Version classiqueVersion mobile

Les prairies : biodiversité et services systémiques

 | 
Leslie Mauchamp
, 
François Gillet
, 
Arnaud Mouly
, 
et al.

V. Synthèse et conclusions

Texte intégral

1La précédente analyse bibliographique a tenté de faire le point sur les connaissances actuelles concernant les contributions des prairies à la biodiversité et aux services écosystémiques (stockage du carbone, protection des sols, eaux, risques sanitaires…), tout en montrant les dangers qui pèsent sur ces milieux. Dans le but de situer les enjeux pour l’avenir, la synthèse qui suit résume d’abord les points clés issus de l’analyse bibliographique avant de proposer un tableau des contributions écologiques et environnementales positives des prairies, des facteurs qui les conditionnent ou les menacent, et se termine par un bilan prospectif de l’évolution des systèmes prairiaux dans le contexte de l’élevage laitier.

V.A. Points clés de la synthèse bibliographique

V.A.1. Importance des prairies dans les territoires

2∙ La définition des prairies et leur classification dans les systèmes d’occupation du sol varient en fonction de l’échelle spatiale et du référentiel considérés, ce qui nécessite de prendre des précautions quand on fait appel à ces concepts dans un contexte européen ou international. Ces difficultés de définition sont en partie liées à la diversité et à la nature des prairies permanentes* elles-mêmes (Encadré 2). En effet ces agro-écosystèmes* sont, pour la plupart, fortement dépendants des activités humaines liées à l’élevage. La végétation prairiale, d’origine semi-naturelle, est ainsi maintenue au stade herbacé par l’action du pâturage et/ou de la fauche.

3∙ Parmi les terres agricoles, les surfaces toujours en herbe ont perdu 12 % de leur superficie entre 1973 et 2003 dans l’Europe des neufs. En France, les prairies occupent cependant près de 25 % de la superficie du territoire métropolitain, dont plus de 70 % de prairies permanentes* (Encadré 1), qui constituent une formation végétale majeure sur les plans économique, écologique, environnemental et paysager. ∙ On constate en Europe une tendance générale à la concentration des activités agropastorales*, associée à un double processus d’intensification et d’extensification. L’homogénéisation structurelle des pratiques (qu’elles soient extensives ou intensives) participe à la banalisation du paysage* et à une progression des prairies grasses* et des forêts au détriment des écosystèmes* prairiaux les plus biodiversifiés (pelouses maigres*, prés-bois, ourlets* et lisières).

4∙ De grandes disparités régionales, liées à la géomorphologie, au sol, au climat ou à la culture agricole des territoires, ont fait émerger une diversité de types de prairies. Il est ainsi possible d’identifier une spécificité territoriale dans laquelle interagissent la végétation et les hommes. Analysées à l’échelle des systèmes de production ou des filières, ces interactions ancrent le produit au territoire.

V.A.2. Importance de la diversité biologique et paysagère

5∙ La biodiversité est un concept qui recouvre des niveaux d’organisation (gènes, populations, communautés*, écosystèmes*) et des échelles spatiales et temporelles très variés. Elle est aujourd’hui reconnue pour sa valeur intrinsèque et pour les fonctions qu’elle assure dans les écosystèmes*. Dans le cas des prairies, la biodiversité est le plus souvent appréciée par la richesse spécifique (nombre d’espèces observées sur une surface donnée), qui constitue un indicateur simple mais difficile à interpréter (Encadré 4). De nombreux indices de diversité peuvent utilement compléter cette information, utilisant des critères taxonomiques (espèces, genres, familles, ordres, etc.), phylogénétiques (lignées évolutives et degrés de parenté) ou fonctionnels (adaptations et traits fonctionnels des organismes) et s’appliquant à différentes échelles.

6∙ Les prairies maigres européennes entretenues par la fauche et le pâturage détiennent le record mondial de richesse spécifique à une échelle fine (3 espèces végétales sur 1 mm2, 89 espèces sur 1 m2).

7∙ À l’échelle régionale, les facteurs climatiques et historiques (évolution et migration de la flore et de la faune) déterminent l’ensemble potentiel d’espèces (appelé pool régional d’espèces) pouvant exister dans le paysage*. Le gradient altitudinal est le principal déterminant de la répartition spatiale des espèces dans les communautés* végétales (la température et les précipitations étant des facteurs climatiques essentiels) et animales (par le lien des réseaux trophiques*).

