Version classiqueVersion mobile

Œuvres d’Ernest Coumet (T. 1)

Articles d’Ernest Coumet

La philosophie positive d’É. Littré

Texte intégral

Revue de Synthèse, 3e série, n° 106-108, avril-déc. 1982 (Actes du Colloque Littré d’octobre 1981), p. 177-214. Nous remercions M. Éric Brian, directeur de la Revue de Synthèse, de nous avoir autorisés à reproduire ce texte.

  • 1 É. Littré a repris sous différentes formes de nombreux textes, composé lui-même plusieurs recueils d (...)
  • 2 À titre d’exemple d’une assez longue digression de ce genre : « II est sage de suivre les bons exem (...)
  • 3 « […] cette négation théologique a pénétré dans des couches très-profondes de la société, non-seule (...)
  • 4 « […] je n’entends aucunement faire de la polémique contre l’idée chrétienne qui anime l’opuscule d (...)
  • 5 « La doctrine positive est par excellence la doctrine du réel ; car elle se compose non pas de ce q (...)
  • 6 É. Littré a donné des articles à de très nombreuses revues, et si, dans les analyses qui suivent, n (...)
  • 7 Littré 1867b, p. 5.

1« De la philosophie positive », « Paroles de philosophie positive », « Fragments de philosophie positive », « Les découvertes les plus récentes et la philosophie positive », « Applications de la philosophie positive au gouvernement des sociétés et en particulier à la crise actuelle1 »… : autant de titres d’articles ou d’ouvrages, autant de manifestes, proclamations, exposés, analyses où résistant aux épreuves personnelles comme aux vicissitudes sociales, intouchée par les amendements de doctrines et les rétractations, par-delà critiques et anathèmes, se maintient, ferme, parfois rigide, parfois plus effacée, la référence à la philosophie positive. Ce n’est pas tout d’ailleurs que cette liste elle-même incomplète : au détour d’une notule, au cours d’une étude érudite apparemment éloignée de toute vue d’ensemble2, au long d’une chronique consacrée à l’actualité la plus immédiate3, jusque dans une méditation intime vouée, à peine effacées des douleurs récentes, au bon usage des maladies, surgit une invocation à la philosophie positive4 ; comme aussi s’amplifient, en ces préfaces généreusement accordées à des ouvrages parfois bien minces, les considérations philosophiques les plus générales5. Ce n’est pas tout encore. « La philosophie positive » : tel est le titre de la revue qu’É. Littré dirigea conjointement avec G. Wyrouboff de juillet 1867 jusqu’à sa mort6. « J’ouvre notre revue, avait-il déclaré dans le premier numéro, par quelques considérations sur la philosophie positive. Comme tout ce qui s’écrira dans cette revue portera le caractère de cette philosophie, et s’y rattachera par des liens directs ou indirects, il importe d’en retracer sommairement la méthode, la doctrine et les conséquences7 ». Née sous l’Empire, la revue œuvrera plus tard pour instaurer et affermir la République, organe de plus en plus efficace d’une philosophie ne perdant jamais de vue ses « applications », et qui entendait bien ne pas déserter les grands champs de batailles politiques ; dès lors, les « paroles de philosophie positive » se mêleront, au jour le jour, aux chroniques et « variétés ». « Applications » également à l’histoire, à la morale ; « applications » projetées, ou rêvées, à la littérature, au théâtre, à la poésie.

2Est-il bien opportun au seuil de ce qui voudrait être un examen de la philosophie littréenne, de rappeler d’emblée un tel remuement ? Est-il de bon aloi de battre le rappel de si multiples travaux alors que très généralement les a délaissés l’histoire de la philosophie ? N’est-ce pas à bon droit que les mérites de l’érudit, de l’historien, du lexicographe ont éclipsé ce que d’aucuns tiendraient volontiers pour pièces rapportées ?

3Au reste, ce leitmotiv ressassé : « la philosophie positive », n’est-il pas pur et simple écho ? De la « philosophie littréenne », philosophie de disciple, on peut commencer en effet par douter qu’elle existe.

  • 8 « Le trait de génie est d’avoir trouvé entre les sciences un lien substantiel […] », « Préface d’un (...)
  • 9 Ibid., Préface, p. ii-iii.
  • 10 « C’est en 1840 que je connus M. Comte. Un ami commun me prêta son système de philosophie positive  (...)
  • 11 La Vie de Jésus de D. F. Strauss dont É. Littré a donné une traduction, [Strauss 1856].
  • 12 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 211.

4É. Littré est disciple. Ne l’a-t-il donc pas assez répété ? Sa philosophie ? Celle d’A. Comte ; lisez donc le Cours de philosophie positive. Combien de fois, et en quels termes (« trait de génie », « découverte capitale8 »…), et ce jusqu’à la fin de sa vie, É. Littré n’a-t-il célébré ce livre extraordinaire : « Je regarde la philosophie positive comme une de ces œuvres à peine séculaires qui changent le niveau, et je regarde celui qui l’a mise au jour comme un de ces hommes à qui est due gloire et reconnaissance9. » Celui qui avait déjà rendu hommage au Cours dans sa « Préface d’un disciple » de mars 1864, rappelle dans sa nouvelle préface pour une réédition ultérieure, en novembre 1876, comment plus de quarante années auparavant, il avait été « subjugué10 » par ce livre : « Tandis que, tout en estimant beaucoup la Vie de Jésus11 comme œuvre de critique et d’histoire religieuse, je demeurai absolument fermé à la métaphysique hégélienne qui l’imprègne d’un bout à l’autre, l’ouvrage d’Auguste Comte me saisit tout entier. Incapable de trouver par moi-même la solution du grand problème philosophique, j’étais capable de la reconnaître dès qu’elle me fut montrée. Aussi me retrouvé-je disciple comme à ce grave moment de mon existence, et comme il y a douze ans quand je fis ma première préface. Arrivé à la vieillesse avancée et tout près du terme, je me félicite d’avoir toujours ainsi compris mon rôle et ma fonction12. »

  • 13 Littré 1877a, Préface, p. iv-v. Cf. cette précision moins connue : « De bonne heure je sentis que, (...)

5Mais, et cela on le sait, si peu qu’on sache de Littré philosophe, il fut un disciple indiscipliné. Il refusa du maître les suites à ses yeux soit inconséquentes, soit prématurées, soit incongrues données au Cours de philosophie positive. Selon une expression énergique et quelque peu étrange, il dut, quoiqu’il lui en coutât, « scinder M. Comte lui-même » : « je n’ai point eu à scinder l’œuvre de Comte qui reste intacte et entière ; je n’ai eu qu’à en retrancher des conséquences et des applications impropres. Mais j’ai eu, et cela a été douloureux, à scinder M. Comte lui-même, c’est-à-dire à montrer que, quand il a voulu passer des principes posés dans le système de philosophie positive à l’application posée dans le système de politique positive, il n’a pas tenu d’une main sûre le fil qui devait le conduire. D’après ses propres dires, il a échangé la méthode objective pour la méthode subjective. Or dans la philosophie qu’il a fondée, il n’y a aucune place pour la méthode subjective, il n’y en a que pour la méthode déductive qui y remplace la méthode subjective des théologiens et des métaphysiciens13. »

  • 14 « Le procédé de discussion a été très simple ; il consiste à prendre le système de philosophie posi (...)
  • 15 Ibid., p. x.

6Inutile de subtiliser sur tout ce qu’un disciple peu opposer à son maître pour se mettre en position de le juger ; inutile d’aiguiser toutes ces formules du renversement familières aux historiens des inventions, instaurations, révolutions ; É. Littré en a fait lui-même l’usage le plus concerté comme il a adroitement exploité les procédures et métaphores opérantes dans un tel procès en légitimation : invoquer une sûreté mieux garantie dans la mise en œuvre de la bonne méthode, convoquer le maître devant la juridiction supérieure qu’il avait naguère instaurée, faire agir à son encontre ses propres « instruments », bref témoigner sous des apparences d’hérésie, d’une fidélité authentique et profonde14. Plus précisément, É. Littré se trouve « peseur » des travaux d’A. Comte « avec la balance de la méthode positive15 » ; il s’en remet à ce « juge impersonnel » qu’est cette même méthode.

7Quel est donc le verdict du « juge impersonnel » ? Que retenir, que rejeter de l’œuvre d’A. Comte pesée « avec la balance de la méthode positive » ? Un bilan des plus nets auquel de nombreuses déclarations d’É. Littré paraissent donner leur aval, et si clair qu’on s’en tient généralement à lui, pourrait se tabuler en deux colonnes : au titre des profits serait versé tout le Cours de philosophie positive, ou selon l’expression qu’A. Comte préférait, le système de philosophie positive ; serait porté dans la colonne des pertes le système de politique positive ; d’un côté, la philosophie des sciences, la méthode objective, les principes fondamentaux ; de l’autre, les fausses conséquences, la méthode subjective. Une telle présentation de bilan est, pour le dire tout net, inexacte et superficielle.

  • 16 Comte 1848.
  • 17 Littré 1850, Avant-Propos, p. vi-vii.
  • 18 Préface à André-Nuytz 1868, p. xi.

8Il va sans dire, tout d’abord, que contrairement à ce que pourrait suggérer pareille dualité entre « philosophie positive » et « politique positive », ce n’est point à une doctrine enfermée dans l’examen de problèmes théoriques, encore moins à une pure philosophie des sciences qu’É. Littré avait donné foi. Il fit sienne à coup sûr cette conviction affirmée avec force en tête du Discours préliminaire à l’ensemble du positivisme : « Le positivisme se compose essentiellement d’une philosophie et d’une politique, qui sont nécessairement inséparables, comme constituant l’une la base, et l’autre le but d’un système universel, où l’intelligence et la sociabilité se trouvent intimement combinées ». Il ne faut en rien confondre substitution de la méthode « subjective » à la méthode « objective », et passage des « principes » aux « applications » ; la nécessité de ces dernières, la possibilité de mettre en œuvre dans les études qui y touchent la méthode objective ne sont nullement en cause ; c’est tout uniment qu’en ce sens, l’adhésion aux conséquences essentielles fit suite à l’adhésion aux principes : « Dans le temps, j’ai exposé les traits principaux et la marche de cette belle et capitale élaboration. Mais un tel travail, qui consiste surtout en ce qu’il incorpore l’ensemble des études morales et sociales dans la science positive, faisant ainsi cesser le partage provisoire entre la philosophie (théologie ou métaphysique) et les sciences particulières ; un tel travail, dis-je, contient nécessairement une application directe au gouvernement des sociétés. Aussi, dans un récent ouvrage16, M. Comte a-t-il commencé sa nouvelle tâche. Comme ici il n’y a rien d’arbitraire, et comme il s’agit maintenant d’une vraie science, mon adhésion aux principes a entraîné mon adhésion aux conséquences essentielles ; et, secondé, cette fois comme la première, par la libérale impartialité du National, je me suis empressé de mettre sous les yeux du public des résultats qui, à mon jugement, sont définitifs17. » Plus tard, cette assurance fera place à des réserves, voire à des critiques ou autocritiques impitoyables sur le mal-fondé de telles prises de position, l’imprudence de certaines prévisions, des erreurs graves de jugement quant aux forces politiques en présence. Mais la solidarité entre politique et philosophie n’est jamais mise en cause : « Je mêle constamment la politique et la philosophie ; c’est qu’en effet, ce qui ne s’était jamais vu, la philosophie descend sur la place publique. Il n’en peut pas être autrement, puisque, au fond, il s’agit de substituer une croyance à une autre, la croyance scientifique à la croyance théologique. Le reste, quelque important qu’il soit, est pourtant secondaire18. »

  • 19 Littré 1877a, p. 673-674.
  • 20 « Dans un opuscule qui a paru il y a environ quatre ans (Paroles de philosophie positive), j’ai has (...)

9En deuxième lieu, comment tenir pour répétiteur du système de philosophie positive qui y découvre d’aussi formidables « lacunes » ? Comment la cohérence du système pourrait-elle résister à la réintroduction d’une discipline hybride que le constructeur s’était ingénié à chasser ? au rejet d’une hypothèse qui supportait des éléments importants de la construction ? À la fin de son A. Comte, É. Littré ajoute quelques mots au sujet de travaux que la philosophie positive lui semble « exiger dans la phase qu’elle parcourt » : « Ce qu’il importe surtout de signaler, ce sont les lacunes. À mon gré, il existe dans la philosophie positive trois lacunes essentielles, à savoir : l’économie politique, la théorie cérébrale et ce que, faute d’un nom qui convienne, j’appellerai théorie subjective de l’humanité19. » Il n’est pas jusqu’à la loi des trois états qui ne laisse des « lacunes et des vides à combler » ; elle doit être « restreinte », n’ayant sa pleine efficacité que dans l’ordre scientifique ; le développement du genre humain doit être divisé en quatre périodes, division qui contient « les éléments essentiels d’un traité de sociologie », un tel traité n’existant point encore20.

  • 21 Nous citons les articles donnés dans le National d’après leur reproduction dans la première édition (...)
  • 22 Littré 1852, p. 65.
  • 23 Id., p. 66.

10Remontons, en troisième lieu, à ces articles donnés dans Le National en 184421, et qui avaient pour unique objectif de faire connaître, et admettre, les points fondamentaux du Cours de philosophie positive. Cette relation est toute proche du temps où le Cours « subjugua » le disciple, et on ne l’a, à juste titre, jamais soupçonnée d’être infidèle. Elle est si sérieusement maîtrisée, le rédacteur s’en efface avec tant de discrétion, la forme en paraît si neutre, qu’elle a tout d’un résumé parfaitement réussi. Pourtant, y sont déjà comme gauchies certaines thèses du Cours. Non par décisions concertées, mais par ces silences obligés et ces filtrages qu’exige tout résumé : disparaissent des pans entiers du parcours encyclopédique alors que sont mieux mises en valeur et privilégiées des vues d’actualité ; la trame est contienne, mais s’y tressent des exemples, des considérations qu’on pourrait tenir pour des facilités de journaliste et qui sont déjà des convictions de philosophe ; la volonté même de taire entièrement les critiques laisse entendre que l’important est de faire saillir des « points essentiels » plus que de faire apprécier la solidité d’une architectonique. « Quelles que soient les critiques qu’on puisse faire du livre de M. Auguste Comte, tant pour les détails que pour la forme, il est convenable de les laisser complètement de côté ; car, ce qui importe ici, c’est de faire connaître les points capitaux de ce grand ouvrage ; le reste est secondaire22. » Dès cette relation initiale, cet ouvrage apparaît moins comme matière à commentaires, qu’incitation à poursuivre « la nouvelle élaboration philosophique ». « Dans la marche continue de l’humanité, les peuples sont arrivés aujourd’hui au point de partage des idées philosophiques. L’histoire montre, dans tout son développement, le versant et le long cours des idées théologiques et métaphysiques ; mais déjà commence un autre versant, et la source des idées positives s’épanche à son tour, abandonnée désormais au lit qu’elle se creuse et à la pente qui l’entraîne23. »

11Ce n’est en aucune façon à un relevé exact des écarts entre le positivisme initial et la philosophie littréenne que sauraient prétendre ces trois remarques ; nulle intention de reprendre ici les procès en dissidence menés contre É. Littré tant par les positivistes orthodoxes comme le Dr Robinet que par ses adversaires spiritualistes, tel E. Caro qui se complaisait à dénombrer ses renonciations et rétractations ; nulle intention de revenir sur les erreurs, les incompréhensions qui, plus tard, lui furent imputées, lorsqu’à partir du début de ce siècle, les historiens de la philosophie travaillèrent à restaurer l’unité de la pensée comtienne et à pénétrer sa profonde cohérence. Que soit surtout suggérée la trop sommaire simplicité de ce bilan à deux colonnes qui réduirait la philosophie littréenne à un comtisme incomplet ; que soit consentie en faveur d’É. Littré l’attention à une cohérence propre, à une fidélité qui lui fut personnelle, non à un système, mais à une « élaboration philosophique ». L’âge, les temps de vie, les bouleversements publics qu’aura à connaître É. Littré après la mort d’A. Comte font que diffèrent profondément, de l’un à l’autre, les horizons temporels, les obstacles rencontrés, les succès devinés. Toujours à titre indicatif, quelques notations rapides baliseront de vingt ans en vingt ans la propagation de la foi positive, puis ouvriront l’éventail des variations sémantiques du mot « positivisme ».

