Version classiqueVersion mobile

Science, philosophie, société

 | 
Alexandre Guay
, 
Stéphanie Ruphy

L’éradication de la variole : leçons pour l’épistémologie et la politique

James Robert Brown

Résumé

L’éradication de la variole est l’un des plus grands succès de l’humanité. Bien que l’interprétation de la maladie et la façon de la traiter diffère selon les cultures, les religions et les approches théoriques, le monde entier est parvenu à réussir cet exploit. Rien de tel n’était jamais arrivé auparavant, et rien de tel depuis. Cette entreprise représente donc un cas très intéressant pour la réflexion philosophique et politique. Comment conceptualise-t-on la maladie pour nous-mêmes et pour d’autres qui ont des points de vue très différents sur le fonctionnement de la nature ? Comment formule-t-on une politique qui doit être appliquée de façon universelle partout dans le monde ? Dans quelle mesure l’usage de la force est-il légitime quand les gens résistent (et ils résisteront), sachant que cette éradication n’arrivera que si la maladie est éliminée partout ? Ce dont nous avons besoin va bien au-delà de la simple compréhension de ce qui s’est passé. Nous avons également besoin d’une base pour agir.

Texte intégral

Mes remerciements vont à mon assistant de recherche Boaz Miller, qui m’a beaucoup aidé dans la recherche de matériel pertinent, ainsi qu’à Kathleen Okruhlik pour des conversations ayant clarifié certains problèmes importants. Arun Bala, Ric Arthur, Leela Joseph, George Joseph, et Jeff Kochan pour leurs précieux commentaires. Les membres de l’audience de la conférence de Montréal qui ont émis plusieurs remarques utiles et exigeantes. Enfin, j’ai reçu d’utiles commentaires de deux relecteurs anonymes. Je suis reconnaissant à tous.

Introduction

  • 1 Cet article emprunte des éléments d’un précédent travail (Brown, 2012), mais développe des thèmes s (...)

1La variole a été déclarée éradiquée le 12 octobre 1979, soit un peu moins de 13 ans après le lancement du programme de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). C’est indiscutablement un formidable succès pour l’ensemble de l’humanité. Comment cet exploit a-t-il été accompli, alors qu’existent de grandes différences d’approches culturelles, religieuses et théoriques de la maladie1 ?

2L’éradication de la variole nous offre un exemple intéressant pour l’étude de la relation entre science moderne et ce que l’on nomme connaissance locale, indigène ou traditionnelle. Comment la maladie a-t-elle été considérée par la science moderne ? Comment a-t-elle été perçue selon les approches alternatives traditionnelles ? Quel rôle la culture et la religion ont-elles joué, pour le meilleur comme pour le pire ? Quels ont été les facteurs politiques impliqués, si tant est qu’il y en ait eu ? Aborder ces questions se révèle être un défi majeur. La philosophie des sciences contemporaine, et plus particulièrement l’épistémologie analytique, ont des difficultés à réagir face à de tels cas. Bien que proposant un traitement élaboré tant de la science moderne que des schèmes conceptuels alternatifs, elles s’avèrent trop souvent simplificatrices et échouent à rendre correctement justice à toutes les complexités en jeu. En quoi sont-elles simplificatrices ? Habituellement, en plaidant contre le relativisme ou le constructivisme social, ou plus généralement contre toute conception admettant que plusieurs récits puissent être faits d’une même série d’événements. Les arguments sur lesquels s’appuie ce rejet sont la plupart du temps corrects, du moins en un certain sens. Mais ils passent également fréquemment à côté de l’essentiel. De fait, je suis tenté de dire que de tels arguments et analyses ne sont pas pertinents. J’illustrerai cette non-pertinence par les déclarations de deux philosophes analytiques. Mais laissez-moi dans un premier temps résumer l’ensemble de la problématique.

3Aborder de telles questions nécessite de garder quelques points-clé à l’esprit. Ceux-ci sont les objectifs et les valeurs de tout programme d’éradication, que nous pouvons observer rétrospectivement dans le cas du programme de la variole :

  • L’éradication de la variole a été une grande réussite

  • Le bien-être humain est ce qui a le plus importé

  • Le respect de tous les êtres humains adultes était requis (démocratie)

  • La meilleure politique était déterminée par la meilleure théorie

  • Le relativisme – cognitif et moral – était rejeté.

4Ainsi que nous le verrons, toutes ces affirmations ne sont pas sorties indemnes de l’expérience. Mais notre préoccupation ici est, dans un premier temps, d’examiner de quelle manière l’épistémologie analytique contemporaine se pencherait sur de tels cas.

1. Boghossian et Davidson

5Dans son récent ouvrage, Fear of Knowledge : Against Relativism and Constructivism, Paul Boghossian prend pour cible le relativisme, qu’il définit comme une « doctrine d’égale validité : il existe de nombreuses manières de connaître le monde, toutes radicalement différentes bien qu’“également valides”, la science n’étant que l’une d’entre elles » (Boghossian, 2006, p. 2).

6Il en dresse sa propre antithèse de la manière suivante :

… il y a un mode d’existence des choses qui est indépendant de toute opinion humaine, et nous sommes capables de parvenir à une croyance objectivement raisonnable portant sur ces choses, qui s’impose à toute personne capable d’en apprécier les éléments de preuve pertinents, indépendamment de son point de vue social ou culturel (2006, p. 130).

7Bien qu’il ne le dise pas explicitement, il est clair qu’il considère qu’une politique scientifique devrait être déterminée par la meilleure théorie, à son tour déterminée par les meilleurs éléments de preuve disponibles. Ceci est en soi difficilement discutable ; je crois pouvoir dire que nous sommes tous d’accord sur ce point. Les choses deviennent intéressantes lorsque nous associons cela à une façon de concevoir, comme le fait Boghossian, la manière de parvenir à la meilleure théorie, de formuler à partir de là la meilleure politique, et d’appliquer celle-ci à l’objectif d’éradication de la variole.

8Pour différencier sa position d’avec celles des relativistes et celles des sociaux-constructivistes, Boghossian propose trois thèses : (1) objectivité des faits (ils existent indépendamment de nous), (2) objectivité de la justification (que la preuve P justifie la croyance C ne dépend pas de nous) et (3) objectivité de l’explication rationnelle (dans les bonnes circonstances, l’explication rationnelle est la cause de la croyance) (2006, p. 22).

9La première d’entre elles me semble valide, bien qu’il faille souligner la grande difficulté que l’on a bien souvent, en pratique, à prendre connaissance des faits et que nous travaillons la plupart du temps sur la base de croyances fausses. Il est très probable que Boghossian en conviendrait, mais un peu plus loin, je donnerai davantage d’importance à ce problème qu’il ne le ferait. La deuxième affirmation de Boghossian semble plus difficile à accepter. Toute preuve est preuve dans un contexte. Les constructivistes et les relativistes présument que ce contexte est social. Il n’est pas nécessaire que ce soit le cas, le contexte pourrait tout aussi bien être l’arrière-plan théorique général. Et pour un arrière-plan donné, une preuve est, ou à tout le moins pourrait être, parfaitement objective. Mais il semble erroné d’affirmer, comme le fait Boghossian, que la relation soit indépendante de nous, car alors elle semblerait indépendante de tout contexte. La différence entre contextes dépend à la fois de nous et du niveau de développement intellectuel que nous avons atteint. Il peut exister des particules élémentaires qui ne seront jamais découvertes, ou bien même pensées, dans toute l’histoire de l’humanité. Il ne peut en être ainsi d’une preuve. Si tel était le cas, qu’aurait-elle à voir avec la croyance ? Nous devons être en mesure de reconnaître une preuve, même si ce n’est que de manière faillible. En ce qui concerne enfin la troisième affirmation de Boghossian, je suis d’accord sur le fait que les raisons et les preuves sont des causes ; nous devrions croire, et de fait nous croyons bien souvent, à cause des raisons que nous avons.

