Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Deuxième partie. Le corps à l’adolescence, son image et ses éprouvés

Chapitre V. Pubertaire, images et éprouvés corporels

Texte intégral

Image du corps

  • 1 Philippe Gutton (2002), « Le fait accompli pubertaire », in Violence et adolescence, op. cit.

1Comme on le sait, l’adolescence est une période favorable aux interrogations anxieuses sur le corps. Les préoccupations sinon les obsessions corporelles sont, à cet âge de l’évolution, fréquentes d’autant que la croissance pubertaire est asymétrique et que l’adolescent vit souvent son corps comme imparfait, dysharmonieux, inesthétique. Ses sentiments sont amplifiés par l’intérêt narcissique, un repli libidinal et l’investissement pulsionnel de la représentation de soi dans le fantasme. On a pu parler, à propos de la « crise » d’adolescence, d’un nouveau « stade du miroir », qui aurait valeur formative vis-à-vis de l’individu d’autant plus que les transformations de sa morphologie corporelle, autrement-dit le « fait accompli pubertaire » pour reprendre l’expression de Philippe Gutton1, amènent plus que jamais le jeune sujet à s’interroger sur ce corps en complet bouleversement.

  • 2 Sigmund Freud (1905), « Les métamorphoses pubertaires », in Trois essais sur la théorie sexuelle, P (...)

2Aussi, d’une certaine façon, l’adolescent doit réinventer le narcissisme. Il doit s’accepter autre à un moment où il change. Tout est à refaire des deux cotés du miroir aussi bien du sujet que de l’image. Ainsi, le narcissisme adolescent peut être considéré comme défense devant l’investissement pulsionnel objectal. Il apparaît de même comme une tentative pour conserver une unité menacée par un corps en « métamorphoses2 ».

  • 3 Guy Rosolato (1976), « Le narcissisme », Narcisses, Nouvelle Revue de psychanalyse, n° 13, 1976.

3Le retrait libidinal comporte un investissement narcissique du moi. Cette question de retrait libidinal ou la « capacité d’être seul » (Winnicott) est étroitement liée à celle du rejet défensif. C’est ainsi que l’écrit Guy Rosolato3 lorsqu’il analyse ce qu’il appelle « le narcissisme rétracté ». Celui-ci est défini par « les états défensifs où le sujet se prémunit et s’écarte du monde extérieur devenu insupportable ». Toutefois, si le narcissisme se rapporte à son rôle défensif, son accomplissement est source aussi de plaisir. Un plaisir qui est à proximité du déplaisir. Ici, satisfaction et souffrance se frôlent ou sont coalescents.

4En ce qui concerne le comportement adolescent, l’intérêt narcissique qu’il attache à son corps se manifeste parfois par un très grand souci de l’aspect extérieur de sa personne, de ce qu’il montre de lui aux autres, et une crainte anxieuse d’un développement anormal, l’angoisse devant les transformations corporelles et la peur de la difformité.

  • 4 Relevons qu’un auteur comme Juan de Ajuriaguerra a proposé d’appeler la dysmorphophobie sous un ter (...)

5Ces inquiétudes touchant l’esthétique du corps relèvent quelquefois de structures psychopathologiques qui peuvent se rencontrer au début d’une psychose schizophrénique, « maladie de l’image du corps ». Rappelons que cette préoccupation maladive a été appelée « dysmorphophobie » pour la première fois par Enrico Morselli en 1891 à Gênes pour désigner la crainte d’être ou de devenir difforme. Cette dénomination a été reprise par de nombreux auteurs comme, par exemple, Emil Kraepelin dans son célèbre traité de psychiatrie en 19094.

  • 5 Stanislas Tomkiewicz et Joe Finder, (1967), « Problèmes de l’image du corps (dysmorphophobie) en Fo (...)
  • 6 Pour Donald W. Winnicott, la dépersonnalisation est au contraire « la perte d’une union solide entr (...)

6S. Tomkiewicz et J. Finder (1967)5 rejoignent la définition de Kraepelin, considérant les dysmorphophobies comme des idées obsédantes survenant fréquemment chez l’adolescent. Pour ces deux auteurs : « La base de la dysmorphophobie chez les adolescents est constituée par la perception subjective des modifications corporelles, ou, si l’on veut par les difficultés d’intégrer mentalement une image du corps en pleine transformation. Cette affection apparaît comme un des signes « de la difficulté ou du refus d’identification aux adultes ». Dans un groupe d’adolescents observés en Foyer d’Action Educative, ces deux auteurs soulignent l’importance de la carence paternelle, « les perturbations des relations familiales qui est la source principale de la dysmorphophobie chez les adolescents ». Ils ajoutent « un adolescent mal accepté par les parents finit par ne pas s’accepter » et ne pas accepter les autres, d’où l’inadaptation et la déliaison, la facilitation du passage à l’acte. Par conséquent, l’adolescent pour réussir l’intégration de son image du corps en mutation, doit en premier lieu, commencer par admettre la maturation de son corps, car la « dysmorphophobie n’est qu’une forme particulière de la non-acceptation de soi-même », celle de son corps métamorphosé. L’adolescent doit désormais « habiter » son corps pour paraphraser M. Merleau-Ponty qui énonçait : « Mon corps est une chose, mais une chose où je réside ». Dans ce sens D.W. Winnicott a également insisté sur l’impératif de l’intégration et l’adéquation psyché-soma. Ainsi pour cet auteur, la personnalisation est une sorte d’habitation (inhabitation, in-dwelling) de la psyché à l’intérieur du corps6. Dans cette étape normale du développement, la psyché en relation étroite avec le soma et l’expérience corporelle, nécessite d’être en véritable harmonie avec celle-ci. L’adolescent pour réussir l’intégration corps-psyché doit accepter et s’approprier ce corps nouveau. Un processus inversé s’opère dans la perception et la représentation du corps. Dès lors, ce qui est apparu étrange et étranger dans la phase de mutation pubertaire, redevient – obligatoirement et normalement – familier.

