Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Deuxième partie. Le corps à l’adolescence, son image et ses éprouvés

Chapitre IV. Traumatisme et passion

Texte intégral

1La passion est traumatique car elle constitue l’expression d’un trauma originel. Assurément, l’adolescent passionnel a subi dans l’enfance la passion de l’adulte soit par disproportion dans le lien objectal, soit par déficience affective et narcissique précoce. Conséquemment, à l’adolescence la relation à l’autre se caractérise par la démesure et le besoin d’emprise sur autrui ou autrement d’être sous la domination d’un autre. Avec l’avènement du changement pubertaire et des assauts pulsionnels, l’adolescence est une période particulièrement favorable à l’amour excessif et abusif, l’amour passionnel (verliebte Leidenschaft). Cet impossible amour qui impose la fusion, la passivité de l’amour, de l’amour fou, de l’amour à mort.

2La passion appartient à l’adolescence et celle-ci renferme toutes les figures de la passion. L’adolescence, âge ou mode de fonctionnement qui peut durer toute une vie (on évoque aujourd’hui une sénescence de l’adolescence) se différencie précisément par l’élan amoureux passionnel, « pour le meilleur et pour le pire », d’un au-delà de l’amour ou de la « crise amoureuse » selon la formule de Jean Cournut.

3Au sortir de l’enfance, contenue par des modèles et autres contenants, l’adolescence n’est-ce pas s’affranchir des limites et des références parentales, se désobjectaliser, se décentrer et se concentrer sur soi et tout ce qui ressemble à soi, son double (narcissisme, homoérotisme et homophilie) ? Se trouver au risque de se perdre, est l’une des difficiles contradictions auxquelles est confronté l’adolescent. Celui-ci transformé par la passion, est obligé de se lancer « à corps perdu », peut-être aussi « accord-perdu », avec le monde devenu vieux, les figures parentales désormais désidéalisés. La vie risque de devenir soudainement dysharmonique. Le Moi n’est plus un objet, il veut poser ses propres objets : le monde, la vie, l’existence. Il s’interroge sur le contenant de son existence et veut tester tous les possibles, dépasser les limites du réel, inventer un nouvel ordre. N’est-il pas normal que la passion vienne demander asile à cet être ouvert à tous les vents, écorché, déchiré, tiraillé, agité et agitateur ?

  • 1 Le jeune poète, afin d’accéder à l’inconnu, va ainsi commencer à détruire le connu, ce monde vieux, (...)
  • 2 Cf. Lettre de Arthur Rimbaud adressée à son ami Paul Demeny (15 mai 1871, in Œuvres complètes, op. (...)
  • 3 Christian David (1971), L’état amoureux, Paris, Payot.

4L’adolescence est en quête de passion dans le sens romantique d’absolu, d’au-delà du corps, du sentiment, du sexe, de la contingence sociale. Les passions adolescentes peuvent mener à des engagements politiques entres autres, qui sont parfois destructeurs. A ce sujet, on peut évoquer la révolte et le sentiment de haine de Rimbaud pour sa cité. « Il s’agit d’arriver à l’inconnu1 par le dérèglement de tous les sens. Les souffrances sont énormes, mais il faut être fort… C’est faux de dire : Je pense. On devrait dire : On me pense. Je est un autre » (Lettre dite du voyant à Georges Izambard, Charleville, 13 mai 1871). Cet extrait de la lettre de Rimbaud indique bien toute la vigueur de la passion qui est définie notamment par un dérèglement de la raison, une débauche des sens. C’est aussi un tourment, voire un supplice car sont recherchées « toutes les formes d’amour, de souffrance, de folie »2. Là où apparaît l’amour-excès, le moi s’affaiblit et succombe, il est dessaisi de la personnalité propre (S. Freud). En effet, « le surinvestissement de l’autre ne peut que faire violence à l’intégrité du moi » écrit Christian David (1971)3.

  • 4 « Je est un autre » cette formule qui signe la désubjectivation et le clivage intrasubjectif est én (...)
  • 5 Roland Gori (2002), Logique des passions, Paris, Denoël, p. 32.

5La passion signe la passivation et surtout l’aliénation, la perte de soi-même et la désubjectivation : « Je est un Autre »4, étranger à lui-même, aux possibilités infinies, mais en même temps si à l’étroit dans son corps, sa famille, son milieu social. Dans cette perspective, on peut dire que la passion est logique dans son développement, pour reprendre l’idée de Roland Gori (2002) qui écrit à propos des effets de cette affection de l’amour : « … dépossédé de lui-même, n’ayant plus la maîtrise, ni de ses pensées ni de ses actes. Poussée à son paroxysme, la passion fait choir et déchoir le sujet, l’amenant à ne plus exister que pour les vestiges souvent dérisoires d’un objet – humain ou chose –, et comme attaché à sa propre déchéance, au profit exclusif de ce qui le hante et le possède sans pitié5. »

6Dans la passion amoureuse, il y a incontestablement une mainmise et une « emprise » (P. Denis) sur l’objet désigné par son caractère d’exclusivité. A cet égard, « l’emprise amoureuse sur l’objet » ne peut être confondue avec l’emprise sur l’objet dans son entièreté. En ce sens, l’acte d’emprise, compris ici comme un acte de domination, d’assujettissement et d’asservissement, déborde et dépasse l’état du sujet dans la relation amoureuse. Si l’emprise fait partie de l’amour, l’excès d’emprise est passion que caractérise sa démesure et sa violence. « L’emprise amoureuse sur l’objet » est liée et intégrée à la relation amoureuse. Celle-ci, pour reprendre l’expression de Freud, « assume la fonction de maîtriser l’objet sexuel dans la mesure où l’exige l’accomplissement de l’acte sexuel ». Dans cette optique, l’emprise de la relation amoureuse ne se limite pas à l’acte qui permet de « maîtriser l’objet sexuel ». Tout autrement, l’emprise est aussi liée à la séduction dans son sens générique et étymologique, c’est-à-dire de « conduire à soi » l’autre désigné et désiré.

