Version classiqueVersion mobile

Risque et expertise

 | 
Alexandre Guay

Réponses

Marc Fleurbaey

Texte intégral

1Les commentaires de Mikaël Cozic sont très pertinents et permettent de compléter utilement la présentation. Je vais m’efforcer d’y répondre, en suivant l’ordre des points soulevés. 0. La justification d’une certaine prise en compte de l’équité dans l’évaluation de l’état de la société n’est pas difficile, vraisemblablement, car c’est un souci généralement répandu aussi bien dans la littérature académique que dans le débat public. En revanche, chaque principe d’équité particulier demande à être expertisé et défendu, et cela ne peut pas être complètement séparé de l’étude de son introduction dans l’évaluation en combinaison avec d’autres principes. C’est souvent l’impossibilité de combiner des principes a priori séduisants qui oblige l’analyste à réviser ses vues et à soupeser la valeur relative des différents principes. En résumé, chercher à comprendre comment on peut introduire des principes d’équité dans des critères normatifs est une partie importante de la tâche d’évaluation des principes eux-mêmes.

21. Le fait que les conséquences richement décrites – en incluant dans la description la procédure aléatoire (ou non) qui les a produites – ne peuvent pas être arbitrairement recombinées dans des loteries est précisément le mécanisme par lequel le pouvoir des axiomes est affaibli. Je voudrais seulement ajouter que la perte de pouvoir des axiomes est une mauvaise nouvelle principalement pour le concepteur de théorèmes. Pour l’éthicien, c’est une excellente nouvelle, car cela signifie qu’il devient plus facile de satisfaire les différents principes et de les combiner. Par exemple, avec la description enrichie des conséquences, on peut respecter le principe de dominance stochastique tout en ayant un souci pour l’égalité dans la répartition des chances ex ante. Voici une bonne nouvelle. Que la dominance stochastique sur les conséquences enrichies n’impose presque plus de contrainte sur le critère est décevant pour celui qui veut isoler un critère unique, mais non pour celui qui veut prendre une décision acceptable ou faire une évaluation raisonnable.

32. La robustesse de l’unanimité vis-à-vis de l’apprentissage de l’état de la nature est utilisée pour sélectionner les cas où le principe de Pareto est acceptable, et identifie deux cas saillants : l’absence de risque, et l’égalité ex post dans chaque état possible. Le fait que l’observateur ait seulement besoin de connaître la distribution du bien-être est utilisé pour identifier le cas où le principe de Pareto est le plus douteux : lorsque la distribution est connue et que seule l’identité des gagnants est inconnue, il serait irrationnel pour l’observateur de ne pas directement analyser la distribution et de faire dépendre son évaluation de l’absence d’une information non pertinente. Mais c’est aussi un cas où l’unanimité ex ante est clairement fallacieuse, puisqu’ex post gagnants et perdants auront des jugements opposés. Je ne suis donc pas certain que l’on puisse séparer les deux idées pour leur faire produire des résultats distincts.

4Prenons l’exemple du cas où le bien-être des individus reste toujours classé de la même façon, quel que soit l’état de la nature (par exemple, Jacques est toujours mieux que Pierre, même si leur bien-être varie selon l’état réalisé). C’est un cas où l’unanimité peut être affectée par l’état de la nature, et où l’observateur peut tout ignorer de la distribution du bien-être. En fait, l’information que le classement des individus est constant est non pertinente pour un évaluateur impartial (du moins, si l’on ne souhaite pas tenir compte de leurs chances ex ante à la façon de Diamond). Pourtant, ce cas est une généralisation des deux cas de l’absence de risque et de l’égalité ex post, puisque dans ces deux cas le classement des individus est le même dans tous les états de la nature. Et Fleurbaey (2010) caractérise une forme de critère leximin (c’est-à-dire qui donne une priorité lexicographique aux plus défavorisés) en utilisant le principe de Pareto étendu à toutes les situations de classement fixe. Ces situations sont donc parfaitement à même d’accueillir la combinaison Pareto-équité-rationalité sociale, bien qu’on ne puisse pas les rattacher clairement à la robustesse de l’unanimité ou à la connaissance de la distribution par l’évaluateur. En résumé, je ne suis pas sûr que les deux idées mises en exergue par Mikaël (robustesse de l’unanimité à l’apprentissage de l’état de la nature, différence de besoin informationnel de l’évaluateur) soient les seules qui doivent nous guider pour délimiter le champ d’application du principe de Pareto appliqué au risque.