7Pour une compréhension métapsychologique, il y a chez l’adolescent « dysmorphophobe » un désir profond refoulé de se montrer, de s’exhiber, et l’angoisse et la crainte de réaliser ce désir prohibé. Ce désir d’exhibition n’est pas tant lié à un plaisir sexuel que besoin de réassurance contre l’angoisse de castration et la culpabilité liée à des fantasmes incestueux ou masturbatoires. La crainte d’être laid apparaîtrait alors comme une attitude défensive contre le désir de se montrer et de se « donner à voir ». Si cette défense cède, le moi ne peut plus assurer son rôle médiateur entre les pulsions et la réalité, la conscience de soi est altéré, et c’est l’entrée dans la psychopathologie schizophrénique. C’est ainsi que, paradoxalement, plus le moi est solide, plus la dysmorphophobie s’affirme. Les préoccupations dysmorphophobiques ne sont alors que prétexte saisi par le moi pour se défendre.

  • 7 Houari Maïdi (1983), Rorschach et Rêve éveillé chez l’adolescent, Lille, ANRT, 1985, p. 420.
  • 8 Si le test de Hermann Rorschach (1884-1922) est relativement bien connu, le Rêve éveillé (dirigé) e (...)

8A partir d’un travail aujourd’hui relativement ancien7, j’ai tenté de mettre en lumière certains traits de l’image corporelle qui transparaissent et peuvent être repérables dans les protocoles de Rorschach et de Rêve éveillé8 d’adolescents. Ces deux techniques, parfaitement complémentaires, sont tout à fait capables d’éclairer, comprendre, et analyser les problèmes du « fonctionnement » de l’image du corps chez l’adolescent, sa perception et le vécu fantasmatique de son espace corporel.

Le double

  • 9 Cf. Houari Maïdi, (1986), « L’image du corps chez l’adolescent à travers le Rorschach et le Rêve év (...)

9Ainsi, on peut y percevoir dans les épreuves utilisées, notamment dans le Rorschach où les taches sont symétriques, le vécu narcissique qui se déploie et se manifeste essentiellement à travers la symétrie-reflet. Celle-ci implique un dédoublement de l’image, un effet de miroir. L’adolescent est très sensible au corps scopique, le corps vu comme double selon un schème spéculaire lié au problème de l’identité et de l’identification. Toutefois, ce type de représentation dédoublée, ou l’image de soi fantasmatique, s’il est présent chez les garçons, est beaucoup plus fréquent chez les filles comme l’ont montré les protocoles d’adolescents9. Quelques exemples tirés du protocole de Marion âgée de seize ans.

« Le reflet d’une forme… la forme reflétée dans un miroir ou un truc comme ça… (?)… Un animal extraordinaire qui marche au bord de l’eau et on voit son ombre reflétée ».
« L’ombre d’un animal sur l’eau… un animal qui marche au bord de l’eau et le corps est reflété ».
« Il y a deux corps dans une pose, je saurai pas dire… une pose plutôt ridicule. Ils doivent tenir un panier… sûrement qu’il existe une glace déformante, on voit pas les gens, mais c’est le reflet de la glace ».
« Quelqu’un assis sur un tabouret. On voit les pieds, le corps dans l’ombre. On voit l’ombre seulement ».
« Deux gitanes côte à côte qui dansent, la tête, le bras, le buste, la jupe qui traîne, et l’autre c’est pareil ».
« Deux siamoises, les têtes collées, le buste, le bras et le reste du corps… elles sont collées par la tête ».

  • 10 Nous faisons ici allusion au travail d’Otto Rank (1914), « Le Double », in Don Juan et le double, P (...)

10Beaucoup d’images apparues dans les protocoles mettent l’accent sur la problématique et le vécu narcissique. Cependant, la symétrie-reflet et le dédoublement de l’image, « symbole du narcissisme10 », sont parfois gênants et difficiles pour certains adolescents perturbés.

« Ce qui est marrant et embêtant, c’est que c’est pareil. C’est gênant parce que je peux parler de la moitié du dessin, mais je ne peux pas parler de l’autre ».
« Pourquoi c’est toujours en double ? Tout ce que je vois d’un côté, je le vois de l’autre. Le moindre petit détail, c’est en double… ».

