Version classiqueVersion mobile

Œuvres d’Ernest Coumet (T. 1)

Articles d’Ernest Coumet

Alexandre Koyré : la Révolution scientifique introuvable ?

Texte intégral

History and Technology, 1987, vol. IV, numéro spécial, Proceedings of the International Conference Alexandre Koyré, p. 497-529. Nous remercions les éditions Taylor & Francis de nous avoir autorisés à reproduire ce texte.

I. Clartés incertaines de la Caractérisation

  • 1 Études galiléennes [Koyré 1966a] ; Études newtoniennes [Koyré 1968] ; Du monde clos à l’univers inf (...)
  • 2 Koyré 1966b, p. 150.
  • 3 « En fait cette caractérisation est à peu près équivalente à la mathématisation (géométrisation) de (...)

1J’ose en ce Colloque d’esprit commémoratif annoncer un titre au moins apparemment iconoclaste : « A. Koyré : la Révolution scientifique introuvable ? » Qu’est-ce à dire ? Prétendrait-on que ce classique de l’histoire des sciences aurait échoué à saisir son objet le plus consubstantiel ? Même tempéré par un point d’interrogation, le soupçon n’est-il pas aussi incongru que la mauvaise pensée de qui dirait, ayant à célébrer Michelet : Michelet, la France introuvable ? En fait, l’interrogation annonce d’abord, non pas même des affrontements indirects avec la notion de « révolution scientifique », mais des perplexités toutes personnelles. Plus j’ai lu, relu A. Koyré1, plus aussi j’ai buté sur des affirmations apparemment inconciliables, et moins j’ai su si je me heurtais à de profondes contradictions ou si en était coupable ma propre incapacité de compréhension. Plus j’ai enseigné A. Koyré, plus j’ai récité ses célèbres formules, et moins j’ai été sûr de ce qui passe pour ses leçons les plus indubitables. Et mon incompréhension est allée si loin que l’essentiel m’a paru échapper, puisque j’ai buté sur ce qui est l’alpha et l’oméga des études koyréennes, ces expressions par lesquelles A. Koyré caractérise la Révolution scientifique : destruction du cosmos, géométrisation de l’espace2. Ces traits semblent lumineux, ils sont évidents ; mais ne peut-on faire planer quelques soupçons sur ces « évidences » ? Et ce sera ma seconde excuse, inspirée d’une règle souvent répétée et si magistralement appliquée par A. Koyré : il faut se déprendre des « évidences » les plus constantes. Serait-il advenu à ces si célèbres traits de la science moderne ce qu’A. Koyré a si souvent dit des principes scientifiques, « évidences » dont on oublie combien chèrement elles furent acquises ? Évidences, ces traits, pour les historiens généralistes qui intègrent, leur semble-t-il, les meilleurs acquis de l’histoire des sciences, parce qu’ils répètent, telles quelles, les formules d’A. Koyré ; évidences pour ceux qui croient que ces formules ont été obtenues au terme d’un immense labeur historique, et qui les tiennent donc pour des sortes de résumés denses, de bilans quintessenciés ; évidences même pour des épistémologues sans comparaison plus exigeants qui reçoivent sans la moindre réserve ces définitions, soit pour leur généralité, leur saine banalité, soit au contraire parce qu’elles condensent de la manière la plus abstraite la « substructure philosophique » de la science moderne. Pour pouvoir en parler commodément, je désignerai les deux fameux traits par l’expression, relevée à la meilleure place dans les Études newtoniennes, utilisée en ce sens même par A. Koyré3 : la Caractérisation de la Révolution scientifique. Ainsi donc, l’ai-je laissé soupçonner, cette Caractérisation est reçue comme telle ; alors même que ses fonctions multiples et disparates se laissent deviner à un examen cursif.

2Il est un phénomène culturel autrement voyant qui a conféré à ces mêmes formules comme une consécration sociale : la professionnalisation de l’histoire des sciences a entraîné la fabrication de sujets classiques, et Dieu sait si « la Révolution scientifique des xvie et xviie siècles » en est devenu un ; du coup, les formules d’A. Koyré ont « l’évidence » des formules apprises scolairement. Phénomène concomitant mais touchant de beaucoup plus près encore la communauté des historiens des sciences : la dite Révolution scientifique, division chronologique concordant peu ou prou avec les divisions séculaires les plus usées, cadre nécessité par la division du travail de recherche, a pu se figer en section obligée de l’Histoire générale des sciences. Telle la Révolution française dont l’historiographie est hérissée d’interprétations divergentes, la Révolution scientifique a donné lieu, toutes proportions gardées, à des systèmes opposés d’explications, et son étude comporte ses « classiques », dont, sans conteste, l’œuvre d’A. Koyré. Celui-ci, et très tôt, a participé, aux plus vifs combats, a fait face sur le tard à l’accusation frontale d’« idéalisme » excessif ; après sa disparition, les années passant, il n’est pas surprenant, comme en témoigne le présent Colloque, que sa théorie paraisse aux uns trop large, aux autres trop étroite. Mais on a laissé dormir tout ce temps, me semble-t-il, le sens de la Caractérisation. Par exemple, on aurait tendance à croire qu’A. Koyré a dû se donner des définitions englobantes de toutes les activités dénommables « scientifiques » au xvie et au xviie siècles, et on se scandalisera alors, sans doute à juste titre, qu’il ait fait silence – et un silence volontaire serait encore plus grave, sur telle ou telle de ses activités.

3Quels sont les rapports entre la Caractérisation d’A. Koyré et ce topos consacré de l’histoire des sciences : la Révolution scientifique des xvie et xviie siècles ? Je voudrais commencer par faire part d’une constatation surprenante, paradoxale, gagnée au terme d’une interrogation naïve : Où et quand se réalise, selon A. Koyré, dans la Révolution scientifique, sa Caractérisation de la Science moderne ?

  • 4 Koyré 1966a, p. 15.

4La Caractérisation figure en bonne place dans les Études galiléennes4 et l’essentiel de ce qu’elle annonce pourrait à bien des titres paraître tranché avec Galilée et Descartes ; cette collaboration de fait que restituent des tableaux contrastés si perspicaces, cette sorte de complémentarité qu’on dirait commandée par une harmonie préétablie, selon partages si curieux entre succès et échecs, tout semble conforter ces bulletins de victoire si péremptoires :

  • 5 Id., p. 291.
  • 6 Id., p. 290.
  • 7 Id., p. 276-277.

« La science galiléenne, la science cartésienne a vaincu5. Le mouvement obéit à une loi mathématique. Le temps et l’espace sont liés par la loi du nombre. La découverte galiléenne transforme l’échec du platonisme en victoire. Sa science est une revanche de Platon6. Galilée n’a pas formulé le principe d’inertie. Mais ce n’est pas à tort que la tradition historique a vu dans Galilée le père de la science classique7. »

  • 8 Id., p. 257.
  • 9 Id., p. 128.
  • 10 Id., p. 135-136.

5Pourtant, on ne saurait dire que cette si harmonieuse complémentarité, comme ces communiqués de victoire, ou les panégyriques de Descartes donnent la clef essentielle de la Révolution scientifique. Nous aurons à rappeler plus loin qu’il serait superficiel de caractériser la physique moderne par la prise de possession du principe d’inertie. Et de toute manière, A. Koyré a accentué avec une telle vigueur certains « échecs » de Galilée et de Descartes que la réussite effective de la Révolution à décrire doit être cherchée ailleurs que dans leurs œuvres : « Galilée ne pouvait pas formuler le principe d’inertie. Aussi ne l’a-t-il jamais fait »8 autant les « conquêtes » de Descartes sont prestigieuses sur un versant, autant est cruel par ailleurs son « échec » : « chose curieuse, cette même révolution intellectuelle fait perdre à Descartes toutes les acquisitions concrètes de la « science nouvelle », de cette physico-mathématique qui s’élaborait sous ses yeux »9 « la physique des idées claires, la physique qui fut une revanche de Platon, s’achève sur en échec »10. Échecs partiels de Galilée et de Descartes, cela est bien connu, encore qu’on y prête souvent moins attention qu’aux réussites partielles. Ce jugement, assez surprenant à vrai dire, d’A. Koyré, sur ses Études galiléennes, n’est-il pas lui, au contraire, demeuré dans l’ombre ? Lorsqu’il redessine cette route qui du monde clos des Anciens mène au monde ouvert des Modernes, il précise :

  • 11 Koyré 1962, p. 5.

« Dans mes Études Galiléennes, où je n’avais à étudier que les démarches qui menaient à la grande révolution et en formaient pour ainsi dire, la préhistoire, je n’avais pas analysé tous ces problèmes11. »

6« Préhistoire » donc, et par rapport à une « révolution » qui a « besoin de temps pour s’accomplir », et par rapport à une « transformation spirituelle » qui engage science, philosophie et même théologie ; il ne devrait pas faire de doute du moins que « l’histoire » trouva sa fin dans la synthèse newtonienne. Le magistral panorama brossé dans « Sens et portée de la synthèse newtonienne » ne conduit-il pas à le déclarer expressément ? Le récit schématique de ce qui a précédé Newton s’entremêle précisément avec un nouvel exposé de la Caractérisation générale de la Révolution scientifique du xviie siècle, et il est presque par trop évident pour qu’il soit besoin de le ressasser, la Caractérisation ici s’accomplit enfin ; « Dieu dit : Que Newton soit ! et tout fut lumière ». Et pourtant, même ici, la question entêtée osera se faire réentendre ; c’est qu’elle peut s’autoriser à deux titres de la caution d’A. Koyré. Si la Caractérisation a quelque affinité avec « la structure du monde newtonien », il faudra tenir le plus grand compte de ce que cette « structure » demande à être perfectionnée après Newton :

  • 12 Koyré 1968, p. 37.

« Cinquante ans après la publication en 1687 des Philosophiae naturalis principia mathematica […] les physiciens et les mathématiciens les plus influents d’Europe – Maupertuis, Clairaut, d’Alembert, Euler, Lagrange et Laplace – travaillèrent avec diligence à perfectionner la structure du monde newtonien, à développer les outils et les méthodes de la recherche expérimentale et mathématique […] et à la conduire de succès en succès jusqu’à ce que, à la fin du xviiie siècle, dans la Mécanique analytique de Lagrange et la Mécanique céleste de Laplace, la science newtonienne eût semblé atteindre son achèvement définitif et parfait. Tellement parfait que Laplace pouvait affirmer avec fierté que son Système du Monde ne laissait aucun problème astronomique sans solution12. »

7« Achèvement » donc à la fin du xviiie et au début du xixe siècle. Ces noms, cette période feront immédiatement penser à la fin de Du monde clos à l’univers infini, à cette fin si singulière où, court-circuitant près d’un siècle, A. Koyré clôt son livre sur le fameux mot prêté à Laplace, ajoutant :

  • 13 Koyré 1962, p. 269.

« Mais ce n’était pas le Système de Laplace, c’est le monde qui y était décrit qui n’avait plus besoin de l’hypothèse Dieu. L’Univers infini de la nouvelle Cosmologie, infini dans la Durée comme dans l’Étendue, dans lequel la matière éternelle, selon des lois éternelles et nécessaires, se meut sans fin et sans dessein dans l’espace éternel, avait hérité de tous les attributs ontologiques de la Divinité. Mais de ceux-ci seulement : quant aux autres, Dieu, en partant du Monde, les emporta avec Lui13. »

  • 14 Cf. Jorland 19681, p. 366 ; Redondi 1986, p. xxiii.
  • 15 Si je puis faire état d’une anecdote personnelle, une source des perplexités dont je fais état ici (...)

8Comment faut-il entendre ce si notable épilogue ? Désacralisation de la science ? Scission définitive de la théologie et de la science ? C’est ainsi qu’on peut et sans doute en un sens qu’on doit l’entendre14. Mais, y songe-t-on, pris dans sa lettre historique, il affirme qu’avec Laplace, advient comme une consécration de la Révolution scientifique ; ce serait le triomphe, pour reprendre l’expression lue à l’instant, de l’Univers infini de la Nouvelle Cosmologie. Or cette affirmation sonne aussitôt de manière étrange : comment prêter une telle Cosmologie au prudent auteur du Système du monde ? Au moment même où se déploierait enfin dans sa nudité scientifique l’Univers infini, s’enflamme en fait une critique ravageuse de la notion d’univers infini, dénoncée comme « anti-scientifique15. »

  • 16 Koyré 1962, p. 5.

