où l’on considère que l’incertitude ne joue un rôle relativement à la légitimité des prétentions du savant qu’à l’intérieur du groupe-noyau, on peut aisément comprendre que la confiance à l’assertion augmente lorsque l’on se situe de plus en plus loin du site de production du savoir.

33Concevoir la connaissance comme un statut social impliquant un certain nombre de droits et d’engagements permet également de mieux comprendre la question de la prise de décisions basées sur la science. La clé pour comprendre les cas décrits dans le schéma n° 2 en utilisant le modèle présenté ci-dessus réside dans l’importance de l’urgence et du contenu des décisions qui doivent être prises. Dans la mesure où les décisions d’ordre politique peuvent concerner plusieurs groupes, les conditions nécessaires pour accorder à un membre d’un groupe donné le statut de savant peuvent entrer en conflit avec celles requises dans un autre groupe. En cas de désaccord entre les groupes, l’un des groupes en présence peut influencer le contenu de la thèse produite.

Conclusion

34J’ai dans cet article suivi Collins (1997) en identifiant un phénomène ayant communément lieu dans la science et la communication de la science. Il s’agit du phénomène selon lequel plus une personne se tient éloignée du lieu de production d’une thèse scientifique, plus elle a confiance en son jugement. J’ai présenté l’analyse de Collins et identifié un cas pathologique survenant dans le cas de décisions urgentes basées sur la science. Un modèle alternatif, basé sur l’épistémologie communautaire a été présenté ; ce modèle affirme que la possession du savoir est un statut social accompagné de certains droits et engagements, et que ces droits et engagements sont différents selon le groupe auquel appartient une personne donnée par rapport à cette thèse. Enfin, j’ai identifié certains droits et engagements pour chaque groupe, et expliqué en quoi cette analyse justifie la prise de décisions basées sur la science.

Schéma 1. Chaînes causales de la production et de la diffusion du savoir dans le cas d’une controverse scientifique sans décision urgente

Schéma 2. Chaînes causales de la production et de la diffusion du savoir dans le cas d’une controverse scientifique liée à une décision urgente. Les différences entre les flèches liant les groupes sont dues au fait que le flux du savoir sortant du groupe-noyau a toujours plus d’autorité et que la manière avec laquelle le savoir se diffuse est différente dans les trois cas.

Notes

1 Collins utilise le terme « commentateurs scientifiquement cultivés » dans ses analyses. Pourtant dans l’introduction de son ouvrage (1997) il affirme que le reste de la communauté scientifique est constitué de personnes scientifiquement cultivées. Collins fait peut-être allusion à un sens fort de la culture scientifique pour limiter la population de ce groupe plus ou moins aux scientifiques.

2 Logique, au sens latourien (Latour 1987, p. 58), supposant l’idée d’autorité rhétorique.

3 À l’exception d’une organisation ou deux qui investissent en accordant leurs fonds à la partie perdante de la controverse.

4 Pourtant, des sous-groupes qui ne croient pas à l’orthodoxie scientifique peuvent exister et en fait existent aux marges de la science.

5 Je remercie un lecteur anonyme pour ses commentaires, qui m’ont forcé à élucider ce point.

6 Ceux-ci peuvent être des experts dans des domaines jugés par les donateurs comme voisins du domaine particulier de la recherche du groupe-noyau.

Table des illustrations

Légende Schéma 1. Chaînes causales de la production et de la diffusion du savoir dans le cas d’une controverse scientifique sans décision urgente
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/14007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende Schéma 2. Chaînes causales de la production et de la diffusion du savoir dans le cas d’une controverse scientifique liée à une décision urgente. Les différences entre les flèches liant les groupes sont dues au fait que le flux du savoir sortant du groupe-noyau a toujours plus d’autorité et que la manière avec laquelle le savoir se diffuse est différente dans les trois cas.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/14007/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9k

Auteur

A soutenu en janvier 2014 une thèse à l’Université de Bristol sous la direction d’Alexander Bird (« The production and dissemination of scientific knowledge from the viewpoint ofcommunitarian epistemology »), publiée chez Cambridge Scholars Publishing. Parallèlement à son cursus philosophique, il a étudié les sciences physiques à l’Université de Bristol. Il est secrétaire général de Politeia : Renewal – Participation – Democracy, une ONG chypriote, et il travaille en tant que chercheur à l’University of Nicosia Research Foundation.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search