Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Troisième partie. Trauma par excès : le « trop de trop » et le « trop de pas assez »

Chapitre V. Louis, le besoin de reconnaissance Miguel et le diable

Texte intégral

1Louis est âgé de dix-sept ans. Il est en classe de terminale et doit passer son baccalauréat dans trois mois. Il s’inquiète de cette échéance. Il me confie qu’il a souvent des crises de larmes. Selon lui sa « vie est foutue ». Il signale « ne pas être à l’aise et regretter sa vie ». Ces moments dépressifs sont ponctués par des « pensées de partir » et des « envies de tristesse ». Il y a, explique-t-il, comme une force, une « poussée » qui le contraint « à être triste ou à pleurer ». Il n’a pas vraiment le souhait de mourir puisque son « rêve est d’attirer les gens comme une vedette », mais il a déjà imaginé le suicide. L’idée du suicide lui semble parfois attirante car elle relève de la dynamique intersubjective. Elle ne laisse pas l’autre indifférent. Le suicide ne peut s’accomplir sans affection de l’autre. Louis affirme que la représentation du suicide est plaisante et intéressante car son exécution permet de concentrer l’attention sur le jeune désespéré. Plus que la mort, c’est l’événement qui est recherché, le spectaculaire de la scène tragique. « J’ai besoin de savoir ce que je représente auprès des gens. Est-ce que les gens m’apprécient ? Est-ce qu’ils me reconnaissent cette qualité ? Je suis mal interprété par les gens. C’est avec les gens que j’ai des problèmes ». Louis, dit-il, se « pose trop des questions » auxquelles il n’arrive pas à répondre. Il « ne sait pas ». Il n’a pas, précise-t-il, suffisamment de « repères ».

2De même, Louis affirme qu’il a un « problème d’identité, un problème d’ego ». Il exige qu’on le différencie et qu’on le remarque. Il « n’aime pas être comme tout le monde ». Il cherche à se subjectiver, à se différencier, car, relate-t-il, il a été « tellement malléable quand il était enfant ». Il estime avoir « trop toléré de choses avec les gens ». En ce sens, il souhaite avoir des relations satisfaisantes avec le monde de la réalité sociale, sans cependant accepter d’être quelqu’un d’autre. Il veut, proteste-t-il, être lui-même. Ne plus être ce qu’il n’est pas.

3L’expression d’un narcissisme extrême associé à des préoccupations identitaires provoque chez l’adolescent un « besoin de reconnaissance » et de différenciation. Etre unique, singulier, soi-même. La notion de « reconnaissance » revient constamment dans le discours de Louis. Remarquons que ce fait n’est pas spécifique à cet adolescent. Le besoin d’un statut « héroïque » est une donnée fréquente dans les représentations adolescentes. Toutefois, nous comprenons cette quête permanente de « l’envie d’être quelqu’un » au décours d’un échange avec le père qui nous a discrètement révélé que Louis a été adopté et que c’était un enfant abandonné dès sa naissance. Louis apparemment connaît son histoire d’abandon et le fait qu’il ait été adopté. Il est, d’ailleurs, l’unique enfant d’un couple de cadre. Le père exerce dans la fonction publique et la mère est décédée, il y a un an environ d’un cancer. Concernant la mort de la mère, le père semblait assez touché par le fait que Louis n’ait pas montré d’émotion de tristesse. Quant à son « fils », il déclare être « incompris pour ce qu’on lui reproche » et critique paradoxalement ce qu’il appelle son « défaut de se placer continuellement en victime ».

4Louis insiste beaucoup sur le vécu douloureux de son existence et argue de sa capacité de résistance : « Je suis quelqu’un qui peut beaucoup endurer ».

5Aussi pour échapper à ces moments pénibles et désagréables, il s’échappe dans l’imaginaire en s’aidant parfois de substance cannabique. Cette sorte d’automédication lui permet transitoirement de se consoler, de s’étourdir et se distraire. Il cherche à fuir la réalité trop déplaisante et investir un imaginaire plus rassurant et réconfortant : « Je fais mon film », prétend-il. Cet énoncé lui fait aussitôt rappeler une chanson : « Stone, Stone, la terre qui tourne à l’envers et c’est moi qui me fais du cinéma ».

6Connaissance généralement admise, l’adolescence est considérée comme une période de mutation profondément marquée par des symptômes de type dépressif. Il est, en effet, assez facile de remarquer chez tout adolescent une forme de spleen, des signes de « morosité », décrite par Pierre Mâle. Celle-ci, qui est d’ailleurs une situation d’entre deux, ni ennui ou tristesse, ni mélancolie psychotique, est volontiers qualifiée de dépressive.

7Aussi, comme nous le savons, il existe à cette étape du développement plusieurs variétés de dépression qui ont, notamment, pour point commun la problématique de l’impact traumatique de la puberté comme forme d’effraction interne et de ses effets dans la désorganisation ou la réorganisation du fonctionnement mental.

  • 1 Philippe Guton (1991), Le pubertaire, « Le Fil rouge », Paris, PUF, p. 138. Dans ce même esprit, on (...)
  • 2 Peter Blos (1967), « The second individuation process of adolescence », Psychoanalytic study of the (...)

8Par ailleurs, rappelons que l’adolescence pubertaire est commandée par le deuil, la séparation et l’« obsolescence »1, c’est-à-dire, comme l’écrit Philippe Gutton, que sont obsolètes les désirs incestueux avec l’avènement de cette autre « relation au moi » (ego-relatedness), de la nouvelle « capacité d’être seul », ainsi que du désinvestissement de l’objet parental (incestueux) au bénéfice d’objets inhabituels. En ce sens, cette période de changement, qualifiée parfois de second processus d’individuation (P. Blos)2, ne se fait pas sans douleur, sans travail de deuil, sans dépression nécessaire, structurante et maturante.

  • 3 Comme l’abandonnique qui, à son insu, suscite itérativement l’abandon (la perte) et le rejet, le dé (...)

9Toutefois, cette dépression primordiale et banale, positive, liée à l’opération adolescente (adolescens), et dominée notamment par la nostalgie, le remaniement psychique, et l’aménagement de nouveaux investissements, peut être soumise à une autre dépression, de versant négatif, qui surgit simultanément dans un contexte réactionnel, événementiel, traumatique, par exemple, suite à une agression subie, dans une contrainte de séparation, un échec compulsif, etc. En conséquence, on peut lier cette dépression parallèle « négative » à une sorte de victimité vécue, ontogénétique où le sujet, dans cette condition douloureuse involontaire, a le sentiment d’avoir été l’objet d’un préjudice irréparable, d’une situation insurmontable. De ce fait, l’adolescent, par un processus défensif de rationalisation (causalité psychique), tente de mettre en accord un sentiment désagréable de mal-être ou de manque-à-être (d’incomplétude), avec un événement réel traumatique dans lequel le sujet se sent fortement lésé. Il incrimine ainsi un fait source de souffrance, d’origine externe, c’est-à-dire enduré à son insu et contre sa faiblesse. Dans cet état de dolorisme, de résignation et d’impuissance, la symptomatologie dépressive réactionnelle se manifeste par l’expression souffrante d’un soi minable, appauvri et impotent. De même, on observe un ralentissement vital (Winnicott) accompagné par des sentiments de vide et de désespoir, des affects de tristesse ou de dévalorisation (mésestime de soi), ou encore une vive angoisse de séparation et une dépendance anaclitique que l’on retrouve parfois chez les sujets abandonniques ou mélancoliques3. L’adolescent cherche aussi à faire, invariablement, la preuve de la négativité de sa personne en justifiant la haine retournée contre lui-même. Cette haine, qui habituellement cherche et trouve un objet extérieur de décharge, reste ici essentiellement desobjectalisée et retournée contre soi-même. L’adolescent devenant source-objet de sa propre haine. Le sujet fait de lui-même son objet de haine.

