Version classiqueVersion mobile

Des signes au sens

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Les gardiens de but : des signes et des parades

Jean-Francis Gréhaigne, Luc Nadeau et Patrick Marle

Texte intégral

1Un autre joueur, dont nous avons peu parlé, a une influence très importante dans les équipes de sports collectifs qui en possèdent un par leur règlement : le gardien de but. Par son rôle spécifique de dernier défenseur et de premier attaquant, par les règles particulières qui régissent son jeu, le gardien de but peut annihiler beaucoup de tentatives des attaquants et ainsi faire basculer le résultat d’une rencontre. La tâche du gardien de but dans son activité de parade est d’empêcher le ballon ou le palet lancé par le tireur adverse de rentrer dans la cible verticale de taille variable suivant les sports collectifs. Le gardien doit donc anticiper la trajectoire de la balle ou du palet afin de placer son corps entre celui-ci et le but qu’il défend. La tâche consiste à déterminer les caractéristiques de la trajectoire de la balle ou d’un palet de manière à produire un placement ou un déplacement permettant de faire barrage à cet engin. Dans la situation du duel tireur-gardien, l’engin peut se déplacer à des vitesses et trajectoires variables qui peuvent diminuer considérablement le temps de réaction du gardien. La pression temporelle, c’est-à-dire le rapport entre le temps requis et le temps disponible pour produire une réponse, est donc souvent très forte. Bard (1982) en hockey sur glace et Deridder (1985) en handball ont montré que les gardiens avaient des centrations visuelles différentes suivant leur degré d’expertise permettant aux meilleurs d’avoir un temps de réponse significativement plus réduit que les débutants. Ces temps de réponse plus courts seraient principalement dus à leur capacité d’anticipation plus grande que celle des débutants. Le gardien de but étant généralement considéré comme le joueur qui occupe une large place dans la performance de l’équipe, améliorer le processus de formation est un enjeu de taille surtout dans les clubs. Dans la majorité des sports de niveau scolaire, on tient moins compte du gardien de but ; avec l’utilisation des jeux réduits on n’est pas obligé d’en utiliser un. En général, il vaut mieux faire varier la taille de la cible en fonction de l’objectif poursuivi, plutôt que de mettre un obstacle supplémentaire à l’obtention d’un point. Quand la présence du gardien de but s’impose pour un problème de représentation de l’activité ou pour résoudre une situation problème, quatre cas de figures se présentent bien souvent pour désigner un gardien :

  • l’élève vraiment intéressé par la fonction ;

  • le spécialiste du club le plus proche ;

  • le plus « mauvais » joueur dont on ne sait que faire sur le terrain ;

  • un défilé de joueurs au fur et à mesure de l’évolution du score et / ou de la fatigue.

2Alors, à l’école, chaque fois que l’on peut se passer du gardien autant le faire !

3Enfin, dans les études concernant les gardiens de but, pour tenter de mieux comprendre comment fonctionnent ces joueurs, on associe souvent observation systématique et tentative d’extraction de connaissances de la pratique en vue de mieux analyser le jeu ainsi que ses contraintes afin de mieux former les joueurs. Nous allons y revenir dans les paragraphes qui suivent avec des exemples en football, handball et hockey sur glace.

1. Le gardien de but en football

4Au football, le gardien de but défend un grand but de 7,32 m de large sur 2,44 m de haut ce qui requiert des qualités particulières. Pourtant, il existe peu d’études sur la tactique propre au poste de gardien de but : les quelques ouvrages qui lui sont consacrés, s’apparentent plus à des recueils d’exercices, avec quelques recettes stratégiques susceptibles de venir en aide aux entraîneurs débutants, qu’à des études objectives sur le comportement du gardien de but au cours du jeu. Cela nous a conduit à étudier un aspect essentiel du jeu des gardiens : leur placement sur le terrain et plus précisément, l’analyse des positions qu’ils occupent par rapport à leurs buts en fonction de l’origine des tirs. Nous avons donc recherché un certain nombre de constantes pouvant caractériser les positions adoptées par les gardiens de but.

5Les observations systématiques de matchs de Coupe du monde regroupées en règles d’action associant les comportements des gardiens de but au contexte général des différentes tentatives de tir, représentent un pas en avant important par rapport à la littérature disponible sur ce problème.

