Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Troisième partie. Trauma par excès : le « trop de trop » et le « trop de pas assez »

Chapitre IV. Akli, placé et abandonné

Texte intégral

1L’adolescence est un âge marqué par les ruptures, le changement, la métamorphose psychique et corporelle. Elle est spécifiée par un réel travail d’élaboration psychique pour arriver à intégrer le « nouveau » corps (puberté) dans la psyché. En ce sens, le pubertaire est précisément une activité de remaniements psychiques nécessités par le nouveau corps.

  • 1 Voir Donald Woods Winnicott (1984), Déprivation et délinquance, Trad. française par Madeleine Miche (...)

2Je rappelle qu’un grand nombre d’auteurs ont déjà décrit les singularités principales de ce passage et de ce processus riches en avènements, comme par exemple : la nouvelle phase de séparation-individuation, le corps, le deuil et la dépression, la pression libidinale sous le primat de la poussée génitale, les modes de défense, le narcissisme, l’idéal du moi ou encore le problème essentiel de l’identité et des identifications. D’autres travaux sont aussi consacrés à la dynamique intrapsychique des adolescents « déprivés »1, « laissés tombé » (S. Ferenczi), séparés et placés en institution durant le premier âge. A ce titre on a surtout écrit sur le rapport entre la carence affective et de soins maternels et les effets nocifs de celle-ci, en admettant surtout la possibilité d’une évolution vers des « désordres psychopathiques du comportement » (L. Bender, 1947) et des conduites délinquantielles.

  • 2 « Abandonnique » est un terme emprunté à Charles Odier (1947), L’angoisse et la pensée magique, Lau (...)

3Les conséquences traumatiques et objectives de l’abandon ont été étudiées d’une façon rigoureuse et quasi-expérimentale par de nombreux observateurs (R. Spitz, J. Bowlby, J. Aubry). D’autre part, les psychanalystes Germaine Guex et Charles Odier ont décrit un syndrome d’abandon qui affecte certains sujets dont la vie psychique est dominée par le problème de la sécurité affective (frustration libidinale aboutissant à une appétence affective ambivalente intarissable) et le sentiment ou la crainte d’abandon. Dans cette affection pathologique, l’abandon est soit réel (privation et séparation d’avec l’environnement de soins maternalisants), soit virtuel dans le cas de l’« abandonnique »2, dont la constitution plutôt que les événements explique le désordre psychoaffectif. Le syndrome d’abandon, cette entité clinique, paraît discutable théoriquement et cliniquement. Elle serait composée par une association d’angoisse, d’agressivité réactionnelle (exigences, mise à l’épreuve de l’autre pour faire la preuve de son intérêt, attitudes sadomasochistes) et non-estime de soi (« non aimé parce que non aimable »), se complétant par une « mentalité de catastrophe ». Loin d’être spécifique, cette différente symptomatologie existe dans de nombreux états névrotiques principalement de figure anxieuse. Ici, en effet, domine l’angoisse d’abandon qui trouve sa source dans les distorsions de la relation primaire qui relie l’enfant à son objet d’amour et de protection.

  • 3 Je pense aux célèbres travaux regroupés pour l’O.M.S. en 1962 par la collaboratrice de John Bowlby, (...)

4Les importantes études, aujourd’hui classiques3, de la relation spécifique entre la privation affective et ses répercussions méritent d’être approfondies sur un plan psychopathologique et psychanalytique à l’adolescence.

  • 4 Cf. Houari Maïdi, (1983, 1986).