  • 4 Sigmund Freud (1915-1917), « Deuil et mélancolie », in Métapsychologie, Paris, Gallimard, 1986, p.  (...)

10Notons que dans une perspective psychopathologique et métapsychologique, c’est dans « Deuil et mélancolie » (1915-1917) que Freud4 traite essentiellement de cette narcissisation négative – délire de petitesse – et de la douleur morale. Dans ce texte, nous apprenons que le sujet malheureux, suite à l’incorporation de l’objet d’amour perdu mais néanmoins érigé dans le moi, s’auto-méprise et s’auto-flagelle. Il représente « son moi comme sans valeur, incapable de quoi que ce soit et moralement condamnable : il se fait des reproches, s’injurie […] se rabaisse devant chacun […] ».

11Mais dès La naissance de la psychanalyse (1887-1902), dans le Manuscrit G du 7 janvier 1895, Freud bien qu’utilisant le terme de mélancolie, conformément à la nosologie germanique de l’époque, parle précisément des états dépressifs et de morosité. Ceux-ci, s’exprimant par « une inhibition psychique accompagnée d’un appauvrissement pulsionnel… » (p. 96), peuvent surgir lorsque justement s’exerce un excès masochique d’auto-répression et de stase libidinale.

12Dans le droit fil de cette analyse, le Manuscrit N du 31 mai 1897, conforte les assertions de Freud qui ajoute : « Le refoulement ne semble pas engendrer d’angoisse mais de la dépression – peut-être de la mélancolie. » (Id., p. 185).

  • 5 Depuis mes précédents travaux j’ai forgé ce néologisme pour désigner soit l’inclination, voire le b (...)

13D’un autre côté, dans les différents états où se conjuguent la dépression et la « victimité »5, c’est-à-dire une inclination de l’adolescent pour la position de victime, on retrouve :

    • 6 Telle cette jeune fille toxicomane victime de viol et qui, avant toute question de l’interlocuteur, (...)

    Un sentiment de culpabilité, le plus souvent paradoxalement inconscient, suivi par des autoreproches pour un fait fautif parfois imaginaire. Dominé par son ambivalence, l’adolescent se sent ici coupable tout en clamant son innocence (mécanisme de la dénégation)6, et se plaignant d’avoir été préjudicié, victime d’une grande injustice.

    • 7 André Green (1983), Narcissisme de vie, narcissisme de mort, Paris, Editions de Minuit.

    Un trouble narcissique qui laisse émerger un narcissisme « troué », négatif, au sens du « narcissisme de mort » d’André Green7. Il est question là d’une grande perte de l’estime de soi, d’une cruelle autodépreciation, d’un pénible sentiment d’indignité et de désidéalisation du moi.

Miguel

14Pour illustrer mon propos sur la dépression à l’adolescence associée aux problèmes de l’homosexualité sous-jacente et du féminin, du narcissisme, du masochisme et de la victimité, je m’appuierai sur une observation clinique étudiée dans une perspective analytique et de recherche.

15Dans ce tableau clinique de la dépression - narcissique et victimaire -, je présente le cas de Miguel, âgé de dix-sept ans, séparé de sa famille et placé dans un Foyer d’Action Éducative (Service de Protection de la Jeunesse du Ministère de la Justice). Il s’agit d’un adolescent brun, de petite taille, au contact relativement facile. Il paraît, néanmoins, d’emblée fragile, inquiet, parfois triste. Il s’exprime bien, mais le contenu de son discours, manifestement pessimiste, traduit un profond déplaisir.

16Cet adolescent, dont les relations parentales sont insatisfaisantes, voire traumatisantes, relate son histoire abandonnique et de manque fondamental et laisse apparaître des éléments paranoïdes, persécutifs et de violence éprouvée. Il se présente comme une victime, terriblement perturbée, principalement, selon lui, par l’atmosphère conflictuelle intrafamiliale pesante et incessante.

17Exilée, cette famille d’origine ibérique se trouve en France depuis environ seize ans. Le père semble assez bien adapté à cette situation, mais la mère regrette d’être séparée de son pays natal. Aussi, la cohabitation des parents s’avère hérissée de tiraillements et de luttes aigus permanents.

  • 8 Dans un des Rêves éveillés de Miguel, le désir de coalition voire de collusion œdipienne fils-mère, (...)

18Stable au travail, le père exerce le métier de soudeur. Toutefois, à la maison, il est dépeint comme un homme éthylique, rigide et d’une extrême brutalité. Le fils, prenant, comme il est classique dans ces situations, la défense de sa mère8, pense que son père a une relation extraconjugale et garde une grande partie de l’argent de son travail. Ce qui expliquerait, d’après Miguel, en alliance nette et privilégiée avec l’objet maternel contre le père agresseur, les multiples difficultés que rencontre la mère dans la vie pratique et le fait que celle-ci ait repris une petite activité professionnelle en tant que femme de ménage.

19La mère, décrite comme une personne faible, avait probablement dans l’organisation des tâches parentales, la responsabilité éducative de ses enfants. Aussi, du fait de son « échec », elle est devenue, de fait, le bouc émissaire, la faute de son mari. Ce dernier, très critique mais totalement démissionnaire, reproche à sa femme sa résignation et sa grande tolérance qui sont, explique le mari, « la cause des difficultés que posent les enfants… »

  • 9 En référence notamment à l’observation de Léa (cf. supra), nous considérons la grossesse adolescent (...)

20Relevons, par ailleurs, que Miguel est le deuxième d’une fratrie de trois enfants. Mélissa, sa sœur aînée, âgée de dix-neuf ans, en opposition sévère avec son père, déjà enceinte à l’âge de dix-sept ans9, a fait plusieurs fugues. Depuis, elle est hébergée par les parents de son ami. Contre cette situation « insupportable », le père, sans emprise, se sentant passivé, déchu de son autorité, a réagi violemment, s’en prenant surtout à son épouse qui, selon lui, « n’a pas été capable de tenir sa fille ».

21Revenons, d’autre part, à Miguel. Celui-ci, bien que d’une intelligence normale objectivée par la psychométrie, a suivi, sur le plan scolaire, un cursus modeste jusqu’en classe de troisième année de C.A.P. d’ajustage. Examen auquel il a d’ailleurs échoué. À l’époque où je l’ai rencontré, il effectuait « un petit boulot, comme commis de restaurant, en attendant de trouver mieux », précisait-il.

