Version classiqueVersion mobile

Des signes au sens

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Quelques fondements théoriques à propos de l’analyse et de la perception du jeu

Jean-Francis Gréhaigne

Texte intégral

1Notre intention en écrivant ce chapitre n’est pas de faire une revue de question exhaustive concernant les problèmes des processus cognitifs conscients en rapport avec l’activité du joueur en situation d’affrontement. Mais, comme on nous l’a beaucoup ressassé voire mis en garde, « Ah ! mon pauvre monsieur les processus cognitifs, la prise de conscience, les apprentissages… », Aussi, allons-nous, dans ce texte, à l’aide de quelques auteurs et écoles de pensée tenter de fonder les hypothèses théoriques qui guident notre travail dans ce domaine.

2En préalable, nous affirmons que, dans la pratique d’activité physique sportive et artistique (APSA), il paraît déterminant de ne pas oublier qu’elle concerne des personnes qui, lorsqu’elles s’y engagent pour différents motifs, mobilisent toutes leurs ressources (Garbarino, 1997 ; Mouchet, 2003). Les processus cognitifs, attentionnels, émotionnels, sensori-moteurs sont tous en jeu, condensés et intériorisés dans l’organisation et la régulation de l’action. Ils y assurent, à des degrés divers selon la tâche, l’expertise ou des fonctions de base. Dans la pratique et l’apprentissage des APSA, la référence centrale, n’est donc pas un mouvement segmentaire linéaire, calibré, réalisé dans des conditions artificielles mais le mouvement en tant que composante d’une conduite humaine dans un environnement qui lui donne tout son sens (cf. Bouthier & Durey, 1994).

3Un autre auteur, Deleplace (1979) insiste sur la nécessaire conscientisation du jeu. Le joueur ne pourra orienter le jeu qu’en possédant un schéma abstrait rendant compte, de façon opératoire au niveau mental, de la logique d’action correspondant à la situation évolutive particulière à laquelle se rapporte la configuration du jeu. De façon opératoire, c’est-à-dire d’une façon qui permet au joueur d’agencer les éléments du jeu, grâce en particulier à la possibilité d’anticipation mentale dans l’élaboration, au fil de l’action, d’une suite de décisions. Car, ce que le sport collectif semble souligner de plus en plus, c’est que le joueur ne peut pas ne pas être mentalement actif, en même temps que physiquement et physiologiquement actif, dans les rapports d’opposition.

4En même temps, il apparaît qu’il y a, entre la représentation mentale, les opérations mentales que le joueur met à son service pour agir, et les effets obtenus dans l’action concrète (les résultats obtenus dans le jeu réel), un processus illimité de transformation réciproque. Les réalisations successives, dans le « présent », tout en utilisant la structure d’action mentale, telle qu’elle est momentanément construite, provoquent un approfondissement et une transformation de cette structure par le joueur lui-même l’amenant ainsi à la faire évoluer. Finalement, cette représentation opératoire est essentiellement personnelle. Elle est le résultat de l’assimilation par le joueur du « modèle » de structure d’action mentale construite en rapport avec son vécu et à son effort de transformation de ce vécu. Il y a, donc, une véritable dynamique entre structure d’action mentale et action explicite. Il faut que le joueur lui-même puisse la faire jouer pleinement, selon sa logique intrinsèque. Ici, les informations provenant de la présence active de l’adversaire en quelque sorte sont indispensables à la construction du joueur.

5Ainsi, concernant les sportifs collectifs, la tactique représente la contribution active du facteur conscience, tant pendant le match, qu’au cours de la préparation pour le match. La notion de « tactique » peut être définie comme « la totalité des actions individuelles et collectives des joueurs d’une équipe, organisée et coordonnée rationnellement et de façon unitaire, dans les limites du règlement du jeu et de l’éthique sportive, en vue d’obtenir la victoire » (Téodorescu, 1965).

6Après cette brève présentation, nous allons nous intéresser successivement aux apports de Dimitri Ochanine, Friedrich Mahlo, Jacques Paillard ainsi qu’à ceux des écoles de pensée concernant la conscience de la situation et la théorie de l’activité.

1. L’apport d’Ochanine

7Si l’on suit les propositions d’Ochanine, dans les situations de sport collectif, du point de vue de l’activité du joueur, il existe dans l’affrontement des éléments et des relations qui, pour résoudre les problèmes posés par la situation de jeu, ne présentent pas d’intérêt. Le joueur peut en faire abstraction lorsqu’il tente de résoudre les problèmes posés par le jeu. Par contre, il existe d’autres relations indispensables pour faire évoluer favorablement les configurations du jeu. Ochanine (1978) appelle « structure opérative » la structure qui réunira toutes les relations indispensables à l’activité et elles seules. Cette structure sera, pour l’auteur, la plus pertinente, la plus fiable et donc la plus simple. Enfin, « l’image opérative » est le reflet de la structure opérative dans la conscience du joueur. Pour nous, dans le jeu, le traitement de l’information par le joueur s’effectue par l’intermédiaire des images opératives.

