Versione classicaVersione mobile

Sciences et décision

 | 
Daniel Andler

Le rôle de l’émotion dans la résolution des dilemmes méthodologiques en science

James W. Mcallister

Abstract

Dans cet article, je pose la question de savoir comment les dilemmes méthodologiques dans la science se produisent et sont résolus. Les dilemmes sont des conflits d’obligations ⁚ un agent pris dans un dilemme est soumis à deux ou plusieurs exigences qui ne peuvent être conciliées dans le système de préceptes accepté. Les dilemmes méthodologiques se produisent dans la science parce que le système de valeurs épistémiques ne forme pas une structure axiomatique parfaite dérivée d’un seul but. Au lieu de cela, les scientifiques reconnaissent une variété de valeurs épistémiques distinctes, comme l’exactitude prédictive, la cohérence, la simplicité, l’intelligibilité, l’acceptabilité métaphysique et le mérite esthétique. Lorsque des valeurs différentes tirent dans des directions différentes, un dilemme méthodologique se produit. Comment les dilemmes méthodologiques sont-ils résolus ? Par définition, un vrai dilemme ne peut être résolu d’une manière algorithmique dans le système de préceptes qui lui a donné naissance ⁚ au lieu de cela, l’agent doit sortir du système de préceptes. Il y a de fortes raisons de penser que le jugement émotionnel joue un rôle important dans la résolution de dilemmes dans le domaine moral, et je soutiens que les réponses émotionnelles des scientifiques jouent un rôle similaire dans la résolution de dilemmes méthodologiques dans la science. Cette conclusion, cependant, laisse ouverte la question de savoir si et dans quelles conditions les résolutions de dilemmes méthodologiques dans la science sur la base de jugements émotionnels sont rationnellement justifiées. Je décris deux mécanismes possibles, s’appuyant sur la cohérence et sur l’induction, en vertu desquelles le recours au jugement émotionnel dans ces cas pourrait être rationnellement justifié.

Nota dell’editore

Une version précédente de ce chapitre fut présentée au 3e Congrès de la Société de philosophie des sciences, Université Paris-Sorbonne, novembre 2009. L’auteur remercie Stéphanie Ruphy, présidente de séance, le comité éditorial, dirigé par Daniel Andler, les deux experts anonymes pour leurs conseils précieux et Pierre-Jean Renaudie pour la révision du texte français.

Testo integrale

1L’une des activités les plus importantes des scientifiques consiste à prendre la décision de se fier à certains résultats empiriques ou d’accepter une certaine hypothèse. L’analyse philosophique de cette activité a changé radicalement au cours du XXe siècle. Autrefois, la plupart des philosophes des sciences croyaient que ces décisions étaient forcées par les relations logiques entre les propositions qui exprimaient les hypothèses et l’évidence. Les scientifiques pouvaient fonder leurs décisions sur la “logique de la science”, pour rappeler une expression de Rudolf Carnap, c’est-à-dire sur une analyse des assertions scientifiques qui faisait abstraction “des personnes qui affirment les assertions et des conditions psychologiques et sociologiques de ces assertions” (Carnap, 1938, p. 43). Une extension de cette théorie jusqu’aux situations dynamiques, dans lesquelles les hypothèses et l’évidence changent, fut esquissée par Frank Ramsey (1926), qui défendit l’idée selon laquelle les convictions d’un agent à chaque moment devaient satisfaire les axiomes du calcul des probabilités. Cette approche fut formalisée par la méthodologie bayésienne (Rosenkrantz, 1977 ; Howson & Urbach, 2005). Cette méthodologie prétendait même offrir une solution au problème classique de sous-détermination de Pierre Duhem, qui suggère que quand la conjonction d’une théorie substantielle et de plusieurs hypothèses auxiliaires a été réfutée par l’évidence empirique, il n’y a aucune raison permettant de déterminer s’il faut rejeter la théorie ou les hypothèses auxiliaires ⁚ selon ses défenseurs, la méthodologie bayésienne est capable d’établir quelle décision est rationnelle en ce cas (Dorling, 1979 ; Jeffrey, 1993).

2Ce logicisme a fait l’objet de critiques à partir des années 1950s. Richard Rudner (1953) souleva l’argument que les scientifiques n’assignent pas seulement des probabilités aux hypothèses, mais décident aussi de les accepter ou de les rejeter, et que les jugements de valeur jouent un rôle essentiel dans ces décisions. Par exemple, des jugements de valeur sont nécessaires pour évaluer la gravité de différentes fautes possibles, et par conséquent pour déterminer quel niveau d’évidence est nécessaire pour l’acceptation ou non d’une hypothèse. L’intervention de Rudner suggéra que les valeurs étaient des éléments motivants et directeurs essentiels même dans décisions cognitivement bien fondées.

3Aussitôt que les philosophes des sciences ont reconnu que les valeurs jouent un rôle dans les décisions des scientifiques, le débat s’est développé en plusieurs directions. Par exemple, il y a eu une longue discussion sur le mérite de la distinction entre ce qu’on a appelé valeurs « épistémiques » et « non-épistémiques » (y compris les valeurs pragmatiques, morales, sociales et politiques). Une notion importante a été l’idéal de la science « axiologiquement neutre », dans laquelle les décisions des scientifiques seraient influencées par les valeurs épistémiques mais non par valeurs sociales ou morales (Lacey, 1999). En opposition à cet idéal, d’autres écrivains ont exprimé la conviction que les valeurs sociales et morales peuvent légitimement jouer un rôle dans les décisions des scientifiques, dans la mesure où il est impossible de tracer une distinction nette entre valeurs épistémiques et non-épistémiques (Douglas, 2009).

4En outre, le panorama a été compliqué par l’idée selon laquelle les scientifiques s’appuient dans leurs raisonnements sur une grande quantité de connaissances et de compétences inarticulées (Polanyi, 1958) et par la prise de conscience du fait qu’un grand nombre d’inférences et de décisions en situations complexes sont dirigées par des règles heuristiques qui n’aspirent pas à l’exhaustivité (Gigerenzer & Selten, 2001).

5Ce texte se propose d’ajouter un nouvel élément à ce débat, en posant une question qui n’a jamais été discutée en façon systématique ⁚ celle de savoir ce qui se passe dans les cas où les valeurs qui déterminent les décisions des scientifiques entrent en conflit les unes avec les autres. Je vais examiner les dilemmes méthodologiques qui confrontent les scientifiques. Comme les dilemmes moraux, les dilemmes méthodologiques se présentent comme des conflits de valeurs pour lesquels il n’y a pas de résolution totalement satisfaisante. Je vais d’abord expliquer les particularités du système des valeurs de la science qui sont susceptibles de donner lieu à des dilemmes méthodologiques. Je donnerai un exemple de dilemme méthodologique dans le développement de la physique quantique. Je me tournerai ensuite vers les procédés qui permettent d’arriver à une résolution pratique des dilemmes méthodologiques. Je soutiens qu’arriver à une telle résolution dépend généralement des réponses émotionnelles des scientifiques aux valeurs en conflit. Avant de conclure, j’examinerai jusqu’à quel degré et sous quelles circonstances l’appel à des réponses émotionnelles dans la résolution des dilemmes méthodologiques peut être vu comme justifié rationnellement.

