Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Troisième partie. Trauma par excès : le « trop de trop » et le « trop de pas assez »

Chapitre II. Natacha, Pauline, deuils de l’enfance

Texte intégral

1Comme il a déjà été relevé dans de nombreuses études cliniques, la maltraitance possède plusieurs visages, plusieurs configurations. Parmi ces différentes formes, il existe des maltraitances qui ne sont pas directes, des maltraitances « froides » qui ne sont pas tout à fait franches mais qui peuvent être tout aussi néfastes et occasionner des effets négatifs ainsi qu’une grande fragilité affective et narcissique à l’adolescence.

2Dans ma pratique institutionnelle, en privé ou dans le cadre de supervision clinique auprès de soignants, il m’arrive souvent d’être confronté à des « cas » d’adolescents qui présentent ce que j’ai appelé dans un précédent ouvrage un « syndrome victimaire » lié à une narcissisation primordiale déficiente. L’existence de ces adolescents est en effet dominée par l’inclination au masochisme moral, à la souffrance et à la douleur psychiques. Ce sont des adolescents qui sans cesse se retrouvent face à des situations déplaisantes, des situations pénibles manifestées par la répétition sans fin, une répétition sans limite de l’échec. Des adolescents qui se lamentent sur leur condition et leur destin, et qui pensent que leur histoire de vie, parfois la plus précoce, la plus archaïque a été déterminée par des formes qu’ils désignent eux-mêmes de maltraitance.

  • 1 « Good un-enough » pour paraphraser Donald W. Winnicott.

3Toutefois, il ne s’agit pas à proprement parler d’une « vraie » et d’une « réelle » mal-traitance avec notamment toute la violence physique et psychique qu’elle comporte, mais ce que l’on pourrait nommer une « mauvaise traitance ». C’est-à-dire une « traitance » ou un traitement que l’on aurait tendance à qualifier d’« insuffisamment bon1 ». Cette mauvaise traitance a principalement affecté le versant psychique de l’adolescent. Elle est distinguée par les circonstances négatives et pathogènes de développement lors de l’enfance parfois la plus archaïque.

4Ainsi, de nombreux adolescents en souffrance psychique disent que s’ils sont dans cet état, s’ils ont déjà ce destin funeste, c’est parce que d’emblée ils n’ont pas été désirés par leurs parents. Ils n’ont pas été attendus ou ont été « mal accueillis » (S. Ferenczi). Ces adolescents, dont la « névrose » est parfois sévère, ont le sentiment que très tôt, ils n’ont pas été acceptés. Aussi, comme on le sait depuis longtemps déjà, l’enfant non-désiré peut constituer un facteur de risque de vulnérabilité dans son développement psychique et affectif.

5De ce point de vue, comme je l’ai précédemment indiqué, Freud a peu envisagé les rôles de l’objet, de l’environnement primaire dans les processus des traumas précoces. Pourtant, l’implication de l’objet primaire de soins en fonction de sa propre disposition psychique paraît capitale. Les avatars, les étrangetés et les décalages de l’environnement primaire forment un impact nocif indéniable dans la construction du narcissisme, du moi, de l’appareil psychique. Ils sont à considérer comme éléments directement constitutifs des traumas précoces de l’infans.

  • 2 Cette expression est utilisée par Marie-Lise Roux (1989) pour décrire une sorte d’emprise maternell (...)