Tableau I. Alternatives d’un gardien de but au football (cf. Gréhaigne & Taïana, 1988).

Attitudes de l’attaquant

 

Alternatives du gardien

L’attaquant avance en conduite de balle dans l’axe.

 

Le gardien attend que l’attaquant pousse un peu loin sa balle pour sortir.
Le gardien attend qu’il dribble ou frappe.

L’attaquant avance en conduite de balle excentrée.

 

Le gardien ferme l’angle de tir.
Le gardien sort à sa rencontre.

L’attaquant, dos au but, va se retourner et frapper d’assez près.

 

Le gardien sort pour le contrer dès qu’il s’est retourné.
Le gardien joue sur sa vitesse d’intervention (« intervention réflexe »).

L’attaquant va reprendre la balle de la tête ou du pied.

 

Le gardien sort pour dégager le ballon.
Le gardien n’a pas pu sortir, donc ferme l’angle et s’en remet à une « intervention réflexe ».

L’attaquant va tirer de loin (au-delà de la surface de réparation).

 

Le gardien reste proche de sa ligne de but et se prépare à intervenir.
Le gardien, s’il est avancé, se replie vite en cas de tir lobé, flottant.

6Le tableau I résume les tendances observées lors de cette étude, en regroupant les principales alternatives auxquelles se trouvent confrontés les gardiens de but en fonction des différentes actions de l’attaquant ou des attaquants.

2. Les duels attaquants / gardien de but

7Nous avons fait, il y a quelques années en compagnie de Frank Taïana, une expérimentation concernant les situations de duel attaquant / gardien de but (Gréhaigne & Taïana, 1988). Dans ce cas et d’une manière générale, le gardien de but suivant son niveau d’expertise se porte plus ou moins à l’encontre de l’attaquant. Chez les experts, cela se concrétise par une course rapide, curviligne et tactique, en essayant de tendre un piège à l’attaquant. Les deux adversaires se situent, alors, dans une zone d’intervention qui est plus favorable au gardien de but. En effet, cette manière de faire est conforme au principe de défense défini par Mérand (1977) et Hughes (1980) qui consiste à excentrer l’attaquant par rapport à la cible. C’est dans cette zone d’intervention que le gardien de but agit directement en plongeant dans les pieds de l’attaquant et en se saisissant du ballon, ou directement en plongeant en corps obstacle pour interdire le passage du ballon. En effet à cet instant, la liberté de l’attaquant est limitée par deux facteurs : sa vitesse (cf. Gréhaigne – Bouthier, 1994) et la possession du ballon. Plus l’attaquant va vite, moins il peut modifier la trajectoire de sa course et moins il peut agir ou imprimer d’effets sur le ballon. Pour conduire la balle rapidement il est obligé de s’installer sur le mode de frappes successives et d’éloigner le ballon de son pied. Le gardien de but, pendant sa sortie au-devant du buteur, ferme l’angle de tir et conserve une attitude de course fléchie, ce qui lui permet de plonger ou de sauter rapidement pour contrer éventuellement un tir ou un lobe de l’attaquant.

Figure 1. La surface apparente du but et les différents angles de tir. L’angle a est supérieur à l’angle b d’où un danger plus marquant à l’intérieur. De face, les deux angles sont égaux.

8Quelles explications pouvons-nous proposer pour éclairer ce type d’attitude ? Quand le gardien de but se déplace sur une ligne imaginaire entre l’attaquant et la cible à l’aide d’une course curviligne, il couvre une surface plus importante à l’extérieur qu’à l’intérieur sauf si le tireur est dans l’axe du terrain.

Figure 2. La surface apparente du but et les différents angles de tir dans le cas d’un angle plus fermé. L’angle a est très supérieur à l’angle b d’où un danger encore plus important à l’intérieur. Le point de départ du déplacement du gardien se situe en x.