10La thèse de Boghossian portant sur l’objectivité de la justification est plutôt confuse, même si elle est correcte. Les faits sont effectivement objectifs, mais cela n’est d’aucun secours lorsqu’il s’agit de les saisir. Boghossian cite un amérindien affirmant que son peuple est venu de l’intérieur de la Terre. Les récits standard de la science moderne diraient que des Homo sapiens ont quitté l’Afrique il y a bien longtemps et que certains ont migré par l’Asie, allant jusqu’aux Amériques et se dispersant à partir de là. Les peuples autochtones des Amériques d’aujourd’hui descendent d’eux. Un relativiste pourrait dire que ces affirmations apparemment contradictoires sont toutes deux vraies, mais dans différents systèmes de croyance – je présente les choses de manière un peu grossière, mais même les relativistes plus sophistiqués affirmeront quelque chose dans cette veine. Boghossian soutient, à raison, que cela ne peut être correct – des récits contradictoires ne peuvent être tous deux vrais. Les personnes sensées se rangeront à son avis. Le problème, ainsi que nous le savons tous, survient lorsque nous tentons de décider lequel des deux récits correspond au fait objectif et lequel constitue une affirmation ayant seulement prétention à être un fait ? Peut-être aucun des deux.

11Ceci nous ramène à l’objectivité de la preuve. Comment sommes-nous censés procéder lorsque nous évaluons différents systèmes de croyance ? Boghossian émet quelques suggestions : « Le système alternatif se devrait au minimum d’être cohérent, et c’est une contrainte forte qui disqualifierait nombre de prétendus candidats » (2006, p. 96).

12La cohérence peut bien être la première chose qui vienne à l’esprit d’un logicien, mais elle n’en resterait pas moins dans les tréfonds de la liste de n’importe quel historien. C’est sans aucun doute un idéal régulateur, mais nous serions perdus si jamais nous le mettions en application. La plupart des systèmes de croyance – y compris le nôtre – sont criblés de contradictions. Imaginez des boules parfaitement rigides entrant en collision dans le cadre de la mécanique newtonienne. Les lois de conservation de la quantité de mouvement et de l’énergie sont censées s’appliquer. Tout est parfaitement régi avant et après la collision, mais à l’instant du contact l’accélération est infinie, et donc la force l’est aussi, ce qui est absurde. En électrodynamique quantique, l’énergie propre de l’électron est à la fois finie et infinie. La mécanique quantique est non-locale, ce qui suggère l’existence d’influences supra-lumineuses, quand la relativité restreinte dit que rien ne peut aller plus vite que la lumière. Nous croyons beaucoup de contradictions et d’absurdités. Je pourrais continuer, mais l’argument est clair – nous ne voudrions pas abandonner une théorie au seul motif qu’elle est inconsistante. Nous aimerions évidemment parvenir un jour à supprimer les problèmes logiques, mais nous serions bien mal avisés d’abandonner ce dont nous disposons à l’heure actuelle, aussi imparfait que cela soit, tant que nous n’avons pas de meilleur substitut. Et il ne serait pas juste d’en attendre plus de la part des autres peuples.

13Non seulement sommes-nous tourmentés par des problèmes de logique, mais nos plus grandes croyances ne s’avèrent souvent pas à la hauteur de l’idéal empirique. Ce simple fait ne joue malheureusement aucun rôle dans la fameuse version du rejet des schémas conceptuels défendue par Donald Davidson, vers laquelle je me tourne à présent.

14Les schémas conceptuels comptent parmi les objets favoris des relativistes. Cependant, certains non-relativistes y adhèrent parfois également. Ceci inquiète Davidson, qui considère l’idée même d’un schéma conceptuel comme incohérente et vide. Davidson part de la supposition que chaque schéma conceptuel est associé à un unique langage, ou plus exactement à un unique ensemble de langages inter-traductibles. Il infère ensuite de l’existence de schémas conceptuels différents, l’affirmation que leurs langages associés ne sont pas inter-traductibles. À quoi tout cela pourrait-il ressembler ? Disons que j’accepte le cadre conceptuel de la théorie quantique, Q, et que Pierre, qui vit à Montréal et parle français, accepte Q’. L’anglais et le français sont des langages inter-traductibles et, alors que nous passons en revue nos diverses croyances, nous réalisons que lorsque l’un de nous accepte un énoncé, l’autre accepte son homologue traduit. Nous concluons que nous adhérons au même schéma conceptuel. Cependant, si Pierre parle un quelconque langage L ne pouvant être traduit vers l’anglais, alors son schéma conceptuel Q’ n’est pas le même que mon schéma conceptuel Q.

15Si tel était le cas, à savoir si Q et Q’ étaient réellement différents, alors un relativiste pourrait affirmer que différents faits peuvent être vrais au sein de schémas différents. Ces faits rivaux ne se contrediraient pas l’un l’autre à proprement parler car ils ne sont pas inter-traductibles, ainsi, nous ne pourrions jamais obtenir quelque chose de la forme P & -P. En d’autres termes, ils sont sans commune mesure.

16Davidson rejette tout ceci sur la base d’une conception de la vérité et de la preuve à laquelle il est désormais identifié. Il soutient que :

Rien […] ne pourrait compter comme preuve qu’une certaine forme d’activité ne puisse être interprétée dans notre langage qui ne serait pas en même temps la preuve que cette forme d’activité n’est pas un comportement langagier (Davidson, 1973, p. 7).

17Si nous considérons que d’autres gens parlent, nous devons être capables de les comprendre, au moins en grande partie. La pièce centrale de l’argument de Davidson est le lien, tel qu’il le conçoit, entre vérité et preuve. En général, les réalistes estiment que la vérité pourrait dépasser la preuve, c’est-à-dire qu’il pourrait exister des vérités que nous ne pourrions pas, en principe, connaître. Pas Davidson. Il considère que dire d’une chose qu’elle est vraie équivaut à dire qu’elle est justifiée par toutes les preuves possibles. Ceci se rapproche d’une certaine forme de vérificationnisme, mais il n’est point besoin de s’inquiéter de cette question particulière pour l’instant. Accordons-lui, le temps de l’argumentation, ce lien entre vérité et preuve. Ceci formera la base des considérations suivantes :

Le problème est que la notion de correspondance à la totalité de l’expérience, tout comme les notions de correspondance aux faits, ou de véracité au regard des faits, n’ajoute rien d’intelligible au simple concept d’être vrai. […] l’expérience sensorielle dans sa totalité est ce que nous voulons, pourvu qu’elle constitue l’ensemble des preuves disponibles ; et cet ensemble est tout ce qu’il faut pour rendre nos énoncés ou nos théories vrais (Davidson, 1973, p. 16).

18De l’affirmation qu’un schéma conceptuel adéquat est un schéma qui est vrai, Davidson passe à l’opinion que la différence entre notre propre schéma conceptuel et un autre tient à ce que tous deux sont vrais (ou, du moins, vrais dans une large mesure) mais non inter-traduisibles. Ce déplacement est effectué au prix d’une très grave erreur.

19Davidson est passé de l’énonciation d’un critère permettant de juger de la véracité d’un schéma conceptuel à l’affirmation implicite que le nôtre est vrai. Au mieux, il pourrait défendre son affirmation dans le cas de schémas conceptuels en totale (ou large) conformité avec les éléments de preuve. Mais il est absurde d’avancer une telle affirmation dans le cas de schémas arbitraires, si l’on attend de ces schémas qu’ils représentent des systèmes de croyance humains réels. Typiquement, n’importe quel courant ou cadre historique serait, en ce qui concerne les preuves, en grande partie inadéquat. Ceux qui pensent qu’il existe des entités telles que les schémas conceptuels exemplifiés dans l’histoire des sciences ne pensent assurément pas que ces schémas soient tous conformes ou vrais. Bien au contraire. Après tout, les paradigmes de Kuhn traversent des périodes de crise. Feyerabend pense que toute théorie est perpétuellement en proie à de sérieux problèmes. Les programmes de recherche de Lakatos, ainsi que les traditions de recherche de Laudan, sont tous plus ou moins progressifs ; mais ils ne sont certainement pas adéquats ni même globalement conformes à tout moment, sinon, l’idée même qu’ils puissent progresser n’aurait guère de sens.