9Cette difficulté aurait-elle échappé à A. Koyré, ou l’ayant perçue, l’aurait-il estimé négligeable ? J’ai pu le croire jusqu’au moment où me sont apparus, derrière « l’histoire de la révolution même »16 quelques signes d’un envers beaucoup plus discrètement désigné. Ainsi, dans « De l’influence des conceptions philosophiques sur l’évolution des théories scientifiques », est le plus visible communément le rôle de la « substructure philosophique ». Or, là même où surgit une allusion limpide à Laplace et à son mot, se profile un contrepoint peu signalé à la si impressionnante « synthèse newtonienne » : le monde newtonien lui aussi est instable et précaire :

  • 17 Koyré 1961, p. 241.

« Les successeurs de Newton ont pu l’oublier, ont pu croire qu’ils n’avaient pas besoin de l’hypothèse Dieu, échafaudage désormais inutile d’une construction qui tenait par elle-même : ils se sont trompés ; privé de son support divin, le monde newtonien s’est avéré instable et précaire. Aussi instable et aussi précaire que le monde d’Aristote qu’il avait remplacé17. »

10Ce n’est point, bien sûr la précarité comme telle qui mérite attention ; ni même cette analyse en elle-même décisive qui assigne sa cause à l’instabilité du monde newtonien : dès lors que « l’hypothèse Dieu » s’efface, l’échafaudage est menacé d’effondrement ; un partage décisif est accompli lorsque advient un Univers sans Dieu. Ce qui pour la question commandée par le sens de la Caractérisation fait paraître si symptomatique le repérage de cette instabilité, est tout autre chose que l’opposition entre Théologie, Philosophie d’un côté et Science de l’autre : c’est qu’ailleurs, A. Koyré laisse pressentir, lors même qu’il décrit la mise en place de la « structure », ce qui à long terme, la rendra instable et destructible :

  • 18 Id., p. 240.

« Des atomes démocritéens dans l’espace de Platon - ou d’Euclide - : on comprend bien que Newton ait eu besoin d’un Dieu pour maintenir la liaison entre les éléments constitutifs de son Univers18. »

11Selon notre perspective, c’est moins la présence, « le besoin » d’un Dieu qui importe que les raisons avancées par l’historien des sciences pour expliquer la nécessité de son intervention : « l’étrange alliance » entre Euclide et l’Atomisme.

  • 19 Koyré 1968, p. 31.

12Échec partiel de Galilée ; échec partiel de Descartes. Faut-il dire échec partiel de Newton ? C’est bien ainsi qu’A. Koyré écrit l’histoire ; outre ce qui vient d’être signalé, ce bout de phrase l’atteste qui met en scène Newton en personne ; au moment même où A. Koyré célèbre le premier axiome de Newton, dans la même phrase, il désigne le ver dans le fruit : « C’est dans cette conception (Newton se rendait compte, sans aucun doute, de ses difficultés internes) qui porte et peut-être sape l’admirable structure de la science classique19. »

  • 20 Koyré 1962, p. 4.

13Voilà donc que se trouble le tableau solennel d’une Révolution scientifique volant de victoires en victoires, achevant la revanche de Platon dans une synthèse triomphale. La Révolution scientifique, bien loin de coïncider avec quelque œuvre historique que ce soit, ne paraît pas en propre, mais recule comme horizon peu accessible ; en ce premier sens, la Révolution ne serait-elle pas introuvable ? Par d’autres voies, pourraient être suggérés des décalages analogues ; la Caractérisation sonne dans sa brièveté comme une Annonciation : elle promet une histoire de l’Infinitisation, une histoire de la Mathématisation, une histoire de l’Abstraction ; or aucune de ces histoires ne semble s’accomplir en des incarnations pleines et effectives. Une première réponse de bon sens à ces inquiétudes, à ces déceptions pourrait être que, quelque titanesque qu’elle soit, l’œuvre d’un seul historien ne saurait accomplir un programme pratiquement impossible à réaliser ; et il est vrai que nul plus qu’A. Koyré n’a eu la probité de souligner ce que son travail avait de spécifique, donc de partiel, et comment étaient laissées à plus tard d’autres histoires : dans l’Avant-propos à Du monde clos à l’univers infini, il dit combien, s’en tenant « aux grandes lignes », sa présentation pèche par défaut : « l’histoire complète et détaillée »« devrait embrasser l’histoire de l’astronomie nouvelle », « devrait traiter de la renaissance des doctrines philosophiques anciennes et de la naissance des nouvelles », « devrait exposer la naissance de la philosophie corpusculaire20 », etc. Mais en se rabattant ainsi sur ce qu’aurait d’inépuisable une telle tâche historique indéfinie, on ne fait que reconduire au type même de question que je voulais poser : on suppose que la Caractérisation fixe un programme de recherche historique ; or est-ce bien le cas ? Quel est le statut de la Caractérisation ? N’y a-t-il pas aux écarts et décalages soulignés, des raisons profondes qui tiendraient à ce statut ?

14Ce serait le lieu de convoquer le plus grand nombre possible de textes d’A. Koyré où figurent les deux célèbres traits ; ce répertoire ne pouvant être ici détaillé, quelques remarques en suggéreront l’utilité. Qu’on prenne les plus connus et les plus fermes, dans les Études galiléennes, dans l’article « Galilée et Platon », dans les Études newtoniennes, dans Du monde clos à l’univers infini : le leitmotiv demeure permanent ; toutefois les formules d’accompagnement diffèrent d’un texte à l’autre, les commentaires sont plus ou moins substantiels. Soit une première question qui ne va pas sans causer quelque perplexité : les deux traits « géométrisation de l’espace » et « dissolution du cosmos » sont-ils tels qu’on ne puisse remonter au-delà ? Voici des ajouts à la Caractérisation qui pourraient faire supposer que « les deux caractéristiques » sont susceptibles d’être « résumés » – unifiés ? – grâce à la notion de « mathématisation » :

  • 21 Koyré 1966b, p. 170.
  • 22 Koyré 1968, p. 29.

« On peut résumer et exprimer comme suit ces deux caractéristiques : la mathématisation (géométrisation) de la nature et par conséquent, la mathématisation (géométrisation) de la science21. »« En fait cette caractérisation est à peu près équivalente à la mathématisation (géométrisation) de la nature et par conséquent à la mathématisation (géométrisation) de la science22. »

15Cette première question conduirait loin, et il n’est pas sûr qu’on ait prêté suffisamment attention à la dualité « Nature » – « Science » que vient de formuler A. Koyré. Mais ce n’est pas du tout dans cette direction qu’avance mon propos ; ce n’est pas à l’immense problème de la Mathématisation qu’il s’agit de s’affronter, ce n’est pas le contenu de la Caractérisation qui sera exploré d’emblée ; ce sur quoi j’aimerais attirer le regard, ce sont ces minuscules préambules qui sous la plume d’A. Koyré précèdent la Caractérisation ; ces libellés sont si brefs qu’ils passent, semble-t-il, complètement inaperçus :

  • 23 Koyré 1966b, p. 170.
  • 24 Koyré 1968, p. 29.

« Je n’essaierai pas d’expliquer ici les raisons et les causes qui provoquèrent la révolution spirituelle du xvie siècle. Il suffit à notre propos, de la décrire, de caractériser l’attitude mentale ou intellectuelle de la science moderne par deux traits solidaires23. »
« Je suis convaincu que la montée et la croissance de la science expérimentale n’est pas la source mais, bien au contraire, le résultat de la nouvelle conception théorique ou plutôt métaphysique de la nature qui forme le contenu de la révolution scientifique du xviie siècle, contenu que nous devons comprendre avant de tenter l’explication (quelle qu’elle soit) de ce fait historique24. »

16La lettre même de ces libellés nous requiert au premier chef ; y sont délibérément soulignés les mots : « fait historique », « décrire », « comprendre », « expliquer », et dans la deuxième citation (dont le début formule une thèse célèbre) le bref complément en fin de phrase. En premier lieu, la Révolution scientifique est un « fait historique » ; en second lieu, une discrimination tranchée place d’un côté : « décrire », « caractériser », et de l’autre : « expliquer » ; enfin une règle méthodologique tout à fait impérative fixe sans ambiguïté l’ordre de l’avant et de l’après : il faut d’abord décrire, caractériser, et ce n’est qu’ensuite qu’on peut tenter d’expliquer.

17Qu’est-ce en l’occurrence que « décrire », « caractériser » ? Telle pourrait être la première question à propos de laquelle je me permettais de faire aveu de perplexité. Dans cette perspective, il ne s’agit pas de savoir d’emblée si la Révolution scientifique est bien ou mal décrite, bien ou mal caractérisée, mais d’espérer en savoir plus sur l’activité de l’historien qui se propose de décrire et de caractériser, qui dissocie à ce point description et explication que le péché majeur de théories célèbres de la Révolution scientifique lui semble être qu’elles ont couru trop vite aux explications. Quel sort faire au mot « comprendre » relevé dans la phrase des Études newtoniennes cité ci-dessus ? Quant aux deux fameux traits : pourquoi sont-ils deux ? Et puisqu’ils sont deux, quel est leur mode de liaison ? A. Koyré dit d’eux parfois qu’ils sont « solidaires », parfois qu’ils sont « associés », parfois qu’ils se complètent l’un l’autre. En revanche, dans le texte signalé où sont « résumés » ces traits, intervient une subordination : la mathématisation de la nature « et par conséquent » la mathématisation de la science.

  • 25 Quitte parfois à tourner en rond : des auteurs croient innover par rapport à A. Koyré en empruntant (...)
  • 26ffding 1928. Cette référence n’est donnée qu’en litre indicatif ; on trouvera plus bas une relati (...)

18On pourrait égrener à plaisir d’autres éléments de ce lexique de la Caractérisation, au risque de rendre lassant un questionnaire tatillon semblant guetter tous les mots pour y saisir autant de difficultés. Ce questionnaire s’autoriserait autrement par un cortège de notions parentes, les unes plus anciennes, d’autres éprouvées au feu de la mode, les unes largement exploitées par des disciplines différentes, d’autres plus particulièrement familières aux historiens des sciences : visions ou conceptions du monde, attitudes mentales, mentalités, présupposés métaphysiques, cadres de référence, paradigmes, épistémès25… Et à chaque fois qu’une de ces notions se révélerait avoir quelque affinité avec la Caractérisation, que nous apprendrait sur la constitution de celle-ci une étude comparative ? Mais nul besoin de quitter l’œuvre d’A. Koyré. Cortège pour cortège, celui qu’elle peut par elle seule déployer surprendrait, ou même découragerait par sa diversité : bien sûr multiples « révolutions » de toutes sortes, mais aussi, on le sait trop peu, nombre de « mentalités » ; attitudes mentales, « Zeitgeist », et encore : cadres d’idées, évidences axiomatiques, structures de pensée. Peut-être n’a-t-on pas suffisamment noté qu’A. Koyré a traduit Les Conceptions de la vie d’Harald Höffding où le chapitre 5 a pour titre « Conception du monde26 » ; on sait de reste au contraire qu’il a parlé de « substructure philosophique ». Une étude comparative, mais cette fois-ci interne à l’œuvre d’A. Koyré pourrait diagnostiquer la portée de chaque notion : par exemple à une première vue, celle de « conception du monde » céderait le pas à celle de substructure philosophique ; mais alors, ne serait-il pas particulièrement délicat de décider si les fonctions de la Caractérisation seraient toutes assumées si elle était considérée comme expression de la « substructure philosophique » de la Science moderne ?

  • 27 Koyré 1966b, p. 147 ; Koyré 1962, p. 2.