9Quelles règles trouvons-nous à propos de cette tactique dans la littérature consacrée au football ? Les techniciens et les entraîneurs affirment que le gardien de but doit se placer en fonction de la trajectoire du ballon auquel il doit toujours faire face. Le gardien doit également se tenir sur la médiane de l’angle formé par le ballon et les deux poteaux. Mais en fait, cette « règle de la médiane » pour le gardien de but n’est vraie que si l’on a affaire à des triangles isocèles. Sinon c’est plutôt la « règle de la bissectrice » qui fonctionne car si le gardien de but s’aligne entre le milieu du but et le joueur, il laisse un angle très large et l’aire la plus proche est toujours plus vulnérable que l’aire plus éloignée. Dans ce cas, l’utilisation systématique d’une course curviligne et du « corps obstacle » lors de ces différentes situations, permettent de réduire les possibilités de l’attaquant pour réaliser un crochet. Nous possédons maintenant une première explication au fait que les gardiens de but, quand ils sortent au-devant d’un attaquant, plongent le plus souvent vers l’extérieur du terrain et se décalent du côté d’où vient celui-ci.

10D’une manière générale, en plus des aspects tactiques comme nous venons de le voir et des aspects physiques (détente, réflexes, …) le caractère et le savoir-faire du gardien jouent aussi un rôle important : il doit pouvoir faire preuve d’autorité (pour organiser sa défense lors d’une offensive adverse, pour placer son mur avant un coup-franc, etc.) et s’imposer dans ses sorties lors d’un jeu aérien. Le rôle du gardien de but a considérablement évolué ces dernières années, surtout au niveau de la technique balle au pied et de la précision dans ses relances (ceci étant principalement dû à la modification de la règle de la passe en retrait volontaire). En effet, le football actuel va de plus en plus vite, le gardien doit être bon avec ses pieds, les deux si possible, il doit savoir relancer proprement et précisément, que ce soit pour du jeu court ou jeu long en étant, ainsi, le premier contre-attaquant. Aujourd’hui, il arrive souvent que le gardien de but intervienne hors de sa surface de réparation afin de gérer la distance entre lui et sa défense surtout en cas de déséquilibre défensif notoire. Une autre évolution du jeu a lieu tous les deux ans, quand sont choisis les nouveaux ballons à l’occasion des grandes compétitions internationales (Coupe du monde et Championnat d’Europe). En 2010, comme d’habitude, le ballon de la Coupe du monde a fait l’unanimité contre lui. Ceci constitue la hantise des gardiens de but, qui redoutent la sortie de leur nouvel outil de travail avec ses trajectoires toujours plus imprévisibles et ambiguës qui leur imposent de nouveaux signes à décoder et à formaliser. Tous les deux ans, il faut donc, s’adapter et certains n’ont pas hésité à affirmer que le ballon du Mondial 2010 constituait un produit de supermarché aux effets surprenants. Il est vrai, que l’on a vu beaucoup de gardiens en retard, car surpris par les trajectoires insolites, donc difficiles à lire, faire des arrêts du pied ou de l’épaule ; sauve qui peut en quelque sorte ! Enfin dans un dernier point, il est à noter que l’on peut repérer une tendance lourde vers des gardiens toujours plus grands plus costauds et néanmoins rapides…

11Après ces quelques éléments concernant le dernier défenseur et le premier attaquant en football, nous allons, maintenant, en venir au gardien de but de hockey sur glace.

3. Gardien de but de hockey sur glace

12Au hockey sur glace, le gardien de but défend un but de 1,83 m de large sur 1,22 m de haut. Il peut empêcher la rondelle de rentrer avec la totalité de son corps et sa crosse. Dans ce sport collectif particulier, le jeu se déroule aussi bien derrière que devant le but. Le poste de gardien de but est typiquement un poste spécialisé au hockey. En effet, aucun gardien ne joue à un autre poste, et aucun patineur ne joue comme gardien dans la grande majorité des niveaux de jeu. Ceci s’explique particulièrement en fonction d’un équipement de protection fort différent de celui des joueurs. Le gardien de but possède entre autres des jambières larges et hautes qui le protègent des rondelles. Ses patins sont également différents, étant plus plats et solides afin de résister aux chocs des rondelles envoyées vers lui et faciliter les déplacements latéraux courts. Finalement, ses gants et son bâton sont aussi différents de ceux des joueurs et facilitent sa tâche d’empêcher la rondelle d’entrer dans le but.