8∙ À l’échelle locale de la parcelle, les espèces présentes dans une communauté* donnée résultent du filtrage du pool régional d’espèces par les facteurs édaphiques* (sol, microtopographie), le microclimat, les interactions entre espèces et les modes de gestion (histoire des pratiques culturales).

9∙ À l’échelle des terroirs* et des exploitations d’élevage, le maintien d’une diversité d’utilisation des parcelles permet l’existence d’une mosaïque de communautés* végétales favorable à la biodiversité, aux équilibres environnementaux et sanitaires, aux activités touristiques, ainsi qu’à la qualité organoleptique* et à l’image des produits. Ainsi, la gestion agropastorale* liée à des siècles de tradition d’élevage a permis à une flore et une faune indigènes diversifiées de se développer sur de vastes espaces.

V.A.3. Déterminants de la diversité végétale des prairies

10∙ À l’échelle de la parcelle d’exploitation, les différents modes d’exploitation (régime de fauche et/ou de pâturage) engendrent des variations qualitatives et quantitatives des communautés* végétales. Le plus souvent, les prairies fauchées contiennent globalement moins d’espèces que celles qui sont uniquement pâturées. Cette différence de diversité est liée en partie à l’hétérogénéité spatiale des prairies pâturées, créée par l’utilisation non homogène des surfaces prairiales par les herbivores (défoliation* sélective, piétinement, dépôt de bouses et d’urine, spatialisation des activités). La fauche quant à elle engendre une homogénéisation des communautés*, dont la composition floristique diffère toutefois de celle des pâturages et ajoute à la diversité globale des prairies.

11∙ L’intensité du régime d’exploitation affecte la diversité végétale à l’intérieur de la parcelle. Le fauchage précoce ou répété et le pâturage intensif limitent la reproduction sexuée des plantes, donc leur brassage génétique et leur capacité de dispersion. Les chargements en bétail élevés engendrent une réduction de la richesse spécifique des prairies associée à des modifications fonctionnelles (sélection des espèces tolérantes à la défoliation*).

12∙ Le degré de fertilisation influence aussi les relations de dominance entre les espèces végétales selon leurs stratégies adaptatives : les milieux riches en nutriments sont principalement colonisés par des espèces dont la stratégie d’acquisition des ressources est tournée vers l’absorption des nutriments et dont la croissance et le recyclage des organes sont rapides, alors que les milieux plus pauvres sont dominés par des espèces à stratégie de conservation des ressources.

13∙ Les interactions biotiques* entre plantes (compétition, facilitation*), ainsi que celles qui les relient aux organismes hétérotrophes* (champignons mycorhiziens, parasites, pathogènes, herbivores) modulent la diversité biologique observée aux échelles les plus fines.

V.A.4. Déterminants de la diversité microbienne et animale

14∙ Les communautés* microbiennes de décomposeurs du sol (bactéries, champignons) diffèrent en fonction de la flore par le biais de la qualité et de la quantité de la litière. Les espèces végétales conservatrices à croissance lente produisent une litière difficilement dégradable et contenant de nombreux composés récalcitrants* tels que lignine et polyphénols, ce qui favorise les champignons saprophytes. À l’inverse, les plantes consommatrices à croissance rapide retournent au sol une litière facilement dégradable décomposée principalement par les bactéries. Les litières difficilement dégradables prolongent le temps de résidence du carbone dans le sol et favorisent donc son stockage à long terme. Récemment il a été montré que certaines espèces conservatrices étaient capables d’inhiber l’activité des bactéries dans leur rhizosphère* ce qui peut être associé à une réduction de la disponibilité des minéraux dans le sol, limitant ainsi le développement d’espèces compétitives à stratégie consommatrice.

15La faune du sol, notamment les vers de terre, joue un rôle important dans l’incorporation de la matière organique et la décomposition de la litière. Son abondance et sa diversité dépendent des pratiques agricoles.

16∙ Les orthoptères (criquets, sauterelles et grillons) tiennent une place importante dans le réseau trophique* (nourriture de nombreuses espèces d’oiseaux) et sont particulièrement sensibles aux changements de structure de la végétation. Les modifications de la couverture végétale provoquées par une intensification du régime de fauche ou de pâturage engendrent généralement une baisse de la diversité des orthoptères herbivores.