8L’auteur distingue les images opératives des images cognitives. Les images cognitives sont le reflet intégral des objets dans toute la diversité de leurs propriétés accessibles. En revanche, les images opératives sont des structures informationnelles spécialisées qui se forment au cours de telle ou telle action dirigée sur des objets (Ochanine & Koslov, 1971, p. 1). Cette distinction permet à l’auteur de souligner l’ambivalence fonctionnelle de l’image : l’image est, en même temps, instrument de connaissance et régulateur de l’action. En effet, l’image opérative forme un ensemble informationnel spécialisé dont le contenu et la structure dépendent des tâches qui constituent une action concrète sur un objet. Comme chez les débutants, l’aspect cognitif tend à accumuler le plus d’informations possibles sur le jeu ce qui est contradictoire avec une décision rapide, alors que l’aspect opératif ne recense que les éléments utiles à la décision. En outre, Ochanine distingue deux types d’images opératives selon la fonction qu’elles remplissent dans le traitement de l’information au cours de l’action : les images afférentes et les images effectrices. Les images opératives afférentes conditionnent les états successifs des configurations du jeu. Par contre, les images opératives effectrices conditionnent le choix et la préparation des décisions d’action. Elles sont définies comme images de l’action projetée sur le jeu.

9Ici, comme le joueur évolue dans un milieu dynamique et sur des objets dynamiques, le reflet de son activité sera également dynamique. De ce fait, pour Ochanine les images dynamiques correspondantes doivent être considérées comme des images opératives. De plus, l’aspect dynamique des images opératives correspond pour lui à une anticipation sur le devenir du processus contrôlé par le joueur. La prévision du déroulement des événements représente en fait leur reflet anticipé dans la conscience sous forme d’images dynamiques opératives. À la suite d’un tel reflet, l’image se transforme avec une certaine avance par rapport à la dynamique instantanée du jeu. Ce reflet anticipé n’est pas seulement cognitif. En effet, il permet au joueur de préparer ses actions, de mobiliser ses compétences motrices. Alors, l’image opérative n’est pas seulement le reflet subjectif du jeu, mais le reflet de l’action projetée sur les configurations du jeu en cours. De ce fait, en fonction des rôles et des fonctions dans les équipes, une même configuration du jeu peut générer différentes images opératives.

1. 1. Comment l’image opérative se construit-elle ?

10L’image opérative est construite au cours du jeu, pour l’action et par l’action. Nous venons de voir qu’elle est le reflet de la structure opérative du jeu dans la conscience du joueur. Par ailleurs, la structure opérative correspond à l’ensemble des éléments de la configuration momentanée du jeu les plus pertinents pour résoudre la tâche.

11Ochanine (1969) souligne, également, que l’information contenue dans l’image opérative est structurée en un tout cohérent dont les constituants s’inscrivent dans un ensemble de relations déterminées. Aussi, il est important de souligner que le contenu de l’image opérative est fortement influencé par la finalité de l’action. Par conséquent, dès lors que le but poursuivi par le joueur est modifié, l’image opérative peut s’avérer inopérante. Dans ce cas, la recherche de moyens à employer pour répondre à cette évolution du jeu conditionne la formation d’une nouvelle image opérative qui leur soit adéquate (cf. Ochanine & Zaltzman, 1971). Une telle succession correspond, aussi, à une modification continuelle de l’activité motrice dans sa qualité, dans son intensité et dans son orientation spatiale. On voit bien qu’il faut développer systématiquement les facultés cognitives d’un joueur en étroite relation avec une formation des compétences motrices.

12Mahlo (1966, p. 37) analysait ainsi une erreur tactique : « Un joueur voit s’ouvrir devant lui la route du but adverse, il exécute l’action qu’il a apprise pour cette occasion. L’adversaire direct d’un de ses partenaires s’interpose brusquement, ce qu’il n’a pas décelé à temps. Le résultat est qu’il voit son tir contré. S’il avait perçu et analysé la situation, il aurait pu résoudre correctement le nouveau problème et ainsi adresser une passe à un partenaire démarqué ». Dans ce contexte, Ochanine appelle l’information, qui vient au sujet au cours de l’action, « information-signal ». Pour l’auteur cette information-signal interagit activement avec l’image opérative (Ochanine, 1969). En outre, il définit également un autre type d’images opératives : les images opératives de référence. Ces images opératives de référence seraient, pour nous, des structures opératives de configurations du jeu, stockées en mémoire au cours de la pratique. Chaque fois que le joueur agit sur le jeu, il peut en dégager une structure opérative spécifique à chaque configuration. Ainsi, pour un même affrontement, différentes structures opératives seraient accumulées et compilées en une seule image de référence généralisée. En sport collectif, ces images de référence pourraient être les configurations prototypiques du jeu (Zerai, Caty & Gréhaigne 2009). Cette image opérative de référence se constitue d’une compilation synthétique des expériences passées ; quant à elle, l’image-signal recouvrirait une perception immédiate.

13Pour Ochanine, la formation de l’image de référence et la perception (ou information-signal) ont des effets réciproques. L’image de référence en formation, en « filtrant » les informations redondantes, participe à la formation progressive d’une « image opérative perceptive » qui, à son tour, constitue une base de correction pour l’image de référence, en maintenant, de la sorte, un bon niveau opératoire. Ainsi, l’image opérative résulte de la confrontation de l’information dont le sujet dispose déjà (l’image de référence) et de l’information qu’il perçoit dans les configurations du jeu (information-signal). Cette information préexistante, à laquelle est confrontée l’information extéroceptive de l’instant, apparaît très souvent organisée en une image opérative (Ochanine, 1977).

14Comment rendre compte de l’interaction des trois formes images (de référence, signal, opérative) lors d’une séquence de jeu ? Au départ, le joueur perçoit une image-signal de l’évolution des configurations du jeu ; il la compare avec une ou plusieurs images de référence (configuration prototypique) qu’il possède en mémoire ; s’il y a conformité entre les deux images, il applique la ou les réponses déjà construites. Si le joueur n’a pas dans son répertoire de réponses disponibles les éléments pour faire face aux configurations du jeu qui se déroulent, il tente de découvrir une stratégie opératoire qui résoudra le problème posé. Bien souvent, ce type de décision renvoie à assurer la conservation du ballon plutôt qu’une prise de risque.