13De façon générale, une équipe compte deux gardiens. Ce joueur possède un privilège que les autres n’ont pas : le gardien peut légalement immobiliser la rondelle, avec ses mains ou en se plaçant son corps ou son équipement sur celle-ci, et déclencher un arrêt de jeu. Contrairement aux autres joueurs et en raison de son rôle spécifique, le gardien de but au hockey ne peut être frappé, bousculé ou gêné par un joueur adverse dans une zone délimitée autour de son but. Dans ce cas, le joueur fautif se voit sanctionné par une pénalité.

Figure 3. Un gardien de but de hockey sur glace avec son équipement.

14Cet équipement très complet forme une armure digne d’un chevalier du Moyen Âge partant guerroyer. Néanmoins, il est d’abord fait pour protéger symboliquement le gardien des lancers adverses. Cette armure constitue, aussi, un puissant signe de force et d’invulnérabilité pour ses équipiers ainsi que pour les adversaires.

3. 1. Compétences

15On parle d’arrêt ou parade quand le gardien bloque la rondelle dirigée vers lui et l’empêche de continuer son chemin jusque dans le but (Giguère & Pelchat, 1986). En considérant la très grande vitesse de déplacement de la rondelle (palet) et les nombreuses situations où leur vue est obstruée par leurs coéquipiers et adversaires, les gardiens bloquent les tirs bien souvent comme ils le peuvent. De façon générale, les tirs bloqués par le gardien avec les jambières, le bâton ou le bouclier sont redirigés vers les coins de la patinoire afin d’éviter qu’un joueur adverse ne vienne marquer pendant qu’il est hors de position (marquer sur un retour de lancer). Parfois, cela permet, simplement, à l’équipe du gardien de reprendre de contrôle de la rondelle et ainsi tenter de contre-attaquer. Les rondelles arrêtées par la mitaine sont habituellement gobées et, selon la pression de l’adversaire, remises en jeu vers un coéquipier ou immobilisées afin d’arrêter le jeu. Ainsi on provoque une nouvelle mise en jeu, qui sera effectuée dans le territoire de l’équipe dont le gardien aura ainsi arrêté le jeu. Le gardien peut également arrêter et immobiliser la rondelle avec n’importe quelle autre partie de son corps, habituellement en se laissant choir sur celle-ci, particulièrement si les tirs sont décochés de près. Cependant, si le gardien retient la rondelle pendant trop longtemps sans que l’équipe adverse ne fasse pression sur lui, il peut se voir décerner une punition pour avoir retardé le jeu.

3. 2. Tactique

16Il existe plusieurs façons de bloquer le palet. Les méthodes pour ce faire ont évolué au fil du temps en fonction de la plus grande rapidité du jeu et de la plus grande force des tirs. Auparavant, avec un jeu plus lent et des tirs avec moins de vélocité, le gardien pouvait avoir un style dit debout. Dans ce style, le gardien bloquait la rondelle en restant debout et ne se jetait que très rarement sur la glace afin de se déplacer plus facilement autour de son but. Ce style fut très largement répandu dans les débuts de la LNH et fut commun jusqu’au début des années 1980.

17Maintenant, la vitesse du jeu, la force des tirs, les nombreuses déviations et les nombreux tirs effectués lorsque les gardiens ont la vue obstruée font en sorte qu’ils doivent se jeter plus souvent au sol pour bloquer le palet. En effet, la proportion de tirs près du sol est de nos jours très élevée ce qui amène les gardiens à utiliser davantage un style nommé papillon. Dans ce style, le gardien se laisse choir en position sur les genoux sur la glace en s’effondrant sur lui-même, jambières et orteils pointant vers l’extérieur, tandis que le haut des jambières se rejoint. Cette position permet de bloquer les tirs bas beaucoup plus facilement que le style debout et permet au gardien de se relever rapidement afin de réaliser des déplacements latéraux beaucoup plus rapides qu’auparavant. Parallèlement, le gabarit des gardiens (1 m 85 et plus) est beaucoup plus imposant depuis les dix dernières années ce qui fait que même en position papillon (à genoux sur la glace), ils réussissent à bloquer le haut du filet avec un haut du corps plus imposant.