17∙ Les insectes pollinisateurs, spécialistes ou généralistes, sont nécessaires à la reproduction sexuée des plantes à pollinisation entomophile*. Il s’avère donc primordial d’assurer une floraison importante et diversifiée afin d’éviter le déclin actuellement observé des insectes pollinisateurs et des espèces végétales qui en dépendent, qu’elles soient sauvages ou cultivées.

18∙ Les oiseaux nichant et/ou se nourrissant dans les prairies contribuent à la dispersion des graines et à la régulation des effectifs des populations animales (insectes phytophages, rongeurs prairiaux). Ils subissent les effets de l’augmentation de l’intensité de pâturage et des régimes de fauche avec une baisse constatée de leurs performances reproductives et donc de leur abondance.

19∙ La consommation des végétaux par les mammifères herbivores sauvages peut avoir des effets positifs sur la diversité végétale (en participant au contrôle des espèces végétales dominantes, au transport des graines et à l’hétérogénéité du couvert) mais négatifs sur la production fourragère (notamment directement après une pullulation de rongeurs prairiaux).

V.A.5. Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes* prairiaux

20∙ La relation entre la diversité végétale et la production primaire des écosystèmes* prairiaux fait encore débat aujourd’hui. On observe le plus souvent une relation positive entre diversité et production de biomasse dans les communautés* végétales reconstituées (résultats d’expérimentations sur des communautés* artificielles) et une relation négative dans les communautés* naturelles (résultats d’observations sur des prairies permanentes* en place depuis plusieurs années). En prairie, cette contradiction s’explique en particulier par une interaction avec les pratiques et la fertilisation du milieu. Les milieux pauvres en nutriments sont généralement riches en espèces car ils sont exploités extensivement ; à l’inverse les milieux plus riches permettant une plus forte production sont gérés de façon plus intensive, ce qui sélectionne les espèces compétitrices ou rudérales* et réduit la diversité biologique. ∙ La relation entre la diversité des systèmes prairiaux et leur résistance aux perturbations dépend de la fonction considérée (productivité, résistance aux invasions biologiques, …). Malgré des résultats encore controversés, il semble que la diversité agisse comme un tampon contre les fluctuations environnementales et permette donc de maintenir une production végétale relativement constante. La diversité fonctionnelle* des plantes semble également présenter un avantage dans la résistance des communautés* aux invasions par de nouvelles espèces de plantes (hypothèse de « l’assurance écologique »).

21∙ Bien que la valeur nutritive et la digestibilité des fourrages issus de prairies diversifiées soient plus faibles que pour des prairies avec peu d’espèces, la valeur nutritive reste plus stable au cours du temps dans les fourrages riches en espèces. Il s’agit encore ici d’un effet lié à l’interaction entre la fertilité du milieu et le développement phénologique des plantes. En outre, une offre alimentaire diversifiée semble stimuler l’ingestion de nourriture par les herbivores et permet ainsi de maintenir les performances des animaux dans des milieux diversifiés et complexes.

22∙ La diminution de pH engendrée par une fertilisation azotée excessive des prairies peut conduire à la perte de certaines espèces végétales ne supportant pas les sols trop acides et affecte négativement les champignons mycorhiziens. Ce phénomène est également entretenu par les dépôts croissants de composés azotés atmosphériques qui retardent les bénéfices de l’arrêt de la fertilisation azotée sur la couverture végétale.

V.A.6. Services écosystémiques

23∙ Les services d’approvisionnement fournis par les prairies ne se limitent pas aux aspects quantitatifs de la production d’herbe et de fourrage pour l’alimentation du bétail. Les produits auxiliaires doivent être considérés (plantes médicinales, aromatiques ou alimentaires et leurs produits dérivés, champignons), ainsi que les aspects qualitatifs de la composition de l’herbe et du foin. La diversité floristique de la ration joue un rôle important bien qu’encore mal connu dans les qualités organoleptiques* et la typicité des fromages. Les rations à base d’herbe issue du pâturage conduisent à des produits plus typés sur le plan organoleptique* et présentent des teneurs plus élevées en composés d’intérêt nutritionnel.

