Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Troisième partie. Trauma par excès : le « trop de trop » et le « trop de pas assez »

Chapitre III. Alexandre, la mort du père

Texte intégral

1Dans une approche du « traumatique » de la passion et de « l’emprise narcissique » (Paul Denis), la séduction de type également narcissique abolit de même toute valeur indépendante pour « l’autre ». Toutefois, il s’agit ici d’une emprise particulière dont les protagonistes sont emmurés dans une relation « primaire » d’ordre incestuel.

  • 1 Paul-Claude Racamier (1980), Les schizophrènes, Paris, PBP, Payot, 1990.

2Le terme et la notion de séduction narcissique sont, je le rappelle, dus à Paul-Claude Racamier (1980)1. Selon cet auteur, la séduction narcissique ne vise pas à la satisfaction pulsionnelle mais à l’établissement d’une situation de communion et de fusion totale. « Je le comprends, écrit Racamier, comme un processus actif, puissant, mutuel, s’établissant à l’origine entre l’enfant et la mère, dans le climat d’une fascination mutuelle foncièrement narcissique. Sous-tendant cette séduction : fantasme d’unisson, de complétude et de toute-puissance créative. Une devise : « Ensemble à l’unisson, nous faisons le monde, à chaque instant et à jamais » […] « elle n’est pas seulement dans le fantasme. Elle passe sur le corps. Ses instruments le regard et le contact cutané. »

3La séduction narcissique est une relation narcissique de séduction bilatérale entre la mère et son enfant dans les premiers mois de sa vie. Au-delà de l’état symbiotique de ce lien précoce, il y a dans ce « deux en un » une réelle dynamique interactive et relationnelle. Le narcissisme de l’un s’étayant sur celui de l’autre. En effet, dans la relation de séduction narcissique il existe une action réciproque des forces séductrices déployées par les deux partenaires mère-enfant. Les deux protagonistes sont comme dans une bulle étanche, loin des excitations de l’environnement et du monde pulsionnel.

  • 2 Paul-Claude Racamier (1989), Antœdipe et ses destins, Paris, Apsygée Editions.

4 Cependant, une des problématiques majeures de cette séduction narcissique c’est son infinitude. La relation ne veut plus se réduire et progressivement se détruire. Au contraire, elle se poursuit et devient perpétuelle. La mère n’accepte pas de faire le deuil de la séparation-individuation de son adolescent. Elle ne supporte pas la rupture et la distinction soi/non-soi indispensables au développement structurant et maturant de son enfant. Cette situation caractérisée par le renversement et la paradoxalité des statuts, crée des distorsions pathologiques et conduit à l’incestualité. La séduction narcissique prend alors un caractère dissymétrique. C’est seulement l’un, l’adulte, qui séduit l’autre, l’enfant et l’adolescent. Ceux-ci sont plus exactement sous l’emprise de l’adulte excessif et abusif usant de son pouvoir suivant des modalités parfois les plus perverses comme la contrainte et le chantage. Dans cette occurrence, la séparation et l’autonomisation de l’adolescent sont pratiquement irréalisables. L’adolescent est aliéné et emprisonné dans cette relation narcissique et exclusive. L’emprise apparaît lorsque la mère cherche à éterniser cette relation. « Il faudra que son enfant la complète ou plus exactement qu’il demeure partie intégrante d’elle-même, au titre d’un organe vital. Cette mère entend donc réinclure l’enfant en elle-même une fois pour toutes : cet enfant narcissiquement séduit doit être comme s’il n’était pas né. Il ne faut pas qu’il opère cette seconde naissance qu’est la naissance psychique ; il ne faut pas qu’il croisse ; qu’il pense ; qu’il désire ; qu’il rêve2. » Il ne faut pas qu’il accède au processus de différenciation, de désaliénation, de subjectivation et d’autonomisation psychique.

  • 3 Concernant cette indispensable survivance du moi confronté à des situations de péril psychique, on (...)

5Nous l’avons dit, cette union parfaite peut perdurer à l’adolescence. L’adolescent peut être encore sous l’empire de la mère. Surtout si le tiers séparateur, le père de la triangulation œdipienne, est absent ou carent. Enfermé dans cette relation avec sa mère, l’adolescent n’a d’autre issue que de « soutenir » le narcissisme déficient de la mère. L’adolescent est resté cette sorte d’« ustensile » de la mère. Son corps est investi comme un organe sexuel. De ce fait, si la mère y gagne en narcissisme, l’adolescent y perd en autonomie. Son moi est en quête de sa survie3. Ses fantasmes sont enrayés. Ses processus de pensée sont obturés. Sa dynamique du plaisir est altérée.

