Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et médecine

 | 
Marie Miguet-Ollagnie
, 
Philippe Baron

Le médecin dans L’Épidémie (1898). D’Octave Mirbeau

Pièce en un acte et trois tableaux représentée à Paris sur le théâtre Antoine le 29 avril 1898 ou le docteur Triceps, grand manipulateur du langage

Lucile Garbagnati

Texte intégral

Introduction : Le Docteur Triceps : de l’"autopathographie" à la "sociopathographie"

1C’est comme présidente du Théâtre Universitaire de Franche-Comté que j’ai été amenée à travailler sur L’Épidémie d’Octave Mirbeau, dans le cadre du colloque Figures de la rébellion et satire sociale dans le théâtre entre 1890 et 1910 qui s’est déroulé en novembre 1995 à Besançon.

  • 1 Coulisses no 13. Revue du Théâtre Universitaire de Franche-Comté. Contact : T.U.F.C. Faculté des Le (...)
  • 2 Par le Théâtre Universitaire de Franche-Comté. Coproduction du T.U.F.C. et du Centre de recherches (...)

2Gérard Brey dans un court article "Retour sur un colloque"1, explique qu’il aurait été impensable qu’un colloque sur le théâtre se cantonne à de savants échanges universitaires. Les organisateurs avaient donc décidé de coproduire avec le Théâtre Universitaire de Franche Comté (T.U.F.C.). L’Épidémie2. "En effet, cette pièce représente l’esprit du colloque, par sa diffusion européenne, ses traductions et rééditions, ses relations avec l’actualité de l’époque, et celle d’aujourd’hui. Malversations, épidémie, secret, irresponsabilité, hypocrisie, corruption des élus sont quelques uns des traits communs à la fin du siècle dernier et au nôtre".

  • 3 Séminaire de D.E.A. de Littératures, 11 décembre 1996.
  • 4 Knock, Jules Romains, 1923. Éditions Folio Théâtre 1994.

3Le séminaire de D.E.A. : Médecine et littérature me permettait d’approfondir une démarche et d’attirer l’attention sur un personnage dont le rôle est fondamental : le médecin. En effet, le médecin de Mirbeau n’est plus l’homme de la maladie personnelle de l’"auto-patho-graphie", pour reprendre l’expression de Hervé Baudry dans son exposé sur "Molière et la médecine, entre l’agonie et l’euphorie"3, mais bien plutôt de la "socio-patho-graphie". Le Dr Triceps n’est plus M. Purgon, ni Diafoirus père ou fils, profiteur de la crédulité et grand ordonnateur de la santé individuelle mais un manipulateur de la conscience collective. Il ne s’agit plus maintenant de santé privée mais de santé publique où sont en jeu avec des centaines de vies, la gestion des finances publiques. Le médecin se revendique comme savant, comme le garant de la science dans la société et, de par son savoir même, justificateur des choix politiques. Quelque trente ans plus tard, le médecin Knock4, ne manipule pas seulement un Conseil Municipal imbécile mais toute une population. Avec les progrès de la médecine, le pouvoir du médecin, comme "soigneur" voire "guérisseur", est conforté par celui de savant. C’est donc à l’homme-qui-sait de prendre les décisions, à lui que la foule ignare doit confier son destin. Comme F. Rabelais, Molière, O. Mirbeau, J. Romains dénoncent la bêtise humaine, représentent la démission de la personne et du groupe, la manipulation des uns par les autres avec ou sans espoir de salut, selon le point de vue du metteur en scène et l’énergie de ses interprètes. La farce, crée des œuvres accessibles à tous, la distanciation qu’elle opère peut accomplir un effet salvateur, elle permet à la vie d’affirmer ses droits.

1. L’Épidémie5

1.1. dans l’œuvre de Mirbeau (1848-1917)6

  • 6 L'œuvre de Mirbeau est étudiée tout particulièrement par Pierre Michel. Pour la biographie voir Oct (...)
  • 7 On trouve dans L'Épidémie une allusion à l'importance de la presse. Le bourgeois, victime de l'épid (...)
  • 8 Romans : Le Calvaire (1886), La Famille Canettes (1888) ; L'Abbé Jules (1888), Sébastien Roch (1890 (...)

4Journaliste7, pamphlétaire, romancier8, auteur dramatique Mirbeau a d’abord été royaliste et catholique jusqu’en 1885 où il bat sa coulpe pour son antisémitisme et publie des articles anticolonialistes dans Le Gaulois. Ses articles sont des plus divers et touchent plus particulièrement le domaine politique et artistique. Il a soutenu entre autres Zola, Monet, Van Gogh, Rodin. Il a participé à l’aventure des universités populaires.