11Ces adolescents inquiets devant les images dédoublées, spéculaires, vivent très mal leur narcissisme. Insatisfaits de leur physique, ils ont des difficultés à accepter leur corps. La répulsion de l’image symétrique et dédoublée (une perception de deux corps semblables côte à côte) peut être en rapport aussi avec l’angoisse du double homosexuel. L’investissement pulsionnel du corps propre (narcissisme, autoérotisme, homophilie) et le désir homosexuel qu’il engendre, sont souvent à l’adolescence angoissants et péniblement vécus du fait de l’interdit imposé par l’entourage familial et social à ce désir qui est intériorisé et refoulé. Ce qui produit une tension conflictuelle intra-psychique anxieuse qui se répercute sur le comportement adaptatif et social de l’adolescent ou du jeune adulte.

  • 11 Mahmoud Sami-Ali (1974), L’espace imaginaire, Paris, Gallimard.

12Enfin, une dernière analyse que j’emprunterai à Sami-Ali (1974) qui considère qu’en dépit des apparences, le double n’est pas l’image spéculaire de soi, il est toujours le parent du même sexe, objet des sentiments ambivalents propres à la situation œdipienne lors de la genèse. « C’est à cette matrice symbolique originelle, où l’enfant se constitue à travers ses identifications, que nous renvoient en fin de compte le dédoublement du sujet au cours du rêve et l’incompatibilité des points de vue qui en découlent11 ».

13Cette analyse, qui intéresse il est vrai le rêve en cure psychanalytique, peut être reprise pour la symétrie spéculaire. Elle peut évoquer, notamment chez les adolescents à prédominance dépressive, la problématique œdipienne conflictuelle, angoissante et agressive. Dans ce cas, le double serait alors un rival persécuteur un peu comme dans la nouvelle d’Edgar Poe « William Wilson » où le héros est poursuivi par son double. Le personnage se dédouble. Il est hanté par lui-même dont il ne peut se débarrasser.

La thématique de l’œil

  • 12 Maurice Merleau-Ponty (1945), La phénoménologie de la Perception, Paris, Gallimard.
  • 13 De l’aliénation du sujet dans le Moi comme conséquence de l’accès au langage, et de son inféodation (...)

14On peut déceler d’autre part, dans les protocoles d’adolescents, l’importance donnée au regard, aux yeux et au caché. A l’adolescence, le rôle du regard (regardé – être regardé) est éminent dans les relations interpersonnelles ou plus exactement intercorporelles. Il est lié au vécu narcissique et imaginaire, héritage du stade du miroir, et résultat du développement du corps et des pulsions. Il y a dans les relations du moi avec autrui un « chiasme » (ou croisement symétrique) comme l’a vu M. Merleau-Ponty12 entre le regard de l’un sur le corps de l’autre et le regard de l’autre sur le corps du premier. Le corps propre du sujet, est aussi corps à autrui. Ainsi, il est non seulement vu par autrui et le sujet lui-même, mais jugé par autrui et par le sujet lui-même à travers autrui. On peut donc parler d’une dialectique de l’identification de soi à l’autre et de l’autre à soi. Ce qui répond au « schéma L » de Lacan qui souligne que le moi comme construction imaginaire ne peut prendre sa valeur de représentation imaginaire que par l’autre et au regard de l’autre. C’est en effet à partir de l’image de l’autre que le sujet accède à son identité13.

  • 14 Sami-Ali (1974), L’espace imaginaire, op. cit.

15Les images apparaissant au Rorschach et au Rêve éveillé, marquées par le regard et le caché, sont liées à la thématique persécutive, mais le plus souvent se rapportent, à cet âge où la poussée instinctuelle et libidinale est très puissante et agressive, au pôle pulsionnel de type voyeurisme-exhibitionnisme. Le regard n’est pas simplement lié à la menace persécutive d’aspect paranoïde qui apparaît surtout chez les adolescents perturbés, suggestibles et de personnalité fragile. Il est surtout attaché au désir fantasmatique, à la pulsion, au corps érogène. Comme l’écrit Sami-Ali : « L’œil qui s’ouvre sur la splendeur du monde n’est pas moins sensible aux qualités libidinales de l’objet. Regarder est aussi un plaisir dont le destin dépend de ce qu’il puisse être librement exercé, entravé ou sublimé. En tant qu’activité érotique, il s’inscrit dans une image du corps qui se structure autour des zones érogènes et par rapport aux objets partiaux et totaux14 ».

« Cela fait penser à quelqu’un qui est derrière un paravent. On voit ses pieds, et un peu ses bras ».
« Une personne avec un masque, ses yeux, son nez… ».
« Il y a peut-être quelqu’un derrière ».
« Les squelettes, il se peut qu’ils n’ont qu’un œil et ils se regardent ».
« Là on pourrait dire que c’est des personnages qui sont en train de regarder ».
« Un personnage qui se cache dans les buissons. On ne voit que sa tête ».
« Un masque de carnaval ».
« Là quelqu’un qui est caché et qui regarde, voilà son œil, et ses jambes ».