5Comprendre et décrire le syndrome d’abandon dans sa complexité et ses contradictions n’est pas une chose facile à l’adolescence. Cependant, il est possible de mettre en lumière certaines spécificités essentielles de la perception du monde en image chez l’adolescent abandonnique, et les éléments déterminants, les mécanismes sous-jacents de cette approche de la réalité par l’image. Ainsi, grâce principalement au test de personnalité de Hermann Rorschach, nous pouvons analyser la dynamique du processus perceptif et expressif, l’interférence du réel et du virtuel à travers les stimuli perceptifs de ce test projectif. Il n’est probablement plus besoin de démontrer l’intérêt de cet outil, comme moyen privilégié pour étudier les processus psychiques à l’adolescence. Le Rorschach est, en effet, l’une des épreuves les plus riches pour mettre en relief les mécanismes fondamentaux de la pensée adolescente4.

6Akli est un adolescent que j’ai vu pour la première fois à l’âge de quinze ans. Dans les antécédents, on relève essentiellement une naissance prématurée dans un couple de concubins alcooliques, l’enfant est reconnu par le géniteur. Après la naissance, Akli est reçu au Centre des prématurés où il reste trois mois. Toutefois, il ne peut être remis à ses parents en raison des conditions de vie déplorables de ces derniers. Il est alors admis dans les services de l’Aide Sociale à l’Enfance (A.S.E.) et placé dans une pouponnière. Un mois après, à l’âge de quatre mois, il change de pouponnière.

7Il est suivi, sur le plan médical, pour un pied bot congénital bilatéral traité orthopédiquement puis chirurgicalement à l’âge de deux ans.

8Durant les cinq premières années, Akli est hospitalisé cinq fois, placé et déplacé, d’institution en institution.

9Sur le plan somatique, Akli a présenté des difficultés de développement staturo-pondéral. Il existe une atrophie musculaire importante de tous les muscles des jambes.

10A neuf ans, le comportement de Akli est, disent ses éducateurs, marqué par « une passivité et une discrétion ». « Il aime rester auprès de l’adulte même quand les autres enfants jouent ».

11A douze ans, on remarque essentiellement sa « lenteur de compréhension », sa suggestibilité et son manque d’investissement d’une relation privilégiée avec autrui. Il n’investit pas non plus les choses, ne possède rien. Il a donné son cadeau d’anniversaire avant de le recevoir. « Il semble résigné par rapport à son handicap ».

12A l’âge de quinze ans, je le rencontre. C’est un adolescent de petite taille, maigre, portant des lunettes. Souriant, le contact est aisé. Il est scolarisé en classe d’apprentissage. Il souhaite exercer le métier de « cuisinier ». Par ailleurs, Akli participe de façon irrégulière à quelques activités sportives comme la natation et « un peu de gymnastique… Je peux pas faire tous les sports, dit-il. On m’a mis des agrafes à mon pied. Cela m’ennuie un peu. Parfois, j’y pense beaucoup… mais ça passe. Parfois y a des vieilles qui regardent – y a des jeunes qui sont curieux. Ils me demandent ce que j’ai. Ils regardent tout le temps mes pieds ».

Roman familial et mythes originaires

  • 5 Nicos Nicolaïdis (1979), « Œdipe : le message de la différence », Mythe et Psychanalyse, Revue fran (...)

13Le jeune victime d’abandon précoce et placé en institution, outre sa quête affective, exprime on le sait, de façon plus évidente que l’adolescent « normal » sa recherche identitaire originelle. De manière latente ou patente, il exprime un besoin de filiation et construit à partir d’un manque originel fondamental, un roman familial et une histoire de son essence et/ou de la petite enfance idéalisée ou mythique, une histoire du désir par la voie du fantasme, par l’après-coup. Le mythe, dont nous empruntons la définition à Nicos Nicolaïdis5 étant un récit d’une discontinuité événementielle, exprimant la continuité du désir.

  • 6 Roger Dorey (1988), Le désir de savoir : Nature et destins de la curiosité en psychanalyse, Paris, (...)
  • 7 La procréation médicalement assistée avec tiers donneur peut engendrer aussi chez l’adolescent qui (...)