1. La multiplicité des valeurs épistémiques et cognitives

6Les philosophes des sciences étudient la structure normative de la science depuis quelques décennies (Merton, 1942 ; Daston, 1995 ; Ziman, 2000). Par exemple, Larry Laudan (1984, p. 34-35) a discuté le modèle idéalisé suivant de l’axiologie de la science. La science est gouvernée par un système hiérarchique et déductif de valeurs épistémiques et cognitives. La hiérarchie est organisée en niveaux selon la généralité. L’objectif qui est attribué à la science dans son ensemble occupe le sommet. Les niveaux proches du sommet contiennent des valeurs qui sont applicables partout dans la pratique scientifique ou dans une grande variété de scénarios de recherche ; les valeurs aux niveaux inférieurs se rapportent à des branches individuelles de la science ou à des activités spécifiques, comme le test des hypothèses ou la génération d’explications. La hiérarchie est caractérisée par deux propriétés logiques ⁚ la cohérence intra-niveau, en vertu de laquelle la poursuite d’une valeur sur un niveau de la hiérarchie est compatible avec la poursuite de toutes les autres valeurs au même niveau, et la fonctionnalité inter-niveau, en vertu de laquelle la poursuite de n’importe quelle valeur sur un niveau de la hiérarchie fait progresser les valeurs sur tous les niveaux plus hauts.

7Ce modèle idéalisé suggère aussi une procédure pour formuler les valeurs qui occupent la hiérarchie. D’abord on attribue un objectif global à la science. Puis, au moyen d’une analyse de ce qui serait nécessaire pour réaliser cet objectif et d’une étude des scénarios spécifiques dans lesquels les scientifiques peuvent se trouver, on infère les valeurs qui remplissent le reste de la hiérarchie.

8La pratique scientifique réelle s’écarte de ce modèle idéalisé à deux égards au moins. En premier lieu, il n’y a pas de consensus en ce qui concerne l’objectif global de la science ⁚ des penseurs différents attribuent à la science l’objectif de formuler des théories vraies, de formuler des théories proches à la vérité, de distinguer le monde actuel parmi l’ensemble de tous les mondes possibles, de formuler des théories ayant la plus grande adéquation empirique, de permettre la maîtrise des phénomènes naturels, etc. En outre, les penseurs font peu d’efforts systématiques pour parvenir à un consensus sur ce point. En second lieu, les penseurs n’ont jamais mené à bien la tâche d’établir, pour chacun de ces objectifs possibles de la science, quelles sont les valeurs aux niveaux inférieurs qui leur sont fonctionnellement reliées, sans parler de la tâche additionnelle de démontrer que la structure résultante témoigne d’une cohérence intra-niveau.

9En attendant qu’on ait remédié à ces défauts, la description la plus réaliste possible de la structure normative de la science prend la forme suivante. La science est gouvernée par un bouquet de valeurs épistémiques et cognitives. Ce bouquet comprend l’efficacité prédictive, la complétude, la cohérence, le pouvoir explicatif, la simplicité, l’objectivité, l’intelligibilité, la résolubilité, l’acceptabilité métaphysique et le mérite esthétique. Nous n’avons aucune base pour soutenir que ces valeurs ont un rapport particulier avec l’objectif global de la science, qu’elles forment une hiérarchie caractérisée par la fonctionnalité inter-niveau, ou même qu’elles sont compatibles les unes avec les autres en toutes circonstances. La meilleure justification possible de ces valeurs est décousue ⁚ chaque valeur encourage une conduite qui est épistémologiquement et cognitivement souhaitable dans certaines circonstances. Les circonstances auxquelles la justification d’une valeur se rapporte ne sont pas nécessairement les mêmes dans lesquelles on croit qu’une autre valeur encourage une conduite souhaitable. Au lieu d’une justification d’une hiérarchie rigide de valeurs en son entièreté, en somme, on rencontre des justifications indépendantes en grande mesure les unes des autres d’une multiplicité de valeurs épistémiques et cognitives.

10De nombreux écrivains qui ont discuté des aspects normatifs de la science sont parvenus à une conclusion identique. Il est frappant que les discussions de ce sujet semblent invariablement aboutir à des listes de points disparates, n’ayant aucun fort principe d’unification sous-jacent. Thomas S. Kuhn a proposé une liste de cinq valeurs qui forment la base partagée du choix entre les théories ⁚ la précision, la cohérence interne, l’envergure, la simplicité et la fécondité (Kuhn, 1977, p. 426-427). W. H. Newton-Smith a offert une liste des « caractéristiques qui assurent la qualité des théories »⁚ l’emboîtement observationnel, la fécondité, la qualité des résultats antécédents, le soutien inter-théorie, la continuité, la cohérence interne, la compatibilité avec les principes métaphysiques bien fondés et la simplicité (Newton-Smith, 1981, p. 226-230). Ernan McMullin a énuméré comme « valeurs caractéristiques d’une bonne théorie scientifique » l’exactitude prédictive, la cohérence interne, la consistance externe, le pouvoir unifiant et la fécondité, avant de mentionner la simplicité comme « un autre candidat plus problématique » (McMullin, 1983, p. 15-16). Helen Longino, écrivant que « les valeurs et les contraintes dominantes découlent d’une compréhension de ce qui compte comme une bonne explication », énumère la vérité, l’exactitude, la simplicité, la prévisibilité et la portée (Longino, 1990, p. 4). Pourquoi tous ces écrivains ont-ils opté pour une énumération, plutôt qu’une forme d’exposition plus rigide ou plus structurée ? Je présume qu’ils se sont rendu compte qu’ils ne pouvaient pas établir que les valeurs qu’ils voulaient préconiser formaient un système unifié et fondé sur des principes d’organisation plus profonds. Au lieu de cela, d’une façon presque baconienne, ils se sont trouvés obligés d’énumérer une multiplicité de valeurs, pour chacune desquelles ils pouvaient fournir une justification comme étant épistémiquement et cognitivement féconde en certaines circonstances, mais sans qu’aucune de ces valeurs ne puisse être fonctionnellement reliée aux autres.