16Dans le couple regardé – être regardé, le « masque », image schizoïde qu’on retrouve souvent dans les protocoles d’adolescents et qui fait appel à la notion du caché, possède comme le visage, un potentiel érotique. Dans le « masque », où le visage, objet visuel partiel, très souvent se confond, le plaisir et l’angoisse persécutive s’intriquent et s’imbriquent. Ce qui engendre une ambivalence affective conflictuelle de type attrait-rejet comme le suggère cette réaction d’adolescent : « Je n’aime pas, mais elle est belle. On dirait un masque de carnaval ».

  • 15 Masud R. Khan (1971), « L’œil entend », Lieux du corps, Nouvelle Revue de psychanalyse, n° 3, 1971.
  • 16 Il s’agit, cité par Masud R. Khan, du dernier vers du vingt-troisième sonnet de Shakespeare : To he (...)

17D’autre part, comme le remarque M. Masud R. Khan15, l’œil ne voit pas seulement, il « entend ». Cet auteur, dans son texte « L’œil entend » dont le titre est emprunté à un vers de Shakespeare16, tente de montrer à partir d’un cas clinique, que la compréhension et l’expérience vécues par l’analyste du drame du patient peuvent « se trouver enrichies en regardant le sujet en tant que corps ». De même, il affirme que « tout analyste regarde ses patients » en ajoutant « le regard ne peut pas être neutre, comme pourrait être la connaissance ». Aussi « éprouver » l’autre ne peut jamais être un mode de relation neutralisé comme l’est souvent le « connaître ». Cette paradoxalité, tirée par M. Masud. Khan à partir d’une étude clinique dans la relation analyste-patient, peut tout à fait être élargie. Elle est valable aussi dans une relation autre que thérapeutique dans l’intersubjectivité des perceptions corporelles.

18Le regard sur le corps est ainsi en rapport avec le jugement social, le corps jugé qui varie d’ailleurs selon les différentes cultures. Au désir de voir et de juger le corps d’autrui, il existe un autre désir, celui d’être vu et d’être jugé et cela indépendamment des formes pathologiques de perversion sexuelle de type voyeurisme-exhibitionnisme où il s’agit, selon Freud, d’un comportement primitif d’une « fixation » régressive à un stade précoce de la sexualité infantile.

  • 17 Paul Schilder (1968), L’image du corps, Paris, Gallimard.

19Ce désir de regarder et d’être regardé, s’il est plus accentué chez les adolescents pour des raisons que j’ai décrites, va presque de soi car comme l’a noté Paul Schilder17 : « Il y a une communauté profonde entre l’image du corps de l’un et l’image du corps de tous les autres […] Nous désirons connaître notre image du corps et que les autres la connaissent ».

Le corps-fonction

  • 18 Françoise Brelet (1981), « A propos du narcissisme dans le T.A.T. », Psychologie française, 26, 1, (...)

20Outre le « thème de l’œil », on rencontre par ailleurs dans les protocoles d’adolescents, des corps communicants, des « machines à communiquer », « à signifier », des corps dans une attitude porteuse de sens (kinesthésies d’attitude ou de position). « Le corps, dit Merleau-Ponty, est éminemment un espace expressif ». Cette dimension expressive a été soulignée par Françoise Brelet (1981)18 qui a étudié et analysé l’image narcissique dans le test de personnalité du psychologue américain Henry Alexander Murray (T.A.T., Thematic Apperception Test). Elle parle pour ce type de corps expressif qui apparaît dans les protocoles de T.A.T. de « posture signifiante d’affect ».

21Ces images du corps-fonction, dans une attitude ou une position y sont présentes dans le Rorschach d’adolescents. Aussi, elles sont très souvent accompagnées d’affect lié à la perception, ou marquées par le recensement des parties du corps :

« On dirait quelqu’un qui est en colère… Santa-Maria ».
« Cela fait penser à une vieille personne qui porte quelque chose sur son dos courbé ».
« Quelqu’un qui est assis sur un canapé ».
« Un bonhomme très spécial, qui fait peur. Voilà ses yeux, ses moustaches ».
« Il y a deux corps dans une pose. Je ne saurais pas dire… une pose plutôt ridicule ».
« On dirait une dame qui se repose. Elle est assise sur quelque chose ».
« Là on dirait la silhouette d’une femme allongée, un genre de reine ».
« Là on dirait un homme assez âgé qui travaille penché sur un étau ».

Le corps morcelé

22Aux positions du corps dans une attitude (debout, couché) ou dans une fonction (travail), les protocoles d’adolescents donnent en outre des corps qui ne se fixent pas dans l’espace. Des corps incomplets ou amputés rappelant la Spaltung phénoménologique. Ces corps pleins de froideur, morcelés, blessés, disloqués, dissociés ou squelettiques donc dévitalisés, qui de ce fait peuvent paraître psychotiques, ou signent plus exactement un « moment psychotique » sans être franchement pathologique.

« Cela fait penser à un morceau de colonne vertébrale ».
« Des hanches, le bassin, l’ossement, quoi… ».
« Une tête, un squelette de tête ».
« Comme ça, ça pourrait donner la radio d’un bassin, une partie du squelette humain ».
« Y a aussi un homme, mais vraiment déchiqueté, en morceaux, comme s’il y avait une bombe qui a éclaté. Ses deux jambes, et le reste ce sont des morceaux de son corps ».