24∙ Les services de régulation assurés par les prairies sont très variés. Ils concernent notamment la régulation du climat (albédo*, évapotranspiration, absorption de gaz à effet de serre et séquestration du carbone dans les sols et la biomasse) et de la qualité des eaux, le contrôle des invasions biologiques, des ravageurs et des pathogènes, la résistance aux perturbations et aux aléas climatiques (vagues de sécheresse, inondations) et la pollinisation*. Ces services reposent sur des propriétés intrinsèques des écosystèmes* qui dépendent étroitement de leur biodiversité et de leur résilience* (faculté d’adaptation aux changements de l’environnement). En outre, la couverture végétale continue dont disposent les prairies permanentes* permet de limiter le processus d’érosion des sols. Les prairies peuvent aussi jouer un rôle d’épuration par la rétention et la dégradation des polluants dans les sols et la végétation. Cependant, les traitements phytosanitaires et une fertilisation azotée excessive sur des sols drainants peuvent fréquemment provoquer une pollution des eaux souterraines et superficielles. La tendance au remplacement des fertilisants organiques solides (fumier) par des fertilisants minéraux (engrais de synthèse, mais aussi lisiers à forte teneur en nitrate) augmente les risques de pollution des eaux. Les pratiques d’épandage de boues d’épuration sur les prairies peuvent être à l’origine de problèmes sanitaires du fait de la présence de polluants (métaux lourds notamment) et de parasites pouvant entraîner une contamination des ruminants et des humains.

25∙ Les services culturels des prairies concernent tous les bienfaits immatériels que procurent les écosystèmes* et paysages* pastoraux d’un point de vue esthétique (prairies fleuries, prés-bois), éducatif, scientifique ou éthique. La biodiversité et la diversité paysagère entretenues par les pratiques agro-sylvo-pastorales jouent un rôle déterminant dans l’attractivité touristique et les activités économiques qui lui sont liées. Sur le plan éducatif, la prairie est la représentation privilégiée d’une action positive de l’homme sur son environnement.

26∙ Les services de soutien concernent tous ceux qui sont nécessaires à la réalisation des autres services, tels que les cycles biogéochimiques* de nombreux éléments comme le carbone, l’oxygène, l’azote et le phosphore, le cycle de l’eau, le maintien des habitats indispensables à de nombreuses espèces animales, végétales et fongiques spécialistes, le renouvellement du dioxygène atmosphérique, etc.

V.B. Contributions écologiques et environnementales positives des prairies

27Le tableau ci-dessous résume les principales contributions positives des prairies d’un point de vue écologique et environnemental, en dehors des valeurs d’usage directes liées à la production agricole (chaîne herbe – fourrage – bétail – lait – fromage et produits dérivés). Les conditions dans lesquelles ces contributions peuvent s’exprimer sont précisées dans la deuxième colonne. Les conditions qui nuisent au contraire à ces contributions ou qui menacent leur efficacité sont listées dans la troisième colonne.

V.C. Les prairies dans le contexte de l’évolution des systèmes d’élevage laitier

28Les prairies, permanentes* ou temporaires, pâturées ou fauchées, sont traditionnellement au cœur des systèmes d’élevage laitier. En Europe, les systèmes de production laitière ont connu des mutations importantes au cours de l’histoire. Différentes tendances, convergentes ou divergentes, ont accompagné leur évolution, sous la pression de contraintes technologiques, socio-économiques et politiques. Les changements les plus précoces et les plus importants ont affecté les régions de plaine, mais les régions de moyenne montagne sont aujourd’hui largement concernées, du fait notamment du contexte des changements globaux qui implique l’anticipation et la prise en compte des incertitudes. On enregistre ainsi depuis 50 ans une forte diminution du nombre d’éleveurs, liée à une augmentation de la taille des troupeaux utilisant moins d’herbe et davantage de maïs ensilage (Pflimlin et al., 2009). Parallèlement, on constate une évolution majeure de l’élevage bovin en faveur des races les plus spécialisées dans la production de lait ou de viande (symbolisée par le tandem Holstein – Charolais), aux dépens des races mixtes et rustiques. Cette évolution est la source de difficultés pour la valorisation des produits et l’entretien du territoire.

  • 1 Plan stratégique national de développement rural 2007-2013. Ministère de l’Agriculture et de la Pêc (...)

29En France1, la régression de la surface des prairies, et en particulier des prairies permanentes*, est attestée depuis le début des années 1970 (-7 % entre 1992 et 2003), même si on enregistre un ralentissement du rythme de disparition ces dernières années. Cette évolution, convergeant avec la perte plus générale de surfaces agricoles, traduit une spécialisation des exploitations avec une différence de plus en plus marquée entre systèmes intensifs (mobilisant les cultures annuelles) et systèmes herbagers plus extensifs (s’appuyant sur des couverts pérennes). Parmi ces derniers, les pâturages extensifs sont surtout situés en zones de montagne, mais aussi dans les régions sèches du pourtour méditerranéen ou dans les zones humides de l’ouest de la France.