5De 1895 à 1914 s’est développé un théâtre très marginal, d’inspiration socialiste, anarchiste ou féministe ; c’est dans cette mouvance que l’on peut situer Mirbeau. Son œuvre dramatique se compose de neuf pièces : Les Mauvais bergers (1897), Les Affaires sont les affaires (1903), les Farces et les moralités qui regroupent des pièces courtes : L’Épidémie (1898), Vieux ménages (1900), Le Portefeuille (1902) Scrupules (1902), Le Foyer (1908).

6Après une période de relatif oubli, Mirbeau revient à la mode comme en témoigne la reprise à la scène en janvier 1994, et son succès de Les Affaires sont les affaires.

7L’Epidémie fait partie du recueil Les Farces et les moralités, significatives, par son titre même, des intentions de l’ensemble de l’œuvre de Mirbeau : dénoncer l’injustice, l’hypocrisie de la société et de la démocratie bourgeoise, ses fausses valeurs, le patriotisme, fauteur de guerre, le capitalisme, fauteur de misère.

  • 9 Le Dictionnaire du Théâtre. P. Pavis Messidor/Éditions sociales 1987.
  • 10 L’Œuvre de François Rabelais, Mikhaïl Bakhtine, Tel Gallimard, 1970 p.44.

8Le théâtre peut être une entreprise de libération et une arme à condition de toucher le plus vaste public, surtout populaire. Le rire de la parodie, de la satire, de la dérision instaure une distanciation salutaire. En effet, il institue une distance critique entre l’observateur et le sujet observé, crée un effet de surprise en rapprochant des réalités habituellement éloignées. Il choque l’intelligence et l’amène à réagir et à s’interroger sur ses valeurs et ses croyances. Il sape la "respectabilité" de l’ordre établi, il met à nu ce qui fait courir le monde : l’argent et le profit. Le grotesque va encore plus profond, lui qui repose sur la déformation signifiante d’une forme connue ou acceptée comme la norme, une outrance préméditée,...9. Il sape de l’intérieur la philosophie, l’esthétique bourgeoise du beau et du sublime. Il présente simultanément la pensée dominante et sa contestation, si on reprend la notion de "dialogisme" énoncée par Bakhtine. Il aide à s’affranchir du point de vue prédominant sur le monde (...) il permet de jeter un regard nouveau sur l’univers, de sentir à quel point tout ce qui existe est relatif et que par conséquent un ordre du monde totalement différent est possible10.

1.2. L’intrigue

9C’est le lendemain du réveillon. Le maire d’un grand port convoque ses adjoints. Pressé de questions, il avoue enfin la raison de ce conseil municipal hâtif. La ville est la proie d’une épidémie de typhoïde. Les conseillers sont atterrés, mais vite rassurés en apprenant qu’elle est localisée sur l’arsenal, donc ne les concerne pas. Mais le Premier magistrat insiste, car le préfet maritime exige que soient reconstruites les casernes et amenée de l’eau de source.. Les conseillers protestent énergiquement :...la commune est obérée... Il (lui)faut reconstruire le théâtre. Surtout, Les soldats sont faits pour mourir... Aujourd’hui qu’il n’y a plus de guerres en France, les épidémies sont des écoles, de nécessaires et admirables écoles d’héroïsme... Enfin la tradition prouve que l’hygiène n’est qu’une mode scientifique passagère. De toutes façons La fièvre typhoïde est une institution nationale. Il ne faut pas toucher aux vieilles institutions françaises. Fort de cette argumentation, et dans l’enthousiasme, le Conseil refuse les crédits (Sc. 2.).

  • 11 Personnage de nombreux ouvrages de Bonaventure Monnier (1799-1877), dont le plus célèbre est Grande (...)

10Soudain, une lettre retient l’attention du Maire. Un bourgeois est mort... emporté par l’épidémie. L’épouvante, règne sur la salle ; le maire entonne l’éloge funèbre de ce bourgeois inconnu, baptisé aussitôt Joseph, en hommage à Joseph Prudhomme11 personnage symbolique du petit rentier ; les conseillers concélèbrent cet hommage. Mais, aux circonstances douloureuses, il convient d’opposer les résolutions viriles... d’être prêt à tous les sacrifices... de voter des choses inouïes, des mesures exceptionnelles... révolutionnaires même... des sommes formidables. Le Conseil, ayant totalement changé d’opinion, passe alors au scrutin avec des physionomies exaltées. (Sc. 3)

11La progression dramatique est simple : la scène 1 expose le problème : l’épidémie de typhoïde sur la ville, la scène 2 : le refus des conseillers d’intervenir, la scène 3 leur revirement après l’annonce de la mort d’un des leurs : le bourgeois. Elle met en évidence le secret et sa divulgation. Tant que l’épidémie reste secrète, qu’elle n’atteint pas les quartiers bourgeois, les conseillers peuvent ne pas s’en préoccuper, mais une fois qu’elle touche un des leurs, elle devient une affaire personnelle et municipale.