4. Le gardien de but de handball

18Au handball, le gardien de but défend un but de 3 m de large sur 2 m de haut. Ici aussi, le gardien de but est un joueur à part, qui constitue un des maillons essentiels de la réussite sportive. Il est successivement le dernier rempart défensif et le premier attaquant, certains entraîneurs vont jusqu’à affirmer qu’il représente 50 % de l’équipe. Même si ce n’est pas totalement vrai, il est cependant indispensable de se préoccuper très sérieusement de son entraînement. Le gardien de but est quelque peu oublié car il est difficile à gérer dans un entraînement et par ailleurs, les entraîneurs sont rarement des anciens gardiens de but. Ils sont donc beaucoup plus mal à l’aise vis-à-vis des contenus et des qualités à développer.

19Le gardien de but, pour faciliter son intervention, doit prendre des informations sur :

  • La course d’engagement du tireur (excentrée, orientée vers le but).

  • L’impulsion sur le tir (vers le but, vers le premier poteau, vers le deuxième poteau).

  • L’orientation des épaules du tireur (parallèles au but, orientées vers le deuxième poteau, orientées vers le premier poteau).

20Quelle est l’orientation des épaules du tireur ? Si les épaules du tireur sont parallèles à la cage, celui-ci peut atteindre les quatre coins. S’il est orienté vers un des poteaux, il lui sera plus difficile de recroiser ou décroiser son tir (particulièrement vrai à un petit niveau).

21Le gardien doit savoir très clairement que ses parades se font trop tard s’il cherche à connaître la lucarne visée par le tireur d’après la trajectoire de la balle. L’autre possibilité consiste à spéculer sans observation sur une probabilité de tirs dans un coin, de s’y jeter dans l’espoir que le tireur obéira. Pareil comportement donne de temps en temps de bons résultats mais une anticipation systématique est rapidement prise en compte par un bon tireur.

22Les intentions de tir sont reconnaissables précocement. Si le gardien a appris à observer correctement le tireur, il arrive à déduire de la prise d’élan, de l’endroit de l’impulsion ou de celui du déclenchement, du placement du corps ou du bras, la trajectoire probable de la balle. Il pourra anticiper. Les gardiens peuvent lire les tirs adverses et aussi préparer leur parade à temps. La connaissance des capacités motrices dont dispose un tireur dans une situation donnée donc « l’expérience » joue un grand rôle. Un exemple : lorsqu’un pivot pressé par son défenseur côté bras de tir se jette à plat vers l’avant il peut rarement remonter sa balle dans les coins hauts. Information importante pour le gardien, les possibilités du tireur sont réduites à 50 %, il peut se préparer à attaquer une balle basse. Les connaissances des habitudes de tir et les coins privilégiés par l’adversaire permettent au gardien de réagir rapidement et efficacement. Enfin, dans le cadre de ses tâches offensives, il doit parfaitement maîtriser la passe longue afin de pouvoir créer un temps d’avance sur le replacement défensif en échangeant la balle avec un partenaire démarqué par exemple à l’avant de l’espace de jeu effectif. Avec Debanne (2003) nous dirons que l’activité perceptive et décisionnelle du gardien de but de handball est centrale pour accéder à une bonne parade. La gestion de cette parade est effectuée selon des modes réactifs et prédictifs. Les gardiens se préparent à l’action en prélevant des signes sur le tireur avant l’avènement du duel. Au cours du déroulement de ce duel, les informations traitées sont principalement recueillies par voie extéroceptive à partir des possibilités de tir qu’il reste à l’attaquant du fait de son emplacement, de sa vitesse, de sa posture et de ses habitudes.

5. La formation d’un gardien de but

23Avec l’exemple du football, nous allons développer, dans ce paragraphe, quelques aspects didactiques et tactiques du jeu pour un jeune gardien. Il est bien évident que tous les aspects généraux sont valables pour tous les gardiens de but quel que soit le sport collectif concerné, seul des aspects particuliers en fonction des règles primaires de l’activité considérée restent à construire.

5. 1. Les décisions

24Les décisions d’un gardien de but doivent être prises rapidement, à la volée en tenant en compte de l’évolution rapide des conditions de jeu. Les décisions d’un gardien de but sont également décisives, car il n’y a pas derrière eux un joueur pour compenser leurs erreurs. Paradoxalement, un gardien de but doit toujours penser que le tireur est tout aussi susceptible de bourdes que lui-même et il doit toujours être prêt à en profiter. Curieusement, la première décision qu’un gardien devant faire face à un tir doit prendre est de ne pas se précipiter ! En effet, il est préférable de faire face et de réagir par rapport à une situation telle qu’elle se développe, plutôt que d’agir tout de suite. Il faut rester patient jusqu’à ce que le bon moment soit venu pour intervenir.