6Ainsi, la mauvaise traitance se différencie également lorsque l’objet primordial de soin est défaillant et déficient. Beaucoup de pathologies psychiques de l’adolescence sont, en effet, issues de distorsions précoces de la relation primaire mère-enfant. Il y a, en effet, mauvaise traitance lorsque la capacité d’empathie est absente. Lorsque la mère manque de « rêverie » pour son enfant. Au lieu d’être le porte-parole approprié, elle est la « mère écho »2, la mère emprise sur son enfant. Sous prétexte de tout saisir des désirs du monde implicite de son enfant, elle empêche toute expression de désir de celui-ci. La mère veut combler tous les « vides » de l’enfant, tous les « trous ». Aucune place n’est laissée au manque. Ainsi, dans cette occurrence, l’enfant souffre précisément du « manque de manque » (J. Laplanche). Lorsqu’il y a méconnaissance et inadéquation entre les besoins de l’enfant et la réponse de l’objet maternel. Ce serait le non respect des besoins de l’infans, voire une non-acceptation de sa demande d’amour, un non désir, qui exerceraient des blessures importantes de tous ordres notamment narcissiques. Ainsi que Ferenczi l’a souligné, c’est du côté des défauts du lien mère-enfant, des échecs de l’aptitude pare-excitante et contenante de l’objet primaire, du fait d’un « trop de trop » de séduction précoce ou d’un « trop de pas assez », que se fonde le traumatisme originaire (Ururtraumatisch). Il faut en effet rechercher le trauma originaire dans la relation originaire à la mère – ou son substitut – dont certains dysfonctionnements vont favoriser une psychopathologie dans ses différentes expressions comme les troubles de la symbolisation et de la pensée, de l’aliénation du Je (P. Aulagnier), des états d’altération du moi, des situations de violence primaire (avatars de l’amour et de la haine primaires), qui seront autant de racines pour l’expression ultérieure notamment à l’adolescence de dépressions anaclitiques, de relations passionnelles du sujet et des organisations de type liminaire de la personnalité.

7Il en est de même, lorsqu’il y a non-renonciation à l’enfant imaginaire ou lorsque l’enfant de l’imaginaire supplante l’enfant de la réalité. Dans cette situation l’enfant est comme dans une sorte de « service commandé », il doit (c’est un impératif catégorique) exaucer le souhait des parents et être ce qu’il n’est pas. La mauvaise traitance surgit précisément dans ce paradoxe de vie imposé à l’enfant. Devant cette contradiction l’enfant est dans l’impossibilité douloureuse de satisfaire le vœu illusoire de ses parents. Dans cette situation de détresse et de déroute, le moi « déficient » de l’enfant ne possède pas la capacité de combler le désir de l’autre parental. Il ne peut ressembler aux attentes de ses parents et se trouve, en dépit de sa défense et de sa résistance, sévèrement jugé et soumis aux attaques internes et plus tard à l’adolescence aux agressions externes. De ce fait, il y a des risques chez l’enfant d’une structuration potentielle d’une personnalité à prédisposition masochiste et victimaire à l’adolescence.

  • 3 Voir pareillement « Nadia : “Vous ne pouvez rien pour moi” », in Houari Maïdi (2003), La plaie et l (...)

8Par ailleurs, si le deuil de l’enfant imaginaire, trop idéalisé, n’est pas réalisé, le deuil pathologique, non dépassé, de l’enfant mort est un des aspects également de la mauvaise traitance. Dans cette occurrence pathogène l’enfant de remplacement devient un objet de remplacement puisqu’il ne possède parfois aucune singularité propre. Heureusement rare aujourd’hui, on sait que dans les deuils pathologiques, l’enfant de substitution porte quelquefois le même prénom et possède la même date d’anniversaire (Cf. Vincent Van Gogh qui naîtra un an jour pour jour après la mort d’un frère portant le même prénom)3. Ainsi, le déni de l’enfant mort est substitué par le déni de l’enfant vivant. L’enfant de remplacement, l’enfant réparateur a une mission quasi impossible, celle de réparer la blessure narcissique de la mère. Ce faisant, il peut développer un faux-self aliénant et permanent pour être conforme aux attentes maternelles.

  • 4 Elsa Schmid-Kitsikis (2002), « Elle regarda derrière et devint une statue de sel »…, Revue français (...)

9Autre forme de mauvaise traitance rencontrée dans la clinique de l’adolescence, celle caractérisée par l’impudeur des parents et de la famille. Une impudeur qui est ici aussi imposée à l’enfant. Certains adultes prônent le nudisme comme dogme déniant ainsi la place de l’autre, la place de l’enfant. Ce donner à voir cru et violent du corps de l’adulte est un véritable outrage à l’enfant. Certains enfants, jusqu’à l’âge adulte, ont toujours vu leurs parents se promener nus dans la maison. La clinique de l’intimité outragée et de l’« extimité », c’est-à-dire d’une exhibition crue de l’intimité, paraît de plus en plus déterminant dans la l’étiologie de la souffrance psychique ainsi que nous pouvons le percevoir dans notre pratique d’analyste ou de psychothérapeute d’adolescents. Les exemples de ces situations incestuelles sont innombrables. Prenons, cet extrait d’une de nos patientes (Natacha, observation ci-dessous) : « A la maison on ne pouvait fermer aucune porte. Aujourd’hui encore ma mère entre dans ma chambre sans jamais frapper, mes parents sont nus ou quasiment nus à la maison4. »