12La pièce est animée par un double mouvement, celui du groupe et celui de son meneur. Le Conseil Municipal avec le Maire, le Membre de la Majorité, le Membre de l’Opposition, Conseillers, se rangent aux avis, aussi contradictoires soient-ils, de son savant, le Médecin, le Dr Triceps, un des deux seuls personnages qui ait un nom. Il apparaît comme l’intermédiaire entre le pouvoir scientifique et le pouvoir politique, comme le garant de la science et de la morale.

13Son revirement brutal, le crescendo qui s’ensuit jusqu’au délire produisent le grotesque.

2. L’Épidémie, un témoignage personnel

14Cette pièce, aussi caricaturale qu’elle puisse paraître, est fondée sur des faits réels qui touchent autant à la vie personnelle de Mirbeau qu’à un scandale de l’époque.

2.1. sur le "système"

15Mirbeau a fait des études de notariat. Il a travaillé d’ailleurs chez un notaire, puis à la banque de Paris et des Pays-Bas. Il boursicote et s’enrichit. Il connaît bien ces milieux d’argent, de gros et petits capitalistes. À Paris, il a mené pendant un temps une "vie frénétique". Il a d’ailleurs publié Paris déshabillé, qui rassemble sept chroniques de moeurs. Il sait tout ce qu’implique le commerce galant. Chef de cabinet du préfet de l’Ariège, conservateur, il est limogé. Il a pu apprécier ce que signifient les rivalités politiques et leurs conséquences au plan économique et social.

2.2. sur la santé, l’arsenal :

16Le père de Mirbeau est officier de santé. Mirbeau a donc entendu parler des problèmes de "santé publique" et d"‘épidémiologie", des polémiques sur les recherches pastoriennes. Pendant la guerre de 1870, Mirbeau est affecté au 49ème régiment des mobiles de l’Orne. Malade, il est soigné dans différentes garnisons. Il a donc l’expérience de divers hôpitaux militaires. En 1888, comme journaliste, il enquête à Lorient sur l’épidémie de fièvre typhoïde. Il entretient cependant des relations d’amitié avec différents médecins. En 1895, il s’en prend aux médecins militaires responsables de la mort de Max Lebaudy. En 1907, il s’attaque à nouveau au corps médical dans une série d’articles contre la faculté de médecine et le système hospitalier dans Le Matin.

17Il ne s’agit pas de dénoncer une personne, mais un système qui encourage "la tradition" au détriment de "l’innovation", la passivité et la veulerie collective au détriment de la santé collective et à l’avantage de quelques uns.

  • 12 L'Épidémie p. 3.
  • 13 d'après Larousse Encyclopédique 1912, 5 vol.

18La pièce écrite en 1898, dix ans après son enquête, se situe de manière transparente dans : La salle des délibérations du Conseil municipal dans une grande ville maritime12. À l’époque, Lorient est une place forte de première classe dépendant de la 2ème région maritime avec un arsenal militaire très actif et un florissant port de commerce13.

19En résumé, Mirbeau dans L’Épidémie condense en un acte satirique, polémique et vengeur une expérience professionnelle et personnelle, une "affaire" de malversations et de santé publique.

2.3. L’Épidémie et la santé publique

20La pièce de Mirbeau donne à voir une double polémique celle du bien-fondé des découvertes pastoriennes et de leur application dans le domaine de l’hygiène publique. Les unes sont encore contestées des années après par des médecins comme le Dr Triceps pour des raisons, souvent peu avouables, rassemblées sous le terme rassurant de tradition ; leur mise en œuvre, quand elle n’est pas refusée, est renvoyée aux calendes grecques du fait de leur coût et du changement des mentalités qu’elles exigent.

21Sans entrer dans un exposé détaillé de l’état de la querelle entre "pastorien et antipastorien", "hygiéniste et antihygiéniste", il est nécessaire de faire quelques rappels pour mieux comprendre l’importance et la portée de la pièce à son époque, ses relations avec la nôtre, et son impact.

22Nous avons du mal à imaginer, à l’heure actuelle, la révolution que Pasteur a apportée dans les idées et dans la vie quotidienne de la fin du XIXe, des oppositions farouches qu’il a suscitées. Sa théorie touche, en effet, toute l’organisation de la société, tous les actes de la vie quotidienne : l’existence de microbes, porteurs de maladie, nécessitait pour s’en défendre une lutte de tous les instants par le développement de l’hygiène individuelle, collective et publique. Cette lutte impliquait à la fois un changement d’habitudes mais aussi une législation et des investissements publics pour assainir les villes. La vaccination elle-même a été l’objet, pour son inventeur de bien des haines, on va jusqu’à l’accuser, en 1886, d’inoculer la rage. Ce n’est qu’en 1886, qu’une commission de contrôle gouvernementale, créée à sa demande, confirmera le succès de la vaccination contre la rage et par là-même le bien-fondé de sa démarche. En 1888, la création de l’Institut Pasteur, et le développement de structures identiques en France et dans le monde entier, manifeste la reconnaissance universelle de la justesse des théories de Pasteur et la nécessité de les appliquer. Ainsi Charles Calmette (1863-1933), disciple de Pasteur, développe un cours d’hygiène publique et met au point une méthode d’assainissement des eaux égout.