19Certes le questionnement ne porte que sur les modalités de la construction historique, mais la tâche n’en est pas pour autant facilitée : dans les écrits les plus connus d’A. Koyré, une réponse n’est pas du tout clairement visible ; l’analyse des passages où est énoncé en propre la Caractérisation est considérablement compliquée par le fait que s’y imbriquent les si nombreuses hypothèses explicatives soutenues à propos d’une « révolution spirituelle si profonde27 ». Obstacle aussi grave : les commentaires même les plus pertinents de l’œuvre d’A. Koyré ne sont pas ici d’un immédiat secours ; pour le suggérer à nouveau en des termes abusivement simplifiés, les commentaires anglo-saxons se concentrent beaucoup plus volontiers sur « la Révolution scientifique des xvie et xviie siècles », les commentaires français mettent au premier plan l’analyse conceptuelle ou « la pensée comme ontologie ». Or ce sont les rapports entre Caractérisation et Révolution scientifique qui sont apparus énigmatiques ; d’un côté, la périodisation la plus communément attribuée à A. Koyré – de Copernic à Newton, n’est sans doute pas la seule à considérer ; d’un autre côté, l’analyse conceptuelle peut changer de portée selon que la Caractérisation remplit telle ou telle fonction, comme aussi toute dissociation trop forte entre « l’ontologie axiomatique sous-jacente » et les révolutions scientifiques particulières risque de faire perdre de vue ce en quoi la Caractérisation est description. Enfin, A. Koyré a pratiqué de multiples histoires : histoire de la philosophie, histoire des sciences, histoires de la pensée philosophique et de la pensée scientifique, histoires des idées religieuses et des idées trans-scientifiques…, sans parler des histoires qui ne vont pas nécessairement au même rythme : histoire de l’infini, histoire de l’espace… ; or rien ne petit être préjugé sur le type d’histoire dont relève la Caractérisation, et ce sera l’embarras le plus redoutable pour une enquête dont on sent qu’elle doit très largement déborder le cadre des écrits disons classiques d’A. Koyré.

II

20Pour débrouiller l’écheveau de tant d’histoires, il convient de se placer en des lieux où elles s’entrecroisent ; j’ai tenté de le faire dans plusieurs investigations parallèles : histoires démultipliées du Principe d’inertie dont j’indiquerai plus bas l’amorce, études des notions de « mentalité », de « solutions typiques », d’« alliances étranges », comparaisons avec les grands schémas historiques de P. Duhem, L. Brunschvicg… Mais ici, la question sur la Caractérisation n’ayant pu être que suggérée, je travaillerai en quelque sorte sur deux de ses bords opposés : au plus général de la Caractérisation, du côté de la philosophie de la reconstruction historique, puis au plus particulier de la Révolution scientifique, du côté d’un problème historique déterminé. À question incongrue, voies imprévues : ce sera au philosophe de l’identité de nous révéler une « prodigieuse transformation » ; et quelques lumières sur l’orfèvre des révolutions scientifiques seront guettées chez l’auteur de La Révolution introuvable.

1. Philosophie critique de l’histoire

  • 28 À la première page de Koyré 1971.
  • 29 A. Koyré a rendu compte du recueil d’articles Aron 1944, dans Koyré 1945. Le compte rendu tient qua (...)

21La Révolution scientifique est un « fait historique » qu’il faut caractériser ; sont sélectionnés pour ce faire des traits caractéristiques : reconstruction stylisée, isolement des traits typiques ? C’est un peu fortuitement, à l’occasion d’une référence à un ouvrage de Max Weber donné par A. Koyré28, puis la rencontre d’un compte rendu d’un ouvrage de R. Aron29, que se posa à moi la question : y aurait-il quelque analogie entre la Caractérisation et la sélection de traits typiques d’un « type idéal » weberien ? Question qui renvoyait à la suivante, beaucoup plus générale : quels furent les contacts entre A. Koyré et les théories allemandes de l’histoire dont R. Aron fut en France à la fois le propagateur et le critique ?

  • 30 « Les dernières conférences (après Pâques) furent consacrées à une étude critique de certaines théo (...)
  • 31 Koyré 1966b, p. 352-353.

22L’Annuaire de l’École pratique des hautes études apporte une preuve de la familiarité qu’avait A. Koyré de l’œuvre de Max Weber : au cours de l’année 1934-1935, il consacre des conférences aux théories classiques sur le rôle social et économique du calvinisme30 ; encore que soit inattendu le reproche adressé à Max Weber (il néglige trop souvent la réalité économique et sociale), ce n’est pas en ce lieu, ni non plus là où A. Koyré utilise directement des travaux historiques d’autres auteurs allemands, tels Dilthey, qu’on peut recueillir des réflexions sur la connaissance historique. À l’inverse, lorsque A. Koyré, dans les publications couramment accessibles, prend à son compte les thèmes devenus familiers du renouvellement du passé à la lumière du présent, rien ne laisse transparaître des renvois à des philosophies déterminées de la connaissance historique ; ainsi en ce texte fameux où il prend en charge, suivant « l’injonction delphique de M. Guerlac » la demande : « Qu’est-ce que l’histoire » ?, et déclare en particulier que « l’historien projette dans l’histoire les intérêts et l’échelle de valeurs de son temps » ; « c’est d’après les idées de son temps – et les siennes propres – qu’il entreprend sa reconstruction. C’est pour cela justement que l’histoire se renouvelle, et que rien ne change plus vite que l’immuable passé31. » D’où le prix des textes moins connus que je vais maintenant présenter, les uns traitant de Dilthey, l’autre ayant précisément pour thème « la philosophie de l’histoire ».

  • 32 Koyré 1930a et Koyré 1932.

23A. Koyré a rendu compte dans la Revue philosophique de deux volumes des Gesammelte Schriften de W. Dilthey alors en cours de parution, du volume 7 paru en 1927 et du volume 8 paru en 193132. Le volume 7 « comporte des études préparatoires pour la suite de la Constitution du monde historique dans les sciences de l’esprit, que Dilthey n’a malheureusement pas pu achever ».

« Les esquisses et les études préparatoires pour la suite de la Constitution… sont consacrées en grande partie aux problèmes de la compréhension mutuelle, de la compréhension de l’expression, de l’interprétation, de l’auto-compréhension et de l’auto-interprétation (herméneutique, biographie, autobiographie). Un second groupe de notes se rapporte aux problèmes de la constitution des sujets historiques – race, nation, peuple, etc. – au rôle des catégories de la finalité – sens, direction et des notions de causalité, action, dépendance, etc., ainsi qu’aux problèmes de la compréhension des rapports historiques universaux, et à la critique de la formation des concepts historiques et surtout de leur fixation ou substantialisation, qui fait des entités (des res) de quelque chose qui n’est et ne vit que dans la réalisation de rapports spirituels, tels par exemple la langue, l’esprit national, etc. »

24Le volume 8 « contient une étude inédite, “La conscience historique et les conceptions du monde” (Weltanschaung), le fameux article sur “Les types des conceptions du monde et leur élaboration dans les systèmes métaphysiques”, une série de fragments et de notes (inédites) et porte le sous-titre expressif : “Études concernant la philosophie de la philosophie” ».

25La réunion en volumes d’innombrables études jusque-là éparpillées, « a permis de se rendre compte de l’unité d’inspiration – et aussi de la fermeté – d’une pensée qui, au prime abord, apparaissait par trop sinueuse et flottante. Elle a permis aussi de se rendre compte que les études historiques de Dilthey – si belles, si pénétrantes, si amoureuses des nuances – étaient inspirées par une recherche philosophique au sens le plus fort et le plus strict de ce mot ».

26Le jugement d’ensemble sur l’influence de W. Dilthey est très décidément favorable : elle est « éminemment salutaire » ; et lu aujourd’hui l’éloge de la nuance, de la piété historique, n’est-il pas une sorte d’autoportrait par anticipation ?

« Un des traits caractéristiques et des plus importants – à notre avis du moins – du moment présent de la philosophie allemande, c’est l’influence toujours grandissante de l’œuvre et de la pensée de Dilthey. On ne peut dire qu’il ait laissé une école, bien que plusieurs de ses disciples occupent des chaires dans les universités allemandes : bien qu’un disciple de Dilthey soit immédiatement reconnaissable à la lecture par un “je ne sais quoi” fait de culture, de compréhension et de piété historiques, de sens pour les nuances, d’esprit de finesse, en un mot, qui fut celui de Dilthey ».

27Ce qui, selon A. Koyré, préoccupait « l’âme inquiète du jeune Dilthey », c’était moins, comme c’était la tendance commune en cette époque, de trouver, en remplacement de la métaphysique défunte, un « objet propre » de la philosophie, que « le désir de sauver la valeur des belles constructions écroulées ». Et inlassablement, il rechercha toute sa vie une justification de la philosophie. Il avait bien appris la leçon hégélienne sur la nature essentiellement historique de l’esprit, mais éliminé de sa conception de l’histoire l’idée d’une révélation progressive de l’Esprit absolu ; il avait, non moins bien ou même mieux encore, appris la leçon du relativisme antimétaphysique, et renoncé à l’idée de progrès linéaire. Réagissant contre la spiritualisation excessive et unilatérale de l’homme par le rationalisme, il voulait saisir certaines attitudes et structures fondamentales de l’âme, de l’âme plutôt que de l’esprit ; il voulait retrouver l’homme concret, son âme concrète, âme qui est tendance confuse, passion, élan, autant – et même davantage – qu’esprit.

28Ces quelques brefs résumés sont ici retenus pour éclairer et mettre en relief le passage qui suit où se devinent encore mieux à travers les interprétations d’A. Koyré ses propres prises de positions et où affleurent des questions qui transposées convenablement pourraient être reportées sur ce que furent ses propres objectifs philosophiques et historiques : le projet de Critique de la raison historique n’est pas mis au premier plan ; l’analyse compréhensive des phénomènes spirituels que tente essentiellement de mener Dilthey n’est pas une analyse a priori, ni non plus une analyse de leur condition de possibilité :

« On a à propos de son œuvre, employé l’expression dont, d’ailleurs il s’était servi lui-même, de “critique de la raison historique”. On voulait, par là, marquer la filiation historique et rattacher Dilthey au mouvement kantien ou néo-kantien. Non sans raison sans doute : n’est-ce pas à Kant que nous ramènent finalement toutes les tentatives d’analyse réflexive de l’esprit ? Et cependant, ce n’est pas tant “une critique de la raison historique” – malgré ses beaux travaux sur l’a priori des sciences morales […] qu’une analyse compréhensive de l’homme, de sa nature et de son esprit, tel qu’il se manifeste et se révèle dans l’histoire, que Dilthey avait essayé de constituer. Dans l’histoire : car ce n’est pas d’une analyse a priori qu’il s’agit : il ne s’agit pas, non plus, d’analyser, partant des phénomènes spirituels donnés (tels la science, la morale, l’art…), leur condition de possibilité. Il s’agit de prendre l’homme en sa totalité ; il s’agit de la comprendre dans son être réel. Or ce qu’est l’homme, dit Dilthey, nous ne le savons que par l’histoire, par l’expérience. Nous ne savons ce que nous sommes que par ce que nous avons été, nous ne connaissons nos possibilités que par nos réalisations. »

  • 33 Koyré 1946. Jorland 1981, p. 72-78, utilise des passages de ce texte pour répondre à une question g (...)
  • 34 Halphen 1946 ; Dardel 1946.

29Les comptes rendus des deux volumes de Dilthey remontent au début des années 1930 ; c’est bien plus tard, en 1946, qu’A. Koyré donne, dans la revue Europe, sous la rubrique « Philosophie », une revue critique intitulée « Philosophie de l’histoire33 » : il y examine un article de R. Lenoble (« Les nouvelles conceptions de l’histoire », Revue philosophique, 1945), deux ouvrages, l’un de L. Halphen, l’autre d’E. Dardel34. C’est surtout dans les parties qui font directement écho aux réflexions de R. Lenoble – et celles-ci répercutent les thèses de R. Aron, que s’égrènent des chapelets de questions décisives, s’amplifient des développements aux arêtes tranchantes. Une sorte de répertoire en est extrait, auquel sera donné une consistance plus forte par distribution en quatre rubriques, et où sont discriminées dans un écrit nerveux, à brusques fluctuations, des indications décisives.

