Version classiqueVersion mobile

Sciences et décision

 | 
Daniel Andler

La théorie de la décision généralisée

Paul Weirich

Résumé

Les principes de la théorie de la décision évaluent les actions sur le plan de la rationalité. L’article étend ces principes aux actions collectives. Il montre quels aspects des actions, individuelles et collectives, permettent de les évaluer sur le plan de la rationalité. La rationalité s’applique différemment selon que l’agent contrôle directement ou indirectement ses actions. Un groupe agit en conséquence des actes de ses membres et ainsi dirige ses actes indirectement. Pour évaluer les actions collectives sur le plan de la rationalité, on évalue donc leurs composantes. Si la contribution à une action de groupe de chaque membre du groupe est rationnelle, alors l’action du groupe est rationnelle. Pour illustrer cette caractérisation de la rationalité collective, l’article l’applique aux actions d’organismes régulateurs fédéraux. Il défend l’idée que sont collectivement rationnelles les réglementations qui maximisent, dans un cadre constitutionnel donné, l’utilité collective informée, et qui respectent des limites que le Congrès impose pour protéger les intérêts des citoyens. Sur la base de cette analyse, l’article se prononce sur l’interdiction par la Food and Drug Administration à l’encontre de la thérapie génique pour la maladie de l’enfant-bulle.

Texte intégral

1Les groupes de personnes agissent, par exemple, les comités adoptent des résolutions. Des actes collectifs peuvent être évalués. Sont-ils rationnels ? Le comité a-t-il pris en compte toutes les informations disponibles ? Sa résolution est-elle compatible avec ses autres résolutions ? Dans la mesure où la rationalité juge des actes collectifs, deux questions philosophiques se posent. Premièrement, quels sont les traits des actes collectifs qui les rendent susceptibles d’être jugés ? Deuxièmement, quels sont les standards de rationalité qui gouvernent les actes collectifs ? Cet article répond à ces deux questions et analyse les implications de ces réponses en égard aux régulations gouvernementales en ce qui concerne la sécurité et la santé.

2La rationalité collective étend la rationalité des individus aux groupes. Weirich (2010) analysait les conséquences de cette conception de la rationalité collective. Cet article décrit ses effets sur les critères des actions pratiques.

3La première section reprend les points principaux concernant la rationalité. Elle identifie les traits d’un acte d’un individu qui lui permettent d’être jugé rationnellement, et elle distingue les méthodes que la rationalité emploie pour évaluer les actes qu’un agent dirige directement et les actes qu’un agent dirige indirectement. Ce travail préliminaire permet de dégager les principes généraux de rationalité qui gouvernent les groupes autant que les individus. La seconde section applique ces principes généraux aux groupes pour répondre aux deux questions que l’article pose concernant l’évaluation des actes collectifs.

4La troisième section démontre comment une théorie générale de la décision, qui traite des actes collectifs, évalue les régulations que les agences gouvernementales imposent pour avancer les intérêts publics. Aux États-Unis, la Food and Drug Administration, ou FDA se sert des informations scientifiques pour gérer les nouveaux traitements médicaux, comme la thérapie génétique. Une méthode de régulation inspirée par la théorie de la décision examine les buts du public et les jugements des scientifiques en calculant les actes collectifs raisonnables. Cette méthode, combinée à la théorie de la rationalité collective que cet article présente, offre un nouvel argument en faveur d’une forme limitée de maximisation de l’utilité collective répondant aux informations scientifiques.

1. La rationalité

5Parmi ce que la rationalité évalue se trouvent les personnes, les traits de caractère, les opinions, les désirs, et les actes. Cette section décrit seulement l’évaluation des actes.

6Une proposition représente l’acte d’une personne. La proposition que Jean marche représente l’acte que Jean exécute en marchant. La théorie de l’action avance plusieurs manières de caractériser les actes. Cette section les caractérise selon les propositions qui les représentent. Des propositions différentes représentent des actes différents. L’acte Jean marche diffère donc de l’acte Jean marche vite. L’individualisation des actes par les propositions qui les représentent permet que la rationalité évalue les actes qui ne sont pas exécutés. Imaginez que Jean ne marche pas. La théorie de la décision peut conclure qu’il est rationnel qu’il marche mais qu’il n’est pas rationnel qu’il marche vite.