14Le désir dans les fantasmes originaires ou plus précisément « originels » cherche à combler les « pièces manquantes » et tente de résoudre l’énigme onomastique et des origines. Plus qu’à tout âge, l’adolescent est grandement préoccupé par la problématique de son identité et le processus de son identification. Mais il existe chez l’adolescent qui a subi une désafférentation traumatique affective et un détachement précoce contraint, une véritable poussée de savoir (Wissendrang). Le « désir de savoir »6 et le besoin d’investigation des origines est assez ambivalent et pas toujours verbalisé. Contraints de l’intérieur, certains adolescents tentent de percer le secret de leurs origines dans le secret de leurs fantasmes7.

  • 8 Jean Guyotat (1980), Mort / naissance et filiation, Paris, Masson.

15Pour l’adolescent qui n’a pas connu ses parents, l’identité du père et donc dans un certain sens, sa propre identité, fait l’objet d’un doute, d’une incertitude, comblés par des errances imaginatives compensatoires. En effet, les productions imaginaires ont un rôle compensateur à des sentiments de manque fondamental et d’incomplétude issus de graves défaillances familiales et affectives. Cette « fuite dans le domaine imaginaire et dont le rôle économique s’impose à l’évidence, traduit un retour à la toute-puissance magique accordée à la pensée8 ».

16En rapport avec le besoin d’attachement filial, la quête des parents d’origine, les fantasmes primitifs et le roman familial, s’est constituée une triade adolescente formée de Akli et deux autres adolescents séparés de leurs familles dans la prime enfance.

17Au manque fondamental initial et filial, ce trio d’adolescents tentait de trouver des réponses à travers un pouvoir médiumnique en communiquant avec les « esprits » (les revenants, les fantômes, les mânes, les absents, en l’occurrence les parents géniteurs qui auraient emporté d’« inavouables secrets ») par des moyens occultes (télékinésie).

18Les séances de spiritisme, cérémonielles et ritualisées se déroulaient tous les soirs tardivement « en secret ». Chacun devant respecter ce mystère, ce secret sacré, car « les esprits (les) surveillaient ». « Il y a un marché (sic) entre nous trois et les esprits », me dit Akli. La confiance dans ces êtres invisibles et incorporels est doublée de la méfiance. L’idéal fantasmatique et la réalité coexistent dans un contrat étrange et inquiétant.

19La notion du « secret » de la parole à l’adolescence est éminemment importante. Il s’agit de préserver le secret des fantasmes, mais se développent également, lors du processus de l’adolescence, des « fantasmes du secret ». A cet âge, le secret dans son rapport à l’imaginaire et à la toute-puissance magique de la pensée est hyperinvesti par l’adolescent qui se croit précisément victime du « secret ».

20Les activités de spiritisme qui possèdent une valeur défensive et compensatoire, ont pour objet de provoquer la manifestation d’êtres immatériels ou « esprits ». Elles créent chez les adolescents spirites un sentiment de force et de grandeur puisqu’ils pensent, paradoxalement, être les seuls à connaître le mystère de leurs origines ; même les instances administratives (A.S.E.) supposées savoir, ne détiennent pas cet important privilège : le secret de la vérité. Il y a là une transmutation de la position passive à la position active.

21Dans une compréhension métapsychologique, ces fantasmes qui tentent d’apporter une réponse au problème des origines sont à rapprocher de la scène primitive ou originaire, dans le sens ici essentiellement mythique de la conception.

22Aussi, avec le mécanisme psychique du déni de la réalité, processus originaire défensif à l’égard de la réalité extérieure, et du déni de signification des éventuels défauts ou défaillances dans l’ascendance du sujet, la communication par télépathie avec quelques privilégiés (idoles mortes, parents supposés, etc.) a « permis » à ces adolescents initiés au spiritisme de « découvrir » un même lien de filiation (un lien de parenté fantaisiste), et d’être dotés d’un pouvoir d’incarnation, « de ressembler à des personnes qu’ils désirent ». Le désir d’être « autre », d’être « autre-ment » est significatif de la grande blessure narcissique et marque la problématique identificatoire et l’idéal imaginaire et fantasmatique du moi dans cette période du développement psycho-corporelle

