Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Deuxième partie. Le corps à l’adolescence, son image et ses éprouvés

Chapitre III. Guillaume : le beau et le laid

Texte intégral

  • 1 « Le moi est avant tout un moi corporel, il n’est pas seulement un être de surface, mais lui-même l (...)

1Dans une quête permanente et oscillatoire entre l’idole et l’idéal, l’adolescent qu’il soit généralement fille ou garçon, investit et recherche tout ce qui a un rapport avec le « beau », avec la beauté de l’image du corps et tout ce qui implique la perception d’une représentation corporelle idéale, c’est-à-dire une image fantasmée, convoitée et désirée, de soi-même. A ce niveau, le corps est, de fait, confondu avec le moi ou plus exactement le moi est une figuration du corps. « Le moi est avant tout un moi corporel », écrivait Freud1.

2Il faut souligner que ce concept du beau, particulièrement brigué et revendiqué à l’adolescence, a ses bases dans le champ pulsionnel sexuel. Il est directement lié à la pulsion scopique, au « désir du voir » et à ce que l’on pourrait appeler « l’envie » non pas au sens kleinien du terme mais au sens du désir du corps et du corps du désir. Le beau, en effet, comme affect de l’ordre de la jouissance ne peut être disjoint du sensuel et du sexuel.

3Dans ce sens, il est nécessaire d’indiquer que lorsque dans la mythologie Narcisse se voit dans la source, il n’est pas amoureux de son reflet, parce que c’est l’image de son propre corps, mais il est amoureux parce que la forme qu’il voit est belle. C’est la forme parfaite et sublime reflétée dans l’eau qui l’attire, le charme, le fascine, voire l’excite.

  • 2 A cet égard, le mythe de Narcisse ne ressemble-t-il pas à celui d’Hermaphrodite ? Cf. André Green « (...)

4En conséquence, l’attrait narcissique, homoérotique et homosexuel, qui est consubstantiel à la question du beau est, pourrait-on dire, une des « maladies » de l’adolescence. L’attention et la concentration libidinale narcissiques, l’égophilie, et l’investissement pulsionnel de la représentation de soi dans le fantasme traduisent, en effet, à l’âge de l’adolescence l’importance de l’inclination homoérotique et homophilique qui sous-tend le fantasme et l’intérêt à cette période du développement pour le corps « uni-sexué », pour le corps androgyne ou la neutralité du genre2. De ce fait, cette attirance singulière de soi-même, et de soi-même à travers l’« autre », va habituellement permettre le travail psychique fondamental pour l’acceptation et l’accession à une identité sexuée définitive et la sollicitation d’une relation objectale et complémentaire des sexes.

  • 3 Cette notion d’« envie » est utilisée ici différemment de l’approche de Melanie Klein et celle de C (...)

5De ce point de vue, le narcissisme adolescent, « amour de soi » ou d’une façon exagérée ce qui est possible de dénommer l’« auto-envie »3, apparaît de même comme une tentative pour conserver une unité psychocorporelle troublée et menacée. Ainsi, parce que l’on a été normalement et suffisamment aimé, il faut, en quelque sorte, s’aimer d’abord (narcissisme vivifiant) pour arriver ensuite à aimer autrui et ne pas se disloquer (narcissisme destructeur).

  • 4 Cf. Houari Maïdi (2005) « Le corps du problème » in Adolescence, Perversion ?, 57, 2006, T 24, n° 3 (...)

6Dans cette optique, il est essentiel de souligner que le « problème du corps » qui est le « corps du problème »4 à l’adolescence, semble assurément s’enraciner dans la réminiscence des « traumas » de l’enfance. A cet égard, ce qui nécessairement advient à l’adolescence, le pubertaire psychique, ne peut être totalement séparé de l’infantile le plus archaïque. Si, de fait, l’homoérotisme narcissique pubertaire est un phénomène banal à l’adolescence, sa fixation et sa structuration, comme seule modalité de satisfaction libidinale, semblent reliées aux « traumas » de la prime enfance. Si comme l’écrit à juste titre Philippe Gutton (2001) : « Les processus homosexuels naissent à la puberté », certaines de leurs conceptions paraissent se situer et se réaliser dans la relation primordiale, dans la rencontre esthétique, qui unissent l’imago maternelle à l’enfant. Ainsi, le genre masculin ou féminin, s’il rencontre quelques ordinaires et inhérentes « turbulences » ou confusions à l’adolescence, n’est plus surement et solidement acquis qu’en fonction du type et de la « qualité » de la relation de sexuation, d’identification et d’assignation d’un genre (gender) par l’adulte à l’endroit de l’enfant. Dans cette direction, Stoller a bien mis en évidence que c’est la mère qui choisissait le sexe de son enfant.