23En 1898, au moment où Mirbeau écrit L’Épidémie, dix ans après la fondation de l’institut Pasteur, il n’est pas inutile de rappeler la réglementation en vigueur pour saisir la virulence de la pièce.

  • 14 C’est moi qui souligne.

24Les causes de la typhoïde14, sont connues des 1882, grâce aux recherches d’Eberth, ainsi que la manière de l’éviter.

25"Maladie infectieuse déterminée par un microbe spécifique très répandu qui se rencontre dans toutes les eaux souillées... C’est donc presque toujours par l’usage d’eau et de légumes pollués que se fait la contamination. C’est pourquoi la fièvre typhoïde qui était endémique dans beaucoup de grandes villes, a vu ses ravages diminuer à partir du moment où l’on a livré à la consommation des eaux pures et bien filtrées.

26Le diagnostic est facile... Le sérodiagnostic qui est basé sur le pouvoir agglutinatif du sérum des typhiques sur les cultures pures permet de lever les doutes.

27...Le pronostic doit toujours être réservé.

28...La fièvre typhoïde doit être déclarée par le médecin : elle nécessite que soit pratiquée une désinfection de l’appartement occupé par le malade". Ainsi sont définies les responsabilités des pouvoirs publics et du médecin..

29Le scandale dénoncé par Mirbeau date de 1888 et ce n’est qu’à partir de 1892, que la loi du 30 novembre fera obligation aux "préfets et aux maires" (14) des communes rurales de prendre toutes les précautions convenables pour écarter ou neutraliser les effets des épidémies. Elle impose sous peine d’amende l’obligation à tout docteur de faire à l’autorité publique son diagnostic, établit la déclaration des cas de maladies épidémiques... Différentes mesures ont été votées par des conférences internationales : 1892, 1893, 1894, 1897 : quarantaine, désinfection, antisepsie".

30Ce n’est toutefois qu’en 1902 qu’est promulguée la loi relative à la protection de la santé publique, soit quatre ans après L’Épidémie. Il ne s’agit, certes, pas d’un rapport de cause à effet, mais de constater que la pièce de Mirbeau dresse un portrait de l’état d’esprit des édiles municipaux français, particulièrement de ceux des grands ports de mer. La farce met donc en évidence une réalité inavouable et le refus de mettre en place son remède, en l’absence d’une législation encore plus contraignante.

  • 15 L'Épidémie, p. 2.

31Que ce soit la loi de 1892, en vigueur au moment où Mirbeau écrit ou celle à venir de 1902, il s’agit des obligations pour les communes de pourvoir aux dépenses nécessitées par la santé publique, donc au conseil municipal de fixer sa politique sanitaire, et plus particulièrement en moment de crise. C’est le cas du Conseil Municipal que Mirbeau situe : De nos jours dans une ville de province15, faisant appel à une lecture contemporaine de la pièce.

2.4. Le Conseil Municipal dans L’Épidémie :

32Le Conseil Municipal est composé d’élus, qui de ce seul fait, sont devenus des notables, ce à quoi ils tiennent.

33Sur les huit membres présents, deux seulement ont une profession patentée : l’Épicier, Membre de la Majorité, le Cafetier, qui se défend d’ailleurs de l’être, Membre de l’Opposition ; les autres, y compris le Maire, sont sans métier et sans nom. Les gérants de la ville et les garants de la démocratie sont vraiment des fantoches.

34Deux personnages sont toutefois surdéterminés, avec nom et profession. Celui d’un Conseiller absent, le boucher, Barbaroux, arrêté pour avoir vendu de la "viande corrompue", et celui d’un conseiller, bien présent, le médecin, Triceps. C’est lui qui est le moteur de ce Conseil Municipal extraordinaire. Il est à noter qu’il n’y a pas le couple habituel médecin-pharmacien, comme Purgon – M. Fleurant ou Knock – M. Mousquet. Le Dr Triceps est à lui seul porteur du savoir scientifique.

3. Le Docteur Triceps

3.1. Un patronyme révélateur

35Son patronyme est d’ailleurs révélateur. En effet, il a une valeur anatomique. Tout le monde connaît le mot "biceps" même si le terme triceps est moins connu. Il s’agit de "Muscles ayant trois faisceaux fibreux : triceps brachial : étend l’avant-bras sur le bras ; triceps crural ou fémoral : ce muscle occupe à lui seul la moitié antérieure de la circonférence de la cuisse, muscle extenseur de la jambe". Les allusions anatomiques, sont confirmées par la signification mythologique du terme, surnom de Mercure avec ses trois fonctions : dieu de l’éloquence, du Commerce et des voleurs, et messager de l’amour. Il n’est pas inutile, dans le contexte de rappeler qu’à Rome, dans les jeux publics, un officier, déguisé en Mercure, touchait d’un caducée chauffé au rouge les gladiateurs tombés, pour vérifier leur mort.

