Version classiqueVersion mobile

Des signes au sens

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Petit billet à propos des maillots…

Jean-Francis Gréhaigne

Texte intégral

1En sport collectif, porter des maillots de couleurs différentes pour parfaitement différencier partenaires et adversaires constitue, sans doute, le premier signe sur lequel, avec mes collègues, nous sommes beaucoup intervenus lors de nos visites auprès des professeurs stagiaires. En effet, des chasubles, des maillots ou torses nus dans les pays chauds (et pour les garçons, bien entendu), sont indispensables à cette trame dynamique de transformation que constituent les sports collectifs. Activité perceptivo / décisionnelle disait-on quand j’étais en formation. Alors, bien discriminer, dans l’instant, un partenaire d’un adversaire devient un enjeu important pour de bonnes décisions en jeu.

2Mais, les maillots, ce n’est pas aussi simple qu’il y paraît car des histoires à propos de ceux-ci, il y en a plein. Leurs couleurs, leurs odeurs, leurs tailles constituent autant de petits conflits quand il s’agit de mettre ce vêtement avant le début d’une séquence. De plus, il faut les acheter puis les laver ! Je connais bien une des championnes du monde du lavage de maillots qui après chaque utilisation fait plusieurs tours de machine à laver puis, une fois secs les range par couleur et dans l’ordre des numéros, s’il vous plaît. D’ailleurs, ces maillots avaient une histoire particulière car, pour économiser les précieux crédits pédagogiques, ceux-ci venaient d’Inde où un voyage familial avait entraîné le couple. Le retour avec quatre jeux de maillots, en plus du reste, ne fut pas triste côté bagage…

3Pour en venir aux sens, le sens de l’économie suppose de ne pas perdre ou égarer les maillots, surtout les jeux neufs avec de belles couleurs, de beaux numéros et le nom de l’établissement fièrement imprimé. Une chasse de tous les instants est nécessaire car on peut commencer l’année avec deux ensembles complets et finir avec trois chiffons. Un autre sens, souvent sollicité, est l’odorat. Des jeux de maillots qui ont beaucoup servi sans être lavés dégagent une odeur de bête sauvage incomparable… d’où quelques scènes et grimaces cocasses quand on les présente, malgré tout, aux élèves.

4Enfin, il ne faut pas oublier qu’en créole réunionnais les « maillots » ce sont les sous-vêtements d’où quelques confusions quand un enseignant métropolitain non averti parle d’enlever les maillots à la fin de la leçon !

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search