10Autre exemple dans une famille, la mère avait institué un rituel pour ses trois filles dès l’enfance jusqu’à l’âge de seize ou dix-sept ans, pour l’une d’entre elles : les trois jeunes sœurs devaient régulièrement tous les soirs se dénuder et revêtir leurs pyjamas dans le salon à la vue des parents et parfois du frère.

  • 5 Sans basculer dans la pudibonderie, source de refoulement et de structurations névrotiques patholog (...)

11Pourtant à la puberté la pudeur s’impose d’elle-même. L’adolescent refuse absolument de subir l’« agression » du corps nu de ses parents. Pareillement, il protège son intimité et manifeste son désir de ne plus être vu mais également de ne plus voir la nudité de ses parents. Là aussi, l’expérience clinique montre que la nudité imposée est pathogène et constitue une forme de mauvaise traitance. On peut rappeler que les interdits concernant la sexualité sont le fondement de toute société même s’il est question par-ci et par-là et de façon assez illusoire de « liberté et de libération sexuelle » qui invite à la jouissance sans limites, alors que la jouissance ne subsiste que s’il y a des limites. Le plaisir n’existe que s’il y a du désir5.

  • 6 Dans L’inceste et l’incestuel (Paris, Editions du Collège), Paul-Claude Racamier (1995) a proposé l (...)

12De l’incestuel6 à l’inceste, il n’y a très souvent qu’un pas. De la mauvaise traitance à la maltraitance proprement dite, il y a toujours l’excès, la violence de l’excès. Soit un « trop de pas assez » dans les carences affectives et les distorsions relationnelles précoces (« carences de l’environnement » ou l’environnement « non-facilitateur » chez Winnicott), soit un « trop de trop » dans les séductions traumatiques. En ce sens, on peut dire que l’excès d’amour pour un enfant peut aussi être considéré comme une forme de maltraitance car les amours passionnelles sont très souvent gouvernées par les pulsions destructrices et mortifères.

  • 7 Contrairement à la grand-mère maternelle qui est décrite comme « odieuse ». Aussi abjecte et détest (...)

13Natacha, vingt ans, étudiante, vient consulter car elle ressent régulièrement de la peur sans savoir réellement pourquoi elle a peur. Elle dit être « angoissée, perdue, redoutant l’avenir ». Elle se plaint de « détruire tout ce qu’elle construit ». Elle ajoute qu’elle a parfois des « sensations de gorge serrée », comme si elle avait « le couteau sous la gorge ». Tout au long des séances, elle évoque sans discontinuer la relation difficile et particulièrement déplaisante qu’elle entretient avec sa mère. Très tôt Natacha s’est sentie « rejetée et abandonnée ». Il faut préciser qu’elle est née après un avortement de la mère. Pour se faire accepter, la fille dit-elle : « faisait tout pour plaire à sa mère ». Le discours de la jeune fille est dominé par l’expression d’un « besoin de reconnaissance » et des éléments de « dépressivité ». Ainsi, Natacha pense qu’elle n’est pas « faite pour vivre sur cette terre ». De même, il existe un sentiment de dévalorisation et de jugement négatif à son endroit. Elle croit être la cible des reproches incessants de son entourage familial et relationnel. « On me rejette ; on m’expulse ; on m’en veut ». Par ailleurs, elle a « très peur de se suicider comme sa grand-mère paternelle idéalisée7 qui est morte « d’une balle dans la tête » à l’âge de cinquante ans. Très préoccupée par le suicide de cette grand-mère, Natacha cherche en vain les raisons qui l’ont poussée à se tuer.

14Lors d’une séance de la psychothérapie, et sans trop insister, Natacha me révèle qu’elle a avorté, il y a environ un an et demi. Elle ne se sentait pas prête et n’avait pas envie d’avoir un enfant d’un de ses anciens amis.