11Il est possible, naturellement, que les écrivains cités dans l’alinéa précédent n’aient pas fidèlement décrit les systèmes de valeurs tacites des scientifiques en chair et en os. Il faut étudier celles-ci à part. Jusqu’ici, il y a eu peu d’études empiriques des systèmes de croyance des scientifiques pour établir à quelles valeurs ils souscrivent réellement. L’évidence disponible suggère néanmoins que les scientifiques souscrivent à un bouquet de valeurs épistémiques et cognitives qui a peu de rigidité et qu’ils justifient par rapport à des considérations différentes (Krasner & Houts, 1984 ; Prpic, 1998). À cet égard, les comptes rendus des auteurs cités ci-dessus reflètent la pratique de la science.

12Le fait que chacune des valeurs auxquelles les scientifiques souscrivent a une justification distincte, et que les valeurs ne constituent pas une hiérarchie caractérisée par la cohérence intra-niveau et la fonctionnalité inter-niveau, a une conséquence importante pour la pratique scientifique ⁚ cela ouvre la possibilité de conflits entre valeurs. Il n’y a rien qui puisse empêcher que les valeurs épistémiques et cognitives tirent dans des directions différentes dans une situation donnée ⁚ la poursuite de l’exactitude prédictive peut entrer en conflit avec la poursuite de la simplicité, par exemple, ou la simplicité avec l’intelligibilité.

13J’appelle ces confits entre valeurs « dilemmes méthodologiques » (McAllister, 2007). Les dilemmes sont des cas d’obligations incompatibles. Une personne face à un dilemme a une obligation d’accomplir deux actions ou plus qui sont incompatibles. Lors d’un dilemme, on semble condamné à échouer ⁚ quel que soit le choix que l’on fait, on violera une autre obligation.

2. Un paradigme : les dilemmes moraux

14Il est utile, afin de créer une base pour analyser les dilemmes méthodologiques, de passer en revue certaines conclusions de la discussion des dilemmes moraux. Ces derniers entraînent des conflits entre obligations morales. Certains dilemmes moraux surviennent parce que des propriétés contingentes du monde ne nous permettent pas de remplir un seul précepte universellement ou sans exception. Par exemple, sauver la vie d’une personne peut, à cause de circonstances contingentes, nécessiter de laisser mourir une autre personne. D’autres dilemmes moraux sont causés par l’impossibilité de remplir des obligations distinctes. Un exemple est une situation dans laquelle dire la vérité est en conflit avec prévenir un mal (Ryle, 1954 ; Gowans, 1987).

15Si un code moral était un système axiomatique, dans lequel chaque précepte était une conséquence, une spécification ou une application d’un précepte plus général, n’importe quel conflit apparent entre deux préceptes sur un certain niveau pourrait être résolu en consultant le précepte duquel les deux découlent. Certains philosophes du passé croyaient en effet que la structure des codes moraux rendait impossibles les dilemmes moraux. Immanuel Kant maintenait que son monisme moral empêchait les obligations d’entrer en conflit, par exemple, et les penseurs utilitaristes comme John Stuart Mill croyaient que n’importe quel dilemme apparent entre lignes de conduite pouvait être résolu par une application plus générale du principe d’utilité. La plupart des philosophes d’aujourd’hui, par contraste, conviennent que les dilemmes moraux ont lieu. Leur explication est, en général, que nos codes moraux ne forment pas des hiérarchies stables, avec la conséquence qu’il n’y a pas de méthode systématique de résolution de tous les conflits.

16Chaque résolution pratique d’un dilemme moral, parce qu’elle comporte la violation d’un principe éthique, laisse un résidu moral, consistant typiquement en des sentiments de regret, de remords ou de culpabilité. En citant ce phénomène, Bernard Williams (1965) a avancé que, dans une mesure importante, les dilemmes moraux ressemblent plus aux conflits entre désirs qu’aux conflits entre convictions. Quand nous acceptons une seule de deux convictions incompatibles, nous rejetons l’autre conviction sans réserve. Il n’y a pas de regret à la perte d’une croyance que nous regardons maintenant comme fausse. Par contraste, quand nous suivons un seul de deux désirs incompatibles, le désire réprimé n’est pas rejeté ⁚ il se manifeste sous la forme d’un regret de ce qui nous manque. Notre expérience des dilemmes moraux partage cette caractéristique.

17Les neurosciences nous donnent des preuves empiriques de plus en plus abondantes du fait que le système émotionnel joue un rôle important dans le raisonnement pour résoudre les dilemmes moraux. Les études pertinentes sont de deux sortes. En premier lieu, des études d’imagerie fonctionnelle ont révélé que le cortex préfrontal ventromédian, une région du cerveau connue pour être importante pour les processus émotionnels, est activé pendant le raisonnement sur les dilemmes moraux. En deuxième place, des études cliniques, particulièrement de patients avec des dommages au cortex préfrontal ventromédian, ont établi une corrélation entre la perte de fonctionnalité dans le champ des émotions et la détérioration de la capacité de résoudre les dilemmes moraux. Combinées ensemble, ces études indiquent que l’émotion n’est pas seulement engagée pendant le raisonnement sur les dilemmes moraux, mais qu’elle est essentielle au raisonnement dans ce domaine (Young & Koenigs, 2007 ; Greene, 2009 ; Cushman, Young & Greene, 2010).

3. Dilemmes méthodologiques en science

18Tandis qu’un dilemme méthodologique provient de valeurs épistémiques et cognitives plutôt que de valeurs morales, sa structure est équivalente à celle d’un dilemme moral ⁚ un scientifique a une obligation d’observer deux ou plusieurs préceptes méthodologiques qui sont incompatibles. N’importe quelle résolution pratique d’un dilemme méthodologique comporte la violation d’un précepte méthodologique que les scientifiques acceptent comme légitime.

19Un dilemme méthodologique survient par exemple dans la dynamique des fluides et ailleurs dans les sciences de l’ingénieur où un compromis doit être fait entre les valeurs de rigueur et d’exactitude d’un côté et de résolubilité et de calculabilité d’autre côté.

20Les dilemmes méthodologiques ont les caractéristiques suivantes, qui sont équivalentes aux propriétés des dilemmes moraux. En premier lieu, les dilemmes méthodologiques, contrairement aux controverses simples, ne consistent pas au premier chef en un désaccord sur des questions de fait. Ils tournent plutôt autour de tensions méthodologiques. Il est probable que des résolutions pratiques différentes d’un dilemme méthodologique amèneront aussi les scientifiques à adopter des convictions différentes sur des questions de fait, mais cela n’est pas le point crucial d’un dilemme méthodologique.

21En second lieu, les acteurs ayant affaire à un dilemme méthodologique reconnaissent que toutes les résolutions pratiques possibles ont des désavantages. Ces désavantages dérivent du fait qu’un précepte méthodologique quel qu’il soit est violé. Cela veut dire qu’un dilemme méthodologique, comme un dilemme moral mais à la différence de controverses scientifiques, n’admet pas de résolution qui est satisfaisante à tous égards.

