Version classiqueVersion mobile

Science, philosophie, société

 | 
Alexandre Guay
, 
Stéphanie Ruphy

Les auteurs

Texte intégral

1 James Robert Brown est professeur de philosophie à l’Université de Toronto. Ses intérêts de recherche couvrent un large domaine en philosophie des sciences et des mathématiques : les expériences de pensée, les fondements des mathématiques et de la physique, les raisonnements visuels et les questions concernant le rapport science et société, tel que le rôle de la commercialisation dans la recherche médicale. Il a, entre autres, publié The Rational and the Social (Routledge 1989), The Laboratory of the Mind : Thought Experiments in the Natural Science (Routledge 1991/2010), Smoke and Mirrors : How Science Reflects Reality (Routledge 1994), Philosophy of Mathematics : An Introduction to the World of Proofs and Pictures (Routledge 1999/2008), Who Rules in Science : A Guide to the Wars (Harvard 2001), Platonism, Naturalism and Mathematical Knowledge (Routledge 2012). Il est membre élu de la Société Royale du Canada, de l’Académie des sciences d’Allemagne (Leopoldina) et de l’Académie Internationale de Philosophie des Sciences.

2 Jean-Marie Chevalier est chargé de cours à l’UPEC. Spécialiste de la pensée de Charles S. Peirce, il travaille à des questions de philosophie de la logique et de philosophie de l’esprit, en particulier en relation avec la psychologie du raisonnement, dans le but d’élaborer une théorie de la pensée respectueuse à la fois de la contingence et de la normativité du mental. Il a publié des articles portant notamment sur Peirce et le pragmatisme, et deux livres : L’Empreinte du monde aux éditions Ithaque et Qu’est-ce que raisonner ? chez Vrin.

3 Élodie Giroux est maître de conférences en philosophie des sciences à la Faculté de philosophie de l’Université Jean-Moulin Lyon 3 et membre de l’Institut de recherches philosophiques de Lyon (EA 4187). Ses travaux relèvent essentiellement de l’histoire et de la philosophie de la médecine. Ils portent sur l’épidémiologie des facteurs de risque, la définition de la santé et de la maladie et la médecine personnalisée. Dernières publications : Élodie Giroux (dir.), Naturalism in the Philosophy of Health : Issues and Implications, Springer, Switzerland, 2016 ; « Epidemiology and the biostatistical theory of disease : a challenging perspective », Theoretical Medicine and Bioethics, 2015, 36, p. 175-195 ; « Risk factors and causality in epidemiology », in Huneman, Lambert, Silberstein, (dir.) Classification, disease and evidence. Dordrecht : Springer, 2014, p. 179-192 ; « The Framingham study and the constitution of a restrictive concept of risk factor », Social History of Medicine, 2013, 26, (1), p. 94-112.

4 Julie Jebeile est philosophe des sciences. Sa thèse de doctorat, réalisée à l’IHPST et soutenue en 2013, porte sur la compréhension scientifique par la modélisation. Julie Jebeile a par ailleurs développé un intérêt pour les problèmes d’ordre épistémologique relatifs à la distribution des savoirs dans les groupes épistémiques et les étudie en particulier à travers l’exemple du nucléaire civil, domaine qu’elle connaît bien pour y avoir travaillé comme ingénieur.

5 Janet Kourany est professeure de philosophie et d’études de genre à l’université de Notre Dame (Indiana) où elle est membre du Reilly Center for Science, Technology, and Values. Ses domaines de recherche incluent la philosophie des sciences, la relation entre science et valeurs sociales, la philosophie féministe et le nouveau domaine interdisciplinaire des études de l’ignorance. Elle rédige en ce moment un nouveau livre : Forbidden Knowledge : The Social Construction and Management of Ignorance.

6 Ronan Le Roux est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris-Est Créteil (EA 4395 « Lettres, Idées, Savoirs »/ UMR 7219 Sphere). Ses travaux ont concerné certaines interfaces entre philosophie des techniques et histoire, philosophie et sociologie des sciences ; ainsi, dans un cadre post-doctoral, ses recherches ont porté sur certains enjeux des « big data » dans les plates-formes instrumentales post-génomiques. Quelques publications : « A Matter of Accuracy. Nanobiochips in Diagnostics and in Research : Ethical Issues as Value Trade-Offs », Science and Engineering Ethics, Springer, vol. 21, n° 2, 2015, p. 343-358. « Rise of the Machines. Challenging Comte’s Legacy with Mechanology, Cybernetics, and the Heuristic Values of Machines », in B. Bensaude-Vincent, X. Guchet, S. Loève (dir.), French Philosophy of Technology. Historical Insights and Current Issues, Springer (à paraître). Le Roux R., Lamy J., « Situer l’innovation ? Le concept de cluster, un outil performatif pour transformer la recherche publique », in I. Sainsaulieu, A. Saint-Martin (dir.), L’ innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, idéologies, Vulaines-sur-Seine : Editions du Croquant, 2017, 89-110. « À propos des buzzwords scientifiques et techniques », Carnet Zilsel, 28 juin 2014, http://zilsel.hypotheses.org/​973.

7Kent A. Peacock est professeur de philosophie à l’Université de Lethbridge en Alberta, Canada. Il a complété son doctorat, sur les tensions entre la relativité et la physique quantique, en 1991. Il a publié en philosophie de la physique, en philosophie de l’écologie et en philosophie environnemental. Sa prochaine publication portera sur la logique symbolique. Il considère le changement climatique comme le plus grand défi de notre époque.

8 Stéphanie Ruphy est professeure de philosophie des sciences, directrice du laboratoire Philosophie, pratiques et langages (PPL – EA 3699) et vice-présidente en charge de l’interdisciplinarité de l’Université Grenoble Alpes. Ses recherches relèvent de la philosophie générale des sciences et portent principalement sur le débat unité-pluralité des sciences, sur l’épistémologie des modèles et des simulations numériques, sur la métaphysique des sciences et sur le rôle des valeurs en science. Elle s’intéresse également à des questions de politique scientifique et coordonne le projet ANR Democrasci (Fondements épistémologiques et principes d’une démocratisation de la gouvernance de la science). Dernier ouvrage paru : Scientific Pluralism Reconsidered, A New Approach to the (Dis) Unity of Science, Pittsburgh University Press, 2016. www.stephanieruphy.com

9 Stephen Turner est professeur de philosophie éminent à l’Université de la Floride du sud. Ses publications incluent Liberal Democracy 3.0 : Civil Society in an Age of Experts (Sage publications) et plusieurs anthologies d’essais, dont Understanding the Tacit (Routledge) et The Politics of Expertise (Routledge).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search