15De son enfance, elle garde le souvenir des moments les plus déplaisants, des moments de grande tristesse et de détresse lorsque notamment sa mère la laissait dans sa « chambre dans le noir » ou lorsqu’elle l’enfermait dans la maison pour aller faire ses courses, ou lorsque encore les parents l’« oublient » à plusieurs reprises à la sortie devant la porte de l’école.

16La mère est décrite par sa propre fille comme « hystérique et égoïste ». Le père, chef d’entreprise, est dépeint comme faible avec sa femme. Natacha qui est l’aînée d’un frère est régulièrement sollicitée pour faire alliance tantôt avec la mère tantôt avec le père. Les parents sont, en effet, en conflit violent et permanent. Ils vivent séparés dans la même grande maison. « J’ai toujours vu mes parents se déchirer », dit Natacha. Celle-ci est plus sensible et bienveillante avec son père qui est « désarmé » face à sa femme : « Je suis déçu de mon père. Je l’ai mis sur un piédestal. Il ne sait pas se défendre avec sa femme ». Face à sa mère, Natacha est beaucoup plus véhémente. Elle lui reproche principalement sa « froideur, son individualisme, son ingérence, et son impudeur ». A ce propos, les parents de Natacha sont adeptes du nudisme. Ils ont éduqué leurs enfants selon cette idéologie et cette pratique. « On se connaît tout nus », affirme Natacha. Pourtant, dès l’âge de la puberté, celle-ci a refusé absolument de suivre ses parents dans des camps de vacances privés. Depuis lors, elle affirme sa répulsion de voir le corps nu de sa mère et de son père. Elle est, dit-elle, « écœurée » en ajoutant : « Tout ce qui n’est pas sain, me perturbe ». Elle décrit notamment une scène « répugnante » dans laquelle sa « mère est nue et le chat qui lui tétait sa main, lui suçait la main ». Avec force, elle manifeste son souhait de « vivre des choses saines », des situations simples et aconflictuelles. A ce propos, elle est quelquefois troublée et envahie par des pulsions homoérotiques et homosexuelles particulièrement à la vue d’un jeune et excitant corps féminin découvert. Elle a le fantasme de toucher et de caresser ce corps. Cette inclination provoque chez Natacha un mélange d’excitation et d’angoisse. Elle détaille également un sentiment de honte face à ce désir répréhensible pour sa propre morale. Aussi, elle éprouve de l’angoisse du fait de son identification au garçon potentiellement désirant dans cette occurrence. D’ailleurs, dans un lapsus linguae, elle emploie étrangement l’expression de « sexe opposé » s’agissant, comme elle, du sexe de la jeune fille. Cette tendance ou plutôt tentation homosexuelle est probablement rationalisée par Natacha. Elle l’associe à la nudité quasi-permanente de sa mère. Pourtant, dit-elle, elle a horreur d’effleurer le corps de sa mère. Le refus de frôler ou de toucher le corps maternel par la fille rappelle l’interdit de l’inceste, une autodéfense réactionnelle qui répond à l’absence d’une allointerdiction parentale.

17De la sorte, l’incestualité des rapports parents-enfants et le manque de limites éducatives concernant l’intimité des corps a probablement favorisé la précocité de la sexualité de Natacha et sa quête d’une protection symbolique paternelle. « A treize ans, je sortais avec un garçon de vingt ans qui était en terminale, et à dix-neuf ans avec un gars de trente-trois ans », dit-elle, amèrement.

18Pauline a dix-neuf ans. Elle est étudiante dans les arts plastiques. Elle est venue entreprendre une psychothérapie car elle « se sent un peu perdue. » Elle a des « bouffées d’angoisse ». Elle évoque son insatisfaction et sa déception de l’existence. Elle subit sa vie. Elle se sent comme dans une « impasse ». Elle dit être victime d’une tragédie familiale. Sa tante maternelle s’est suicidée. Son grand-père maternel s’est également donné la mort. Pareillement, le père de sa grand-mère s’est tué après la perte de sa femme. La mère de Pauline, qui aurait été témoin de leurs suicides, se sent responsable de leurs morts.