25Quelques règles pour les gardiens :

  • Forcer le tireur à décider. Mettre la pression sur l’attaquant, l’obliger à décider : temporiser avec la balle, tirer ou passer. Si le gardien est déjà en bonne position et préparé, il ne doit pas agir trop tôt.

  • Être prêt à saisir toute erreur. Dès qu’un attaquant fait une erreur – une touche de balle mal négociée, une mauvaise passe ou un tir faible – c’est le moment pour le gardien de but de sortir.

  • Être prêt à réagir dès que le ballon est parti. Il est facile d’observer le tireur et voir où le tir va arriver. Juste avant que le tir ne soit effectué, le gardien devra garder une position d’attente, capable de réagir quelle que soit la façon dont le tir est effectué.

  • Deviner ce que l’attaquant veut faire doit être réservé aux penalties même si ce n’est pas certain. Si l’option choisie est fausse, une fois que le gardien a plongé, c’est impossible à récupérer.

5. 2. Les sorties

26Concernant les sorties, les gardiens de but inexpérimentés peinent à décider à quel moment se détacher de leur ligne. C’est certainement une décision difficile à prendre, car elle dépend à la fois de la situation sur le terrain, de la vitesse et des capacités de l’attaquant, de la position des autres joueurs en défense et en attaque, des capacités du gardien et de sa confiance. La décision sera prise plus facilement si le gardien part d’une bonne position. La position du gardien de football dans la surface de réparation doit varier en fonction de la position de la balle sur le terrain. Si la balle est dans le tiers offensif, le gardien doit être dans le premier tiers de sa surface de réparation ; si la balle est au milieu du terrain, le gardien doit se situer vers le point de penalty ; pour des balles dans la partie défensive, le gardien se placera à proximité de sa ligne de but. Si le gardien est jeune et petit, ou si l’équipe adverse aime à tirer de loin avec de longs tirs lobés, il lui faut se positionner plus près de la ligne. Une position vers le haut de la surface de réparation permet au gardien de but d’intercepter les longues balles plus rapidement (voire même les intercepter et de les dégager en dehors de cette zone si nécessaire) et met aussi le gardien en situation de soutien pour un défenseur sous pression adverse. L’erreur d’un gardien de but qui reste ancré sur la ligne c’est qu’il laisse la meilleure partie de la surface de réparation à l’équipe attaquante.

27Une autre question très commune mais qui constitue une mauvaise approche du problème est : « Quand dois-je sortir ? ». Elle devrait plutôt être : « Comment dois-je sortir ? » En effet, le moment exact est beaucoup moins critique qu’une sortie rapide et décisive, loin des spéculations. Ce n’est pas seulement pour les duels, mais cela s’applique à toute tentative (centres, passes longues, etc.). Le gardien de but doit choisir le moment où il y a danger de but, puis aller vite vers la balle sans hésiter. Plus d’un but a été marqué parce que le gardien était indécis et la décision d’attaquer la balle ou de rester en bonne position pour arrêter le tir n’a pas été clairement prise. Enfin, il est nécessaire de ralentir quand il atteint le porteur du ballon, en laissant deux longueurs de bras comme espace de sécurité pour éviter d’être dribblé par l’attaquant. Il ne faut jamais commencer une course en reculant. Le gardien doit bien vérifier les informations, bien regarder la situation et attendre le bon moment : le gardien exécute tout cela en étant sur l’avant des pieds et prêt à réagir et aller vers l’avant. Un gardien de but jeune et inexpérimenté peut ne pas avoir la confiance de venir vite sur un attaquant en pointe ou sur un centre. Il faut renforcer la confiance par l’enseignement d’abord des techniques appropriées puis lentement bâtir cette confiance dans des situations de jeu sans pression puis dans des situations de plus en plus tendues. Un gardien qui est confiant dans son jeu au pied et ses attrapers aura moins à s’inquiéter lorsque sera venu le temps d’être agressif.