1. 2. Particularités de l’image opérative

15Ochanine définit trois caractéristiques principales de l’image opérative : la finalisation, le laconisme et les déformations fonctionnelles (Ochanine et al., 1972). La finalisation est la propriété principale de l’image opérative. En effet, Ochanine distingue l’image opérative de l’image cognitive du fait que la première se forme au cours d’une action donnée dans le jeu, alors que la seconde est le reflet instantané de ce jeu. Par ailleurs, nous avons vu qu’une image opérative pouvait ne plus être adéquate pour l’action de jeu en cours si les décisions prises en jeu modifiaient l’évolution des configurations du jeu. Le fait que le joueur doit continuellement ajuster son image opérative à l’évolution de l’affrontement est une preuve de la finalité de cette construction mentale. Ochanine souligne que la structure opérative du jeu sera celle qui contiendra le plus petit nombre possible de relations ou, en d’autres termes, celle qui, par le plus petit nombre possible de relations, fournira au joueur un maximum d’informations pertinentes sur les configurations du jeu. Les débutants et plus largement les personnes qui n’ont pas la responsabilité de la mise en œuvre des tâches ont tendance à établir des images cognitives, neutres et précises. Aussi, d’un débutant encombré par une multitude d’informations, au joueur de haut niveau qui ne relève que quelques indices pertinents, voire apporte une réponse sans, apparemment, avoir relevé d’indice, permet d’affirmer qu’une transformation qualitative s’est opérée.

16Donc, la finalisation de l’image opérative a pour conséquence directe la sélection de l’information pertinente. En effet, pour Ochanine l’image opérative ne retient que ce qui est directement utile à l’action, en ce sens elle est sélective. Tout doit être économique : par rapport à l’image cognitive, elle est laconique. Nous retrouvons ici l’idée que le reflet subjectif de l’objet construit dans la conscience du sujet ne relève pas d’un décalque des configurations du jeu. Ochanine va plus loin dans cette idée de sélection des informations pertinentes, en ce sens que pour lui l’image opérative est une déformation fonctionnelle de la réalité. La déformation fonctionnelle est l’accentuation des « points » informatifs les plus importants en fonction de la tâche visée. Cette déformation est dite fonctionnelle tout d’abord parce qu’elle implique que ce reflet soit toujours adéquat à l’action en cours. Ensuite, cette déformation est fonctionnelle parce qu’elle vise à minimiser les possibilités d’erreurs. Pour Ochanine, la déformation fonctionnelle des images opératives vise toujours à supprimer ou à ramener au minimum l’incertitude de la situation de jeu.

17Par exemple, au moment de la confrontation entre l’information-signal et les images de référence, la déformation fonctionnelle permet de réduire les risques d’erreur au moment de la détermination des configurations prototypiques qui vont servir de source à une décision. Elle augmente les différences et maximalise les ressemblances. Enfin, la déformation est fonctionnelle car elle manifeste la souplesse et la plasticité de l’image opérative. Il suffit que la tâche à effectuer ou les conditions concrètes de son accomplissement changent pour que les indicateurs pris en compte dans la déformation fonctionnelle évoluent. Cette évolution de l’image opérative au cours des apprentissages fait que de plus en plus, les détails non significatifs sont négligés au profit d’indicateurs pertinents. En d’autres termes, les écarts observés par rapport aux configurations sont des déformations fonctionnelles. Cela permet de mettre en évidence que les déformations fonctionnelles, caractéristiques de l’image opérative, n’apparaissent qu’avec l’expérience. Trois phases semblent sous-tendre ce processus :

  • une phase de réactions désordonnées qui témoignent des prises d’informations peu structurées qu’effectue le joueur face à une situation nouvelle ;
  • une phase de recherche et de mise en évidence de la structure opérative qui témoigne des essais « de réponse opératoire » du joueur ;
  • une phase de fixation définitive de la structure opérative au terme de laquelle la performance devient maximale tant que le joueur est adapté à l’affrontement.

18En conclusion, l’image opérative renvoie donc à une construction mentale du jeu (un reflet dans la conscience du joueur), ou du système particulier sur lequel le joueur agit. En outre, elle ne représente que les éléments qui sont pertinents pour le joueur en fonction de la tâche qu’il a à exécuter. C’est pourquoi, Ochanine la décrit comme laconique et lui attribue la caractéristique de présenter des déformations fonctionnelles. Cette image opérative est également liée aux connaissances du sujet (cf. image cognitive, image de référence) et Ochanine lui attribue une capacité anticipative liée à l’image dynamique opérative. Enfin, l’image opérative revêt un caractère transitoire : elle est étroitement liée à l’action en cours. De ce fait, elle est modifiée dès que les conditions de jeu évoluent. Ce caractère transitoire suggère que cette image élaborée d’une part à partir des informations perçues dans l’environnement (information-signal) et d’autre part à partir des connaissances en mémoire à long terme (image de référence) le soit dans une structure psychique différente de la mémoire permanente. Pour Ochanine, l’image opérative est élaborée dans la conscience du joueur.