  • 16 Op. cit. p. 4.

36Les raisons de son retard confirment une des significations de son nom : J’ai été retenu par une opération délicate... Depuis ce matin, je suis en train de recueillir la sensibilité de ma cuisinière qui s’était extériorisée dans un moule à gaufres... Comprenez-vous ?16 L’allusion quoique peu claire a quelque chose de licencieux. Signalons que dans le langage populaire : "Être la gaufre" c’est être la victime dans une affaire, comme la pâte entre les deux plaques d’un gaufrier ; être un "moule à gaufres" c’est avoir le visage marqué par la petite vérole, autrement dit par une maladie vénérienne. Enfin, "se sucrer la gaufre", se mettre de la poudre, implique à la fois la coquetterie et dissimulation. Bref, d’emblée le médecin élu a quelque chose de graveleux.

  • 17 Op. cit. p. 5 de ce fait il peut se targuer de la méthode.

37Dès son entrée, il s’affirme comme un savant, dont le savoir doit faire autorité : En ma qualité de médecin et de savant, je sais ce que je dis... et vous m’accorderez que ces questions (d’épidémie) me sont familières17.

3.2. Le docteur Triceps : la perversion de la démarche scientifique

  • 18 Ibid.

38Il se targue de la méthode, Je dis que tout cela est singulièrement arbitraire et antiscientifique au premier chef18 pour développer un raisonnement logique mais complètement faux, fondé sur le syllogisme présenté sous forme de question : Pourquoi la pourriture est elle reconnue louable chez la bécasse et criminelle chez le boeuf ?

  • 19 Ibid., p. 6.
  • 20 Ibid.

39Si on peut manger de la bécasse faisandée, préparée pour lui donner un certain fumet, sans danger, on peut donc manger du boeuf "faisandé ", qui, lui, ne relève d’aucun art culinaire, en toute innocuité. La conclusion s’impose : Toutes les pourritures doivent donc être égales devant la loi19. Le mot loi fait appel à un autre domaine qui n’est plus celui de la réflexion intellectuelle, mais celui de la morale et de la politique : Le membre de l’opposition réagit : Est-ce une allusion ?20.

  • 21 Ibid.

40Le docteur poursuit sur ce nouveau champ de raisonnement : En présence d’une aussi étrange anomalie, j’ai donc le droit d’affirmer que le procès intenté à notre honorable collègue Barbaroux n’est pas autre chose qu’un procès de tendance21.

41Ainsi se trouve affirmée, sur le mode bouffon, la collusion du discours scientifique et politique...

  • 22 Op. cit., p. 10.
  • 23 Ibid., p. 11.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

42À l’annonce de l’épidémie22, le docteur conserve son attitude rationnelle en faisant le décompte des victimes et leur progression qui est normale23. La régularité de l’épidémie est confirmée : le mal s’arrête aux adjudants... Il ne s’attaque qu’aux simples soldats et aux sous-officiers comme toujours24. Le médecin peut alors triompher : Je connais la marche et, si je puis dire, l’esprit de ces sortes d’épidémie... C’est un esprit hiérarchique...25.

43Triceps reconnaît donc, implicitement, le bien-fondé des théories pastoriennes. Plus les sujets sont aisés, donc mieux nourris et plus propres, plus ils sont résistants, donc moins facilement victimes de l’épidémie. L’épidémie est ainsi reliée au réseau de signification de la complicité entre science, politique, richesse, exploitation de la pauvreté.

  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

44Le discours du Maire, qui reprend celui du Préfet Maritime montre bien que le grand public est au courant des causes réelles de l’épidémie26 : les casernes sont d’immondes foyers d’infection... l’eau bue par les soldats est plus empoisonnée que le purin des étables... Il connaît aussi les solutions : reconstruire27 les casernes...28 amener de l’eau de source. mais le refus du changement, la nécessité de dépenses somptuaires pour séduire l’électeur l’emportent.

  • 29 Op. cit., p. 13.
  • 30 Ibid.
  • 31 Op. cit., p. 14 Brouardel Paul, Camille, Hippolyte 1837-1906
    Médecin Français, Médecin des hôpitaux (...)
  • 32 Ibid., p. 14 Lockroy Étienne - August-Édouard Simon dit Lockroy, homme politique (1840-1913). Journ (...)

