Version classiqueVersion mobile

Risque et expertise

 | 
Alexandre Guay

Commentaires et questions. Quelle science pour quelle gestion des risques ?

Emmanuel Henry

Texte intégral

1L’objectif du texte de Sven Ove Hansson est de déterminer dans quelle mesure il est possible de modifier les données mobilisées dans le processus de décision publique sans altérer la qualité de ce qu’il désigne comme le « corpus scientifique », c’est-à-dire les données formant l’ensemble des connaissances reconnues comme ayant le statut de données scientifiques.

2Ce texte, très intéressant et très rigoureux dans l’analyse qu’il propose, permet d’apprécier la façon dont l’auteur discute des points théoriques importants à partir d’exemples très concrets, à partir de situations que tout un chacun peut comprendre et appréhender. J’avais déjà apprécié cette qualité dans la réflexion et l’écriture de Sven Ove Hansson lorsque j’avais lu un de ses ouvrages précédents sur les valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP) (Hansson, 1998a).

3Le regard que je vais porter sur ce texte est un regard de sociologue et de politiste. Je ne suis pas philosophe et n’entrerai donc pas sur le terrain de la réflexion sur les concepts philosophiques développés par Sven Ove Hansson. Cependant, je profiterai de son intérêt pour les mises en situation du savoir et de la décision pour les confronter aux dernières réflexions qui traversent le champ de la sociologie des sciences et de la sociologie de l’action publique.

4Je travaille en effet aussi sur les questions de risque mais d’un point de vue de sociologie des sciences et de sociologie de l’action publique. Dans la construction de mes propres objets de recherche, je trouve les réflexions philosophiques toujours très utiles et j’espère que mes réflexions, issues des sciences sociales, pourront apporter un regard complémentaire à ces réflexions de philosophie.

5Dans cette discussion, je développerai trois séries de questions qui sont autant d’invitations à approfondir la discussion ouverte par Sven Ove Hansson dans son texte.

Vers une définition de la science prenant mieux en compte les réalités sociales

6Le premier axe de réflexion se situe sur le point de ce qu’est la science, à savoir comment définir la science et les connaissances scientifiques. Sven Ove Hansson propose une définition de la science que l’on peut qualifier non pas d’internaliste (qui s’appuierait sur des règles liées aux modalités de production des connaissances comme le critère de falsification poppérien) mais externaliste, donc plutôt en fonction des besoins de la société à un moment donné. Je résume sa définition : la science est la pratique sociale qui nous fournit les assertions les plus vérifiées sur les sujets concernant la nature ou nos sociétés.

La science (au sens large) est la pratique qui nous fournit les informations les plus fiables (c’est-à-dire épistémiquement les plus sûres) qui puissent être obtenues, à l’heure actuelle, sur le sujet couvert par la communauté des disciplines de la connaissance, c’est-à-dire sur la nature, sur nous-mêmes en tant qu’êtres humains, nos sociétés, nos constructions physiques et nos constructions mentales.

7Dans un autre extrait, il affirme : « la fonction de la science est de nous fournir des connaissances communes et valables à propos du monde dans lequel nous vivons ».

8La question que je voudrais poser, c’est dans quelle mesure, cette définition à laquelle je serais très heureux de pouvoir adhérer, n’est pas une définition un peu idéalisée, ou pour le dire autrement, est-ce qu’il ne faudrait pas proposer une définition qui intègre mieux les réalités sociales de la science contemporaine et donc prenne mieux en compte ses limites ?

