Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Conclusion

Texte intégral

1En avant-propos de cet ouvrage, j’ai d’abord mentionné la grande polysémie de la notion vague et générale de traumatisme dans le discours psychopathologique et social. Aussi, j’ai indiqué la perspective clinique et métapsychologique dans laquelle j’ai choisi d’étudier ce concept complexe et central en psychanalyse. Pourtant, il faut reconnaître que la notion de trauma et de traumatisme a connu également tout au long de l’œuvre freudienne différentes évolutions. Ces variations et transformations permettent néanmoins de mettre en évidence, du point de vue notamment de l’expérience clinique, trois catégories de traumatismes psychiques : les carences narcissiques précoces, les blessures narcissiques et les traumatismes sexuels. Nonobstant, il convient de souligner que tout événement « dramatique », fut-il précoce, n’est pas obligatoirement traumatique. En effet, les infortunes de l’enfance ne deviennent pas naturellement et systématiquement traumatiques, mais le sont pour tel ou tel adolescent dont le moi se révèle impuissant (affaiblissement du surmoi) face aux assauts des forces pulsionnelles liées à l’avènement de la métamorphose pubertaire. En conséquence, il existe incontestablement des différences individuelles : un événement peut faire trauma pour un adolescent, un trauma ancré dans sa psyché, et n’être qu’un souvenir difficile et déplaisant pour un autre qui aura eu les solutions de le surmonter et de l’élaborer psychiquement.

2Par ailleurs, si le trauma psychique dispose de caractéristiques propres qui sont incomparables aux stigmates légués par les malheurs ordinaires de l’existence, il faut relever qu’un traumatisme concernant clairement le psychisme ou l’intégrité corporelle peut occasionner un traumatisme qui contient simultanément et automatiquement des contrecoups sexuels notamment au moment des transformations pubertaires. A cet égard, n’oublions pas que dans notre perspective tout traumatisme a un fondement sexuel. De la sorte, un traumatisme qui a priori ne dépend pas de la sexualité acquière a posteriori une dimension sexuelle, après le fait pubertaire. En effet, le vécu traumatique ancien situé dans l’enfance se sexualise presque toujours secondairement à l’adolescence.

3Celle-ci est en soi traumatique du fait notamment de l’effraction endogène du corps. La puberté qui surgit dans la surprise est, en effet, une intrusion et une immixtion dans le corps et la psyché. La force « traumatique » du pubertaire qui est physiologique et instinctuelle, nécessite dans le processus structural et de la subjectivation des remaniements psychiques, un indispensable changement, une intégration nouvelle et secondaire corps-psyché.

4Plus qu’à tout autre moment de la vie, l’adolescent se trouve face à l’angoisse quant à la cohésion interne de sa personne et le sentiment d’inadaptation ou d’étrangeté par rapport à la nouvelle image du corps induite par la maturation pubertaire. Ici le vécu du corps, l’éprouvé corporel, exigés par la masse d’excitation sexuelle récente dont le corps est la cause prennent le pas sur le connu du corps. L’adolescent « ressent des choses » mais il « ne sait pas ce qui lui arrive ».

5A ce propos, il est également utile de relever que le pubertaire est traumatique, non pas seulement parce que la puberté est une effraction par surprise de l’intérieur, par le « dedans du corps » pour reprendre cette expression de l’adolescent, mais dans le sens où une correspondance de désirs s’y forme. A cette période, une proximité étrange et troublante entre le désir inconscient de l’adolescent et les expressions désirantes de l’un de ses parents. Aussi, au-delà de l’incestualité traumatique, le passage à l’acte incestueux qui est marqué par une totale confusion et dont on connaît l’influence douloureuse dans la psychopathologie de l’adolescence, est la mise en scène transgressive dans le champ de la réalité, de la réciprocité de ces désirs et fantasmes intergénérationnels.

6En conséquence, le traumatisme s’explique par l’excès et l’extrême dans la relation dissymétrique qui unit l’enfant et l’adolescent à l’adulte. Il y a, en effet, excès du « trop » dans le cas de débordement et de forcement dans cette relation ou au contraire un excès de « pas assez » dans les situations de défaillance et de défaut dans le lien global qui unissait naguère l’objet maternel à l’enfant.

7Ainsi, au-delà de la violence de la séduction traumatique adulte-enfant et sa répercussion secondaire à la période pubertaire, les carences d’investissement narcissique des objets parentaux à l’endroit de l’enfant et surtout la carence maternelle dans sa fonction « protectrice » et de pare-excitation sont aussi traumatiques à l’adolescence.

  • 1 A titre d’exemple clinique, le traumatisme négatif, en creux ou froid, peut être le fait d’une mère (...)

8De la sorte, le traumatisme se définit par le « trop » d’excitation, une surexcitation ou au contraire, par le manque dans la séduction et la narcissisation de l’enfant. De ce point de vue, la séduction précoce par défaut, en négatif1 ou la séduction narcissique tardive et excessive sont toutes les deux traumatiques en ce sens qu’elles menacent de susciter à l’adolescence l’outrance du comportement pulsionnel, la manifestation brusque et brutale d’une énergie déchaînée, imprégnée par la séduction et la sexualité au travers de conduites compulsives et de déliaisons dangereuses. Ici le négatif « travaille » contre soi et à l’insu du moi. Ceci oblige de rappeler l’importance du rôle joué par la faiblesse des assises narcissiques chez les adolescents en souffrance psychique. En effet, il existe indéniablement un rapport direct entre la maladie narcissique essentielle (carences précoces et blessures narcissiques) et les troubles du comportement et des conduites de l’adolescence. De même, le traumatisme pubertaire « normal », la traumatophilie adolescente et le besoin de traumatisme qui s’y adjoignent sont soutenus et appuyés par le traumatisme originel, celui qui a été, profondément et douloureusement, ressenti dans l’enfance parfois la plus archaïque.

