Version classiqueVersion mobile

Sciences et décision

 | 
Daniel Andler

Les auteurs

Texte intégral

1 Daniel Andler s’est d’abord spécialisé en logique mathématique avant de se consacrer à la philosophie des sciences et plus particulièrement aux fondements des sciences cognitives. Il a enseigné les mathématiques dans diverses universités franciliennes, puis la philosophie à Lille et à Nanterre. Depuis 1999, il est professeur de philosophie des sciences et théorie de la connaissance à l’Université Paris-Sorbonne, où il dirige le laboratoire “Sciences, normes, décision” (FRE 3593 du CNRS), et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Il a fondé en 2001 et dirigé le Département d’études cognitives à l’École normale supérieure. Il a été le premier président de la Société de philosophie des sciences. Il s’intéresse actuellement aux approches naturalistes dans les sciences sociales (son livre La Silhouette de l’humain paraîtra en 2016), et travaille également sur l’éducation, vue par le prisme des sciences cognitives.

2 Delphine Blitman a soutenu une thèse en philosophie à l’EHESS sous la direction de Pierre Jacob, consacrée à l’épistémologie de la linguistique chomskyenne. Elle est professeur agrégé et enseigne actuellement la philosophie en lycée. Son livre Le langage est-il inné ? est paru aux PUFC en 2015.

3 Mikaël Cozic est maître de conférences au Département de philosophie de l’Université Paris-Est Créteil, membre junior de l’Institut Universitaire de France et responsable du groupe “Décision, rationalité interaction” de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques (UMR 8590, CNRS/Université Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure). Ses recherches portent principalement sur la philosophie de l’économie et les théories formelles de la rationalité. Il travaille plus particulièrement sur l’épistémologie bayésienne et sur les relations entre les sciences cognitives d’une part et l’économie et les sciences de la décision d’autre part.

4Isabelle Drouet est maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne (Paris 4) et membre du laboratoire “Sciences, normes, décision” (FRE 3593 du CNRS). Ses travaux relèvent de la philosophie des sciences et de la logique et portent en particulier sur la causalité, les probabilités et le rapport entre les deux.

5 Brian Hill est chargé de recherche au CNRS, membre du Groupement de recherche et d’études en gestion d’HEC (UMR 2959 du CNRS), professeur affilié à HEC en économie et sciences de la décision et membre associé au groupe “Décision, rationalité interaction” de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques (UMR 8590, CNRS/ Université Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure). Ses recherches portent principalement sur la théorie de la décision en incertitude, les théories formelles de la rationalité et la théorie de la preuve pour la logique modale. Il travaille plus particulièrement sur le rôle des croyances et de la confiance dans la prise de décision.

6 Aurélien Liarte est agrégé de philosophie et a enseigné à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Il enseigne actuellement la philosophie en classes préparatoires au Centre International de Valbonne. Son travail, à l’intersection de la philosophie et des sciences humaines, a été publié dans différents articles consacrés au rôle des émotions dans les décisions politiques ou médicales, ainsi que dans un livre récent portant sur le philosophe et psychanalyste Cornélius Castoriadis (Imaginer avec Castoriadis, Ovadia, 2013).

7 James W. Mcallister enseigne la philosophie des sciences à l’Université de Leyde. Il étudie le rôle de l’émotion dans les décisions des scientifiques et s’intéresse à la méthodologie et la métaphysique de la science. Rédacteur en chef de la revue International Studies in the Philosophy of Science, il a été chercheur invité à l’Institute for Advanced Study de Princeton et à l’Université de Pittsburgh. Son travail sur le rôle des facteurs esthétiques dans la science a fait l’objet d’un entretien avec Stéphanie Ruphy, “James W. McAllister ⁚ des théories trop belles pour rester vraies”, La Recherche, n° 324 (octobre 1999). Sur le même sujet que son chapitre, son article “Methodological Dilemmas and Emotion in Science” apparaîtra prochainement dans Synthese.

8 Philippe Mongin est directeur de recherche au CNRS et professeur affilié d’économie et de philosophie à HEC. Tout en travaillant de longue date au CNRS, il a enseigné la théorie de la décision individuelle et collective, ainsi que la philosophie de l’économie, ses deux spécialités principales, dans plusieurs institutions françaises et étrangères, notamment à l’Université de Montréal, à l’Université Catholique de Louvain, à la London School of Economics, au California Institute of Technology et à Brown University. Il a publié des ouvrages collectifs et de nombreux articles, en particulier dans les revues suivantes ⁚ Journal of Economic Theory, Journal of Mathematical Economics, Revue économique, Games and Economic Behavior, Management Science, Social Choice and Welfare, Synthese, Journal of Philosophical Logic, Economics and Philosophy, History of Political Economy, Annales. Histoire, sciences sociales.

9Haris Shekeris a soutenu en janvier 2014 une thèse à l’Université de Bristol sous la direction d’Alexander Bird (« The production and dissemination of scientific knowledge from the viewpoint ofcommunitarian epistemology »), publiée chez Cambridge Scholars Publishing. Parallèlement à son cursus philosophique, il a étudié les sciences physiques à l’Université de Bristol. Il est secrétaire général de Politeia : Renewal – Participation – Democracy, une ONG chypriote, et il travaille en tant que chercheur à l’University of Nicosia Research Foundation.

10 Marion Vorms est maître de conférences à l’Université Panthéon-Sorbonne, et membre de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques (UMR 8590, CNRS/ Université Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure). Ses recherches ont porté sur les theories et les representations en science. Elle s’intéresse à présent à la théorie de la connaissance et à son articulation avec la psychologie du raisonnement.

11 Paul Weirich est Curators’ Professor au département de philosophie de l’University of Missouri. Ses recherches portent sur la théorie de la décision et des jeux. Il est l’auteur d’Equilibrium and Rationality (Cambridge, 1998), Decision Space (Cambridge, 2001), Realistic Decision Theory (Oxford, 2004), and Collective Rationality (Oxford, 2010).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search