23Notons que l’angoisse de morcellement du corps est parfois suivie d’un aspect défensif dans le sens de la recherche de l’unicité, et du lien, le corps unifié. Le corps morcelé se constituerait en unité comme un puzzle :

« Maintenant, elle a ses jambes ».
« Une partie de hanche, et de l’autre côté c’est la même chose sauf que c’est à l’envers : Si on les assemblait, cela donnerait des jambes ».

Le « dedans du corps »

  • 19 Ici, je fais directement référence au précieux et fondamental travail de Pierre Delaunay regroupé n (...)

24On trouve aussi une représentation anatomique du corps humain, des images de contenu anatomique à tendances hypocondriaques. Des perceptions liées directement au « dedans du corps » comme le fournit ce commentaire très éloquent d’un adolescent victime de carences narcissiques précoces et identitaires, âgé de quinze ans : « Toutes les photos me font penser au « dedans » du corps. L’intérieur de notre corps. C’est toujours le milieu qui m’attire. Ca fait un peu la colonne vertébrale ». Cette réaction hypocondriaque et dépressive, centrée surtout sur la « séparation » et la division verticale du corps, évoque la mort, le corps-cadavre, décomposé. Un corps symétrique, disséqué, ouvert, écartelé, qui rappelle la maladie schizophrénique. Notons à cet égard qu’expérimentalement19, le Rêve éveillé indique que la symétrie est en lien avec le vide. En effet, une figure qui donne non plus un plan, mais un point de symétrie fournit, dans le rêve, un vide central, un trou. L’axe vide est l’équivalent du centre vide.

Le corps du possible

25A coté du corps morcelé, mutilé et sanglant, on rencontre le corps déformé ou transformé en rapport avec les métamorphoses de l’univers fantastique, de l’étrange schizoïde et inquiétant. Ces corps fantasmatiques, se déployant en grande partie grâce à l’avènement du virtuel et de l’imaginaire adolescents, vont de pair avec la déshumanisation qui débouche sur l’animalisation. L’image humaine fragile se dérobe, se déstabilise, se métamorphose et s’animalise. Une image qui de ce fait devient ambiguë, équivoque, à contenu animal-humain.

  • 20 Jean Guillaumin (1979), Le rêve et le Moi – Rupture, continuité, création dans la vie psychique, Pa (...)

26Toutefois, ces images d’humains qui se transforment ne sont absolument pas délirantes ou pathologiques, car l’adolescent « joue » consciemment avec ce qu’il voit. A la différence de ce qui se passe pour le délirant « qui réinvestit les mots à la place des objets qu’il devrait viser à travers eux20 », l’adolescent crée une réalité nouvelle, une surréalité ou surnaturalité. La dénaturation et la surnaturation sont possibles à cet âge du développement grâce à la mobilisation de toutes les formes imaginaires de l’étrangeté et de l’imprévu. Au Rorschach, par exemple, si l’image s’efface et se dérobe, c’est parce que souvent il le veut. Il crée et « imagine » la perception. Il est actif face aux stimuli perceptifs, sauf dans les moments grandement dépressifs où l’image est généralement subie de par la passivité et la perméabilité du jeune sujet face aux sollicitations extérieures.

27Voyons quelques exemples d’images humaines marquées par l’ambiguïté, l’équivocité, la déformation, la transformation, qui vont parfois dans le sens de l’inquiétante étrangeté :

« Cela fait penser à une chauve-souris… avec un corps de sorcière ».
« Une sorte de personnage avec des oreilles déformées ; il se tient les mains sur les hanches ».
« Une sorte de tête un peu étrange, une tête imaginaire… ».
« Deux chiens qui font le poirier, la tête, le corps, et les deux pattes écartées ».
« Le corps de l’être humain déformé » (à l’enquête) « Un corps de femme déformé avec des ailes ».
« Là on dirait que c’est quelqu’un qui s’est déguisé en toute sorte, un peu de tout. Il s’est déguisé en animal ».
« Une bête qui est aussi grande que nous, qui s’est habillée ».

28On trouve dans les nombreux protocoles d’adolescents que j’ai étudiés bien d’autres images du corps insolite. Citons parmi elles, le corps monstrueux du monde fantastique étrange et inquiétant, l’étrangeté inquiétante du corps :

« Un bonhomme très spécial, qui fait peur… ».
« Un monstre, un monstre humain… la tête, les yeux et le creux des joues, de grandes oreilles, deux dents ».
« Une personne à un visage horrible ».

29Dans ces moments dépressifs, de forte tension conflictuelle, apparaît le corps fantomatique d’aspect schizo-paranoïde à thématique persécutive menaçante et envahissante :

« Là je vois un fantôme avec ses deux yeux… ». « Cela fait penser à une tête de fantôme ».

  • 21 Heinz Kohut (1974), Le Soi – La psychanalyse des transferts narcissiques, Paris, PUF.