6Alexandre, vingt ans, encouragé par sa mère, vient consulter. Il est en grande détresse. Il « vient de faire une déprime depuis deux semaines ». Son père est décédé il y a environ un mois « dans ses bras ». Il est mort d’un cancer. Les parents ont divorcé depuis cinq ans. Alexandre affirme qu’il « a passé énormément d’épreuves ». Il se sent fragile et ne comprend pas pourquoi la vie est si injuste à son endroit. Il a « l’impression que le destin s’acharne sur lui ». Dans un premier temps, il relate essentiellement les décès d’un gand-père et d’un oncle ainsi que la rupture douloureuse et conflictuelle des parents. Il ne comprend pas pourquoi il est confronté à « tant de malheurs ». Il « cherche mais ne trouve pas » d’autant que son frère, aîné de deux ans, « s’en sort bien et arrive à évoluer ».

7Alexandre a une grande appétence pour l’alcool. « C’est parce que je ne suis pas bien. », se défend-il.

8Il blâme sa mère, elle-même « déprimée », de l’avoir élevé seule dès l’âge de quinze ans. Ce qui a obligé Alexandre de « trop » s’impliquer dans les relations conflictuelles de ses parents », et d’être notamment trop rapproché de la vie intime de sa mère qui lui « confie énormément de choses ». Elle lui « racontait tout ». « J’ai tout su de mes parents », assure-t-il.

9Il pense que son évolution et son autonomie sont entravées par cette relation de grande proximité avec sa mère. Alexandre considère que sa mère « ne sait pas rester toute seule. Il faut qu’il soit près d’elle. » Tourmenté par un conflit de loyauté, il désire ne pas vouloir la décevoir.

10Le divorce de ses parents a été « traumatisant » pour Alexandre qui s’est allié et identifié à la mère victime de la séparation. L’adolescent est par ailleurs assez troublé par ce qu’il dénomme le « déraillement » du père qui a apparemment retrouvé une nouvelle jeunesse et vécu un amour inattendu et passionnel avec une jeune femme. Le père était souvent en « vadrouille » (J. Lacan).

11A la séparation des parents, Alexandre se retrouve bloqué entre ses deux parents, mais surtout « utilisé » par la mère reniée et abandonnée pour reconquérir son mari. La mère n’a pas accepté et ne supportait pas la séparation. Elle « envoyait le fils chez son père pour le faire revenir » au domicile conjugal.

12Rongé par la culpabilité, Alexandre m’a expliqué qu’il a « assisté son père jusqu’à son dernier souffle ». Il a été également témoin de son agonie c’est pour cela qu’il « s’en veut ». La culpabilité est échangée et mélangée avec une importante identification au père mort. Ainsi, à la deuxième séance du travail psychothérapique, Alexandre porte à son doigt la chevalière de son père. Il la touche tout au long de la séance et affirme que cette bague représente l’héritage de son père. C’est un cadeau qui lui permet de préserver son père « au fond de lui ». L’identification et surtout l’incorporation du père sont prépondérantes d’autant que l’un et l’autre, le fils et le père mort, possèdent les mêmes initiales qui sont gravées sur la bague. L’amalgame est absolu entre le père et le fils. Avec cette chevalière, Alexandre estime que le père le « soutient » et lui transmet son « aide ».

  • 4 Ceci évoque la chevalière du père, anneau autour du doigt !

13Dans une des séances suivantes, l’adolescent me confie qu’il a tendance à se « méfier des filles ». Il est mal à l’aise, embarrassé. Il n’ose pas. Il « cache un problème gênant ». En poursuivant, il expose qu’il a un sérieux tracas d’ordre anatomique, une anomalie physique de l’organe sexuel. Il s’agit exactement d’un phimosis physiologique et congénital qui a nécessité une intervention chirurgicale sans succès selon l’adolescent. Celui-ci me révèle qu’il endure énormément avec cette affection. Sa souffrance est physique et psychique. De ce point de vue, la chirurgie, indispensable dans cette situation, en tranchant sur un organe hautement symbolique chez un sujet à l’aube de sa vie sexuelle, réactive l’angoisse de la menace de castration et provoque un réel traumatisme. L’adolescent subit une importante blessure physique et psychique attachée à la problématique identitaire sexuée et à la virilité comme genre et comme élément symbolique et fantasmatique. D’autant que le médecin spécialiste aurait prédit que l’anneau4 cutané préputial se déchirera lors de l’acte sexuel. Alexandre est effrayé uniquement en imaginant la situation. L’ambiguïté sexuelle et l’effroi qu’elle suscite sont considérables, d’autant plus qu’ordinairement c’est chez la jeune fille que l’hymen se déchire au premier rapport sexuel.