22Tout au long des entretiens, les déclarations de cet adolescent furent particulièrement chargées d’expressions désagréables dénotant clairement un état de dépressivité et de victimité (agression endurée, inhibition de l’agressivité, mésestime de soi, et haine du corps propre…). Voici quelques illustrations de ce discours dysphorique :

  • 10 A l’instar du prince Hamlet lorsque, rappelons-le, en direction de sa propre personne, il proclame  (...)
  • 11 Miguel évoque son engagement bénévole dans le cadre d’une section locale d’une grande association d (...)
  • 12 Comme s’il était enceint, Miguel montre sa gêne d’avoir un « gros ventre ». Cette difficulté, liée (...)
  • 13 Cette déclaration de configuration étrangement masochique, qui peut aussi être interprétée de la fa (...)

- État de victime : « Vous allez peut-être me prendre pour un lâche10, mais j’ai arrêté mon stage parce que j’étais victime de racket et de chantage. Je me suis fais dérouiller trois ou quatre fois… ».
- Passivité et inhibition de l’agressivité : « Je n’aime pas me battre ».
- Résignation, dépréciation de soi et sentiment d’infériorité : « J’en ai eu marre. Il y avait trop de réunions. Dès que je rentrais dans la salle, on riait, parce que j’étais un peu paumé. J’arrivais pas trop à assumer mes responsabilités11… »
- Narcissisation « négative » et angoisse de féminisation : « On dit que je suis un peu gros, et je ne sais pas quoi faire pour maigrir surtout du ventre12 ».
- Menace dévoratrice du père-sécuteur : « Dès qu’il (le père) ouvre la bouche, c’est pour nous critiquer et nous détruire moi et ma sœur ».
- Masochisme dans l’expression esthétique : « J’aime bien, mais c’est parce que ça fait peur. J’aime bien me faire peur13 ». Ou encore : « J’aime pas, mais elle est belle ».

23Afin d’approfondir l’émanation de ce discours terne et d’abattement, de mettre en évidence les mécanismes fondamentaux intrapsychiques et les processus structuraux de la personnalité de cet adolescent dépressif, j’ai au plan méthodologique, utilisé sous forme croisée deux outils d’investigation qui se complètent parfaitement, le Rorschach et le Rêve éveillé.

24De la sorte, concernant l’analyse qualitative des productions Rorschach-Rêve éveillé de Miguel, certains fonds ou contenus sont frappants et paraissent prévaloir dans les activités perceptives et représentatives. Ainsi, on observe la grande domination de certaines thématiques telles que le montrent les extraits suivants :

Le diable et le double

Pl. I : « Je vois une chauve souris ou un diable ».
« Ca ressemble à une sorte de démon qui sort des flammes ».
Pl. II : « Là, je vois une petite tête avec des cornes, je repense au diable ».
« Là, on dirait une petite tête, une statuette d’un démon, les cornes, la bouche… ».
Pl. II : « Là, on dirait des petits démons, des petits gosses qui sortent du feu, ou qui tombent comme une flamme, une flamme vivante… ».
Pl. V : « On dirait deux serpents qui veulent s’attaquer ».
Pl. VIII : « Là, je vois encore une tête de diable avec ses deux mains qui essayent d’attraper quelque chose ».

  • 14 A ce propos, il m’a semblé intéressant de préciser que le diable, dia-bolos, est dans une acception (...)

25Le diable, obsédant et menaçant, couvre, au-delà de l’espace perceptif et représentatif, la pensée toute entière de l’adolescent (Cf.Pl. II). Néanmoins, il est utile de souligner que cette préoccupation méphistophélique visiblement infernale, demeure sans originalité dans les productions qui possèdent un caractère de persécution. En effet, dans un grand nombre des observations, où l’adolescent paraît reprocher et critiquer son état de victime, l’image du diable est envahissante et triomphante. De fait, l’adolescent se sent, réellement et perpétuellement, persécuté par l’Autre, familier étrange, qui prend un visage diabolique oppresseur et castrateur14.

  • 15 Cf. Sigmund Freud (1923), « Une névrose diabolique au XVIIe siècle », in L’inquiétante étrangeté et (...)

26De même, il est précieux de rappeler que dans les écrits psychanalytiques classiques, le Diable symbolise le Père ou Dieu15 dans sa polarité maléfique. Aussi, cette figure paternelle ambivalente, scindée en deux images contrastées, paraît être à la fois recherchée et haïe, dans cette complétude des caractères opposés, bon et mauvais. Toutefois, l’Autre, avec ses deux aspects antinomiques, et soi-même se trouvent confondus mais défusionnent par le mécanisme de la projection. En effet, à l’aide de ce processus défensif, le « maléfique » de soi-même (interne), à savoir le propre double démoniaque monstrueux, est propulsé vers le « dehors », vers l’Autre « identique », devenu le rival-persécuteur. Il s’agit, peut-on dire, ici, d’une manœuvre autopersécutoire tyrannique qui s’effectue grâce à une opération de médiation, un retournement sur la personne propre du sadisme désormais représenté par l’objet paternel. De cette façon, l’instance surmoïque écrasante trouve ainsi un allié idéal (le père) qui occupe la place de la personne du persécuteur désigné et probablement inconsciemment désiré.

  • 16 Sigmund Freud (1928), « Dostoïevski et le parricide », in Résultats, idées, problèmes II, op. cit.,(...)

27Dans « Dostoïevski et le parricide » (1928), Freud analyse ce mouvement de retournement du sadisme par un procédé d’alliance identificatoire Surmoi-Père. Ainsi, écrit-il : « Si le père était dur, violent, cruel, alors le surmoi recueille de lui ces attributs, et dans sa relation avec le moi, la passivité, qui précisément devait avoir été refoulée, s’établit de nouveau. Le surmoi est devenu sadique, le moi devient masochique, c’est-à-dire, au fond, féminin passif16. » De cette manière, se construit et s’effectue en partie la complémentarité intersubjective des pôles opposés masculin-féminin, phallique-châtré, actif-passif, sadique-masochique, bourreau-victime, dans la relation psychoaffective du sujet à son environnement. En conséquence, je pense que l’obsession du diable, au-delà de la représentation amphibologique des rapports au père, constitue et indique le double inquiétant de soi-même, l’Autre en soi. Ainsi, la médiation de l’agression dévoile une véritable autopersécution. De ce fait, comme un message (J. Lacan), la propre persécution de l’adolescent lui (re)vient de l’extérieur, comme un boomerang sous une forme inversée.

  • 17 Pas seulement le « caché » consubstantiel à la pulsion partielle scopophilique (« Voir sans être vu (...)

28Par ailleurs, le personnage tyrannique, sous son aspect diabolique, rejoint la question inquiétante du caché17 et du double scopique. La « thématique de l’œil » (H. Maïdi, 1987), assez bien décelable à travers les productions de l’image et de l’imaginaire, la perception et la représentation, est, en effet, d’une importance majeure dans le champ de la problématique dépressive comme on peut le percevoir dans ces extraits du Rorschach :

Pl. I : « Là quelqu’un qui est caché et qui regarde. Un monstre peut-être ou un diable ».
« On dirait un masque de carnaval ».
Pl. II : « Là, je vois comme des pas, des traces de pas… ».
Pl. III : « Pourquoi, c’est toujours en double ? Tout ce que je vois d’un côté, je le vois de l’autre. Le moindre petit détail, c’est en double ».