2. Les apports de Friedrich Mahlo

19Concernant les signes et le sens, l’ouvrage de Friedrich Mahlo (L’acte tactique en jeu) constitue un référent pour les sports collectifs en ce sens qu’il établit des relations entre des connaissances fondamentales et une méthodologie propre aux sports collectifs. « Le fait de résoudre par l’action des problèmes en situation de jeu oblige le plus souvent à ordonner avec discernement la situation problématique et la solution qui amène le joueur à des connaissances subjectivement nouvelles » (Mahlo, 1969, p. 11). L’analyse de l’action tactique dans les jeux sportifs est donc en définitive, l’analyse de l’activité en jeu elle-même. Cette attitude vis-à-vis de l’analyse de l’action de jeu fait qu’il existe pour les joueurs une interaction compliquée entre les fonctions psychiques et la forme réelle ou le type d’activité. Lorsqu’on analyse l’action tactique, il faut donc partir de ses formes concrètes spécifiques et des signes qu’elle génère. « Comme l’activité en jeu représente, dans son essence même, la solution de nombreux problèmes apparaissant dans telle ou telle situation, la pensée tactique en tant que processus intellectuel de cette solution est une composante indissociable de cette activité » (Mahlo, ibid, p. 28).

Figure 1. Les phases de l’action de jeu selon Mahlo (1969 ; texte publié à l’origine en allemand en 1965 et 1966).

20La solution motrice est en rapport avec le choix des réponses et le moment de leur exécution. Ayant reçu et filtré les informations recueillies sur les configurations du jeu, le joueur doit maintenant décider de l’action appropriée. L’expérience, le répertoire de réponses disponibles, la mémoire, le savoir tactique, le jugement et l’activité mentale ont un impact direct sur la détermination du « quoi faire » et du « quand le faire ». De plus, certains facteurs psychologiques, comme la motivation, la place et le statut dans l’équipe influencent aussi cette décision. Le mouvement ou l’action motrice qui en résulte est par conséquent le fruit d’une décision réfléchie, complexe et volontaire. Ici à l’interface de la décision et de la réponse motrice s’effectue un calcul entre ce qui a été perçu et ce qu’il est possible de réaliser en fonction du répertoire des réponses utilisables, du temps disponible…

21L’exécution se traduit par la coordination sous contrôle de plusieurs compétences motrices. Elle correspond à la mise en œuvre, à la coordination et à la régulation, à différents niveaux du contrôle moteur, des signaux envoyés aux muscles en vue de la réalisation du mouvement (cf. Paillard, 1994). Comme feed-back intrinsèque, il reçoit un certain nombre d’informations, à partir de ses différents sens, sur son placement, son déplacement, sa vitesse, ses tensions musculaires, les chocs qu’il reçoit… Quant au feed-back extrinsèque, il est le plus souvent associé à la prise de conscience du rendement et / ou des résultats, soit individuellement soit avec l’apport d’une tierce personne. Ainsi pour Mahlo, toute activité de jeu est un acte forcément tactique quel que soit le niveau où se situe le joueur, car il consiste à résoudre pratiquement et dans le respect des règles primaires, un grand nombre de problèmes posés par les diverses situations de jeu. Dans cette complexité, nous pouvons, néanmoins, distinguer différents niveaux d’abstraction qui consistent à :

  • réfléchir collectivement sur les données concrètes de la situation en liaison étroite avec la perception et le jeu ;
  • utiliser la pensée tactique liée au jeu mais dépassant la situation concrète. Ceci opère un rapprochement entre la situation telle qu’elle a été reconnue et des règles, des principes, des réponses ;
  • recourir à la pensée tactique abstraite qui n’est pas directement liée à l’acte de jeu mais qui opère à l’aide de représentations figurées ou de généralisations abstraites pour apporter des réponses aux problèmes posés.

22Ce cheminement qui fonctionne essentiellement par imprégnation est nécessaire car ne pas poser le problème de la formation de la pensée tactique c’est amener les élèves à apprendre schématiquement et donc à jouer de même. La réflexion sur la nécessité de combiner dans les situations d’apprentissage information extérieure (les pairs, l’enseignant ou l’entraîneur) et auto-information devient primordiale.

23Comment articuler pensée tactique et action concrète sur le jeu ? En effet, rien n’est plus nécessaire que de penser notre action en agissant de façon réfléchie sur les configurations du jeu pour transformer.

3. Les apports de Jacques Paillard

24La ségrégation des activités de traitement des compartiments sensori-moteurs et cognitifs pose le problème des interactions fonctionnelles qui s’établissent entre eux (Paillard, 1986). Pour cet auteur, percevoir les réalités du monde (et non pas seulement y être sensible) c’est en fait reconnaître dans notre expérience perceptive ce qui est conforme aux représentations internes que nous avons catégorisées dans nos mémoires et que nous avons le pouvoir d’évoquer consciemment. Agir (et non pas réagir) c’est d’abord prévoir les conséquences de nos projets d’actions futures sur la base de nos expériences passées, c’est aussi pouvoir inhiber l’action projetée.

25Concernant les configurations momentanées du jeu et les configurations perçues par le joueur, on peut dire que « l’apprentissage perceptif consiste à extraire des schèmes de configurations d’indices pertinents caractéristiques, dont la covariance ou la co-présence, dans une situation donnée, permet de réduire le temps d’analyse et d’évolution du contexte informationnel, par le choix d’indicateurs privilégiés, prédictifs de la situation globale. Cela permet (…) « l’identification de structures d’espaces propres à rendre compte de l’étonnante capacité de notre système nerveux à détecter les invariants et les régularités. Ce qui nous confronte au problème de l’identification des critères qui déterminent le choix parmi les directions possibles que peut prendre le processus organisationnel, de celles qui seront retenues et stabilisées » (Paillard, 1987, p. 1422).

26L’activité adaptative (Paillard, 1994) s’inscrit dans une relation individu / environnement dont le médiateur est l’acte moteur. C’est à la fois le processus dynamique, manifestation de l’intelligence active à l’œuvre dans l’activité d’apprentissage et le produit final issu de ce processus désigné comme adaptation durable conservée sous forme d’une ressource disponible.