20Le problème de la rationalité scientifique, avec lequel de nombreux champions des schémas conceptuels se trouvent aux prises, est le problème du choix entre des schémas inadéquats rivaux. Étant donné que l’argument de Davidson repose sur la supposition fausse que des schémas rivaux seraient adéquats, il est tout simplement erroné. L’argument n’est pas recevable.

21Davidson, à l’instar de Boghossian, travaille à partir de situations idéalisées. Il est tout à fait possible que l’ensemble de leurs affirmations soit parfaitement correct. De fait, lorsque j’adopte l’état d’esprit de la métaphysique et de l’épistémologie analytiques, je constate que je souscris à celles-ci. Et pourtant, quelque chose ne va pas. Lorsque l’on traite des sortes de problèmes soulevés par l’analyse de l’éradication de la variole, ces mêmes affirmations ne semblent pas pertinentes. Si nous voulons tenter de comprendre des scientifiques et des personnes réels, à la fois présentement et historiquement, nous devons à tout prix nous confronter au fait que nous n’évaluons que des schémas conceptuels inadéquats. Mais dès lors que cette simple considération est prise en compte, les conclusions de Boghossian et de Davidson apparaissent non pas tant erronées qu’hors sujet.

22C’est un problème caractéristique qui survient lorsque des philosophes analytiques traitent de l’histoire des sciences. Ils aiment souvent illustrer leur position par des modèles et non par des situations réelles. Voilà une manière de procéder bien regrettable. Imaginez un physicien proposant une théorie ayant été brillamment validée par toutes les expériences de pensée, mais sans établir aucun lien avec des expériences réelles. Bien que j’aime beaucoup les expériences de pensée, je devrais moi aussi reconnaître la faiblesse de la théorie proposée. Tout comme un physicien a besoin de traiter de résultats expérimentaux réels, les épistémologues analytiques, tels que Boghossian et Davidson, doivent se confronter à des exemples réels de systèmes de croyance, et à des exemples réels de croyances conflictuelles. Ils simplifient et idéalisent avec grande efficacité, comme la mécanique newtonienne du point matériel. Mais des aspects cruciaux sont perdus.

23Je suis sûr que Boghossian a raison d’affirmer que « nous sommes capables de parvenir à une croyance objectivement raisonnable à propos de comment sont ces choses, qui s’impose à toute personne capable d’en apprécier les éléments de preuve pertinents, indépendamment de son point de vue social ou culturel » (2006, 130f). Il néglige cependant de remarquer que dans le monde réel, les inférences rationnelles demandent du temps. Une application du modus ponens peut ne prendre qu’une microseconde, voire être immédiate. Mais réviser son schéma conceptuel à la lumière de nouveaux éléments de preuve ne peut guère se faire en une minute. Convaincre rationnellement le monde entier de la bonne conception de la variole peut en principe être réalisable – je n’en doute pas – mais cela ne peut être fait dans le temps limité imparti pour un programme d’éradication. Voilà ce qui, dans un cas tel que celui-ci, rend l’épistémologie de Boghossian non pas tant erronée que non pertinente.

2. La maladie et ses traitements

24La variole est un virus comportant deux formes principales, variola major et variola minor. La première est de loin la plus dangereuse, mais la seconde peut également être fatale. Avant l’éradication, la maladie tuait plusieurs millions de personnes chaque année. Ceux qui survivaient à la maladie étaient sévèrement défigurés et devenaient bien souvent aveugles. Les épidémies de variole survenaient partout dans le monde, mais la plupart des cas, environ la moitié du total mondial, étaient concentrés en Inde.

  • 2 Les virus en tant que tels ne furent découverts qu’au xxe siècle.

25La variolisation est un procédé d’inoculation, au cours duquel de la matière contaminée est introduite dans le corps d’une personne saine. Le procédé était parfois appelé « engraphing ». La personne traitée devient alors immunisée contre la maladie. La vaccination est un procédé similaire, à la différence que l’on introduit dans le corps un virus semblable mais plus bénin, comme la variole ovine, en lieu et place de la variole2. On acquiert ainsi l’immunité contre la variole. C’est Edward Jenner (1749-1823) qui découvrit ce procédé à la fin du xviiie siècle, et le nomma vaccination d’après le latin vacca (la vache).

  • 3 Les visions de la nature du virus de la variole, l’histoire de sa propagation et de la façon dont n (...)

26La différence entre les taux de mortalité est frappante. La variole tue environ 30 à 50 % de ceux qui la contractent. La variolisation, quand elle réussit, confère l’immunité, mais peut dans certains cas causer la mort. Cela n’arrive cependant que dans 2 % des cas (ou 1 pour 50), ce qui est une énorme amélioration par rapport à l’absence de protection. La vaccination ne cause que très rarement la mort, dans environ 0,0002 % des cas (1 pour 5 000). Du seul point de vue des statistiques, la vaccination apparaît donc de loin comme le meilleur pari. Qui plus est, il existe un sérieux inconvénient à la variolisation. La personne variolisée est contagieuse pendant quelques jours, ce qui peut parfois conduire à de graves épidémies de la maladie. Une fois les vaccinations rendues possibles, le risque de nouvelles épidémies dues à la variolisation devint la principale raison d’interdire la précédente technique3.

3. Le programme d’éradication

27L’éradication de la variole était envisageable car les conditions étaient favorables. Premièrement, il existait un vaccin efficace. Deuxièmement, la variole est une maladie humaine ; il n’y avait pas de réservoir animal, contrairement à la malaria, véhiculée par les moustiques. Troisièmement, il n’y avait aucun obstacle culturel, contrairement aux maladies vénériennes ou à la lèpre, que les gens camouflent souvent ; il n’y a aucune honte particulière associée à la maladie. La variole semblait donc un candidat à l’éradication bien plus prometteur que la malaria et la fièvre jaune, dont les programmes d’éradication avaient précédemment échoué. Il s’avère aujourd’hui que la variole est l’unique maladie à avoir été éradiquée. Les programmes actuels ciblant la polio et la maladie du ver de Guinée semblent prometteurs, mais ont encore du chemin à faire.

28Jenner lui-même proposa l’éradication en 1801, mais cela n’aboutit à rien. De fait, le projet ne fut sérieusement considéré qu’à partir du milieu des années 1950. La principale impulsion fut donnée lorsque l’URSS proposa l’éradication au cours de la 11e Assemblée mondiale de la santé en 1958. (L’URSS donna également la plupart des vaccins durant les premières années du programme). Finalement, le programme d’éradication fut lancé par l’OMS le premier janvier 1967.

29Le plan initial était axé sur la vaccination de masse. Ce qui n’implique pas de vacciner 100 % de la population. En fait, l’immunité collective, comme on l’appelle, aurait pu être atteinte à un niveau d’environ 80 %. Cela signifie que, bien qu’une certaine partie de la population puisse encore attraper la maladie, cette dernière ne peut plus se propager suffisamment rapidement pour s’auto-entretenir et finit donc par s’éteindre. Malheureusement, cette stratégie ne fut pas un succès. Dans de nombreuses régions d’Inde, les épidémies de variole s’aggravèrent en comparaison avec la situation précédant le début du programme.

30Une nouvelle stratégie fut adoptée en 1970, connue sous le nom de surveillance et contrôle. Chaque fois qu’une épidémie se déclencha, les personnes furent mises en quarantaine et toutes celles ayant pu être en contact avec la maladie furent vaccinées.

  • 4 Le programme d’éradication est décrit dans OMS (1980), Henderson (1980), Bhattacharya (2007), Koplo (...)

31Ceci s’avéra fructueux4. Tournons-nous à présent vers le contexte culturel et religieux en Inde.