  • 5 Dans Masculin ou féminin ? R. Stoller (1985) résume l’étiologie supposée à l’origine de l’identité (...)
  • 6 Voir à ce sujet J. Laplanche (2003), « Le genre, le sexe, le sexual », in Sur la théorie de la sédu (...)

7Aussi, dans la perspective de la transmission primitive du « sexuel » dans le sens adulte-enfant, il est important de relever que le genre, à différencier en psychanalyse du sexe, est encore implanté dans l’enfant de l’extérieur. Le genre est acquis et « assigné »5. En conséquence, c’est l’environnement le plus primordial qui « assigne » le genre dans un message soumis au travail de traduction de l’enfant6. C’est par le corps que s’implante le sexuel adulte dans l’enfant. De la même façon que le genre est assigné à l’enfant par l’adulte. A ce propos écrit J. Laplanche (2003) : « L’assignation est un ensemble complexe d’actes qui se prolonge dans le langage et dans les comportements significatifs de l’entourage. On pourrait parler d’une assignation continue ou d’une véritable prescription. Prescription dans le sens où l’on parle des messages dits « prescriptifs » ; de l’ordre donc du message, voire du bombardement de messages. » (p. 81) De la sorte, le genre qui est déterminé par l’assignation, souligne le primat de l’autre – l’enfant avant d’être sujet masculin ou féminin est identifié comme – dans le processus de sexuation et de subjectivation sexuée. Ainsi, l’adulte prescrit à l’enfant d’être comme. Il assigne le genre à l’enfant et lui transmet ou introduit également du sexual, qui n’est pas le sexué. Ici il s’agit essentiellement du sexuel pervers infantile. Le sexual se définirait, en effet, par ce qui est refoulé et « réprimé » par l’adulte et qui est conféré à l’insu de l’enfant.

8Guillaume est âgé de dix-neuf ans. C’est un brillant étudiant, émotif, particulièrement sensible à la question du « savoir et de l’intelligence ». D’ailleurs, précise-t-il dans une des séances de psychothérapie, s’il m’a choisi comme thérapeute c’est parce qu’il estime et il faut que je sois « autant intelligent sinon plus que lui-même ». Il rapporte, par ailleurs, qu’il « manque de confiance ». Inhibé et paralysé par de « nombreux scrupules », il ne sait pas dire non et « n’aime pas décevoir les gens ».

9D’emblée il annonce son homosexualité et m’interroge avec une certaine méfiance et de défiance sur mon éventuel « homophobie ». L’ayant, je crois, rassuré en veillant scrupuleusement à ne pas manifester de contre-transfert hostile pouvant compromettre la thérapie, en ne mettant en avant ni mon aversion (homophobie) ni ma propension (homophilie) vers l’homosexualité, il déclare souffrir de cette identité de genre qui est vécue difficilement et en secret. Il affirme vouloir rechercher surtout de l’affection et pouvoir donner de l’amour à quelqu’un car « on ne peut pas être heureux sans amour ».

10Guillaume est par trop exigeant avec lui-même et pas suffisamment avec les autres.

  • 7 Francis Pasche (1963), « Note sur la structure et l’étiologie de l’homosexualité masculine », in A (...)
  • 8 Sous ce rapport, voir notre étude du « cas » Schreber dans H. Maïdi (2003) La plaie et le couteau – (...)

11Son histoire est notamment marquée par une éducation religieuse catholique sans faille. Sa famille, aisée, est très croyante. Guillaume soutient que son père consent à tout sans discussion à sa femme. Il dit toujours « Amen ». La mère ne semble pas reconnaître l’autorité du père qui apparaît faible devant sa femme. De ce fait, la mère s’avère être le modèle de référence quant aux processus identificatoires liés au sexe, au caractère, au surmoi et à l’idéal du moi. A ce propos Francis Pasche (1963)7 avance que « le père ne peut entrer dans la composition de l’idéal du moi de l’homosexuel, car il s’est toujours agi pour celui-ci beaucoup plus d’avoir le père que de l’être, celui-ci est ravalé au niveau d’un objet sexuel. »8

12Par rapport à son homosexualité, Guillaume est allé plusieurs fois se confesser à un prêtre. Il souffre de ne pas pouvoir communier. Mais il « croit en Dieu qui est toujours là ».