  • 18 Cette conjecture est assez tôt défendue par Freud (1897) notamment dans ses lettres 56 et 57 adress (...)
  • 19 « Il est certain que le diable n’est rien d’autre que la personnification de la vie pulsionnelle in (...)

29Il est essentiel de préciser que l’angoisse provoquée par le diable persécuteur est aussi à mettre en relation avec l’angoisse de possession et par conséquent de pénétration par un corps étranger18. Aussi, le diabolique, outre sa corrélation avec les processus primaires19 et leur manifestation exacerbée dans les déliaisons à l’adolescence, règne en maître dans les états dépressifs marqués par la passivation pulsionnelle, le défaitisme et le masochisme de type mortifère. De même, par le mécanisme du clivage intersystémique, le double paraît proche du concept de Unheimliche. En effet, c’est, m’apparaît-il, ainsi que je l’ai abordé plus haut, l’Autre-Moi, étrangement familier, qui tourmente l’adolescent. De cette manière, le double « négatif », dérange parce qu’il est dangereux. Il peut affecter le jeune sujet dans son intégrité corporelle, affaiblir son sentiment d’identité, et troubler durement et durablement son équilibre psychique.

De l’agression à la dévoration

Pl. II : « Une tête d’un bonhomme pas normal, assez cruel ».
Pl. III : « Là on dirait des dents d’un lion. Il a la gueule ouverte ».
« Parce qu’il y a du sang, ça me fait penser aux cannibales ».
Pl. VI : « Là on dirait un singe qui se penche sur une femme pas pour des intentions amicales… ».
Pl. VII : « Là, je vois un lapin à l’envers. Il a reçu un coup et puis il saigne ».
Pl. X : « On dirait un loup. Il a la gueule ouverte ».

  • 20 La mer est un élément féminin par excellence.

Rêve éveillé
« Je suis sur la mer20. Je suis en train de me battre avec un genre de monstre. Il a un visage plein de trous. Il a des algues énormes. Il est assez grand. Il avance sur moi. On est tous les deux sur la mer, comme si on marchait dessus. Il s’approche de moi. Il est très fort, très grand, un géant. Il m’attrape, me prend dans sa grande main. Je suis tout minuscule. Il me regarde, j’ai peur… Il ouvre sa bouche… il s’approche […] Il veut me manger… ».

  • 21 Sigmund Freud (1925), « Inhibition, symptôme et angoisse », in Œuvres complètes, vol. XVII, trad. C (...)

30La miniaturisation (gulliverisation) de l’adolescent qu’exprime cette partie du rêve représente une espèce d’infantilisation des organes masculins et dénoterait d’un point de vue symbolique le féminin. Egalement, à cet endroit du rêve, la production projective met nettement en relief la thématique de l’oralité qui signe précisément l’angoisse de dévoration et de pénétration passive (être absorbé dans le corps de l’Autre). Il s’agit, par conséquent, de l’expression de l’horreur de l’inceste dans la mise en acte du conflit œdipien inversé de la scène primitive. Scénario originaire fantasmatique jouissif dans lequel le personnage paternel est perçu comme castrateur, manifestant une haine dévoratrice à l’égard de son fils. Dans cette perspective, rappelons l’analyse suivante de Freud : « … la représentation d’être dévoré par le père est l’expression, rabaissée par régression, d’une motion passive tendre, qui désire qu’on soit aimé par le père, comme objet, au sens de l’érotisme génital21. »

  • 22 Otto Rank (1914), Don Juan et le double, op. cit., p. 155.

31Notons aussi que dans le rêve, la représentation du géant, « un genre de monstre », avec sa cruauté et son oralité menaçante, peut être rapprochée de l’Ogre des contes de fées et doit être considérée, ici encore, comme une figure du démon dévorateur22.

  • 23 Sigmund Freud (1915), « L’inconscient », in Métapsychologie, op. cit, p. 116.

32Concernant, dans le Rêve éveillé de Miguel, la représentation du géant menaçant avec « plein de trous sur le visage », il est intéressant d’indiquer à ce titre le texte intitulé « L’inconscient » (1915)23, dans lequel Freud fût amené à écrire d’une façon on ne peut plus directe : « Un trou est un trou » (p. 116). Dans ce même texte, il évoque brièvement le cas d’un patient qui se désintéresse de la vie du fait du mauvais état de la peau de son visage. Il dit avoir des comédons et des trous profonds dans le visage que tout le monde regarde. L’analyse montre que ces petites cavités sur le visage sont un substitut de l’organe génital féminin et que l’expression du contenu des comédons est une commutation de l’onanisme. Ainsi, écrivait Freud : « La cavité qui apparaît alors par sa faute est l’organe sexuel féminin, c’est-à-dire l’accomplissement de la menace de mutilation génitale provoquée par l’onanisme (ou plutôt du fantasme qui la représente). » (Id., p. 114) L’auteur fait émerger donc une analogie entre les innombrables pores à la surface de la peau et le vagin. En conséquence, il met tout naturellement en évidence, l’expression d’une figure de la problématique de la castration. Chez Miguel la préoccupation anxieuse de celle-ci paraît obsédante.

33Par ailleurs, il est à remarquer l’inquiétude, apparemment constante, de Miguel lorsqu’il déclare : « Dès que mon père ouvre la bouche c’est pour me critiquer et me détruire ». Autrement dit, telle que le révèle l’agressivité dévoratrice fantasmatique du personnage du géant dans le rêve, cette phrase peut s’énoncer comme suit : « Il (le père) veut me manger (me consumer), moi son propre fils ».

34Otto Rank (1914) dans Don Juan et le double, notamment dans le chapitre cinq de la deuxième partie de son livre (« La crainte primordiale du talion »), fait observer l’enchaînement sans fin de la terreur de l’Autre. Lorsque l’agression défensive de l’un permet de contrecarrer et de couper (castrer) le danger réel ou potentiel fantasmatique de l’agression offensive de l’Autre. Ainsi, dit Rank : « Le fils tue le père parce que celui-ci le menace, mais craint que ses propres enfants ne lui fassent subir le même sort. » (p. 153)

  • 24 Ou bien encore, plus ancien, le mythe égyptien d’Osiris comme le rappelle Otto Rank (1914, op. cit. (...)

35De ce point de vue, dans cette rivalité pernicieuse et de violence fils-père-fils, on peut évoquer le mythe de Kronos24, père de Zeus et fils d’Ouranos, qui a émasculé ce dernier et dévoré ses propres enfants, dès leur naissance, de peur que ses héritiers plus tard ne le détrônent. Toutefois, il est utile de noter, en cet endroit, qu’il ne s’agit pas simplement d’une violence dévoratrice exclusivement déterminée par la problématique œdipienne. Tout autrement, la haine que colporte cette furie animale d’absorption de l’identique (père ou fils) est d’essence primordiale et peut être liée à une sorte de pulsion originaire cannibalique que l’être parlant (le « parlêtre ») arrive généralement à refouler et à ne pas transgresser.

  • 25 Georges Devereux (1970), Essais d’ethnopsychiatrie générale, Paris, Gallimard.
  • 26 Les pulsions anthropophagiques s’entendent dans les expressions parentales : « Il est mignon à croq (...)