28Quand faut-il plonger ? Les gardiens de but jeunes et sans expérience demandent souvent quand ils doivent plonger. La réponse est « presque jamais ». Un bon gardien minimise le besoin de plonger en étant en bonne position. Un plongeon ne doit être utilisé qu’en dernier recours et toujours après que le tir ait été déclenché. Le gardien devrait rester sur ses pieds le plus longtemps possible. Une fois qu’il a plongé, il est engagé et ne peut pas changer d’avis si le tireur fait autre chose. Un plongeon est la réaction ultime et désespérée pour un tir, il ne doit être utilisé que dans des situations ultimes et désespérées.

5. 3. La communication

29La communication est essentielle pour chaque joueur sur le terrain de football et première pour le gardien de but. Une fois que le gardien a pris une décision, les défenseurs ont besoin de savoir ce qu’il va faire. Le gardien doit également être un organisateur de ce qui se passe sur le terrain. En effet, il est le seul joueur qui fait face à l’ensemble du terrain tout le temps et il est, souvent, le mieux placé pour voir le développement des configurations du jeu. Le gardien devra connaître au moins ces deux appels de base :

  • « À moi ! » : Cela signifie que le gardien va tenter de prendre la balle, les défenseurs doivent l’aider en facilitant sa sortie. Cela est généralement utilisé lors des centres et des corners.

  • « Dégage ou écarte ! » : Cela signifie le contraire – le gardien ne va pas aller chercher la balle et la défense doit poursuivre son action.

30Le gardien doit crier haut et fort ces commandements et les répéter si nécessaire. Il ne doit y avoir aucun doute dans l’esprit des joueurs autour de la balle. Cela inclut même parfois les avants de l’équipe adverse qui temporisent pour s’informer s’ils pensent que le gardien vient très vite vers eux. Le gardien doit également diriger les mouvements et les positions des défenseurs sur le terrain. Ne vous attendez pas que cela se produise avec de jeunes gardiens, surtout si ceux-ci ne jouent pas dans les buts à temps plein, mais avec l’expérience cela s’apprend. Pour ce faire, le gardien doit étudier le jeu et connaître :

  • Le système de défense utilisé par l’équipe et la façon dont le coach veut que les défenseurs jouent.

  • Les habitudes, les tendances et les points forts de l’équipe que l’on rencontre en relation avec les aspects spécifiques du jeu des joueurs adverses.

  • Le plan de jeu défensif de son équipe quitte à faire des ajustements en fonction de l’évolution des configurations du jeu et de l’état du rapport de forces.

  • Les circulations de balle habituelles des adversaires de telle manière à anticiper la façon dont l’attaque peut se développer.

31En bref, il doit être une sorte de meneur sur le terrain de football. C’est, bien sûr, une pression énorme sur les épaules d’un jeune joueur de football car le gardien doit être en contact avec ses partenaires avec les yeux, par un geste de la main, par une consigne verbale et être soit perçu soit entendu de ses partenaires. Ainsi les défenseurs peuvent mener leurs tâches dans un environnement significatif et éventuellement, le gardien de but sera en mesure de réorienter les priorités en sachant les défenseurs sont associés à la manœuvre. Si le gardien ne se manifeste pas, les défenseurs devront prendre, seuls, leurs responsabilités. La défense ne doit jamais présumer que le gardien veut le ballon à moins que celui-ci par des appels précis ne l’entende autrement. La circulation de l’information entre le gardien et les défenseurs est un point crucial pour envisager la fonction de défense comme un tout. Tout cet ensemble recouvre bien un monde de signes, de significations et un univers où la communication est première pour réussir.

6. Discussion

32Les connaissances des gardiens de but experts sont principalement articulées autour de deux grandes sources d’indices perceptifs ceux préalablement mémorisés sur les tendances, points forts et faibles des attaquants et les résultats des duels précédents et ceux qui sont recueillis par la voie extéroceptive sur l’état et les possibilités encore ouvertes de l’ensemble « tireur – ballon ». Le deuxième est davantage centré sur les procédures mises en jeu par le gardien pour amener le tireur à lancer le ballon dans une partie bien précise de la cible. Ici, le gardien de but utilise des informations produites par la représentation qu’il se fait de sa propre position par rapport à la cible et à l’ensemble « tireur-ballon ». C’est pourquoi, nous pouvons préciser que les gardiens de but gèrent leurs actions à la fois par des processus réactifs et prédictifs.