4. Madhava-Kara et Shitala Devi

32Shitala Devi est la déesse hindoue de la variole. Elle joue un rôle important dans notre histoire. Mais avant d’en venir à elle, il nous faut dire quelques mots de Madhava-Kara dans le but de faire ressortir le contraste. Madhava-Kara a écrit Nidana, un important traité sur la maladie. Ce dernier, écrit au viiie siècle, recelait une connaissance approfondie de la variole, que son auteur rangeait dans la même catégorie que la varicelle et la rougeole. Ces maladies étaient expliquées à la fois par des humeurs et par l’alimentation. Le point crucial des travaux de Madhava-Kara est qu’il donnait des choses une interprétation entièrement biologique et naturaliste. De telles interprétations de la maladie existaient en Occident, au rang desquelles des explications humorales de la variole. Celle-ci était typiquement décrite comme une « fermentation du sang ».

33Tournons-nous à présent vers Shitala Devi qui, comme je l’ai mentionné, est la déesse hindoue de la variole. Ceux qui voyaient en elle la cause de la variole considéraient la maladie comme une forme de bénédiction, ou tout du moins d’intervention divine. Les représentations classiques de la déesse la dépeignent chevauchant un âne et portant un panier de graines sur la tête. Les graines ressemblent aux pustules ou aux vésicules de la variole. Dans ces représentations, elle porte également de l’eau à un bras et un balai à l’autre bras. Selon la croyance, lorsque des graines de son panier tombent sur les gens, ceux-ci contractent la variole. Si, pour nettoyer les graines, la déesse rince la personne, alors celle-ci survit. Mais si elle utilise son balai, la personne meurt – il va sans dire qu’il existe des variations autour de ce thème.

34Lorsque quelqu’un contracte la variole, des appels à l’aide sont adressés à la déesse. On procède à la variolisation, durant laquelle des prières rituelles sont récitées. Il est important de souligner ce point. La déesse est vue à la fois comme la cause et le remède de la maladie. Ce double rôle est crucial. Remarquez le parallèle avec la variolisation. La maladie de la variole, au travers du processus de variolisation, mène à son propre antidote, c’est-à-dire à l’immunité.

35L’enchaînement historique des évènements est très utile pour comprendre ce qui s’est passé, en particulier si l’on suspecte que des éléments comme la tradition ont joué un rôle. Ainsi que je le mentionnais, la théorie naturaliste de Madhava date du viiie siècle. Le récit de Shitala Devi date du xvie siècle et ne prit de l’importance qu’au xviiie siècle. Ceci correspond à la période de l’effondrement des royaumes hindous, remplacés par les Moghols, supplantés à leur tour par les Britanniques. Considérant ces dates, laquelle des deux interprétations de la variole doit-elle être considérée comme relevant du savoir traditionnel ? Si l’on prend en compte la longévité, alors la théorie humorale est un meilleur candidat. Mais si l’on met l’accent sur le caractère répandu de la croyance et le rôle qu’elle peut jouer dans la vie spirituelle des gens, c’est alors clairement le récit de Shitala Devi qui doit être considéré comme savoir traditionnel, en dépit de son origine plus récente.

36Une autre manière de considérer ces questions, peut-être meilleure, est de les aborder en termes de contraste entre des croyances sophistiquées d’un côté et des croyances populaires de l’autre. C’est implicitement ce qui est souvent en jeu dans la distinction entre science moderne et savoirs traditionnels. Celle-ci est également souvent assimilée – à tort – à la distinction Europe-Asie (ou Nord-Sud, Occident et le reste, etc.). Le fait est que l’interprétation faite par Madhava-Kara de la variole comme résultant d’humeurs corporelles était plutôt sophistiquée, comparable aux théories humorales ayant fleuri dans l’Europe médiévale. Les explications européennes impliquaient typiquement quatre fluides corporels : le sang, la bile jaune, la bile noire et la lymphe. Madhava-Kara en avait trois : le vent, la bile et les glaires. Dans les deux cas, l’idée générale était que la maladie résultait d’un déséquilibre des humeurs et qu’un régime alimentaire était à même de restaurer l’équilibre.

37Les théories humorales affirment que les problèmes de santé, y compris la variole, sont causés de l’intérieur. L’interprétation de Shitala Devi, à l’instar des théories modernes du germe de la maladie, affirme que les causes de la variole sont à l’extérieur du corps. Bien sûr, le type de cause externe est tout à fait différent : une déesse surnaturelle d’un côté, et un germe (faisant partie de l’ordre naturel) de l’autre. Quoi qu’il en soit, le succès du récit de Shitala Devi est en partie dû à ce qu’il reconnaît une cause extérieure à la maladie.

38Je reconnais employer les termes « naturaliste » et « surnaturel » assez librement. Bien entendu, il faut garder à l’esprit que cela reflète ma propre expérience. Les partisans de Shitala Devi ne feraient pas une telle distinction. Cependant, nous n’avons pas besoin de nous étendre sur ce point étant donné que la clé de la compréhension réside principalement dans la pratique et la politique de la variolisation.

5. Variolisation

39Les origines de la variolisation sont inconnues, mais il est généralement admis que la Chine en est le berceau. En Inde, le culte de Shitala Devi, ainsi que la pratique de la variolisation, étaient courants depuis le xvie siècle, bien qu’ils ne se répandissent véritablement qu’à partir du xviiie siècle, comme je l’ai précédemment mentionné. La variolisation fut diffusée au travers de l’Asie et adoptée dans une bonne partie de l’Europe. Une aristocrate britannique, Lady Montague (1689-1762), qui se trouvait avec son mari diplomate en poste à Constantinople au début du xviiie siècle, fut à ce point impressionnée par la pratique de l’« engrafting » (comme elle l’appelait) qu’elle inocula toute sa famille. Quelques uns des membres de sa famille étaient auparavant morts de la variole. Elle introduisit et promut la pratique en Angleterre, où elle se répandit.

  • 5 Pour une histoire de la controverse de la vaccination en Grande-Bretagne, voir Williamson (2007).

40À la toute fin du xviiie siècle, Jenner découvrit la vaccination, qui constitua une amélioration évidente par rapport à la variolisation. Au milieu du xixe siècle, le gouvernement britannique interdit la variolisation et rendit la vaccination obligatoire, à la fois au Royaume-Uni et en Inde, qui à cette époque était une colonie. Cette politique ne fût bien reçue dans aucun des deux endroits. De violentes réactions eurent lieu en Angleterre, où la vaccination obligatoire fût perçue comme une mesure autoritaire dirigée contre les pauvres5. En Inde, la vaccination forcée rencontra également de violentes résistances. Elle était vue comme une l’imposition d’une nouvelle injustice coloniale. Elle était également perçue comme une attaque envers la déesse hindoue Shitala Devi. Et le fait que le vaccin de la variole soit dérivé des vaches n’arrangea pas les affaires des responsables politiques.

41Des Indiens éduqués et puissants sur le plan politique – avant et après l’indépendance de 1948 – favorisèrent la vaccination. Une fois l’indépendance acquise, la variolisation fût à nouveau interdite, et la vaccination rendue obligatoire, mais les résistances demeurèrent. Il y avait une différence d’opinion significative entre les urbains éduqués et les paysans. Il est possible que ces derniers aient encore considéré les choses sous un angle anticolonial, mais tel n’était pas le cas de Nehru ni des autres dirigeants indiens. Ils étaient très favorables à la modernisation et (heureusement pour eux), après l’indépendance, la modernisation pouvait être rattachée à l’URSS anti-impérialiste, et non aux Britanniques, leurs précédents maîtres coloniaux.