36En effet, dans une approche anthropologique, Georges Devereux (1970)25 avance l’idée que « les pulsions cannibaliques des parents26 envers les enfants sont d’ordre primaire, alors que les fantasmes et pulsions correspondants des enfants sont réactionnels et doivent être tenus pour contre-cannibaliques ». Aussi, si l’acte de dévoration cannibalique doit être nécessairement évité, subsiste, néanmoins, chez l’adolescent dépressif une importante angoisse d’anéantissement et d’engloutissement dans et par le corps de l’Autre.

  • 27 Rappelons, cependant, que l’incorporation ou la dévoration, c’est à dire la capacité de faire pénét (...)

37Cette angoisse de dévoration signe par ailleurs pour l’adolescent, une régression fantasmatique au stade archaïque de l’oralité, là où la jouissance de l’acte d’incorporation27 et d’avalage s’étaye sur le besoin de se nourrir. Le fantasme des deux protagonistes dans la théorie de la séduction généralisée (J. Laplanche) implique aussi celui de l’incorporation réciproque « manger – être mangé » et in fine à celui du retour dans le ventre originel.

  • 28 Jean Claude Arfouilloux (1993), « Laïos cannibale », Revue franç. de psychanalyse, Tome LVII, 2, 19 (...)

38Selon Jean-Claude Arfouilloux (1993) : « Le cannibalisme du père renvoie peut-être à une autre signification, également de l’ordre de l’originaire et qui serait comme le pendant symétrique du fantasme de retour dans le sein maternel : retour ou pénétration dans le ventre du père, fusion avec son corps, assimilation à sa chair en tant qu’autre lieu des origines. Manger le père, pour en faire le deuil serait la réalisation du fantasme inverse, où s’exprime encore la singularité du lien homosexuel entre le père et les fils, et qui pourrait se résumer dans l’alternance suivante : incorporer le père ou être incorporé par lui28. »

  • 29 Sigmund Freud (1915-1917), « L’Homme aux loups », in Cinq psychanalyses, op. cit., p. 357.

39Aussi, l’angoisse du double, particulièrement saillante dans les productions perceptives et imaginatives de Miguel, laisse clairement transparaître l’expression de l’homosexualité latente et inconsciente. Remarquons que c’est à propos de « L’Homme aux loups », plus précisément à travers la représentation du père dévorateur (Le « loup ») de la scène originaire, que Freud a mis en lumière la signification homosexuelle inconsciente, pour le petit garçon, du désir-crainte d’être dévoré par le père. Ainsi, écrit Freud : « La peur d’être mangé par le loup, n’était qu’une transposition – régressive, […] – du désir de servir au coït du père, c’est-à-dire d’être satisfait à la façon de sa mère29. » Et la haine que porte l’enfant à l’encontre de son père lui permet, en partie, de détacher sa libido homosexuelle à l’endroit de cet objet d’amour « contre-nature ». La haine masque et révèle à la fois le désir incestueux fantasmatique du fils pour le père. Dans cette situation, la lutte contre le père implique, néanmoins, un désir sous-jacent de soumission.

  • 30 Graziella etNicos Nicolaïdis (1994), « Incorporation, pédophilie, inceste », in Mythologiegrecque e (...)

40Suivant ce point de vue, les pulsions cannibaliques sont habituellement jointes aux pulsions sexuelles incestueuses des parents et à leur séduction. Rappelons enfin que dans une lettre adressée à Marie Bonaparte (1932) Freud faisait observer que : « La situation pour l’inceste est exactement pareille à celle du cannibalisme ». En effet, il est à remarquer le rapprochement habituel des éléments de ce couple d’interdit inceste et cannibalisme (incorporation). Dans ce sens, comme l’ont souligné Graziella et Nicos Nicolaïdis (1993), la pédophilie, qui constitue un remplacement de l’anthropophagie, est un « … désir fantasmatique phagique », une sorte d’identification orale cannibalique à l’envers – du père pour le fils. Il s’agit d’une « identification défensive du père contre sa propre castration par le fils30. » En conséquence, l’acte pédophile du père serait une défense contre le meurtre potentiel de celui-ci par le fils. Inces-tuer (le fils) avant d’être tué (par lui). Cette logique étrange du meurtre préventif et protecteur, un meurtre par anticipation sur le désir de meurtre de soi par l’autre, fait que l’on pourrait dire, ainsi que je l’ai souligné plus loin, que le parricide d’Œdipe est une sorte de légitime et vitale défense. Toutefois, Laïos, en éloignant et en faisant disparaître Œdipe n’a t-il pas voulu, par ce geste clairement criminel, préserver sa propre vie et peut-être également se protéger contre ses propres pulsions incestueuses et destructrices ? A ce niveau les questions importantes de l’originel et du transgénérationnel nous apportent beaucoup sur le déterminisme agissant des comportements.

La perte et le vide

Pl. V : « Elle me fait penser à une chauve souris, à la mort… ».
Pl. VI : « Là, la petite tache, on dirait une croix de mort perdue dans le désert ».
Pl. VIII : « Là aussi c’est une sorte de chauve souris. On voit les ailes qui sont intactes, mais sans le corps. On voit uniquement des os, les vertèbres ».
Pl. IX : « Là on dirait un squelette… là des os ».
Pl. X : « Là c’est deux flancs de montagnes, et là c’est le vide, le néant, et un oiseau qui passe au milieu ».

Rêve éveillé
« Je suis dans un truc de désert. C’est tout blanc. Je suis tout seul… Je marche… Je marche… J’arrive à la fin du désert. Je tombe dans un vide, tout noir. Ca fait un truc qui tourne, comme un tourbillon. Comme si j’étais aspiré dans un truc d’eau… ».

41Le vide, le blanc, qui sont essentiellement une sorte de vide en soi, une mort psychique, indiquent le narcissisme négatif, les aspects dépressifs et mortifères de la structure de la personnalité. Par ailleurs, l’absence de représentation, le vide de l’image et l’image du vide, au-delà de la négativité qu’ils véhiculent (image floue, fantomatique), laissent apparaître l’effondrement narcissique, le narcissisme troué de l’adolescent.

  • 31 Cf. à ce sujet l’article de André Green « L’angoisse et le narcissisme », plus particulièrement le (...)
  • 32 Voir aussi Donald Woods Winnicott (1974), « Fear of brekdown », Intern. J. Psychoanal., 54, 1, 103- (...)

42Mais cet espace inoccupé, le Blank31, désigne aussi la privation angoissante et la castration féminine32. De même, la peur du « trou noir » évoque douloureusement, l’effroi du manque, de la castration, voire de l’immobilité du non-vivant.