9Comme cela a été montré par de nombreux travaux de sociologie des sciences, les sciences ne se calent pas automatiquement sur les besoins de l’ensemble de la société. Au contraire, le développement des connaissances scientifiques a tendance à suivre certains intérêts politiques ou économiques, que ce soit la recherche de démonstration de puissance nationale ou la poursuite d’intérêts économiques (Pestre, 2004 ; Frickel et Moore, 2006). Ainsi, le formidable développement de la chimie s’appuie sur de très importants intérêts industriels alors que le très faible développement de la « chimie verte », plus respectueuse des ressources et s’appuyant moins sur les ressources issues de matériaux fossiles s’explique par l’absence d’encouragements économiques. Or, le non-développement ou le très faible développement de la « chimie verte » a des conséquences sur le degré d’institutionnalisation des disciplines scientifiques, et donc sur le degré de reconnaissance des connaissances qu’elles produisent. En simplifiant à l’extrême, de la même manière qu’une religion peut être définie comme une secte qui a réussi, une science est de la même manière une mobilisation, un mouvement d’action collective pour redéfinir un domaine de connaissances, mobilisation qui a réussi à s’institutionnaliser dans des sociétés savantes et à créer des revues scientifiques reconnues (Frickel, 2004 ; Woodhouse et Breyman, 2005 ; Woodhouse, 2006).

10Dans le cas de nombreux toxiques (qu’ils soient professionnels ou environnementaux), on se trouve face à ce que des sociologues des sciences ont désigné comme de la undone science, c’est-à-dire des connaissances qui seraient utiles à certains acteurs sociaux ou à certains mouvements d’action collective mais qui n’ont pas été produites car ne rencontrant pas un intérêt économique ou politique suffisant pour engager des ressources importantes dans ce sens (Woodhouse et al., 2002 ; Hess, 2007). Le cas de l’expertise scientifique dans le domaine des risques professionnels est sans doute le plus net puisque dans ces domaines, les industriels maîtrisent particulièrement bien le processus de production de données (Henry, 2017). La question que soulève ce texte est alors la suivante : étant donné les inégalités structurelles de ressources qui caractérisent les relations entre les organisations syndicales (ou plus largement les organisations non-gouvernementales et, bien que dans une moindre mesure, les États) et les industriels, est-ce qu’une définition si optimiste de la science rend bien compte de la réalité ou est-ce qu’il ne faudrait pas spécifier plus systématiquement à quels intérêts répondent les développements des principales disciplines scientifiques et quels intérêts elles ont tendance à prendre en compte de façon moins prioritaire ?

11En d’autres termes, est-ce que les disciplines scientifiques aujourd’hui rassemblent effectivement l’ensemble des connaissances utiles à une société ou est-ce que les connaissances labellisées comme scientifiques ne représentent pas certains savoirs correspondant avant tout à aux intérêts de groupes sociaux spécifiques dans la société ?

Ignorance et non-production de connaissance

12Depuis plusieurs années maintenant, de nombreuses réflexions se sont développées autour de l’ignorance et plus précisément de la production d’ignorance dans le domaine des sciences studies. Sven Ove Hansson évoque ces travaux en parlant du livre sur les « marchands de doute » mais on peut évoquer aussi les recherches effectuées par Robert Proctor à partir de la notion d’agnotologie (Oreskes et Conway, 2010 ; Proctor et Schiebinger, 2008).

13La thèse développée par ces travaux est que, en abordant la question des sciences, on pense toujours à la question des connaissances et de leur production, c’est ce que Sven Ove Hansson évoque à travers son interrogation sur le corpus scientifique et la question des conditions pour qu’une connaissance intègre le corpus des connaissances scientifiques admises ou légitimes. Or, la question que posent selon moi les recherches autour de l’agnotologie et de la production d’ignorance, c’est dans quelle mesure, l’ignorance peut être seulement analysée comme l’absence de connaissance. Pour poser la question autrement, comment interroger les logiques de production d’ignorance en tant que telles ?

14Pour reprendre l’exemple des additifs dans l’alimentation des nourrissons (mais le problème est assez proche de celui, bien réel, du Bisphénol A et des perturbateurs endocriniens), la question n’est pas tout à fait la même si elle se résume à suivre une lente accumulation de connaissances qui vont progressivement permettre, à force d’accumulation de données allant dans le sens de la démonstration de la dangerosité d’un produit, de réguler la substance incriminée ; ou si elle renvoie à des stratégies industrielles ou plus largement d’acteurs ayant de forts intérêts économiques en jeu, pour ralentir la production de connaissances, voire pour produire des controverses factices, du doute ou de l’ignorance.