7La passion est définie par la fascination de l’amour « illimité » pour reprendre la formulation de Christian David (1971) qui évoque à cet égard l’exemple des Amazones dans leur détermination de refuser la relation amoureuse ou l’amour lui-même et de le transformer par la seule conquête d’autrui. L’insupportable dépossession de soi dans l’état amoureux passionnel conduit le sujet dessaisi de son moi à avoir besoin de s’emparer et de disposer de l’autre pour exister et se sentir rempli de satisfaction.

Passion et pulsion

  • 6 Voir les conceptions de Jeanine Chasseguet-Smirgel (1984) concernant l’« hybris », in Ethique et es (...)

8Communément, on définit l’économie psychique de l’adolescence par le problème de la démesure de la passion, l’hybris6, l’excès de l’excès, le trop du trop, l’« emprise absolue » (P. Denis). Dans cette perspective, la passion et la pulsion, deux des concepts « limites » se situant entre la psyché et le soma mais pareillement entre Eros et Thanatos, Philia et Neikos, sont comprises par leur proximité. Habituellement d’ailleurs, ces deux concepts sont réunis, sinon mélangés.

  • 7 Gérard Bayle (1991), « Trauma sexuel, blessure narcissique et carence narcissique », Revue franç. d (...)

9Comme force et comme poussée pulsionnelle (Drang) opérant de l’intérieur, la passion n’est pas une résolution mais une réelle oppression. C’est une contrainte (Zwang), un absolu qui lutte à la fois contre le sujet et contre l’objet. Dans cette considération, la passion est caractérisée par un sentiment de désubjectivation par celui qui l’éprouve. Elle désubjectivise l’autre parce que le moi propre du sujet passionnel est lui-même assailli de l’intérieur et menacé dans son intégrité. En ce point, « le Soi cesse d’être à soi, devient partie de l’ojet et réciproquement », écrit Gérard Bayle7. Ainsi le « forcement » et l’intrusion d’autrui répondent à un sentiment d’effraction de soi-même. La désubjectivation s’applique d’abord au sujet lui-même. L’autre ne devient victime du sujet que parce que celui-ci se sent et se vit lui-même comme la principale victime. Objet de son objet, le sujet a préalablement été une victime précoce de son espace psychoaffectif. Il renouvelle à son insu sa condition victimaire initiale dominée par la passivation contrainte et le traumatisme (désafférentation, abus, violence). Aujourd’hui, il est devenu victime d’être en quelque sorte « tombé en amour ». Un état qui au-delà de la mort (« tombé au champ d’honneur »), suggère essentiellement la maladie et la folie. Ne dit-on pas « tomber malade » ou « tomber fou », « fou amoureux », « malade d’amour », etc.?

  • 8 Philippe Gutton (2002), Violence et adolescence, Paris, In Press, p. 205.

10Aussi, y a-t-il probablement une inclination masochique de type féminin dans la passion comme nous l’avons relevé dans notre étude sur la problématique victimaire (Maïdi, 2003). A cet égard, nous retrouvons souvent, dans les moments de passion intense, un sadomasochisme intrasubjectif agi et de fréquentes et impressionnantes conduites autodestructrices automutilatoires (autosadisme). Ici la victime et le bourreau sont particulièrement fondus et amalgamés. L’un et l’autre sont dans une totale symbiose. L’autre convoité est littéralement « dans la peau » du malheureux passionné. Celui-ci est, par ailleurs, confronté à cette double contrainte relevée par Philippe Gutton (2002) qui écrit : « La passion qui porte bien des contradictions est un état paradoxal… : blessure infligée par un autre dont la guérison est attendue de ce même autre »8. Ici, l’objet-cause du besoin est devenu un véritable Pharmakon dans son acception double et antagoniste, à la fois poison et remède.

  • 9 Gaëtan Gatian de Clérambault (1921), L’Erotomanie, Le Plessis-robinson, Synthélabo, 1993.

11D’autre part, dans l’élan passionnel unilatéral – dont l’archétype absolu est la psychopathologie du délire érotomaniaque bien décrit par Gatian de Clérambault (1921)9 lui-même victime de la passion –, ne s’agit-il pas d’un amour démesuré pour quelqu’un d’autre « victime » qui ne demande rien ou n’en demande pas tant ? C’est un véritable « malentendu », une « confusion entre le désir de dominer et le désir d’aimer, l’assimilation du désir d’aimer au désir de tuer et de morceler. » (C. David, 1971)

  • 10 Georges Pragier (1986), « Le sexe des anges, pulsion d’emprise et confusion des générations », Bull (...)
  • 11 Donald Woods Winnicott (1947), « La haine dans le contre-transfert », in De la pédiatrie à la psych (...)

12La passion altère l’altérité. C’est un « déni d’altérité ». (G. Pragier, 1986)10 Elle brûle et consume le sujet comme l’objet qui, dans cette occurrence, sont indistincts et embrouillés. En conséquence : « Il n’y a pas de passion heureuse », pourrait-on soutenir. La passion est inflexible au sens du ruthless love, cet amour impitoyable primaire décrit par Winnicott (1947)11. De la sorte, il se déclenche, dans ce comportement travaillé par la régression-fixation, une haine primordiale déliée de l’identification primaire que l’on pourrait qualifier de pré-objectale.