19L’adolescente veut se débarrasser d’un « passé familial conflictuel et douloureux. » Elle souhaite aujourd’hui ne plus souffrir de cet « héritage » familial. Elle se sent « assez paumée par rapport à un choix professionnel. » Elle ne sait pas ce qu’elle va faire d’elle-même avec l’impression d’être égarée et abandonnée, lorsque notamment « il n’y a plus de regard sur elle. » Elle recherche un « cadre » et avertit ne pas supporter l’idée d’être livrée à elle-même.

20Elle considère savoir « analyser les souffrances mais ne pas pouvoir les dépasser. » Pauline précise que dans la vie quotidienne, elle est souvent envahie par des « peurs, des angoisses qui la paralysent. » Elle craint de « se perdre un peu dans ses angoisses ». Parfois elle a de « vraies envies de suicide » mais souvent elle se sent absorbée par une importante dépressivité, « une tendance à avoir des vagues à l’âme. »

21Pauline est la dernière d’une fratrie de cinq enfants dont trois frères et une sœur. Elle a, précise-t-elle, vécu quasi exclusivement avec sa mère, comme une « fille unique et sans père. » Cette relation spécifique mère-fille l’a conduite à être « témoin angoissée du vieillissement de sa mère ». Celle-ci a été particulièrement attristée et troublée par son divorce. Un divorce « sale » dit Pauline. La rupture du couple parental avait commencé, lorsque Pauline avait dix-huit mois environ. La mère a beaucoup souffert de cette séparation.

22A ce propos, l’adolescente évoque sa crainte de voir mourir sa mère. Les « peurs » de la mère ont été transférées chez la fille. « J’ai toujours eu peur qu’il lui arrive quelque chose. »

23A la naissance, Pauline affirme qu’elle a failli mourir avec sa mère d’une pneumonie. « C’était une question d’heure. » Toutes les deux ont frôlé la mort. Elle pense que toutes les deux auraient dû mourir. Mais elles ont été sauvés comme des « miraculées ».

24Toutefois, Pauline observe que « sa naissance, a cassé et tué la vie de femme de sa mère. »

25Elle rappelle qu’elle est née par césarienne. L’importante cicatrice sur le ventre de sa mère est un témoignage éternel. Dans le discours de Pauline, la cicatrice, « éventration, des griffes partout », marque de la fille sur le corps de la mère, arbore la violence précoce de la vie de Pauline.

26L’adolescente se sent investie d’une énorme « responsabilité » quant à l’état dépressif de sa mère. « Dès qu’elle souffre, j’ai l’impression d’être responsable. » Pauline éprouve même une responsabilité de la vie de sa mère. Elle pense que « si elle a réussi à vivre c’est à cause de sa fille. » En effet, avec affliction, Pauline pense que sa mère aurait préféré la mort.

27« C’était toi qui m’a sauvée », lui aurait annoncé la mère s’adressant à sa fille. Elle dit être « fatiguée » et ne plus supporter cette lourde implication dans la vie de sa mère. Dans un mouvement défensif et de rationalisation, elle pense que cette culpabilité lui a été probablement léguée ou introduite en elle par sa mère.

28La mère est décrite comme dépressive. Plus tard, elle retiendra que le diagnostic posé par le psychiatre était, dit-elle, celui de « maniaco-dépressive ». Au-delà de ce diagnostic lacunaire, on retient spécialement que la mère a présenté une anorexie au départ de son mari. Se sentant lâchée et abandonnée par son mari, elle a été pendant environ trois ans prise en charge pour sa dépression en établissement spécialisé. Pendant ce temps, les enfants étaient placés. La sœur aînée a aussi présenté une dépression. Pauline a beaucoup souffert de cette séparation. Elle « a été placée et ballottée » entre sa mère et la cousine de celle-ci. Chez cette nourrice et marraine, elle a surtout le mauvais souvenir d’avoir perdu tous ses cheveux. Elle devait avoir l’âge de deux ou trois ans.

29Pauline rapporte que sa mère se plaint tout le temps. Il n’y a rien chez elle qui va. Elle utilise souvent la notion de sacrifice pour définir sa vie, particulièrement sa vie de femme. Le seul plaisir qu’elle peut ressentir, dit la mère, c’est celui pour ses enfants.