43Comme on peut le remarquer, la vacuité remplit, si l’on peut dire, la perception et l’imagination de Miguel aux épreuves du Rorschach et du Rêve éveillé. Cependant, je pense aussi qu’il s’agit ici d’un sentiment d’évidement et de dévidement dans le sens d’une perte désagréable de maîtrise (« être aspiré ») où le réel se déroule et se dérobe à l’adolescent. Celui-ci se sent « lié », confiné dans la résignation qui l’identifie au personnage de la victime, le féminin maternel martyrisé. De fait, plusieurs de nos observations cliniques mettent en évidence le thème de la perte dans les plaintes de type paranoïde de l’adolescent dépressif placé dans une position de victime. Ce dernier, malgré le ressenti de la douleur, ne cesse, par condamnation, se plaint-il, de se démunir, et affirme que tout lui échappe dans le sens d’une « hémorragie interne ». Le sujet se sent littéralement vidé. Il se lamente de la persécution externe mais souffre aussi de l’oppression pénible interne, du contenu même de son corps. Cette angoisse persécutrice d’appauvrissement et de relâchement témoigne de l’érotisme anal dans le sens de la dualité contrastée rétention-expulsion, se sentir plein-vide

44En effet, dans cette perspective, divers auteurs justifient la corrélation qui unit la problématique paranoïaque et de castration (satisfaction féminine homosexuelle du sujet) à la fixation au stade de l’érotico-analité comme le montrent, par ailleurs, les Mémoires du Président Schreber dans l’expression de son fantasme homosexuel de désir féminin.

  • 33 James S. Grotstein (1991), « Néant, non-sens, chaos et le « trou noir »», Revue française de psycha (...)
  • 34 D’ailleurs, le « trou noir » des astrophysiciens n’est-il pas imaginé comme avalant l’énergie et la (...)

45D’autre part, James S. Grotstein33 dans sa tentative d’illustration du concept du rien et du vide, précise que : « La phénoménologie du « trou noir »34… inclut non seulement une soudaine implosion passive dans le néant et le non-sens interne de sa victime mais inclut aussi une combinaison active d’avidité et d’envie intenses, causant une internalisation massive des objets et des objets partiels qui subissent alors un compactage (dû à l’avidité) et une désintégration (due à l’envie). » Il est, en effet, juste de dire que l’inaction de l’adolescent, « avalé » par le néant, n’est qu’apparente. Bien au contraire, la tendance d’apaisement psychique jusqu’au niveau zéro (masochisme primaire) peut être, dans une forme paradoxale, activement convoitée, car il existe une union profonde entre le plaisir et la néantisation provoquant ainsi l’abaissement extrême de l’excitation, dans une quête totale du nirvana.

  • 35 Steven Wainrib (1996), « Angoisse de néantisation, fascination de l’anéantissement », Revue françai (...)

46L’adolescent dépressif recherche à travers le Rien et la néantisation, la complétude du Tout omnipotent (moi idéal). En effet, ainsi que l’admet Steven Wainrib (1996) : « L’aspiration au néant ne désigne pas dans cette logique la finitude de la mort, mais la retourne en un contraire d’illimité, d’illusoire retour d’un avant la différence35. »

  • 36 Frances Tustin (1986), Le trou noir de la psyché, trad. P. Chemla, Paris, Seuil, 1989.

47De fait, dans l’état d’implosion psychique du « Trou noir » (F. Tustin)36, et dans la situation du néant et du chaos, l’adolescent se sent absorbé et « tiré » par le « tourbillon qui creuse », de ce fond d’angoisse, de déréliction et de désespoir. Il est, de cette façon, complètement débordé, manifestant ainsi sa passivation et sa « féminisation » de contrainte. Mais le masochisme de cette position n’empêche nullement l’apparition de la jouissance absolue dans cet état d’excitation, un sentiment océanique d’indistinction et d’illusion de la fin du manque.

Déliaison et castration

Pl. II : « Je pense à un vagin. Là c’est le contraire, je pense au sexe de l’homme.
« Ca me fait penser aussi à des taches de sang, puis, un truc assez dégueulasse… le truc d’une femme ».
« Là on dirait un genre de sexe de femme. Comme s’il était blessé, comme si on avait abusé d’elle. Ca serait du sang tout ça… ».
Pl. VIII : « Là on dirait un missile, là la pointe, puis là une traînée de feu… ».
Pl. X : « Là le bout d’un canon… ».

  • 37 Cf. L’inquiétante étrangeté et autres essais, op. cit. Freud (1919), dans ce texte écrit : « Il se (...)
  • 38 Sigmund Freud (1922), « De quelques mécanismes névrotiques dans la jalousie, la paranoïa et l’homos (...)

48Miguel exprime son étrangement inquiétant des organes génitaux féminins37. Sa crainte engendre des fantasmes liés à l’incomplétude, au sexe sectionné. Aussi, l’utilisation réitérée de symboles phalliques (« missile », « pointe », « feu », « canon »…) ne fait qu’accroître la prépondérance de l’angoisse de castration. Cette précision, rappelons-le, est apportée par Freud (1922) dans son analyse de « La tête de Méduse » décapitée et dont la chevelure est souvent formée par des serpents, signifiants du mâle et du mal. Ainsi, énonce-t-il : « Une règle technique : multiplication des symboles de pénis signifie castration38… »

49Dans ce manuscrit de mai 1922, Freud évoque l’idée que l’effroi, devant le corps monstrueux de la Gorgone étêtée, est donc un effroi de la castration rattaché à une forme d’hallucination phallique, à quelque chose qui reflète l’organe pénien, qu’on « voit » par son absence même. Le défaut de pénis, comme reflet de la privation, du sexe amputé, est la cause de l’horreur, mais provoque dans le même temps de la fascination. L’inexistence de pénis effraie et transforme l’attrait en répulsion. L’adolescent révèle ainsi, de façon latente, sa préoccupation homosexuelle et sa peur, voire sa terreur de la représentation de la castration. Celle-ci est figurée par la vue de l’organe génital féminin, perçu comme un vulgaire « truc », un simple « trou » répugnant. D’autant que le « défaut » porte la marque fraîche (« sexe de femme blessé ») d’une mutilation narcissique irréparable.

Le « corps déchiré »

Pl. I : « Y a aussi un homme, mais vraiment déchiqueté, en morceaux, comme s’il y avait une bombe qui lui a éclaté, ses deux jambes, et le reste ce sont des morceaux de corps ».
Pl. II : « Là on dirait des pieds, mais comme s’ils étaient blessés, sans peau ».
Pl. III : « De l’autre côté, c’est deux têtes, les corps mais ils n’ont pas de jambes ».
Pl. V : « Le noir… je vois toujours la mer. Mais c’est comme un puzzle cassé ou une photo déchirée de la mer ».
Pl. VII : « Là, le couteau, une lame assez usée, un sabre. Ca me fait penser à un hachoir sculpté ».

Rêve éveillé
« Je vois une poupée. Une toute petite en chiffon… Elle ressemble à ma sœur. Elle est petite aux cheveux très longs… sans bras… sans jambes […] Elle perd du sang… ».

50La multitude des images insoutenables de « corps en morceaux » disent la répulsion de la fragmentation corporelle, mais aussi l’attirance terrifiée pour l’anéantissement (nirvana et pulsion de mort). De même, la blessure narcissique grave que traduit la désintégration du corps et l’angoisse de mutilation s’accompagnent d’inquiétante étrangeté, d’un familier insolite, étrange et inquiétant.