30La grande diversité des paysages* ruraux est menacée par une banalisation dans les zones les plus productives, une fermeture sur les terres en déprise et une artificialisation croissante dans les zones soumises à l’urbanisation. Un lent passage du paysage* en mosaïque à grain* fin au paysage* par bloc à grain* grossier est en train de s’opérer sous l’impact de la concentration des activités humaines. Ces évolutions entraînent une homogénéisation de l’espace. Or la mosaïque de paysages* née de la conjonction de caractéristiques naturelles (géologie, relief, hydrologie, sols) et des activités humaines est un facteur clef du maintien des identités régionales, de la richesse environnementale et de la qualité du cadre de vie, éléments définissant la spécificité territoriale et l’ancrage des productions à leur terroir*, source de l’identité des produits. La grande variété des systèmes d’élevage extensif de montagne et du littoral contribue très largement au maintien et au développement de la biodiversité, à la protection de ressources naturelles, à la prévention des risques naturels et à la production d’aménités* pour le tourisme.

31Dans cette synthèse à visée prospective, nous résumerons les tendances actuelles de l’évolution des modes de gestion des prairies en France et en Europe, dans la mesure où ces changements sont susceptibles d’avoir un impact, positif ou négatif, sur la biodiversité et les services écosystémiques qui lui sont associés. Pour ce faire nous utiliserons une représentation graphique sous forme de diagramme causal, qui permet à la fois de donner une représentation synthétique de ces tendances récentes et de montrer les chaînes de causalité qui les relient. Nous comparerons deux diagrammes correspondant à deux stratégies de gestion des prairies ayant des conséquences contrastées sur les écosystèmes*.

32En premier lieu, nous considèrerons les tendances récentes basées sur une concentration et une spécialisation des systèmes (Figure 17). L’analyse causale tend à montrer que tout concourt a priori à des impacts négatifs sur la diversité biologique et paysagère (flèches noires en pointillés). Cette projection pessimiste doit toutefois être d’emblée nuancée dans le cas des systèmes, de plus en plus nombreux, qui bénéficient d’incitations politiques, économiques, culturelles et sociales en faveur de la qualité des produits et des terroirs*. En effet, chacune de ces tendances peut être ralentie, voire inversée, par des mesures agro-environnementales appropriées faisant bénéficier l’éleveur d’aides financière spécifiques. Ceci est notamment possible dans le cadre des cahiers des charges des AOC ou AOP fromagères, des Mesures Agro-Environnementales Territorialisées (MAET) liées aux sites Natura 2000, des Primes Herbagères Agro-Environnementales (PHAE2), de l’agriculture à Haute Valeur Naturelle (HVN), etc. Ces mesures sont également favorisées par les aides à la Conversion en Agriculture Biologique (CAB) et le développement des Indications Géographiques Protégées (IGP).

Figure 17. Diagramme causal de certaines tendances récentes des systèmes de gestion des prairies dans le contexte de l’élevage laitier montrant leur impact négatif (flèches noires en pointillés) sur la diversité biologique et paysagère, et les services écosystémiques.

  • 2 Ce paragraphe est largement inspiré par les réflexions inédites de Denis Michaud et les discussions (...)

33Cependant, la situation est plus complexe qu’il n’y paraît. Par exemple, dans les filières fromagères AOP, dont les cahiers des charges imposent une réduction des intrants* (concentrés alimentaires, fertilisants), on constate un souci grandissant d’une meilleure valorisation de l’herbe. Cela se réalise via deux logiques opposées, qui soulèvent des contradictions entre les stratégies individuelles et collectives : (1) une logique d’augmentation de la production de lait par vache laitière ou par ration de base, répandue chez les éleveurs ; (2) une logique de valorisation des ressources fourragères locales par une valeur ajoutée associée à l’ancrage au terroir* et à la typicité des produits, répandue chez les producteurs de fromage et les promoteurs des filières (interprofessions fromagères). Selon la première stratégie, la valorisation de l’herbe se fait dans le sens d’une concentration et d’une intensification de l’utilisation des parcelles, au détriment de la biodiversité des prairies et des services écosystémiques associés. Selon la seconde stratégie, la valorisation de l’herbe, en respectant et en profitant de la diversité écologique des prairies, est une composante de la coproduction de biens et services publics qui légitiment les prix plus élevés de produits qui se veulent exemplaires. Tendant à être encouragée par la nouvelle Politique Agricole Commune (Encadré 3), cette dernière stratégie, source de complexité et d’incertitude, peine à s’imposer dans un contexte où domine la recherche de simplicité et de sécurité2. Elle a plus de chances de s’imposer si les services rendus sont monétarisés (Encadré 5).