  • 12 Sigmund Freud (1914), « Pour introduire le narcissisme », in La vie sexuelle, Paris, PUF, 1970, p.  (...)
  • 13 M. Masud r. Khan (1976), « Entre l’idole et l’idéal », Nouvelle Revue de psychanalyse, n° 13, 1976, (...)

13Freud donne une parfaite définition du fait amoureux dans son caractère excessif et passionnel. Ainsi, il écrit : « La passion amoureuse consiste en un débordement de la libido du moi sur l’objet. Elle a la force de supprimer les refoulements et de rétablir les perversions. Elle élève l’objet sexuel au rang d’idéal sexuel… L’idéal sexuel peut entrer dans une relation d’assistance intéressante avec l’idéal du moi… ce qui possède la qualité éminente qui manque au moi pour atteindre l’idéal est aimé. Un tel expédient a une importance particulière pour le névrosé, qui, par le fait de ses investissements d’objets excessifs, s’appauvrit dans son moi, et devient dès lors incapable d’accomplir son idéal du moi12… » Dans cette optique, il est utile me semble-t-il, de distinguer avec M. Masud R. Khan (1976)13 l’idéalisation qui « est un processus intrapsychique ; elle est très influencée par la rêverie », et l’idolisation qui « au contraire est un surinvestissement d’un objet extérieur réel ; elle s’appuie sur les attitudes et les fonctions du moi qui englobent les investissements du ça et les intensifient pour les mettre à son service. » Bien que l’auteur différencie ces deux processus dans la relation spécifique mère-enfant, il me parait tout à fait possible d’élargir cette séparation entre ces deux notions et de l’utiliser dans l’appréhension de l’économie passionnelle adolescente. En effet, au-delà de l’idéalisation dans laquelle une forme uniquement de l’objet se voit pourvue d’une très grande valeur, dans l’idolisation, l’objet est sacralisé et fétichisé.

  • 14 Sigmund Freud (1915), « Pulsions et destins des pulsions », in Métapsychologie, trad. coll., Paris, (...)

14En 1915, Freud écrit : « La haine en tant que relation d’objet est plus ancienne que l’amour ; elle prend source dans la récusation, aux primes origines, du monde extérieur dispensateur de stimulus, récusation du moi narcissique14. » De ce point de vue, on peut se demander si la passion, comme excès et perversion, n’est pas une motion pulsionnelle archaïque, « primaire » qui s’accomplit soit en deçà soit au-delà de l’amour.

  • 15 Goethe (1774), Les Souffrances du jeune Werther, Paris, Poche, 1999, Lettre du 16 juillet 1771, p.  (...)

15L’amour est exagéré et disproportionné dans la passion. Il sort de l’ordre commun et requiert l’exclusivité et la subordination. Perpétuellement insatisfait, transformé par une sorte de boulimie objectale vorace, l’adolescent passionnel est un « défoncé » ou un « défonceur », (Jean Cournut, 2002) qui déguste fiévreusement l’enivrement de l’excès et le tournant périlleux. Incontestablement, il a une relation de type addictif avec l’objet-drogue, l’objet absolu et fétichisé, l’objet de la passion. Celui-ci devient donc un objet de première nécessité, un objet de besoin. C’est pourquoi je pense que l’emprise passionnelle se situe davantage du côté du besoin plutôt que du côté du désir. Sinon il s’agit d’une emprise sur le désir de l’autre. Ainsi parce que dépossédé de soi on tente de posséder autrui. Dans l’état amoureux « hypnotique » d’ordre passionnel, l’objet et l’idéal du moi sont indistinctement réunis. De fait, le sujet aimant se dépossède de ses qualités pour les projeter sur l’aimé, l’autre surestimé, et grandement idéalisé, objet d’une exaltation psychique. A ce stade marqué par le déni de la réalité et de l’altérité, la perversion menace et tente de s’extérioriser. En effet, dans la passion affective qui est, disons-le, une figure de la perversion car les frontières de soi et du non-soi sont anéanties, la jouissance affective et mortifère élimine le désir et le plaisir sexuels. En ce sens, on peut soutenir que la passion est un affect de besoin. Dans cette occurrence, dominée par l’outrage et l’outrance, le désir peut même probablement et momentanément s’éteindre. Il est en suspens. « Tout désir se tait en sa présence »15, disait le jeune infortuné Werther dans son aveuglement passionnel pour la parfaite Charlotte. Il y a dans l’affect de passion, le besoin de souffrir, le besoin de maîtrise et de pouvoir sur l’objet que de libido avec l’objet. (P. Gutton, 2002)

Passion et violence

16Pour Freud (1915), passion (Leidenschaft) et pulsion paraissent être des notions quasiment équivalentes. Pourtant, si la première exprime dans une relation amoureuse un élan affectif vital, effréné et irrésistible pour l’autre, la seconde conduit a priori et normalement du côté du désir et du plaisir éventuellement sublimés. Dans cette perspective de l’excès, de l’extrême, du besoin et de l’insensé, la passion peut être rapprochée d’un autre concept qui n’est pas psychanalytique, celui de violence. En effet, la passion comme la violence sont très généralement consenties à l’adolescence.