  • 24 « Je crois pouvoir vous annoncer déjà, comme une sorte d’événement philosophique, que le silence ga (...)
  • 25 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 28-29.
  • 26 Id., p. 68-69.
  • 27 Dans un des premiers numéros de la revue La Philosophie positive, Jules Ferry décrit, à l’occasion (...)
  • 28 É. Littré fait cette remarque à propos d’une lettre de Sainte-Beuve qu’il publie dans sa revue (Lit (...)
  • 29 É. Littré, dans un bref compte rendu de la troisième édition du Cours de philosophie positive (Litt (...)

12Dans sa « Préface personnelle » datée du 19 juillet 1842, mise en tête du dernier volume du Cours, A. Comte dénonce avec humeur « l’étrange silence » de la presse périodique à l’égard de sa publication philosophique ; ainsi a manifesté son hostilité « cette partie de l’école métaphysique qui constitue aujourd’hui ce qu’on appelle vulgairement l’opposition ». Aussi comprend-on qu’il ait pu annoncer à Stuart Mill, en octobre 1844, la future parution des articles d’É. Littré comme « une sorte d’événement philosophique24. » Vingt ans plus tard, dans sa « Préface d’un disciple » de 1864, É. Littré rassemble les preuves du « progrès latent », du développement difficile mais assuré d’une philosophie « sévère et ardue ». « Si peu de bruit s’est fait autour de M. Comte vivant, du bruit commence à se faire autour de M. Comte mort […] ; et voilà que de bien des côtés s’anime cette doctrine qui n’a point courtisé la popularité, qui s’est confiée à des analogies fondamentales avec l’esprit de la science et de la société moderne, et qui présente ce signe digne d’attention, de passer non pas d’un grand bruit fait lors de sa naissance à une grande décadence hâtive, mais d’un faible commencement à une croissance spontanée, régulière, graduelle25. »« À l’opposé d’autres systèmes qui ont fait grand bruit et qui depuis ne se sont guère recrutés, la philosophie positive, qui fit peu de bruit, n’a pas néanmoins cessé de se fortifier par un recrutement latent et dû à la force des choses, non à la propagande26. » Cette « force des choses » faisait office de propagande : « propagande invisible » selon la remarquable expression de Jules Ferry27. Dans leur revue, É. Littré et ses collaborateurs vont conduire au grand jour la propagation de la foi positive, et noter régulièrement les symptômes de succès progressifs : « recrutements », témoignages d’intérêt, polémiques aussi qui commencent à faire grand bruit. « Il est bon de noter que des hommes qui appartiennent à la haute littérature du temps et aux hautes dignités de l’État, commencent à voir, dans les idées de cette philosophie tant dénoncée, des éléments non de ruine, mais de salut28. »« La philosophie académique et officielle ignore absolument M. Comte et son œuvre. Soit, je n’ai aucune envie de surfaire le travail par lequel les dogmes essentiels à la philosophie positive s’insinuent dans la pensée publique et dans le domaine commun, sachant aussi bien que personne que cette philosophie n’offre à ceux qui en sont les disciples que le labeur pour prix du labeur. Mais, de plus en plus, j’entends les polémiques les plus diverses, même en des pays lointains, en faire le but de leurs attaques. Se trompent-elles, et prennent-elles le change, poursuivant de leur hostilité fourvoyée un fantôme sans consistance et prêt à s’évanouir demain ? Non ; car voilà la troisième édition d’un livre qui effraierait par sa forme ardue, s’il n’attirait l’esprit moderne par l’espérance d’être délivré de la théologie et de la métaphysique, qui commencent à lui paraître bien vides29. » Mettons-nous maintenant au fait de ce qu’étaient devenues les « idées d’A. Comte » au moment où disparaît É. Littré, et lisons la « Déclaration » placée par C. Robin et G. Wyrouboff en tête du dernier numéro de La Philosophie positive :

  • 30 Robin & Wyrouboff 1883, p. 321-322.

« Notre modeste Revue qui paraissait au début avoir si peu de chances de durée, a non seulement apporté un contingent nécessaire de matériaux à l’édifice jusqu’ici inachevé de la philosophie moderne, elle a encore servi de berceau à toute une génération d’hommes qui ont exercé ou exercent présentement sur les affaires de leur pays une incontestable et salutaire influence. Au milieu de ce concours d’idées nouvelles qui, à la fin de l’Empire, attaquaient les vieilles doctrines, il nous a semblé que les idées fort peu connues alors de A. Comte, avaient leur place, nous les avons fait connaître, nous les avons développées, amendées, appliquées aux cas particuliers qui se sont présentés. Cette tentative que beaucoup de gens fort sensés trouvaient prématurée, inopportune, inutile, a pleinement réussi ».
« La philosophie positive est entrée dans le domaine public, dans le grand courant des idées qui circulent un peu partout30. »

131840 : une philosophie peu écoutée. 1880 : une philosophie « entrée dans le domaine public », devenue presque trop publique au gré de ses propagateurs ; les généralités philosophiques à qui une audience restreinte maintenait distinction et netteté se sont comme diluées par une « circulation » de plus en plus accentuée.

  • 31 « Je n’ai pas besoin de dire à nos lecteurs ce qu’est M. Taine, célèbre historien, célèbre critique (...)

14À considérer uniquement le mot « positivisme », que de gauchissements, retournements, réfractions ne subit-il pas déjà dans le troisième quart du xixe siècle ! Il est de ces mots qui « circulent un peu partout », emprunté ici, brandi là comme anathème, confondu ailleurs avec les appellations les plus disparates. Dès le premier numéro de La Philosophie positive, « le faiseur de dictionnaire » avait tancé H. Taine pour avoir commis une « erreur lexicographique » : n’avait-il point, décrivant Sancho en regard de Don Quichotte, glissé un « positiviste » parmi de malplaisants adjectifs31 ? Le Dictionnaire consacre le néologisme forgé par A. Comte : « positivisme : système de la philosophie positive. » Mais un faiseur de dictionnaire ne peut à son gré figer le sens d’un mot, fût-il le plus cher à ses convictions, fût-il même de ceux qui, à l’intérieur du dictionnaire, le définissent lui-même.

  • 32 Comte 1932, p. 58.
  • 33 Wyrouboff 1873, p. 7.
  • 34 Littré 1880, p. 35. De Roberty, dans « Le docteur Strauss. Étude sur les demi-positivistes », utili (...)

15Et pour commencer, le Système discriminera ses vrais tenants des faux : « Ce sera la lutte nécessaire entre les vrais positivistes et les faux, entre ceux qui veulent dignement devenir conservateurs et ceux qui veulent toujours rester révolutionnaires, en un mot entre les religieux et les irréligieux32. » À quoi fait écho, bien plus tard, cette allégation de G. Wyrouboff dans la revue La Philosophie positive : « M. Pierre Laffitte, le représentant officiel de cette orthodoxie positiviste aux yeux de laquelle nous passons pour des métaphysiciens et des révolutionnaires parce que nous avons l’audace de discuter les contradictions de M. Comte33. » Mais par delà ces déchirements bien connus, il est une catégorie curieuse, dont on s’explique toutefois, à la réflexion, qu’ait pu la forger une philosophie qui s’insinue dans les esprits, souvent sans leur aveu : il est des « demi-positivistes ». « J’étonnerais M. Cournot, s’il pouvait m’entendre, je l’indignerais même, en le qualifiant de demi-positiviste. Rien n’est pourtant plus vrai. Il est à ranger dans le nombre de ces penseurs, M. Stuart Mill par exemple, et bien d’autres, qui rejettent loin d’eux la qualification de positivistes, mais qui pourtant admettent ceci ou cela, en l’avouant ou sans l’avouer, de la doctrine inaugurée par M. Comte. La vigoureuse initiative de ce philosophe a mis partout des jalons, des pierres d’attente, des commencements qui, en attendant la destinée que l’évolution historique leur réserve, exercent déjà une influence sensible sur la science particulière, sur la philosophie générale et sur la pensée publique34. »

  • 35 Wyrouboff 1874, p. 75.
  • 36 Pellarin 1864, p. 18.
  • 37 Littré 1876a, p. 91.
  • 38 « La force de la philosophie positive est tout entière, à mon avis, dans ce principe qu’on appelle (...)

16Symétriquement en quelque sorte, que ce soit pour s’en applaudir, ou au contraire pour le fustiger, on enrôle à qui mieux mieux le positivisme sous d’autres bannières que la sienne. Il est difficile d’imaginer aujourd’hui combien multiples, disparates, contradictoires furent, du vivant même d’É. Littré les étiquettes qu’on attachait à sa doctrine. Des qualifications générales étouffent ce que voudrait avoir de spécifique le positivisme : il est « des personnes qui ne sont pas encore parvenues à comprendre la différence entre le terme très général et très vague de “philosophie expérimentale” et le terme très clair et très précis de “philosophie positive”35. » Par un mouvement inverse, et selon une tactique réprobatrice dont nos modernes néo-positivistes ont souvent fait les frais, les antimétaphysiciens sont jugés coupables de mauvaise métaphysique ; le propre beau-frère d’É. Littré, C. Pellarin, retourne contre A. Comte en personne l’accusation suprême : « J’entends parvenir à prouver que l’auteur de la philosophie positive n’a appliqué à l’étude des faits sociaux aucun procédé de la méthode scientifique, et qu’il n’a guère fait, sous ce rapport, que de la métaphysique, et de la très mauvaise métaphysique36. » Relève-t-on ensuite des qualificatifs plus précis, des étiquettes d’écoles, des noms de doctrines, le choix ne manque pas. Les scandales furent publics : on sait donc combien fusèrent vite et se répétèrent, incisives, malveillantes, les accusations de matérialisme. Pour d’autres, la philosophie positive est « une sorte de spéculation mathématique qui a pour but de soumettre à l’empire de la science exacte par excellence les sciences qui ne le sont pas, aussi bien que l’histoire, la morale et les beaux-arts37. » Pour d’autres encore, elle est une variante de l’agnosticisme, un avatar du kantisme38.

  • 39 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 68.
  • 40 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 228.
  • 41 Littré 1867a, p. 17, p. 2, p. 18, p. 53.

17On conçoit que, dans ces conditions, le Disciple ait pu se voir en champion de tournois multipliés. Ainsi clôt-il l’un d’eux : « Ici se trouve clos, provisoirement du moins, le tournoi que vient de soutenir la philosophie positive39. » Tournois où il faut ferrailler tant avec les ennemis déclarés qu’avec de proches parents, tant avec des représentants d’écoles traditionnelles qu’avec d’éminents porte-parole de la « discussion contemporaine », tels Renan, Berthelot, Taine, Claude Bernard, Cournot, Stuart Mill, Spencer… Évoquons, moins pour elle-même qu’afin de faire ressortir la sévérité de ces épreuves rigoureuses que subit alors la philosophie positive, l’une de ces rencontres, d’autant plus révélatrice de la gravité des enjeux qu’y est impliquée une doctrine en quelque sorte « cousine germaine40 » : Stuart Mill soutient et que « la sociologie n’est pas constituée », et que « la psychologie est indispensable à la constitution d’une philosophie positive » ; si tel est le cas, « il est certain que M. Comte est resté à mi-chemin ». « Il fallait ou que M. Mill m’attirât de son côté, ou que M. Comte me retint du sien. Voilà bien des occasions où je suis amené à faire passer par une épreuve rigoureuse, due à ce qui est nouveau et grand, mon adhésion aux dogmes fondamentaux de la philosophie positive. Cette fois, c’est M. Mill qui présidait à l’épreuve. Mais, cette fois encore, mon esprit n’a pas douté ». « Il s’agit de savoir si la philosophie positive est venue ou à venir. J’ai pensé, il y a maintenant plus de vingt-cinq ans, qu’elle était venue ; je le pense encore, même contre M. Mill ». « Je pense que la philosophie positive est créée dans ses éléments essentiels, que l’avenir développera ces éléments sans les dénaturer, et qu’ainsi elle est, dans l’ordre général, ce que chacune des sciences positives est dans l’ordre particulier, c’est-à-dire un point de départ et une voie tracée41. »

  • 42 Id., p. 15.
  • 43 Littré 1867b, p. 23.
  • 44 Littré 1876a, p. 97.
  • 45 Littré 1873a, p. iv ; cf. dans Littré 1867a, p. 19 sqq., le rapprochement que suscite l’exemple uti (...)
  • 46 Littré 1877a, p. 663-664.
  • 47 Ibid.