23À côté des phénomènes d’influence (phénomènes du devinement et de la transmission de pensée), les phénomènes cénesthésiques (des impressions de transformation corporelle, des sentiments d’inquiétante étrangeté) sont présents. Ils sont, le plus souvent, la manifestation du corps fantasmatique (double homosexuel, corps transexué…) ou idéal (esthète, valide et sans manque…) réparé de toute blessure, voire de catastrophe narcissique et restaurant l’estime de soi.

  • 9 Bernard Penot (1992), « Le phénomène du revenant dans les cas limites », Revue française de psychan (...)
  • 10 Idem, p. 133.

24Ces vacillements du sentiment de la réalité et les phénomènes de l’étrange, de l’occulte et de la télépathie marquent une extrême fragilité des confins de l’imaginaire et de la réalité chez l’adolescent et dans les cas limites9 où le drame est centré sur la consistance et la forclusion du représentant paternel. Dans les phénomènes de revenance « tout se passe comme si la reproduction dans l’actuel d’une scène familiale inavouable (désavouée) s’effectuait en court-circuit de toute activité de fantasmatisation du sujet concerné10 ».

Perception et expression

25La première passation du Rorschach s’est effectuée alors que Akli avait quinze ans et demi. La production de cette épreuve met essentiellement en relief la fréquence des images morcelées, découpées, la mise à distance et la fuite dans l’irréel fantastique. Il y a dans la perception des images une recherche permanente de l’anticonformisme fantastique, de la contrefaçon et de la difformité. On note ainsi l’importance des images marquées par la déformation portée sur le corps ou son animalisation :

Pl. I : « Un bonhomme ou un chat ».
Pl. II : « Des chaussures ou des pattes ».
Pl III : « On dirait une tête, des oreilles, des cornes et une barbe ».
Pl V : « Là on dirait quelqu’un avec sa tête, ses ailes, et puis ses pattes, avec sa corne et ses cheveux… C’est bien fait… ».

26Le deuxième Rorschach s’est effectué, quatre ans plus tard, à l’âge de dix-neuf ans :

Pl I : « ça pourrait faire une bête préhistorique. Mais je ne sais pas le nom. Elle a une corne devant comme un rhinocéros ».
Pl VII : « Là on peut voir une tête de monstre ».
Pl VIII : « Ici on peut faire une tête aussi. Un mec avec une drôle de tête, d’un monstre ».

27Très souvent dans ce deuxième Rorschach, la banalité du percept se déstabilise et se transforme en image angoissante. On passe du réel à l’irréel fantastique, à l’extravagance dominée par la monstruosité. Exemple :

PI : « Soit un masque, un masque de squelette ».
Pl II : « Avec ça, on peut voir un intestin. Je crois, c’est ça ? On dirait une forme qui vient dans le ventre, mais je ne sais pas le nom. Je ne sais pas si c’est un intestin… un ventre avec un trou ».

28Cette dernière perception de la deuxième planche du protocole évoque la perte de la frontière intérieur-extérieur et de la fonction contenante : c’est soit un intestin (contenant) soit un ventre avec un trou. L’image envahie par le doute et l’incertitude se transforme en vision angoissante, froide et dévitalisée. Le détail blanc de la tache (Dbl) a un grand impact sur les réponses. Il est souvent perçu comme trou ou orifices du corps. Après l’image à contenu anatomique et hypochondriaque de « l’intestin », survient une réponse qui traduit le malaise à travers la déchirure et le morcellement. Une image en rapport direct avec le corps vécu, le corps souffrant marqué par le handicap. Le narcissisme est négatif dominé par une image du corps dégradée :

Pl IV : « On peut imaginer des pieds avec un pantalon tout craqué, des pompes toutes craquées aussi… ».