30Quant à son père, Pauline avoue ne pas le connaître. Elle porte son nom mais « c’est comme un fantôme ». Généralement, elle dit même « ne pas avoir de père ». Celui-ci qui a refait sa vie habite pourtant à quelques kilomètres seulement de l’habitation familiale.

31Pour échapper au déplaisir de sa jeune vie, l’adolescente arrive parfois à sublimer ses affects dans la création artistique. A ce sujet, elle déclare : « Je m’éclate dans la sculpture ». Pauline façonne et crée essentiellement des personnages féminins en position fœtale. Elle les baptise des « Femmes fœtales ». Ce sont, précise-t-elle, « des femmes très grosses. Des lignes très rondes. Je dessine surtout des femmes rondes. Parce que peut-être j’avais un modèle devant moi, celui de ma mère ».

32Le cas de Natacha, autant que celui de Pauline, mettent en évidence des frustrations narcissiques et des angoisses de perte d’objet. Le sentiment d’abandon et d’insécurité est prégnant dans la vie des deux adolescentes. Les deuils et séparations se succèdent. La violence est prédominante singulièrement à travers l’acte de suicide dans les antécédents familiaux. Toutes deux ont une vie pénétrée de douleur, d’insatisfaction et de manque. Une vie dominée par la maladie de l’idéalité et de la culpabilité. Souffrir de ne pas être ce que l’on devrait être. Ne pas répondre aux attentes parentales, principalement celles de la mère. Etre dans l’impossibilité insupportable et intolérable de satisfaire le vœu illusoire de la mère. Une mère « en trop ». Une mère livrée à elle-même. Une mère dont le fonctionnement excessif ou dépressif péjore dramatiquement la capacité de subjectivation et d’épanouissement de l’adolescente.

33On retrouve, par ailleurs, cette invariable caractéristique de la clinique de maltraitance, une clinique de l’excès ou de la mauvaise traitance, l’absence ou la carence du personnage paternel, un père fort, protecteur, séparateur et médiateur. Le père est comme « mort » ou « fait le mort » laissant ainsi l’enfant et l’adolescent sous l’emprise catastrophique de la mère. Natacha confiait que son « père a peur de sa femme, un homme faible dominé par sa femme. Il ne le supporte pas. Un jour, il va comme sa mère se tuer ». Pauline de son côté a le sentiment d’avoir un « père mort ou qu’il n’existe pas ». L’expérience d’un délaissement paternel est ressentie, particulièrement à l’adolescence en souffrance, comme un abandon, une véritable et cruelle déréliction.

Notes

1 « Good un-enough » pour paraphraser Donald W. Winnicott.

2 Cette expression est utilisée par Marie-Lise Roux (1989) pour décrire une sorte d’emprise maternelle sur l’enfant. Voir « Emprise et séduction », Les Cahiers de l’IPPC, 9, 11-21.

3 Voir pareillement « Nadia : “Vous ne pouvez rien pour moi” », in Houari Maïdi (2003), La plaie et le couteau…, op. cit., p. 60-6.

4 Elsa Schmid-Kitsikis (2002), « Elle regarda derrière et devint une statue de sel »…, Revue française de psychanalyse, op. cit., p. 862.

5 Sans basculer dans la pudibonderie, source de refoulement et de structurations névrotiques pathologiques, trop de « nature » et un culte excessif du « naturel », si répandus à notre époque, peuvent également et indéniablement engendrer des troubles spécialement dans la période de l’adolescence.

6 Dans L’inceste et l’incestuel (Paris, Editions du Collège), Paul-Claude Racamier (1995) a proposé le terme d’incestuel pour désigner ce qui dans la vie psychique individuelle et familiale porte l’empreinte de l’inceste non-fantasmé, sans que soit nécessairement accompli un passage à l’acte sous forme de relations sexuelles.

7 Contrairement à la grand-mère maternelle qui est décrite comme « odieuse ». Aussi abjecte et détestable que la mère puisque toutes les deux sont très tôt comparées au personnage de Folcoche de Hervé Bazin (Vipère au poing).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search