1° Quel est « l’objet de l’histoire » ? « Qu’est-ce qu’il faut étudier ; ce qui se répète ou, au contraire, ce qui ne se répète pas ? L’histoire est-elle, comme toutes les autres sciences, science du général ou celle de l’individuel ? – le problème même de la science historique – esprit, civilisation, valeurs culturelles, formes de vie, etc. ». « En d’autres termes, quel est le contenu de l’histoire : la formation – et la dissolution – des Empires ? L’éducation du genre humain ? La conquête, par l’homme, de la maîtrise sur la nature ? ou de sa propre liberté ? ou de la conscience de soi ? ou de tout cela ensemble ? »

  • 35 La science historique ne dispose que de fragments et de fragments de fragments. « C’est avec bon dr (...)

302° La science historique s’est développée avec une rapidité prodigieuse, mais elle est incertaine en ce qui concerne ses bases théoriques ; entreprise difficile, souvent hasardeuse35, elle ne peut espérer se fondre dans une philosophie de l’histoire, et ne doit pas mimer un idéal lui-même mythique de la science exacte.

« Sans doute la science historique est-elle incapable de formuler de l’évolution historique une théorie unitaire et globale – les grandes constructions de la “philosophie de l’histoire” du passé, celles d’un S. Augustin ou d’un Bossuet, celles d’un Condorcet ou d’un Herder, celles d’un Hegel, d’un Auguste Comte ou d’un Marx, n’étaient au fond que des méta-histoires, des théodicées ou anthropodicées – ; elle n’est encore qu’au stade de théories partielles et multiples, d’hypothèses de travail, de lois empiriques.

Peut-on s’en étonner ? N’y avait-il pas de la présomption – et un aveuglement étrange – dans la prétention des historiens du siècle dernier de vouloir étaler, d’un coup, les sciences de la nature, d’établir les “lois”, de révéler les “causes” des phénomènes historiques ? Et la déception des philosophes qui ont médité sur la science historique ne provient-elle pas justement du fait que, appliquant à l’histoire une notion préconçue de la science – celle de la science exacte – ils ont dû constater l’impossibilité, pour l’histoire, de se conformer à cet idéal ? Mais cet idéal de la science – celui de la science newtonienne – nous savons bien aujourd’hui qu’il est irréalisable ».

313) Toute périodisation relève d’un découpage, et tout découpage est sujet à caution, dépendant de « la perspective de l’historien ».

  • 36 A. Koyré reprend une citation donnée par R. Lenoble dans son article ; cf. Aron 1986, p. 239 (p. 19 (...)

32« Le passé n’est plus. C’est nous qui le reconstituons dans notre présent. C’est nous qui, dans la trame continue du temps et de l’espace, découpons les objets mêmes de notre recherche. Ainsi que l’a très justement dit M. Aron : « Le moment décisif de la recherche causale est le découpage des termes et la définition des concepts36 ». Or, ce découpage et cette définition des concepts peut se faire de manières multiples et très différentes : Moyen Âge, Renaissance, Classicisme, Romantisme, c’est nous qui constituons ces « objets », et c’est pour cela que nous en avons tant d’interprétations différentes, tant d’« histoires » divergentes et, bien souvent, opposées. C’est que les entités étudiées, au fond, ne sont pas les mêmes et qu’au surplus elles sont vues à partir de « présents » différents.

334) La dernière déclaration retenue est la plus dense, la plus inattendue par endroits ; on y lira comme essentielle, moins le verdict sur l’infériorité théorique de l’histoire que l’exigence pour l’histoire d’une épistémologie régionale, surtout d’une ontologie régionale.

  • 37 A. Koyré a tellement combattu l’auteur de La Théorie physique et contribué à faire oublier le rôle, (...)

« Mais n’exagérons rien. Et surtout pas le rapprochement entre physique et histoire. Rien n’est plus décevant que ces rapprochements : une bonne épistémologie se fait sur mesure, et elle se fait en fonction d’une ontologie. La connaissance, pour arriver à ses fins, doit épouser la structure du domaine de l’être qu’elle cherche à appréhender. Or Si la structure ontologique de la réalité physique semble bien commencer à se dégager […], il en va tout autrement en ce qui concerne le domaine, plus complexe, de la vie. Quant aux domaines de la réalité sociale et de la réalité spirituelle… Le Newton – ou l’Einstein – de l’histoire, pas plus que ceux du brin de l’herbe, ne sont pas encore nés. Aussi l’histoire – malgré l’apparence du contraire il est beaucoup plus difficile de comprendre les hommes que d’expliquer les choses – se trouve-t-elle extraordinairement défavorisée par rapport aux sciences exactes, et même par rapport aux sciences de la nature en général, par suite de sa faiblesse théorique, par suite aussi de l’impossibilité dans laquelle elle se trouve de faire usage des moyens d’investigation les plus puissants de celles-ci […]. Aussi ignorons-nous non seulement le statut ontologique des réalités historiques et de ce fait sommes bien souvent incapables de les distinguer d’abstractions ou de fictions, nous en ignorons même les clivages naturels dans la découverte desquels Duhem voyait si justement une des tâches – et des conquêtes – principales de la science37. Si l’on voulait à toute force comparer l’histoire à des sciences de la nature, ce n’est pas à la physique mas à la géologie ou à la paléontologie qu’il faudrait la comparer, c’est-à-dire à des sciences appartenant à l’histoire naturelle. L’on verrait tout de suite, même par rapport à celles-là, l’infériorité théorique de l’histoire ».

34Même si ont été écartées de ce répertoire nombre de notations majeures (traitement des « faits » historiques, rôle des « facteurs » historiques dont les facteurs économiques et technologiques, causalité et déterminisme historique…), il se tient à un tel niveau de généralité, il joue à ce point sur les multiples types d’histoires, il frise de si près par certains aphorismes acides un scepticisme désabusé, que rien n’en peut être mécaniquement inféré quant au problème de la Caractérisation. Reste qu’il dessine une partie du cadre où ce problème prend sens : refus des « méta-histoires », refus d’une « science de l’histoire » trop entichée de sa scientificité, ou de ses « lois » et « causes », enfin vigilance critique constamment questionneuse. Et ceci qui nous conduit cette fois au plus près du problème de la Caractérisation : attention circonspecte aux différentes modalités de la construction historique. Dès lors, la présomption se fortifie que les préambules minuscules à la Caractérisation n’ont pas été écrits, répétés sans intention ; des questions toutes proches de celles qui viennent d’être entendues ne pourraient-elles pas être reprises à son propos ? La Révolution scientifique n’est-elle pas de ces entités qui peuvent être vues à partir de « présents différents », et de quel « découpage » relève sa circonscription ? À quelles « réalités historiques » renvoie la Caractérisation ? Comment sommes-nous capables de la distinguer d’« abstractions » ou de « fictions » ?

  • 38 A. Koyré renvoie en note quand il évoque « le problème de l’objet même de la science historique » a (...)
  • 39 R. Aron, dans ses Mémoires [Aron 1983], t. I, p. 127 et p. 136, a dit son admiration pour A. Koyré (...)
  • 40 A. Koyré proteste avec véhémence contre les excès subjectivistes d’E. Dardel victime d’un « enthous (...)
  • 41 Aron 1983, t. I, chap. 5 : « Désespéré ou satanique… » ; plus particulièrement p. 151-152, 157 ; cf (...)
  • 42 Aron 1983, t. I, p. 156.

35Une voie s’offre ici, non certes pour répondre à ces questions, mais pour les éclairer, et peut-être pour les affiner, et peu familière aux commentateurs d’A. Koyré : elle pourrait prendre prétexte de la citation expresse de R. Aron lue à l’instant38, mais elle est en fait presque naturellement appelée pour tout lecteur français initié à la reconstruction du passé à partir du présent, à « la pluralité des perspectives », aux « limites de l’objectivité historique », etc., par l’ouvrage classique que devint après la guerre, l’Introduction à la philosophie de l’histoire de R. Aron. Que de positions revendiquées par A. Koyré dans sa Revue critique ont aujourd’hui un air de déjà vu, parce que ce qui fit scandale en 1938, lors de la soutenance de R. Aron, devint plus tard sentier battu et rebattu. Replacées en 1946, des concordances entre la philosophie de l’histoire d’A. Koyré et celle de l’initiateur du public français à « la Sociologie allemande contemporaine », à la Critique allemande de la Raison historique, à « la théorie allemande de l’histoire » ont une tout autre portée39. Déjà le très bref tour d’horizon qui précède en aura rendu sensibles certaines concordances : mêmes refus, même vigilance critique, mêmes accès de scepticisme et jusqu’à ces mouvements d’humeur où la subtilité explicative se lasse d’elle-même et en appelle à la contrainte des « faits » ou de la contingence historique40 ; un même double mouvement enfin : l’un favorisant la reconnaissance de la pluralité des interprétations, l’autre à l’opposé, périodiquement inquiet des excès du relativisme historique. En revanche, il est des problèmes – y compris parmi ceux que l’introduction donne pour cruciaux, et jusqu’à celui qui donne son sous-titre à l’ouvrage (« les limites de l’objectivité historique »), qui n’entrent pas vraiment dans le champ d’intérêt d’A. Koyré. Quoiqu’il en soit, il suffit largement ici qu’aient été senties des concordances entre la philosophie de la connaissance historique de R. Aron et celle d’un A. Koyré nourri dès avant son cadet des mêmes auteurs allemands, ayant pris ses distances à l’égard de la Critique de la raison historique, mais d’autant plus alerté sur les difficultés de la reconstruction historique, des « visions rétrospectives », comme sur la complexité des modalités conceptuelles impliquées, sur l’impossibilité d’éviter « les décisions philosophiques ». Ces concordances ressortiraient par contraste de l’examen d’un cas privilégié ; celui du philosophe salué avec respect, à des endroits choisis, par A. Koyré, et qui fut le « patron de thèse » surpris, heurté, de R. Aron41 : « Léon Brunschvicg ne connaissait pratiquement rien de Dilthey et de l’École de l’Allemagne du Sud-Ouest. L’histoire – et la Science – étaient pour lui le laboratoire de la philosophie, mais il ne s’est guère interrogé sur les modalités de la reconstruction historique42. »

  • 43 Dans une tout autre direction, je ne sais quelle portée il faut donner à cette information livrée p (...)
  • 44 Cf. aussi dans la charge contre la recherche du « document-humain » donnant le pas à « l’homme » su (...)
  • 45 Dans la classification donnée par R. Aron des types idéaux, « la première espèce est celle des type (...)
  • 46 Id., p. 520.
  • 47 Weber 1965, p. 178 sq.

36Des preuves concordantes permettent, me semble-t-il, d’assurer qu’est présente, chez A. Koyré, plus ou moins explicitée, une philosophie critique de l’histoire en consonance sur de nombreux points avec celle de R. Aron, et forgée comme elle en familiarité critique avec des théories allemandes de l’histoire43. Simplement glanées au passage dans les commentaires de Dilthey44, pourraient être ré-examinées sous ce jour, les notions d’« auto-constitution de l’esprit », de « conception du monde » – et les critiques subséquentes de Husserl, d’Heidegger, d’« attitudes typiques », d’« herméneutique » ; et quelques harmoniques nouvelles viendraient enrichir les affirmations générales les plus connues d’A. Koyré sur la philosophie de l’histoire ; comme serait affinée l’analyse de son travail historique si on y sentait, active, vigilante, « la critique de la formation des concepts historiques ». À partir de là, la suggestion que j’avance apparaîtra peut-être moins incongrue : à titre de simple hypothèse qui permettrait éventuellement d’y voir plus clair, quelque parenté ne serait-elle pas décelable entre la Caractérisation et une espèce de « type idéal45 » ? Ou à tout le moins est-ce que n’y est pas active « la tendance idéale-typique de tous les concepts utilisés par les sciences de la culture46 » ? « Tableau de pensée », « concept limite », le type idéal « n’est pas la réalité historique » et peut même avoir le caractère d’une « utopie » ; « le travail historique aura pour tâche de déterminer dans chaque cas particulier combien la réalité se rapproche ou s’écarte de ce tableau idéal47 » ; ne serait-ce pas sous ce jour qu’apparaîtraient moins surprenants les écarts entre la Caractérisation et cette Révolution qui ne pourrait dès lors qu’être « introuvable » ?