29Enfin, on relève dans ce deuxième Rorschach des expressions faisant référence au défaut, à l’incomplétude et l’absence :

Pl VI : « Il y a un truc qui n’est pas terminé ».
Pl VII : « Il manque les pattes, avec la queue, on peut imaginer… ».
Pl VIII : « Il manque les oreilles mais on peut les faire ».

30Pour obvier à ce manque, l’imaginaire et le virtuel sont utilisés comme mode de réparation et de consolation. L’imaginaire, avec les capacités de représentation mentale et de créativité, permet la suppléance de la béance, de l’absence. Aussi, l’apparition du mécanisme essentiel du lien (Bindung) peut être mise en rapport avec les ruptures successives des relations archaïques et actuelles de l’adolescent inadapté. Le lien restaurateur viendrait combler un défaut et une privation, attacher ce qui a été détaché.

31À travers les différentes productions au Rorschach, l’adolescent déploie grandement ses capacités imaginatives qui interviennent comme modes compensatoires d’une réalité instable, une réalité vacillante dominée par l’inconstance et la contingence. Aussi, il ne se contente pas de voir, il forme et transforme les images, il les crée. C’est la représentation des possibles qui est ici mise en jeu. Cette déréalisation du réel et l’attrait du possible n’est bien entendu pas propre à l’adolescent abandonné ou abandonnique. Tout adolescent peut potentiellement explorer les possibles car cognitivement, ainsi que les travaux des psychogénéticiens (cf. Jean Piaget) l’ont montré, l’adolescence est par excellence la période de l’accès au virtuel.

  • 11 Cf. Houari Maïdi (1983, 1993). Nous nous réjouissons car plus récemment de mêmes conclusions ont ét (...)

32Par ailleurs, une importance est donnée au corps vécu et à l’image du corps. Le vécu corporel et son image (il s’agit ici, en outre, d’un corps essentiellement blessé) transparaissent à travers des perceptions caractérisées par la métamorphose et la monstruosité fantastique notamment lorsque l’adolescent « porte » un handicap physique. On note soit des images de l’homme archaïque, soit des formes associant l’homme à l’animal qui rejoignent les êtres fabuleux de la mythologie grecque tels le Centaure ou le plus souvent la figure du Minotaure11, ce monstre hideux, au corps d’homme et à la tête de taureau, qui naquit d’un amour contre-nature.

33En mobilisant ses capacités fantasmatiques et imaginatives, et en exploitant ses potentialités expressives, l’adolescent déforme, défigure et dénature l’image humaine. Il l’« invente », précise-t-il. (H. Maïdi, 1983, 1986)

Métamorphose et monstruosité

34Akli aime beaucoup faire des dessins. Il me confie deux de ses productions graphiques tout en me prévenant qu’il « dessine des choses horribles, des têtes horribles… » Dans le premier dessin, deux personnages sont représentés. Une figure féminine avec un attribut masculin (cravate), et une image énigmatique et incertaine d’une tête animalisée ou amphibologique dont on ne voit que les cornes, une partie de la configuration du visage, et les cheveux. Une production graphique qu’on est tenté d’intituler « La Belle et la Bête », surtout par le contraste des contenus figurés, exprimant l’équivocité de l’identité sexuée et fantasmatique directement en liaison avec le vécu corporel et les préoccupations identitaires de l’adolescent.

35L’autre dessin, portrait d’une personne, où le visage est dominé par un regard fixe, ambigu, étonné, féroce, chargé de tristesse ou sarcastique, se métamorphose et s’animalise ressemblant aux nombreux héros fabuleux et mythologiques des contes et légendes ou aux iconographies populaires diaboliques. Le Diable, cet être surnaturel qui évoque la dualité du bon et du mauvais, et qui, entre autres attributs qui le figurent, est le plus souvent illustré avec des pieds fourchus. A ce propos, on peut rapidement faire allusion au roman satirique d’Alain-René Lesage Le Diable boiteux (1707) où dans une fiction symbolique, l’enquête morale guidée par le démon Asmodée dont la magie soulève les toits de Madrid, le jeune « écolier » Cléophas découvre les pensées des humains et leurs songes, révélateurs de leurs désirs secrets.