18« Point de départ » : vrai commencement, instauration fondamentale ; mais non pas achèvement d’un édifice, clôture définitive d’une œuvre parfaite. Il convient d’y insister, car ainsi s’expliquent, se légitiment toutes les distances prises à l’égard du système, les critiques incisives, la dénonciation des « lacunes » : l’opération philosophique conduite par A. Comte ne tire pas son prix d’avoir cimenté une œuvre individuelle, fût-elle supérieure à celle de tous les autres philosophes. Déjà la première relation donnée du Cours de philosophie positive s’appliquait moins à en commenter la lettre qu’à participer à une élaboration philosophique en cours ; plus sera célébrée une œuvre qui a marqué le passage à un autre « versant » et moins sera scruté son détail ; plus ira le temps, et plus se révélera son vrai sens, ce qui légitime sa portée impérissable mais en marque du même coup les limites : l’instauration qu’elle mène à bien a les traits d’une fondation de science. Réduite à son épure, ramenée à la mise en œuvre de l’activité scientifique la plus féconde en l’âge positif, « l’opération philosophique » se condense en une seule « induction ». Une science déterminée forme des inductions « entre faits d’un domaine particulier » ; si A. Comte avait formé son induction « avec les sciences partielles », il serait arrivé à un fait de l’ordre scientifique ; mais il a déterminé les faits généraux de chacune des sciences fondamentales, « fait la philosophie » de chacune d’elles, formé leurs « philosophies partielles » ; prenant celles-ci comme matière, il les a coordonnées, découvrant l’enchaînement des notions réelles, et par ce suprême effort de pensée, fut produite la philosophie positive42. L’épure est-elle simplifiée encore davantage, la condensation poussée plus avant, l’opération philosophique fondamentale se réduira à la découverte, il est vrai dans une illumination de génie, d’une idée simple : « L’idée génératrice est aussi grande que simple : elle consiste à apercevoir une hiérarchie à la fois naturelle et didactique entre les sciences, et à les coordonner suivant cette hiérarchie […]. Dès que les faits généraux de ces sciences, qui embrassent tout le savoir abstrait, furent mis à côté l’un de l’autre dans leur ordre réel, la philosophie positive fut trouvée43 » ; « il est un point capital qui devient le nœud de vie de la philosophie et change tout l’esprit de la spéculation. Je veux parler du système établi entre des parties qui, sortant de leur isolement antique et préliminaire, prennent solidarité et connexion. Ce fut une illumination de génie que d’apercevoir le plan général de ce qui semblait développé au gré d’influences fortuites, disséminé dans l’histoire, et clos dans des théories spéciales44 ». Suscitée par l’aperception géniale d’une idée simple, produite par une « admirable opération inductive », la « constitution de la philosophie positive » s’est opérée sur le même modèle que se constitue toute science : une science est constituée quand elle a reconnu son objet et sa méthode propre45 ; une telle constitution appelle recherches, développements, critiques d’hypothèses ; ainsi en devra-t-il être pour l’œuvre comtienne ; A. Comte en personne l’avait signifié, dès 1822, pour toute science : une fois le principe général produit, discuté, établi, doit suivre un « long enchaînement de travaux46 ». D’où les règles de bonne conduite du Disciple dont nous avons déjà dit que la fidélité authentique lui ordonne de juger le Maître au nom de la science positive. « La fonction du disciple est d’abord de montrer que la doctrine qu’il a reçue n’est point une lettre morte, et d’en user dans tout ce qu’il fait […]. En second lieu, la fonction du disciple est d’indiquer, et s’il se peut, de poursuivre les développements que la nature de son esprit et de ses études lui suggère […]. Enfin la fonction du disciple est la critique, j’entends cette critique de bon aloi qui n’écarte le faux que pour mettre en lumière le vrai47. »

  • 48 Littré 1867a, p. 40.
  • 49 « À vrai dire, ce que nous tentions il y a trente ans était prématuré. L’initiation par le grand li (...)
  • 50 Littré 1870, p. 291.
  • 51 Littré 1879, p. 309. Cf. à propos du conflit pendant avec la philosophie anglaise : « je remets la (...)

19« Voie tracée » : voie indiquée, suggérée, guidée, mais non chemin prédéterminé, tout uni, rectiligne. Et non point seulement parce que le « point de départ » ne livre qu’une « philosophie commencée48 » ; mais bien plus gravement, parce que, de moins en moins assurée de toucher au plus vite le port, cette philosophie dont le triomphe définitif était inscrit dans les lois de l’histoire, voyait se dérober encore plus loin l’horizon. Certes, elle progresse, avons-nous constaté, au fil des ans, mais ses adversaires, les philosophies théologiques et métaphysiques, condamnées par principe à périr, maintiennent de solides positions ; et nous verrons combien, pourtant alliées naturelles, les sciences particulières ne laissent pas de susciter, au moins en apparence, par leurs développements propres, de vives « inquiétudes » ; et une fois déçues, en politique, nombre d’« espérances d’application », une fois contredites cruellement des prophéties trop précises, doivent de plus en plus être tempérées les assurances initiales, et même condamnées après coup des tentatives prématurées49. Des raisons théoriques viendront, réflexions faites, conforter cette prudence : « de toutes les sciences, la plus haute dans la série, et partant la plus compliquée, c’est la sociologie. Elle est donc celle où il est le moins possible de faire des déductions, de s’étendre en raisonnements, de tirer de lointaines conséquences, d’édifier des systèmes, de construire l’avenir50. » Un présent instable, un avenir proche incertain : la philosophie positive solidaire des perturbations sociales, dépendante de sciences qui ne ménagent pas les surprises, doit se résigner souvent aux tâtonnements, et même parfois, suspendant sa décision, s’en remettre au développement de l’histoire. « Le juge du camp est l’histoire qui vient et celle qui va venir51. »

  • 52 « M. Pichard a voulu faire et a fait œuvre de propagande. Je l’en loue. Notre propagande a un carac (...)
  • 53 Littré 1877a, Préface, p. ii.

20Prenant pour guide les leçons du « point de départ » dont elle n’élucide que progressivement le sens, la philosophie littréenne s’emploiera, par des efforts opiniâtres, à poursuivre sur la « voie tracée » les développements obligés, mais aussi à inventer les rectifications indispensables, les applications inédites. Les dogmes lui accordant crédit des échéances les plus optimistes ne la font pas se crisper sur le formulaire de ses assurances ; tout au contraire, elle s’adonne énergiquement aux trois tâches que lui impose l’idée qu’elle se fait, d’après sa situation propre, de ses obligations : discussions, propagations, prospections. Des démêlés et tournois qu’elle n’a pas esquivés, quand elle ne les a pas méthodiquement recherchés, un mot a été dit plus haut. En second lieu, s’agissant d’une doctrine qui se dissociait si peu de la politique et descendait sur la place publique, doit être parfaitement clair l’impératif qu’elle imposait à ses tenants d’avoir à œuvrer en faveur de sa propagation ; « ceux qui appartiennent à une même philosophie doivent, selon le conseil du fabuliste, s’entraider » ; « soutenir une même doctrine philosophique a toujours quelque chose de collectif » : aussi faudra-t-il s’associer, mener des campagnes politiques, fonder par exemple une revue ; le commandement est plus précis encore : il faut faire « œuvre de propagande52. » Le troisième point, en revanche, loin d’aller de soi, pourrait soulever de vives contestations. Est-il d’autre rapport que de contiguïté sous la même plume, entre tous les autres travaux d’É. Littré que d’aucuns tiendraient pour les seuls sérieux et dignes d’intérêt, et par ailleurs, des « généralités » trop répétitives et générales ? La question est trop grave pour qu’on puisse y répondre, hors l’avis, en chaque domaine, des experts, et certifier sans nuances que la philosophie positive fit preuve uniformément d’une puissance heuristique véritable. Du moins pouvons-nous alléguer d’expresses professions de foi signifiées par le chercheur lui-même en faveur de la « fécondité de la philosophie positive ». Il ne suffit pas d’ailleurs de s’en tenir à des attestations du genre suivant : la philosophie positive « me préserve du danger de me contredire, cette plaie des esprits d’aujourd’hui53. » Cette déclaration, d’autres confidences personnelles permettent d’assurer que la philosophie positive fut pour É. Littré remède et garde-fou ; elle l’a arraché à un « état négatif » douloureux et l’a préservé d’y retomber, garantie de continuité et de cohérence, peut-être fut-elle rempart contre des angoisses plus intimes. D’où il pourrait ressortir qu’elle fut davantage activité de régulation, ou même, pour l’érudit, de pure compensation, qu’instrument intellectuel efficace. Impression erronée à l’encontre de laquelle il nous paraît opportun de produire plusieurs témoignages de reconnaissance à l’égard d’une philosophie « féconde », qualifiée justement d’« outil » constamment en usage.

  • 54 Ibid. Cf. ibid., p. 507 : « la raison expérimentale »« reconnaît qu’elle n’est qu’un outil de reche (...)
  • 55 Littré 1873a, p. 348-349. Poursuivons la citation, pour la formule qu’elle nous livre, plus frappan (...)

« Occupé de sujets très-divers, histoire, langues, physiologie, médecine, érudition, je m’en suis constamment servi comme d’une sorte d’outil qui me trace les linéaments, l’origine et l’aboutissement de chaque question [… ]54 ».
« En mettant la plume à la main pour traiter le sujet exprimé par ce titre, j’éprouve une satisfaction profonde à considérer la fécondité de la doctrine qui a fondé la philosophie sur l’ensemble du savoir positif. Soit que l’on s’occupe des rapports de cette philosophie avec la science ou de la science avec cette philosophie, soit que l’on étudie les relations générales de chaque science avec sa voisine d’en bas ou avec sa voisine d’en haut, soit enfin que l’on recherche, dans l’intérieur de chaque science, la méthode, l’évolution et l’histoire, aussitôt se présentent une foule d’aperçus qui captivent l’intelligence à la fois par leur nouveauté et leur réalité55. »

  • 56 Littré 1877d, p. 302. É. Littré annonce ainsi, dans des « Nouvelles de la philosophie positive », l (...)
  • 57 Littré 1872a, p. vi-vii.
  • 58 « C’est cette lumière perpétuelle jetée sur les méthodes et les sciences particulières qui me range (...)
  • 59 « Ceci, comme l’Histoire de la langue française, et les Études sur les barbares et le Moyen Âge, es (...)
  • 60 Id., p. i.
  • 61 Littré 1873a, p. iii.
  • 62 Littré 1877a, p. 104.

21En particulier, pour qui s’est « occupé de sujets très-divers », la philosophie positive a l’inappréciable vertu de donner consistance à des enquêtes éparpillées, et cela jusque dans un « cadre assujetti à l’ordre alphabétique ». Ainsi en va-t-il pour le Dictionnaire de médecine et de chirurgie. « La philosophie positive a un droit de suzeraineté sur ce livre. Avec un cadre assujetti à l’ordre alphabétique, il semblait difficile de subordonner la rédaction d’un tel dictionnaire à des idées philosophiques sur l’étude des sciences en général et de la médecine en particulier ; cependant il était important qu’une philosophie, par un lien secret, réunit les parties éparses. » Grâce à la notion qui de la pathologie fait un cas particulier de la biologie, en vertu des clartés répandues par la classification positive des sciences, « il a été possible d’établir une unité réelle et profonde dans l’œuvre entière, et d’éviter le double écueil soit d’admettre implicitement des principes qui émanent de systèmes différents et se contredisent, soit de renoncer misérablement à toute idée générale, à toute doctrine supérieure. On voit comment nous devons porter à l’actif de la philosophie positive la quatorzième édition de notre Dictionnaire56 ». De mêmes raisons confèrent leur unité aux fragments qui composent Médecine et médecins57, et plus généralement, c’est cette « lumière perpétuelle » jetée sur les méthodes et les sciences particulières par l’enchaînement naturel des sciences58, qui dotent d’une certaine homogénéité d’autres « demi-livres »59 ; « étant soumis à la salutaire discipline d’une philosophie dont l’un des mérites proéminents est de coordonner et de représenter les sciences positives, y compris l’histoire, je n’écris rien qui, par un lien certain, ne dépende de ce que je regarde comme les grandes généralités et les hautes pensées60. » Les vertus de la « lumière perpétuelle » sont même si efficientes qu’elle révèle rétrospectivement le sens d’écrits anciens : « Ce recueil, tel qu’il est disposé, est la mise en pratique, autant que les objets traités la comportent, de la classification des sciences, selon le principe de la philosophie positive. Quelques-uns des morceaux ont été écrits avant que j’appartinsse à cette philosophie ; mais ils n’en ont pas moins trouvé place dans le compartiment qui, d’avance, leur était dévolu61. » Enfin, pour que tout soit dit en une phrase : « Continuant d’esquisser les grands traits de la philosophie positive, je dis que l’on doit à M. Comte de pouvoir dorénavant traiter toute question du point de vue de l’ensemble62. »

22D’où il suit en particulier, et cela répond à l’une de nos questions initiales, qu’en toute cohérence, doivent bien être inclus dans les travaux « philosophiques » d’É. Littré tous ces écrits, si hétéroclites au premier aspect, que nous évoquions dès l’abord ; ce remuement est commandé de haut par des principes de pensée et d’action qui guident les médiations indispensables et tissent en elles et entre elles des « liens secrets ». Mais il faut aller plus loin encore et apprendre à déceler des modes de présence encore plus dissimulés de la philosophie positive.

  • 63 « Auguste Comte et Stuart Mill », p. 8-9. À titre d’exemples que nous ne saurions ici multiplier, d (...)
  • 64 « La philosophie théologique conçoit que le monde est mû, ordonné, gouverné, créé par des volontés (...)
  • 65 « Ainsi, ce qu’on nomme la philosophie se compose de trois termes qui s’enchaînent et forment un to (...)
  • 66 Ibid.
  • 67 Littré 1877a, p. 509. « Une religion dépend de la conception du monde telle que les hommes se le re (...)
  • 68 Littré 1852, p. xxvi.

23 Pour désigner une philosophie à la fois enveloppante et à développer, horizon indépassable et règle de conduite, favorisée par « la force des choses » mais sollicitant pour s’épanouir des interventions actives, il est une expression qui, aujourd’hui, vient spontanément à l’esprit ; or c’est elle, précisément, qu’à notre surprise, emploie déjà É. Littré, et ce non pas une fois au hasard de la plume, mais de manière suivie, en des occasions variées : la philosophie positive est une conception du monde. « Il faut une définition qui montre clairement le fond, la nature, le but de la philosophie positive. Je reprends donc ici celle que j’en donne depuis longtemps : la philosophie positive est la conception du monde telle qu’elle résulte de l’ensemble systématisé des sciences positives. Cette définition, qui a la propriété de se coordonner avec les philosophies théologique et métaphysique, a surtout l’éminente propriété de partager immédiatement le monde en deux parts, l’une connue, l’autre inconnue, ce qui est notre situation réelle63. » Les philosophies théologique et métaphysique sont aussi des « conceptions du monde », mais dont le progrès des sciences a fait définitivement justice64. À partir de la « définition » la plus générale peut être déroulée une autre définition plus circonstanciée, où « la conception du monde » ne figure que comme troisième terme : « ce qu’on nomme philosophie positive se compose de trois termes qui s’enchaînent et forment un tout indivisible. Ces trois termes sont : histoire, science générale, conception du monde65 ». Derrière les deux premiers termes, « histoire » (« science de l’histoire » sera-t-il dit ailleurs), « science générale », se profilent deux grandes figures comtiennes : loi des trois états, hiérarchie des sciences ; le troisième terme demeure de fait aussi englobant que dans la définition qui ne faisait appel qu’à lui : « la conception du monde se conforme nécessairement à l’histoire et à la science générale ; des lois seules s’y montrent ; il faut les connaître tant pour s’y subordonner que pour les modifier les unes par les autres ; maintenant c’est aux destinées sociales à se conformer à la conception du monde66 ». Au moins en une circonstance, É. Littré a même exprimé le désir de rejeter à son profit l’expression « philosophie » : « selon moi, M. Comte a suivi une déduction légitime en investissant d’un rôle équivalent au rôle des religions la philosophie dont il est l’auteur et que j’appellerai désormais conception positive du monde pour en écarter ce que le terme de philosophie peut offrir de scolastique et de limité67 ». Dans cette même perspective peut s’entendre le mot « dogme », de consonance si religieuse ; « un dogme est la plus haute expression où l’esprit humain, à un moment donné, puisse atteindre » ; or le dogme nouveau remplit la première des trois conditions auxquelles doit satisfaire tout dogme : il « donne une conception générale du monde68 ».