2. Difficultés historiques relatives au principe d’inertie

37Il est hautement instructif, pour comprendre la Caractérisation, de connaître d’autres tentatives de définitions écartées à son profit. Au cours d’un examen critique de ce genre mené dans « Galilée et Platon », A. Koyré se prononce ainsi sur l’une d’elles :

  • 48 Koyré 1966b, p. 169.

« D’autres historiens de la science et de la philosophie [K. Lasswitz, E. Mach, E. Wohlwill, E. Cassirer] ont essayé plus modestement de caractériser la physique moderne en tant que physique par certains de ses traits marquants : par exemple le rôle qu’y joue le principe d’inertie. Exact de nouveau : le principe d’inertie occupe une place éminente dans la mécanique classique par contraste avec celle des Anciens. Il y est la loi fondamentale du mouvement ; il règne implicitement sur la physique de Galilée, explicitement sur celle de Descartes et de Newton. Mais s’arrêter à cette caractéristique me semble quelque peu superficiel48. »

  • 49 Koyré 1966a, p. 165, n. 1. Meyerson 1926.

38Il faut comprendre comment le principe a acquis son statut d’évidence et de vérité a priori, et A. Koyré nous renvoie aux pages 124 sq. d’Identité et réalité d’É. Meyerson : l’indication est pleine de promesses, ces pages appartenant à un chapitre mis très haut par A. Koyré, à « l’admirable chapitre consacré au principe d’inertie par É. Meyerson dans son Identité et réalité49. » Serait-ce là qu’il nous faudrait chercher une des clefs de la Caractérisation ? On le croirait d’autant plus volontiers que c’est aussi vers Identité et réalité que nous conduit une autre interrogation : selon une version reçue, accréditée par certains propos d’A. Koyré, il serait passé de l’histoire de la philosophie et des idées religieuses à celle des sciences, selon un cheminement rapide et paradoxal ; « la mystique de Boehme est rigoureusement incompréhensible sans référence à la nouvelle cosmologie créée par Copernic ». Cette version a sans doute sa vérité, mais j’oserai contester qu’elle suffise à nous éclairer très précisément sur le point très déterminé où s’établira le contact effectif avec l’histoire des sciences ; pour le dire très vite, ce cheminement aurait pu nous donner un autre Alexandre Koyré historien de l’Héliolâtrie de la Métaphysique de la Lumière, etc., mais qui n’aurait été en rien historien de la Mécanique.

  • 50 Id., p. 528-540.

39Je propose de rétablir un des maillons absents dans la version traditionnelle, et de montrer comment et en quoi le Principe d’inertie fut ce dont il devait faire et refaire l’histoire ; et ce en pointant, dans Identité et réalité, mais à sa fin, en l’appendice iii : « Les Coperniciens et le principe d’inertie50 », un problème d’histoire des sciences qu’A. Koyré fera sien. Voici d’abord la source de ce problème et sa formulation.

  • 51 Id., p. 119, n. 3.

« Rosenberger (Geschichte der Physik, Braunschweig, 1884, vol. 1, p. 47) croit que l’absence des conceptions qui résultent pour nous du principe d’inertie a été une des raisons déterminantes du triomphe des théories géocentriques dans l’astronomie des anciens. Seuls les philosophes pouvaient envisager le mouvement de la terre ; les Alexandrins, habitués à observer, devaient s’écarter forcément d’une telle conception51. »

40É. Meyerson donne son aval à cette idée ; seul le principe d’inertie peut détruire la certitude que semble à première vue nous donner notre sensation immédiate, et nous permettre d’« envisager le mouvement de ce qui nous paraît en repos apparent ».

  • 52 Id., p. 529.

« Toutefois, cette manière de voir entraîne une grosse difficulté historique. Il faudrait en effet, logiquement, que le principe d’inertie fût antérieur, dans le temps, à la théorie héliocentrique ou que les deux eussent été, au moins, énoncés simultanément. Or, Rosenberger lui-même attribue le principe d’inertie à Galilée. Quelles pouvaient donc être, à cet égard, les opinions de Copernic lui-même et de ceux qui ont adhéré à sa doctrine, dans l’intervalle qui sépare l’apparition du De Revolutionibus (1543) des publications de Galilée et même, selon nous, on l’a vu, à certains égards de celles de Descartes ? Les historiens de la physique, en parlant des hommes de cette époque, ne semblent pas avoir projeté, sur le problème que nous venons de formuler, toute la clarté désirable52. »

41S’il faut en croire É. Meyerson, une parade a déjà été indirectement esquissée contre cette difficulté :

  • 53 Ibid.

« C’est sans doute parce qu’il a eu conscience de cette difficulté que M. Painlevé a formulé une curieuse théorie sur l’origine du principe d’inertie (Bulletin de la Société française de philosophie, 5e année, 1905, p. 36-37). L’éminent mathématicien suppose que Copernic et les Coperniciens concevaient bien le principe dans sa généralité ; s’ils ne l’ont pas énoncé, c’est uniquement à cause du danger matériel qu’aurait présenté une telle affirmation53. »

42L’essentiel est ici que soit soulevée clairement une « difficulté historique », que soit formulé nettement, et à l’adresse des « historiens de la physique », un « problème ». Ce problème est plus général encore, plus profond que ne le laissent paraître une introduction semble-t-il de circonstance, l’ajout sur Painlevé qui n’en relève pas directement, la sinuosité des commentaires qui suivent.

43Ce problème est celui des rapports entre l’Histoire de l’Héliocentrisme et l’Histoire des Principes de la Mécanique ; il est intimement lié à la discussion philosophique et scientifique du fondement de ces Principes, et plus particulièrement aux débats sur la nature exclusivement astronomique de ce fondement. La « difficulté historique » que soulève É. Meyerson devient aiguë dès lors que se dissocient aux yeux de certains les deux Histoires mentionnées : si Copernic ne possède pas le principe d’inertie, la Révolution copernicienne ne peut plus jouer de la même manière le rôle d’origine de la science moderne ; une nouvelle histoire est à écrire : et ce que nous apprend « l’appendice » d’É. Meyerson c’est que, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, la crise est ouverte dès avant la fin du xixe siècle. Mais déployons tout d’abord les vues plus sereines qui associant dans une toute autre perspective « logique » et « histoire », supposaient chez « les Coperniciens » la présence des Axiomes fondamentaux de la Mécanique.

  • 54 Nous tentons de donner une vue synthétique des positions de P. Painlevé en utilisant conjointement (...)

44Selon Painlevé54, « le principe de causalité est la base de toute science. Il est lié indissolublement à notre affirmation de l’existence objective du monde extérieur. Ce principe, les hommes et les animaux le possèdent et l’emploient d’instinct dans tous les actes quotidiens de leur vie ». La Dynamique ne découvrira ses Axiomes fondamentaux que lorsque le principe de causalité sera interprété de manière précise et que les conséquences dérivées des Axiomes seront assurées de « signification positive » ; il ne faut pas dire, comme c’est l’habitude, « que la mécanique moderne est née le jour où la méthode expérimentale détrôna les méthodes a priori des scholastiques » ; « ce sont des idées a priori, j’entends précédant toute expérience scientifique, qui au moins autant que l’expérience ont guidé les créateurs de la mécanique ». La Dynamique des Coperniciens est née de la conjonction entre une nouvelle forme du principe de causalité et certaines de ces idées a priori. « C’est le principe de causalité et la notion de mouvement absolu qui ont conduit à la découverte des axiomes de la mécanique ». « La pensée maîtresse des Coperniciens sera de soumettre au principe de causalité les phénomènes du mouvement ».

« Les Coperniciens, Galilée, Kepler, Newton, etc., comme leurs contradicteurs d’ailleurs savaient aussi bien que nous l’impossibilité d’atteindre par l’observation directe autre chose que des mouvements relatifs. S’ils avaient parlé le langage moderne, ils eussent dit que, pour définir le mouvement d’un élément matériel, il faut se donner les axes, le trièdre de référence, auxquels on rapporte à chaque instant la position de l’élément. Mais, parmi les mouvements apparents qu’on peut ainsi étudier, le mouvement absolu devait, d’après eux, se distinguer entre tous par ce fait que seul il répond au principe de causalité. »

45Dans le même « langage moderne », Painlevé donne « le principe de causalité interprété par les Coperniciens » sous forme de trois axiomes. La définition précise des conditions initiales, des considérations de symétrie, un postulat nouveau (d’après lequel le mouvement absolu rectiligne dont est animé un élément matériel infiniment éloigné de tous les autres est de plus uniforme) conduisent à écrire « l’axiome de Copernic » et l’axiome « appelé axiome de l’inertie ou, improprement, axiome de Kepler ». Ces deux axiomes joints aux trois précédents « constituent les principes fondamentaux inscrits par les Coperniciens en tête de la Mécanique ». La « signification positive » de ces axiomes est assurée lorsque est admise la possibilité d’un repérage absolu, et que sont regardées comme absolument fixes trois directions allant du centre du soleil à trois étoiles choisies une fois pour toutes. « Les recherches scientifiques de ces trois derniers siècles ont pleinement vérifié les principes coperniciens et elles ont ajouté à ces principes quelques axiomes nouveaux empruntés à l’expérience : c’est l’ensemble de tous ces axiomes qui constitue la base de La Mécanique moderne ».

46Tel est le tableau si carrément brossé de « l’École de Copernic », de « la Mécanique de Copernic et de Galilée ». Qu’est-ce qui distingue dès lors cette École, cette Mécanique, de « la Mécanique des Scholastiques » ? Il est pour nous déconcertant de la découvrir si minime : dans une présentation en corps d’Axiomes la concordance va loin ; la bifurcation ne se présentera qu’au moment de préciser ce qu’on entend par « conditions initiales » ; les idées a priori de départ sont « très voisines », la volonté identique de soumettre au principe de causalité les phénomènes du mouvement. « Où était le point de divergence des deux écoles » ? Ce point de divergence est précis : il porte sur le principe d’inertie, plus exactement sur deux manières différentes de définir les conditions initiales, manières qui conduisent à deux principes d’inertie distincts :

« Comme les Coperniciens, les scholastiques admettaient (pour la plupart) la notion de mouvement absolu : ils admettaient que le mouvement absolu doit se distinguer des mouvements apparents par la propriété d’obéir au principe de causalité. Mais interprétant ce principe dans son sens le plus strict (à savoir que l’état de l’univers à un instant précis donné détermine les états ultérieurs), ils adoptaient comme conditions initiales d’un système les positions de ses éléments (et non aussi leurs vitesses). En un mot, les Scholastiques inscrivaient, eux aussi, en tête de la Mécanique les axiomes I, II et III, mais avec cette différence essentielle que dans les énoncés il faut entendre par conditions initiales les positions initiales des éléments matériels. »

47Si le système considéré se réduit à un seul élément, la « doctrine scholastique » entraîne comme conséquence que l’élément reste nécessairement immobile. « Le principe de l’inertie scholastique s’énonçait ainsi : Tout élément matériel infiniment éloigné des autres reste absolument fixe ». Cette doctrine n’avait en elle-même « rien d’absurde » ; elle est même « l’interprétation la plus naturelle et la plus simple du principe de causalité », la première qui dut se présenter à l’esprit et être mise à l’épreuve ; mais « les scholastiques » eurent le tort de s’obstiner à maintenir leurs axiomes « en refusant aveuglément de les modifier d’après les faits ».

