Version classiqueVersion mobile

Œuvres d’Ernest Coumet (T. 1)

Articles d’Ernest Coumet

Les jeux de hasard sont-ils une invention du diable ?

(Textes communiqués par E. Coumet)

Texte intégral

Mathématiques et sciences humaines, n° 6, pp. 23-24. Nous remercions la Direction de la revue Mathématiques et sciences humaines de nous avoir autorisés à publier ce texte.

St François de Sales, Introduction à la vie devôte, 3e part., chap. 32, « Des jeux défendus », Paris : M. Henault, 1628, p. 443-444.

« Les jeux des dez, des cartes, & semblables, esquels le gain dépend principalement du hazard, ne sont pas seulement des recreations dangereuses, comme les danses, mais elles sont simplement & naturellement mauvaises & blasmables : c’est pourquoy elles sont défendues par les loix, tant Civiles qu’Ecclesiastiques. Mais quel grand mal y a-il, me direz-vous ? Le gain ne se fait pas en ces jeux, selon la raison, mais selon le sort qui tombe bien souvent à celuy qui par habileté et industrie ne meritoit rien : la raison est donc offensee en cela. Mais nous avons ainsi convenu, me direz vous ? Cela est bon pour monstrer que celuy qui gaigne ne fait pas tort aux autres : mais il ne s’ensuit pas que la convention ne soit deraisonnable, & le jeu aussi : car le gain qui doit estre le prix de l’industrie, est rendu le prix du sort, qui ne merite nul prix, puis qu’il ne depend nullement de nous. »

Lambert Daneau, Brieve remonstrance sur les jeux de sort ou de hazard, et principalement de dés et de cartes…, s. l. : P. Prunier, 1591.

  • 1 Lambert Daneau a traduit (1566) lui-même un traité Contre jeux et joueurs de cartes & de dez qu’il (...)

« Et pour conclure cette Remonstrance je veux alleguer le dire de ce bon pere S. Cyprien1, qui en son livre escrit contre ces jeux, dit. Que le jeu de Cartes est invention du Diable : laquelle il inventa & forgea, pour toujours mieux mettre l’Idolatrie en plus grand usage & recommandation entre les hommes. Car les Rois & images que nous voyons peints aujourd’huy dedans les Cartes, estoyent anciennement idoles & images d’idoles : que les hommes qui depuis se sont nommez Chrestiens ont changées & appellées Charlemagne, Lancelot du Lac & autres noms semblables, pour ne sembler estre idolatres, tenant toutesfois le mesme jeu & la mesme invention du Diable : mais ils l’ont fait pour farder & desguiser mieux ce mal, & couvrir une chose meschante sous ces braves noms. »

Lambert Daneau, Brieve remonstrance sur les jeux de sort ou de hazard, et principalement de dés et de cartes…, s. l., P. Prunier, 1591.

  • 2 Note de Daneau : « Cest hommage & sacrifice consistoit à baiser le dé ou la carte, ou à espandre du (...)

« Or il n’y a point de doute, que premierement il a été inventé & apporté par quelque homme qui avoit quelque peu estudié aux lettres : lequel apres y avoir long temps resvé et pensé, par l’instinct du diable trouva ce mauvais jeu & pernicieux plaisir. Et estoit l’inventeur bien plein & appris aux arts du diable. Mais ce pendant il le trouva & l’enseigna aux autres : & pour le rendre plus recreatif, il le bastit & forgea en peinture de son image. Car il y fit mettre sa portraiture, son nom au dessous : & comme il appert par la figure de ces cartes, il eut encores quelque ami qui luy aida à trouver une partie de cest art, & luy conseilla se faire peindre dedans, pour rendre son nom immortel... Or il trouva encores un autre mals apres s’estre fait peindre : & pour se faire toujours d’autant plus admirable entre ses imitateurs & joueurs, il ordonna qu’on luy sacrifieroit & feroit honneur : tellement que quiconque aujourd’huy veut jouer, n’ose mettre la main ni à carte ni à dé, que premierement il n’ait sacrifié & fait2 hommage à l’autheur. Ainsi est advenu, que celuy qui anciennement & à la vérité n’a esté que pur homme, & encores malheureux & coupable d’une telle meschanceté, est toutefois aujourd’huy apres sa mort adoré & feint avoir esté Dieu pour l’honneur que luy font ces joueurs pouvres gens & abusez. »

Notes

1 Lambert Daneau a traduit (1566) lui-même un traité Contre jeux et joueurs de cartes & de dez qu’il dit être de St Cyprien, mais qui est très probablement un écrit apocryphe.

2 Note de Daneau : « Cest hommage & sacrifice consistoit à baiser le dé ou la carte, ou à espandre du vin en l’honneur de ceste peinture ou bailler quelque argent en la coquille, comme l’on fait aujourd’huy à l’imitation des idolatres, & change-t’on seulement le nom, imitant le faict. »

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search