15De la même manière que des travaux ont bien renseigné le travail des industriels dans le domaine du tabac pour orienter les recherches scientifiques dans les directions les moins problématiques pour eux (Proctor, 2011 ; Michaels, 2008), on dispose aujourd’hui de travaux d’historiens s’appuyant sur des archives judiciaires qui démontrent des pratiques similaires notamment pour l’amiante, le chlorure de vinyle monomère, le plomb ou la silice (McCulloch et Tweedale, 2008 ; Markowitz et Rosner, 2002 ; Rosner et Markowitz, 2006).

16La question que j’aimerais poser ici, c’est dans quelle mesure les réflexions développées dans le texte de Sven Ove Hansson, qui se basent quand même sur une représentation de la science comme accumulation de connaissances, peuvent intégrer cette dimension du problème.

17Pour aller plus loin encore, je pense qu’il faut encore dépasser les approches au moins implicites dans les réflexions sur l’agnotologie qui supposent une intentionnalité de certains acteurs (producteurs de tabac, d’amiante ou d’autres toxiques professionnels) dans le but de créer des poches artificielles de controverses, de doute ou d’ignorance pour aller au-delà et réfléchir en termes de connaissances non produites (undone science), simplement parce que les intérêts des acteurs concernés ne sont pas en mesure d’influer sur les orientations des politiques scientifiques. Dans ces cas de figure, on ne se situe pas dans le cas d’acteurs (les industriels le plus souvent) qui chercheraient à étouffer dans l’œuf la production de connaissances mais tout simplement d’études qui ne se mettent pas en place faute de financement ou d’accès aux terrains d’études. On pense ici à toutes les études de toxicité ou aux études épidémiologiques qui pourraient sembler nécessaires d’un point de vue de santé publique pour étudier les dangers de nombreux toxiques professionnels, mais qui ne sont pas mises en œuvre parce qu’elles nécessitent l’accord des industriels concernés.

18Là encore, ma question peut se formuler de la manière suivante : dans quelle mesure le caractère biaisé (par différentes sortes d’intérêts entendus au sens large) des connaissances scientifiques ne remet-il pas en cause le modèle linéaire entre connaissances scientifiques et décision publique (y compris en lui adjoignant la possibilité d’un court-circuit tel qu’il est évoqué dans le texte) ?

Y a-t-il vraiment continuité entre augmentation du corpus des connaissances scientifiques et qualité de la décision publique ?

19Dans l’exemple des valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP) sur lequel Sven Ove Hansson a travaillé (1998a), il insiste sur les effets différenciés de deux sortes d’erreurs qui peuvent affecter la recherche sur la toxicité d’un produit suivant que l’on se place du point de vue de l’univers scientifique ou de celui de la régulation. L’erreur de type I (faux positif) est l’assertion selon laquelle un produit est toxique alors qu’il ne l’est pas. L’erreur de type II (faux négatif) est l’assertion selon laquelle un produit n’est pas dangereux alors qu’il l’est en réalité. Du point de vue de la production des connaissances, l’erreur de type I est de loin la plus grave car elle démontre une erreur d’expérimentation ou de protocole et conduit à orienter les recherches dans une mauvaise direction. L’erreur de type II, si elle se situe dans un processus de recherche, est au contraire une erreur beaucoup moins grave car elle peut être amenée à évoluer au fur et à mesure où des données s’accumulent pour infirmer cette hypothèse de non-toxicité. Dans un processus de recherche scientifique, on peut même discuter du fait que les erreurs de type II soient à proprement parler des erreurs. En revanche du point de vue de la régulation d’activités dangereuses, le degré de gravité de ces deux types d’erreurs est littéralement inversé puisque sous-estimer la toxicité d’un matériau peut conduire à des mesures de protection insuffisantes et avoir des effets dommageables sur la population exposée.