7La rationalité évalue l’acte d’une personne seulement si l’acte est libre. La rationalité peut juger irrationnel qu’une personne lors d’une vente aux enchères offre librement une somme exorbitante et, par contre, ne pas juger l’offre ni rationnelle et ni irrationnelle si un mouvement involontaire le produit. En plus, la rationalité évalue un acte seulement si l’agent contrôle l’acte complètement. Si lors d’une enchère le délégué d’une personne offre une somme exorbitante, la rationalité juge l’acte du délégué et non l’acte de la personne pour laquelle le délégué exécute l’acte.

8Un agent dirige directement des actes qu’il exécute à volonté. Ces actes ne dépendent pas de la coopération d’autres agents ou de circonstances favorables. En exécutant un acte qu’un agent dirige directement, l’agent peut exécuter d’autres actes indirectement. Décider de peindre sa maison peut le consuire à peindre sa maison. Il dirige directement sa décision, mais dirige seulement indirectement l’acte de peindre sa maison. Cet acte exige une météo favorable, un stock de peinture suffisant, et la santé.

9La théorie de l’action définit un acte fondamental comme un acte qui n’est pas exécuté en exécutant d’autres actes. Un agent contrôle directement ses actes fondamentaux, mais ses actes dirigés directement ne sont pas tous fondamentaux. Par exemple, une personne lève les deux bras en levant le bras gauche et en levant le bras droit. En conséquence, son acte de lever les deux bras n’est pas fondamental. Cependant, la personne dirige directement l’acte de lever les deux bras si elle peut lever les deux à volonté.

10La séparation des actes dirigés directement et indirectement n’est pas précise. Le contexte détermine les actes qu’un agent peut exécuter à volonté. Selon une interprétation stricte, peu d’actes comptent sauf les actes mentaux comme les décisions. Selon une interprétation libérale, les mouvements du corps et leurs effets immédiats comptent, par exemple, lever un bras et ouvrir une fenêtre.

11Quelques actes sont simples et d’autres sont composites. Une décision est un acte simple même si son exécution est composite. La décision de marcher est un acte simple, même si l’acte de marcher se compose de plusieurs pas. Une personne dirige complètement un acte composé si elle dirige chaque constituant de l’acte. Par exemple, elle dirige directement son acte de marcher parce qu’elle dirige directement, un à un, les pas qui constituent sa promenade.

12Si un agent dirige complètement et librement un acte simple, il le dirige directement. Puisqu’un agent dirige complètement et librement sa décision de marcher dans un cas typique, il dirige la décision directement. Par contre, un acte est composite s’il est dirigé complètement et librement, mais pas directement. Si une personne dirige complètement et librement sa promenade, mais pas directement, sa promenade est composite.

13La manière dont la rationalité évalue des actes dépend du type de contrôle que l’agent exerce sur les actes. Elle évalue l’acte qu’un agent dirige directement en le comparant à d’autres actes que l’agent peut exécuter à la place de cet acte, c’est-à-dire d’autres actes sur lesquels au moment de cet acte l’agent a aussi un contrôle direct. Si un agent dirige directement l’acte d’ouvrir une fenêtre, la rationalité compare cet acte à ses alternatives comme l’acte de ne pas ouvrir la fenêtre. Elle favorise un acte parmi les actes que l’agent dirige directement si l’agent ne préfère aucun autre acte de ce genre. La rationalité évalue un acte qu’un agent dirige complètement et librement, mais pas directement, en évaluant ses constituants. Elle évalue l’acte qu’un agent exécute en payant toutes ses factures en évaluant chaque paiement. Si les constituants d’un acte sont aussi composites, la rationalité évalue les constituants des constituants. Finalement, elle évalue les actes simples que l’agent dirige directement en les comparant à d’autres actes concurrents du même type.

14Les principes de rationalité que cette section présente gouvernent tous les agents, les individus autant que les groupes. La section suivante applique ces principes à des agents collectifs.

2. La rationalité collective

15Imaginez qu’un comité adopte une résolution par scrutin. Le comité dirige son acte complètement si ses membres votent volontairement et si son acte dépend de leurs votes et de rien d’autre. Son acte est libre si la voix de chaque membre est libre. Dans les circonstances normales, le comité agit librement et exerce un contrôle complet sur son acte. La rationalité évalue les actes libres qu’un groupe dirige complètement.