48Un corps d’Axiomes où figure un « Axiome de Copernic », une schématisation où la matière historique est volatilisée au point que certains énoncés sont à la limite de la caricature, une unification de l’histoire entière de la mécanique au nom du principe de causalité : la construction est grevée de tels artifices que rien ne semble pouvoir en être retenu du point de vue historique. Il n’en va pas ainsi, comme on le verra, mais pour l’heure, le contraste peut être poussé au vif entre une telle construction et « l’historique » du principe d’inertie développé par É. Meyerson. Cet historique mené au début du chapitre 3 d’Identité et réalité prouve sans conteste que « la difficulté historique » soulevée dans l’appendice ne l’a pas été au hasard, et qu’étaient rassemblés plus que des éléments de réponse dont on reconnaîtra au passage quels profits a pu en tirer A. Koyré.

  • 55 Meyerson 1926, p. 114-126.
  • 56 Le texte de Meyerson porte en effet « … le Dialogue sur les deux sciences (1638) ». Il s’agit évidem (...)
  • 57 Id., p. 24. Nous restituons le « toute » qui était omis dans cette citation [NDLR].

49L’« Historique »55 qui suit l’ordre chronologique procède par négations répétées et détruit systématiquement l’idée que le principe d’inertie ait été présent avant Galilée ou plutôt avant Descartes. La thèse n’était pas à cette époque la plus répandue ainsi que le prouverait déjà la nécessité de procéder cas par cas en commençant par les Anciens ; on l’a trop oublié, « on a affirmé quelquefois que ce principe fut connu dès l’antiquité » et – comme on en a vu une trace ci-dessus – le principe était communément appelé au xixe siècle principe de Kepler. « Nulle part, commence É. Meyerson, ni chez un philosophe atomiste, ni même chez aucun écrivain ancien, n’apparaît une allusion indiquant que l’on croyait au mouvement indéfini en ligne droite, en vertu d’une impulsion reçue et sans l’action continuelle d’une force ». Tant chez les auteurs anciens que chez des auteurs médiévaux, on trouve des « considérations qui, pour nous, se rattachent au principe d’inertie […], mais dont ces auteurs ne tiraient certainement aucune des conséquences qu’elles nous semblent entraîner ». Il y a, « chez Cusa », « des idées qui approchent de notre concept de l’inertie », « mais cela n’a trait qu’à la rotation et c’est, en fin de compte, uniquement par la persistance du mouvement de rotation et non pas, comme nous, par celle du mouvement de translation, que Cusa arrive à concevoir le mouvement perpétuel d’une boule sur un plan ». « L’idée de la relativité du mouvement était évidemment indispensable à la théorie copernicienne du mouvement de la terre. Cependant, nous voyons que Copernic lui-même était très éloigné de supposer un principe général d’inertie ». Quant à Galilée, le Dialogue sur les deux sciences56 « contient une affirmation de l’inertie en toute direction ; mais, comme Wohlwill l’a justement fait ressortir, loin d’être proclamée comme principe universel, elle occupe pour ainsi dire “un coin” du traité ». Que Descartes ait ou non profité des acquis de son devancier, « on ne saurait dénier à Descartes le mérite d’avoir formulé le premier une théorie complète et logique de la conservation de la vitesse en ligne droite, et d’avoir proclamé l’importance primordiale de ce principe pour la théorie du mouvement en général ». Ainsi donc, comme l’affirme É. Meyerson, au début d’Identité et réalité, « le principe d’inertie est de création toute moderne57. »

  • 58 Id., p. 130.
  • 59 Id., p. 131-132.
  • 60 Id., p. 315.
  • 61 Id., p. 154-155.
  • 62 id., p. 159.
  • 63 Id., p. 160.
  • 64 Id., p. 164 : « Il suffit que nous puissions concevoir la conservation de la vitesse pour que la natu (...)

50Mais il y a mieux : ce principe ne pouvait apparaître qu’assez tard ; et mieux encore chez un auteur si « continuiste » par ailleurs, ne pouvait apparaître sous sa vraie forme que soudainement. É. Meyerson a tellement dramatisé le rôle du principe de Carnot qu’on sait comment le théoricien de l’« irrationnel » a expliqué le « retard » de sa première apparition, l’oubli dont celle-ci fut victime, les résistances lorsque le principe réapparaît. Mais sait-on qu’un principe de conservation, le principe d’inertie, a pour d’autres raisons, subi également, selon É. Meyerson, un « retard » compréhensible ? S’il était entièrement a priori, il aurait dû apparaître très tôt. « En admettant la possibilité de parvenir à la notion de l’inertie par voie purement déductive, on soulève une difficulté qui a été clairement aperçue par Herbert Spencer58 », ce dernier est « grand partisan de l’a priori dans toutes ces questions » ; pour lui l’inertie est une vérité axiomatique dont le contraire ne saurait être réalisé par la pensée ; et É. Meyerson de soulever une nouvelle « difficulté historique » : « Comment se fait-il cependant qu’elle apparaisse si tard dans l’histoire des sciences ? » Si pour le commun des hommes, on peut invoquer la différence entre croyances implicites et explications scientifiques, l’argument ne saurait jouer pleinement pour Aristote : « en soi l’idée d’un monde plein et où rien ne se meut que poussé, à la suite d’un grand mouvement du moteur initial, n’a certes rien de contradictoire, ou du moins ne l’est pas plus que nombre de notions incompréhensibles et que nous sommes néanmoins obligés d’accepter59. » D’un autre côté, le principe d’inertie ne peut relever d’une expérience directe ; « personne n’a jamais vu un mouvement uniforme en ligne droite, et à plus forte raison n’a pu constater qu’il se maintient indéfiniment60 » ; si la science peut élaborer progressivement une « démonstration expérimentale » et si le principe est ainsi susceptible d’être considéré comme une vérité d’expérience, ce n’est pas ainsi qu’il apparaît à notre entendement, qu’il force notre conviction ; et en particulier, ce n’est pas ainsi qu’il s’est imposé à l’époque de Galilée et de Descartes, lorsque toute démonstration expérimentale véritable était hors de vue, et qu’« on ne pouvait non plus faire valoir le mouvement des corps célestes61 ». Nouvelle « difficulté historique » : comment se fait-il que l’argumentation de Descartes ait suffi pour forcer l’assentiment des contemporains ? « Le principe d’inertie, presque immédiatement, domina la science, et ce en dépit de l’accoutumance tant de fois séculaire aux doctrines antagonistes d’Aristote ». C’est que Descartes, « en précisant ce qui n’était qu’obscurément sous-entendu chez Galilée, a réellement et clairement exposé ce qui constitue le véritable fondement de l’inertie, ce par quoi ce principe s’impose à notre esprit »62. Le mouvement qui avant lui était « changement » devient « état » : notion étrange, choquante, paradoxale ; mais qui a l’immense avantage, dès que présenté à notre entendement, d’emporter la conviction, parce qu’elle satisfait « la tendance causale » ; « c’est ainsi que le mouvement devenu état se transforme aussitôt en entité, en substance, c’est-à-dire qu’en vertu du principe de causalité, notre esprit manifeste l’invincible tendance à maintenir son identité dans le temps, à le conserver »63. Que voilà un changement à vue quasi instantané, rappelant pour le coup ces soudaines modifications du champ visuel chers à la psychologie de la forme et remis à la mode de nos jours par la philosophie des sciences : « prodigieuse transformation64 » et dont l’effet sur la science fut « presque immédiat ».

51La conformité est si forte, par moments, et jusqu’à la littéralité de certaines thèses, entre un tel « historique » et des passages célèbres des Études galiléennes que la tentation est forte de relever incontinent des échos indirects, des emprunts. Tel n’est pas mon but qui a été de faire resurgir dans Identité et réalité un lot de « difficultés historiques » et les points saillants d’un récit historique refait par contrecoup : c’est qu’A. Koyré a pris au sérieux, et comme telles, mais en un sens plus profond, ces « difficultés historiques » et que relevées comme des défis, elles ont dessiné pour lui les linéaments d’une partie de son programme de recherches. Je n’insisterai pas sur ce qui a pu sauter aux yeux et je fais retour à mon objet précis, à cet appel lancé par É. Meyerson aux « historiens de la physique », on y faisant réentendre l’opposition des deux perspectives ; l’un reflète ce qui logiquement aurait dû être : concomitance pour le moins entre Principe d’inertie et Héliocentrisme ; l’autre constate ce qui historiquement s’impose comme une dissociation de fait. De cette opposition – que je vais symboliser, comme le texte y invite, par les noms d’É. Meyerson et de P. Painlevé, et de « la difficulté historique » qui en résulte, je voudrais suggérer qu’elles proposent à l’enquête d’A. Koyré qui va prendre forme au tout début des années 1930, une matrice de problèmes.

52Au cours de l’année 1929-1930, A. Koyré consacre sa seconde conférence à l’œuvre de Copernic et aux répercussions immédiates de la publication du De Revolutionibus ; là même où il fait part des résultats de sa propre recherche, il mêle réflexions personnelles et reprises de deux thèses d’É. Meyerson ; mais l’essentiel est qu’il pointe l’attention sur la lacune de l’historiographie courante, « la physique copernicienne » :

  • 65 « Une étude approfondie du De Revolutionibus nous a montré que, quoi qu’on ait dit, Copernic n’a au (...)

« Nous avons constaté à notre grand étonnement, que Copernic était fort peu connu, et que, tandis que l’on possède toute une série de travaux sur la nationalité de Copernic, sur la physique copernicienne il n’en existe pour ainsi dire pas ; les remarques de Duhem et de M. Meyerson – voilà tout ce qui ajoute quelque chose à Delambre65. »

  • 66 Copernic 1934, p. 20.
  • 67 Id., p. 23.

53Or la grande difficulté dans l’étude de la physique copernicienne, c’est « d’éviter de moderniser », de ne pas voir en Nicolas Copernic un « précurseur de Galilée et de Kepler » ; et cette mise en garde vient directement de l’Appendice iii. Le Copernic de Meyerson déjà n’est pas moderne ; A. Koyré détermine bien plus précisément ce en quoi « la dynamique de Copernic n’a rien de “moderne66” ». Armé d’éruditions plus savantes, d’idées peu conformistes (« Copernic, ainsi que l’a déjà dit Dreyer, n’est pas copernicien67 »), A. Koyré avive considérablement, par tout son sérieux historique, la difficulté signalée dans l’Appendice iii : et combien sera léger en regard l’étonnant survol par P. Painlevé des axiomes des Coperniciens !

  • 68 Koyré 1966a, p. 211, n. 3.
  • 69 Tannery 1912, vol. VI, p. 387-413.
  • 70 Koyré 1966a, p. 75, n. 2.
  • 71 Tannery 1912, vol. VI, p. 411 et p. 403-404.
  • 72 Koyré 1966a, p. 205.

54Or, A. Koyré cite les axiomes de la mécanique de P. Painlevé dans ses Études galiléennes68. Ce serait là citation bien étrange si était en cause le seul Copernic tant modernisé par P. Painlevé : elle perd déjà de son étrangeté quand on la voit appelée par une thèse aux perspectives historiques beaucoup plus vastes : « Nous avons dit que la physique moderne naît dans les cieux autant que sur la terre, et se présente comme solidaire d’une entreprise astronomique, ou mieux cosmologique ». Et A. Koyré cite ici conjointement avec Le texte de P. Painlevé un article de P. Tannery (« Galilée et les principes de la dynamique69 ») qu’il avait déjà cité antérieurement pour attester « l’influence de Copernic sur l’évolution de la pensée de Galilée70 ». Du coup j’ai de quoi rendre vraisemblable cette hypothèse qu’A. Koyré confronté à la « difficulté historique » formulée par É. Meyerson, maintient d’une certaine façon, le point de vue que je disais « logique » : il doit y avoir une solidarité très forte entre la naissance de la physique moderne et le copernicanisme. P. Tannery avait jugé que les deux premiers principes de la Dynamique (« celui de l’inertie et celui de l’indépendance de l’effet d’une force et du mouvement antérieurement acquis ») avaient été construits pour l’explication des phénomènes célestes, en liaison directe avec l’hypothèse de Copernic : ils sont si indispensables « qu’on doit les considérer comme des conséquences immédiates de ce système, conséquences déjà déduites par son auteur. S’il ne les a pas formulées explicitement, ce n’est pas moins jusqu’à lui qu’il faut les faire remonter logiquement71. » Là encore, et davantage s’agissant d’un historien, et des plus grands, la référence à un article où est formulé un tel jugement sur Copernic serait étrange, si n’était beaucoup plus décisif le « logiquement », quitte même à renverser la lettre des déclarations de P. Tannery : l’auteur du système n’en a pas tiré lui-même les conséquences ; celles-ci sont si peu immédiates qu’un long travail sera nécessaire pour les « expliciter » ; reste que la physique moderne naît en partie dans les cieux, reste que l’analyse historique sera en partie celle d’une explicitation. En généralisant les expressions utilisées par A. Koyré à propos de Galilée, on pourrait dire qu’il a systématiquement exploré des « problèmes qui ne prennent leur sens plein et entier qu’en fonction de la conception copernicienne de l’Univers » ; il observe minutieusement comment ont été tirées les conséquences de « la situation créée par la doctrine copernicienne72. »

  • 73 Koyré 1966b, p. 150.
  • 74 Koyré 1966a, p. 211.
  • 75 Koyré 1930a, p. 153.
  • 76 Bréhier 1929, 1 : « Le dix-septième siècle », p. 95. A. Koyré cite ce texte, dans les Études galilé (...)

