Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Troisième partie. Trauma par excès : le « trop de trop » et le « trop de pas assez »

Chapitre I. Les blessures narcissiques

Texte intégral

  • 1 Sigmund Freud (1939), L’Homme Moïse et la religion monothéiste, trad. C. Heim, Paris, Gallimard, 19 (...)
  • 2 Cf. plus tard l’apport de Ferenczi (1931) avec le concept de « clivage narcissique » (« Analyse des (...)

1Après avoir considéré le rôle du trauma sexuel dans les relations de la première enfance, rôle attribué aux pulsions érotiques et agressives et l’hallucination comme le retour d’un événement sensoriel antérieur au langage, Freud évoque les blessures narcissiques par atteinte précoce du moi. Dans l’étiologie traumatique, il inclut non seulement « les impressions d’ordre sexuel ou agressif », mais aussi « des atteintes précoces faites au moi (blessures narcissiques)1 ». Le concept de trauma paraît donc être légitimement élargi aux blessures narcissiques2 liées aux différentes formes de maltraitance.

2Il faut noter que ces agressions narcissiques précoces avaient déjà été envisagées par Sandor Ferenczi. A ce propos, on ne peut que rappeler la vive confrontation entre Freud et Ferenczi concernant les traumas précoces ou précocissimes.

3De même, le différend qui a opposé Freud à Ferenczi portait également autour de la pratique analytique. A ce propos, il est utile de remarquer que si Freud est resté fidèle à sa conception de la cure type, Ferenczi pense qu’il faut chercher à faire reproduire le trauma lui-même dans des conditions plus favorables en délaissant toute relation au présent, en s’immergeant dans le passé traumatique ; la seule passerelle étant la personne de l’analyste. Dans cette optique qui vise la variation technique de la cure, Ferenczi évoque aussi la problématique de l’empathie, du contre-transfert, ainsi que celle du traitement des cicatrices narcissiques.

Le trauma selon Ferenczi

  • 3 Voir le livre de Thierry Bokanowski (1997), Sandor Ferenczi, Psychanalystes d’aujourd’hui, Paris, P (...)
  • 4 Michael Balint (1968), Le défaut fondamental, Paris, Payot, 1971.

4Ferenczi a été un élève et un disciple, devenu plus tard lui-même un « maître3 », un confident et un ami de Freud. « Deux analystes les plus éminents4 » qui ont été confrontés ensuite à un désaccord, voire à un authentique antagonisme dans l’approche et le développement de la théorie et de la pratique analytique.

  • 5 On retrouve amplement cela dans la clinique des états déficitaires d’origine carentielle.

5Les avancées cliniques et théoriques novatrices de Ferenczi sur la question du trauma sont indéniables. Ainsi, dès son premier écrit (« Transfert et introjection », 1909), il accorde notamment une place considérable à l’environnement et aux empreintes psychiques maternelles. Il souligne l’importance de la présence de l’objet (la mère ou son tenant lieu) dans la structuration de la psyché. Selon Ferenczi, l’origine des traumatismes peut être reliée aux marques psychiques léguées dans l’enfance du sujet par les « défauts de qualité » des réponses de l’objet. Les besoins affectifs ne sont pas satisfaits. La « carence de l’objet primaire », ses « non-réponses », voire ses « réponses non suffisamment psychisées », peuvent engendrer des blessures narcissiques pour l’infans, blessures qui parviennent à endommager son moi et bloquer ses aptitudes de pensée et d’élaboration5. On sait qu’après Ferenczi d’autres auteurs ont développé cette ligne de pensée : ce fut le cas notamment de Michael Balint, Donald W. Winnicott, M. Masud Khan, Margaret Mahler, Wilfred R. Bion et la carence de la fonction alpha, et bien d’autres ; Melanie Klein ayant quant à elle moins insisté sur la réponse maternelle et souligné l’importance de la résurgence endogène du psychisme.

6Sandor Ferenczi va également reconsidérer le lien qui unit le traumatisme à la théorie de la séduction en affirmant que la séduction est réellement exercée par l’objet. Un objet excessif et excédant. Un objet soit « trop présent » soit « trop absent », un « objet en trop ».

  • 6 Cf. supra « Tendresse et passion », chap. IV « Clément, l’enfant de l’inceste », première partie de (...)
  • 7 Lorsque Ferenczi évoque l’« innocence » de l’enfant, il ne dénie nullement la sexualité infantile m (...)

7D’autre part, le traumatisme, selon Ferenczi, est la conséquence, comme nous l’avons souligné6, d’une confusion entre le « langage de tendresse » de l’enfant « innocent7 » et le « langage de passion » de l’adulte dont la sexualité érotique vient pervertir et culpabiliser celle de l’enfant.