36Percer le secret des autres, dire et dévoiler la vérité inavouée et inavouable des morts et des vivants, de l’être et du « surêtre », telle est la démarche de Akli dans la quête de sa propre vérité.

  • 12 Dans ses Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse (Paris, Gallimard, 1989), plus préc (...)

37Notons également la prévalence de l’hermaphrodisme et de l’androginat dans les deux dessins. En effet, les personnages représentés portent tous deux la cravate sur le tronc. La figure « féminine » porte des cheveux phalliques et la figure « masculine » est unie à la toile d’araignée qui symbolise le sexe féminin12 et l’effroi de la castration. Ainsi, si la corne (voir aussi ce contenu d’image au Rorschach) imputrescible et dont la forme oblongue symbolise excellemment la puissance virile (ce sont les mâles d’animaux qui portent les cornes), le psychanalyste rapproche l’araignée, au-delà des forces maléfiques et menaçantes que celle-ci peut condenser, de l’image où dominent « le ventre froid » et les « pattes velues » à une suggestion hideuse de l’organe féminin.

  • 13 A l’instar du fameux vers de Shakespeare « Le laid est beau et le beau est laid » « Fair is foul an (...)
  • 14 Cette restauration narcissique est également la signification attribuée par Freud à l’œuvre d’art. (...)

38Toutefois, comme dans le conte, la Bête est aussi belle que la Belle. Le monstre ne se transforme-t-il pas en prince charmant ? La laideur apparente cache une beauté réelle13. La laideur est belle ainsi que l’exprime Akli à travers ces quelques mots du paradoxe et de l’équivocité : « Des fois, je me trouve monstrueux. Comme moi j’ai des cicatrices, je me dis pourquoi il (personnage dessiné) n’aura pas de cicatrices. C’est plus beau avec des cicatrices ». On relève là un processus probablement défensif de projection et un mécanisme psychique de renversement dans le contraire. La paradoxalité est ici utilisée comme mode de défense (P. C. Racamier). Ainsi, le signifiant « bot » du pied se transmue en « beau », son autre homonyme. Il arrive de la sorte à supporter l’altération de son intégrité physique14. De ce point de vue, rappelons que les blessures physiques et les faiblesses corporelles ont été, dans les contes et légendes, à la base des forces crées et utilisées par plus d’un héros (Zal, Œdipe, Héphaïstos et autres).

  • 15 Dans ce processus une négation supprime une autre négation (première) : Je lie le lieur, je tue le (...)
  • 16 Sigmund Freud (1925), « La dénégation », in Résultats, idées, problèmes, 2, op. cit.

39Ce processus de conversion (transfiguration) du sens se discerne principalement en ce que du négatif, on ressuscite du positif. Il s’agit d’un procédé défensif et de consolation qui constitue une transmutation des valeurs, un retournement de situation dans laquelle l’adolescent est particulièrement actif15. La négation de la négation rejoint ici la Verneinung freudienne16 qui consiste notamment à refuser ou contester une représentation mauvaise et à l’expulser hors de soi d’une façon rationnelle. Ici l’intellectuel se dissocie de l’affectif. La négation de la négation est une affirmation (Bejahung) intellectuelle. Aussi, la fonction rationnelle de jugement réside dans l’affirmation ou la négation de contenus de pensée refoulés et déplaisants.

  • 17 Pierre Bourdier (1976), « Handicap physique, préjudice, exception », Narcisses, Nouvelle Revue de p (...)
  • 18 Otto Rank (1909), Le mythe de la naissance du héros, op. cit.

