Version classiqueVersion mobile

Les prairies : biodiversité et services systémiques

 | 
Leslie Mauchamp
, 
François Gillet
, 
Arnaud Mouly
, 
et al.

Préface

Jean-Jacques Bret

Texte intégral

1En évoquant le tapis de fleurs des prairies de notre enfance et le panachage de toutes teintes qu’offre leur diversité, du rose-violet des centaurées au jaune citron du salsifi, des prairies jaunies par le pissenlit au tapis plus délicat formé par les trèfles violets ou blancs, nul ne songerait à croire qu’elles sont menacées. Et pourtant elles le sont. Dans les négociations internationales où le rapport à l’espace et à la nature sont aux antipodes du nôtre, les voilà, extraordinaire paradoxe, soupçonnées, contrairement à la forêt, de limiter la biodiversité ! Foin du tapis multicolore, du bourdonnement des insectes qui l’environne, et des populations d’oiseaux qui les accompagnent, la prairie est présentée comme une activité agricole qui consomme de l’espace et nuirait donc à la vraie diversité, la diversité « naturelle » d’espaces non agricoles. Et que nous qualifiions nos alpages, nos parcours et nos pacages de « prairies naturelles » adoucit d’autant moins le jugement négatif dont elles sont l’objet que l’on a compris que ce dossier environnement est au cœur même de la concurrence économique entre pays et que les pays où l’élevage est intensif et hors sol ont trouvé là une astuce pour disqualifier les zones d’élevage extensif.

2L’enjeu est de taille. Les surfaces en herbe représentent en France 11,4 millions d’hectares, dont 1,6 millions d’alpages et de parcours, auxquels s’ajoutent 6,5 millions d’hectares de prairies permanentes*. Elles façonnent notamment le paysage de nos massifs montagneux, et en font un élément déterminant de l’aménagement de leur territoire. Leur remise en cause est aussi celle des exploitants qui font vivre des territoires difficiles, souvent impliqués dans des filières de produits AOP – IGP dont la réussite économique permet de compenser les handicaps que la nature impose.

3Il est dans ce contexte devenu urgent de témoigner de ce que nos prairies apportent à la société. Il s’agit ni plus ni moins d’apporter des preuves, si possibles quantifiées, de l’implicite : une prairie est un facteur de biodiversité, stocke le carbone, prévient les risques de glissement de terrain, joue un précieux rôle tampon dans le régime des eaux etc. C’est l’objectif de ce travail qui a mobilisé un groupe de scientifiques du pays, réunissant autour de cette même cause patrimoniale la recherche universitaire et la recherche agronomique. Les apports objectifs de l’ouvrage seront des auxiliaires précieux pour nos représentants dans les négociations internationales. Mais pour être crédible, il convenait aussi qu’il soit objectif, et donc qu’il souligne la fragilité de ces apports. Nous ne sommes que les usufruitiers de cet héritage des défricheurs des siècles passés. Nos prairies ne sont pas un capital immuable, et les pratiques de l’agriculture conjuguées aux agressions anthropiques* ont commencé à l’écorner. Il était donc aussi indispensable que l’attention de tous soit attirée sur les risques que les pratiques actuelles font courir à ce capital, et que cette prise de conscience débouche sur des actions volontaristes qui associent agriculteurs et leur environnement sociétal.

4La réalisation de l’ouvrage a mobilisé des chercheurs de tous horizons ; il convient de les remercier vivement pour leur collaboration. De nouveaux liens se sont tissés, et la dynamique créée devrait ne pas s’arrêter là, soit en direction du terrain et la nécessaire mise en œuvre d’actions permettant la préservation du capital prairies, soit vers des recherches et publications nouvelles. Le changement climatique inéluctable et qui semble s’accélérer soulignera la capacité de résilience* qu’incarne une prairie, en raison même de la complexité du système du vivant qui la compose. Mais elle sera et à prouver et à préserver.

Auteur

Directeur du Comité interprofessionnel du gruyère de comté (CIGC)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search