20On a donc une opposition presque trait pour trait de la logique de la charge de la preuve dans une optique de recherche scientifique ou dans celle de la régulation des risques. « Any ethically defensible standard of the burden of proof for regulatory applications will have to differ significantly from the burden of proof that prevails in toxicology for purely scientific purposes » (Ibid., p. 8). Ainsi, comme le souligne Sven Ove Hansson, la logique de la recherche scientifique (qui cherche en premier lieu à éviter les erreurs de type I) peut produire des effets extrêmement contre-productifs si on laisse des chercheurs fonctionner selon cette logique dans des enceintes à visée réglementaire. « By applying standard scientific criteria out of context, a scientist can become an unwilling ally of policies that run counter to the interests of public health » (Ibid., p. 8-9).

21La question, peut-être un peu pessimiste, mais qui me semble indispensable à poser est la suivante : est-ce bien raisonnable de se fonder sur une approche scientifique pour fonder des décisions publiques ? Je suis volontairement un peu provocateur mais on peut se demander si on ne devrait pas aujourd’hui réévaluer le rôle dévolu à la science dans les processus de décision publique, notamment face aux risques sanitaires et environnementaux. Si on retrace l’histoire sociale du « risk assessment » et du recours croissant à la science pour développer ces activités de régulation, on peut se demander dans quelle mesure les connaissances scientifiques (mais il faudrait sans doute spécifier en évoquant plutôt la science réglementaire, Salter, Levy et Leiss, 1988 ; Jasanoff, 1990) a vraiment été utile pour encadrer les activités dangereuses. Le doute est permis devant l’accumulation des exemples : additifs alimentaires, nucléaire, perturbateurs endocriniens, toxiques professionnels comme l’amiante ou la silice, etc.

22Dans quelle mesure l’invention de dispositifs de régulation des risques adossés aux connaissances scientifiques a servi effectivement à protéger les populations ou à légitimer des pratiques industrielles dangereuses ? Cette question est d’autant plus à poser que la régulation par des outils scientifiques a surtout été exigée par certains industriels comme dans le cas des doses journalières acceptables dans l’alimentation (Jas, 2013) ou avec les procès aux États-Unis autour des VLEP dans les années 1970-1980 (Brickman, Jasanoff et Ilgen, 1985). De plus, certains travaux récents mettent en évidence comment le fonctionnement des agences de régulation des risques produisent elles-mêmes de l’ignorance en focalisant sur certains toxiques (ceux pour lesquels on a été capables de calculer des valeurs de gestion), conduisant de fait à focaliser l’action publique sur certains risques et donc à en occulter d’autres (Frickel et Vincent, 2007 ; Frickel et Edwards, 2013).

23Bref, mon objectif n’est pas de dire qu’il faut revenir à des modalités de gestion des risques qui devraient faire abstraction de la science mais de souligner que l’importation dans la décision publique et la régulation des risques d’outils élaborés dans une optique de production de connaissances ne va pas de soi et qu’il serait nécessaire de mieux s’interroger sur les effets de ces transferts sans postuler a priori de leur valeur positive.

24Voici donc les points sur lesquels je suis très curieux d’avoir l’avis de Sven Ove Hansson à partir d’un texte et d’une série de travaux menés par ce chercheur dont les réflexions m’ont beaucoup aidé à affiner ma propre réflexion en sociologie des sciences et de l’action publique.

Auteur

Professeur à l’Université Paris-Dauphine, PSL Research University, chercheur au sein de l’IRISSO. Ses recherches mettent en oeuvre une sociologie de l’action publique attentive aux inégalités sociales et aux rapports de pouvoir à travers l’étude de différents enjeux de santé publique (santé environnementale et santé au travail), principalement sous l’angle des rapports entre savoirs (et ignorance) scientifiques, expertise et (in-) action publique. Il vient de publier Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail aux presses de Sciences Po et vient de coordonner un projet de recherche sur l’expertise scientifique ayant abouti à la publication d’un Dictionnaire critique de l’expertise toujours aux presses de Sciences Po.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search