16Cette section interprète la rationalité collective comme la rationalité ordinaire, que la première section explique, appliquée aux groupes. Certains domaines stipulent que la rationalité collective est l’efficacité, ou l’optimalité au sens de Pareto. Ces définitions techniques ne donnent pas à la rationalité collective la force normative que l’extension aux groupes de la rationalité ordinaire hérite des principes généraux de la rationalité. Parce que les principes de la rationalité que cette section avance dérivent des principes généraux de la rationalité, ils héritent de la force normative de ces principes généraux.

17Parce que la rationalité collective, d’après cette section, est l’extension de la rationalité appliquée aux individus, elle est sensible aux circonstances de l’agent. Elle peut exiger qu’un groupe dans des circonstances favorables soit efficace, mais peut tolérer qu’un groupe dans des circonstances non favorables soit inefficace. Par exemple, les agents dans le dilemme du prisonnier ne peuvent pas communiquer ou faire des contrats certains d’être respectés. Ils ne sont pas dans des circonstances idéales pour des actions communes. Les agents peuvent être rationnels d’une manière collective sans être efficaces. Les circonstances non idéales dans lesquelles ils se trouvent les excusent d’être inefficaces. L’efficacité est dans toutes circonstances un but de la rationalité collective mais n’est une exigence que dans des circonstances favorables.

18Un groupe ne dirige directement aucun de ses actes. Il agit par les actes de ses membres. En conséquence, la rationalité évalue les actes d’un groupe en évaluant leurs constituants. Un comité qui passe une résolution est rationnel si le vote de chaque membre est rationnel. La rationalité universelle des membres suffit mais n’est pas nécessaire pour la rationalité collective. Un comité peut rationnellement passer une résolution en dépit d’un vote irrationnel d’un membre.

19Supposons qu’un comité adopte un processus irrationnel pour passer des résolutions. Est-ce que le passage d’une résolution peut être non rationnel alors que les votes de ses membres sont tous rationnels ? La rationalité peut évaluer des actes en concédant quelques conditions. Si les votes des membres sont tous rationnels selon la procédure, le passage de la résolution par le comité est aussi rationnel selon la procédure. La rationalité universelle des membres implique la rationalité du comité si les évaluations faites par la rationalité concèdent les mêmes conditions pour le comité et pour ses membres.

20Dans certains cas il peut sembler que, même dans des conditions constantes d’évaluation, l’acte d’un groupe est irrationnel bien qu’aucun acte d’un membre ne soit irrationnel. Il est possible qu’un groupe d’investisseurs fasse couler un marché bien qu’apparemment aucun investisseur n’agisse irrationnellement. Cependant, si les membres d’un groupe agissent rationnellement, la combinaison de leurs actes est rationnelle même si elle induit des mauvaises conséquences. Le groupe peut être excusé d’avoir agi d’une manière qui produit de mauvaises conséquences. Ses membres ont agi sans avoir eu connaissance de la situation du groupe. Si la rationalité désapprouve l’acte d’un groupe, elle appelle un acte différent. Le groupe ne peut pas exécuter un autre acte à moins qu’un membre au moins n’exécute un autre acte. La rationalité ne demande pas qu’un groupe change son acte alors qu’elle permet à chaque membre de ne pas changer son acte. Elle ne juge pas que l’acte d’un groupe soit irrationnel et en même temps que la part de chaque membre soit rationnelle. Parce que la compatibilité des demandes de la rationalité soutient le principe que la rationalité de tous les membres d’un groupe implique la rationalité du groupe, la littérature sur la rationalité collective doit incorporer ce principe et analyser ses conséquences.

3. Les régulations gouvernementales

21Les deux sections précédentes présentent brièvement une nouvelle théorie philosophique de la rationalité collective. Cette section montre comment cette théorie applique au règlement gouvernemental, un type d’action collective. Cette illustration traite la régulation de la médicine par un gouvernement fédéral pour protéger la sécurité et la santé du public. Aux États Unis, la FDA règle les traitements médicaux. Cette section se sert de la théorie de la rationalité collective que les sections précédentes ont présentée pour décrire une méthode permettant de juger comme rationnelles ou non rationnelles les régulations que la FDA impose.

22D’abord, demandons-nous s’il est rationnel pour le public de déléguer à son gouvernement, son Congrès, et à l’agence du Congrès, l’autorité de régler la médicine. Pour simplifier, supposez que les citoyens soient rationnels et que les circonstances pour l’action commune soient idéales. Ils peuvent communiquer sans difficulté et font des contrats fermes. Le résultat de la rationalité collective, dans ces circonstances idéales, est pour les sociétés actuelles un but de la rationalité collective. Est-il rationnel pour les citoyens dans des circonstances idéales de déléguer au gouvernement l’autorité de régler la médicine ?