Figure 2. Deux modalités de traitement de l’information (Paillard, 1994).

27La motricité est une forme spécifique d’action, régulée par des activités mentales. L’organisme humain peut réagir aux sollicitations extérieures à partir de deux niveaux de traitement de l’information.

  • Les traitements sensorimoteurs qui entretiennent un dialogue direct avec l’environnement et relient les informations sensorielles aux activités motrices qui ont justifié leur prélèvement. Ils sont dotés de possibilités d’adaptation autonomes qui les rendent capables d’ajuster les circuits sensori-moteurs aux contraintes environnementales et à celles du fonctionnement du sujet. Ils permettent donc une adaptation réactive extrêmement économique.
  • Les traitements cognitifs gèrent les informations issues du traitement sensorimoteur. Ils sont contrôlés par le projet d’action et entretiennent un dialogue avec le modèle d’environnement qu’ils ont élaboré dans leurs mémoires. Ils présentent la capacité à mobiliser des processus attentionnels de contrôle et assurent donc une gestion consciente mais ciblée, soumise à la capacité de prise et de traitement de l’information.

4. Les apports de la conscience de la situation

28Avoir conscience de la situation c’est être capable de donner aux faits observés une interprétation cohérente d’une part et d’anticiper sur les futurs états de ces éléments d’autre part. Les travaux fédérés par le concept de conscience de la situation (CS) se caractérisent par un foisonnement de concepts sémantiquement voisins mais dont les portées et les domaines d’application peuvent être très éloignés. Ainsi, les termes d’image mentale, de représentation ou de schéma renvoient tous à des productions cérébrales modélisant le monde qui entoure le sujet. Selon que les auteurs considèrent ces productions comme étant verbales ou symboliques, elles joueront des rôles très différents dans leurs modèles respectifs. De même, les notions de mémoire à court terme, de mémoire de travail et de mémoire opérationnelle expriment toutes l’idée d’un stockage temporaire d’informations pour traiter les tâches en cours.

29Les travaux sur la conscience de la situation trouvent leur origine dans le domaine des processus dynamiques, caractérisés par la nécessité de réactualisation permanente des éléments à prendre en compte. Ces travaux ont mis en évidence le fait que dans les situations dynamiques et complexes, l’enjeu de la compréhension est d’assurer en permanence la cohérence entre les éléments sur lesquels porte l’attention et le répertoire de réponses disponibles. En outre, les décisions se forgent différemment selon qu’elles sont prises dans le cadre de situations d’apprentissage où le décours du temps est aménageable ou en prise dans une situation réelle d’affrontement sous contrainte temporelle forte.

30L’aspect novateur des travaux fédérés par le concept de conscience de la situation réside d’une part, dans le fait qu’ils n’isolent plus les processus décisionnels des situations où ils se créent, et d’autre part, dans le fait qu’ils portent leur analyse moins sur l’acte de la décision elle-même que sur les éléments qui la déterminent en amont. En d’autres termes, ces travaux tentent de comprendre comment les individus établissent le cadre des actions possibles en étroite relation avec les situations qu’ils doivent gérer (Hoc, 1991). En effet, les décisions s’établissent différemment selon qu’elles sont prises dans le cadre d’études de laboratoires ou en prise avec une situation réelle.

4. 1. Conscience de la situation

31La conscience de la situation (CS) est fonction du degré avec lequel la perception d’un environnement courant reflète la réalité, globalement et en détail. Il s’agit de la capacité d’identifier, de traiter et de comprendre les éléments critiques constituant les renseignements relatifs à la tâche à accomplir. Cela permet de savoir ce qui se passe autour de soi et éventuellement de prédire l’évolution de la situation. Ensuite si l’on peut continuer de devancer la situation, cela est encore mieux. La définition de la conscience de la situation la plus communément retenue nous vient de Endsley (1988, 1995) : « la perception des éléments dans l’environnement à l’intérieur d’un volume de temps et d’espace, la compréhension de leur signification et la projection de leur état dans le futur proche ». Dans la figure 3, Jones & Endsley (2000) mettent l’accent sur les modèles mentaux pour leur rôle important dans la prise de décision. De ce fait, elle leur attribue une place importante dans l’élaboration de la CS. Ainsi, les modèles mentaux seraient des mécanismes par lesquels les humains peuvent produire des descriptions de situation, des systèmes explicatifs ainsi que des prévisions sur une évolution probable. En outre, Endsley rappelle qu’un modèle mental procure des connaissances sur la situation qui permettent de diriger l’attention sur les éléments pertinents de la situation (niveau 1). Cela fournit du sens pour comprendre les éléments de la situation (niveau 2) et enfin donne un moyen d’anticiper les états futurs de la situation à partir de l’état courant et de la prise en compte du dynamisme de l’environnement (niveau 3).

Figure 3. Modèle mental et conscience de la situation de Jones & Endsley (2000).

4. 2. Les trois niveaux ou phases hiérarchiques

32Le modèle présenté figure 3 comporte les trois niveaux ou phases hiérarchiques, de la conscience de la situation que nous allons examiner plus avant.