  • 69 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 12-13. Les italiques, qui dans les citations du présent p (...)
  • 70 Littré 1879, p. vii.
  • 71 Id., p. 277.
  • 72 Littré 1873a, p. 83-84.
  • 73 « Dans la condition présente des esprits, il faut distinguer l’œuvre de positivité et la philosophi (...)

24La conception positive du monde résulte de l’ensemble systématisé des sciences positives : qu’en est-il de ce « résulte » ? D’un côté, ces sciences, dans leurs progrès dispersés établissent des vérités, mais ne savent pas les coordonner : elles produisent leurs savoirs sans en avoir pleinement conscience ; de l’autre côté, la philosophie positive porte à la pleine conscience des découvertes effectuées hors d’elle ; ainsi parlera aujourd’hui un langage ritualisé qui prodigue les « prises de conscience ». Mais sait-on que l’auteur du Dictionnaire maniait en son temps, avec quelque habile audace, le triplet : « conscience », « inconscience », « prendre conscience » ? En premier lieu, il ose se faire rencontrer en une même expression, fort peu « scolastique », les mots « philosophie » et « inconscience » : « Si la philosophie métaphysique a manqué cet ordre réel la philosophie inconsciente, ou autrement dit le développement naturel a dû le suivre [… ]69. » En second lieu, qu’il s’agisse de mouvements intellectuels, sociaux, moraux, É. Littré distingue élaborations « inconscientes » et « conscientes ». « C’est là qu’intervient l’œuvre de M. Comte. Elle donne les formules générales, philosophiques de ce qui est implicitement contenu dans le savoir positif. De la sorte, elle travaille à transformer en consciente l’élaboration historique ou inconsciente. Elle en est la lumière70 ». « En jetant un coup d’œil sur l’état général de l’Europe et des nations qu’elle a produites hors de ses limites, on reconnaît bien vite que le mouvement vers un régime positif ne se ralentit nulle part. Il est certainement inconscient dans la plupart des cas ; pourtant la culture de la sociologie commence à entamer cette inconscience et à rendre les hommes attentifs à la signification des événements qui se déroulent71. »« Une nouvelle moralité s’élève à son tour, dont on peut apprécier toute la portée en l’appelant la moralité de la paix et du travail par opposition à la moralité de la guerre et de la conquête. C’est par ce lent travail que l’humanité prend conscience d’elle-même et possession du monde : conscience d’elle-même, en entreprenant résolument de modifier son existence sous la subordination aux lois naturelles qui la régissent [… ]72. » Enfin, dans un texte remarquable, É. Littré élabore une distinction propre à mieux faire sentir la multiplicité des voies par lesquelles progressent inéluctablement les élaborations inconscientes comme à mettre en valeur dans la réflexion philosophique proprement dite le processus d’élévation à la conscience, « œuvre de positivité » d’un côté, et « philosophie positive » de l’autre, cette dernière étant « l’œuvre de positivité élevée à la conscience d’elle-même73. »

  • 74 Littré 1873b, p. 380.
  • 75 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 6, p. 43.
  • 76 « La raison de ce mode de propagation de la philosophie positive gît dans la propriété qu’elle poss (...)

25De tout ce qui précède, il ressort que devait être épineuse la recherche d’une caractérisation définitive de la philosophie positive. La meilleure bonne volonté du lexicographe le plus expert y achoppe, certains mots perdant ou gagnant de nouvelles vertus en un nouvel âge du savoir ; deux métaphores, aux suggestions en apparence opposées, esquisseront une plus vive idée, et des longues accumulations qui commandent le présent, et des instables variations actuelles si difficiles à discerner. « Les formations sociales se sont déposées comme les formations de terrains. Les couches récentes sont loin d’avoir occupé toute la superficie, comblé tous les creux, et caché, sous un même dépôt, toutes les couches précédentes. Des formations anciennes s’élèvent encore ça et là ; les plus vieilles religions, les cultes primitifs sont, en beaucoup de lieux, à fleur de sol ; et la couche la plus moderne, celle qui se constitue sous nos yeux, celle qui est destinée à recouvrir les autres, la couche des notions positives, ne commence à se déposer que sur des points très-circonscrits du monde social74. »« On ne peut méconnaître que cette nouvelle génération est mieux préparée que nous ne l’étions ; que l’atmosphère ambiante s’est chargée de quelques éléments intellectuels qui alors lui étaient étrangers » ; « j’ai dit plus d’une fois que, de la philosophie positive, il flotte dans l’air des lambeaux que chacun s’approprie et tourne à son gré75. » Terrain accidenté, atmosphère ambiante plus ou moins favorable : que nous voilà loin, une fois de plus, du schéma étriqué d’un progrès unilatéral et massif. Et plus généralement, tous les traits accumulés ci-dessus auront, espérons-nous, amplement déployé la si surprenante disparité des modes d’existence et de développement de la philosophie positive ; elle est « présente en tous lieux, dans tous les domaines », mais souvent cachée, inconsciente d’elle-même ; oracle de son empire futur, mais inquiète, circonspecte devant les signes de son accomplissement. Or c’est à la lumière de ces contrastes, de ces inquiétudes qu’il faudrait, pensons-nous, aborder les écrits philosophiques d’É. Littré. S’il a multiplié les notules et les articles, s’il n’a livré que des « demi-livres », ce n’est pas seulement parce qu’il n’a pu servir la “maîtresse universelle des esprits” que selon ses capacités ; s’il n’a point bâti un nouveau Système, et s’il a au contraire osé publier des « Fragments », ce n’est pas seulement par goût un peu morose de la seconde place ; c’est qu’en profondeur, la nature fragmentaire de ses travaux est à mettre en rapport avec l’état fragmenté, en son temps, de « l’œuvre de positivité », ainsi qu’avec cette propriété qu’a la philosophie positive elle-même de pénétrer dans les esprits par « fragments76. »

  • 77 Id., p. 75.

26N’y aurait-il donc aucun guide sûr en tant de vicissitudes, aucun point fixe ? « La philosophie positive est à la fois le produit et le remède d’une époque troublée. Les terreurs ne sont pas sans fondement qui assaillent parfois l’homme réfléchi et les foules irréfléchies. En effet, que voit-on ? des ébranlements prolongés, des espérances déçues, des fluctuations sans arrêt, la crainte du retour d’un passé qu’on repousse, et l’incertitude d’un avenir qu’on ne peut définir. En cette instabilité, la philosophie rattache toute la stabilité mentale et sociale à la stabilité de la science, qui est le point fixe donné par la civilisation antécédente77. » On n’en finirait pas d’égrener les perpétuels renvois à l’instance suprême : la science. Considéré aujourd’hui, un tel crédit tiré sur sa « stabilité » tient de la gageure intenable ; et il paraît singulier que n’aient pas été au moins soupçonnés quelques symptômes de divergences entre nouveautés scientifiques et doctrines instaurées au « point de départ ». Or, contrairement à ce que pourrait faire accroire l’effigie trop simpliste d’un scientisme qu’on imagine volontiers entièrement assuré, en son temps, du soutien de sa science, É. Littré eut à subir, sur ce point, des « remontrances », et c’est même à lui que nous en devons une rude formulation.

  • 78 « De la philosophie positive », in Littré 1876a, XXII, p. 564-577.
  • 79 Littré 1876a, p. 564.
  • 80 Id., p. 568.

27Il avait donné, dans sa revue, en 1874, un article au titre bien « indéterminé » : « De la philosophie positive78 » ; le recueillant dans les Fragments de philosophie positive, il lui confère un nouveau titre « plus déterminé », et combien parlant : « Les découvertes scientifiques les plus récentes et la philosophie positive », et s’en explique en de nouvelles remarques introductives : « Plusieurs fois, on s’est demandé, en voyant tant et de si belles découvertes apparaître depuis le jour où M. Comte, fonda la philosophie positive, quels rapports ces découvertes avaient avec cette philosophie, et si elles portaient ou ne portaient pas une atteinte sérieuse à ses principes. On sait combien les découvertes scientifiques ont été et sont encore dommageables aux doctrines théologiques. On pouvait craindre ou espérer, suivant les dispositions de chacun, que le progrès contemporain des sciences eût inquiété le domaine de la philosophie positive. C’est à cette grave question qu’est consacré le morceau que je publie ici79 ». É. Littré rapporte sans complaisance les insinuations, les accusations inspirées à quelques esprits par tant de notables résultats : « La philosophie positive en est demeurée à l’an 1842, où M. Comte, l’achevant, publia son dernier volume. Elle se fait tort en ne recevant pas dans son sein les nouvelles acquisitions, et s’arrière tous les jours, non sans laisser percer le soupçon que, dans les nouveautés qui apparaissent, il s’en pourrait trouver de dangereuses à sa constitution80 ».

28Cette grave question pouvait prendre pour les disciples un tour pratique : le Cours de philosophie positive devant être réédité, ne conviendrait-il pas d’y adjoindre des éclaircissements, de le « mettre au courant » ?

  • 81 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 7.
  • 82 Id., p. 7-8.
  • 83 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 232. Ainsi qu’il l’indique lui-même, c’est (...)
  • 84 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 212-213.
  • 85 Littré 1876a, p. 571.

29L’« état scientifique » s’était modifié ; « les quarante ans environ qui se sont écoulés depuis que M. Comte fit sa provision encyclopédique ont amené, dans les différentes branches de notables extensions, d’importantes découvertes et de fécondes théories » ; aussi, « quelques personnes avaient désiré qu’on annotât l’ouvrage81 ». Ce souhait ne fut pas exaucé ; É. Littré s’en explique ainsi : « Le livre de M. Comte est un livre, non de science spéciale, mais de science générale. Si durant ces quarante années, il était survenu quelque chose qui, changeant l’esprit de la science, la forçât de renoncer, en un point ou en l’autre, à sa méthode, il s’ensuivrait que la philosophie positive, dont le titre et la gloire est de transporter cette méthode, de l’ordre spécial dans l’ordre général, perdrait sa raison d’être et s’écroulerait avec tant d’autres conceptions systématiques qui sont des accidents du développement de la pensée collective. Mais cela n’est pas ; les accroissements contemporains n’infirment rien, et par conséquent confirment tout82 ». É. Littré est tout aussi péremptoire en 1876, à propos de la quatrième édition : « Le livre d’Auguste Comte a pourvu pour longtemps au développement de l’esprit positif parmi les peuples occidentaux. Il n’est besoin ni de l’annoter ni suivant la phrase ordinaire, de le mettre au courant83 » ; « un livre de science vieillit en dix ans. Ce livre de philosophie qui, dans ses linéaments essentiels, est vieux de cinquante, n’a pas vieilli et sert d’aliment à la génération d’aujourd’hui exactement comme il en servit aux deux générations qui l’ont précédée84 ». Ailleurs encore : « Chacun pour son usage, effectuera la mise à jour du livre de M. Comte ; cela est utile et même, à qui veut prendre part aux discussions, nécessaire. Mais pour bien faire entendre ma pensée, le livre de M. Comte, au lieu de paraître en 1842, eût-il paru en 1874 avec toutes les découvertes de ces trente années, la philosophie positive eût été exactement la même pour le principe, le caractère et la portée85 ».

  • 86 Id., p. 570-571.
  • 87 Id., p. 569.
  • 88 « Mais voici l’immense différence qui explique comment le progrès de la science positive nous est to (...)

30Prononcée avec une si impavide confiance, au nom de raisons théoriques qui mettent à l’abri les « linéaments essentiels », la réponse à la question particulière vaut déjà bien sûr pour accréditer l’indéfectibilité de la philosophie positive elle-même. Comment la « science générale » qui est science, comment une méthode qui est scientifique pourraient-elles être dangereusement affectées par les avancées des sciences particulières ? Plus élaboré, un autre argument n’en paraît pas moins circulaire : la science a pour principe le « principe expérimental » ; de ce principe est issue la philosophie positive ; rien ne peut dès lors subvertir une philosophie « émanée des sciences ». « Y a-t-il lieu de penser que, en aucun cas, de quelque nature que soient les découvertes, la science vienne à subvertir le principe qu’elle a transmis à la philosophie positive ? Non, jamais. Et sur quoi se fonde une affirmation si décisive et si péremptoire ? Sur la constitution même de l’esprit humain. On a pu légitimement penser, au début des recherches, que la conscience, ou moi, ou sujet, avait, dans ses intuitions, un témoignage valable sur la nature des choses. Il n’en est rien. L’analyse psychique a montré qu’aucune de ces intuitions ne doit être acceptée qu’après discussion, c’est-à-dire épreuve au jugement de l’expérience. L’expérience reste donc seule maîtresse du terrain scientifique ; et nulle porte autre que celle-là n’est ouverte aux éventualités de l’avenir »86. É. Littré n’hésite pas à l’affirmer : « On voit dans quel sens et dans quelle limite la philosophie positive est désormais indépendante du progrès des sciences. Sa destinée péricliterait, si les sciences changeaient de principe ; elle est en sûreté, tant que le même principe préside à leur développement87. » Le « si » peut paraître superflu, et la sécurité devenir entière88 ; la philosophie positive s’écroulerait si la science changeait de principe, si l’« esprit de la science » se transformait, autant dire si la science n’était plus la science ; il est une « nouveauté scientifique » qui n’est ni prévisible ni même pensable : que puisse paraître un nouvel « esprit de la science ».

31Une conviction si vivace ne préjugeant rien de bouleversements ultérieurs, l’aplomb d’un formulaire à ce point « scientiste », prêteront à étonnements et réprobations. Pourtant, on ne saurait planter là, sans plus ample informé, de si dogmatiques proclamations. É. Littré n’avait point cessé, comme le fit prématurément A. Comte à qui il le reproche, d’engranger de nouvelles « provisions encyclopédiques ». Aux « inquiétudes », il n’a pas opposé de simples fins de non-recevoir ; elles lui ont été un aiguillon pour mettre à l’épreuve, sur pièces, « l’indépendance » de la philosophie positive, et passer à des « discussions » effectives.

  • 89 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 233.
  • 90 Littré 1876a, p. 568.
  • 91 « […] ce sont : la lecture des hiéroglyphes et une connaissance effective de la haute antiquité égyp (...)