23Les conséquences de cette délégation sont incertaines parce que le futur est incertain. Une raison pour déléguer l’autorité est l’avantage gagné si les experts règlementent la médicine. Cet avantage présume que le gouvernement fonctionne comme un représentant du public et se sert des informations scientifiques pour faire valoir l’intérêt du public. Une raison pour ne pas déléguer l’autorité est le risque de conséquences néfastes. Le gouvernement peut imposer des régulations qui s’opposent aux intérêts de certains citoyens. Par exemple, il peut proscrire un traitement médical qui aide un citoyen particulier.

  • 1 Un raisonnement semblable se trouve dans d’autres contextes. Un argument commun pour l’organisation (...)

24Parce que les conséquences du fait de déléguer l’autorité du règlement de la médicine sont incertaines, une personne est rationnelle quand elle approuve cette délégation seulement si les bénéfices espérés sont plus grands que les pertes attendues. Pour diminuer les risques négatifs, une constitution qui protège les droits fondamentaux des individus peut limiter la régulation. En plus, pour protéger les intérêts des individus, le Congrès peut en écrivant le mandat d’une agence limiter les régulations que l’agence a le pouvoir d’imposer. Si l’autorité déléguée est limitée d’une manière juste et si l’agence qui reçoit l’autorité de régler la médicine se sert des informations scientifiques en imposant des régulations, la délégation fait croître l’utilité espérée de chaque citoyen afin que dans des circonstances idéales chaque citoyen donne son accord.1

25La rationalité peut évaluer le mandat d’une agence régulatrice. Par exemple, quelques mandats sont incohérents, et donc manquent de rationalité collective. Cette section n’essaie pas d’évaluer le mandat d’une agence d’une manière globale. Elle évalue seulement le principe qui sert de guide lorsque l’agence a à choisir parmi tous les actes qui respectent son mandat mettant ce principe à part. Le mandat de l’agence peut constater ce principe, ou d’autres institutions gouvernementales peuvent l’impliquer. Cette section suppose que les limites que la constitution et le congrès imposent à l’autorité de l’agence régulatrice sont en accord avec la rationalité collective. Elle demande comment la rationalité collective guide une agence régulatrice de façon à lui permettre de remplir son mandat. Quelle est l’autorité positive que les citoyens, suivant les principes de rationalité, délèguent, via le congrès, à une agence régulatrice pour implémenter son mandat ?

26Une possibilité est l’autorité d’imposer des régulations choisies parmi celles qui respectent le mandat de l’agence qu’une majorité du public favoriserait si le public avait les mêmes informations que celles possédées par les experts. Un problème s’opposant à cette possibilité est que les méthodes majoritaires peuvent produire des cycles parmi les régulations adoptées. Une majorité peut préférer une régulation A à une régulation B, une autre majorité peut préférer une régulation B à une régulation C, et encore une autre majorité peut préférer une régulation C à une régulation A. De telles manifestations du paradoxe de Condorcet et de sa généralisation par Arrow (1951) déplaisent aux citoyens.

27Une autre possibilité est l’autorité d’imposer des régulations parmi celles qui sont conformes au mandat de l’agence, qui maximise l’utilité collective compte tenu des informations des experts. L’utilité collective d’une régulation, d’après cette proposition, est la somme des utilités interpersonnelles de la régulation pour tous les citoyens. Cette proposition évite les obstacles que Arrow met en relief, comme d’Aspremont et Gevers (1977) le démontrent, parce qu’elle se sert des informations sur les citoyens en plus des informations sur leurs préférences parmi les régulations possibles. Elle examine les utilités interpersonnelles des régulations pour les citoyens. Les sommes des utilités interpersonnelles des régulations produisent un ordre cohérent de régulations, représentant leurs utilités collectives, parce que si les citoyens possèdent toutes les informations disponibles, ils attribuent tous les mêmes probabilités aux résultats possibles des régulations. Leurs attributions d’utilités collectives aux régulations sont telles qu’elles le seraient si elles étaient produites par des espérances calculées avec une fonction de probabilité collective et une fonction d’utilité collective sur des résultats possibles, comme Broome (1987) le démontre.