- Niveau 1 de la CS

33C’est le niveau le plus bas de la conscience de la situation. La perception des éléments de l’environnement constitue la première étape pour obtenir une CS. Elle consiste à percevoir avec précision des renseignements et à reconnaître les éléments pertinents dans l’environnement immédiat. L’atteinte du niveau 1 de la CS est d’abord et avant tout une question d’attitude personnelle et de désir véritable de s’impliquer. De façon plus générale, il s’agit également d’une question d’attention, de mémoire, de concentration, de vivacité d’esprit, d’état physique et mental appropriés…

- Niveau 2 de la CS

34C’est la compréhension de la situation courante. Cette étape est basée sur une synthèse d’éléments disjoints du niveau 1, de manière que le niveau 1 de la CS fournisse les fondements du niveau 2 de la CS. Le niveau 2 de la CS va au-delà de la simple conscience des éléments qui sont présents, afin d’inclure une compréhension précise de leur signification. En se basant sur la connaissance des éléments du niveau 1 de la CS, on se forme une image intégrée de l’environnement. Il s’agit de rassembler les morceaux du casse-tête. Pour atteindre le niveau 2 de la CS, on doit d’abord bien connaître le niveau 1 et posséder une formation et des connaissances pertinentes relativement à la tâche à accomplir, aux systèmes, aux opérations et aux tactiques.

- Niveau 3 de la CS

35La prédiction d’un état futur constitue le plus haut niveau de conscience de la situation. Cette étape fait appel à la capacité de prédire de quelle façon la situation actuelle évoluera et de quelle façon elle influencera les opérations futures en relation avec la prise en compte de l’environnement. La réussite en matière d’atteinte du niveau 3 de la CS dépend principalement de l’expérience et des compétences antérieures. Alors, pour posséder une CS complète et totalement intégrée, il faut être concentré, être physiquement et mentalement alerte, connaître la tâche, les systèmes de jeu, les opérations et les tactiques, être avant tout compétent.

36Concernant un problème qui nous intéresse beaucoup en sport collectif, Adams, Tenney & Pew (1995). (1995) expliquent la conscience de la situation en terme de cycle de perception / action, mais à la différence d’Endsley, ils suggèrent que la conscience de la situation devrait être conceptualisée comme produit et processus. De ce fait, ces auteurs proposent, pour la conscience de la situation en tant que produit, l’état du schéma actuellement activé, alors que comme processus, elle correspondrait à l’état actuel du cycle perceptuel entier. Cependant ce n’est pas toujours le cas. En effet, il arrive que la configuration sélectionnée ne soit pas la bonne : soit, les données recueillies par l’exploration perceptive ne correspondent pas aux attentes du schéma, soit, les attentes fournies par le schéma sont en désaccord avec les données disponibles dans le jeu. En conséquence, Adams et al. (1995) scindent la partie « schéma de l’environnement actuel » en deux boîtes. La première boîte est appelée « focus explicite » et correspond pour les auteurs à la mémoire de travail. À chaque instant, elle ne contiendrait qu’un nombre très limité de données en relation avec des connaissances en mémoire à long terme. La seconde boîte est appelée « focus implicite ». Il contient l’intégralité du schéma qui n’est que partiellement représenté dans le focus explicite. On retrouve en partie ici la différence introduite par Ochanine entre image et structure opérative. En outre, Adams et al. intègrent deux types de mémoire à long terme : une mémoire épisodique et une mémoire sémantique. La mémoire épisodique à long terme contient tous les schémas qui ont été construits ou activés au cours du jeu. La mémoire sémantique à long terme contient la connaissance générale acquise au cours de la vie. Cela permet à Adams et al. (1995) d’envisager plusieurs niveaux de traitements de l’information. En effet, ce qui nous importe le plus sont les informations traitées en mémoire de travail pour utilisation immédiate. Le second point essentiel du travail de Adams et al. (1995) porte sur la circularité de ces processus qui rappelle que nous sommes confrontés à des mécanismes cognitifs dynamiques.

37Ainsi est brisé le cadre rigide des trois niveaux définis par Endlsey et, bien que cette auteure souligne que ces trois niveaux sont inter-indépendants, elle leur attribue une structure hiérarchique voire séquentielle. Un point commun à toutes ces approches est de faire référence à des concepts plus ou moins flous voire polysémiques. On ne peut pas s’empêcher de penser que ces modèles récents sont finalement très proches de celui proposé par Mahlo en 1965. Endsley, ne fait que reprendre, en développant leurs rapports à l’environnement, les modèles issus de la psychologie soviétique, Adams et al. spécifient mieux la liaison perception / action. Concernant plus précisément l’apport de la psychologie soviétique, nous allons nous intéresser maintenant aux travaux de Bedny et Meister (1999).

5. L’activité

38La Théorie de l’Activité (TA) prend ses racines dans l’école historique et culturelle soviétique de la psychologie, fondée par Vygotsky et ses continuateurs, notamment Leontiev et Luria.

5. 1. La théorie de l’activité

39Cette théorie constitue un paradigme psychologique qui est une base pour l’étude du comportement en situation de travail. Dans la théorie de l’activité, l’action est considérée comme l’unité principale d’analyse de l’activité. Les termes action et activité s’étendent aux actions motrices et aux activités cognitives. Chaque action est liée à des buts spécifiques et conscients qui doivent être atteints pour réussir la tâche. En effet, la théorie de l’activité suppose que les comportements sont dirigés par les buts. Ainsi, l’activité est un flot continuel d’actions délimitées par des buts intermédiaires. De ce fait, la théorie de l’activité souligne la dynamique interne liée au traitement actif des images internes et des représentations cognitives. Les buts sont alors considérés comme des images idéales des futurs résultats de l’activité (Bedny & Meister, 1997). Par ailleurs, les processus cognitifs peuvent être décrits comme des systèmes d’actions et d’opérations mentales orientées pour atteindre un but conscient.

40Dans la théorie d’activité, la tâche est fondamentalement un effort de résolution de problèmes avec une représentation mentale subjective sous-jacente de la tâche (Bedny & Karwowski, 2004). Par ailleurs, pour Bedny et Meister (1999), l’activité peut être divisée en trois étapes.