34Le diagramme de la Figure 17 correspond à la première stratégie de rendement et de sécurité des exploitations, héritée d’une vision productiviste et individualiste imposée par le développement de la société industrielle, dans laquelle les intérêts sociétaux collectifs liés à la biodiversité sont ignorés ou perçus comme des contraintes à la performance économique à court terme recherchée. En effet, ces coproductions de biens publics essentiels restent encore trop peu valorisées et rémunérées. Cependant, suite à des incitations sociétales relayées par la PAC et les filières fromagères, de plus en plus d’éleveurs se tournent vers la seconde stratégie, orientée vers les valeurs des AOP, aptes à satisfaire à la fois la valorisation des produits, celle du savoir-faire traditionnel des éleveurs, et les intérêts collectifs.

35La Figure 18 résume les options de gestion qui peuvent aboutir à une meilleure prise en compte des services écosystémiques des prairies dans le cadre de l’élevage laitier. Dans le contexte actuel, le succès de cette stratégie dépendra d’une politique d’incitation ambitieuse en faveur de la multifonctionnalité des espaces ruraux en adéquation avec l’image des produits, et en cohérence avec les attentes sociétales. Le principal danger réside dans le refus de l’anticipation des changements en cours et la négation des incertitudes à venir, qu’elles soient climatiques ou structurelles ; le principal atout repose sur la volonté d’aller de l’avant et de saisir les opportunités fournies par les changements climatiques, et de convaincre sur le coût sociétal bien plus élevé du « laisser faire ». En ce sens, la régionalisation des risques et des vulnérabilités nous enjoint à favoriser les réponses adaptatives locales, raisonnées dans une cohérence globale visant la durabilité des systèmes. Ces réponses sont en effet plus souples, plus réactives, mieux adaptées aux attentes et savoir-faire des populations, et contribuent à régénérer la diversité des systèmes d’élevage.

Figure 18. Diagramme causal de certaines tendances récentes des systèmes de gestion des prairies dans le contexte de l’élevage laitier montrant leur impact positif (flèches noires pleines) sur la diversité biologique et paysagère, et les services écosystémiques.

36De gros efforts restent cependant à fournir pour faire valoir les services écologiques et environnementaux des prairies et aider les filières à insérer les activités de l’élevage laitier dans une politique de gestion durable des territoires, selon les principes d’une gestion adaptative active des systèmes socio-écologiques. Dans ce contexte, la compréhension de la structure, du fonctionnement et de la dynamique des écosystèmes* prairiaux constitue un défi pour la recherche, la formation et le développement. Ce défi passera par l’élaboration de programmes co-construits avec les acteurs régionaux et mobilisant des équipes interdisciplinaires dans la durée. D’ores et déjà, il ressort de cette synthèse que les mesures de gestion qui favorisent le maintien de la biodiversité et la continuité écologique garantissent la durabilité des services écosystémiques et l’adaptabilité des écosystèmes* prairiaux à un environnement changeant.

Notes

1 Plan stratégique national de développement rural 2007-2013. Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, 7 avril 2007. www.feader.paca.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/PSN_cle8554cd-1.pdf

2 Ce paragraphe est largement inspiré par les réflexions inédites de Denis Michaud et les discussions du séminaire du 21 janvier 2011 dans le cadre du programme INTERREG IVa France-Suisse « Création de valeurs dans les territoires par les AOC » (http://www.interreg-aocfromages.org/index.php?id=7).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 17. Diagramme causal de certaines tendances récentes des systèmes de gestion des prairies dans le contexte de l’élevage laitier montrant leur impact négatif (flèches noires en pointillés) sur la diversité biologique et paysagère, et les services écosystémiques.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Figure 18. Diagramme causal de certaines tendances récentes des systèmes de gestion des prairies dans le contexte de l’élevage laitier montrant leur impact positif (flèches noires pleines) sur la diversité biologique et paysagère, et les services écosystémiques.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search