13Comme pour expier cette « contrainte homosexuelle », il aimerait « travailler dans les pays pauvres, faire de l’humanitaire ». L’homosexualité est vécue comme une lourde charge, une faute, une culpabilité extrême comme outrage à Dieu. Guillaume s’en veut de mener « une vie de débauche, de fréquenter les saunas », de suivre et d’avoir un « mauvais genre » et reprend à son compte la position de l’Eglise qui considère « l’homosexualité comme un péché mortel ». C’est pourquoi il a « besoin de se rassurer et se racheter ». Il a d’ailleurs travaillé ponctuellement auprès de personnes indigentes et sans abris à Paris. « Ce n’est pas normal que certains crèvent de faim », proteste-t-il. « Aider son prochain » est son leitmotiv. Cependant, tout en énonçant cette sensibilité généreuse et ce mouvement altruiste, il s’autocritique et déclare : « J’espère que ce n’est pas pour me donner bonne conscience ».

14Dans les moments de grande détresse, il exprime son besoin de punition mais aussi d’extinction de son excitation qu’il considère du point de vue moral et surmoïque comme condamnable. Il a le sentiment qu’il ne peut agir autrement contre ses addictions génitales, son inclination « compulsive » homoérotique et homosexuelle. Confronté à un vif conflit intrapsychique et intersystémique, il se sent impuissant et incapable d’inverser l’« inversion » sexuelle ainsi que sa conscience (morale parentale) le lui recommanderait. Déficient et faible face aux assauts pulsionnels externalisés et mis en actes, il aimerait bien mourir, aller en enfer. Sa vie, assure-t-il, est influencée par le « dévergondage » et l’excès condamnable dans la jouissance des plaisirs sensuels. Bien qu’il ne soit pas « suicidaire, il pense souvent à la mort ». Le masochisme moral est aussi exprimé. Il est, toutefois, consciemment refoulé et rétracté : « J’aspire inconsciemment au malheur ou bien qu’on me plaigne. J’aime bien qu’on me plaigne. Mais je suis gêné et honteux par rapport à cela, de penser ainsi ».

15Les propos de Guillaume sont bien souvent imprégnés par des sentiments de culpabilité et de honte. Ainsi, il pense finalement qu’il n’est pas à plaindre et que d’autres personnes sont plus malheureuses que lui. D’autre part, il se culpabilise même d’être en psychothérapie : « Cela me gêne de venir ici. J’ai tout ce que je veux. J’ai tout pour être heureux. Je me culpabilise un peu ». La culpabilité de suivre une psychothérapie masque et accompagne une déculpabilisation des figures parentales : « J’ai de bons parents ».

16Très tôt, Guillaume pense avoir été singulièrement et quasiment en permanence attiré par le féminin plutôt que par la femme. Il aimait régulièrement s’identifier à sa mère, objet esthétique « admirable », de préférence qu’à son père. D’ailleurs, insiste-t-il, physiquement, il a l’apparence de sa mère et il en est fier. Il préfère la famille du côté de sa mère. Ils sont plus beaux et plus cultivés. Sa mère souhaitait avoir deux filles. Elle n’en a qu’une seule. Elle voulait avoir une fille à la place de Guillaume. Aussi, pense-t-il, pour ne pas la décevoir, il voulait coller au désir de sa mère. Jusqu’à aujourd’hui encore il souhaiterait avoir les aspects physiques et psychiques maternels. Pour Guillaume, convenir aux attentes de sa mère, satisfaire à son désir, c’est évoluer dans un « genre » féminin et accepter, selon lui, la « passivité », la résignation et la soumission à l’autorité. Ainsi, rappelle-t-il : « Ma mère (à qui je ressemble) me disait que jusqu’à l’âge de quarante-cinq ans, elle obéissait à sa mère. Ma mère avait peu confiance en elle. Ma grand-mère était une bourgeoise, raffinée. Elle avait une certaine classe. Elle aimait les belles choses ».