17Passion et violence sont toutes deux des forces qui « abusent », c’est-à-dire des forces excessives, « mal usées » et malaisées à domestiquer. Au-delà de l’agressivité qui libidinalise la relation, la violence comme la passion sont des contraintes brutales qui manifestent une exigence de l’autre, un désir de maîtrise et d’emprise ardente et violente sur ce même autre. Toutes deux cherchent à asservir l’autre à leur propre projet.

18Ainsi, le désir exclusif et farouche du sujet, désormais désubjectivé, est propulsé chez autrui pour qu’il soit désir de l’autre. De la sorte, il ne faut pas uniquement désirer le désir de l’autre mais le maîtriser pour qu’il soit un désir mélangé au propre désir du sujet. L’autre ne doit exister que pour lui-même. Par ailleurs, il y a dans l’affect de passion, le besoin de souffrir mais aussi, le besoin d’emprise et de pouvoir sur l’objet. C’est pourquoi il est possible de dire que la passion est l’ennemi de l’amour. C’est une violence de l’amour, amour insensé et insupportable, lié au besoin de l’autre plutôt qu’à l’expression du désir.

  • 16 Cf. Sandor Ferenczi (1933), « Confusion de langues entre les adultes et l’enfant », in Œuvres compl (...)

19Violence et passion sont inséparables. Ainsi, dans la séduction traumatique, la passion sexuelle apportée par l’adulte est une pure violence à l’endroit de l’enfant16. De ce fait la passion mène à la perversion et à la destruction. Ici la passion n’est pas vitale et vivifiante, elle est mortifère. Le traumatisme qui surgit dans l’après-coup de l’adolescence pubertaire peut à son tour engendrer un déchaînement passionnel et une véritable addiction particulièrement dans le domaine de la sexualité. A cet égard, la traumatophilie pathologique et la répétition inféconde qui s’y déploie, risquent d’emprisonner le jeune sujet, objet de ses pulsions primitives et féroces, dans un cercle traumatique et victimotropique funeste, jusqu’à en périr d’extase.

  • 17 Jean Guillaumin (1986), « L’adolescence et la séparation. La position amoureuse comme défense contr (...)

20Jean Guillaumin (1986) décrit l’état amoureux déréglé et démesuré par l’aveuglement et l’addiction qui sont un échec ou simplement un évitement du travail de deuil que doit provoquer l’acceptation inévitable de la réalité mais surtout l’acceptation de l’ambivalence qu’elle entraîne. Ainsi, note cet auteur : « Par l’aveuglement amoureux, le sujet se donne le moyen de traiter en quelque sorte sans le savoir, par déplacement projectif, en agir sentimental, et souvent matériel, à travers des choix d’objets incongrus, imprévus, marginaux, choquants pour le milieu, sa défiance et son défi à l’égard des interdits internes de l’enfance et de l’adolescence. De là sans doute cet aspect de perversion affective que l’état amoureux prend aux yeux de certains observateurs17. » En conséquence, il vaut mieux souffrir en acceptant le manque que de souffrir en refusant la perte et vivre dans l’élation et l’illusion de la toute-puissance car ainsi que l’écrit Roland Gori (2002) « faut-il être fou pour croire que l’on vous aime ? »

Passion et castration

21Rappelons que c’est dans les trois essais sur la théorie de la sexualité (1905) qu’une différenciation est faite par Freud entre Liebe (ce qu’il dénomme l’amour normal) et Verliebtheit ou passion amoureuse, « énamoration » au sens lacanien, état passionnel et violent dont le but sexuel n’est pas prioritaire mais en suspens. L’énamoration est caractérisée par la passion qui réveille et ressuscite la haine primitive. L’excès et l’extrême de l’amour, c’est la passion, l’amour passionnel (Verliebte Leidenschaft). Cet amour impossible impose la fusion, la passivité de l’amour absolu, de l’amour fou, de l’amour à mort.

22Les exemples de ferveur amoureuse dans la littérature ne manquent pas. On peut évoquer bien entendu Roméo et Juliette, exemple typique de passion adolescente, comme expérience extrême, totale et… mortifère. Le destin des pulsions passionnelles est souvent tragique.

23De même, Les souffrances du jeune Werther de Goethe, ouvrage qui entraina de nombreux suicides dans les années suivant sa parution (1774), illustrent parfaitement la passion dans son expression paroxystique pour un objet-besoin qui ne cesse de se dérober.

  • 18 Goethe (1774), Les Souffrances du jeune Werther, op. cit. p. 139.
  • 19 Id., p. 140.
  • 20 C’est ainsi que le chantait formidablement le poète Alphonse de Lamartine (1818) dans « L’isolement (...)

24Dans un amour impossible et sans espoir pour Charlotte (Lotte), le « malheureux Werther », esclave d’une passion furieuse et sans bornes, blessé à la fois dans son amour-propre et dans son amour, est acculé à l’inertie triomphante, à la castration et au suicide. Il est contrarié dans son besoin de saisir, posséder, s’approprier, s’incorporer (ingérer) l’objet de ses désirs, l’objet-Tout de son manque et de sa défaillance, figure par excellence de l’insaisissable et du vide affreux : « Hélas ! ce vide affreux que je sens dans mon sein ! – Je pense souvent : Si tu pouvais une fois, une seule fois, la presser contre ce cœur, tout ce vide serait comblé18 ». Le héros de Goethe, victime et martyr de la passion, éprouve en lui et autour de lui une vacuité épouvantable : « Je possède tant de choses ! et penser à elle dévore tout. Je possède tant de choses ! et sans elle tout se réduit à rien19. » Dans la relation passionnelle sujet et objet vivent dans l’exclusion et la fusion. Ils ont le sentiment d’être séparés du monde et si l’objet venait à s’absenter ou disparaître, le monde se viderait, le temps se bloquerait20.