32 Quelles sont tout d’abord ces « si grandes nouveautés surgissant de notre temps dans le domaine scientifique » et qui pourraient inciter des positivistes à « se laisser aller aux inquiétudes » ? En voici un premier recensement : « L’astronomie stellaire, la spectroscopie, l’étude si curieuse des corpuscules cosmiques, l’équivalence des forces, le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens et des écritures cunéiformes de l’Assyrie, la connaissance approfondie des Védas et des livres sacrés du bouddhisme, enfin la résurrection inattendue de l’homme préhistorique89 ». À une liste semblable s’ajoute, ailleurs, une découverte dont la nouveauté est déjà, à vrai dire, atténuée par la formule qui la résume : « la reprise par Darwin du transformisme de Lamarck90 ». Énumérations déjà parlantes, notables par le fait seul qu’elles aient pu être dressées par qui s’inquiétait d’en neutraliser les inquiétants effets ; énumérations qu’on pourrait juger aujourd’hui lacunaires : et il est vrai, exemple en sera donné plus bas, qu’ont été délaissés tant par É. Littré que par ses proches, des domaines entiers ; énumérations malgré tout impressionnantes et auxquelles il faudrait ajouter des expériences moins voyantes, des lois plus modestes, mais sources aussi de perplexités pour les positivistes. Or, à des degrés certes divers selon matières et périodes, tantôt captivé, tantôt plus réservé, voire inquiet, prenant parti ou laissant le dernier mot à l’avenir, É. Littré, sur de nombreux sujets est demeuré pour le moins vigilant ; ses compétences n’allaient pas jusqu’à pouvoir les traiter tous dans leurs particularités, mais appliqués à suivre et analyser les « nouveautés », se mêlent comptes rendus, synthèses, vulgarisations, mises an point ; l’archéologie, l’histoire des langues, des mythologies attiseront, on le devine, l’intérêt de l’érudit, mais en d’autres domaines, le philosophe tentera de mettre en valeur les « généralités » significatives. La prise en considération des « développements scientifiques » est moins uniformément dépendante qu’on ne pourrait croire des circonscriptions comtiennes ; assurément sont maintenues et fortifiées, par principe, contre tout ce qui pourrait les violer, les barrières érigées par A. Comte entre les sciences fondamentales ; mais concurremment, les plus âpres protestations stigmatisent les contraintes qu’il aurait voulu faire peser sur l’astronomie. Quant aux résultats livrés par telle ou telle discipline comme autant de données d’expérience, É. Littré se bornera en tel cas à les enregistrer en attendant qu’advienne l’idée générale qui les liera ; là il sollicitera la fondation de disciplines originales, les baptisant d’avance, au besoin en créant des néologismes ; là il intégrera avec satisfaction ce qui, tout en étant « fort inattendu », et contribuant ainsi à des vérifications d’autant plus éclatantes, « prend place sans difficulté » dans les cadres déjà établis : ainsi en va-t-il des trois grandes nouveautés qui ont enrichi l’histoire91. Tout autant que l’ampleur de l’éventail encyclopédique nous paraît devoir être soulignée cette souplesse des tactiques adoptées à l’égard des nouveautés. Sans vouloir préjuger d’un bilan qui ne pourrait être assuré qu’au terme d’Études menées cas par cas, il nous paraît que les « discussions » qui « mettent en action »« l’indépendance de la philosophie positive » ne sont pas de pure forme. La philosophie positive n’en est pas simplement demeurée à l’an 1842.

33Qu’il nous suffise, quant à nous, de faire ressortir à quel point fut peu uniforme une vigilance se relâchant ici jusqu’à la négligence, mais là aux aguets et même fervente ; l’attestation sera d’autant plus parlante que sont en cause deux sciences, voisines sur l’échelle encyclopédique, et tout aussi distantes des disciplines où É. Littré s’engagea directement : les mathématiques, l’astronomie.

  • 92 Qu’on parcoure les tomes de La Philosophie positive, on n’apprendra rien sur les développements des (...)
  • 93 « Par une coïncidence dont la philosophie positive dévoile le sens profond, il est arrivé que la pl (...)
  • 94 « […] il est bien vrai qu’à la base de toute éducation régulière et de toute philosophie, nous mett (...)
  • 95 Littré 1867b. Dans le tome VI (janv.-juin 1870) de La Philosophie positive, L. André-Nutyz rend com (...)

34Les mathématiques n’apparaissent guère en tant que telles, dans l’œuvre d’É. Littré. Silence est tenu sur les mathématiques contemporaines comme si, à la différence des autres sciences, elles ne pouvaient voir survenir de « découvertes essentielles92 ». Et même de la philosophie des mathématiques d’A. Comte, n’émergent, complètement détachées de leurs si amples justifications, que des arguments rituels, condensés à l’extrême, motivant la place des mathématiques dans l’enchaînement des sciences, leur importance historique, enfin l’impossibilité de les appliquer au-delà d’un certain degré de complication des phénomènes93. Rien ne transparaît, dans des formules qui transcrivent les plus générales des « généralités » établies dans le Cours, du travail complexe de différenciation tant des parties des mathématiques que des rapports si subtilisés de l’abstrait et du concret. Une fois répétées de telles formules, les mathématiques, assises immobiles des sciences, sont comme mises hors jeu, et ne se rappellent à l’existence que pour des raisons extérieures : ainsi l’élaboration de plans d’instruction exige-t-elle que soit précisée leur fonction dans le noviciat positiviste ; ou bien, s’élèvent autour de ces formules mêmes, des polémiques diverses, qu’il faille préciser les rapports entre « logique » et mathématiques, ou que se manifestent des conceptions subjectivistes adverses. La place des mathématiques est toute fixée dans un système d’éducation bien conçu : au premier rang ; mais, ainsi que cela ressort de la considération des motifs, cette primauté n’est pas privilège : « la mathématique n’est qu’un rudiment94 ». Avec constance, dans des répliques brèves, péremptoires, É. Littré réaffirme un empirisme un peu court se satisfaisant de réduire les axiomes mathématiques à des faits d’observation, de rattacher cette science qui ne peut être une « création subjective » à sa racine, aux observations séculaires effectuées par les plus anciens peuples : « Rien dans le savoir positif qui ne soit une transformation de l’observation et de l’expérience. La mathématique, malgré son caractère abstrait, n’échappe pas à cette condition : un et un font deux est un fait d’observation et le point de départ de la plus longue et de la plus belle déduction qu’il ait été donné à l’homme d’accomplir ; déduction qui, parcourue en sens inverse, n’est, on le remarque aussitôt, que des transformations d’observation95 ».

  • 96 Littré 1880, p. 47.

35A. Cournot ne fait pas de la science mathématique, « ce que fait M. Comte, la base du savoir positif », et il déclare qu’elle n’a « rien de commun avec aucune source expérimentale ». « Que la mathématique, rétorque É. Littré, soit une création purement subjective est soutenu, je le sais, par beaucoup de philosophes ; mais elle a ses rudiments chez les peuples les plus anciens, et là, certainement, elle est le produit d’observations purement empiriques sur les nombres et sur les formes. À quelque degré d’abstraction et de rationalité que le travail séculaire de l’humanité la porte ensuite, rien ne peut la séparer de sa racine. C’est pourquoi je reste fidèle à la doctrine de M. Comte, et j’en fais, comme lui, la base de la hiérarchie rationnelle du savoir humain96. »

  • 97 « Il n’y a pas très long-temps que l’autonomie, ayant pénétré les principaux secrets du monde, s’es (...)
  • 98 Comte 1835, p. 256.
  • 99 Comte 1851, t. I, p. 510-511.
  • 100 Littré 1873a, p. 56.
  • 101 Id., p. 13.
  • 102 Littré 1876a, p. 570.
  • 103 Littré 1867a, p. 48-49.

36Qu’on aborde maintenant l’astronomie, la première impression qui frappe tient, par contraste, à la raideur d’une protestation contre A. Comte. « Univers », « monde » : É. Littré a repris cette distinction comtienne et redit l’abîme qui sépare le système solaire du reste de l’espace97. Mais il n’en a point tiré pour leçon que l’astronomie devait accepter et respecter « la restriction fondamentale » : borner les études vraiment positives à la seule considération des phénomènes intérieurs de notre système solaire98 ; encore moins supportera-t-il les sommations du Système de politique positive : après avoir excommunié les « divagations sidérales » et afin d’éviter les « divagations planétaires », A. Comte y étrécit encore la « restriction » et consacre finalement « la juste prépondérance accordée spontanément, depuis l’origine de l’astronomie, au soleil et à la lune99. » Certes le monde n’est qu’un point imperceptible dans l’univers ; certes « l’immensité des éloignements paralyse les efforts », mais ces derniers « n’ont pas été complètement infructueux » ; certes les excursions que l’homme tentera au-delà de son monde particulier « ne lui rapporteront jamais rien d’aussi fructueux » que l’astronomie planétaire ; « toutefois le peu qu’il glane dans les régions intersolaires n’est point à dédaigner ni pour la curiosité scientifique, ni pour la conscience humaine100. » É. Littré y revient en une autre circonstance : « il ne faut pas se méprendre sur le sens du mot Univers. Ce mot ambitieux doit subir une réduction ; il ne peut pas signifier l’universalité des choses qui nous est et nous sera à jamais inaccessible, il signifie seulement la portion qu’embrassent nos télescopes101. » S’il « faut donc bien rabattre du mot univers, et ne le prendre qu’à ce sens restreint », aucune prétendue obligation n’en découle qui contraindrait les études vraiment positives à des cantonnements draconiens ; que soient au contraire étendues autant que faire se pourra les portions embrassées par les télescopes et que soit fait le meilleur accueil aux découvertes ainsi moissonnées. « Et l’astronomie, avec ses incontestables découvertes, la spectroscopie, la constitution du soleil, l’analyse de la lumière des étoiles et des comètes ? Ce sont là des faits grands et nouveaux. Qu’ils soient les bienvenus. Tant que les recherches expérimentales qui ont présidé à la fondation de l’astronomie présideront à son accroissement, la philosophie positive recevra de cette science un assentiment constant et assuré102. » Démenti plus net ne pouvait être infligé aux allégations comtistes sur l’astronomie stellaire ; or en une autre occasion, plus vif encore monte le ton, et plus personnelles s’enveniment les atteintes ; au cours d’un débat où, sur d’autres points, É. Littré se faisait l’avocat d’A. Comte, renchérissant par contre ici sur une remarque critique de Stuart Mill, il adjoint un blâme qu’il se prévaut d’avoir porté depuis longtemps : « J’ajouterai que M. Comte, qui condamne les investigations trop minutieuses à l’encontre des généralisations déjà obtenues, a condamné aussi l’astronomie stellaire, inutile suivant lui à nos besoins théoriques et pratiques qui sont renfermés dans l’enceinte de notre système solaire ; condamnation dont, au nom de la philosophie, j’ai appelé il y a longtemps ». Il ne suffit pas, en second lieu, d’imputer les seules défaillances du « critérium logique de preuve » ; c’est de propos délibéré qu’A. Comte « faisait céder la rigueur de la réalité à une fausse utilité, jugeant plus avantageux de s’accommoder à certains penchants et plaisirs de l’intelligence que de poursuivre rigoureusement la correspondance entre la conception et le fait ». Et Littré de marteler une protestation solennelle : « Quel que soit le motif, du reste, la philosophie positive doit repousser ces accommodations. Il n’est pas bon de prendre pour suffisantes des conceptions sciemment hypothétiques ; il n’est pas bon de respecter des généralisations que la critique entame et défait ; il n’est pas bon enfin d’interdire les recherches qui plongent dans l’infinité de l’espace. À cela le péril serait double, soit que scientifiquement on s’exposât à étouffer la connaissance de faits dont la portée logique ne peut être estimée, soit que, philosophiquement, on ouvrît la porte à je ne sais quelle théologie ou métaphysique bâtardes […]. Je ne puis accepter de la main de M. Comte un pareil arbitraire dans le maniement de la science103. »

  • 104 Cf. dans l’article qu’É. Littré écrivit, en 1833, sur L. F. W. Herschel (et qui attira sur lui l’at (...)

37Le blâme stigmatise à coup sûr un manquement plus déshonnête qu’une simple entorse à la « méthode objective » ; qui tance avec ce mordant « un pareil arbitraire dans le maniement de la science « a dû être touché au vif moins par un interdit particulier que par une restriction qui aurait amputé la science entière d’une partie vitale. De fait, celui qui ici proteste n’est pas le seul positiviste sourcilleux en appelant par principe même, contre le maître, à la liberté de la recherche scientifique ; c’est aussi le jeune poète qui versifiait sur « Les étoiles », c’est aussi le journaliste scientifique qui fut tôt au fait des extraordinaires explorations des Herschel104, et c’est encore le philosophe positiviste : mais engagé tout personnellement dans l’élaboration d’une notion qui lui était propre, celle de l’immensité.

  • 105 Littré 1877a, p. 511.
  • 106 « Préface d’un disciple », in Comte 1877, p. 66.

38« Le sentiment d’une immensité où tout flotte s’est emparé graduellement des esprits depuis que l’astronomie a marqué cet infini d’une forme réelle, changeant le ciel en un espace sans borne, peuplé de mondes sans nombre105 ». Or de ce « sentiment » É. Littré fait raison ; il forge à partir de lui une notion philosophique susceptible de rendre compte, mieux que la célèbre notion d’incognoscible, des rapports entre le savoir positif et son au-delà ; au terme de la critique à laquelle il soumet, dans la « Préface d’un disciple », la tentative conduite par Spencer pour déterminer l’incognoscible (« cette puissance dont l’univers est la manifestation »), É. Littré conclut : « La tentative de confondre l’incognoscible de la science avec celui de la foi a donc échoué. Ils appartiennent à deux notions du monde très différentes, et représentent deux régimes de l’esprit. Moi aussi, j’ai essayé de tracer sous le nom d’immensité, le caractère philosophique de ce que M. Spencer appelle l’incognoscible106. » Et de citer un texte antérieur :

  • 107 Littré 1877a, p. 511.

« Ce qui est au delà du savoir positif, soit matériellement, le fond de l’espace sans borne, soit intellectuellement, l’enchaînement des causes sans terme, est inaccessible à l’esprit humain. Mais inaccessible ne veut pas dire nul ou non existant. L’immensité tant matérielle qu’intellectuelle tient par un lien étroit à nos connaissances et devient par cette alliance une idée positive et du même ordre ; je veux dire que, en les touchant et en les bordant, cette immensité apparaît sous son double caractère, la réalité et l’inaccessibilité. C’est un océan qui vient battre notre rive, et pour lequel nous n’avons ni barque ni voile, mais dont la claire vision est aussi salutaire que formidable »107.

  • 108 Littré 1867b, p. 30.
  • 109 Ibid.

39Par une autre voie encore, plus inattendue, insoupçonnée de beaucoup, la réflexion littréenne revient s’idéaliser dans « l’immense spectacle ». Parvenant à « l’idéal, cette suprême aspiration de toute âme sortie des ténèbres de la particularité et de l’égoïsme », c’est ici de la métaphysique allemande qu’elle tire leçon. Elle ambitionne d’épurer la quintessence de ce que celle-ci avait extrait de la théologie chrétienne. Une sentence, tout d’abord, privilégiée sans doute pour la philosophie du temps qu’elle condense comme pour la forme de sagesse qu’elle appelle : « Schleiermacher, un pieux chrétien, mais qui avait subtilisé le christianisme au chalumeau de la métaphysique allemande, a prononcé, à propos des promesses théologiques, qu’elles ne pouvaient plus signifier que ceci : s’identifier, au sein de l’existence finie, avec l’existence infinie, et réaliser l’éternité dans le court passage de chacun de nos moments108. » Une transposition ensuite, une décantation de facture familière aux positivistes, mais qui, ici, « dépouillant » une sentence déjà sévère, font résonner le grandiose : « Dépouillant cette sentence de son enveloppe d’absolu et laissant de côté l’infinité, l’éternité avec lesquelles nous ne pouvons jamais nous identifier, il nous est permis du moins de nous idéaliser dans l’immense et splendide spectacle que nous étale l’univers illimité. Le même sentiment qui nous arrête au bord de l’Océan tumultueux dans la contemplation et dans la rêverie, s’agrandit sans mesure quand nous nous arrêtons sur le bord de l’abîme où roule notre globe et où nous sommes portés. Là le grandiose et le beau se confondent, et c’est d’un attrait infini que nous plongeons dans le grandiose et dans le beau109. »

  • 110 « Préface d’un disciple », in Comte 1877, p. 44-45.
  • 111 Id., p. 67.
  • 112 « Le Pic du Midi de Bigorre et son hôtellerie » (repr. du Journal des débats, 7 juil. 1837), in Lit (...)