22En troisième lieu, en conséquence, une résolution pratique d’un dilemme méthodologique laisse un résidu analogue à celui qui suit d’un dilemme moral. Le résidu d’un dilemme méthodologique n’atteint pas normalement le niveau d’angoisse que nous éprouvons dans certains cas moraux ⁚ il prend plutôt la forme d’une insatisfaction cognitive ou d’un sentiment de manque de compréhension. Nous pouvons considérer l’existence de ce résidu comme la preuve du fait qu’un épisode a constitué un dilemme méthodologique et non simplement une controverse ⁚ un scientifique qui a résolu une controverse peut ne ressentir rien d’autre que la satisfaction d’avoir établi les faits, mais la résolution d’un vrai dilemme méthodologique n’offre pas de satisfaction si pure.

23Kuhn a proposé l’idée qu’une avancée scientifique sur un niveau peut être accompagnée d’un recul à un autre niveau. Il a suggéré que les révolutions scientifiques comportent invariablement des pertes de prestation dans certains domaines ainsi que des gains dans d’autres domaines (Kuhn, 1970, p. 99-100 ; Vihalemm, 2000). Cette perte crée un dilemme pour les scientifiques, parce que tout choix entre les paradigmes ancien et nouveau comporte des coûts. La transition du modèle cartésien au modèle newtonien du système solaire en fournit un exemple. La mécanique céleste newtonienne était supérieure en plusieurs égards à celle de son prédécesseur. Cependant, le système newtonien implique une perte de pouvoir explicatif par rapport à certaines propriétés du système solaire. Le modèle cartésien était en état d’expliquer facilement le fait que les orbites des planètes se trouvent à peu près dans le même plan et que les planètes gravitent autour du soleil dans le même sens ⁚ ces faits sont une conséquence de l’origine du système solaire dans un grand tourbillon (Aiton, 1972). Par contraste, le modèle newtonien considérait ces faits comme des conditions initiales arbitraires du système physique, pour lesquelles on ne pouvait offrir aucune explication au sein de la théorie. Un philosophe de la nature de la fin du XVIIe siècle qui aurait eu à évaluer cette perte de pouvoir explicatif accompagnant les avantages de la théorie newtonienne aurait éprouvé un dilemme concernant le choix entre les théories.

4. Une étude de cas : dilemmes méthodologiques dans la physique quantique

24Pour détecter les dilemmes méthodologiques en science dans l’histoire des sciences, on doit chercher les avancées scientifiques qui ont engagé la violation d’un précepte accepté pour se conformer à un autre précepte.

25Le développement de la théorie quantique dans les années 1920 et 1930 est une source d’exemples très riche. Les physiciens créèrent la théorie quantique en s’efforçant de rendre compte de résultats expérimentaux relatifs à certains phénomènes qui s’étaient avérés inexplicables au moyen des théories physiques classiques ⁚ le rayonnement du corps noir, l’effet photoélectrique et les spectres d’absorption et d’émission des atomes. Cependant, la théorie quantique se révéla bientôt très différente des théories de la physique classique ⁚ elle était indéterministe, représentait le monde à certains égards comme discontinu et ne se prêtait pas à une visualisation consistante. Ces particularités de la théorie conduisirent à un dilemme entre le précepte de rendre compte des données empiriques et le précepte de maintenir le style de théorisation qui s’était montré si fructueux dans la physique classique.

26Une manifestation particulière de ce dilemme se rapportait à la nature des constituants fondamentaux du monde physique. Certaines expériences semblaient confirmer non seulement que les électrons étaient des particules mais aussi que le rayonnement électromagnétique, y compris la lumière, était un phénomène de particules ; d’autres expériences semblaient indiquer non seulement que le rayonnement électromagnétique était un phénomène ondulatoire mais aussi que les électrons se comportaient comme des ondes. Certaines expériences, comme l’expérience de la double fente, apportaient même un appui aux deux conclusions simultanément. Ces résultats signifiaient qu’un conflit survenait entre trois préceptes méthodologiques qui étaient en harmonie dans la physique classique ⁚ le précepte exigeant la cohérence logique interne des théories, le précepte demandant à ce que les théories soient en accord avec les données empiriques, et le précepte requérant la possibilité de visualiser les phénomènes submicroscopiques en termes classiques. Les physiciens découvrirent qu’obéir à deux quelconques de ces préceptes impliquait de violer le troisième. Les premiers physiciens quantiques décrivaient souvent cette situation comme le dilemme onde-particule (Rosenfeld, 1973 ; Beller, 1999, p. 227-232).

27À un niveau plus général, le dilemme présenté par les phénomènes quantiques prit la forme d’un conflit entre l’exigence de formuler des théories déterministes et offrant des visualisations des phénomènes en termes classiques d’un côté, et l’exigence de préférer les théories qui offraient le meilleur accord avec les données empiriques de l’autre côté. Les valeurs épistémiques et cognitives sont entrées à plusieurs reprises en conflit dans le développement de la théorie quantique ⁚ les valeurs d’exactitude empirique, de cohérence, de simplicité, d’objectivité, d’intelligibilité et de resolubilité mathématique tendaient vers des directions différentes. Par exemple, l’exactitude empirique et la simplicité semblaient nécessiter une approche abstraite qui se limitait à établir un rapport entre les magnitudes de quantités observables, comme celle qui avait abouti à la mécanique des matrices, tandis que l’intelligibilité semblait nécessiter une approche qui produisait des visualisations des phénomènes quantiques, comme celles de la mécanique ondulatoire.

28Ce dilemme divisa la communauté de la physique en deux. Un premier groupe, incluant Niels Bohr et Werner Heisenberg, jugea que la perte de déterminisme et de visualisation représentait un coût raisonnable pour une théorie de haute qualité empirique des phénomènes subatomiques. L’autre groupe, comprenant Albert Einstein et Erwin Schrödinger, reconnut le succès empirique de la théorie quantique, mais trouva la théorie inacceptable du fait qu’elle violait les préceptes classiques de la théorisation. Schrödinger fut repoussé en particulier par l’abstraction de la théorie quantique ⁚ il s’efforça de trouver une visualisation de l’équation qui porte son nom, mais il apparut rapidement que celle-ci ne pouvait être trouvée. Par contraste, Einstein n’était pas satisfait par l’indéterminisme de la théorie ⁚ pour lui, la beauté du monde aurait été gâtée si Dieu décidât des événements par hasard.