25Dans la relation passionnelle, il existe une sensation de plénitude avec l’objet convoité, l’objet cause de la passion, l’objet idéalisé voire idolâtré (« elle est parfaite »). L’investissement affectif est total dans l’objet d’amour passionnel (« au point que tout s’anéantisse autour de vous […] et le monde entier s’évanouit autour de moi », dit Werther. Plongé dans un dilemme entre extase et douleur, la seule issue paraît être la destruction et la mort « … ; et moi, avec délices et volupté, je vide à longs traits la coupe que pour ma perte elle me tend ».

  • 21 Stefan Zweig (1927), La confusion des sentiments, Paris, Poche, 1991, p. 27.

26Un autre exemple de passion marquée par l’idolâtrie et la vénération est emprunté au roman de Stefan Zweig (1927) La confusion des sentiments21. L’auteur célèbre d’Amok et du Joueur d’échec révèle dans ce livre une relation passionnelle entre un étudiant et son professeur, que le narrateur compare à une réelle relation de maître à esclave. « Je ne pouvais pas bouger, j’étais frappé au cœur…, dans l’élan fougueux de tous mes sens, je venais pour la première fois, de me sentir conquis par un maître, … je venais de subir l’ascendant d’une puissance devant laquelle c’était un devoir absolu et une volupté de s’incliner ».

27Fidèle comme un esclave, gravement éprouvé par le manque, confiné dans une totale indigence affective, le passionné clame et crie son innocence à l’image du jeune Roland dans La confusion des sentiments : « Pourquoi me martyrise-t-il ?… Pourquoi me hait-il tellement ?… Que lui avais-je fait ?… Que fallait-il que je fisse ?… Comment l’apaiser, puisque j’ignorais en quoi je l’avais blessé ? … Que faire ?… Que faire ? ». (p. 88) La détresse est immense et ne rencontre aucune consolation.

  • 22 Celle-ci est littéralement accomplie dans le film : L’empire des sens d’Oshima (1976).

28La notion de passion est aussi communément associée à une relation amoureuse « bilatérale », une dépendance amoureuse croisée et partagée, où le sexe et sa pervertisation sont d’ailleurs loin d’être absents. Jouissance et mort sont étroitement associées. Dans beaucoup d’exemples de relation passionnelle interactive, un point commun les réunit : la mort ou la castration22. Mort comme unique expérience, « extrême de l’extrême », pour donner sens au vécu passionnel, mais aussi, parce que la mort seule abolit le temps, la contingence, transformant la passion, expérience fusionnelle inextinguible, en un éternel unique devant échapper (dans un esprit romantique) aux contingences sociales (Roméo et Juliette !), temporelles. Mort en tant qu’expérience inaboutissable, se refermant sur elle-même, et renfermant les amants dans un réel absolu, l’impossible (Lacan), peut-être parce qu’il s’agit d’une relation imaginaire infernale où, fondus l’un dans l’autre, captés par leurs images en miroir (ils se reflètent plus que l’un l’autre), ils sont aussi saisis par l’image de leur relation. Ils ne peuvent plus jouir, finalement, que dans cette délicieuse torture consentie, hymne total à un narcissisme fusionnel. Enchaînés l’un à l’autre les deux protagonistes n’éprouvent du plaisir-jouissance que dans l’isolement de l’espace et du temps. Dans une alliance absolue, tout lien est coupé avec la famille et la vie sociale. La passion est une sorte d’hymne à l’inutilité. Les amants dans une quête permanente du nirvana de l’état zéro, devenant indispensables l’un à l’autre, perdent toute utilité sociale, et l’absolu de cette inutilité n’est-il pas la mort ? La passion est, en effet, un amour de mort, une mort dans la vie.

Passion et douleur

29Selon Le dictionnaire historique de la langue française, le mot passion vient du verbe pati qui signifie subir, souffrir (la Passion du Christ…) et dans ce précieux ouvrage on y voit que le poète Pierre de Ronsard (1569) y donnait déjà le sens de « souffrance torturante provoquée par l’amour ».

30La passion est, en conséquence, douleur à l’état pur qui affecte le moi dans sa dimension psychique et corporelle. Mais la passion développe aussi la haine ou s’y adjoint. Car dans la relation passionnelle amoureuse, où la victime est a priori difficile à nommer entre l’aimant et l’aimé, le sujet amoureux « veut » et « en veut » à l’objet autre, l’objet de la passion, source de la douleur. En effet, si dans l’amour, il y a du plaisir, la passion n’est que douleur.

31Dans cette optique de la négation de l’existence et de l’identité de l’objet, la passion amoureuse traduit le besoin d’incorporer l’autre, de fusionner avec lui. Il y a dans cette situation une exigence d’être ensemble et de se confondre. Le passionné a en effet horreur de la différence, de l’altérité. L’autre ne peut être que lui-même, c’est son idéal. Il lui appartient. L’objet est parfaitement identifié à l’idéal. Il n’est pas seulement idéalisé, car c’est le moi Idéal dans le sens du narcissisme illimité et primaire du sujet qui, dans cette occurrence, triomphe.

32A ce titre, dans la logique perverse du déni de la castration et du manque, on peut relever une grande analogie entre la passion et le fétichisme. L’objet d’emprise et de passion est, en conséquence, devenu un objet fétichique et fétichisé ayant la fonction d’une « chose » qui remplit les béances narcissiques.