40Rêveries autorisées, si elles se donnent comme telles ainsi qu’É. Littré l’accorde dans la « Préface d’un disciple » : « Je n’interdis point à l’esprit de se perdre, avec l’indéfinissable frémissement que cause l’abîme, dans l’espace et dans le temps sans borne ; mais cela est la satisfaction individuelle de la contemplation, qui donne essor à des élans de sentiment et de poésie110. » Une fois distinguées science et imagination, il paraît même que « le sentiment d’une immensité »« s’est fait jour dans ce que la poésie moderne a de plus éclatant111 », et bien plus encore est, à l’époque moderne, la source de poésie la plus féconde. « La lyre moderne s’est enrichie d’une corde que ne connut pas la lyre ancienne » ; dans l’univers ancien, ne pouvaient se faire jour la poésie des hauteurs, encore moins celle d’« une nature se révélant dans son immensité » : « tout y était naturellement borné ». « Les astronomes eux-mêmes, ces pionniers de l’immensité bien qu’ils commençassent à pressentir la grandeur des distances, ne pouvant en déterminer aucune, n’avaient point d’aliment à donner à la pensée publique. Aussi le sentiment de l’infini manque-t-il à la poésie ancienne, et réciproquement, il naquit dans la poésie moderne, quand ces étroites barrières tombèrent devant les yeux dessillés. Quel changement de scène ! Quelle révolution dans la pensée ! L’univers apparut ce qu’il est, un océan sans bornes […]. De cette conception, qui s’empara des imaginations, a découlé le flot nouveau de la poésie. Mais, pour qu’il se déroulât ainsi, la science dut, par un long travail, changer l’esprit des choses, dissiper les apparences, et la première, ouvrir la porte de l’infini. De sorte que le développement de la poésie est solidaire du développement de la science, et à mesure que celle-ci agrandit la pensée, celle-là agrandit l’imagination112. »

  • 113 Id., p. 436.

41Or, à différentes périodes de sa vie, É. Littré a composé des « morceaux de vers » ; s’y épanchent, nous dit-il, des sentiments développés en lui « sous l’influence de l’étude, de l’examen et de l’expérience113. » Échos devraient s’y faire entendre des étranges attraits des immensités. De fait ce n’est pas un vers, mais des strophes, des pièces tout entières qu’il nous faudrait citer. Qu’on en juge par quelques mentions ; si précoces même sont certains écrits qu’on en vient à penser que peut-être le topos poétique fut ici premier, fruit sans doute d’expériences intimes, matrice ensuite d’études et d’examens.

  • 114 Id., p. 443.

42En 1825, dans « Les étoiles114 » :

« Oh ! quel charme parfois de contempler ce monde
Ce ciel illimité
Si clair, sans autre voile en sa splendeur profonde
Que son immensité ! »

  • 115 Id., p. 445.

43En 1828, dans « Les lits d’hôpital115 » :

« Souvent j’ai réfléchi sur cet ensemble immense
Où je me vois jeté sans savoir le pourquoi ;
J’ai fatigué souvent ma vaine intelligence,
Et toujours mes pensers sont retombés sur moi. »

  • 116 Id., p. 455.

44En 1864, dans « La Terre116 » qui a pour épigraphe la pensée pascalienne : « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraye » :

« Nous voilà dans le ciel ! Où donc est l’empyrée,
Le firmament solide et la voûte éthérée ?
Un mirage ! un lointain ! et rien plus ne s’y voit
Qu’un nombre de soleils sans nombre, vrais atomes
Perdus dans les royaumes
Et du vide et du froid. »

  • 117 Littré 1873a, p. 14.

45Du monde clos à l’univers immense : le stéréotype perdure, présent très tôt et dès lors vivifié par des émois familiers, exalté par les exploits toujours plus surprenants de l’astronomie stellaire, faisant obstacle aux rétrogradations contiennes vers le fétichisme, aimantant d’autres vues philosophiques ; moins encore ici qu’ailleurs, les sèches divisions en connaissances « générales » et « spéciales » ne sauraient suffire à rendre compte de l’entrelacement, dans la philosophie littréenne, des motifs personnels, des « dogmes » et des sciences. Et surtout sont apparues, dans ces méditations sur « l’immensité », les correspondances analogiques les plus étroites entre métaphores spatiales et notions philosophiques : bords, océans et rivages ; « limites » que sentiments et imagination peuvent franchir, mais qu’une philosophie circonspecte, retenue à chaque instant par la crainte d’excès métaphysiques, ne cesse de redessiner. « L’espace matériel n’est ici qu’une image de l’espace intellectuel117. »

  • 118 Cf. Littré 1877a, p. 678, p. 673.
  • 119 Id., p. 664.

46« Le travail ne manque pas » à la philosophie positive ; É. Littré s’est enchaîné aux « travaux » qu’exigeait son expansion118. Ce sont les supports, outils, cheminements, objectifs et contraintes d’un tel travail que tendaient à faire réapparaître des notations ajustées pour peindre moins un disciple diligent qu’un « studieux de la philosophie positive119 ». Parti a été pris de recourir aux seuls textes d’É. Littré et de ses contemporains, et de puiser plus particulièrement dans l’organe périodique d’une doctrine astreinte à sa propre propagande ; plus efficace en a pu être l’effort pour récuser des images convenues, réparer des oublis et accéder plus sûrement aux sens effacés d’une entreprise dont, préalablement à tout verdict en hérésie ou déviation, devait être ravivée la cohérence aventurée. « Un point de départ assuré » : mais aussi un parcours dont les péripéties remettent en perspective un commencement d’autant plus célébré que son rôle est mieux circonscrit ; au départ, un système de philosophie : mais ce système ne peut trouver sa vérité qu’à se réaliser dans l’histoire, dans la société.

47Tirant son énergie de « l’instauration » accomplie par A. Comte, usant des « outils » forgés à cet effet, la philosophie littréenne s’est consciencieusement employée dans les « travaux » les plus divers à reconnaître et faire advenir la conception positive du monde.

  • 120 Littré 1876a, p. 91.

48Intercesseur d’une conception du monde, détecteur des sens des « mutations » en cours, avec pour mission d’« élever à la conscience » les « mouvements d’élaboration » qui affectent des « couches très profondes de la société », É. Littré est un prototype d’une des figures de l’intellectuel moderne. Pour répondre à sa destination, pour accomplir des fonctions hétérogènes, son activité philosophique se distribue selon des registres disparates et, constamment, elle se mobilise entre « dogmes » et « discussions ». Des points fixes : la classification des sciences, la méthode scientifique… ; mais également des frontières changeantes, déplacées selon les conjonctures, entre les termes de dichotomies habilement maniées : points essentiels, développements ; lois de l’histoire, incertitudes de l’avenir ; science générale, sciences particulières… Cette mobilité rend malaisées des caractérisations nettes, et compréhensibles les blâmes discordants qui ont épinglé tantôt la sécheresse dogmatique, tantôt les flottements éclectiques ; mais, preuve voulait en être donnée, elle était et devait être en profondeur le trait essentiel d’un travail d’« applications » : mobilité, pour parler comme É. Littré, d’« une pensée qui circule120 ».

Bibliographie

Bibliographie

André-Nuytz (Louis), 1868, Le Positivisme pour tous, Paris : A. Le Chevalier.

Comte (Auguste), 1835, Cours de philosophie positive. Tome II, Paris : Bachelier.

Comte (Auguste), 1848, Discours sur l’ensemble du positivisme, Paris : L. Mathias.

Comte (Auguste), 1851, Système de politique positive, Paris : L. Mathias.

Comte (Auguste), 1877, Cours de philosophie positive, 4e éd., précédé d’une « Préface d’un disciple » et d’une « Étude sur les progrès du positivisme » par É. Littré, Paris : G. Baillière.

Comte (Auguste), 1932, Lettres inédites à C. de Blignières, Paris : Vrin.

Comte (Auguste), 1975, Correspondance générale et confessions, Paris et La Haye : Mouton.

Ferry (Jules), 1867, « Marcel Roulleaux », La Philosophie positive, t. I, n° 2, sept.-oct., p. 289-312.

Lafargue (Georges), 1873, Des programmes de l’instruction publique et d’un projet d’organisation de l’enseignement intégral en France, Paris : A. Sagnier.

Littré (Émile), 1850, Application de la philosophie positive au gouvernement des sociétés et en particulier à la crise actuelle, Paris : Ladrange.

Littré (Émile), 1852, Conservation, révolution et positivisme, Paris : Ladrange.

Littré (Émile), 1864, « Préface d’un disciple », in Comte 1877.

Littré (Émile), 1864, « Étude sur les progrès du positivisme », in Comte 1877.

Littré (Émile), 1867a, « Auguste Comte et Stuart Mill », suivi de G. Wyrouboff, « Stuart Mill et la philosophie positive », Paris : G. Baillière.

Littré (Émile), 1867b, « Les trois philosophies », La Philosophie positive, t. I, n° 1, juil.-août, p. 5-30.

Littré (Émile), 1867c, « M. Taine et le mot “positiviste” », La Philosophie positive, t. I, n° 1, juil.- août, p. 156-157.

Littré (Émile), 1867d, « Une lettre de Sainte-Beuve », La Philosophie positive, t. I, n° 2, sept.-oct., p. 330-331.

Littré (Émile), 1869, « Auguste Comte, Cours de philosophie positive », La Philosophie positive, t. IV, n° 5, mars-avr., p. 320.

Littré (Émile), 1870, « De la méthode en sociologie », La Philosophie positive, t. VI, n° 5, mars-avr., p. 291-301.

Littré (Émile), 1872a, Médecine et médecins, Paris : Didier.

Littré (Émile), 1872b, « De l’usage des maladies », La Philosophie positive, t. VIII, n° 3, mars-avr., p. 279-284.

Littré (Émile), 1872c, « Politique du jour », La Philosophie positive, t. IX, n° 3, nov.-déc., p. 447-458.

Littré (Émile), 1873a, La science au point de vue philosophique, Paris : Didier.

Littré (Émile), 1873b, Littérature et histoire, Paris : Didier.

Littré (Émile), 1874a, Études sur les barbares et le Moyen Âge, 3e éd. Paris : Didier

Littré (Émile), 1874b, « La situation fait sentir sa force », La Philosophie positive, t. XIII, n° 1, nov.-déc., p. 145-148.

Littré (Émile), 1876a, Fragments de philosophie positive et de sociologie contemporaine, Paris : La Philosophie positive.

Littré (Émile), 1876b, « Anniversaire de la réception de M. É. Littré dans la Franc-Maçonnerie. Discours de M. Littré », La Philosophie positive, t. XVII, n° 2, sept.-oct., p. 260-270.

Littré (Émile), 1877a, Auguste Comte et la philosophie positive, 3e éd., Paris : La Philosophie positive

Littré (Émile), 1877b, « Mme Comte », La Philosophie positive, t. XVIII, n° 5, mars-avr., p. 290-296.

Littré (Émile), 1877c, « Physiologie et psychologie », La Philosophie positive, t. XIX, n° 1, juil.- août, p. 5-6.

Littré (Émile), 1877d, « Nouvelles de la philosophie positive », La Philosophie positive, t. XIX, n° 2, sept.-oct., p. 302-303.

Littré (Émile), 1879, Conservation, révolution et positivisme, Paris : La Philosophie positive.

Littré (Émile), 1880, « Transrationalisme », La Philosophie positive, t. XXIV, n° 4, janv.-fév., p. 32-51.

[O’Connell], 1859, New Exegesis of Shakespeare Interpretation of his Principal Characters and Plays on the Principle of Races, Edinburgh : A. and C. Black.

Pellarin (Charles), 1864, Essai critique sur la philosophie positive. Lettre à M.É. Littré, Paris : E. Dentu.

Pichard (Prosper), 1873, Doctrine du réel. Catéchisme à l’usage des gens qui ne se payent pas de mots, Paris : Hurtau.

Pinet (G.), 1881, « L’ensemble de la science mathématique. Résumé des idées d’Auguste Comte », La Philosophie positive, t. XXVII, n° 2, sept.-oct., p. 165-186.

Roberty (Eugène de), 1874, « Le docteur Strauss. Étude sur les demi-positivistes », La Philosophie positive, t. XIII, n° 1, juil.-août, p. 5-37.

Robin (Charles-Philippe) & Wyrouboff (Grégoire), 1883, « Déclaration », La Philosophie positive, t. XXXI, n° 3, nov.-déc., p. 321-323.

Scherer (Edmond), 1882, Études sur la littérature contemporaine, Paris : Calmann-Lévy.

Strauss (David Friedrich), 1856, Vie de Jésus, ou examen critique de son histoire, tr. franç. par É. Littré, Paris : Ladrange.

Vallet (Pierre), 1887, Le Kantisme et le positivisme. Étude sur les fondements de la connaissance humaine, Paris : A. Roger et F. Chernoviz.

Wyrouboff (Grégoire), 1873, « Les Civilisations de l’extrême Orient (2e art.) », La Philosophie positive, t. XI, n° 1, juil.-août, p. 5-35.

Wyrouboff (Grégoire), 1874, « Quelques notes de voyage », La Philosophie positive, t. XII, n° 4, janv.-fév., p. 75-92.

Notes

1 É. Littré a repris sous différentes formes de nombreux textes, composé lui-même plusieurs recueils d’articles, procédé à des rééditions revues : il importe donc de donner quelques précisions sur les ouvrages qui seront assez souvent mentionnés : Conservation, révolution et positivisme, lre éd. de 1852 [Littré 1852] ; 2e éd. de 1879 [Littré 1879] ; La Science au point de vue philosophique [Littré 1873a] ; Fragments de philosophie positive et de sociologie contemporaine [Littré 1876a] ; Auguste Comte et la philosophie positive [Littré 1877a] ; Médecine et médecins [Littré 1872a] ; Littérature et histoire [Littré 1873b]. L’article « Auguste Comte et Stuart Mill » paru initialement dans la Revue des deux mondes, est cité d’après un opuscule où il est suivi de « Stuart Mill et la philosophie positive » par G. Wyrouboff [Littré 1867a]. « Préface d’un disciple » (1864), « Étude sur les progrès du positivisme » (1876), textes composés à l’occasion, respectivement, de la 2e et de la 4e éd. du Cours de philosophie positive d’A. Comte, seront cités d’après un opuscule où ils encadrent les deux premières leçons du Cours : A. Comte, Principes de philosophie positive [Comte 1877].