51Également, au plan phénoménologique, le démembrement peut être rattaché à la question douloureuse du déplacement et de l’exil. En effet, au-delà du déchirement social et culturel, il s’agit d’une véritable rupture-perte angoissante avec l’originel maternel. Le déplaisir face au manque touche subsidiairement l’éclatement du noyau familial (séparation du couple parental, fugues de la sœur, placement de Miguel en foyer, etc.).

52Dans l’état de dépression, lorsque l’adolescent se trouve également placé dans une condition de victime, on relève l’existence d’un sentiment de perte d’intégrité corporelle (corps disloqué) et d’intégralité anatomique (corps disséqué), une interrogation identitaire anxieuse, ainsi qu’une résurgence de l’angoisse de castration intensément vécue. Il existe aussi chez l’adolescent dissocié de sa famille une recherche d’identification (perte des repères) mais une impossible identification à l’image paternelle du fait de l’énormité du ressentiment à l’endroit de la jouissance cruelle de ce père réel castrateur. Cette haine fils-père engendre un éprouvé d’incomplétude fondamentale inconsolable qui détermine la haine de l’adolescent retournée (introjectée) contre sa propre personne. Dans cette situation, le retournement contre soi de l’agressivité, initialement dirigée contre le père, est encore plus facilitée car, en effet, les deux protagonistes sont à tout jamais liés sinon confondus par l’identité de filiation. Le père comme le fils sont accordés et scellés par une alliance naturelle. De ce fait, l’agression contre le père, par le fils lui-même ou autrui, est vécue comme une agression contre soi-même. La réciprocité est aussi valable dans certaines conditions, lorsque notamment il n’y a pas eu de fracture grave du lien paternel et un narcissisme négatif ou renversé qui pourraient soutenir le rejet absolu et énergique du fils par le père.

  • 39 Sigmund Freud (1918), « Le tabou de la virginité », in La vie sexuelle, op. cit., p. 71.

53Par ailleurs, le masochisme de l’adolescent « victime » semble être consubstantiel à la régression-reproduction de la scène primitive où le sujet s’identifie dans le fantasme au « masochisme féminin » de la mère. En effet, par le mécanisme inversé de l’« identification à l’agressé », l’enfant, quel que soit son sexe, se reconnaît dans le rôle sexuel de la femme (mère « victime ») dans le coït. Cependant, dans une structuration pathologique du caractère où la jouissance inconsciente ne peut se libérer de la souffrance, il existe une fixation-régression excessive, mortifère, au pôle « passif » des représentations fantasmatiques originaires (séduction, castration, scène primitive). En conséquence, Miguel, par un excès d’identification à l’objet maternel agressé, se trouve désormais lui-même condamné à la sujétion. Et semble dorénavant, comme « contaminé par la féminité »39 de la mère, répétant ainsi sa passivation et son agression par le bourreau désigné. Dès lors, dans une position de victime liée à une réalité traumatique secondaire ou après-coup, l’adolescent dépressif, en manifestant sa peur fantasmatique d’être mangé (pénétré) par le père, exprime sa « féminité » et sa crainte de sa propre homosexualité incestueuse non résolue à l’endroit de ce père castrateur-diabolique autant admiré et envié que fortement redouté.

54Ainsi que je l’ai signalé plus haut je n’ai pas « suivi » cet adolescent dont les éléments de son histoire me font défaut. Dans cette approche de la dépression victimaire, je ne m’en suis tenu à l’étude du fonctionnement psychique et social, actuel de Miguel, dans son environnement. En conséquence, la problématique dépressive, qui est chez ce jeune prédominante et préoccupante, est notamment liée à la menace de perte d’amour, d’abandon et/ou une dévalorisation et une baisse de l’estime de soi. Des traits qui sont confirmés et complétés par les outils cliniques Rorschach et Rêve éveillé.

55Quant aux perspectives pronostiques, elles risquent d’être sombres si un indispensable travail d’étayage et de soutien narcissique n’est pas assuré. Comme on le sait, la conception psychanalytique et métapsychologique ne s’intéresse pas uniquement au symptôme mais à l’organisation psychique dans sa globalité. Aussi, afin de traiter la réaction dépressive et éviter la potentialité évidente des troubles des conduites et de l’adaptation (suicide, toxicomanie, homosexualité, et autres complications agies de la position pathologique dépressive et victimaire), il paraît impératif d’aider cet adolescent à organiser des défenses, à investir des activités sublimatoires, à créer une meilleure individuation et une organisation plus différenciée des instances psychiques surmoi-idéal du moi. Selon les possibilités de cet adolescent, le travail psychothérapique concerné (suivant la modalité envisagée), une activité d’élaboration et d’assimilation, vise à sortir du lien collusif trop étroit et incestuel avec la mère, de créer une distanciation suffisante d’avec les objets parentaux. Il s’agit tout simplement d’une tâche qui permet l’accomplissement de la problématique de séparation avec un redéploiement progressif de la libido objectale, l’ouverture vers de nouveaux investissements, la découverte d’un rôle actif, une organisation efficiente du fonctionnement mental, et la connaissance d’un plaisir dans le fonctionnement psychique.

Notes

1 Philippe Guton (1991), Le pubertaire, « Le Fil rouge », Paris, PUF, p. 138. Dans ce même esprit, on peut citer l’article de Roland Gori « L’abolescence », Cahiers de Psychologie Clinique, 6, Les adolescents, De Boeck Université, 1996, p. 243-54. Un texte dans lequel on peut lire : « L’adolescence, comme moment logique, révèle la nécessité pour l’être parlant de transférer le transfert sur d’autres objets que les objets infantiles dont l’opacité actuelle fait sentir encore toute sa pesée. » (p. 252)

2 Peter Blos (1967), « The second individuation process of adolescence », Psychoanalytic study of the Child, 22, p. 162-77.

3 Comme l’abandonnique qui, à son insu, suscite itérativement l’abandon (la perte) et le rejet, le dépressif justifie sa dépression par l’expression du sentiment de persécution, d’injustice et de fatalité : « Cela n’arrive qu’à moi » proteste-t-il, exprimant néanmoins, en contradiction, une sorte de destin des catastrophes qui condamne le sujet à la résignation.

4 Sigmund Freud (1915-1917), « Deuil et mélancolie », in Métapsychologie, Paris, Gallimard, 1986, p. 150.

5 Depuis mes précédents travaux j’ai forgé ce néologisme pour désigner soit l’inclination, voire le besoin incoercible d’une personne à être victime, soit l’état ou le caractère d’une personne victime, c’est-à-dire qu’un signe ou un ensemble de signes permet de la distinguer dans son comportement et dans sa personnalité. Ce qui m’a amené à parler d’un « syndrome de victimté ».

6 Telle cette jeune fille toxicomane victime de viol et qui, avant toute question de l’interlocuteur, s’exclame sous forme de dénégation interrogative : « Vous n’allez pas me dire que c’est ma faute » ? La Verneinung masquerait-elle une sorte de « mea culpa » ?

7 André Green (1983), Narcissisme de vie, narcissisme de mort, Paris, Editions de Minuit.

8 Dans un des Rêves éveillés de Miguel, le désir de coalition voire de collusion œdipienne fils-mère, est patent : « Je suis sur la mer (mère ?)… En train de me battre avec un genre de monstre… » (Cf. plus loin l’extrait de ce rêve).