53. L’essentiel de la littérature sur le risque en société fait l’hypothèse que les utilités de Von Neumann-Morgenstern peuvent servir d’arguments pour une fonction de bien-être social, avec les comparaisons interpersonnelles que cela requiert. C’est une hypothèse commode pour simplifier l’analyse, mais très restrictive et très discutable. En particulier, la théorie de l’équité, qui relève d’une autre littérature, a construit des critères qui comparent les individus sur la base d’autres fonctions d’utilités (notamment des utilités calibrées par des quantités physiques ou monétaires, Fleurbaey et Maniquet, 2011). Il est donc important d’étudier comment combiner ces utilités « non-VNM » avec l’évaluation dans le risque. C’est un travail de recherche récemment entamé par M. Fleurbaey et S. Zuber (2017). On obtient alors des critères qui ne sont pas qualitativement très différents de ceux discutés dans cette conférence, et qui respectent les attitudes face au risque des individus uniquement dans les situations égalitaires définies par ces utilités non-VNM.

64. Les deux extensions proposées par Mikaël sont importantes, mais se situent sur un plan assez différent. L’absence de probabilités amène à considérer d’autres critères que l’espérance d’utilité. Il s’avère que l’extension aux utilités économiques évoquée au point précédent permet très facilement d’incorporer des situations d’incertitude non-probabiliste, car l’évaluation se fait par des paniers de consommation « équivalents-certains », lesquels peuvent être calculés en situation d’incertitude et tenir compte, même, d’aversion à l’ambigüité si on le souhaite (ce qui est toutefois discutable sur le plan normatif).

7Les croyances hétérogènes des individus sont souvent abordées comme posant un problème d’agrégation similaire à l’agrégation des préférences, mais cela est très contestable. En effet, on confond trop souvent décision collective et évaluation sociale. Un évaluateur d’une situation sociale ne prend pas une décision à la place de la collectivité, il se borne à faire une évaluation qui peut ensuite être proposée au débat public. Or, un tel évaluateur va simplement utiliser ses propres croyances sur les états de la nature pour évaluer les loteries. Il peut éventuellement tenir compte des croyances de la population pour élaborer les siennes, mais une fois ses propres croyances définies, il va les utiliser même si cela semble contredire les croyances de certaines personnes. Il doit en particulier les utiliser aussi pour l’évaluation des espérances individuelles, et non pas utiliser les croyances de chaque personne, ce qui serait incohérent dans le cas de croyances hétérogènes. Imaginons que deux gladiateurs soient chacun sûr de l’emporter. Il serait absurde qu’un évaluateur extérieur estime leur espérance d’utilité comme étant très élevée pour tous les deux, sur la base de leurs croyances contradictoires, puisque l’on sait à l’avance que l’un d’eux doit perdre. En résumé, le problème des croyances hétérogènes est intéressant à bien des égards, mais un évaluateur peut l’ignorer et doit s’appuyer uniquement sur ses propres croyances.

Auteur

Professeur à l’Université de Princeton. Ses recherches en économie portent sur la théorie de la justice sociale, le bien-être, le choix social, la fiscalité, la santé, la politique climatique. Il a été co-éditeur de la revue Economics and Philosophy, de Social Choice and Welfare. Il est, entre autres, l’auteur de Fairness, Responsibility, and Welfare (OUP), le co-auteur de A Theory of Fairness and Social Welfare (CUP, avec François Maniquet), Beyond GDP (avec Didier Blanchet) et le co-éditeur du Oxford Handbook on Well-Being and Public Policy.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search