45Le Dr Triceps, comme les autres, et sans doute mieux qu’eux, connaît les théories, les techniques de Pasteur et leurs conséquences : Aujourd’hui la science est aux microbes, à l’eau de source, aux logements salubres... à l’antisepsie !...29 les bacilles, les bouillons de culture, les sérums, les inoculations, les vaccinations, les microbiographies30. Il sait aussi que ces travaux sont développés par des médecins renommés comme le Dr Brouardel31. Leurs résultats sont légalisés par les règles d’hygiène publique que M. Lockroy32 veut faire observer.

  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid.
  • 35 Op. cit.
  • 36 Op. cit., p. 6.

46Mais, Triceps, voleur et menteur, détourne la méthode scientifique en présentant l’acquis, comme des hypothèses de littérateur, d’intellectuel, qu’aucune expérience décisive et loyale33 n’est venue confirmer, alors qu’il y a plus de dix ans que les théories de Pasteur sont reconnues. Il pervertit le raisonnement scientifique : une hypothèse est juste lorsqu’elle est vérifiée par les faits, c’est le cas des recherches de Pasteur ; or, Triceps veut montrer qu’une théorie confirmée par ses résultats expérimentaux, peut être fausse. La seule existence des faits démontre leur bien-fondé, quelles que soient leurs causes ou leurs conséquences. Comme le prouvent la tradition et les valeurs nationales : nos pères ne se lavaient pas, et ne s’en portaient pas plus mal ; les épidémies sont une nécessité, puisqu’elles ont toujours existé ; pour les soldats qui sont faits pour mourir, elles sont d’admirables écoles d’héroïsme34 ; en aucun cas, il ne faut s’opposer à la nature. Il escamote la notion de recherche et de progrès. En ruinant la démarche expérimentale et ses acquis, il veut que les membres du Conseil Municipal lui reconnaissent le titre de savant qu’il revendique et que ses pairs lui refusent35 (cliché 1). Il réalise le discours flatteur du maire : la personnalité si considérable de notre éminent collègue, dont les moindres opinions, sont pour tout le monde ici, un enseignement et une lumière36.

  • 37 Op. cit.
  • 38 Enc.. larousse 1930.

47Ce faisant il se ridiculise aux yeux des lecteurs et des spectateurs. Tel quel, il est dangereux. Maître du langage, il manipule les hommes. Lui seul est capable d’assurer : les développements juridiques, économiques, thérapeutiques et biologiques37 d’une situation. Il devient l’inverse de ce que l’on entend communément par savant personne qui par ses connaissances et ses recherches contribue à l’élaboration, au progrès d’une science et plus spécialement d’une science expérimentale ou exacte"38.

3.3. La pirouette du Docteur Triceps

  • 39 Op. cit., p. 21
  • 40 Op. cit., p. 23.

48Mais voilà que l’épidémie a touché un bourgeois au mépris de toute la tradition, de tous les usages, de toutes les règles fixées par le Dr Triceps. C’est une mort imprévue, irrégulière, antiscientifique39. Sa théorie s’effondre ! Sans coup férir, le Docteur met en pratique ce qu’il niait. La lettre est peut-être porteuse de germes. Il faut la désinfecter, mieux, la brûler. Le boucher Barbaroux, qui était, au début de la pièce, une victime de la science, devient le responsable de l’épidémie40, un empoisonneur... un assassin... Toutes les mesures prophylactiques moquées deviennent des obligations impérieuses, sans limitation de travaux. Il ne s’agit pas moins que de :

Dr. Triceps :...capter les eaux au coeur vierge des montagnes...

Tous : Oui ! Oui !

Dr. Triceps : De la Suisse...

Le Membre de l’Opposition : Des Carpathes...

Dr Triceps : Du Caucase...

  • 41 Op. cit., p. 22, 23.

Tous : Oui !... Oui !…41

  • 42 Op. cit., p. 23.

Pour cela il faut voter : Votons... Guerre aux microbes !... Guerre à la mort !... Vive la science !...42 (cliché 2)

49Dans cette seconde partie, qui est en totale opposition avec la première, le maître du jeu est encore le Dr. Triceps. C’est lui qui le premier réagit face à une infection possible par la lettre, c’est lui qui fait voter les mesures salvatrices et légales qui s’imposent, c’est lui qui lance la surenchère des votes des crédits. Il demeure le maître du jeu, en dépit de son revirement scientifique, dont d’ailleurs personne ne s’aperçoit. Il est lui-même pris dans l’emportement et l’exaltation qu’il suscite.

3.4. Le docteur Triceps, manipulateur par le langage

  • 43 Op. cit., p. 20.

