Version classiqueVersion mobile

Risque et expertise

 | 
Alexandre Guay

Commentaires et questions

Mikaël Cozic

Texte intégral

1La contribution de Marc Fleurbaey (‘MF’ par la suite) appartient à l’économie normative, qui étudie les critères sur la base desquels un évaluateur social peut ou doit ordonner des options, états ou mesures socio-économiques possibles. Elle porte plus spécifiquement sur les difficultés que l’évaluateur social rencontre quand les options qu’il doit ordonner comportent de l’incertitude, c’est-à-dire peuvent résulter en différents états socio-économiques possibles.

20. La question centrale de la conférence de MF est, me semble-t-il, celle de savoir comment se traduit la préoccupation pour l’équité quand les options sont incertaines (comme elles le sont d’ordinaire). L’une des leçons les plus frappantes qu’il tire de son analyse est que ce souci de l’équité a des implications fortes sur la manière dont l’évaluateur social envisage la distribution des risques et la corrélation entre le sort des membres de la société. Je voudrais commencer par poser une question philosophique très générale : si je ne me trompe pas, la conférence s’intéresse plus à la question de savoir s’il est possible d’intégrer ces considérations d’équité dans l’évaluation sociale du risque plutôt qu’à celle de savoir s’il est justifié de le faire. Je me demandais, par conséquent, si MF considérait le souci de l’équité comme une exigence morale primitive, qui ne ferait pas l’objet de justification spécifique, ou si d’après lui elle devrait en principe en faire l’objet.

31. La première difficulté qu’aborde MF est le conflit, rendu célèbre par le paradoxe de Diamond (1967), entre certaines intuitions sur ce qui est préférable socialement et des principes de rationalité bien ancrés en théorie de la décision individuelle (indépendance, dominance et cohérence intertemporelle). On peut réagir de trois manières au paradoxe de Diamond. La première, celle de Diamond, consiste à donner la priorité à nos intuitions plutôt qu’aux principes et à considérer que ceux-ci ne constituent pas des règles universelles de rationalité sociale. La seconde réponse, au contraire, considère que les préférences sociales mises en évidence par le paradoxe sont tout simplement irrationnelles (Harsanyi). Enfin, il existe une troisième position, pour laquelle il n’y a pas de vrai conflit entre les intuitions et les principes : le conflit ne semble survenir que parce que les principes sont mal appliqués. Si l’on décrit correctement les options en jeu, comme MF le montre, nos intuitions redeviennent compatibles avec les principes de rationalité mentionnés précédemment. L’idée consiste essentiellement à inclure dans les conséquences des options la manière dont ces conséquences arrivent (par exemple, à la suite d’un tirage au sort ou non).

4La stratégie de la re-description des options a déjà été défendue en théorie de la décision individuelle pour défendre tel ou tel principe en présence de contre-exemples apparents (cf. en particulier Broome, 1991, chap. 5). Comme MF le note, l’un des inconvénients de cette stratégie est qu’elle affaiblit le pouvoir des principes auxquels on l’applique. Il y en a un autre, sur lequel je voudrais l’interroger : l’enrichissement des options met en danger une hypothèse généralement faite dans les justifications axiomatiques des critères de décision en incertitude, selon laquelle on peut arbitrairement combiner les conséquences dans des actes ou des loteries (hypothèse que Broome appelle « rectangular field assumption »). Par exemple, dans l’exemple considéré dans la section 2, l’hypothèse impliquerait qu’il existe une option C’ construite par combinaison probabiliste des conséquences des options A ou B :

Option C’ Pile (50 %) Face (50 %)
Jacques 10 sans tirage au sort 0 sans tirage au sort
Pierre 0 sans tirage au sort 10 sans tirage au sort

5Or, à partir du moment où l’on s’engage dans la re-description des conséquences, ce genre d’options est problématique. Mais, d’un autre côté, on ne sait pas comment attribuer systématiquement les utilités appropriées sur la base des préférences sans supposer ce genre d’options – et, dans le cadre analytique de MF, on attribue justement ce type d’utilités aux individus.

