Version classiqueVersion mobile

Les prairies : biodiversité et services systémiques

 | 
Leslie Mauchamp
, 
François Gillet
, 
Arnaud Mouly
, 
et al.

VIII. Liste des figures

Texte intégral

Figure 1. Évolution de la surface toujours en herbe (STH) dans l’Europe des neufs sur la période 1973-2003 (Le Galletal., 2007).

18

Figure 2. Répartition du nombre d’espèces et du recouvrement des espèces de plantes vasculaires en fonction du groupe socio-écologique de plantes considéré (Sources : bases de données CBNFC et CIGC, 2011).

23

Figure 3. Relations théoriques entre les richesses spécifiques locale et régionale (d’après Gaston et al., 2000).

27

Figure 4. Modèle décrivant les différentes stratégies possibles entre compétition, stress et perturbation pour les espèces végétales (d’après Grime, 1977 et Gillet, 2008).

31

Figure 5. Représentation schématique des caractéristiques agronomiques associées aux types fonctionnels de graminées prairiales selon la disponibilité des ressources et le régime de défoliation* (d’après Cruz et al., 2002).

32

Figure 6. Variations de la richesse spécifique observées dans différentes parcelles dont la charge en bétail varie entre 0,7 et 1,2 UGB (Unité Gros Bétail) par hectare. Les résultats sont exprimés en pourcentage de la surface de l’exploitation pour chacune des classes de diversité relevées (d’après Farruggia et al., 2006).

35

Figure 7. Partitionnement additif de la diversité spécifique de trois parcelles différant par leur mode d’exploitation. Pâturage précoce : utilisation en pâturage de longue durée avec une faible charge en bétail ; Pâturage tardif : utilisation en pâturage tardif de courte durée avec une forte charge instantanée ; Fauche : utilisation en prairie de fauche avec plusieurs coupes par année et une forte fertilisation. Le calcul des indices se base sur la fréquence des espèces dans 10 quadrats de 50 cm de côté sur chaque parcelle (d’après Mauchampetal., 2011).

36

Figure 8. Valeurs moyennes de biomasse (a) et de diversité de Simpson (b) mesurées pour une communauté* végétale artificielle avec des abondances variables de Rhinanthus minor (d’après Bardgett et al., 2006).

38

Figure 9. Croissance théorique des plants de deux espèces végétales, avec ou sans différenciation de leurs niches écologiques* (d’après Levine & HilleRisLambers, 2009). Dans le cas de l’existence d’une différenciation de niches, les deux espèces utilisent le milieu de façon différenciée. Ceci limite la compétition inter-spécifique (flèche B) mais engendre une forte compétition entre individus d’une même espèce (flèche A). Le taux de croissance individuel d’une espèce sera ainsi d’autant plus élevé que son abondance relative par rapport aux compétiteurs sera faible (en bas à gauche). Sans différenciation de niches, le taux de croissance ne dépendra pas de l’abondance relative des espèces (en bas à droite).

40

Figure 10. Valeurs moyennes de la richesse spécifique pour (a) les plantes, (b) les orthoptères et (c) les lépidoptères en fonction des classes de pente et des classes de taille des exploitations (d’après Marini et al., 2009b).

46

Figure 11. Taille des œufs de pipit farlouse (exprimée en volume) en fonction de différentes intensités de pâturage par des brebis, les mesures représentées par les colonnes blanches ayant été réalisées avant le début des différents traitements, les colonnes noires après (d’après Evans et al., 2005).

47

Figure 12. Effets d’un enrichissement en CO2 de l’atmosphère sur trois groupes fonctionnels de plantes avant et après l’ajout de nutriments (d’après Hanley et al., 2004).

51

Figure 13. Variation de la biomasse aérienne des communautés* végétales en fonction (A) de la richesse spécifique dans les différents pays étudiés et (B) du nombre de groupes fonctionnels pour différentes richesses spécifiques (d’après Hector et al., 1999).

54

Figure 14. Relation biomasse-diversité végétale représentée sur le long terme par une courbe en cloche (d’après Guo, 2007).

55

Figure 15. Évolution de la digestibilité de Festuca rubra (◯) et Dactylis glomerata (◻) au cours du temps dans le cas d’une absence de fertilisation (courbes en tirets) et dans le cas d’un apport de 120 kg.ha-1 de phosphore (courbes en trait plein) (d’après Duru et al., 2004).

63

Figure 16. Comparaison entre l’augmentation du nombre de glissements de terrain au cours des dernières décennies et le nombre d’animaux, vaches (●) et moutons (◯), présents sur les parcelles.

72

Figure 17. Diagramme causal de certaines tendances récentes des systèmes de gestion des prairies dans le contexte de l’élevage laitier montrant leur impact négatif (flèches noires en pointillés) sur la diversité biologique et paysagère, et les services écosystémiques.

105

Figure 18. Diagramme causal de certaines tendances récentes des systèmes de gestion des prairies dans le contexte de l’élevage laitier montrant leur impact positif (flèches noires pleines) sur la diversité biologique et paysagère, et les services écosystémiques.

107

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search