33Par ailleurs, la passion qui recommande l’exclusive et l’exclusion, conduit droit à la dépendance torturée et jalouse, au sentiment d’échec et à la mort de toute relation ouverte et heureuse. C’est un amour tyrannique. Néanmoins, le sujet passionné on devrait dire « passionnel », est lui-même habité par la douleur et par l’angoisse intensément vécue d’abandon et de perte. Jouissance et souffrance (passio) sont entremêlées dans la relation passionnelle. A cet égard, la passion possède incontestablement un lien avec la dualité perverse sadomasochique. Il y a en effet dans cette inclination impossible un amour inconditionnel et inconscient de la douleur, qu’elle soit subie ou infligée à autrui.

34La passion et la souffrance sont plus que jamais indissociables, traduisent l’affliction, voire le supplice dans l’amour excessif. « J’aime donc je souffre ; Je souffre donc j’aime ». La passion est douleur et mélancolie car elle est excès et extrême, pervertisation et exception de l’amour.

35La mélancolie est précisément dépeinte par la passion dans sa double acception de douleur et de lien sans faille.

36De même, il s’avère tout à fait accessible de repérer une corrélation fondamentale entre mélancolie et position victimaire. C’est ce qui explique en effet que certains patients, dans un mouvement mélancolique, nous disent qu’ils ont subi un préjudice, qu’on leur a dérobé quelque chose, qu’ils sont indignes et que leur histoire est celle d’une longue et perpétuelle indignité.

  • 23 Cf. mon abord sur le plan théorique et métapsychologique de la mélancolie ainsi que l’analyse du ra (...)
  • 24 Elsa Schmid-Kitsikis (2001), La passion adolescente, Paris, In Press, p. 162.
  • 25 Ferdinand Alquié (1943), Le Désir d’éternité. Paris : PUF, 1983.
  • 26 Elsa Schmid-Kitsikis (2001), op. cit., p. 163.

37Le mouvement mélancolique, comme état extrême de l’amour amer23, conduit au désêtre et à la mortification. Comme maladie de la passion et comme affection violente, la mélancolie marque l’omnipotence et la tyrannie de la douleur sur le plaisir. Il s’agit d’une maladie de la passion mais également d’un trouble de la mémoire. « Passion d’abord, écrit Elsa Schmid-Kitsikis, où amour et haine s’entremêlent et pérennisent sa flamme en prenant appui sur l’incorporation de l’objet perdu. Mémoire ensuite, par son pouvoir perceptif qui oblitère la voie qui mène à l’oubli24 ». Dans la passion mélancolique le temps se fixe et s’anéantit. La passion est le désir d’éternité dont parle le philosophe Ferdinand Alquié25. Fantasme d’infinitude, elle abolit le temps. Elle n’existe que dans le présent, l’ici-maintenant. L’objet peuple la vie pour l’éternité. La question du désespoir ne se pose plus, car espérer-désespérer implique la structuration temporelle. La mort habite et remplit le psychisme du sujet mélancolique. C’est un être dont le temps s’est arrêté, un « être-entre-deux-morts ». De même, dans la passion mélancolique, on ne peut pas ne pas évoquer le problème de la douleur qui affecte la mémoire. La violence de la mémoire mélancolique est dominée par la remémoration obsédante qui suspend et immobilise le temps. Ainsi, lorsque la relation personnelle se fissure, le deuil pathologique surgit car « la perte ne devient pas absence, ne s’inscrit pas dans le temps, ne fournit pas d’espace pour la remémoration26 ».

Passion et narcissisme

  • 27 Platon, Phèdre, Paris, GF, Flammarion, 1989.

38L’amour passionnel est en conséquence narcissique et auto-objectal à travers autrui. C’est en effet du sujet qu’il s’agit lorsque celui-ci aime une autre personne. Le sujet aime généralement l’autre en tant qu’image dédoublée de soi, en tant que représentation symétrique et idéale de lui-même. C’est ainsi que Platon écrivait dans son premier dialogue le Phèdre « Sur le beau » : « … Il (l’éromène) ne peut dire la cause de son mal, et il ne s’aperçoit pas qu’il se voit dans son éraste (l’amant) comme dans un miroir27 ». Dans ce processus spéculaire, l’autre est soi-même réfléchi. Mais la phrase de Platon peut aussi prendre un autre sens, l’objet aimé se voit et se reconnaît enfin lui-même au travers du regard-miroir de son amant. Ceci rappelle étrangement le stade du miroir ? L’éromène se voit aimé et se voit tout court : « Oui, c’est bien moi qu’il aime ». L’amour le rend à lui-même : « Cet autre qu’il aime c’est moi ».

  • 28 Goethe (1774), Les Souffrances du jeune Werther, op. cit., p. 49.

39Le narcissisme est particulièrement patent dans la passion qui est profondément homoérotique et homosexuelle ainsi d’ailleurs que le décrivent les anciens manuels de psychologie sous l’expression d’amitiés particulières, forme de relation ambiguë chez les adolescents. Souvenons-nous également de la phrase défensive et « égophile » du jeune Werther : « Je rentre en moi-même… et j’y trouve un monde » (22 mai 1771)28. La passion trouve ainsi une compensation et une condensation sujet-objet dans l’investissement et le retrait narcissiques.

  • 29 Philippe Gutton (1989), « La passion est d’enfance », Cliniques méditerranéennes, 23-24, 1989, p. 2 (...)