50La figure du médecin que dessine Octave Mirbeau est loin d’être celui du "soignant" que proposait Molière. On est loin du couple malade/médecin voire du trio malade/médecin/apothicaire. Elle se rapproche davantage de celle de Knock. Le Dr Triceps n’est sans doute pas le complet charlatan de Jules Romains, qui a appris la médecine en lisant les publicités. Si, contrairement à son confrère, il n’a pas d’ambition clairement définie, faire advenir "l’âge médical" avec le rapport financier subséquent, comme lui, il cherche et trouve sa jouissance en manipulant la société, en imposant son pouvoir sur les hommes, sur "l’espèce Joseph", incarnation de l’idéal national et "gogotique"43. Tous trois en revanche, sont maîtres du langage et peuvent ainsi exercer leur domination : qui sur l’homme dont il flatte le penchant ; qui, sur la ville dont il exploite la crédulité ; qui, sur un Conseil Municipal dont il manipule la bêtise.

Conclusion : Le Docteur Triceps entre farce et grotesque

51La pièce fait partie d’un recueil Farces et moralités. Le titre générique en indique bien le sens général "instruire en faisant rire". Octave Mirbeau rejoint les préoccupations de son illustre prédécesseur et de son successeur. Mais, en dernier ressort, c’est le lecteur ou le metteur en scène, qui décidera s’il vaut mieux rire ou pleurer de cette farce "hénaurme". En effet, comme celle de Molière, elle montre la crédulité des hommes, mais sans aucun contrepoint raisonnable ou amoureux ; comme celle de Jules Romains, elle fait voir l’imbécillité humaine et le pouvoir que peut exercer un homme machiavélique, ce qui n’est pas exactement le cas du Dr Triceps, plus bête que rusé. Toutes les trois montrent la domination qu’exerce, sur des esprits faibles, celui qui possède le langage.

52Mais, il ne s’agit pas seulement d’une simple question de pouvoir personnel. Dans L’Épidémie, le raisonnement vicié falsifie tout, gangrène tout. La vérité est mise en question. L’épidémie ne se propage pas seulement physiquement mais aussi moralement comme le montrent les figures exaltées des conseillers. Elle dépasse largement le "science sans conscience" de Rabelais. Elle dévoile, sans aucune contrepartie, que, ce qui nous constitue comme humain, comme sujet parlant, le langage, peut n’être qu’un flatus vocis, destiné à remplir le vide : vide de la pensée, vide de l’existence.

  • 44 Op. cit., p. 21.
  • 45 Op. cit., p. 23.
  • 46 Knock, p. 126.

53La leçon possible sur la responsabilité de l’homme de science et de l’homme politique, sur l’éthique, est emportée par la farce et le grotesque. Il sape de l’intérieur le discours scientifique, politique, philosophique du vrai, du bien, de l’Idéal. Le dénouement trouve alors sa pleine signification à la fois dérisoire et farcesque, c’est à dire la victoire du corps et de la vie. Sursum corda44, psalmodie-t-on à la messe et s’écrie le docteur. Guerre à la mort45, clame-t-il et c’est dans le même élan que les conseillers, dont Mirbeau nous a montré la valeur, affirment qu’ils trouveront les sommes inouïes qu’ils viennent de voter dans leur héroïsme... leur volonté... leur foi... À l’instar du ballet qui clôt Le Malade imaginaire et du défilé des aides du Dr Knock, porteurs d’instruments rituels au sein de la Lumière Médicale46, la scène finale affirme donc "le joyeux principe générateur de la farce", soutenu par Bakhtine.

Bibliographie

Orientation bibliographique :

Le Théâtre en France, J. de Jomaron, A. Colin 1988.

Histoire du Théâtre dessinée. André Degaine, Nizet 1992.

Les notes sont issues pour la plupart de l’Encyclopédie Larousse : en 2 vol. 1913, en 5 vol. 1930.

Octave Mirbeau, l’imprécateur au coeur fidèle, Pierre Michel et J.F Nivet. Librairie Séguier.

Les Combats d’Octave Mirbeau, Pierre Michel, Annales littéraires de l’Université de Besançon.

Notes

1 Coulisses no 13. Revue du Théâtre Universitaire de Franche-Comté. Contact : T.U.F.C. Faculté des Lettres, 30 rue Mégevand, 25030 Besançon Cedex. Tel. 03 81 66 53 47 ; Fax. 03 81 66 53 00.

2 Par le Théâtre Universitaire de Franche-Comté. Coproduction du T.U.F.C. et du Centre de recherches sur l'histoire et les littératures des pays de langues européennes. Création en août 1995. Diffusion à Besançon, Sevenans, Chemaudin, Baume les Dames et Bavilliers de novembre 1995 à janvier 1996.

3 Séminaire de D.E.A. de Littératures, 11 décembre 1996.

4 Knock, Jules Romains, 1923. Éditions Folio Théâtre 1994.

5 Librairie théâtrale, Collection Éducation et théâtre n°32.

6 L'œuvre de Mirbeau est étudiée tout particulièrement par Pierre Michel. Pour la biographie voir Octave Mirbeau, l'imprécateur au coeur fidèle, par Pierre Michel et Jean-François Nivet, Librairie Séguier, 1990.
Pour l'étude de l'œuvre voir Les Combats d'Octave Mirbeau, Pierre Michel, Annales Littéraires de l'Université de Besançon, 1995.