  • L’orientation : le sujet développe un modèle subjectif de la réalité. Cette image dynamique du monde fournit une interprétation cohérente de la réalité et des anticipations sur les états futurs de la situation.
  • L’exécution : elle inclut la prise de décision et l’exécution de l’action dirigée pour atteindre le but conscient.
  • L’évaluation : elle fournit une appréciation du résultat de l’action produite. Cette dernière étape peut mener à corriger l’action ce qui influencera l’orientation et l’exécution.

41Ainsi, l’orientation peut être modifiée par les buts ou par les états internes et les résultats des actions cognitives. De ce fait, des erreurs dans l’étape d’orientation de l’activité résultent d’une mauvaise compréhension de la situation et peuvent causer des effets en cascade sur les étapes suivantes de l’activité.

5. 2. Place de la Conscience de la Situation dans l’activité

42Ainsi, d’une part, parce que l’orientation et la Conscience de la Situation précèdent la prise de décision et l’exécution de l’action, et d’autre part, parce qu’elles visent toutes deux à comprendre la situation, Bedny et Meister (1999) considèrent la conscience de la situation comme équivalente à la première étape de l’activité : l’orientation. Le but premier de l’orientation est de créer une réflexion, un reflet de la réalité qui est le processus qui construit le modèle dynamique de la situation. Un tel modèle doit être adéquat aux buts des actions effectuées à un moment donné et de ce fait il doit être actualisé en fonction de la situation et des actions du joueur. En outre, le modèle mental dynamique exécute des fonctions d’orientation et des fonctions de régulation de l’activité (Bedny, Karwowski, & Jeng, 2003). Ainsi, les auteurs considèrent donc la conscience de la situation comme une composante importante de l’activité parce qu’elle fournit une orientation réfléchissante, consciente et dynamique de la situation. Par ailleurs, les auteurs précisent que dans la théorie de l’activité, la réflexion dynamique de la situation n’est pas élaborée uniquement via la mémoire et l’attention mais met également en œuvre une pensée opérative. Cependant, bien qu’ils reconnaissent l’importance du concept de conscience de la situation, Bedny et Meister (1999) sont critiques sur le modèle de Endsley. Dans son modèle, la conscience de la situation est traitée simplement comme une autre boîte dans l’écoulement du diagramme du système humain de traitement de l’information. Les auteurs semblent vouloir accorder une place plus importante à la conscience de la situation.

43En 1999, ils présentent à l’aide d’un modèle, une approche interactive des sous-systèmes en situation d’évaluation (Fig. 4). Dans ce type de modèle, l’unité principale d’analyse est le bloc fonctionnel. Un bloc fonctionnel peut être considéré comme étape particulière du traitement d’information. Bedny et Meister (ibid) incluent les mêmes processus psychologiques mais utilisés de différentes manières en fonction de l’activité. Le modèle représenté figure 4, fait intervenir les concepts d’expérience, de connaissance, de motivation et de but. Pour nous, l’intérêt réside plus particulièrement sur le bloc 3 à propos des « conditions subjectivement pertinentes de la tâche ». Les auteurs précisent que le fonctionnement de ce bloc implique particulièrement la mémoire de travail (Bedny et al., 2003). Ce bloc 3 a pour fonction de former plusieurs modèles de la situation qui diffèrent dans leur représentation subjective, mais qui sont basés sur la même réalité. En effet, les auteurs précisent que la réflexion mentale d’une situation n’est pas le reflet de la réalité dans un miroir. Par ailleurs, l’organisation dans le temps et dans l’espace des différentes représentations élaborées par le sujet permet d’analyser la dynamique globale de la situation. De ce fait, ce bloc est fortement impliqué dans la création et le développement des modèles dynamiques de la situation. Bedny et Meister font référence à la notion de reflet, souvent présente dans les textes soviétiques, elle provient de la théorie du reflet considérant la pensée et la conscience comme issues d’une représentation du monde extérieur. Cette idée est fondamentale dans la théorie de l’activité où les processus psychiques exécutent une fonction réfléchissante. Pour les auteurs, ce bloc est composé de deux sous blocs fonctionnels : l’image opérative (Ochanine, 1977) et la Conscience de la Situation (Endsley, 1995). Comme nous l’avons vu, la conscience de la situation contient la réflexion consciente à propos de la réalité. En revanche, l’image opérative inclut aussi bien des composants conscients que non conscients. Seules les parties de l’image opérative communes avec la conscience de la situation sont conscientes. La transformation continuelle d’informations d’un sous bloc à l’autre génère la transformation et une circulation des composants conscients vers des aspects non conscients vice versa. Pour Bedny et Meister, l’Image Opérative semble première et sert de support à l’élaboration de la conscience de la situation.

Figure 4. Une approche interactive des sous-systèmes en situation d’évaluation (Traduit de Bedny & Meister, 1999).

6. Discussion

44Il est clair, que cette revue de question non exhaustive, portant sur la prééminence des processus cognitifs dont la prise de conscience ne représente qu’un des aspects, est ambitieuse. Cela n’a pas encore fait complètement la preuve de sa pertinence sur le terrain. Une des principales leçons est la compréhension, que dans toute activité, l’information est modelée par le résultat que le sujet doit atteindre. Cela induit une démarche « bottom-up » de construction des indicateurs basés sur les objectifs à atteindre. En effet, dans le cadre de la gestion d’une activité complexe comme un match de sport collectif, il ne suffit pas de suivre une procédure établie pour maintenir le système d’affrontement dans un état acceptable d’équilibre en faisant des compromis entre des critères flous et divergents. Comme nous l’avons déjà vu, les experts qui sont orientés vers des objectifs précis se fondent sur des images opératives, partiales, déformées, mais directement tournées vers l’action. Avoir conscience de la situation implique donc une recherche consciente et active des informations en vue de les catégoriser et de les hiérarchiser. Ce processus ne précède pas la prise de décision. Ce sont les schémas que le sujet s’est forgés par son entraînement et son expérience qui élaborent une sorte de réservoir de décisions types en relation avec les ressources disponibles qui seront utilisées.