28Le principe demandant que l’utilité collective soit maximisée suppose que les utilités collectives existent. Il ne traite pas des cas sans ces utilités. De plus, il est difficile de mesurer les utilités interpersonnelles même dans les cas où elles existent. Les difficultés peuvent empêcher l’application du principe. En dépit de ces limites, les conséquences du principe dans des cas idéaux guident la régulation dans des cas actuels.

29Harsanyi (1955, 1977) maintient que des gens qui ignorent les résultats des politiques possibles choisiraient de maximiser l’utilité collective comme méthode pour sélectionner une politique. Chacun maximise l’utilité espérée si une régulation adoptée maximise l’utilité collective selon les perspectives d’être soit un bénéficiaire soit un désavantagé de la régulation. Enfin, la raison pour laquelle la régulation doit maximiser l’utilité collective informée est la même que la raison pour laquelle l’autorité régulatrice doit être déléguée à une agence – chaque citoyen reçoit un gain espéré. Parce que la maximisation de l’utilité collective est préférable à la méthode majoritaire, le public dans des circonstances idéales a raison de demander à une agence régulatrice d’appliquer ce principe en respectant les limites établies par la constitution et le mandat de l’agence. Chaque citoyen accepte ce principe. La rationalité de leur accord universel établit la rationalité collective de leur accord.

30Cet argument se fonde sur la distinction entre l’utilité espérée d’une politique et l’utilité du résultat de la politique. Un citoyen qui ignore son statut social futur peut accepter un système progressif d’impôts parce que son utilité attendue pour lui est favorable. Il peut l’accepter même si de fait, il deviendra riche, en sorte qu’il réduit son utilité. Bien que la maximisation de l’utilité collective peut faire décroître l’utilité pour quelques citoyens, tous les citoyens peuvent quand même l’accepter comme politique parce que, étant ignorants, son adoption fait croître pour eux l’utilité espérée.

31Le fait que le public, s’il manifeste la rationalité collective, choisit le principe de maximiser l’utilité collective, établit selon Harsanyi des conclusions sur la moralité. Son argument présume un voile d’ignorance qui cache aux citoyens des informations sur leur société et leur statut. Cette section met de côté ses conclusions sur la moralité et accepte seulement sa conclusion sur la rationalité collective du choix du principe de maximisation de l’utilité collective. Cette conclusion dépend de l’ignorance des citoyens sur leur futur et ne dépend pas du voile d’ignorance nécessaire pour les conclusions de Harsanyi sur la moralité.

32Rawls (1971 ⁚ 152-157) suggère de remplacer le principe de maximin par le principe de maximisation d’utilité collective. Il constate que les gens choisissent ce principe si l’ignorance empêche une attribution de probabilités aux résultats possibles d’une politique. Cependant, un citoyen qui ignore le futur peut rejeter ces probabilités. En conséquence, le principe de maximin est un principe régulateur trop prudent. Le principe d’efficience est une autre possibilité ⁚ imposez des régulations dont tous les citoyens profitent, ou, au moins, dont quelques citoyens profitent et aucun ne souffre. Ce principe n’admet presque aucune régulation. La plupart des régulations aide quelques citoyens mais en contrarie d’autres. La tâche principale de la théorie de la régulation est d’expliquer le juste équilibre entre les bénéfices pour quelques citoyens et les pertes pour autres.

33D’après Brennan (2001, 2003), les régulations incohérentes que les méthodes majoritaires peuvent produire ne condamnent pas ces méthodes. Des actes collectifs peuvent être en même temps rationnels et incohérents parce que les standards de rationalité sont bas pour les actes collectifs. Les circonstances difficiles de la vie souvent excusent l’incohérence. Bien que la rationalité collective puisse pardonner l’incohérence des régulations qu’une agence impose, un citoyen peut néanmoins demander que l’agence essaye d’imposer des régulations cohérentes. Si les citoyens sont rationnels d’une manière collective, ils ont le même but, même s’ils savent que l’agence réaliserait le but imparfaitement.

34Supposez que les citoyens prévoient qu’une agence régulatrice ne soit pas souvent en position de maximiser l’utilité collective en vue des informations scientifiques. Parce que la maximisation est difficile, ils peuvent choisir une méthode de régulation moins exigeante, comme l’implémentation d’une politique qui est satisfaisante au vu de son utilité collective, ou qui augmente l’utilité collective. Ces méthodes sont des moyens de poursuivre la maximisation de l’utilité collective quand des obstacles empêchent sa poursuite directe. Ces modifications sont des révisions pratiques du principe de la maximisation informée de l’utilité collective. Cependant, au lieu de les adopter, les citoyens peuvent ordonner à une agence régulatrice d’adopter le but de la maximisation informée de l’utilité collective et peuvent laisser à la discrétion de l’agence le moyen de poursuivre ce but quand des obstacles se présentent.