40Notons que la mélancolie comme deuil pathologique, semble être l’expression d’une « maladie » narcissique essentielle. En effet, si le moi se laisse dans cette situation pathétique et pathologique entièrement absorber par l’objet disparu, c’est que probablement il était édifié sur des bases narcissiques fragiles. La douleur est, en effet, archaïque. La passion est originaire. Elle est d’enfance, pour reprendre la formule de Philippe Gutton29. Elle est liée à ce que Freud (1915) avait appelé Hilflosigkeit (état de détresse), désignant un dénuement global chez le nourrisson. Celle qui agit dans le présent réactualise un trauma originel. Assurément, la personne passionnelle a été insuffisamment narcissisée dans son enfance. Elle a subi une insécurisation affective par excès de trop ou par excès de pas assez d’amour. Dans cette optique, il est facile de relever qu’il existe indubitablement une liaison entre la passion et le narcissisme. Dans la situation du « trop », du « quantitatif », on peut concevoir que le sujet passionnel a été paradoxalement « trop » attaché à sa mère, créant une identification-confusion avec celle-ci (enfant dévoré et amalgamé avec le moi de la mère). Ainsi suite à cette identification primitive, il s’identifie à son tour à l’objet qu’il dévore (identification anthropophagique dans laquelle l’autre est incorporé et anéanti).

Passion et idolâtrie

41D’autre part, dans la large problématique passionnelle, je pense à une autre configuration de la passion, tout à fait actuelle, celle de l’idolâtrie des fanatiques pour une « star » de la chanson par exemple. Certains y consacrent un véritable culte s’enfermant dans un monde irréel. On peut s’interroger sur le déficit et la précarité narcissique ainsi que la faille identificatoire de ces fans qui ont besoin de se confondre entièrement avec l’objet aimé. Dans cette forme de passion idolâtrique-fétichiste (cf. la jouissance du toucher un objet que l’idole a touché, un vêtement qu’elle a porté…) la perversion n’est pas absente : surinvestissement des pulsions partielles (voir, toucher, etc.), scénarios, survalorisation de l’objet, fermeture (on vit sa passion entre initiés) etc.

  • 30 Cf. La chanson de Marilyn Manson « Disposable teens » (Les Ados jetables), extrait ci-dessous, in H (...)
  • 31 Cf. les nombreux sites Internet consacrés à ce personnage.
  • 32 Philippe Gutton (2002), Violence et adolescence, Paris, Editions In Press, p. 204.

42Ce type d’attachement démesuré se retrouve particulièrement chez les adolescents et jeunes adultes qui parfois vénèrent et s’identifient d’une façon forte, destructrice et mortifère, à une star de la musique rock. Je pense, par exemple, aux nombreux adolescents qui se sont identifiés au chanteur mythique Kurt Cobain (du bien nommé groupe Nirvana) étrangement suicidé, et plus récemment à une star de rock métal qui a pour pseudonyme le nom de « Marylin Manson ». Mi-homme mi-femme, ce personnage macabre et violent, effraie par son style gothique et morbide, mais nombre d’adolescents en mal de « narcissisme de vie » insatisfaits de leur existence, se sentant rejetés30 voient en lui : l’incarnation de l’anti-héros, nageant à contre-courant de la morale catholique. C’est en cela qu’il plait. Il dit de lui : « Je suis l’antéchrist des valeurs américaines. […] L’Amérique d’aujourd’hui a peur de ce qu’elle a semé. Tant pis pour elle si nous en sommes le résultat31. » Il semble que certains adolescents aient commis des actes de barbarie parce qu’ils étaient idolâtres de Manson. Ce qui détermine la passion c’est justement la force de l’acte. En effet, la violence des éprouvés passionnels parvient mal ou peu dans le langage. Ainsi écrit P. Gutton (2002) : « Oui la passion se situe du côté du non représenté, voire de l’irreprésentable, assurément du difficile de l’impossible à dire. Si la relation entre sujets se localise entre chair et langage, la passion susceptible de les unir et désunir à la fois est au plus près du corps, déboutant la parole32 ». La passion est sans mots mais également sans frontière. Elle n’a ni limite ni morale. Elle est sans scrupule. Dans la passion de la douleur et de la jouissance, le drame est que l’on est fondamentalement seul, brûlé par un indicible.

43On ne peut citer tous les exemples de passions adolescentes ou de passions à l’adolescence tant elles sont innombrables. Toutefois, ce qui prévaut dans toutes ces situations de terreur de l’amour, c’est la quête éperdue de l’objet-autre, l’objet convoité de l’insupportable manque. Le sujet passionnel est comme amputé, à l’instar du mythe aristophanesque de l’androgyne sphérique coupé en deux. C’est pourquoi on peut dire que la passion, qui a un lien étroit avec le féminin et la castration, engendre un vécu douloureux de mutilation pouvant se concrétiser dans la réalité par une auto-attaque du corps. Intolérant à la frustration et au manque, le passionné peut véritablement éprouver un sentiment de mutilation corporelle. A ce propos rappelons que Roland Barthes comparait la passion à la douleur que provoque l’amputation d’un membre. N’oublions pas de même, que dans la langue ancienne on appelait d’ailleurs passionné celui « qui a subi une souffrance physique ».

44Ce sentiment d’amputation peut d’autre part déboucher sur un réel besoin de traumatisme autodestructeur et automutilatoire, expression d’un masochisme ou d’un sadisme retourné contre la personne propre substituée en bourreau d’elle-même.