9 En référence notamment à l’observation de Léa (cf. supra), nous considérons la grossesse adolescente comme un passage à l’acte souvent réactionnel à un traumatisme événementiel révélé par la privation et la séparation (raté du deuil). Mais on relève également par le biais de cette « mise enceinte » une forme de « sortie » brutale (adolescence avortée) de la conflictualisation renaissante de l’œdipe et un rejet « actif » (refoulement agi) des sentiments incestueux.

10 A l’instar du prince Hamlet lorsque, rappelons-le, en direction de sa propre personne, il proclame : « Suis-je donc un lâche ? Qui veut m’appeler manant ? Me fendre la caboche ? M’arracher la barbe et me la souffler à la face ? Me pincer par le nez ? Me jeter le démenti par la gorge en pleine poitrine ? » Et aussi : « Il faut croire que j’ai le foie d’un pigeon et que je manque du fiel qui rend l’injure amère… » (Acte II, scène 2)

11 Miguel évoque son engagement bénévole dans le cadre d’une section locale d’une grande association de militants, où il s’occupe plus précisément de l’animation de réunions au sein, dit-il, du « Comité des chômeurs ».

12 Comme s’il était enceint, Miguel montre sa gêne d’avoir un « gros ventre ». Cette difficulté, liée à l’image du corps en déformation, exprime vraisemblablement un conflit de type attrait-répulsion pour un idéal hermaphrodite (ou « genre neutre » de André Green, op. cit.) refoulé, interdit et culpabilisé. Dans cette perspective, rappelons que la victime était choisie dans le passé pour son genre précisément féminin mais souvent aussi pour son aspect androgyne. (H. Maïdi, 2003)

13 Cette déclaration de configuration étrangement masochique, qui peut aussi être interprétée de la façon suivante : « J’aime bien, parce que ça fait mal, j’aime bien me faire mal », surgit dans le choix des planches du Rorschach.

14 A ce propos, il m’a semblé intéressant de préciser que le diable, dia-bolos, est dans une acception originelle, celui « qui divise », « qui désunit » et sépare.

15 Cf. Sigmund Freud (1923), « Une névrose diabolique au XVIIe siècle », in L’inquiétante étrangeté et autres essais, trad. B. Féron, Paris, Gallimard, 1990. Dans ce texte, Freud formule l’hypothèse selon laquelle le diable serait une « copie » du père, et évoque l’idée que tous deux étaient à l’origine identiques.

16 Sigmund Freud (1928), « Dostoïevski et le parricide », in Résultats, idées, problèmes II, op. cit., p. 170.

17 Pas seulement le « caché » consubstantiel à la pulsion partielle scopophilique (« Voir sans être vu ») mais le terme « caché » qui suggère l’idée du « rentré », du « dedans », c’est à dire de l’incorporation. Par ailleurs, notons que le vocable « caché » ne peut être dissocié des mots « chasser » mais aussi « écacher », à savoir « faire disparaître, écraser, blesser et meurtrir ».

18 Cette conjecture est assez tôt défendue par Freud (1897) notamment dans ses lettres 56 et 57 adressées à Fliess dans lesquelles l’auteur affirme que la théorie de la possession par le diable est comparable à la théorie du corps étranger.

19 « Il est certain que le diable n’est rien d’autre que la personnification de la vie pulsionnelle inconsciente refoulée », écrit Freud, dans le texte intitulé « Caractère et érotisme anal » (1908), in Névrose, psychose et perversion, op. cit., p. 147.

20 La mer est un élément féminin par excellence.

21 Sigmund Freud (1925), « Inhibition, symptôme et angoisse », in Œuvres complètes, vol. XVII, trad. Coll., Paris, PUF, 1990, p. 223.

22 Otto Rank (1914), Don Juan et le double, op. cit., p. 155.

23 Sigmund Freud (1915), « L’inconscient », in Métapsychologie, op. cit, p. 116.

24 Ou bien encore, plus ancien, le mythe égyptien d’Osiris comme le rappelle Otto Rank (1914, op. cit., p. 152 sq.)

25 Georges Devereux (1970), Essais d’ethnopsychiatrie générale, Paris, Gallimard.

26 Les pulsions anthropophagiques s’entendent dans les expressions parentales : « Il est mignon à croquer », « On en mangerait ». Voir dans les jeux mère-enfant lors de la toilette, où celle-ci fait semblant de manger son enfant.

27 Rappelons, cependant, que l’incorporation ou la dévoration, c’est à dire la capacité de faire pénétrer et garder un objet à l’intérieur de son corps, n’est pas seulement directement rattachée à l’oralité, mais à l’ensemble du cycle digestif y compris donc l’activité de rétention-expulsion, elle-même liée au problème de la castration (Cf. S. Freud, 1915-1917, « L’Homme aux loups », in Cinq psychanalyses, op. cit., p. 389 sq.).

28 Jean Claude Arfouilloux (1993), « Laïos cannibale », Revue franç. de psychanalyse, Tome LVII, 2, 1993, p. 501.

29 Sigmund Freud (1915-1917), « L’Homme aux loups », in Cinq psychanalyses, op. cit., p. 357.

30 Graziella etNicos Nicolaïdis (1994), « Incorporation, pédophilie, inceste », in Mythologiegrecque et psychanalyse, Lausanne, Paris, Delachaux et Niestlé, collection « Champs psychanalytiques ».

31 Cf. à ce sujet l’article de André Green « L’angoisse et le narcissisme », plus particulièrement le paragraphe intitulé « le blanc », Revue française de Psychanalyse, 1/1979, p. 45-87.

32 Voir aussi Donald Woods Winnicott (1974), « Fear of brekdown », Intern. J. Psychoanal., 54, 1, 103-7. Trad. franç. « La crainte de l’effondrement », Nouvelle Revue de psychanalyse, 1975, 11, p. 35-44.

33 James S. Grotstein (1991), « Néant, non-sens, chaos et le « trou noir »», Revue française de psychanalyse, 4, 1991, p. 873.

34 D’ailleurs, le « trou noir » des astrophysiciens n’est-il pas imaginé comme avalant l’énergie et la lumière, sorte de « bouche d’ombre » (V. Hugo, 1855) gobant l’univers environnant.

35 Steven Wainrib (1996), « Angoisse de néantisation, fascination de l’anéantissement », Revue française de psychanalyse, 1996, Tome LX, 1, p. 70.

36 Frances Tustin (1986), Le trou noir de la psyché, trad. P. Chemla, Paris, Seuil, 1989.

37 Cf. L’inquiétante étrangeté et autres essais, op. cit. Freud (1919), dans ce texte écrit : « Il se trouve que cet étrangement inquiétant est l’entrée de l’antique terre natale (Heimat) du petit d’homme, du lieu dans lequel chacun a séjourné une fois et d’abord. » (p. 252)

38 Sigmund Freud (1922), « De quelques mécanismes névrotiques dans la jalousie, la paranoïa et l’homosexualité », in Œuvres complètes, vol. XVI, trad. coll., Paris, PUF, 1991, p. 163.

39 Sigmund Freud (1918), « Le tabou de la virginité », in La vie sexuelle, op. cit., p. 71.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search