40Par ailleurs, comme le remarque Pierre Bourdier (1976) : « Le pied parait se présenter comme la blessure des grands destins17 ». Les pieds du héros sont le plus souvent sa partie la plus faible (Achille !) puisque écrit Otto Rank dans Le mythe de la naissance du héros18, contrairement à la tête protégée (coiffe, couronne), ils quittent les derniers la mère. C’est, ajoute cet auteur, ce qui explique probablement pourquoi ce point faible devient plus tard le représentant « symbolique » de l’organe génital de l’individu.

41Sans avoir tout à fait suivi le même et grand destin héroïque, Akli, après avoir présenté un épisode délirant qui a nécessité une hospitalisation courte d’une semaine, travaille aujourd’hui dans une grande entreprise locale tout en bénéficiant cependant, du statut de travailleur handicapé. Au plan social, il vit en appartement avec son amie. Il parait bien intégré dans son environnement, et son adaptation sociale témoigne de la meilleure adéquation du rapport du corps avec la psyché.

Intégration et personnalisation

  • 19 Donald Woods Winnicott (1958), « La première année de la vie », in De la pédiatrie à la psychanalys (...)

42Pour vivre une adaptation « suffisamment bonne » et lutter contre le sentiment de « honte de son propre corps » (P. Janet) atteint d’une blessure narcissique et organique portée sur le corps, il faut qu’en termes winnicottiens les processus primaires d’intégration, de personnalisation et de réalisation soient accomplis19. En effet, la personnalisation qui est une sorte de forme positive de « dépersonnalisation », est cette habitation (in-dwelling) de la psyché à l’intérieur du corps. Dans cette étape normale du développement, la psyché en relation étroite avec le soma et l’expérience corporelle, doit être en harmonie avec celle-ci.

  • 20 Donald Woods Winnicott (1971), « Le corps et le self », Nouvelle Revue de psychanalyse, N° 3, Paris (...)

43Citons, par ailleurs, Winnicott : « Bien des difformités physiques ne sont pas d’une nature telle qu’un nourrisson pourrait en être conscient en tant qu’anomalies. En fait, le petit enfant a tendance à supposer que ce qui existe est normal. Normal, c’est ce qui est là. Souvent, le nourrisson ou l’enfant en vient à se rendre compte de la difformité ou de l’anomalie par la perception de faits inexpliqués, comme l’attitude de certaines personnes de son environnement immédiat20 ».

44Un adolescent présentant une difformité peut devenir un être « équilibré » avec un self non déformé. Pour cela il lui faut accepter le fait de cette difformité corporelle. Celle-ci ne doit pas créer une difformité du self. Les distorsions du moi proviennent de l’attitude de ceux qui prennent soin initialement de l’enfant. Les failles de l’environnement, notamment dans les phases précoces du développement affectif, constituent bien le principal préjudice. Aussi, pour une bonne et suffisante adaptation à la réalité, il faut nécessairement réaccepter son corps comme dans la période formative et de développement, lorsque la psyché et le corps se sont accordés, afin de se voir et de se vivre en tant qu’adolescent accepté et acceptant ses éternels manques.

Notes

1 Voir Donald Woods Winnicott (1984), Déprivation et délinquance, Trad. française par Madeleine Michelin et Lynn Rosaz, Paris, Payot, 1994.

2 « Abandonnique » est un terme emprunté à Charles Odier (1947), L’angoisse et la pensée magique, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

3 Je pense aux célèbres travaux regroupés pour l’O.M.S. en 1962 par la collaboratrice de John Bowlby, Mary D. Ainsworth « Les répercussions de la carence maternelle : faits observés et controverses, dans le contexte de la stratégie des recherches », in Carence de soins maternels. Réévaluation de ses effets. Cahiers N° 14, O.M.S., Genève, 1962, pp. 95-168. Dans cette perspective, il est également nécessaire d’évoquer le fait qu’actuellement de nombreuses études sont menées pour savoir si certains modèles d’attachements peuvent constituer dès la petite enfance des facteurs de vulnérabilité à l’adolescence. Ces multiples travaux sur les destins de l’attachement à l’adolescence sont réalisés avec d’un point de vue méthodologique l’utilisation du dispositif de la « Situation étrange » (Strange situation) élaboré par M. Ainsworth avec les différents patterns d’attachement « sécure », « détaché » et « préoccupé ».