14Au-delà du réel trouble anatomique et de ses effets psychiques anxiogènes, Alexandre dénonce la relation de grande contiguïté avec la mère. Il se plaint : « Je ne la supporte plus, dès que je suis à côté d’elle, il faut que je me dispute pour un rien ». L’adolescent souffre de sa mère un peu comme si celle-ci était une Jocaste effrayante et castratrice. Une mère « tentatrice », incestuelle, celle qui peut châtrer le fils en le privant de l’accès à la castration symbolique.

15Fort heureusement, Alexandre a réussi à se séparer progressivement de sa mère pour notamment poursuivre des études universitaires dans une ville plus éloignée. Il apprécie beaucoup sa nouvelle situation, une vie plus autonome. Pendant les vacances, il occupe un travail saisonnier dans le sud de la France. Cette évolution fragile mais favorable n’est pas contrariée par la mère. Au contraire, celle-ci encourage même son fils dans l’accession à son autonomisation.

16Toutefois, l’investissement affectif et objectal semble être barré par la permanence du complexe œdipien. Alexandre paraît dans l’incapacité de surmonter le nœud œdipien. Son intérêt est, en effet, porté sur la relation triangulaire. Ainsi, il est « attiré comme un aimant par une ancienne amie de lycée qui a déjà un copain avec lequel elle vit ». Il est tenté et capté par les amours interdites, les amours impossibles de la triangulation. Il est peiné de cette inclination incommodante et désagréable de son immaturité affective et sexuelle. Cette situation le tourmente. Il pense qu’il n’a « pas vécu une adolescence normale ». Il explique que vers l’âge de quinze ans jusqu’à environ dix-neuf ans, il a été largement impliqué dans le conflit conjugal de ses parents et directement confronté à la douleur de la mère qui effrayait par son envie de se suicider. Ce qui contraignait le fils à rester auprès d’elle et même à s’absenter de l’école. C’est pourquoi, juge-t-il, il n’a « pas eu de petite amie ».

17La survenue du complexe d’œdipe à l’adolescence est marquée par les phénomènes du renversement et de la confusion des statuts et des générations. La situation est nébuleuse et paradoxale puisque ce n’est pas le père qui sépare la mère et le fils, mais le fils qui va chercher le père pour être protégé de la mère. Communément, en effet, c’est le père comme tiers triangulaire et séparateur qui vient retirer le fils à la mère et soustraire la mère au fils.

18Alexandre a le sentiment de vivre enfin et tardivement son adolescence. Il a le désir, désormais, de s’engager dans une relation objectale en dehors de l’objet maternel. La castration est davantage investie sur le mode symbolique et moins du point de vue du réel organique. Le déclin lent du complexe d’œdipe, ressuscité à l’adolescence, n’est plus fixé à l’angoisse de castration de l’enfance (moi aussi, je peux perdre réellement le pénis) mais par l’intériorisation de l’autre castration (moi aussi, comme mon père, je ne suis pas l’homme de ma mère). Le fils ne peut se substituer au père pour séduire la mère. La haine du père doit s’affaiblir. Elle est accompagnée par un mouvement de réinvestissement narcissique du pénis. Ainsi, pour que l’adolescent puisse conquérir son autonomie, acquérir un nouvel objet d’amour extérieur et retrouver son réel statut de fils, il faut qu’il renonce à être le père, pour être un jour comme le père. Il pourra un jour « faire le père » à son tour… mais pas avec la mère. Il pourra devenir un homme qui jouit légitimement d’une autre femme, représenter la loi et sublimer ses pulsions sacrifiées en créations culturelles et sociales.

Notes

1 Paul-Claude Racamier (1980), Les schizophrènes, Paris, PBP, Payot, 1990.

2 Paul-Claude Racamier (1989), Antœdipe et ses destins, Paris, Apsygée Editions.

3 Concernant cette indispensable survivance du moi confronté à des situations de péril psychique, on peut consulter le texte de Paul-Claude Racamier (1991), « Souffrir et survivre dans les paradoxes », La douleur et la souffrance psychiques, Revue française de psychanalyse, Tome LV, 4/1991, 893-907.

4 Ceci évoque la chevalière du père, anneau autour du doigt !

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search