8La théorie de Ferenczi concernant le traumatisme peut être résumée ainsi :

  1. Le traumatisme est précoce voire archi-originaire (« Ururtraumatisch ») ;

  2. Il est la conséquence des interventions passionnelles des adultes et de leur langage-réponse discordant face aux demandes de tendresse de l’enfant, des dénis, désaveux et disqualifications des adultes au sujet de la souffrance psychique de l’enfant ; et de l’introjection du sentiment – inconscient – de culpabilité de l’adulte ;

    • 8 Guy Rosolato (1978), parle de scission de la personnalité. Cf. « La scission que porte l’incroyable (...)
    • 9 Dans son Journal Clinique (janvier-octobre 1932), Ferenczi évoque chez le sujet traumatisé une « at (...)

    Le drame de cette situation génère chez l’agressé un sentiment d’isolement et de séparation internes, un véritable abandon de soi. A ce propos Ferenczi évoque la « reproduction de l’agonie psychique et physique qu’entraîne une inconcevable et insupportable douleur. » Il décrit le trauma comme un choc, un coup violent, qui fait exploser la personnalité. Il expose ensuite le clivage8 qui en découle par plusieurs métaphores : clivage d’une partie morte, tuée par la brutalité de la collision, qui permet au reste de vivre une vie normale, mais avec un morceau de la personnalité qui manque, qui reste hors d’atteinte, comme une sorte de kyste à l’intérieur de la personnalité ; ou encore, sous l’effet de chocs répétés, il évoque les clivages multiples, qui peuvent aller jusqu’au morcellement en fragments innombrables, l’atomisation9.

  • 10 Sandor Ferenczi (1931), « Analyses d’enfant avec des adultes », in Psychanalyse 4, trad. de l’équip (...)
  • 11 Rémy Puyuelo (1994), « L’enfant de la dormition », Revue française de psychanalyse, Tome LVIII, 3/1 (...)
  • 12 Rémy Puyuelo (1994), Idem, p. 859-60.

9De cette situation traumatique l’enfant agressé peut possiblement juger l’agresseur irresponsable, malade ou fou ; quelquefois encore il tente de le soigner, de le délivrer de sa folie, comme autrefois, véritable « nourrisson savant » (« wise baby »)10, il avait pu se faire le psychiatre, l’enfant guérisseur de ses parents. C’est dans cette perspective que Rémy Puyuelo (1994) écrit : « Quant, très précocement, l’enfant est confronté aux carences parentales, il est obligé de maintenir une relation soignante au parent défaillant pour pallier le défaut d’intériorisation des objets internes constamment menacés d’anéantissement. Cette tâche d’animation du sujet va s’exercer sur ses parents. Il devient le parent des parents dans une position de régression paradoxale, d’« hypermaturité » par incapacité et nécessité de n’être pas un enfant avec ses besoins et ses désirs11. » Il est à souligner que l’enfant « parentifié », guérisseur de ses parents, présente une « hypermaturité défensive de façade, il s’agit plutôt d’une « hyperadaptation » car ainsi que le souligne Rémy Puyuelo (1994) « certains se trouvent trop précocement confrontés non à une maturité, ou à une immaturité mais à une a-maturité qui se cache derrière une apparente hypermaturité… en fait réponse paradoxale à une régression impossible12. »

  • 13 Ces abords et développements progressifs de la notion de trauma sont étudiés dans notamment cinq ar (...)

10Assurément, le trauma n’est pas purement relié aux effets d’un fantasme de séduction ou de castration mais il est rattaché aux actions de la violence séductrice et sexuelle prématurée à l’endroit de l’enfant. Il s’agit d’une véritable effraction psychique et physique qui provoquera la sidération du moi, l’asphyxie, voire l’agonie de la vie psychique13.

  • 14 Dans mes différents travaux, depuis une dizaine d’années, j’ai soutenu l’hypothèse clinique et méta (...)

11Par ailleurs, l’enfant victime de traumatisme, physiquement et psychiquement plus désarmé, se voyant sans protection, ne peut faire appel qu’au mécanisme de l’identification-introjection à l’agresseur14 se soumettant totalement, corps et âme, et développant un masochisme qui lui permet de trouver une satisfaction dans cette position de victime.

12Il est utile de signaler que la notion fondamentale d’identification à l’agresseur forgée par Ferenczi a été reprise par Anna Freud, en 1936, qui applique cette formulation à des enfants qui n’ont pas subi de maltraitance et qui anticipent une agression appréhendée en s’identifiant à l’agresseur et en étant agresseurs eux-mêmes. Elle mentionne, par exemple, le cas d’un enfant inquiet et effrayé par les fantômes et s’en protège en imaginant être un fantôme lui-même. C’est également une façon de contrôler l’angoisse liée à l’autorité, comme dans le cas de l’enfant qui craint une répression de la part de sa mère et se met à la frapper.