42Il n’est pas besoin d’être marxiste pour se rendre compte que, parfois, les classes dirigeantes de deux pays différents peuvent avoir plus en commun entre elles qu’avec les classes ouvrières de leurs pays respectifs. Les différences de classe surpassent les similarités ethniques et linguistiques. Et de la même manière, les classes ouvrières de pays différents peuvent avoir plus en commun entre elles qu’avec leurs propres classes dirigeantes. Habituellement, la base commune est économique, mais pas dans ce cas. Quoi qu’il en soit, la situation était globalement la même dans ces deux pays lorsque l’on passa à l’éradication de la variole. La classe ouvrière britannique et la paysannerie indienne pratiquaient toutes deux la variolisation et étaient toutes deux fortement opposées aux programmes de vaccination qui leur étaient légalement imposés en Angleterre et en Inde. Et de la même manière, les classes dirigeantes des deux pays partageaient une opinion favorable de la vaccination, bien que ne voyant pas d’un même œil les « bénéfices » de la domination coloniale.

43Dans toute société, qu’elle soit européenne ou asiatique, il est possible d’identifier typiquement une élite éduquée, ou scientifique, une élite religieuse, une classe dirigeante, et la population en général. Bien sûr, il existe également d’autres groupements, mais ce sont ceux précités qui nous intéressent ici. Au fil du temps, ils peuvent tour à tour être en harmonie ou hostiles les uns envers les autres ; les alliances évoluent au fur et à mesure que les conditions changent. Il y a actuellement en Occident une harmonie pratiquement totale en physique. Les gouvernements occidentaux ont consacré de grosses sommes d’argent à la recherche, finançant les projets voulus par les physiciens. Le public peut bien ne rien y entendre, mais il les soutient également. Les programmes scientifiques populaires connaissent un bon accueil, que ce soit à la TV ou dans les journaux. Les spectateurs ont beau dire qu’ils n’y ont rien compris, ils en sortent en exprimant un mélange d’admiration et d’enthousiasme. Et tout le monde apprécie Stephen Hawking. La situation en biologie est semblable dans la plupart des pays développés, excepté aux États-Unis où la moitié du public rejette Darwin. Dès le milieu du xxe siècle, le public occidental avait commencé à voir dans les vaccins en général un extraordinaire bénéfice pour tous. De nombreuses maladies infantiles graves, dont la polio, avaient été maîtrisées. Il y a malheureusement eu récemment une réaction contre la vaccination qui frise l’irrationalité, mais au moment de l’initiative de l’OMS, le public adhérait entièrement au principe de la vaccination.

44Dans la Grande-Bretagne du xixe siècle, la classe dirigeante et l’élite scientifique s’entendaient sur la question des vaccins. Cela suffit pour qu’elles entreprennent une politique d’interdiction de la variolisation et d’obligation des vaccins. Une fois lancée, le reste n’était plus qu’une question de contrainte à exercer, entreprise qui ne fut pas vraiment couronnée de succès. Les choses devinrent nettement plus faciles lorsque le grand public finit par soutenir avec ferveur la politique de vaccination. En Inde, il n’y avait cependant aucun soutien général du programme au moment de l’initiative de l’OMS, en 1967. Les classes scientifique et politique indiennes préféraient la vaccination – pour de bonnes raisons. Cependant, la population en général préférait l’interprétation de Shitala Devi et la pratique de la variolisation – également pour de bonnes raisons, même s’il faut nuancer.

45Lorsque je dis « pour de bonnes raisons », je le pense réellement – dans un cas comme dans l’autre. Les deux procédures conduisent à l’immunité face à la variole. La variolisation est une méthode très performante, bien que, comme nous l’avons mentionné, elle comporte deux inconvénients : les personnes variolisées deviennent pendant une courte période véhicules de la maladie, qu’elles propagent fréquemment, et le taux de mortalité parmi elles est de 2 %. D’un autre côté, elle est reliée à l’Hindouisme, ce qui est important si l’on met l’accent sur l’aspect spirituel du savoir traditionnel. La variolisation et le culte de Shitala Devi étaient intimement liés pour la plupart des paysans indiens.

  • 6 Apffel-Marglin (1990) rejette également l’accusation de superstition dans son article fouillé et in (...)

46En disant cela, je dois souligner le fait que je ne suis adepte d’aucune religion que ce soit, et que je serais heureux de les voir toutes renversées. Mais lorsque l’on institue une mesure de santé publique, telle qu’une vaccination universelle afin d’éradiquer la variole, il est important de perturber le moins possible les autres aspects de l’existence. Et il faut reconnaître que le cas présent est l’un des rares où l’on peut raisonnablement invoquer des éléments empiriques prouvant qu’il existe un lien plausible entre pratique religieuse et bonne santé. Les injonctions religieuses ont évidemment souvent contribué à améliorer l’hygiène alimentaire, et donc la santé, mais les affirmations davantage ciblées de liens spécifiques sont bien moins convaincantes. Il est, par exemple, souvent affirmé que les prières aident le malade à récupérer plus rapidement, mais il n’y a pas la moindre preuve que ce soit le cas. Par contre, ceux qui considèrent que la variolisation et Shitala Devi sont liées peuvent, en faveur de la véracité de leurs croyances religieuses, invoquer des preuves tangibles, comme l’immunité obtenue contre la variole. Fondamentalement, bien sûr, leur argument n’est pas bon, étant donné que la variolisation fonctionne tout aussi bien sans les prières rituelles à Shitala Devi. Plus encore, la vaccination est clairement supérieure, puisqu’elle entraîne la même immunité sans le même niveau d’effets secondaires mortels. Mais ces aspects bénéfiques ne sont pas absolument flagrants lorsque l’on a affaire à des populations de la taille d’un petit village. Sans ces précisions significatives, il serait assez injuste de considérer les tenants du récit de Shitala Devi comme des gens superstitieux, ou de les étiqueter comme pseudo-scientifiques6.

6. Stratégies

47L’implémentation initiale du programme d’éradication impliqua occasionnellement le recours à la force. Une équipe de vaccination investissait un village et vaccinait de force presque tout le monde, adultes et enfants compris. Ce qui suscita un amer ressentiment parmi les populations et eut pour conséquence que le programme d’éradication ne progressa guère durant les premières années. Le changement de politique, de celle de vaccination de masse à celle de surveillance et contrôle, fut déterminant pour le succès final du programme. Les équipes de vaccination n’agissaient plus que lorsqu’une personne infectée était signalée. Un efficace système de récompense fut mis en place afin de s’assurer que tous les cas soient signalés. Toute personne ayant alors été en contact avec la personne infectée était obligatoirement vaccinée. Durant une épidémie, la population était généralement plus réceptive à l’intervention des agents de santé et plus encline à se faire vacciner. Comme tout politicien vous le dira : « Ne jamais laisser une crise se perdre » peut être un sage conseil. De plus, seuls ceux ayant été en contact avec des personnes infectées furent placés en quarantaine et obligés à être vaccinés. Le sentiment d’une campagne brutale et injustifiée fut largement atténué.

48Il y eut également un important changement iconographique ainsi qu’une importante avancée dans la simplicité de la technologie. En lieu et place de Shitala Devi, qui était à la fois cause et remède, la variole fut présentée comme un démon, la cause entièrement mauvaise de la maladie. Le remède se trouvait quant à lui dans l’aiguille bifurquée utilisée pour vacciner.

49L’innovation apportée par l’aiguille bifurquée s’avéra immensément importante. Trempée dans le sérum, elle absorbait exactement la bonne quantité devant être déposée sur la zone de peau égratignée. Quelqu’un pouvait être formé à son utilisation en quelques minutes et aller ensuite vacciner jusqu’à 1 500 personnes par jour. L’aiguille était très peu chère et utilisait beaucoup moins de vaccin que les autres méthodes, réduisant ainsi énormément les coûts. On ne saurait trop louer cette invention toute simple.

50Le passage à la surveillance et au contrôle, le changement d’iconographie, et l’invention de l’aiguille bifurquée ne sont que trois des nombreux ingrédients de la réussite du programme d’éradication en Inde. L’histoire complète est bien sûr riche d’une multitude de détails supplémentaires. Le gouvernement indien dut, par exemple, faire le choix d’investir ses ressources limitées dans la campagne de la variole plutôt que dans le programme anti-malaria, que beaucoup, au Ministère de la santé, considéraient alors comme plus important.