30D’autres images corporelles se rattachent très souvent à la polarité narcissique, la représentation de soi dans le fantasme. Des corps en rapport avec le moi idéal, avec le « soi grandiose » pour reprendre une expression de Heinz Kohut21 :

« On pourrait dire que c’est un géant, ses deux gros pieds, et ses petits bras. On le voit de dos. On dirait qu’il est en train de déraciner un arbre ».
« On dirait un genre de géant, ses grosses bottes… ».

31Dans cette optique, on note dans le Rêve éveillé, par exemple, l’expansion démesurée de l’espace corporel qui coïncide avec tout l’espace du rêve, l’écran du rêve. Un changement de taille si fantastique qu’il abolit la vision. Le corps devient dans le rêve tout l’espace environnant, qu’il dénote le désir de soi-même narcissique et mégalomaniaque ; l’autosuffisance orgueilleuse, la recherche de l’affirmation de soi, de la puissance.

« Je me vois… L’image de moi, elle s’agrandit. Elle devient très, très grande… C’est flou maintenant… ».

  • 22 Voir notamment Houari Maïdi (1996, 2003).

32Par opposition aux fantasmes du corps-géant, du corps-grandiose, liés au moi grandiose ou moi idéal, on rencontre chez les sujets adolescents dépressifs et anxieux, des corps rapetissés, voire minuscules, induits par les thématiques d’impuissance, d’infériorité, et traduisant une narcissisation négative, un « soi minable » ainsi que je l’ai ailleurs caractérisé22 :

« Il est fort grand, comme un grand géant. Il m’attrappe, me prend dans sa main. Je suis tout minuscule… ».

Image et sensorialité

33Au corps qui se dédouble, se dissocie, se fragmente, qui devient fantomatique, grand-gigantesque, petit-minuscule, réel-concret, ou irréel-fantastique, il faut ajouter les images profondément et directement liées au corps. Des images débordées par leur charge pulsionnelle, que l’on rencontre essentiellement dans les observations d’adolescents carencés narcissiques. On note chez ce groupe d’adolescents privés de structure familiale réelle et frustrés du désir d’attachement, l’importance donnée au toucher, à la vision sensorielle d’un espace tactile, et la perception des organes génitaux, ou de corps érotisés. La grande sensibilité aux impressions tactiles (estompage), un contact parfois presque sensuel : « une peau », « de la mousse », « un manteau de fourrure », « un duvet », « une couverture », exprime une importante avidité affective où la sensorialité et la sensualité sont présentes. La notion de holding (« tenue ») de D. W. Winnicott et celle du Moi-peau de Didier Anzieu trouvent ici toute leur valeur.

  • 23 Au sens des travaux de John Bowlby (se référer à la trilogie de Attachment and loss, 1969- 1982) qu (...)

34On note chez ces adolescents brimés narcissiquement et affectivement, dans les moments où la sensation domine et l’emporte sur la perception et la représentation, un grand désir de contact et d’attachement corporels23, un très grand appétit affectif et relationnel. Des adolescents qui montrent la recherche de relations objectales, de la fusion corporelle, une hypertrophie des besoins affectifs.

35Par ailleurs, la décharge pulsionnelle qui transparaît à travers les contenus sexuels, la description des parties érogènes du corps, exprime la puissance des pulsions libidinales des sujets, et leur incapacité à les contrôler, les endiguer ou les sublimer. La dualité opposée, essentielle pour l’équilibre de la personne, pulsion-répression, que l’on rencontre chez les adolescents « adaptés », est ici absente. Le formel et le rationnel paraissent avoir abdiqué, et le sujet semble peu apte à maîtriser ses impressions et ses impulsions libidinales.

36Notons que ces perceptions cénesthésiques, sensorielles ou pulsionnelles, sont souvent anxiogènes. Dans ces images, le plaisir se mêle à l’angoisse. La sensibilité fantasmatique liée au désir inconscient, est anxieuse.

Enveloppe et pénétration

  • 24 S. Fisher, S.E. Cleveland (1958), Body image and personality, New York, D. Van Nostrand. Cf. Houari (...)

37Aussi, l’image du corps de la personnalité adolescente au Rorschach ou dans le Rêve éveillé est pareillement révélée d’une façon importante par les deux variables analysées par S. Fisher et S.E. Cleveland celles d’Enveloppe et de Pénétration24.

38Voici quelques exemples de production adolescente en rapport avec la variable « Enveloppe » (Barrier) :

« Cela fait penser à une petite mer fermée et autour ça serait un petit continent ».
« La peau d’un animal, d’un fauve… ses pattes et là sa queue, sans compter cela… ».
« Cela peut être un duvet, une couverture pour le camping, un sac de couchage ». « … la température est normale. J’ai une combinaison de plongée. Je ne sens pas le froid ».
« Ici, je vois un monsieur dans la montagne. Il porte un manteau de fourrure… ».
« Là on dirait le monde, autour des feuillages, et là comme un mur magnétique, comme pour se protéger ».
« Elles sont un peu rondes comme si elles étaient en grossesse ».