13Ferenczi applique cette notion aux enfants sérieusement maltraités, effrayés, qui résistent en intériorisant la cruauté subie, s’astreignant complètement au dessein de l’autre et se défendent ainsi dans la recherche d’une possibilité de survie.

14Chez Anna Freud il s’agit d’agressions imaginées, sinon relativement faibles, tandis que chez Ferenczi il s’agit d’une véritable menace pour la vie psychique et physique de la victime. Néanmoins, dans les deux phénomènes le processus défensif de l’identification à l’agresseur permet de conserver une image assez convenable du parent maltraitant dont il dépend entièrement.

15En conséquence, il est tout à fait licite et légitime de s’interroger sur l’équilibre psychique de ces adolescents victimes originellement de soins défectueux, sur les effets désorganisateurs à l’adolescence des différents aspects de mauvais traitement subi dans l’enfance.

Notes

1 Sigmund Freud (1939), L’Homme Moïse et la religion monothéiste, trad. C. Heim, Paris, Gallimard, 1986, p. 161.

2 Cf. plus tard l’apport de Ferenczi (1931) avec le concept de « clivage narcissique » (« Analyse des enfants et des adultes », in Psychanalyse 4, Paris, Payot, p. 98-112), de même Spitz et la relation mère-enfant, Winnicott (1960) et le concept de « faux-self » (« Distorsion du moi en fonction du vrai et du faux “self” »), Masud Khan (1963) et la théorie du « trauma cumulatif » (in Le Soi caché, Paris, Gallimard, 1976), etc.

3 Voir le livre de Thierry Bokanowski (1997), Sandor Ferenczi, Psychanalystes d’aujourd’hui, Paris, PUF.

4 Michael Balint (1968), Le défaut fondamental, Paris, Payot, 1971.

5 On retrouve amplement cela dans la clinique des états déficitaires d’origine carentielle.

6 Cf. supra « Tendresse et passion », chap. IV « Clément, l’enfant de l’inceste », première partie de l’ouvrage.

7 Lorsque Ferenczi évoque l’« innocence » de l’enfant, il ne dénie nullement la sexualité infantile mais il estime justement que celle-ci est chez l’enfant très jeune dépourvue de sentiment de culpabilité.

8 Guy Rosolato (1978), parle de scission de la personnalité. Cf. « La scission que porte l’incroyable », Nouvelle Revue de psychanalyse, N° 18, Paris, Gallimard.

9 Dans son Journal Clinique (janvier-octobre 1932), Ferenczi évoque chez le sujet traumatisé une « atomisation de sa vie psychique », une véritable « dislocation » de sa personnalité, « disloquée jusqu’au atomes », une « sorte de psyché artificielle pour le corps obligé de vivre ».

10 Sandor Ferenczi (1931), « Analyses d’enfant avec des adultes », in Psychanalyse 4, trad. de l’équipe du Coq-Héron, Paris, Payot, 1982, p. 98-112. Rappelons que conjointement à la métaphore clinique et métapsychologique du « nourrisson savant » qui est un enfant traumatisé, Ferenczi décrit une autre figure de l’enfant blessé, « narcissiquement atteint dans l’unité de sa personnalité » (T. Bokanowski), l’enfant « mal accueilli » en prise avec sa pulsion de mort. S. Ferenczi (1929), « L’enfant mal accueilli », in Psychanalyse 4, op. cit., p. 76-81.

11 Rémy Puyuelo (1994), « L’enfant de la dormition », Revue française de psychanalyse, Tome LVIII, 3/1994, p. 859.

12 Rémy Puyuelo (1994), Idem, p. 859-60.

13 Ces abords et développements progressifs de la notion de trauma sont étudiés dans notamment cinq articles écrits entre 1928 et 1932, dont le plus frappant est son fameux article « Confusion de langue entre les adultes et l’enfant » (1932). Ensuite cinq brèves réflexions publiées en 1934 globalement intitulées « Réflexions sur le traumatisme », dans l’Internationale Zeitschrift für Psycho-Analyse, rédigées entre mars 1931 et décembre 1932.

14 Dans mes différents travaux, depuis une dizaine d’années, j’ai soutenu l’hypothèse clinique et métapsychologique d’une « identification à l’agressé » qui s’opère essentiellement dans la structuration d’une personnalité de type victimaire. Cette formulation est utilisée dans la clinique de l’enfant lorsque celui-ci empêché de se différencier, introjecte la mère endolorie, impotente, battue et abattue, ne pouvant offrir à son enfant que l’image d’une victime femme.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search