51Un fait particulièrement important – autant sociologique que biologique – concernant la propagation de la maladie rendit viable la stratégie de surveillance et de confinement. La variole n’était pas répartie de manière homogène dans une région, mais avait tendance à être localisée dans certaines poches et à se déplacer ensuite vers d’autres poches. Par exemple, durant l’année 1967, dans une région endémique de l’Inde comportant 2331 villes, seulement 101 villes furent infectées au cours de l’année, et jamais plus de 20 à la fois (OMS, 1980, p. 32). Cet heureux état de fait rendit la stratégie de confinement réalisable d’une manière qui ne l’aurait pas été si la maladie s’était propagée uniformément à travers l’ensemble de la population.

52Il faudrait constamment garder de tels faits à l’esprit lorsque l’on réfléchit à la science moderne ou au savoir traditionnel. La science moderne inclut une part importante de connaissances sociales qui pourraient jouer un rôle significatif dans la résolution de certains problèmes médicaux. Nous avons tendance à nous focaliser sur la prétendue supériorité (ou infériorité) de la science moderne, n’étant attentifs qu’à ses théories médicales, biologiques ou physiques. Ceci conduit à négliger sa dépendance occasionnelle vis-à-vis des sciences sociales, ainsi que son infrastructure administrative et les compétences organisationnelles qui sont les siennes. Ces capacités s’avérèrent toutes immensément importantes pour l’éradication de la variole.

7. Que pouvons-nous conclure ?

53La réussite de l’OMS impliqua de nombreux facteurs, chacun ayant joué un rôle important dans le processus global d’éradication de la variole.

  • La science moderne (occidentale, du Nord)

  • Le savoir traditionnel (local, indigène)

  • La lutte des classes

  • L’impérialisme

  • La guerre froide

  • Les avancées technologiques

  • La coercition

  • Une véritable coopération à l’échelle mondiale.

54Comprendre quels rôles ont joué ces facteurs sera certainement essentiel pour les projets futurs d’éradication tels que celui du sida, de la polio et autres. Mais il faudra cependant prendre en compte d’autres considérations importantes, à la fois nouvelles et différentes. Le sida, par exemple, implique un certain degré de honte qui n’a jamais été associé à la variole, compliquant l’identification des porteurs. Responsabiliser les femmes sera crucial pour combattre cette maladie (bien que très peu pertinent dans le cas de la variole), mais rencontrera une résistance due au sexisme traditionnel. Les préservatifs devraient jouer un rôle majeur, et pourtant de nombreuses organisations religieuses y sont opposées – ceux qui sont tentés de considérer l’Occident comme rationnel et les sociétés traditionnelles comme arriérées devraient garder à l’esprit que l’Église catholique, une grande institution occidentale, a fait énormément de tort au combat contre le sida en Afrique. Les médicaments antiviraux pourraient être grandement bénéfiques, mais les droits de la propriété intellectuelle (les brevets) les en empêchent.

  • 7 Voir les reportages du New York Times :
    http://www.nytimes.com/2012/12/19/world/asia/attackers-in-p (...)

55La polio, par contre, est pratiquement éradiquée. Elle existe actuellement à l’état endémique dans seulement trois pays, le Nigéria, l’Afghanistan et le Pakistan. Le nombre de cas est tombé à quelques centaines par an. Elle devrait très rapidement disparaître, mais le processus de son éradication vient d’accuser un sérieux coup. Au moment où j’écris (mi-décembre 2012), plusieurs agents de la lutte antipolio au Pakistan ont été assassinés au soi-disant motif que la vaccination stériliserait les enfants et ferait partie d’un complot occidental contre les musulmans. Qui plus est, le fait que les États-Unis usèrent d’une fausse campagne de vaccination pour acquérir des informations sur la position de Ben Laden, conduisant à son élimination, n’a pas amélioré la situation. Les campagnes de vaccination légitimes sont à présent devenues suspectes. Actuellement, l’ONU a suspendu la campagne de la polio au Pakistan. Il y a un réel danger que la maladie fasse son retour7.

56Il ne s’agit cependant que de spéculations sur le futur de la polio. Ma préoccupation est ici de comprendre comment la variole a été éradiquée dans les faits, et de tirer les leçons de ce succès. J’avais, dès le départ, soulevé des questions portant sur la relation entre science moderne et savoirs traditionnels. Nous pouvons maintenant tenter d’y apporter des réponses.

57Pourquoi le programme d’éradication a-t-il été un succès ? Il ne fait aucun doute que la campagne de l’OMS a été un succès, et ce bien qu’elle ait été menée dans un ensemble très diversifié de contextes culturels, véhiculant des interprétations de la nature de la maladie tout aussi variées. Comment cela a-t-il pu arriver (tout du moins en Inde, pays qui comptait plus de cas de variole que tout autre) ?

  • 8 Voir le reportage du New York Times : http://www.nytimes.com/2011/09/14/us/politics/republican-cand (...)

58La réponse, telle qu’elle m’apparaît, est que la victoire a été à la fois celle de la raison et du pouvoir politique sur une population récalcitrante mais néanmoins raisonnable. Le gouvernement indien, les fonctionnaires du Ministère indien de la santé et les institutions scientifiques indiennes ont convenu que l’éradication de la variole était à la fois désirable et réalisable au moyen de la vaccination. De plus, le gouvernement indien bénéficiait d’un soutien et d’encouragements internationaux sans faille, ce qui signifiait que le monde ne se montrerait pas trop critique si la politique était parfois implémentée de manière un peu brutale. Ces facteurs sont d’une très grande importance. Nous n’avons qu’à penser à l’attitude de certains gouvernements vis-à-vis du sida, pour voir qu’un tel consensus n’est pas automatique. Il suffit aussi de penser aux discussions autour du virus anti-VPH lors des récentes primaires républicaines aux États-Unis, au cours desquelles de nombreux candidats s’opposaient à la vaccination des écolières en arguant que cela encouragerait le sexe pré-marital8. Les sociétés sous-développées n’ont pas le monopole des manifestations insolites de retard culturel.

59L’interprétation de la variole et de son traitement par le récit de Shitala Devi est-elle une pseudoscience ? Il serait difficile de trouver au récit de Shitala Devi en lui-même beaucoup de vertus. Cependant, relié à la pratique de la variolisation, il semble qu’il bénéficie d’un soutien empirique considérable. Le lien aurait paru parfaitement naturel à beaucoup : Shitala Devi est à la fois la cause et le remède de la variole, et la variolisation a recours à la maladie elle-même pour obtenir l’immunité. Tous ceux à qui l’on inoculait de la matière variolée devenaient immunisés. La population indienne avait suffisamment l’expérience de la variolisation pour le savoir ; c’était un fait bien établi. La situation n’était donc en aucun cas celle d’une doctrine religieuse prévalant sur les faits empiriques. Il serait erroné de qualifier de pseudoscience l’interprétation de la variole offerte par le récit de Shitala Devi.

60Un mot au sujet de l’idée même de pseudoscience, étant donné qu’il s’agit d’une notion problématique. Une manière de caractériser le concept est d’avoir recours à diverses propriétés qu’une théorie possède ou ne possède pas. La conséquence d’une telle caractérisation est que si une théorie est une pseudoscience à un moment donné, elle l’est pour toujours. Ceci a, à son tour, pour conséquence malencontreuse que l’astronomie ptolémaïque, la mécanique newtonienne et l’interprétation de Shitala Devi sont toutes assimilées à des pseudosciences, étant donné que nous savons actuellement qu’elles sont toutes définitivement fausses. Pourtant, il était en leur temps raisonnable de les croire, et chacune bénéficiait d’un appui empirique fort. Un bien meilleur moyen de caractériser une pseudoscience est de le faire contextuellement. Une théorie est pseudoscientifique relativement à une communauté de croyants à un moment donné, s’il existe de solides preuves disponibles démontrant sa fausseté et s’il existe également une théorie bénéficiant d’un meilleur fondement empirique disponible à ce même moment. Ainsi, au xixe siècle, la mécanique newtonienne était-elle une science parfaitement légitime. Mais elle deviendrait une pseudoscience entre les mains de n’importe quel groupe d’individus qui la croirait aujourd’hui, puisque ces individus ont accès aux preuves favorisant indiscutablement la théorie quantique et la relativité.