29Chacun des deux groupes pouvait prétendre agir de façon justifiée. Bohr et Heisenberg suivaient des valeurs épistémiques et cognitives bien fondées en adoptant la meilleure théorie disponible des phénomènes subatomiques. Cependant, l’autre groupe pouvait aussi revendiquer un soutien empirique ⁚ la leçon de la physique classique semblait être pour eux que l’adhésion aux principes du déterminisme et de la visualisation est cruciale à long terme pour le progrès scientifique.

30Cependant, chacun des deux groupes apercevait aussi les inconvénients de la résolution pratique du dilemme en faveur de laquelle il plaidait. Bohr, Heisenberg et d’autres membres de leur groupe ne laissaient pas d’être perturbés par l’indéterminisme et par le manque de visualisation de la théorie quantique ⁚ nombre d’entre eux jugeaient inquiétant de ne pouvoir plus faire confiance à leurs intuitions classiques dans le développement et l’application de la théorie physique. Par exemple, Bohr écrivit que l’acceptation de la théorie quantique avait été rendue possible « seulement par une renonciation consciente à nos attentes habituelles en termes de visualisation et de causalité » (Bohr, 1934, p. 108). Einstein, Schrödinger et d’autres physiciens de la même opinion, pour leur part, reconnurent le désavantage qu’il y avait à rejeter la théorie des phénomènes submicroscopiques qui offrait les meilleurs résultats empiriques. Par exemple, Einstein admit que la théorie quantique avait démontré qu’elle était bien en accord avec les données empiriques alors même qu’il se résolut, tout bien considéré, à rejeter la théorie. Dans le passage suivant, il formule ses objections en termes d’une incomplétude prétendue de la théorie quantique ⁚

Des expériences sur l’interférence avec rayons des particules ont donné une preuve brillante que le caractère ondulatoire des phénomènes du mouvement, comme la théorie l’assume, correspond vraiment aux faits. En plus, la théorie a réussi, facilement, à démontrer les lois statistiques de la transition d’un système d’une condition quantique à une autre sous l’action de forces extérieures, ce qui, du point de vue de la mécanique classique, semble être un miracle. […] Malgré cela, néanmoins, je crois que la théorie est capable de nous induire en erreur dans notre recherche d’une base uniforme pour la physique, parce que, à mon avis, c’est une représentation incomplète des choses réelles […]. L’incomplétude de la représentation est le résultat de la nature statistique […] des lois. (Einstein, 1936, p. 374)

31Les protagonistes reconnurent ainsi qu’aucune des résolutions pratiques imaginables de la situation n’était idéale à tous les égards, et ils acceptèrent le résidu d’insatisfaction cognitive qui s’en serait inévitablement ensuivi (Keller, 1979). Cette admission et acceptation font de ce cas un dilemme méthodologique plutôt qu’une simple controverse.

32Le dilemme fut en définitive résolu de la manière prônée par Bohr, Heisenberg et leur groupe ⁚ par l’abandon des préceptes classiques de la théorisation, par la décision de fonder le choix entre les théories purement sur les prestations empiriques et par l’acceptation de la perte concomitante de déterminisme et de visualisation. En ce qui concerne le dilemme spécifique onde-particule, cette résolution comportait l’abandon des termes classiques de la discussion ⁚ les constituants du monde physique ne sont ni des particules ni des ondes classiques, mais plutôt des entités radicalement nouvelles qui peuvent être appelées « particules quantiques » ou « ondicules » et qui n’ont pas d’équivalent précis dans théories précédentes.

33Cette analyse montre comment l’on a trouvé des résolutions pratiques pour quelques-uns des dilemmes initiaux de la théorie quantique. Néanmoins, l’idée que les phénomènes quantiques nous confrontent à des dilemmes reste jusqu’à aujourd’hui un trope classique dans les expositions de la théorie (Whitaker, 2006). Les physiciens l’utilisent pour rappeler aux étudiants que la théorie quantique inaugura une phase sans précédent dans le développement de la science physique.

5. Fonctions cognitives des émotions

34Comment les scientifiques arrivent-ils à une résolution pratique d’un dilemme méthodologique ? Le fait crucial des dilemmes méthodologiques est qu’ils proviennent de conflits entre les valeurs épistémiques et cognitives. N’importe quelle résolution d’un dilemme viole une valeur épistémique ou cognitive. Si ces valeurs formaient une hiérarchie stable, il serait possible de décider entre eux en faisant appel à une valeur supérieure. Comme nous l’avons vu, cependant, les valeurs épistémiques et cognitives que les scientifiques reconnaissent ne forment pas de hiérarchie stable. Il n’est pas évident pour cette raison de savoir quelle valeur épistémique ou cognitive on doit privilégier dans un dilemme.

35La structure des dilemmes méthodologiques a pour conséquence qu’ils ne sont pas résolubles par le moyen d’un raisonnement algorithmique. Prenons comme point de référence l’idéal d’un calculateur rationnel. Ceci est un agent parfaitement rationnel ⁚ il prend des décisions en suivant toutes les instructions applicables et en tenant compte de toutes les informations pertinentes. Il est capable de faire face à un conflit entre préceptes seulement si on lui fournit de principes pour arbitrer entre les préceptes en conflit. Dans la mesure où un dilemme est précisément une situation dans laquelle de tels principes n’existent pas, un calculateur rationnel serait paralysé dans un véritable dilemme méthodologique ⁚ il serait incapable de parvenir à aucune résolution pratique.

36Cela suggère que, dans la mesure où les scientifiques sont capables – bien qu’avec un certain malaise cognitif – d’arriver à une résolution pratique de dilemmes méthodologiques, leur conduite doit être distinguée de celle d’un calculateur rationnel. Il faut plutôt considérer que les scientifiques s’appuient sur une faculté pour dépasser les obstacles qui arrêteraient le calculateur rationnel. Il est raisonnable de conjecturer que cette faculté est le système émotionnel des scientifiques.

37Les résultats des recherches dans les neurosciences et des expériences cliniques rassemblées par Antonio R. Damasio (1994), Joseph LeDoux (1996) et d’autres, indiquent que les capacités cognitives d’un sujet sont diminuées à la suite de dommages au cortex préfrontal ventromédian. Les sujets dans lesquels cette région est endommagée, comme l’« Elliot » de Damasio, perdent tout relief émotionnel ⁚ ils ne montrent que rarement des émotions et ne le font que dans un répertoire limité. De façon plus inattendue, ils montrent aussi un affaiblissement de la capacité de raisonner.