9Dans cette perspective, grâce au travail spécifique de la mémoire, il est possible de concevoir qu’il y a une véritable logique du trauma. Celle-ci est caractérisée par une dialectique de causalité psychique et de temporalité événementielle qui sont déterminées par un avant et un après. Ainsi, le traumatisme, généralement toujours tragique, peut être éclairé à partir du contrecoup terrible qui en a découlé et qui peut être réactivé en second lieu. De la sorte, le terrain et le terreau de l’adolescence sont particulièrement favorables aux revitalisations des traumatismes anciens et infantiles originaires d’où l’importance fondamentale de la notion d’après-coup. De fait, le traumatisme n’est pathogène que dans l’après-coup de la puberté et de l’adolescence. Il se révèle par un nouvel événement qui donne sens à un vécu traumatique préalable et primitif situé dans l’enfance.

  • 2 Daniel Lagache (1960), « Situation de l’agressivité » et 1961, « La psychanalyse et la structure de (...)

10De la sorte, complètement débordé par le passé et le présent, ainsi que par le dedans et le dehors, l’adolescent « traumatisé » est impuissant face à la réalité interne et externe qu’il subit. Il est assailli de l’intérieur comme de l’extérieur. Ce qui a été vécu passivement sur un mode traumatique est réactualisé activement sous une forme « hallucinatoire », compulsive et répétitive. Autrefois en position de victime passive, l’adolescent se convertit en victime active dans le sens d’un « masochisme militant » de Daniel Lagache2. La mauvaise rencontre de l’enfance ou la rencontre mal-heureuse se renouvelle et se substitue à l’adolescence par des relations et des confrontations désagréables et dommageables. Toutefois, le préjudice actuel paraît agi par le sujet lui-même devenu objet de sa sinistre histoire.

11De fait, le passé fait retour à l’adolescence telle une accumulation de sens primitifs et violents. Le passé revient et laisse émerger et renouveler des troubles anciens sous forme notamment d’« actes-symptômes » (J. Mac Dougall), et autres décharges empruntant les voies les plus courtes. C’est ainsi que, par exemple, est choisie la voie somatique donc de répétitions et d’expressions de « traumatismes sans fin » au lieu d’une élaboration et une représentation du traumatisme pour arriver à son dépassement et à sa fin.

12Comme il a été développé par Claude Janin (1996), le traumatisme possède deux qualités d’affect. Il est positif, organisateur, à la condition que la répétition soit associée à la remémoration. A l’opposé, il est négatif, désorganisateur, lorsqu’il y a absence défensive de toute remémoration et représentation du « mauvais », de l’événement traumatique initial. Par conséquent, le traumatisme positif, froid, inclut la représentation de la pulsion, son élaboration psychique, et le traumatisme négatif, chaud, au contraire tend à l’écoulement pulsionnel dans le sens de la pulsion destructrice et mortifère.

13L’adolescence est par excellence le moment de révélation du trauma de l’enfance. Aussi, c’est l’évolution de celui-ci, son franchissement ou non, ses conséquences problématiques à l’adolescence qui retiennent notre attention de clinicien et de thérapeute.

14L’adolescent « traumatisé » dans l’enfance est confronté à un conflit de tendances, entre la liaison positive du trauma et sa déliaison négative par la répétition. Différentes figures de la psychopathologie de l’adolescence qui consistent à privilégier la décharge motrice, le passage à l’acte et la compulsion de répétition destructrice, sont directement reliées à l’existence de traumatismes variés endurés dans l’enfance. De ce fait, la souffrance psychique et les troubles du comportement et des conduites à l’adolescence trahissent les faiblesses, les difficultés ou les ruptures du processus de subjectivation, de développement et de changement indispensable à l’adolescence.

15Ainsi, le mouvement réparateur des manifestations négatives du comportement est celui d’un authentique travail de l’adolescence. Conjointement et au fur et à mesure des réorganisations pubertaires, il s’agit de favoriser les mécanismes de la sublimation et de l’idéalisation ; de constituer un surmoi et un idéal du moi plus matures, sans lesquels le traumatisme risque de se répéter à l’infini et de se fixer dans la réalité de l’adolescence.

16En conséquence, la pratique psychothérapique tente d’aider l’adolescent à s’affranchir et s’émanciper de son environnement funeste et déstructurant ; se désaliéner de ses pulsions anarchiques ; se libérer de sa passion et de son passé ; lier les pulsions et convertir le processus primaire et la déliaison nuisible et mortifère en processus secondaire ; substituer le besoin et la jouissance en désir et en plaisir, dans la perspective d’une harmonisation et d’un meilleur équilibre entre les exigences de la psyché et celles de la réalité.

Notes

1 A titre d’exemple clinique, le traumatisme négatif, en creux ou froid, peut être le fait d’une mère possessive et exclusive (séduction narcissique) éliminant le père ou tout autre arrangement supprimant la triangulation structurante et subjectivante en obstruant toute capacité de fantasmatisation de la scène primitive.

2 Daniel Lagache (1960), « Situation de l’agressivité » et 1961, « La psychanalyse et la structure de la personnalité », in Œuvres IV, 1956-1962, Paris, PUF, 1982.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search