61De la même manière, l’interprétation de la variole et de son traitement offerte par le récit de Shitala Devi serait une pseudoscience entre les mains de tout groupe qui la croirait, alors qu’il aurait accès à la théorie actuelle de l’origine microbienne de la maladie, ainsi qu’aux preuves sur lesquelles cette théorie se fonde. Les populations de l’Inde rurale, du xviiie siècle jusqu’à l’époque du programme d’éradication, ne disposaient pas de ces preuves. Savoir s’ils y avaient effectivement accès au xxe siècle est assurément une question plus difficile. En particulier, tout élément de preuve fourni par les sources coloniales haïes serait raisonnablement considéré suspect. Ce dont ces populations disposaient était les preuves issues d’une longue tradition de pratique de la variolisation, à l’évidence performante. Il est important de bien souligner la différence entre ce type de croyances et, par exemple, les croyances astrologiques ou la conviction qu’avoir une relation sexuelle avec une vierge peut guérir du sida, croyances qui ne bénéficient d’absolument aucun appui empirique et sont légitimement qualifiées de superstitions ou pseudosciences. Les savoirs traditionnels, tel le récit de Shitala Devi, ne soutiendront pas la comparaison avec la science moderne, mais ce serait une erreur de les considérer comme relevant de la folie humaine.

62Toutes les théories se valent-elles ? Les champions des savoirs traditionnels finissent parfois par penser que toutes les croyances sont vraies de la même façon. Ou, si « vraies de la même façon » n’est pas la bonne tournure, « également légitimes », ou quelque chose dans ce registre. Boghossian, ainsi que nous l’avions noté dès le départ, appelle cela la thèse de « l’égale validité ». D’après lui, la théorie de l’origine microbienne de la maladie n’est ni meilleure ni pire que le récit de Shitala Devi. Une telle vision est appelée relativisme cognitif, et la vérité y est caractérisée comme ce qui est généralement accepté par une communauté. C’est le pendant du relativisme moral, qui considère que ce qui est éthiquement bien ou mal ne l’est que relativement aux normes d’une certaine société. Le relativisme est lié à la construction sociale et souvent pris pour une conséquence de celle-ci. Il énonce que la connaissance (morale, scientifique) est indissociable d’un groupe ou d’une société (« la polygamie est moralement bonne pour eux, mais mauvaise pour nous », « Le Big Bang est une vérité factuelle pour nous, mais pour eux le monde est apparu d’une autre manière, et ils ont aussi raison »). Pour les relativistes, il n’existe pas de bien ou mal moraux, pas de vérité ou fausseté factuelles en dehors de ce qui est accepté par une société donnée. Le vieux dicton « À Rome, fais comme les Romains » ne rend pas complètement justice au relativisme, mais en capture un peu la saveur. La vérité, affirment les relativistes, n’est pas quelque chose de transcendant que nous cherchons tous – puisqu’elle est au contraire en relation avec l’« ici » et le « maintenant », avec les pratiques et les préférences de communautés particulières.

  • 9 Pour plus d’informations sur le relativisme et le constructivisme social, voir Brown (2001).

63Si la doctrine du relativisme (cognitif ou moral) est supposée affirmer qu’en tout temps et en toutes circonstances, chaque opinion vaut n’importe quelle autre, alors c’est évidemment une absurdité. Beaucoup de choses ont été écrites au sujet du relativisme, à la fois cognitif et moral, et je n’ai donc pas besoin d’en rajouter9. La parcelle de vérité qu’il contient est que pour toute thèse, il peut exister des circonstances dans lesquelles il est raisonnable d’y adhérer. C’était vraisemblablement le cas du récit de Shitala Devi au moment du programme d’éradication, ainsi que j’ai tenté de le montrer ci-dessus.

64Que peut apporter l’épistémologie analytique à la compréhension de cet épisode ? La réponse courte est : presque rien. Lorsque des épistémologues analytiques comme Boghossian ou Davidson se tournent vers des systèmes de croyance différents de ceux qui sont actuellement les leurs, ils donnent des explications ne parvenant pas à saisir les véritables questions qui se posent. J’ai défendu ce point dès le départ, et il a été confirmé par l’étude du cas de l’éradication de la variole. Une des leçons à tirer de cette histoire par l’épistémologie contemporaine devrait être d’entrer en contact avec la science réelle (particulièrement son histoire) et avec des changements réels de systèmes de croyances substantiels. L’analyse conceptuelle de concepts banals ne renferme aucune valeur durable.

65Qu’en est-il de la « science bien ordonnée » de Kitcher ? Philip Kitcher (2001, 2011) a proposé une vision de la science qui prend en compte les opinions des citoyens ordinaires. Il se préoccupe, et à juste titre, de la capacité de la science à mieux servir la société et a proposé quelques pistes pour y parvenir. Une science bien ordonnée aurait, selon lui, des objectifs à la fois épistémiques et sociaux et promouvrait un bien-être général, collectif. Cela semble à première vue prometteur. Je n’ai pas inclus Kitcher dans ma précédente discussion à propos de Boghossian et Davidson, car Kitcher n’est pas particulièrement intéressé par les différentes cultures et leurs systèmes de croyance. Mais son point de vue peut s’avérer pertinent dans de tels cas de figure, justifiant la présente brève discussion.

66Un ingrédient-clé de la science bien ordonnée est un groupe de décideurs constitué de citoyens « éduqués ». Ceux-ci sont des personnes ordinaires qui représentent le public en général, et non les scientifiques, et qui ont, dans une certaine mesure, été éduquées sur des sujets scientifiques. Ce sont eux qui fixent les objectifs et les priorités de la science. Voilà l’aspect admirablement démocratique de sa proposition. Malheureusement, il est difficile de voir comment des citoyens éduqués seraient à même de prendre des décisions dans le cas de la variole. Des citoyens occidentaux éduqués pourraient fixer une certaine marche à suivre, tandis que des citoyens éduqués indiens en fixeraient une autre très différente. Nous pourrions bien sûr insister pour que les Indiens soient éduqués à la science moderne, mais cela pose inévitablement la question du récit de Shitala Devi. L’idéal de Kitcher n’est pas prêt à être confronté à ce genre de situation. Nous pourrions présumer qu’à long terme les opinions convergeront. Les différentes communautés, avec leurs différentes croyances, résorberont progressivement leurs différences et s’accorderont sur une unique vision de la nature de la variole et des moyens de la traiter. Mais ceci prend du temps, beaucoup de temps, ce qui nous amène naturellement à la question suivante.

67Qu’en est-il du temps et de la tolérance ? La plupart des gens éclairés sont tolérants vis-à-vis des opinions des autres, spécialement si ces opinions sont en rapport avec des croyances religieuses. Nous n’avons pas envie d’imposer nos idées aux autres par la force. La tolérance est souvent accompagnée par la conviction que les autres finiront par voir les vertus de nos croyances et les adopteront sur le long terme. Les tenants de la vision moderne de la variole sont tellement confiants (qu’elle est causée par un virus et qu’elle doit être traitée par la vaccination) qu’ils n’ont aucun doute que les personnes raisonnables ayant une autre opinion finiront par se ranger à celle-ci. Mais c’est à ce moment que l’esprit de tolérance et la conviction d’une convergence graduelle des croyances nous dessert. Premièrement, attendre pour essayer d’éduquer et de persuader implique que chaque année des millions de personnes mourront. Le temps importe donc. Deuxièmement, laisser les gens se désengager d’un tel programme signifie qu’il échouera. L’éradication requiert une participation universelle, elle ne peut être basée sur le volontariat. Permettre de s’en désengager pour des raisons religieuses ou autres implique que la maladie ne sera pas éliminée. Si nous avons trop d’aversion pour la violence et le piétinement des sensibilités religieuses et culturelles des populations, nous ferions mieux de ne pas lancer de tels programmes. Inversement, si nous pensons que l’éradication de la variole est une activité louable, alors l’usage de la force doit être considéré comme très vraisemblablement inévitable. Nous savons à quoi nous attendre lors de nos futures entreprises.