45En conséquence, lorsque toute tentative de séparation d’avec l’autre devient une effroyable menace pour son intégrité psychique, lorsque la désunion affective devient analogue à la mort ou réexhume la haine virulente et envenimée de la castration, la passion comme la violence qui sont des postulats de vie inhérents à la constitution psychique de l’humain, peuvent être aussi douleur et aveuglement, douleur par la répétition même des affects et agirs pénibles et mortifères dans la sollicitation ininterrompue d’une éternité profondément jouissive.

Notes

1 Le jeune poète, afin d’accéder à l’inconnu, va ainsi commencer à détruire le connu, ce monde vieux, « abject et stérile ». (Cf. supra, « Rimbaud, le cœur meurtri »).

2 Cf. Lettre de Arthur Rimbaud adressée à son ami Paul Demeny (15 mai 1871, in Œuvres complètes, op. cit.). A propos de cette passion d’amour, de « folie » et de « souffrance », on connaît la relation passionnelle entre Arthur Rimbaud et Paul Verlaine et leurs descentes aux enfers.

3 Christian David (1971), L’état amoureux, Paris, Payot.

4 « Je est un autre » cette formule qui signe la désubjectivation et le clivage intrasubjectif est énoncé par Rimbaud qui est, je le rappelle, parfaitement contemporain de Freud par la naissance.

5 Roland Gori (2002), Logique des passions, Paris, Denoël, p. 32.

6 Voir les conceptions de Jeanine Chasseguet-Smirgel (1984) concernant l’« hybris », in Ethique et esthétique de la perversion, Paris, Champ-Vallon, 1984.

7 Gérard Bayle (1991), « Trauma sexuel, blessure narcissique et carence narcissique », Revue franç. de psychanalyse, 4/1991, p. 918.

8 Philippe Gutton (2002), Violence et adolescence, Paris, In Press, p. 205.

9 Gaëtan Gatian de Clérambault (1921), L’Erotomanie, Le Plessis-robinson, Synthélabo, 1993.

10 Georges Pragier (1986), « Le sexe des anges, pulsion d’emprise et confusion des générations », Bulletin de la Sté psychanalytique de Paris, 10, p. 93-110.

11 Donald Woods Winnicott (1947), « La haine dans le contre-transfert », in De la pédiatrie à la psychanalyse, Paris, Payot, 1969.

12 Sigmund Freud (1914), « Pour introduire le narcissisme », in La vie sexuelle, Paris, PUF, 1970, p. 104.

13 M. Masud r. Khan (1976), « Entre l’idole et l’idéal », Nouvelle Revue de psychanalyse, n° 13, 1976, p. 259-63 (article traduit de l’anglais par J.-B. Pontalis).

14 Sigmund Freud (1915), « Pulsions et destins des pulsions », in Métapsychologie, trad. coll., Paris, Gallimard, 1991, p. 42.

15 Goethe (1774), Les Souffrances du jeune Werther, Paris, Poche, 1999, Lettre du 16 juillet 1771, p. 82.

16 Cf. Sandor Ferenczi (1933), « Confusion de langues entre les adultes et l’enfant », in Œuvres complètes, Psychanalyse, T. 4, Paris, Payot, 1982, trad. par l’équipe du Coq Héron, p. 125-138.

17 Jean Guillaumin (1986), « L’adolescence et la séparation. La position amoureuse comme défense contre la dépression par mise en réserve des deuils ineffectués et ses échecs suicidaires », Adolescence, 4, 2, 1986, p. 293.

18 Goethe (1774), Les Souffrances du jeune Werther, op. cit. p. 139.

19 Id., p. 140.

20 C’est ainsi que le chantait formidablement le poète Alphonse de Lamartine (1818) dans « L’isolement » (Méditations poétiques) :
Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.
… Qu’importe le soleil ? Je n’attends rien des jours.

21 Stefan Zweig (1927), La confusion des sentiments, Paris, Poche, 1991, p. 27.

22 Celle-ci est littéralement accomplie dans le film : L’empire des sens d’Oshima (1976).

23 Cf. mon abord sur le plan théorique et métapsychologique de la mélancolie ainsi que l’analyse du rapport entre la passion et la persécution subie (voir H. Maïdi, 2003, La plaie et le couteau).

24 Elsa Schmid-Kitsikis (2001), La passion adolescente, Paris, In Press, p. 162.

25 Ferdinand Alquié (1943), Le Désir d’éternité. Paris : PUF, 1983.

26 Elsa Schmid-Kitsikis (2001), op. cit., p. 163.

27 Platon, Phèdre, Paris, GF, Flammarion, 1989.

28 Goethe (1774), Les Souffrances du jeune Werther, op. cit., p. 49.

29 Philippe Gutton (1989), « La passion est d’enfance », Cliniques méditerranéennes, 23-24, 1989, p. 227-236.

30 Cf. La chanson de Marilyn Manson « Disposable teens » (Les Ados jetables), extrait ci-dessous, in Holly Wood.

And I’m a black rainbow.
And I’m an ape of God
I’ve got a face that’s made for violence upon
And I’m a teen distortion
,
Survived abortion.
A rebel from the waist down

Et je suis un arc-en-ciel noir.
Et je suis un gorille de Dieu
J’ai un visage qui est fait pour la violence
Je suis une déformation d’adolescent
J’ai survécu à l’avortement.
Un rebelle de la tête au pied.

31 Cf. les nombreux sites Internet consacrés à ce personnage.

32 Philippe Gutton (2002), Violence et adolescence, Paris, Editions In Press, p. 204.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search