2 À titre d’exemple d’une assez longue digression de ce genre : « II est sage de suivre les bons exemples. Depuis que je suis livré à la philosophie, j’ai aussi choisi un modèle qui me servit de terme de comparaison ; et c’est le grand livre d’Auguste Comte. Non pour le style […]. Je l’ai choisi comme le chef de la philosophie positive et celui qui l’a le premier inaugurée dans le domaine entier du savoir humain […] ». Cf. « Gil Blas et l’archevéque de Grenade », Littré 1872a, p. 486. Autre exemple : rendant compte d’une New Exegesis of Shakespeare, É. Littré dit d’un des principes d’interprétation respectés par l’auteur : « C’est un des principes fondamentaux de la philosophie positive, et sans vouloir aucunement enrôler M. O’Connell dans l’école dont je fais partie, je puis dire qu’il admet ce principe et ajouter que tel qui l’admet est d’accord avec nous sur un point essentiel », Littré 1873b, p. 77.

3 « […] cette négation théologique a pénétré dans des couches très-profondes de la société, non-seulement en France, mais ailleurs aussi […]. Voilà le fait ; quelles en sont les causes ? La philosophie positive n’hésite pas à dire qu’elles résident dans le caractère général de la science […] », Littré 1872c, p. 455. « La politique habile consiste à obéir à la situation, en la dirigeant. La philosophie positive appuie les situations qui donnent aux éléments modernes de civilisation leur plus ample développement. Cela dit, nous venons d’avoir dans la chambre, en vue de la constitution du gouvernement républicain, une toute petite majorité […]. », Littré 1874b, p. 145.

4 « […] je n’entends aucunement faire de la polémique contre l’idée chrétienne qui anime l’opuscule de Pascal. Loin de là, j’en veux tirer parti. La philosophie positive, reconnaissant le passé humain comme une évolution nécessaire, et finalement civilisatrice, ne permet pas à ses disciples d’exercer une critique purement négative à l’égard des doctrines théologiques », Littré 1872b, p. 279-280.

5 « La doctrine positive est par excellence la doctrine du réel ; car elle se compose non pas de ce qui semble tel à la première vue des hommes, mais de ce qui se révèle et demeure tel après le contrôle de la science. La science, qui a étendu progressivement son domaine à l’ensemble des choses accessibles, a séparé toute la réalité en deux parts : les apparences qui sont réelles aussi mais illusoires, et l’ordre effectif qui, connu, règle nos pensées et nos actions », Pichard 1873, p. xi.
Préfaçant Le Positivisme pour tous de Louis André-Nuytz, Littré justifie en ces termes sa contribution : « Il faut s’entr’aider, c’est la loi de la nature, a dit le fabuliste. C’est particulièrement la loi de ceux qui appartiennent à une même philosophie, aux mêmes principes intellectuels, aux mêmes aspirations morales. Les causes communes font les efforts communs ; aussi ai-je satisfaction à joindre mon nom au nom de l’auteur de cet opuscule, et quelques pages à ces pages », [André-Nuytz 1868], p. v. Suit une caractérisation à grands traits de la philosophie du xviiie, tant de son originalité que de ses insuffisances. Et la préface s’achève ainsi : « Quoi qu’il arrive, l’esprit moderne ne peut plus échapper à une philosophie positive. La seule philosophie positive qui existe est celle d’Auguste Comte. Qu’on fasse plus, et nous irons à ce plus ; mais tant qu’on fera moins, fût-ce du xviiie siècle, nous nous tiendrons à l’ample doctrine qui fait des sciences particulières la science générale, et des lois de la nature la loi de l’esprit humain », ibid., p. xi.

6 É. Littré a donné des articles à de très nombreuses revues, et si, dans les analyses qui suivent, nous donnons le pas à La Philosophie positive, c’est non seulement à raison de son titre qui s’accorde au mieux à notre propos, mais aussi parce que ce fut pour ce directeur attentif qui donna lui-même régulièrement ses contributions, un organe, donné pour tel, de propagande. Les parutions bimestrielles sont regroupées en tomes correspondant chacun à un semestre ; nous nous bornons donc, généralement, dans nos références, à donner l’indication du tome et du semestre.
Nous avons rencontré sous la plume d’É. Littré cette indication précise sur l’origine et la mise en œuvre de l’entreprise : « Mme Comte pensait que le moment était venu pour la doctrine positive d’avoir un organe. Mais je refusais absolument de me charger de la responsabilité d’une tâche qui, revenant à date fixe, ne souffre ni les atermoiements d’un homme occupé ailleurs, ni l’excuse d’un dictionnaire […]. Mme Comte tourna l’obstacle. Il y avait déjà quelque temps qu’un jeune Russe, bien connu de nos lecteurs, M. Wyrouboff, se trouvant à Paris. Il avait demandé à être reçu chez Mme Comte, qui bien vite reconnut le mérite d’une pareille recrue. Pensant que je ne voudrais plus me soustraire à une responsabilité qui serait si effectivement partagée, elle connut le projet de nous unir dans une œuvre périodique commune. Après quelques tâtonnements, le projet se réalisa, et c’est ainsi qu’est née la Revue de la Philosophie positive » (Littré 1877b, p. 294). Après le décès d’É. Littré, et jusqu’en décembre 1883, date à laquelle la revue cesse de paraître, les directeurs en sont C. Robin et G. Wyrouboff.

7 Littré 1867b, p. 5.

8 « Le trait de génie est d’avoir trouvé entre les sciences un lien substantiel […] », « Préface d’un disciple », p. 41. « L’œuvre de M. Comte, sa découverte capitale […] », Ibid., p. 60. « M. Comte fut illuminé des rayons du génie », Littré 1877a, p. 681.

9 Ibid., Préface, p. ii-iii.

10 « C’est en 1840 que je connus M. Comte. Un ami commun me prêta son système de philosophie positive ; M. Comte, apprenant que je lisais son livre, m’en envoya un exemplaire. Tel fut le commencement de notre liaison. M Comte ne s’était pas trompé dans l’avance qu’il me faisait. Son livre me subjugua », ibid.

11 La Vie de Jésus de D. F. Strauss dont É. Littré a donné une traduction, [Strauss 1856].

12 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 211.

13 Littré 1877a, Préface, p. iv-v. Cf. cette précision moins connue : « De bonne heure je sentis que, dans ma coopération à la propagation de la philosophie positive, mon attitude devait être constamment celle de disciple du fondateur. La vérité des choses m’y obligeait. Mme Comte m’encouragea énergiquement dans cette disposition. Aujourd’hui, après vingt ans d’expérience, je m’applaudis de porter ce titre de disciple, que Proudhon me reprochait, lui qui, certes, n’était disciple de personne », Littré 1877b, p. 296.

14 « Le procédé de discussion a été très simple ; il consiste à prendre le système de philosophie positive qui, pour M. Comte comme pour moi, fait loi en méthode et en principe et à l’employer comme un instrument logique. Ce qui n’a pas résisté à cette épreuve a été de soi, condamné », Littré 1877a, Préface, p. iii. « M. Comte, en fondant la philosophie positive, en étendant la méthode positive à l’ensemble de la connaissance humaine, a mis, dans le domaine public, un instrument puissant dont il est le créateur sans doute, mais qui ne lui appartient pas exclusivement. Cette méthode le domine aussi bien que tout autre, et lui même, à son tour, il en est comme nous, le disciple. Quand Newton et Leibnitz eurent institué le calcul différentiel, ils devinrent aussitôt sujets de ce calcul […]. De même ici, la méthode positive est un juge impersonnel destiné à prononcer sur tout ce qui est fait par le maître, sur tout ce qui se fera par les disciples », Ibid., p. 516.

15 Ibid., p. x.

16 Comte 1848.

17 Littré 1850, Avant-Propos, p. vi-vii.

18 Préface à André-Nuytz 1868, p. xi.

19 Littré 1877a, p. 673-674.

20 « Dans un opuscule qui a paru il y a environ quatre ans (Paroles de philosophie positive), j’ai hasardé une critique de cette loi des trois états, c’est ainsi que M. Comte la dénomme. Cette critique, je la maintiens ; pourtant je ne voudrais pas qu’on se méprit et qu’on crût que je rejette la loi des trois états. Je ne la relate point, je la restreins. Tant que l’on se tient dans l’ordre scientifique et que l’on considère la conception du monde d’abord théologique, puis métaphysique, finalement positive, la loi des trois états a sa pleine efficacité pour diriger les spéculations de l’histoire […]. Cela, je n’ai jamais prétendu le contester ; si je l’avais fait, j’aurais ébranlé moi-même l’édifice philosophique sous lequel je m’abrite […]. Mais il n’en reste pas moins des lacunes et des vides à combler, j’ai, dans les Paroles de philosophie positive esquissé un développement du genre humain en quatre périodes, répondant à quatre périodes semblables du développement de l’individu […]. Cette division, examinée plusieurs fois depuis quatre ans, me paraît devoir être conservée et contenir les éléments essentiels d’un traité de sociologie […]. Il n’existe point de traité de sociologie. Les trois volumes qui terminent le Système de philosophie positive contiennent non une sociologie, mais le dessin du développement de l’histoire », Littré 1877a, p. 48-50.

21 Nous citons les articles donnés dans le National d’après leur reproduction dans la première édition de Conservation, révolution et positivisme, Littré 1852.

22 Littré 1852, p. 65.

23 Id., p. 66.

24 « Je crois pouvoir vous annoncer déjà, comme une sorte d’événement philosophique, que le silence gardé envers moi par la presse périodique française, avec une si étrange unanimité, va être enfin rompu dignement par une sérieuse appréciation que contiendra je crois, le National. Elle sera due au plus éminent, sans contredit, de nos érudits actuels, M. Littré (le nouveau traducteur et commentateur d’Hippocrate), qui, par de fortes études biologiques, destinées d’abord à la profession médicale, s’était profondément préparé à la vraie régénération philosophique. Quoique sa carrière se soit ensuite tournée vers l’érudition, il n’en est pas moins l’homme de France qui a le plus complètement saisi et apprécié l’ensemble de la nouvelle philosophie, avec laquelle d’ailleurs ses vives sympathies politiques se trouvent maintenant suffisamment connexes », Comte 1975, t. II, p. 292.

25 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 28-29.

26 Id., p. 68-69.

27 Dans un des premiers numéros de la revue La Philosophie positive, Jules Ferry décrit, à l’occasion d’un hommage à Marcel Roulleaux, ce que fut, pour certains jeunes gens, « l’effet immense » produit par le Discours sur l’ensemble du positivisme, et explique à quoi tient le succès progressif de la philosophie positive : « C’est aux lumières qu’elle répand sur les principales difficultés sociales du temps présent que la philosophie positive a dû ses principales conquêtes. Les grandes conquêtes politiques qui abreuvent les hommes de notre génération lui suscitent des disciples ou des adhérents. La plus accablante de toutes a contribué pour une forte part à cette invisible propagande. Peu écoutée au milieu des orages et des incohérences de la période révolutionnaire, la doctrine d’A. Comte fit son chemin dans le grand silence qui suivit. C’est quelque chose, au lendemain des grandes déroutes de la liberté politique, et dans les heures de doute et de ténèbres qui les suivent, d’apporter avec soi, la théorie du progrès et de relever, par la science, les esprits que l’action a mis à terre », Ferry 1867, p. 296-297.

28 É. Littré fait cette remarque à propos d’une lettre de Sainte-Beuve qu’il publie dans sa revue (Littré 1867d, p. 330-331).

29 É. Littré, dans un bref compte rendu de la troisième édition du Cours de philosophie positive (Littré 1869, p. 317).

30 Robin & Wyrouboff 1883, p. 321-322.

31 « Je n’ai pas besoin de dire à nos lecteurs ce qu’est M. Taine, célèbre historien, célèbre critique, célèbre philosophe […]. Je lis en un livre qu’il vient de publier : l’Idéal dans l’art cette phrase qui m’a, je l’avoue, étonné : “Dans Don Quichotte, vous voyez d’abord l’Espagnol chevaleresque et malade d’esprit […] ; et tout en regard, pour fortifier l’impression, le lourdaud sensé, positiviste, vulgaire et gras. Quoi ! Sancho positiviste ! Sancho contemplant l’enchaînement du savoir et le transformant en philosophie ! Sancho faisant dans notre univers deux parts : l’une livrée à la connaissance de l’homme, l’autre cachée dans l’immensité inconnue […]. » La tirade se prolonge, et « évidemment Sancho n’a jamais pensé à tout cela, et quoi qu’en dise M. Taine, il n’a pas été positiviste. Notre langue prend le mot positif en deux sens différents […]. M. Taine pardonnera à un faiseur de dictionnaire d’avoir relevé une erreur lexicographique », « M. Taine et le mot “positiviste” », Littré 1867c, p. 156-157.

32 Comte 1932, p. 58.

33 Wyrouboff 1873, p. 7.

34 Littré 1880, p. 35. De Roberty, dans « Le docteur Strauss. Étude sur les demi-positivistes », utilise cette dernière expression dans un sens différent, désignant par elle des auteurs dont l’appartenance incertaine quand on considère simultanément au moins deux de leurs écrits, n’apparaît que lorsqu’on les considère sous l’angle restreint d’une seule publication (Roberty 1874, p. 5). Et déjà paraissent, par la plume acerbe du même auteur, des « néo-positivistes ou fondateurs à nouveau d’une philosophie déjà existante et prospère » (p. 7).

35 Wyrouboff 1874, p. 75.

36 Pellarin 1864, p. 18.

37 Littré 1876a, p. 91.

38 « La force de la philosophie positive est tout entière, à mon avis, dans ce principe qu’on appelle aujourd’hui en Angleterre, l’agnosticisme, et qui consiste à éliminer des recherches de la science les questions qui ont tenu tant de place autrefois dans l’histoire de la pensée humaine, et qui, en vertu de leur nature même, ne sont pas susceptibles d’une solution ». Le nom seul l’indique, dit Littré, ce qui est commencement et fin des choses ne tombe pas sous l’expérience. « Il aurait pu aller plus loin, plus au fond, et montrer la contradiction interne que renferme chacune des notions de la métaphysique ; mais Littré pas plus que Comte, ne paraît avoir connu la critique aussi décisive que subtile à laquelle Kant a soumis les anciennes données philosophiques. Kant est le véritable père de l’agnosticisme », (Scherer 1882, p. 342.) Cf. également Vallet 1887 : « il était réservé à Kant de systématiser les théories nouvelles, et aux positivistes d’en faire l’application à tous les ordres de pensée » (p. vii) ; « les positivistes, dans les déclarations qu’ils ont émises sur la métaphysique en général et les essences en particulier, n’ont fait que copier le Philosophe de Kœnisgsberg. Écoutons Littré et Spencer, nous croirons entendre Kant lui-même » (p. 119)

39 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 68.

40 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 228.