38Cet affaiblissement se manifeste plus fortement dans le raisonnement pratique, qui consiste à faire des projets et à prendre des décisions dans des contextes pratiques et concrets, que dans le raisonnement théorique, qui consiste en inférer des conclusions de prémisses en contextes théoriques et abstraits. Damasio rapporte que les sujets ayant subi des dommages au cortex préfrontal ventromédian fonctionnent généralement bien en situation de raisonnement théorique. Certains démontrent même des capacités analytiques accrues dans ces contextes. Par contraste, ces sujets manifestent des déficiences dans le raisonnement pratique ⁚ ils retardent souvent démesurément les décisions ou ne parviennent pas à une décision en situation pratique. Dans de nombreux cas, ils démontrent une espèce d’hyperrationalité, en abordant des choix insignifiants avec des moyens analytiques disproportionnés, comme des analyses coûts-avantages étendues qui ne sont pas du tout proportionnées à l’enjeu. Quand ils parviennent finalement à une décision, elle est souvent imparfaite et contraire à leurs intérêts.

39L’émotion semble contribuer de deux manières au raisonnement pratique. En premier lieu, l’émotion fixe les objectifs, les valeurs et les préférences qui dirigent le raisonnement et la conduite du sujet. En d’autres termes, elle garantit que le sujet s’intéresse au résultat d’une situation donnée et fournit la motivation pour chercher un résultat qui satisfait certaines exigences. En second lieu, l’émotion permet au sujet d’identifier les aspects saillants d’une situation. L’émotion permet ainsi au sujet de prendre des décisions en fixant le regard sur quelques éléments décisifs, au lieu de devoir se comporter comme un calculateur rationnel qui exécute une analyse coûts-avantages de toutes les options disponibles. Sans système émotionnel opératoire, le sujet manque non seulement d’objectifs stables qui le poussent à prendre des décisions déterminées, mais aussi de la capacité d’analyser une situation donnée en vue d’atteindre ces objectifs. Cela explique pourquoi les sujets qui sont privés d’un système émotionnel fonctionnel ont tendance à renvoyer les décisions, en effectuant des analyses futiles et interminables relatives aux options théoriquement possibles.

40L’émotion joue un rôle particulièrement important dans les décisions en situation dans lesquelles les objectifs et les informations du sujet ne sont pas complets, cohérents et révisables. Ces situations se présentent quand les valeurs, les priorités ou les critères du sujet sous-déterminent la décision ou sont en conflit les uns avec les autres, ou quand les informations sur lesquelles la décision doit être prise sont incomplètes, contradictoires, ambiguës ou trop longues à passer en revue. Dans de telles circonstances, il n’est pas possible de prendre une décision en prenant en considération systématiquement tous les facteurs pertinents. Au lieu de quoi, les sujets dans ces situations prennent pour la plupart des décisions en se concentrant de façon sélective sur quelques facteurs tout en négligeant d’autres. Si l’émotion a pour fonction de faire ressortir de façon saillante certains aspects de certaines situations, la capacité d’éprouver des émotions est essentielle pour prendre des décisions dans de telles situations.

6. L’émotion dans les décisions des scientifiques

41Les scientifiques prennent de nombreuses décisions purement théoriques, comme celle de juger si une certaine conclusion suit de prémisses données ou si un calcul particulier a été exécuté correctement. Les décisions les plus intéressantes et importantes des scientifiques, cependant, exigent un raisonnement pratique. Les exemples les plus évidents sont les décisions concernant la façon d’expliquer une observation, d’établir ou de réfuter une thèse, de construire une théorie, de résoudre un problème, de projeter et réaliser une expérience et de développer un programme de recherche. Les résultats de ces décisions sont composés de choix de lignes de conduite, de plans et de stratégies. De nombreuses autres décisions des scientifiques, quoique d’apparences théoriques, ont des implications pratiques. Il pourrait sembler que décider de se fier à des résultats empiriques et d’accepter une théorie implique simplement de juger si l’on doit ou non donner son assentiment à une certaine proposition ⁚ en réalité, pourtant, ce sont aussi des décisions pratiques, qui déterminent les attitudes, les engagements et les actions dans le travail scientifique.

42En outre, les scientifiques sont souvent appelés à prendre ce type de décisions dans des circonstances complexes et confuses. Dans certains cas, les scientifiques sont appelés à résoudre des dilemmes, dans lesquels les valeurs épistémiques et cognitives applicables sont en conflit ⁚ les scientifiques doivent souvent mettre en balance exactitude et simplicité des théories, par exemple, ou précision et réalisabilité des expériences. Dans d’autres cas, l’information pertinente pour la décision n’est pas complète, cohérente et révisable. Certaines théories et modèles scientifiques sont logiquement incomplets, inconsistants, se prêtent à des interprétations différentes ou ont des implications qu’on ne peut pas déterminer. Les données empiriques sont aussi souvent incomplètes, inconsistantes, ambiguës, pas complètement fiables ou trop abondantes pour pouvoir être intégralement passées en revue.

43Les conclusions de Damasio, LeDoux et d’autres récapitulées dans la section précédente suggèrent que ces dilemmes définissent précisément les circonstances dans lesquelles l’émotion joue un rôle cognitif important. Se basant sur ces conclusions, on devrait s’attendre à ce que les scientifiques soient incapables de prendre des décisions dans ces circonstances sans s’appuyer sur leur système émotionnel (McAllister, 2005). Pour ces raisons, on devrait supposer que l’émotion joue un rôle important en permettant aux scientifiques d’arriver à des résolutions pratiques des dilemmes méthodologiques.

44Cette hypothèse est confirmée par la façon selon laquelle les scientifiques prennent des décisions. Les scientifiques prennent souvent des décisions importantes non pas en tenant compte de tous les facteurs pertinents, mais en se concentrant de façon sélective sur un aspect spécifique de la situation. Une seule considération est souvent suffisante pour convaincre un scientifique qu’une certaine ligne de conduite est justifiée, par exemple. Autrement dit, les scientifiques semblent suivre un mécanisme qui les informe qu’un certain aspect d’une situation est crucial pour une décision donnée, et que les autres aspects – qui sont a priori également pertinents – peuvent être négligés. Un tel mécanisme fait défaut à un calculateur rationnel, qui s’obstinerait à passer en revue tous les facteurs pertinents, il est donné par contre, par la capacité à ressentir l’émotion. Le système émotionnel attribue une importance notable à certains aspects d’une situation, induisant le sujet à négliger d’autres aspects. C’est ainsi que les scientifiques sont capables de prendre des décisions, y compris dans des circonstances dans lesquelles leurs objectifs et informations ne sont pas complets, consistants et révisables, et dans lesquelles par conséquent il est impossible d’évaluer tous les facteurs pertinents.