39La variable « Pénétration » s’oppose à la précédente en ce sens qu’elle se rapporte à toute réponse ou image qui peut être l’expression symbolique d’un sentiment subjectif selon lequel le corps n’a qu’une faible valeur protectrice et peut être facilement pénétré :

« Il y a le soleil qui pénètre… ».
« C’est marrant, on a l’impression que ce sont deux falaises qui tombent au fond de la rivière ».
« Je vois une lumière qui pénètre l’eau ».
« … Dans le triangle noir, je vois des arcs de cercles lumineux. Il y a une clé… assez grande… elle va se mettre dans un trou et il y a le triangle noir qui s’ouvre… Je peux pas rentrer encore plus, mais il y a une nappe blanche qui rentre… un genre de fluide et quand il ressort ça fait comme des boules d’oxygène colorées… ».
« Ou bien un volcan… là ça serait la lave qui coule et là le trou du cratère ou bien l’intérieur du volcan ».
« Cela me fait penser à une colonne vertébrale. C’est intéressant de voir comment on est fait ».
« Je passe à travers les rideaux ».
« Là on pourrait dire que c’est une grande rivière qui est en train de couler dans un puits ».
« Je rentre dans un yacht par un grand trou à la coque qui est en miettes… ».
« Cela me fait rappeler à une bombe ou une toupie parce que c’est tout gris. Elle rentre dans la mer ».
« Là on peut voir l’intérieur d’un corps d’homme ».

40Ces deux variables, Enveloppe et Pénétration, transparaissent parfois d’une manière paradoxale et contrastée dans une même image ou une même situation :

« On dirait une peau tannée, et qui a été tendue pour la faire sécher. Cela vient d’être coupé… On retire la graisse et on la tend comme si on avait mis des clous dans chaque coin… ».
« Dans les roches, il y a plein de trous que l’eau a creusés ».
« La terre aspirée… une trombe ».
« Un genre de pierre dans une bassine ».
« C’est une forêt qui est très petite. Y a plein de feuilles dans les arbres. On ne voit pas le ciel. Il y a un rayon de soleil qui pénètre ».

41Enveloppe et Pénétration, ces deux éléments très importants qui représentent une grande partie de la perception adolescente au Rorschach, se déploient nettement aussi à travers l’activité imaginative du Rêve éveillé. En effet, cette dernière méthode d’exploration, d’investigation et d’échanges, en faisant appel, comme au Rorschach, à la perception et la représentation, nous restitue en des images souvent éclatantes le sens du vécu corporel chez l’adolescent. Contrairement au Rorschach, le corps du sujet dans le Rêve éveillé, où la matérialité des planches fait défaut, est directement impliqué dans le scénario imaginaire dans lequel il existe un vécu et un senti. Ainsi, en venant s’ajouter au Rorschach, le Rêve éveillé donne l’étude de l’image du corps et du vécu corporel, une analyse plus approfondie et plus complète.

42Si les analyses par le Rorschach et le Rêve éveillé paraissent incontestablement pouvoir apporter une contribution non négligeable à la recherche et à la réflexion concernant le vécu corporel de l’adolescent, ils ne peuvent toutefois donner une image du corps « type » de cette période très dynamique du développement marquée par les contradictions mentales et l’ambivalence. Dans cette recherche théorico-clinique, j’ai essayé de déceler et de recenser quelques traits caractéristiques qui transparaissent et se déploient dans les protocoles d’adolescents, et qui sont directement en rapport avec l’image du corps, le vécu corporel dans sa double référence au réel et à l’imaginaire.

43Mes observations portent sur des adolescents dits « normaux », des adolescents perturbés, séparés de leur famille à la puberté, et enfin des adolescents qui ont connu une frustration affective traumatique précoce. Ce dernier groupe d’adolescents « victimes » a passé d’abandon en abandon. Ce sont aussi d’anciens enfants qui ont été victimes de sévices. Des enfants battus, maltraités, martyrisés, et qui souffrent dans leur corps une difficulté existentielle majeure.

  • 25 Je pense, par exemple, au travail de Nicole Fabre (1979), L’analyse par le Rêve éveillé dirigé, une (...)

44On sait que plusieurs auteurs25, s’inspirant des travaux de Melanie Klein, s’accordent pour dire que dans le discours des sujets, émerge, dans un langage symbolique, le vécu primitif du corps archaïque, pré-spéculaire, prégénital. Ce langage manifeste le vécu corporel fantasmatique des phases les plus régressives, la reviviscence des images archaïques du corps. Cependant, je pense que si la régression est permise et possible, notamment dans le Rêve éveillé, que la vie archaïque, et les sensations cénesthésiques de la plus tendre enfance peuvent transparaître dans l’image et le langage, il ne faut toutefois pas négliger l’actualité du vécu chez l’adolescent. Un vécu riche et crucial, en rapport soit avec la structuration dépressive de la personnalité de l’adolescent, soit avec les troubles psychosomatiques ou hypocondriaques qu’il manifeste, soit enfin simplement avec les grandes préoccupations qu’il porte à son corps métamorphosé. Un corps lieu d’émois, de tensions, ou de plaisir, qui nous renseigne sur le moi du sujet, car l’un et l’autre sont indissociables.