7 On trouve dans L'Épidémie une allusion à l'importance de la presse. Le bourgeois, victime de l'épidémie, image du bourgeois idéal, lit Le Petit journal (p.20), organe du fait divers.
Mirbeau est un journaliste, polémiste redoutable. Il a collaboré de façon régulière ou ponctuelle, à de nombreux journaux parisiens et provinciaux sous un pseudonyme ou son vrai nom mais pas au Petit journal. Il écrit aussi bien des articles de politique que des critiques dramatiques, littéraires et artistiques. Il publie ses romans en feuilleton.
Liste des feuilles auxquelles O. Mirbeau a collaboré : 1873-1877 L'ordre de Paris : Comptes-rendus dramatiques ; inaugure la rubrique Chronique de Paris. 1875 : La République des Lettres ; 1877-1879 : L'Ariégeois, journal conservateur ; 1879 : Le Gaulois ; 1880-1881 : L'Illustration ; 1885-1886 : Matin ; 1886 : Gil Blas ; 1889 : La révolte, journal anarchiste de Jean Grave ; 1890 : L'écho de Paris ; 1891 : L'art dans les deux mondes ; 1892 : L'en dehors, Journal anarchiste ; 1896-1902 : Le journal ; 1898 : L'aurore ; 1899 : Journal du peuple ; 1904 : L'humanité ; 1905 : La revue ; 1907 : Le matin ; 1912 : Paris-Journal ; 1915 : Le petit Parisien.

8 Romans : Le Calvaire (1886), La Famille Canettes (1888) ; L'Abbé Jules (1888), Sébastien Roch (1890), Le Jardin des supplices (1898), Le Journal d'une femme de chambre (1900), Les Vingt et un jours d'un neurasthénique (1901), Dingo (1912).
De tous ses romans le plus connu du grand public contemporain est Le Journal d'une femme de chambre de par son adaptation au cinéma par Bunuel avec la remarquable interprétation de Jeanne Moreau.

9 Le Dictionnaire du Théâtre. P. Pavis Messidor/Éditions sociales 1987.

10 L’Œuvre de François Rabelais, Mikhaïl Bakhtine, Tel Gallimard, 1970 p.44.

11 Personnage de nombreux ouvrages de Bonaventure Monnier (1799-1877), dont le plus célèbre est Grandeur et décadence de Monsieur Joseph Prudhomme. Daumier a portraituré ce personnage type du bourgeois bête et satisfait de lui.

12 L'Épidémie p. 3.

13 d'après Larousse Encyclopédique 1912, 5 vol.

14 C’est moi qui souligne.

15 L'Épidémie, p. 2.

16 Op. cit. p. 4.

17 Op. cit. p. 5 de ce fait il peut se targuer de la méthode.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 6.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Op. cit., p. 10.

23 Ibid., p. 11.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Op. cit., p. 13.

30 Ibid.

31 Op. cit., p. 14 Brouardel Paul, Camille, Hippolyte 1837-1906
Médecin Français, Médecin des hôpitaux en 1873, Professeur de médecine légale en 1870, Membre de diverses académies. A écrit de nombreux ouvrages consacrés à la médecine légale et à l'hygiène. Parmi ceux-ci citons ceux qui semblent avoir le plus de rapport avec notre texte :
- Des causes d'erreurs dans les expertises relatives aux attentats à la pudeur 1883
- Rapport sur les essais de vaccination cholérique entrepris en Espagne par le Docteur Ferran 1885
- Hygiène des ouvriers employés dans les fabriques d'allumettes chimiques 1889.

32 Ibid., p. 14 Lockroy Étienne - August-Édouard Simon dit Lockroy, homme politique (1840-1913). Journaliste mordant il fit une vive opposition à l'Empire… Il devint député... Il siégea toujours à l'extrême gauche...Ministre du commerce et de l'Industrie dans le cabinet Freycinet (1886) et dans le cabinet Goblet (1886-1887) ; Ministre de l'instruction publique dans le cabinet Floquet (1888-1889), Ministre de la marine dans le cabinet Bourgeois (1895-1896) dans les cabinets Brisson (1898) et Dupuy (1898-1899).
On lui doit différents ouvrages sur l'organisation de la marine et des ports.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Op. cit.

36 Op. cit., p. 6.

37 Op. cit.

38 Enc.. larousse 1930.

39 Op. cit., p. 21

40 Op. cit., p. 23.

41 Op. cit., p. 22, 23.

42 Op. cit., p. 23.

43 Op. cit., p. 20.

44 Op. cit., p. 21.

45 Op. cit., p. 23.

46 Knock, p. 126.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540