41 Littré 1867a, p. 17, p. 2, p. 18, p. 53.

42 Id., p. 15.

43 Littré 1867b, p. 23.

44 Littré 1876a, p. 97.

45 Littré 1873a, p. iv ; cf. dans Littré 1867a, p. 19 sqq., le rapprochement que suscite l’exemple utilisé par S. Mill d’une « constitution d’une science » : « Voyons donc maintenant si M. Comte a fait pour la sociologie ce que Bichat fit alors pour la biologie. »

46 Littré 1877a, p. 663-664.

47 Ibid.

48 Littré 1867a, p. 40.

49 « À vrai dire, ce que nous tentions il y a trente ans était prématuré. L’initiation par le grand livre de M. Comte ne suffit pas ; une élaboration générale est nécessaire, qui fasse pénétrer dans les esprits cette si nouvelle et si féconde conception de la naturalité du développement social », Littré 1879, p. 328.

50 Littré 1870, p. 291.

51 Littré 1879, p. 309. Cf. à propos du conflit pendant avec la philosophie anglaise : « je remets la solution de la question philosophique au progrès de la science et au développement de l’histoire » (Littré 1877c, p. 5) [Coumet résume ici le texte, plutôt qu’il ne le cite, NDLR].

52 « M. Pichard a voulu faire et a fait œuvre de propagande. Je l’en loue. Notre propagande a un caractère tout particulier. Elle ne s’adresse nullement aux croyants, dont elle ne cherche pas à entamer la foi ; elle s’adresse surtout aux incrédules. Or ceux-ci forment un fonds qui ne manque plus jamais. » (Pichard 1873, Préface, p. xi). « Ces quelques lignes n’ont l’intention d’être ni un éloge ni une critique de l’opuscule en tête duquel elles figurent ; elles sont une association. Le sujet m’y convie. Soutenir une même doctrine philosophique a toujours quelque chose de collectif. Aussi on peut sans avoir mis la main à l’œuvre, s’y associer, et le vieillard se joindre au jeune homme », Lafargue 1873, Préface, p. 7.

53 Littré 1877a, Préface, p. ii.

54 Ibid. Cf. ibid., p. 507 : « la raison expérimentale »« reconnaît qu’elle n’est qu’un outil de recherche ».

55 Littré 1873a, p. 348-349. Poursuivons la citation, pour la formule qu’elle nous livre, plus frappante dans sa familiarité, mais aussi afin de relever au passage une précision biographique appréciable : « Il me souvient qu’assistant, il y a près de cinquante ans, à un cours de M. Biot sur l’électricité, le professeur, après avoir indiqué combien d’objets de recherches l’électrologie offrait à l’homme studieux, ajouta : “Il n’y a vraiment qu’à se baisser et à prendre”. Ce mot du célèbre physicien, je le fais mien ici, parmi tant de questions de grande importance, que suscite le développement de la philosophie positive, il n’y a qu’à se baisser et à prendre. »

56 Littré 1877d, p. 302. É. Littré annonce ainsi, dans des « Nouvelles de la philosophie positive », la quatorzième édition, donnée par C. Robin et lui-même, de ce ï.

57 Littré 1872a, p. vi-vii.

58 « C’est cette lumière perpétuelle jetée sur les méthodes et les sciences particulières qui me rangea jadis sous la doctrine de la philosophie positive, et qui m’y retint » (id., p. viii).

59 « Ceci, comme l’Histoire de la langue française, et les Études sur les barbares et le Moyen Âge, est derechef ce que j’appelle un demi-livre, c’est-à-dire un recueil de fragments traitant d’un seul et unique objet » (id., p. i). « Dès lors il m’est possible, choisissant, parmi ces études, celles qui se rapportent à un même sujet, de faire ce que j’appellerais volontiers un demi-livre, c’est-à-dire une œuvre à laquelle manquent l’enchaînement, la déduction et la continuité, mais à laquelle ne manque pas une pensée unique », Littré 1874a, p. i-ii).

60 Id., p. i.

61 Littré 1873a, p. iii.

62 Littré 1877a, p. 104.

63 « Auguste Comte et Stuart Mill », p. 8-9. À titre d’exemples que nous ne saurions ici multiplier, d’autres mentions de cette expression : « en cette conception du monde, envisagée selon la hiérarchie des propriétés qui y sont immanentes » (Littré 1876a, p. 96) ; « […] c’est là ce qui réalise le plus efficacement, dans le régime humain, la conception moderne du monde, conception inéluctable dans ses conséquences » (« Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 222-223). Il importe du moins de relever la très décisive connotation que comporte chez É. Littré, l’expression « conception du monde » : « monde » y est très souvent entendu par opposition à « homme » ; cette opposition joue un rôle crucial dans le débat qu’il mène contre S. Mill ; « la philosophie positive est-elle une manière de concevoir le monde ou une manière de concevoir l’homme ? » (Littré 1867a, p. 1) ; « historiquement aussi bien que philosophiquement, ce dont il s’agit dans la philosophie, c’est une conception du monde » (id., p. 6).

64 « La philosophie théologique conçoit que le monde est mû, ordonné, gouverné, créé par des volontés dont le modèle est dans la volonté humaine […]. La philosophie métaphysique est aussi une conception du monde, mais différente de la précédente dans son origine et dans ses résultats. » (Id., p. 11-12.)

65 « Ainsi, ce qu’on nomme la philosophie se compose de trois termes qui s’enchaînent et forment un tout indivisible. Ces trois termes sont : histoire, science générale, conception du monde. L’histoire n’est ni gouvernée par des interventions surnaturelles, ni livrée aux volontés individuelles ; elle a une loi qui lui est propre et qui en détermine la succession : elle devient une science au même titre que la biologie et se place à côté des autres sciences à son rang. La science générale est constituée par la série hiérarchique des sciences particulières dont le lien est dévoilé pour la première fois : par la cosmologie, elle tient le monde organique ; par la biologie, elle renferme l’ordre de la vie ; par l’histoire, elle embrasse les religions et les métaphysiques dont elle note la cause et la naissance ; à ce point la science générale est la philosophie » (Littré 1876a, p. 101).

66 Ibid.

67 Littré 1877a, p. 509. « Une religion dépend de la conception du monde telle que les hommes se le représentent suivant les âges de civilisation. Cette notion embrasse toutes les religions qui ont existé » ; si A. Comte ne s’est point trompé dans sa « déduction légitime », il eut tort de vouloir « passer plus loin », et de confondre « équivalence » et « identité » (ibid.).

68 Littré 1852, p. xxvi.

69 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 12-13. Les italiques, qui dans les citations du présent paragraphe signalent certaines occurrences de mots ou d’expressions, viennent de nous.

70 Littré 1879, p. vii.

71 Id., p. 277.

72 Littré 1873a, p. 83-84.

73 « Dans la condition présente des esprits, il faut distinguer l’œuvre de positivité et la philosophie positive. L’une est le mouvement d’élaboration qui introduit dans les idées, dans le savoir, dans l’industrie, dans la pratique, dans la politique, toute sorte de faits et de doctrines qui fondés sur l’expérience et liés par la théorie, tantôt se substituent aux idées fictives de la théologie et de la métaphysique, tantôt les obligent aux plus singuliers compromis ; cela se fait tous les jours, en tous lieux, dans tous les domaines ; et je n’ai point grossi l’expression quand j’ai parlé du progrès que rien n’arrête. L’autre est cette même œuvre de positivité élevée à la conscience d’elle-même, M. Comte a montré qu’elle pouvait, quelle devait devenir la maîtresse universelle des esprits en généralisant la méthode, en coordonnant le savoir, en déterminant le but » (Id., p. 350).

74 Littré 1873b, p. 380.

75 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 6, p. 43.

76 « La raison de ce mode de propagation de la philosophie positive gît dans la propriété qu’elle possède de pénétrer dans les esprits par fragments », (« Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 216) ; cf. « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 73.

77 Id., p. 75.

78 « De la philosophie positive », in Littré 1876a, XXII, p. 564-577.

79 Littré 1876a, p. 564.

80 Id., p. 568.

81 « Préface d’un disciple », Comte 1877, p. 7.

82 Id., p. 7-8.

83 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 232. Ainsi qu’il l’indique lui-même, c’est cette assertion qui a suggéré à Renouvier l’examen de la question suivante : « Le Cours de philosophie positive est-il encore au courant de la science ? » : question à laquelle il consacre d’importants articles dans La Critique philosophique en 1877.

84 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 212-213.

85 Littré 1876a, p. 571.

86 Id., p. 570-571.

87 Id., p. 569.

88 « Mais voici l’immense différence qui explique comment le progrès de la science positive nous est toujours profitable, et gêne toujours nos adversaires : notre philosophie émane de la science, et par conséquent, se modifie, sans difficulté ni contradiction, dans le sens qu’indiquent les nouvelles choses », Littré 1876b, p. 267.

89 « Étude sur les progrès du positivisme », Comte 1877, p. 233.

90 Littré 1876a, p. 568.

91 « […] ce sont : la lecture des hiéroglyphes et une connaissance effective de la haute antiquité égyptienne ; le déchiffrement des écritures cunéiformes et l’acquisition de précieux documents sur les annales de Babylone et de l’Assyrie ; enfin la découverte de l’homme fossile, préhistorique, contemporain des mammouths et des terrains quaternaires. Tout cela était fort inattendu : mais tout cela, bien loin de contredire à la notion du développement humain telle qu’elle était formulée, y a pris place sans difficulté ; il ne faut pas laisser passer de pareilles confirmations sans la noter » (id., p. 574).

92 Qu’on parcoure les tomes de La Philosophie positive, on n’apprendra rien sur les développements des mathématiques, encore moins sur tes transformations profondes qui auraient pu les affecter depuis l’époque où A. Comte donnait ses leçons. Quelques articles de G. Noël, la préface de H. Stupuy aux Œuvres de Sophie Germain (qui, rappelons-le, figurait dans le calendrier positiviste), un écho pour le moins surprenant, à le lire aujourd’hui, sur le « postulatum d’Euclide » (cf. infra n. 95) : rien d’équivalent aux informations et discussions relatives à d’autres « découvertes scientifiques modernes ». Un article traite-t-il dans le tome XXVII de « l’ensemble de la science mathématique », il se confond avec un pur et simple résumé que ne vient éclairer aucun commentaire, des leçons du maître (Pinet 1881).

93 « Par une coïncidence dont la philosophie positive dévoile le sens profond, il est arrivé que la plus simple des sciences, la mathématique, fut applicable à celle des sciences, la physique, qui considère les propriétés les plus générales et, partant, les plus simples des corps […]. Abstraitement, l’on conçoit que cette application pourrait se poursuivre en chimie et en biologie ; rien ne s’y oppose, sinon l’insurmontable difficulté de la complication », Littré 1867b, p. 26.

94 « […] il est bien vrai qu’à la base de toute éducation régulière et de toute philosophie, nous mettons la mathématique comme un préliminaire sans lequel on ne pourra monter de degré en degré jusqu’au faite. Nous concédons, sans qu’on nous presse et spontanément, qu’au temps passé ce préambule n’était pas nécessaire, qu’il aurait mené à des impasses, et que les esprits éminents n’étaient astreints, dans leur conceptions généralisatrices, qu’à suivre logiquement les données des hypothèses provisoires. Mais aussi nous prétendons que ce temps est fini, que les impasses sont détruites, et les voies ouvertes entre les sciences inférieures et les sciences supérieures ; et que celui qui n’a pas appris à spéculer sur les sujets les plus simples est présentement hors d’état de spéculer avec fruit sur les sujets les plus complexes. L’intelligence, pour embrasser les parties les plus difficiles et les saisir dans leurs caractères positifs, a besoin de traverser le noviciat entier et de s’habituer graduellement aux conceptions réelles. La mathématique n’est qu’un rudiment, mais, comme tous les rudiments, elle ne peut être omise sans dommage pour le résultat définitif de l’éducation philosophique », Littré 1876a, p. 92.

95 Littré 1867b. Dans le tome VI (janv.-juin 1870) de La Philosophie positive, L. André-Nutyz rend compte d’une « petite mésaventure géométrique » advenue récemment à l’Académie des sciences à l’occasion d’un rapport sur « une démonstration du postulatum d’Euclide » ; il formule en ces termes la « position de la question » : « Le postulatum d’Euclide est, en général, ramené à ceci : deux droites qui sont, l’une perpendiculaire et l’autre oblique sur une troisième, se rencontrent toujours. C’est là un fait fondamental d’observation, à l’évidence duquel l’esprit ne se refuse pas, et dont la démonstration serait, à notre avis, contradictoire des conditions de la géométrie » (p. 310).

96 Littré 1880, p. 47.

97 « Il n’y a pas très long-temps que l’autonomie, ayant pénétré les principaux secrets du monde, s’est efforcée de jeter quelques regards dans les profondeurs de l’univers. Il faut en effet distinguer, à l’exemple d’un penseur contemporain, le monde de l’univers, et affecter, dans le langage scientifique, une expression séparée à chacune de ces idées. Le monde, c’est le système dont nous faisons partie, soleil, planètes, satellites et comètes, système dans lequel le soleil occupe un foyer de toutes les ellipses, et où la gravitation détermine des mouvements éternellement réguliers. L’univers, c’est l’espace illimité au delà de ce monde, espace semé d’étoiles innombrables, de voies lactées, de nébuleuses, qui se perdent à des distances sans bornes. Le monde, quelque grandes que nous en paraissent les dimensions, n’est qu’un point imperceptible dans l’univers ; un abîme le sépare du reste de l’espace immense, un véritable abîme […] », Littré 1873a, p. 35. Cf. les 19e et 24e leçons du Cours de philosophie positive.

98 Comte 1835, p. 256.

99 Comte 1851, t. I, p. 510-511.

100 Littré 1873a, p. 56.

101 Id., p. 13.

102 Littré 1876a, p. 570.

103 Littré 1867a, p. 48-49.

104 Cf. dans l’article qu’É. Littré écrivit, en 1833, sur L. F. W. Herschel (et qui attira sur lui l’attention du directeur de son journal) : « Fils du célèbre astronome qui a découvert Uranus, et qui a commencé l’étude de la théorie des nébuleuses, M. W. Herschel a été élevé dans le sein de l’astronomie, à laquelle, lui aussi, il a rendu des services. » (Littré 1873a, p. 43.) « Qui croirait […] que, parmi les étoiles fixes, placées à d’incalculables distances, il en est quelques-unes dont la splendeur actuelle surpasse cent fois celle du soleil lui-même ? » (Id., p. 49.)

105 Littré 1877a, p. 511.

106 « Préface d’un disciple », in Comte 1877, p. 66.

107 Littré 1877a, p. 511.

108 Littré 1867b, p. 30.

109 Ibid.

110 « Préface d’un disciple », in Comte 1877, p. 44-45.

111 Id., p. 67.

112 « Le Pic du Midi de Bigorre et son hôtellerie » (repr. du Journal des débats, 7 juil. 1837), in Littré 1873b, p. 392-393.

113 Id., p. 436.

114 Id., p. 443.

115 Id., p. 445.

116 Id., p. 455.

117 Littré 1873a, p. 14.

118 Cf. Littré 1877a, p. 678, p. 673.

119 Id., p. 664.

120 Littré 1876a, p. 91.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search