62. La seconde difficulté abordée par MF tient dans le conflit qui existe, quand on fait l’hypothèse que l’évaluateur social est rationnel, entre l’équité (au sens d’une priorité accordée aux individus les plus défavorisés) et le principe de Pareto (qui prend la forme ici de la préservation de l’indifférence individuelle) : dans des situations risquées, l’équité peut conduire à violer le principe de Pareto. La proposition de MF est de restreindre le principe de Pareto (aux préférences « informées »). Son argument repose sur le fait que, dans ces applications problématiques du principe, les individus ignorent quel état de la nature est réalisé (pile ou face), et cette ignorance joue un rôle crucial. Si l’état de la nature était connu, les préférences des individus ne seraient plus unanimes. Autrement dit, MF considère que les unanimités qui sont fiables, pour l’évaluateur social, sont celles qui sont robustes par rapport à l’apprentissage de l’état de la nature. Plus spécifiquement, il restreint le principe de Pareto aux cas des loteries certaines et aux cas des loteries avec un risque égal (le sort de chaque individu est le même dans chaque état de la nature).

7Ma seconde série de questions porte sur ces affaiblissements du principe de Pareto, tant sur leurs relations logiques que sur leurs justifications. Il y a deux idées dans l’argument. La première est celle d’une robustesse de l’unanimité non-spécieuse à l’apprentissage de l’état de la nature. La seconde est celle selon laquelle un évaluateur impartial n’a pas les mêmes besoins informationnels que les individus – une distribution des utilités lui suffit. J’aimerais d’abord savoir quels rôles respectifs jouent ces deux idées (qui entretiennent toutes les deux un lien étroit avec la corrélation entre les utilités des individus d’un état du monde à l’autre). Une autre question qu’elles soulèvent est celle de savoir quelle est leur traduction formelle, en toute généralité, et notamment quelles sont les relations qu’entretiennent ces traductions formelles avec les deux restrictions du principe de Pareto envisagées par MF, mais aussi avec une extension de la restriction aux loteries avec un risque égal qui, en substance, n’est pas compatible avec l’aversion à l’inégalité que MF cherche à défendre.

83. L’économie normative est très marquée par ses préoccupations méthodologiques à l’égard des hypothèses formulées sur les utilités individuelles. Il existe en particulier une tradition influente qui les considère comme ordinales et non-comparables interpersonnellement. A contrario, le cadre analytique que se donne MF, dans cette conférence comme dans l’article qui contient ses résultats principaux sur la question (Fleurbaey, 2010), suppose que les utilités sont cardinales et interpersonnellement comparables. Par ailleurs, le concept d’utilité fait l’objet d’interprétations divergentes, certaines le rattachant au bien-être, d’autres non.

9J’aurais aimé savoir quel était le concept d’utilité visé par MF et comment il justifiait les hypothèses qu’il lui impose.

104. La conférence de MF s’achève par un aperçu de certaines des questions qui restent à aborder pour quelqu’un qui, comme lui, défend une approche fondée sur l’équivalent de distribution égalitaire (EDE) pour l’évaluation sociale des risques. Je voudrais, quant à moi, terminer mes commentaires en attirant l’attention sur une famille de questions qui porte spécifiquement sur l’incertitude. Le cadre adopté par MF fait une double hypothèse. D’abord, l’hypothèse probabiliste selon laquelle les croyances des agents sont représentables par une distribution de probabilités sur un espace d’états approprié. Et ensuite l’hypothèse selon laquelle une même distribution de probabilité s’impose aux membres du groupe et à l’évaluateur social. Or, dans de nombreux contextes, et en particulier dans ceux qui motivent aujourd’hui l’étude de l’évaluation sociale du risque (pensons par exemple au réchauffement climatique ou aux risques technologiques), ces deux hypothèses sont sujettes à caution. Ces considérations invitent à généraliser le cadre de MF dans deux directions : d’une part, en autorisant les individus à avoir des croyances probabilistes divergentes. D’autre part, en les autorisant à avoir des croyances non-probabilistes (par exemple, des ensembles de distributions de probabilité).

11J’aurais aimé savoir si de telles généralisations étaient explorées et, si c’était le cas, si l’EDE restait un critère attractif dans ces contextes.

Auteur

Maître de conférences en philosophie à l’Université Paris-Est Créteil, membre junior de l’Institut Universitaire de France et responsable de l’équipe Décision, rationalité et interaction à l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques (UMR 8590). Ses recherches portent sur la philosophie de l’économie et sur les théories formelles de la rationalité.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search