45En dépit de l’image publique de découvreurs objectifs de faits qu’ils affectionnent particulièrement, les scientifiques se montrent parfois conscients de prendre des décisions en partie à l’aide de l’émotion. Certains scientifiques admettent qu’ils ont basé leurs décisions sur des pressentiments ou des intuitions (Platt & Baker, 1931 ; Bunge, 1962 ; Gruber, 1981 ; Simonton, 1999, p. 25-74). Les décisions qu’on attribue à ces facteurs semblent avoir les caractéristiques suivantes. En premier lieu, une considération particulière détermine la décision de manière complète et globale dans la pensée du scientifique. Deuxièmement, la force de cette considération apparaît au scientifique soudainement ou en un éclair. Troisièmement, les raisons que le scientifique est capable d’offrir pour la décision ne satisfont pas les normes habituelles de justification explicite et rigoureuse. On s’attendrait à voir ces caractéristiques dans des décisions basées en partie sur l’émotion.

46Un examen des décisions des scientifiques suggère que leurs réponses émotionnelles à des résultats empiriques et à des théories incluent la surprise, le plaisir, la certitude, la compréhension, la perplexité, le doute et le dégoût. Ils constituent une classe spécifique d’émotions cognitives, influentes dans la pratique scientifique (Scheffler, 1977 ; Griffiths, 1997, p. 100-136). Un scientifique peut éprouver une sensation de plaisir en percevant un résultat empirique ou une théorie, par exemple, et une émotion lui donnant la certitude qu’il est correct. Un résultat empirique ou une théorie peuvent susciter une émotion correspondant à la compréhension ou à la perplexité chez le scientifique. Inversement, le scientifique peut éprouver du doute ou du dégoût en regardant un résultat empirique ou une théorie.

47Confronté à la nécessité de décider s’il faut se fier à un résultat empirique ou accepter une théorie, un calculateur rationnel serait incapable de prendre une décision. Un tel agent devrait passer en revue tous les aspects de la situation, sans quoi il exigerait une raison suffisante de considérer certains aspects comme non pertinents. Par contraste, un scientifique réel est capable d’éprouver une émotion en réponse à un ou plusieurs aspects du résultat empirique ou de la théorie. Cette réponse émotionnelle conduit le scientifique à décider s’il doit se fier à un résultat empirique ou accepter une théorie. C’est seulement grâce à l’emploi de l’émotion que les scientifiques sont capables de prendre de telles décisions.

48Le rôle des réponses émotionnelles des scientifiques aux dilemmes méthodologiques est évident dans le développement de la physique quantique. Un calculateur rationnel se serait arrêté dans les circonstances décrites ci-dessus. Des physiciens comme Bohr, Heisenberg et Schrödinger furent obligés de baser leurs décisions dans une large mesure sur leurs réponses émotionnelles aux résultats empiriques et aux théories. Il n’est pas exagéré de dire que le trajet parcouru par la physique quantique dans la période de 1925 à 1927 fut déterminé substantiellement par les émotions des physiciens (Beller, 1996 ; Beller, 1999, p. 30-39).

7. La justification rationnelle de l’émotion

49Cette analyse établit, à mon avis, que les scientifiques s’appuient en partie sur l’émotion lors de décisions de certaines sortes, et en outre qu’il ne serait pas possible pour les scientifiques de prendre de telles décisions sans s’appuyer en partie sur l’émotion. Cependant, l’analyse menée jusqu’ici n’établit pas si et dans quelle mesure le recours à l’émotion dans la pratique scientifique est justifié. Cette question doit maintenant être abordée.

50L’emploi d’une certaine procédure pour arriver à une conclusion est justifié si le fait que l’on est arrivé à la conclusion par le moyen de cette procédure constitue, sous certaines conditions, une raison de croire que l’inférence est justifiée. Par exemple, l’emploi de l’induction pour arriver à une inférence est justifié si le fait qu’on a employé l’induction pour y arriver constitue, sous certaines conditions, une raison de croire que l’inférence est justifiée.

51Est-ce que le fait qu’un scientifique prend une décision en s’appuyant sur l’émotion constitue, sous certaines conditions, une raison de croire que la décision est justifiée ? Cette question constitue un test définitif pour tout point de vue qui attribue un rôle cognitif à l’émotion. Si la réponse est négative, l’émotion peut certes être appelée cognitive au sens où elle définit un élément inéliminable de la cognition, mais pas au sens où elle constitue une ressource cognitive. Si la réponse est affirmative, la proposition selon laquelle l’émotion et la cognition sont en opposition est définitivement réfutée.

52Pour pouvoir donner une réponse affirmative à cette question, nous devrions découvrir une caractéristique quelle qu’elle soit de l’émotion qui augmente les chances que des décisions prises en s’appuyant en partie sur elle soient justifiées. Revenons à l’exemple de la décision des scientifiques de se fier à un résultat empirique ou d’accepter une théorie. Pour établir que le recours à l’émotion dans des décisions de cette sorte est justifié, nous devrions montrer que les réponses émotionnelles des scientifiques aux résultats empiriques et aux théories sont des détecteurs fiables de propriétés cognitives souhaitables de résultats empiriques et de théories, comme la vérité, la validité, l’adéquation empirique ou la fiabilité. Si, au contraire, les réponses émotionnelles des scientifiques à résultats empiriques et à théories n’étaient pas corrélées avec aucune propriété cognitive souhaitable, le recours à l’émotion dans ces décisions ne serait pas justifié.

53La question de savoir si les réponses émotionnelles des scientifiques sont des détecteurs de propriétés cognitives souhaitables est en partie une question empirique, qui doit être abordée en partie sur la base de recherches empiriques en psychologie et en histoire des sciences. L’analyse philosophique peut toutefois aussi jeter quelque lumière sur cette question, en concevant des mécanismes qui assureraient que les réponses émotionnelles détectent des propriétés cognitives souhaitables. De tels mécanismes établissent sous quelles conditions les réponses émotionnelles des scientifiques seraient fiables. La démonstration est complète une fois que l’on a déterminé qu’un de ces mécanismes règle en réalité les réponses émotionnelles des scientifiques.

54Paul Thagard (2000, p. 165-221 ; 2002) a esquissé un tel mécanisme. Le point de départ de Thagard est le principe général selon lequel la cohérence est le critère ultime de justification des assertions et des inférences. N’importe quelle justification d’une assertion ou d’une inférence consiste essentiellement à faire voir que son acceptation maximalise la cohérence d’un système conceptuel. Thagard remarque encore que la cohérence dans divers domaines provoque des réponses émotionnelles positives, comme la satisfaction ou un sentiment de plaisir esthétique. Il relie ces deux idées en faisant l’hypothèse selon laquelle les réponses émotionnelles des scientifiques sont sensibles à la cohérence conceptuelle. Par conséquent, les scientifiques peuvent se fier à leurs réponses émotionnelles pour détecter la cohérence et l’incohérence dans les résultats empiriques et dans les théories. L’émotion, en outre, constitue une augmentation des facultés cognitives des scientifiques, puisqu’elle détecte des incohérences dont le sujet n’est pas conscient. Selon cette analyse, les scientifiques sont légitimés à se fier à leurs réactions émotionnelles aux résultats empiriques et aux théories, puisque celles-ci s’accordent avec le desideratum cognitif fondamental de la cohérence. Le fait que la décision d’un scientifique de se fier à un résultat empirique ou d’accepter une théorie est prise en partie sur la base d’une émotion constitue une raison de croire que la décision est justifiée, puisqu’une réponse émotionnelle positive est une preuve du fait que le résultat ou la théorie sont cohérents.