33Il est donc nécessaire de faire construire par le joueur la base de connaissances (d’orientation ?) lui permettant de rendre signifiant l’activité du tireur. Ceci nécessite de l’expérience qui se construit au fil du temps. Il est également important que le gardien entreprenne la démarche de repérer pour chaque joueur qu’il a l’habitude de rencontrer les façons privilégiées qu’il a de tirer en fonction de ses déplacements, ses directions et la pression défensive. Enfin, commander sa défense avec la coordination des actions de jeu des défenseurs.

34Faire construire au joueur des repères lui permettant, en fonction de ses propres points forts, d’inciter le joueur en possession du ballon à tirer dans un endroit voulu par lui ou bien amener ce joueur dans une zone où le gardien de but pourra intercepter le ballon. Donc, pour les gardiens de but, il paraît possible de mettre en évidence de façon précise.

  • Un certain nombre de positions constantes ayant pour origine leurs conduites typiques ;

  • Une règle d’action qui définit les conditions à respecter et les éléments à prendre en compte pour que l’action soit efficace.

35Qu’est-ce qui sous-tend et explique leur efficacité ? À côté de ces comportements communs, il semble que les placements adoptés par chacun des gardiens soient également en rapport étroit avec leurs potentialités physiques (taille, détente, vitesse de réaction…) ; leurs caractéristiques affectives (cran, rayonnement, émotivité…) ; leurs dispositions cognitives (intelligence tactique, sens de l’anticipation…).

36Mais des questions restent posées. Dans quelle mesure le gardien décide-t-il lui-même de la position qu’il va adopter ? Dans quelle mesure le contexte l’oblige-t-il à adopter une position bien déterminée, nécessaire à son efficacité ?

37Plusieurs aspects apparaissent comme essentiel à la réussite du gardien de but. Tout d’abord, la lecture des trajectoires de balle, pour intervenir au bon endroit et au bon moment, constitue un point crucial. Concernant le jeu des attaquants, le gardien doit être capable d’analyser la conduite de la balle ou du palet par son adversaire direct pour juger du temps dont il dispose pour intervenir. Ce temps n’est jamais pour lui que la possibilité de parcourir ou non une distance. Le temps disponible est le temps qui va s’écouler jusqu’à la prochaine action sur le ballon ou le palet du joueur qui le conduit. Quand la balle s’éloigne suffisamment du pied ou de la crosse de l’adversaire, le gardien possède un capital temps et peut tenter, par exemple, une sortie avec de bonnes chances de réussite. S’il possède moins de temps, il peut néanmoins essayer de réduire l’angle de tir en s’avançant judicieusement.

38Enfin le gardien doit s’efforcer de rester sur ses appuis avants en vue de pouvoir réagir et parer toute frappe soudaine ou tout retour du ballon inattendu. Quoi qu’il arrive le gardien de but restera toujours face au jeu et couvrira son but par un bon positionnement (angle et distance). Sur des ballons aériens, le gardien de but devra avoir la volonté de couper la trajectoire du ballon ou du palet tout en restant face au jeu, cela lui permettant de produire des déplacements rapides et plus hauts si besoin est.

39L’ensemble de ces éléments montre que la prise d’informations avec la sélection de signes à relever est un point très important pour le jeu du gardien de but. L’identification de configurations prototypiques dans différents sports collectifs devrait, aussi, aider à décoder les informations essentielles contenues dans le jeu et son évolution probable en relation avec les habitudes spécifiques de chaque attaquant. Ainsi, de véritables images opératives de chaque joueur pourraient aider le gardien dans son travail d’anticipation.

Table des illustrations

Légende Figure 1. La surface apparente du but et les différents angles de tir. L’angle a est supérieur à l’angle b d’où un danger plus marquant à l’intérieur. De face, les deux angles sont égaux.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Légende Figure 2. La surface apparente du but et les différents angles de tir dans le cas d’un angle plus fermé. L’angle a est très supérieur à l’angle b d’où un danger encore plus important à l’intérieur. Le point de départ du déplacement du gardien se situe en x.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k
Légende Figure 3. Un gardien de but de hockey sur glace avec son équipement.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search