4 Cf. Houari Maïdi, (1983, 1986).

5 Nicos Nicolaïdis (1979), « Œdipe : le message de la différence », Mythe et Psychanalyse, Revue française de psychanalyse, mai-juin, pp. 409-419.

6 Roger Dorey (1988), Le désir de savoir : Nature et destins de la curiosité en psychanalyse, Paris, Denoël.

7 La procréation médicalement assistée avec tiers donneur peut engendrer aussi chez l’adolescent qui « a mal à son père » (F. Dolto) cette recherche du géniteur.

8 Jean Guyotat (1980), Mort / naissance et filiation, Paris, Masson.

9 Bernard Penot (1992), « Le phénomène du revenant dans les cas limites », Revue française de psychanalyse, 1992, 1, pp. 123-34.

10 Idem, p. 133.

11 Cf. Houari Maïdi (1983, 1993). Nous nous réjouissons car plus récemment de mêmes conclusions ont été apportées notamment par Simone Korff-Sausse et al., in Quelques figures cachées de la monstruosité, Paris, CTNERHI, 2001, ainsi que D’Œdipe à Frankenstein. Figures du handicap, Paris, Desclée de Brouwer, 2001. Il est à relever, toutefois, que cette mythologie est aujourd’hui favorisée par l’imaginaire qui est apporté aux adolescents au travers de films, B.D., jeux vidéos, mangas, etc. qui nourrissent leur culture.

12 Dans ses Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse (Paris, Gallimard, 1989), plus précisément dans la XXIXe conférence intitulée « Révision de la théorie du rêve », S. Freud (1932) en faisant référence aux idées de K. Abraham (1922) affirme : « L’araignée est, dans le rêve, un symbole de la mère, mais de la mère phallique, qu’on redoute, de sorte que la peur de l’araignée exprime la terreur de l’inceste avec la mère et l’effroi devant les organes génitaux féminins. » (p. 36)

13 A l’instar du fameux vers de Shakespeare « Le laid est beau et le beau est laid » « Fair is foul and foul is fair », dans Macbeth, I, 1, Les trois sorcières.

14 Cette restauration narcissique est également la signification attribuée par Freud à l’œuvre d’art. Dans l’art, affirme-t-il, il y a une volonté de remplacer une réalité décevante par une réalité plus satisfaisante.

15 Dans ce processus une négation supprime une autre négation (première) : Je lie le lieur, je tue le mort, j’utilise les propos de l’adversaire, etc. Gilbert Durand (1969) dans Les structures anthropologiques de l’imaginaire (8e éd., Paris, Bordas) rappelle que cette stratégie du retournement est révélée dans « de nombreuses légendes et fabliaux populaires où l’on voit le voleur volé, le trompeur trompé, etc. et que signalent les centons à redoublement par exemple : « Tel est pris qui croyait prendre », « A malin, malin et demi », etc.

16 Sigmund Freud (1925), « La dénégation », in Résultats, idées, problèmes, 2, op. cit.

17 Pierre Bourdier (1976), « Handicap physique, préjudice, exception », Narcisses, Nouvelle Revue de psychanalyse, N° 13, 1976, Paris, Gallimard, p. 271.

18 Otto Rank (1909), Le mythe de la naissance du héros, op. cit.

19 Donald Woods Winnicott (1958), « La première année de la vie », in De la pédiatrie à la psychanalyse, Paris, Payot, 1980, pp. 194-96.

20 Donald Woods Winnicott (1971), « Le corps et le self », Nouvelle Revue de psychanalyse, N° 3, Paris Gallimard, p. 46.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search