Notes

1 Philippe Gutton (2002), « Le fait accompli pubertaire », in Violence et adolescence, op. cit.

2 Sigmund Freud (1905), « Les métamorphoses pubertaires », in Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Gallimard, 1986.

3 Guy Rosolato (1976), « Le narcissisme », Narcisses, Nouvelle Revue de psychanalyse, n° 13, 1976.

4 Relevons qu’un auteur comme Juan de Ajuriaguerra a proposé d’appeler la dysmorphophobie sous un terme plus général « dysmorphesthésie » (sentiment de difformité) qui répond à ce que le sujet offre comme symptôme qui se réfère toujours au corps (sentiment de laideur, conviction de dysmorphie, honte de son corps).

5 Stanislas Tomkiewicz et Joe Finder, (1967), « Problèmes de l’image du corps (dysmorphophobie) en Foyer de semi-liberté », Bulletin de psychologie, 1970-1971, 24, 5-6.

6 Pour Donald W. Winnicott, la dépersonnalisation est au contraire « la perte d’une union solide entre le Moi et le corps… », in Processus de maturation chez l’enfant, Paris, Payot, 1989, p. 14.

7 Houari Maïdi (1983), Rorschach et Rêve éveillé chez l’adolescent, Lille, ANRT, 1985, p. 420.

8 Si le test de Hermann Rorschach (1884-1922) est relativement bien connu, le Rêve éveillé (dirigé) est une méthode psychothérapique mise au point par le français Robert Desoille (1890-1966), qui consiste à faire surgir les fantasmes du sujet par l’imagination, à les interpréter et à les intégrer dans la vie consciente. (Voir l’ouvrage de R. Desoille, 1938, Exploration de l’affectivité subconsciente par la méthode du Rêve éveillé, Paris, Editions d’Artrey).

9 Cf. Houari Maïdi, (1986), « L’image du corps chez l’adolescent à travers le Rorschach et le Rêve éveillé », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, N° 6, 1987, 249-56.

10 Nous faisons ici allusion au travail d’Otto Rank (1914), « Le Double », in Don Juan et le double, Paris, Payot, 1973, pp. 7-115.

11 Mahmoud Sami-Ali (1974), L’espace imaginaire, Paris, Gallimard.

12 Maurice Merleau-Ponty (1945), La phénoménologie de la Perception, Paris, Gallimard.

13 De l’aliénation du sujet dans le Moi comme conséquence de l’accès au langage, et de son inféodation à la dimension de l’autre, cf. Jacques Lacan, Le Moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse, Livre II, 1954-1955, séminaire du 25 mai 1955, Paris, Seuil, 1978, p. 284 sq.

14 Sami-Ali (1974), L’espace imaginaire, op. cit.

15 Masud R. Khan (1971), « L’œil entend », Lieux du corps, Nouvelle Revue de psychanalyse, n° 3, 1971.

16 Il s’agit, cité par Masud R. Khan, du dernier vers du vingt-troisième sonnet de Shakespeare : To hear with eyes belongs to love’s fine wit.
Philippe de Rothschild (1969, Poèmes élisabéthains, Paris, Seghers) l’a traduit ainsi :
L’œil entend, c’est de l’amour tout l’esprit.

17 Paul Schilder (1968), L’image du corps, Paris, Gallimard.

18 Françoise Brelet (1981), « A propos du narcissisme dans le T.A.T. », Psychologie française, 26, 1, p. 24-38.

19 Ici, je fais directement référence au précieux et fondamental travail de Pierre Delaunay regroupé notamment dans sa thèse de 3e cycle de psychologie « Image et langage dans le Rêve éveillé dirigé, analyse phénoméno-structurale », Université de Lille 3, 1975.

20 Jean Guillaumin (1979), Le rêve et le Moi – Rupture, continuité, création dans la vie psychique, Paris, PUF.

21 Heinz Kohut (1974), Le Soi – La psychanalyse des transferts narcissiques, Paris, PUF.

22 Voir notamment Houari Maïdi (1996, 2003).

23 Au sens des travaux de John Bowlby (se référer à la trilogie de Attachment and loss, 1969- 1982) qui suscitent un grand intérêt dans nos jalons métapsychologiques. Voir les nombreuses et récentes productions à propos de la théorie de l’attachement, de la sexualité infantile et de l’amour primaire. Citons les livres de : Raphaëlle Miljkovitch (2001), L’attachement au cours de la vie, Paris, PUF ; Peter Fonagy (2001), Attachment theory and Psychoanalysis, New York, éditions « Other Press LLC » ; Daniel Widlocher et coll. (2001), Sexualité infantile et attachement, Paris, PUF ; Nicole et Antoine Guedney (2002), L’attachement – concepts et applications, Paris, Masson ; et enfin l’ouvrage de Blaise Pierrehumbert (2003), Le premier lien. Théorie de l’attachement, Paris, Odile Jacob.

24 S. Fisher, S.E. Cleveland (1958), Body image and personality, New York, D. Van Nostrand. Cf. Houari Maïdi, (1986).

25 Je pense, par exemple, au travail de Nicole Fabre (1979), L’analyse par le Rêve éveillé dirigé, une étude clinique, Paris, Expansion Scientifique Française.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search