  • 10 Voir Hopkins (2013) pour une récente étude des perspectives et des problèmes de cinq maladies qui p (...)

68L’éradication de la variole est une fantastique réussite, dont l’ensemble de l’humanité peut être fière. Il y a des leçons à en tirer pour l’épistémologie et d’autres pour la politique. Je souhaiterais que ce soient des leçons qui puissent être directement appliquées à l’éradication de la polio ou de la maladie du ver de Guinée, mais elles ne peuvent être transférées si facilement, étant donné que ce qui importe souvent le plus sont les conditions locales10. Les visions standard de la connaissance offertes par l’épistémologie analytique contemporaine échouent à rendre justice à de telles situations. Au lieu d’être armés des canons habituels de la preuve que nous pouvons imposer à toute personne dans toute situation, nous nous retrouvons à devoir faire de l’épistémologie à la volée. Loin de permettre de convaincre les gens à partir de preuves, le manque de temps requiert une action rapide qui peut, à son tour, nécessiter de la pure et simple coercition. Je n’ai fait qu’effleurer la surface. Si nous savions mieux faire de l’épistémologie sur le tas, nous saurions peut-être mieux comment aboutir au résultat désiré sans avoir recours à la force. Mais ceci nécessite encore beaucoup de travail.

Bibliographie

Bibliographie

Apffel-Marglin F. (1990). Smallpox in Two Systems of Knowledge. In F. Apffel-Marglin and Stephen, A. Marglin (eds) Dominating Knowledge : Development, Culture, and Resistance. Oxford : Clarendon, 102-144.

Bala A. (2006). Dialogue of Civilizations and the Birth of Modern Science. London : Palgrave.

Bhattacharya S. (2007). Struggling to a Monumental Triumph : Re-Assessing the Final Phases of the Smallpox Eradication Program in India, 1960-1980. História, Ciências, Saúde Manguinhos, 14 (4), 1113-1129.

Boghossian P. (2006). Fear of Knowledge : Against Relativism and Constructivism. Oxford : Oxford University Press.

Brown J.R. (2001). Who Rules in Science : An Opinionated Introduction to the Wars. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Brown J.R. (2012). Traditional Knowledge and the Smallpox Eradication Campaign. In Arun Bala (ed.) Asia, Europe and the Emergence of Modern Science : Knowledge Crossing Boundaries. Palgrave.

Davidson D. (1973). The Very Idea of a Conceptual Scheme. Proceedings and Addresses of the American Philosophical Association, vol. 47, 5-20.

Finer K.R. (2004) Smallpox. Philadelphia : Chelsea House.

Glynn I., Glynn J. (2004). The Life and Death of Smallpox. London : Profile Books.

Henderson D.A. (1980). Smallpox Eradication. Public Health Reports, 95 (5), 422-426.

Hopkins D.R. (2002). The Greatest Killer : Smallpox in History. Chicago : University of Chicago Press.

Hopkins D.R. (2013). Disease Eradication. New England Journal of Medicine, jan. 3, 54-63.

Hopkins J.W. (1989). The Eradication of Smallpox : Organizational Learning and Innovation in International Health. Boulder and San Francisco : Westview Press.

Kitcher P. (2001). Science, Truth, and Democracy. Oxford : Oxford University Press.

Kitcher P. (2011). Science in a Democratic Society. Buffalo, NY : Prometheus Books.

Koplow D.A. (2003). Smallpox : The Fight to Eradicate a Global Scourge. Berkeley, CA : University of California Press.

Naraindas H. (2003). Crisis, Charisma and Triage : Extirpating the Pox. Indian Economic & Social History Review, 40 (4), 425-457.

Nicholas R.W. (1981). The Goddess Sitala and Epidemic Smallpox in Bengal. Journal of Asian studies, 41 (1), 21-44.

OMS (1980). The Global Eradication of Smallpox : Final Report of the Global Commission for the Certification of Smallpox Eradication. Geneva.

Williamson S. (2007). The Vaccination Controversy : The Rise, Reign and Fall of Compulsory Vaccination for Smallpox. Liverpool : Liverpool University Press.

Wujastyk D. (1995). Medicine in India. In J. Val Alphen (ed.), Oriental Medicine : An Illustrated Guide to the Asian arts of Healing. London : Serindia.

Wujastyk D. (2001). ‘A Pious Fraud’ : The Indian Claims for Pre-Jennerian Smallpox Vaccination. In Gerrit J. Meulenbeld, D. Wujastyk (eds) Studies on Indian Medical History. Delhi : Motilal Banarsidass Pub.

Notes

1 Cet article emprunte des éléments d’un précédent travail (Brown, 2012), mais développe des thèmes seulement effleurés ou absolument non discutés.

2 Les virus en tant que tels ne furent découverts qu’au xxe siècle.

3 Les visions de la nature du virus de la variole, l’histoire de sa propagation et de la façon dont nous l’avons éradiqué peuvent être trouvées dans Finer (2004), Glynn et Glynn (2004), Hopkins (2002) et OMS (1980).

4 Le programme d’éradication est décrit dans OMS (1980), Henderson (1980), Bhattacharya (2007), Koplow (2003), Naraindas (2003), Nicholas (1981) et Wujastyk (1995, 2001).

5 Pour une histoire de la controverse de la vaccination en Grande-Bretagne, voir Williamson (2007).

6 Apffel-Marglin (1990) rejette également l’accusation de superstition dans son article fouillé et informatif. Cependant, je pense qu’elle confond deux choses : son aversion pour la politique gouvernementale brutale (qu’elle prend pour une lutte des classes), et son opposition aux visions « logocentriques » qu’elle identifie comme typiques de la science occidentale. C’est une expression du relativisme moral et cognitif.

7 Voir les reportages du New York Times :
http://www.nytimes.com/2012/12/19/world/asia/attackers-in-pakistan-kill-anti-polio-workers.html?_r=0 http://www.nytimes.com/2012/12/20/world/asia/un-suspends-immunization-work-in-pakistan.html http://www.nytimes.com/2012/12/25/world/health/getting-polio-campaigns-back-on-track.html?partner=rss&emc=rss&_r=0

8 Voir le reportage du New York Times : http://www.nytimes.com/2011/09/14/us/politics/republican-candidates-battle-over-hpv-vaccine.html

9 Pour plus d’informations sur le relativisme et le constructivisme social, voir Brown (2001).

10 Voir Hopkins (2013) pour une récente étude des perspectives et des problèmes de cinq maladies qui pourraient être éradiquées dans le futur.

Auteur

Professeur de philosophie à l’Université de Toronto. Ses intérêts de recherche couvrent un large domaine en philosophie des sciences et des mathématiques : les expériences de pensée, les fondements des mathématiques et de la physique, les raisonnements visuels et les questions concernant le rapport science et société, tel que le rôle de la commercialisation dans la recherche médicale. Il a, entre autres, publié The Rational and the Social (Routledge 1989), The Laboratory of the Mind : Thought Experiments in the Natural Science (Routledge 1991/2010), Smoke and Mirrors : How Science Reflects Reality (Routledge 1994), Philosophy of Mathematics : An Introduction to the World of Proofs and Pictures (Routledge 1999/2008), Who Rules in Science : A Guide to the Wars (Harvard 2001), Platonism, Naturalism and Mathematical Knowledge (Routledge 2012). Il est membre élu de la Société Royale du Canada, de l’Académie des sciences d’Allemagne (Leopoldina) et de l’Académie Internationale de Philosophie des Sciences.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search