55L’approche de Thagard suppose que le système émotionnel s’accorde en permanence avec le critère de cohérence et que par conséquent il répond de façon identique aux mêmes stimuli dans toutes les circonstances et à tout moment dans l’histoire des sciences. Je pense que son approche sous-estime ainsi la diversité des réponses émotionnelles des scientifiques, en particulier dans la dimension historique. Pour cette raison, je penche plutôt vers un mécanisme qui permet aux réponses émotionnelles des scientifiques de se modifier dans le temps.

56L’exposition répétée à des situations de types différents peut produire un répertoire particulier de réponses émotionnelles chez un sujet donné. Ce processus peut être entièrement inconscient ou partiellement conscient. Par exemple, si un sujet découvre que les situations ayant certaines caractéristiques constituent une menace, ce sujet aura tendance à développer une réponse émotionnelle de peur à l’occasion de nouvelles situations ayant les mêmes caractéristiques. De la même façon, un sujet peut apprendre à surmonter des sentiments de jalousie dans des situations d’une certaine sorte, ayant établi que les sentiments de jalousie dans des situations de cette sorte avaient été injustifiés dans le passé (Gross, 2007).

57Ma conjecture est qu’un phénomène de ce type a lieu dans les sciences. Les scientifiques apprennent à poursuivre et à accorder une grande valeur au succès empirique dans toutes ses formes ⁚ ils accordent une grande valeur aux résultats empiriques qui sont corrects et aux théories qui sont empiriquement adéquates. Quand un résultat empirique ou une théorie est confirmé, les scientifiques développent un affect positif correspondant aux caractéristiques distinctives de ces constructions. Cela veut dire que les scientifiques sont susceptibles d’éprouver une réponse émotionnelle positive à l’occasion de résultats empiriques ultérieurs ou de théories ultérieures qui témoignent des mêmes caractéristiques. Par exemple, si un ensemble de données expérimentales qui montre une certaine tendance ou structure sous-jacente est confirmé, les scientifiques attachent un affect positif à ces caractéristiques ⁚ ils deviennent ainsi disposés à éprouver une réponse émotionnelle positive à des données expérimentales subséquentes qui montrent la même tendance ou structure. De la même façon, si une théorie qui montre une certaine symétrie est confirmée comme empiriquement adéquate, les scientifiques attachent un affect positif à cette propriété et deviennent disposés à éprouver une réaction émotionnelle positive face à de nouvelles théories montrant la même symétrie. Les réponses émotionnelles des scientifiques sont ainsi favorablement disposées à l’égard de résultats empiriques et de théories qui ressemblent à ceux qui ont été confirmés dans le passé.

58On peut trouver de nombreuses confirmations du fait que les réponses esthétiques des scientifiques à leurs théories, qui sont une espèce de réponse émotionnelle, sont formées par ce mécanisme inductif, que dans le domaine esthétique j’ai appelé l’« induction esthétique » (McAllister, 1996).

59Ce mécanisme ne rend pas seulement compte du développement des réponses émotionnelles chez les scientifiques, mais en assure aussi une justification. Si les résultats empiriques et les théories qui ont été confirmés comme corrects par le passé ont montré certaines caractéristiques, il est rationnel de préférer des résultats et des théories ultérieurs qui montrent les mêmes caractéristiques, dans l’espoir que ces caractéristiques promeuvent ou sont corrélées en quelque façon avec la validité. Par exemple, si les données expérimentales précédentes ayant été confirmées dans un domaine quelconque ont montré une certaine tendance ou structure, il est rationnel d’accorder du crédit aux données ultérieures qui montrent la même tendance ou structure. Si les théories dont on a reçu la confirmation du fait qu’elles étaient empiriquement adéquates dans un domaine ont montré une certaine symétrie, il est rationnel d’exiger que les théories nouvelles montrent la même symétrie. Il y a prima facie une indication que de telles caractéristiques reflètent la structure du monde. Les réponses émotionnelles qui conduisent les scientifiques à apprécier les caractéristiques de résultats empiriques et de théories qui ont été confirmés comme corrects par le passé renforcent la conduite rationnelle.

60Bien sûr, même les attentes rationnelles peuvent être déçues ⁚ les meilleurs résultats empiriques et les meilleures théories du futur pourront montrer des caractéristiques différentes de ceux qui ont été confirmés comme corrects par le passé. Ce mécanisme inductif implique que les scientifiques éprouveront d’abord une réponse émotionnelle négative à des résultats empiriques ou théories ayant caractéristiques radicalement nouvelles. Néanmoins, le mécanisme assure aussi que leurs réponses émotionnelles, après un certain délai, se réajusteront aux caractéristiques nouvelles. C’est ce qui s’est produit au cours du développement de la mécanique quantique ⁚ les réponses émotionnelles des physiciens, après une période de résistance, se sont réconciliées avec la théorie nouvelle.

61D’après mon analyse, en somme, les scientifiques sont justifiés à se fier à leurs réponses émotionnelles aux résultats empiriques et aux théories, dans la mesure où ceux-ci sont en accord avec les caractéristiques trouvées dans les résultats empiriques et dans les théories qui ont été confirmés par le passé. Le fait que la décision d’un scientifique de se fier à un résultat empirique ou d’accepter une théorie est prise en partie sur la base d’une émotion constitue une raison de regarder la décision comme justifiée, parce qu’une réponse émotionnelle positive est la preuve que le résultat ou la théorie montre telles ou telles caractéristiques.

Autore

Enseigne la philosophie des sciences à l’Université de Leyde. Il étudie le rôle de l’émotion dans les décisions des scientifiques et s’intéresse à la méthodologie et la métaphysique de la science. Rédacteur en chef de la revue International Studies in the Philosophy of Science, il a été chercheur invité à l’Institute for Advanced Study de Princeton et à l’Université de Pittsburgh. Son travail sur le rôle des facteurs esthétiques dans la science a fait l’objet d’un entretien avec Stéphanie Ruphy, “James W. McAllister ⁚ des théories trop belles pour rester vraies”, La Recherche, n° 324 (octobre 1999). Sur le même sujet que son chapitre, son article “Methodological Dilemmas and Emotion in Science” apparaîtra prochainement dans Synthese.
Institut de Philosophie, Université de Leyde - j.w.mcallister@phil.leidenuniv.nl

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search