45L’autre grande leçon est que le sens, renvoie à la formulation implicite ou explicite que le sujet assigne aux observables et aux consignes avant de les traiter. Il s’agit ici de la typologie des modes d’organisation des connaissances… Comment caractériser ce sens que les joueurs attribuent aux configurations du jeu ? Cette notion pourrait être définie de la façon suivante : c’est une évocation particulière de la situation par le joueur (rapport dialectique entre image opérative et Conscience de la Situation), en partie liée à une appartenance sociale et en rapport avec une conception / représentation de la logique du jeu. Pour le joueur, son expérience, ses motivations influencent aussi cette construction du sens.

46Enfin, la théorie de l’activité s’avère très intéressante pour fonder une approche de l’analyse du jeu car elle place, au centre de l’activité, la médiation par des instruments (techniques ou psychologiques). La notion de régulation revient souvent dans les textes consacrés à l’étude de l’activité en situation, que ce soit dans une perspective psychologique ou de formation. Pour Leontiev (1972) une activité se définit par son motif, l’action par son but conscient, les opérations par les moyens de réalisation de l’action. Une activité se réalise par des actions : ce sont celles-ci qui nous intéresseront plus directement ici. Les actions trouvent leur motif et leur sens dans l’activité dans laquelle elles s’insèrent qui dans notre cas est la trame dynamique de transformation que constituent les sports collectifs.

47L’action répond donc à un but et l’importance accordée à la notion de but amène très directement au modèle de régulation pour lequel cette notion joue un rôle majeur puisqu’un système de régulation est régi par des écarts de son fonctionnement réel au but assigné. Ainsi, Bedny et Meister (1997) déclarent que « la manière dont les buts se développent est une des questions fondamentales de la théorie de l’activité » (p. 37). Il n’est donc pas étonnant que le modèle de régulation tienne une grande place dans cette théorie.

48Bouthier et Savoyant (1984) soutiennent que dans toute action individuelle on doit distinguer, à la suite de Galpérine (1980) des opérations d’exécution et des opérations d’organisation (celles qui assurent le repérage de la situation et conduisent à une décision) en rapport avec la base d’orientation du sujet. Pour Galpérine (1965), la structure interne de l’action est complexe car outre un but et un mobile, elle suppose la présence d’un objet, et aussi, chez le sujet, d’une base d’orientation. Cette dernière comprend l’ensemble de ses connaissances, à propos de l’action elle-même aussi bien que des conditions dans lesquelles elle est accomplie : en d’autres termes, ce sont les représentations qu’a le sujet du milieu et de l’action. Enfin, toute action est composée d’un ensemble d’opérations. C’est l’ordre dans lequel celles-ci sont exécutées qui constitue le mécanisme de l’accomplissement de l’action. Quant à l’analyse fonctionnelle, elle distingue dans l’action trois parties : orientation, exécution et contrôle.

49Le succès de l’action dépend de sa partie d’orientation. En se servant de celle-ci (représentations du milieu et de l’action), le sujet essaie de s’orienter dans l’une comme dans l’autre. II a été démontré que ce sont la réussite de l’accomplissement de l’action dans son ensemble et son efficacité ultérieure qui donnent à cette partie précisément son caractère (Galperine, 1965). Si les conditions qui déterminent objectivement la réussite de l’action sont données dans la base d’orientation, alors non seulement le joueur construit correctement la partie d’exécution, mais il comprend pourquoi il doit le faire justement de telle façon et non de telle autre. En d’autres termes, le joueur donne, telle ou telle réponse, non seulement parce qu’elle a été construite, mais aussi parce que cette réponse contient la logique du jeu et les conditions dans lesquelles se réalise l’action. La base d’orientation est l’élément central dans l’élaboration de toutes les formes d’action. C’est en particulier du contenu de cette base d’orientation de l’action que dépend, pour le joueur, son niveau de compréhension de la nature de la situation de jeu et de l’action elle-même. Dans cette conception fondée sur l’activité, le joueur ne réagit pas passivement et aveuglément ; il raisonne à propos des conditions de jeu. L’exécution se construit en fonction des données fournies par la partie d’orientation de l’action, elle rationalise cette dernière.

50Nous sommes bien en présence de processus qui dissimulent un système de construction complexe hiérarchisée en fonction des formes et des variétés de l’action… Cela permet d’expliquer en partie l’apparente difficulté des joueurs à décrire leurs actions et le pourquoi des décisions prises. La vitesse du jeu y est peut-être pour quelque chose mais plus sûrement quand une partie de la base d’orientation s’est condensée et automatisée. Alors, elle n’est plus présente dans la conscience du joueur sauf alerte… Dans les situations d’apprentissage, le rythme du jeu pouvant être manipulé, les processus cognitifs conscients ont bien toute leur place pour faciliter les apprentissages.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Les phases de l’action de jeu selon Mahlo (1969 ; texte publié à l’origine en allemand en 1965 et 1966).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Figure 2. Deux modalités de traitement de l’information (Paillard, 1994).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 3. Modèle mental et conscience de la situation de Jones & Endsley (2000).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Figure 4. Une approche interactive des sous-systèmes en situation d’évaluation (Traduit de Bedny & Meister, 1999).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12707/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search