35La rationalité collective recommande de déléguer l’autorité de maximiser l’utilité collective au vu des informations scientifiques si les limites établies par la constitution et le Congrès sont observées. Les régulations que cette délégation produit ont une rationalité collective dans un sens dérivatif. Elles sont le résultat d’une politique qui est rationnelle collectivement. Bien que chaque citoyen dans des circonstances idéales approuve cette politique, il est possible qu’un citoyen n’approuve pas toutes les régulations imposées. Cependant, les régulations qu’elle produit sont rationnelles collectivement dans le sens dérivatif.

36Le mandat de la FDA, qui demande à l’agence d’approuver seulement des traitements médicaux qui sont sans danger et efficaces, n’est pas précis, et un principe de régulation supplémentaire est nécessaire pour orienter l’agence d’une manière précise. Le principe de la maximisation informée de l’utilité collective remplit ce rôle supplémentaire. En appliquant ce principe, l’agence peut décider si un traitement est suffisamment sûr et efficace pour mériter d’être approuvé. Elle peut établir des critères précis d’une manière qui maximise l’utilité collective en vue des informations scientifiques.

  • 2 Voir Hacein-Bey-Abina et al. (2003).

37Considérez, par exemple, la suspension par la FDA de la thérapie génétique pour le déficit immunitaire combiné sévère lié au chromosome X (DICS-X ou maladie des bébés-bulles). Sa suspension a été précipitée par des cas de leucémie parmi des malades traités au cours des expériences en France. Les malades affectés étaient très jeunes. La thérapie peut être saine pour des malades plus âgés, et peut être raisonnable en dépit du risque de leucémie, surtout quand on tient compte des traitements pour la leucémie et la gravité du DICS-X.2 Une procédure sûre n’est pas la même chose qu’une procédure sans risque. C’est une procédure qui n’aggrave probablement pas la situation totale d’un malade ; les procédures chirurgicales sont approuvées pour cette raison bien qu’elles ne soient pas sans risque. La maximisation informée de l’utilité collective doit guider le jugement de la FDA avant qu’elle décide si une thérapie génétique est saine et efficace.

38Le cas du DICS-X illustre les considérations que la maximisation de l’utilité collective traite bien. Néanmoins, juger qu’une régulation maximise l’utilité collective demande une expertise médicale et régulatrice en dehors des limites de cet article. Cette section conclut seulement que la rationalité collective soutient la régulation de la médicine par une agence, comme la FDA, qui fut établie par le Congrès, et soutient les régulations, parmi celles en accord avec le mandat de l’agence, qui maximisent l’utilité collective en vue des informations scientifiques. Ce genre de maximisation est le but de la rationalité collective.

  • 3 J’ai présenté des versions préliminaires de cet article à l’Université de Lund, Erasmus Université, (...)

39La maximisation de l’utilité collective est souvent analysée comme le but des actes gouvernementaux. Cet article pose des limites sur ce but afin que sa poursuite respecte les lois protégeant les droits des citoyens. Il présente aussi un nouvel argument pour ce but ainsi contraint, un argument fondé sur la théorie normative de la rationalité collective.3

Notes

1 Un raisonnement semblable se trouve dans d’autres contextes. Un argument commun pour l’organisation d’une société de capitaux justifie la délégation de l’autorité des actionnaires au conseil de dirigeants et au PDG parce que cette délégation fait croître le gain espéré de chaque actionnaire. Voir Bainbridge (2008⁚ 4 – 6, 37 – 45) et Ellis (2009).

2 Voir Hacein-Bey-Abina et al. (2003).

3 J’ai présenté des versions préliminaires de cet article à l’Université de Lund, Erasmus Université, et la Société de philosophie des sciences. Je remercie les participants, ainsi que les lecteurs du comité de préparation de ce volume, pour leurs commentaires.

Auteur

Est Curators’ Professor au département de philosophie de l’University of Missouri. Ses recherches portent sur la théorie de la décision et des jeux. Il est l’auteur d’Equilibrium and Rationality (Cambridge, 1998), Decision Space (Cambridge, 2001), Realistic Decision Theory (Oxford, 2004), and Collective Rationality (Oxford, 2010).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search