55Ainsi viennent au jour, selon une opposition schématique, mais éclairante, deux types d’histoire qui, par leur objet, leur rythme, leurs présupposés en appellent ou non à une Caractérisation éventuelle. Du côté d’Identité et réalité, prime le dénouement, la solution cartésienne ; et c’est à ce passage que renvoie A. Koyré dans la suite du texte cité en tête de la présente section ; il ne suffit pas de constater que le principe d’inertie joue un rôle important dans la physique moderne ; il faut comprendre pourquoi il acquit son statut d’évidence et de vérité a priori73 mais cette consigne n’a pas de rapport, selon moi, malgré la toute proximité, avec le texte qui suit immédiatement et qui énonce la Caractérisation ; A. Koyré prend en charge ici le même problème qu’É. Meyerson (ce qui paraissait absurde devient évident), et il le résoudra tout différemment : en particulier, par la réinsertion au xviie siècle, d’une philosophie ancienne, un platonisme revigoré, conquérant ; opération historique d’un tout autre ordre que la mise en place d’une Caractérisation forcément axée sur la modernité. En revanche, selon l’autre perspective, une histoire partagée entre implicite et explicite, entre une « physique de Copernic » qui « n’est pas moderne » et une physique de Galilée qui est une « physique copernicienne74 », une telle histoire exige un cadre : et ce d’autant qu’il serait erroné de croire qu’A. Koyré est allé progressivement de l’étude de la physique de Copernic à celle de Galilée, à celle de Descartes ; là encore la vulgate est en défaut. Deux indices entre bien d’autres : A. Koyré rend compte en 1930 du tome III de Galilei und Seine Zeit de L. Olschki, et il y dit déjà que Galilée est « le premier à substituer à la hiérarchie des sciences et du savoir basé sur la nature de l’objet étudié, une distinction, immanente au savoir lui-même, des différents modes du savoir comme tel, c’est-à-dire la prééminence absolue du savoir véritable incarné dans les mathématiques sur tout autre mode de connaissance » ; dans les Dialogues, Galilée combat « pour l’idée même de la rationalité mathématique75 » ; au même moment, A. Koyré pouvait lire sous la plume d’É. Bréhier : « Descartes dégage la physique de la hantise du cosmos hellénique76 ». Que pouvait être le cadre à l’intérieur duquel se connecteraient tant de « difficultés historiques », de philosophèmes, d’intuitions personnelles, d’amas d’informations ? A. Koyré refuse de donner privilège - comme le font É. Meyerson, P. Painlevé, mais aussi L. Brunschvicg à la causalité ; il n’optera pas non plus pour le mécanisme, catégorie beaucoup plus historique. Les « Axiomes de la Mécanique » sont manifestement en cause, mais en connexion avec « la conception copernicienne de l’univers », « l’idée de rationalité mathématique ». Comment se fit au cours d’un travail si complexe le tri des « traits caractéristiques » ?

56« Introuvable », la Révolution scientifique l’était parce que, se souciant peu de la Caractérisation, on la cherchait là où elle ne pouvait être ; mais à son tour, la Caractérisation soumise à questions se dérobe. Au terme de deux détours excentriques a été rendue sensible, au plus général, une philosophie critique qui a certainement veillé à son élaboration ; au plus particulier, une « difficulté historique » a fait se manifester par ricochets, connexions, aimantations de problèmes, un type d’histoire qui en appelait en quelque sorte à la Caractérisation ; là encore, au bout, deux ordres de questions. Et que sera-ce si maintenant on les entrecroise ? À partir de quel « présent » A. Koyré a-t-il découvert ses problèmes, constitué la Caractérisation, réécrit des histoires ? Il a pratiqué laborieusement, savamment la récurrence historique : j’ai eu souci de réfracter indirectement quelques modalités théoriques et pratiques de ces interactions entre « présent » et « passé » :

  • 77 Koyré 1946.

« Un cercle vicieux ? Nullement. Plutôt un va-et-vient […]. Et c’est pour cela que l’œuvre de l’historien ne sera achevée qu’à la fin de l’histoire et qu’il nous faudra toujours réécrire et rere-construire l’histoire de notre passé77. »

Bibliographie

Bibliographie

Aron (Raymond), 1938, La philosophie critique de l’histoire. Essai sur une théorie allemande de l’histoire, Paris : Vrin.

Aron (Raymond), 1944, L’homme contre les tyrans, New York : Éditions de la Maison française.

Aron (Raymond), 1961, Dimensions de la conscience historique, Paris : Plon.

Aron (Raymond), 1967, Les étapes de la pensée sociologique, Paris : Gallimard.

Aron (Raymond), 1968, La révolution introuvable. Réflexions sur les événements de mai, Paris : Fayard.

Aron (Raymond), 1983, Mémoires. 50 ans de réflexion politique, Paris : Julliard.

Aron (Raymond), 1986, Introduction à la philosophie de l’histoire. Essai sur les limites de l’objectivité historique, nouv. Éd. revue et annotée par Sylvie Mesure, Paris : Gallimard.

Bouasse (Henri) et al., 1909, De la méthode dans les sciences, Paris : F. Alcan.

Bréhier (Émile), 1929, Histoire de la philosophie. Tome II, Paris : F. Alcan.

Copernic (Nicolas), 1934, Des révolutions des orbes célestes, intr., trad. et notes de A. Koyré, Paris : A. Blanchard ; rééd. 1970.

Dardel (Éric), 1946, L’Histoire, science du concret, Paris : P.U.F.

Galilée (1638) 1970, Discours concernant deux sciences nouvelles, trad. franç. par Maurice Clavelin, Paris : A. Colin.

Halphen (Louis), 1946, Introduction à l’histoire, Paris : P.U.F.

ffding (Harald), 1928, Les conceptions de la vie, trad. franç. par A. Koyré, Paris : F. Alcan.

Jorland (Gérard), 1981, La science dans la philosophie. Les recherches épistémologiques d’Alexandre Koyré, Paris : Gallimard.

Koyré (Alexandre), 1930a, « Compte rendu de L. Olschki, Galilei und seine Zeit (Geschicht der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, Bd. III), in-8°, p. 480, Halle, Max Niemeyer, 1927 », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 55e année, t. CX, n° 10, p. 152-154.

Koyré (Alexandre), 1930b, « Compte rendu de W. Dilthey, Der Aufbau der geschichtlichen Welt in den Geisteswissenschaften. (Gesammelte Schriften, Bd. VII), in-8°, xii + 380 p., Leipzig, Teubner, 1927 », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 55e année, t. CX, n° 10, p. 315-317.

Koyré (Alexandre), 1932, « Compte rendu de W. Dilthey. Gesammelte Schriften, vol. VIII, Weltanschauungslehre, Abhandlungen zur Philosophie der Philosophie, in-8°, xii + 274 p., Leipzig, Teubner, 1931 », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 57e année, t. CXIII, n° 5-6, p. 487-491.

Koyré (Alexandre), 1945, « Compte rendu de R. Aron, L’homme contre les tyrans, 1944 », Renaissance. Revue trimestrielle publiée par l’École libre des hautes études, vol. II et III, 1944- 1945, New York, p. 488.

Koyré (Alexandre), 1946, « Philosophie de l’histoire », Europe, p. 107-117.

Koyré (Alexandre), 1961, Études d’histoire de la pensée philosophique, Paris : A. Colin.

Koyré (Alexandre), 1962, Du monde clos à l’univers infini, Paris : P.U.F.

Koyré (Alexandre), 1966a, Études galiléennes, Paris : Hermann.

Koyré (Alexandre), 1966b, Études d’histoire de la pensée scientifique, Paris : P.U.F.

Koyré (Alexandre), 1968, Études newtoniennes, Paris : Gallimard.

Koyré (Alexandre), 1971, Mystiques, spirituels, alchimistes du xvie siècle allemand, Paris : Gallimard.

Lagrange (Joseph-Louis), 1788, Mécanique analytique, Paris : Veuve Desaint.

Laplace (Pierre-Simon de), 1798-1824, Traité de mécanique céleste, Paris : J.-B.-M. Duprat.

Lenoble (Robert), 1945, « Les nouvelles conceptions de l’histoire », Revue philosophique de la France et de l’Étranger, tome CXXXV, juil.-sept., p. 193-208 et oct.-déc., p. 324-348.

Merleau-Ponty (Jacques), 1983, La science de l’univers à l’âge du positivisme. Étude sur les origines de la cosmologie contemporaine, Paris : Vrin.

Meyerson (Émile), 1926 (1908), Identité et réalité, 3e éd., Paris : F. Alcan.

Newton (Isaac), 1687, Philosophiae naturalis principia mathematica, London : Royal Society.

Olschki (Leonardo), 1927, Geschichte der Neusprachlichen Wissenschaftlichen Literatur, vol. III : Galilei und Seine Zeit, Halle : Niemeyer.

Painlevé (Paul), 1905, « Les axiomes de la mécanique et le principe de causalité », Bulletin de la Société française de philosophie, séance du 1er décembre 1904, p. 27-50.

Painlevé (Paul), 1922, Les axiomes de la mécanique, Paris : Gauthier Villars.

Redondi (Pietro), 1986, A. Koyré. De la mystique à la science. Cours, conférences et documents, 1922-1962, édités par P. Redondi, Paris : Éd. de l’EHESS.

Rosenberger (Ferdinand), 1884, Die Geschichte der Physik in Grundzügen mit synchronistischen Tabellen, Braunschweig : Vieweg.

Tannery (Paul), 1912-1950, Mémoires scientifiques, publiés par Johan-Ludwig Heiberg et Hieronymus-Georg Zeuthen, Toulouse, Privat et Paris : Gauthier-Villars.

Weber (Max), 1965, Essais sur la théorie de la science, Paris : Plon.

Notes

1 Études galiléennes [Koyré 1966a] ; Études newtoniennes [Koyré 1968] ; Du monde clos à l’univers infini [Koyré 1962] ; Études d’histoire de la pensée scientifique [Koyré 1966b] ; Études d’histoire de la pensée philosophique [Koyré 1961]. Les lectures dont je fais état englobent une partie de la si considérable masse de comptes rendus, revues critiques, etc., dont doit se soucier, comme quelques exemples en seront donnés, toute étude attentive sur A. Koyré ; G. Jorland dans la première partie de son ouvrage (Jorland 1981) met en valeur de nombreux textes extrêmement précieux de ce genre. Les Annuaires de l’E.P.H.E. m’avaient révélé naguère des aspects insoupçonnés de l’itinéraire d’A. Koyré qui furent cause de certaines des perplexités personnelles que je vais évoquer plus bas ; l’ensemble de ces pièces vient d’être réuni dans Redondi 1986.

2 Koyré 1966b, p. 150.

3 « En fait cette caractérisation est à peu près équivalente à la mathématisation (géométrisation) de la nature […] », Koyré 1968, p. 29.

4 Koyré 1966a, p. 15.

5 Id., p. 291.

6 Id., p. 290.

7 Id., p. 276-277.

8 Id., p. 257.

9 Id., p. 128.

10 Id., p. 135-136.

11 Koyré 1962, p. 5.

12 Koyré 1968, p. 37.

13 Koyré 1962, p. 269.

14 Cf. Jorland 19681, p. 366 ; Redondi 1986, p. xxiii.

15 Si je puis faire état d’une anecdote personnelle, une source des perplexités dont je fais état ici est l’association fortuite entre une étude des notions de « monde » et d’« univers » chez A. Comte et une réflexion sur la fin de Du monde clos à l’univers infini, ouvrage qui prend « pour fil d’Ariane », « l’histoire de la cosmologie ». « Bien qu’il soit toujours difficile de dater les époques de la pensée […], on ne prend pas un très grand risque en affirmant que les dernières années du xviiie siècle marquent un tournant dans l’histoire de la Cosmologie. La révolution copernicienne, dont nous pouvons voir qu’elle annonçait en fait, de loin, la condamnation possible de toute Cosmologie, avait tout au contraire suscité une vive renaissance de la spéculation sur l’Univers […]. À partir de 1800, certes, la spéculation sur l’Univers ne cesse pas, mais elle tombe en dehors de la science et la science semble peu à peu renoncer à la Cosmologie », Merleau-Ponty 1983, p. 11.

16 Koyré 1962, p. 5.

17 Koyré 1961, p. 241.

18 Id., p. 240.

19 Koyré 1968, p. 31.

20 Koyré 1962, p. 4.

21 Koyré 1966b, p. 170.

22 Koyré 1968, p. 29.

23 Koyré 1966b, p. 170.

24 Koyré 1968, p. 29.

25 Quitte parfois à tourner en rond : des auteurs croient innover par rapport à A. Koyré en empruntant à d’autres « sources » que lui, alors qu’en fait il y avait eu recours.

26ffding 1928. Cette référence n’est donnée qu’en litre indicatif ; on trouvera plus bas une relation donnée par A. Koyré de textes de W. Dilthey sur « les conceptions du monde ».

27 Koyré 1966b, p. 147 ; Koyré 1962, p. 2.

28 À la première page de Koyré 1971.

29 A. Koyré a rendu compte du recueil d’articles Aron 1944, dans Koyré 1945. Le compte rendu tient quasiment dans l’éloge suivant : « ce livre est le plus important qui ait paru dans l’émigration française ».

30 « Les dernières conférences (après Pâques) furent consacrées à une étude critique de certaines théories classiques (Max Weber, Troeltsch) sur le rôle social et économique du calvinisme, étude qui a abouti à la constatation assez surprenante que Troeltsch […] en méconnaît souvent la substructure théologique, et que Max Weber, au contraire, néglige trop souvent la réalité économique et sociale », Koyré 1971, p. 46.

31 Koyré 1966b, p. 352-353.

32 Koyré 1930a et Koyré 1932.

33 Koyré 1946. Jorland 1981, p. 72-78, utilise des passages de ce texte pour répondre à une question grave mais très éloignée de celle-ci (« pourquoi un philosophe, dans sa recherche de ce qu’est penser, être par conséquent sur le mode de l’éternité, s’adonne-t-il à l’histoire ? »). Nous avons corrigé cette note, qui était inintelligible [NDLR].

34 Halphen 1946 ; Dardel 1946.

35 La science historique ne dispose que de fragments et de fragments de fragments. « C’est avec bon droit que Valéry a appelé l’histoire : “pauvre petite science conjecturale” » (Koyré 1946, p. 116). A. Koyré répétera ce mot dans sa célèbre réponse à H. Guerlac (Koyré 1966b, p. 353).

36 A. Koyré reprend une citation donnée par R. Lenoble dans son article ; cf. Aron 1986, p. 239 (p. 193 pour les éditions antérieures de 1938 et 1946). Nous donnons ici la citation telle qu’elle se trouve dans le texte de R. Aron, Coumet citant quant à lui le texte de la manière suivante : « Le moment décisif de la définition des… en histoire, est le découpage des termes et la définition des concepts » [NDLR].

37 A. Koyré a tellement combattu l’auteur de La Théorie physique et contribué à faire oublier le rôle, dans la philosophie de la connaissance de P. Duhem, de la « classification naturelle » et de la métaphysique qu’il n’est peut-être pas mauvais de souligner en passant cet hommage appuyé.

38 A. Koyré renvoie en note quand il évoque « le problème de l’objet même de la science historique » aux « deux importants ouvrages de M. R. Aron, Essai sur la théorie de l’histoire dans l’Allemagne contemporaine, Paris, 1938, et Introduction à la philosophie de l’histoire, Paris, 1938 ».

39 R. Aron, dans ses Mémoires [Aron 1983], t. I, p. 127 et p. 136, a dit son admiration pour A. Koyré et en a brossé un précieux portrait : « En dehors de l’École normale, en dehors de Gallimard, je fréquentai l’École pratique des Hautes Études, Alexandre Koyré, Alexandre Kojève, Éric Weil, tous trois des esprits supérieurs que j’admirais et auxquels je n’osais me mesurer » ; « Alexandre Koyré, le patriarche du groupe, avait combattu dans la Première Guerre (il n’en parlait jamais). Historien admirable de la philosophie et de la science, il couvrait un terrain immense, de la mystique allemande à la pensée russe du xixe siècle et aux études galiléennes, justement classiques dans tous les pays. Il parlait peu, lentement, doucement, mais il portait sur les événements et les personnes des jugements justes, définitifs. Il me mit en garde contre l’antimilitarisme d’Alain, il ne se laissa jamais tenter par le communisme alors même que la grande dépression semblait confirmer les prédictions de Marx. Parmi ces esprits exceptionnels, il brillait non par le talent, mais par la modestie, par la recherche scrupuleuse et patiente de la vérité, par la rigueur morale. Il prenait au sérieux l’Université ; il souhaita une chaire au Collège de France ; Martial Gueroult lui fut préféré. L’un et l’autre méritaient d’entrer dans cette illustre maison. »

40 A. Koyré proteste avec véhémence contre les excès subjectivistes d’E. Dardel victime d’un « enthousiasme éperdu pour la philosophie existentialiste » et défend « la grandeur unique de Thucydide historien, digne représentant en cela de l’esprit objectif et épris de vérité des Grecs » qui a su, « dans son œuvre historique, s’élever à l’impartialité », cf. R. Aron, « Thucydide et le récit historique », Aron 1961, chap. 5. Les dernières phrases de « Les philosophes et la machine » enregistrant des échecs de « la théorie psycho-sociologique », sont célèbres et en ont déçu plus d’un : « Au fond, cela ne doit pas nous surprendre. Il est impossible, en histoire, d’évacuer le fait, et de tout expliquer » (Koyré 1961, p. 309) ; R. Aron protestait en 1968 contre le succès incroyable, « dans les milieux parisiens » de la formule, « il n’y a pas de faits » : « En matière d’histoire, il n’y a pas de faits qui ne soient ou saisis par le regard de l’observateur, ou reconstruits à partir de documents par l’historien. Je connais ce genre de réflexions et, après tout, j’ai commencé ma carrière philosophique par des spéculations de cette sorte, mais au bout du compte, par moment, je suis tenté de jouer au béotien, et d’affirmer que toute société est soumise à des contraintes de fait », Aron 1968, p. 122-123.

41 Aron 1983, t. I, chap. 5 : « Désespéré ou satanique… » ; plus particulièrement p. 151-152, 157 ; cf. dans l’éd. d’Aron 1986, les annexes relatives à la soutenance, p. 443-444 et p. 453-454.

42 Aron 1983, t. I, p. 156.

43 Dans une tout autre direction, je ne sais quelle portée il faut donner à cette information livrée par R. Aron, [Aron 1983], t. I, p. 115, lorsqu’il relate comment C. Bouglé avait accueilli le bureau français de l’Institut für Sozialforschung : « Ni Kojève, ni Koyré, ni Weil ne mettaient très haut, philosophiquement, Horkheimer ou Adorno. »

44 Cf. aussi dans la charge contre la recherche du « document-humain » donnant le pas à « l’homme » sur « l’œuvre » (Koyré 1961, p. 138, n. 4) : « Dilthey et l’école diltheyenne ne sont certes pas les seuls à l’avoir pratiquée : les diltheyens ont seulement été les plus fins et les plus brillants de ceux qui se sont employés ainsi à l’escamotage des valeurs propres de la philosophie ». Notons, pour le piquant de la chose, que R. Aron cite, « pour reprendre l’expression d’un savant historien », ce texte d’A. Koyré afin de se justifier de ne pas avoir écrit une biographie (sur le modèle diltheyen) de… Dilthey (Aron 1938, p. 10).

45 Dans la classification donnée par R. Aron des types idéaux, « la première espèce est celle des types idéaux d’individus historiques, par exemple le capitalisme ou la ville d’Occident. Le type idéal, dans ce cas, est la reconstruction intelligible d’une réalité historique globale et singulière, puisque d’après Weber le capitalisme, au sens où il définit ce terme, n’a été réalisé pleinement que dans les sociétés occidentales modernes. Le type idéal d’un individu historique demeure une reconstruction partielle : le sociologue choisit dans l’ensemble historique un certain nombre de traits pour constituer un tout intelligible. La reconstruction est une entre d’autres possibles, et toute la réalité n’entre pas dans l’image mentale du sociologue », Aron 1967, p. 521.

46 Id., p. 520.

47 Weber 1965, p. 178 sq.

48 Koyré 1966b, p. 169.

49 Koyré 1966a, p. 165, n. 1. Meyerson 1926.

50 Id., p. 528-540.

51 Id., p. 119, n. 3.

52 Id., p. 529.

53 Ibid.

54 Nous tentons de donner une vue synthétique des positions de P. Painlevé en utilisant conjointement deux textes : celui dont É. Meyerson donne la référence, [Painlevé 1905] et « Mécanique », in Bouasse et al. 1909, p. 73-119. P. Painlevé a reproduit sa communication et ce deuxième texte dans Les Axiomes de la mécanique [Painlevé 1922].

55 Meyerson 1926, p. 114-126.

56 Le texte de Meyerson porte en effet « … le Dialogue sur les deux sciences (1638) ». Il s’agit évidemment des Discours concernant deux sciences nouvelles [NDLR].

57 Id., p. 24. Nous restituons le « toute » qui était omis dans cette citation [NDLR].

58 Id., p. 130.

59 Id., p. 131-132.

60 Id., p. 315.

61 Id., p. 154-155.

62 id., p. 159.

63 Id., p. 160.

64 Id., p. 164 : « Il suffit que nous puissions concevoir la conservation de la vitesse pour que la nature de cette notion subisse aussitôt une prodigieuse transformation ».

65 « Une étude approfondie du De Revolutionibus nous a montré que, quoi qu’on ait dit, Copernic n’a aucune idée de la relativité (physique) du mouvement, ni de la loi d’inertie ; partout où il parle de relativité, c’est d’une relativité optique qu’il s’agit », Redondi 1986, p. 29. Cf. ces deux thèses dans Meyerson 1926, p. 122, n. 3, p. 142, p. 529-533.

66 Copernic 1934, p. 20.

67 Id., p. 23.

68 Koyré 1966a, p. 211, n. 3.

69 Tannery 1912, vol. VI, p. 387-413.

70 Koyré 1966a, p. 75, n. 2.

71 Tannery 1912, vol. VI, p. 411 et p. 403-404.

72 Koyré 1966a, p. 205.

73 Koyré 1966b, p. 150.

74 Koyré 1966a, p. 211.

75 Koyré 1930a, p. 153.

76 Bréhier 1929, 1 : « Le dix-septième siècle », p. 95. A. Koyré cite ce texte, dans les Études galiléennes, lorsqu’il parle de la substitution à la notion du Cosmos de celle d’Univers (Koyré 1966a, p. 165, n. 2) ; cf. également Koyré 1966b, p. 151, n. 3.

77 Koyré 1946.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search