17La relation de Guillaume avec sa mère paraît tout à fait passionnelle et fusionnelle. Très tôt et continûment, il a psychiquement incorporé toute la mère, ne laissant aucune place à l’identification introjective masculine paternelle. Sans avoir l’air trop efféminé, l’identification au féminin de la femme est totale ne laissant nulle possibilité à la constitution et au surgissement de la bisexualité psychique.

18De même, bien que la mère ne soit pas « parfaite », Guillaume avoue que lorsqu’il était enfant il avait « honte un peu » de ses parents mais surtout de son père (chef d’entreprise) qui « fait un peu paysan et qui n’acceptait pas tout à fait son fils », selon ce dernier. Il dit, néanmoins, avoir eu une belle enfance malgré son comportement « un peu envahissant » et son état fragile : « J’ai fait de l’asthme. J’avais besoin de beaucoup d’affection ». L’asthme comme trouble respiratoire est explicitement associé aux besoins d’amour, d’affection, d’attention et d’attachement à la figure maternelle, à l’objet de soins primordial.

19Plus tard, le comportement de Guillaume au collège était essentiellement caractérisé par l’inhibition relationnelle et l’introversion. Il ne garde d’ailleurs pas de cette période un souvenir favorable : « Ce n’était pas drôle. Je ne prenais jamais la parole en groupe. Je ne jouais pas au football. Je n’étais pas le martyr, le rejeton. J’étais à l’écart du groupe et je défendais ceux qui se faisaient taper dessus ». A cet âge où le conformisme adolescent est de mise, Guillaume affiche sa « différence » et manifeste sa rétractation narcissique. Il est également du côté des battus, des vaincus, et se sent solidaire des victimes.

Le beau et le laid

  • 9 A noter la symbolique phallique à travers l’adjectif itératif « grand » et les contenus organiques (...)

20La thématique du beau est prépondérante dans le discours de Guillaume. A plusieurs reprises dans le courant de la psychothérapie, il revient sur cette question. En réalité, il ne se trouve « pas très moche mais petit avec un grand nez ». Enfant déjà, il avait « peur de grandir ». Il ne voulait pas croître et changer physiquement. Il avait une réelle angoisse de « ne pas bien grandir ». Il faut dire qu’en raison de sa petitesse physique, tout à fait relative d’ailleurs, Guillaume a pris des hormones de croissance. Toutefois, en changeant physiquement, il avait notamment peur que son nez pousse anormalement. De même, affirme-t-il, il avait aussi des « complexes d’avoir des grands pieds »9. Pour Guillaume : « C’est plus joli d’être petit que très grand ». L’inadéquation corps-sexe-psyché et la « peur du changement » ont probablement retardé la métamorphose pubertaire survenue à l’âge de quatorze ans.

21A ce propos, notons que le syndrome dysmorphophobique est fréquent à l’adolescence. Dans cette occurrence, le jeune sujet généralement se plaint d’une disgrâce à propos de difformités corporelles qu’il ressent dans le regard des autres. La certitude que les autres se moquent de lui, trouvent la partie incriminée ridicule, horrible, grotesque, etc. Chez Guillaume la « peur d’une dysmorphie corporelle » est criante. Il s’agit d’une peur de paraître disgracieux ou tout simplement privé de beauté. Il est utile de remarquer que ce « trouble du sentiment esthétique de l’image de soi », s’il n’est pas franchement pathologique ou pathogène lors des « métamorphoses pubertaires », signe néanmoins une vulnérabilité et une difficulté dans le travail psychique et de remaniements nécessaires qui consiste notamment à s’approprier le nouveau moi corporel. Il s’agit d’habiter (indwelling) et d’accepter le corps désormais transformé par la puberté. La tâche n’est toutefois pas toujours accessible. De ce fait, la dysmorphophobie qui est une forme d’hypocondrie de l’apparence marquée par d’importantes et anxieuses préoccupations sexuées risque d’affecter, de retarder ou d’empêcher la capacité de l’adolescent à objectaliser la relation amoureuse et de dépasser l’investissement narcissique et autoérotique corporel.

  • 10 « La beauté exténue le regard » affirmait Marcel Jouhandeau, lui-même rongé par la culpabilité extr (...)

22Nous le formulions, Guillaume est passionné par le beau. Ainsi, relate-t-il une scène d’enfance où la beauté comme émotion et émoi, l’a absorbé et beaucoup troublé. On peut dire qu’il était dans la contemplation au sens de l’extase devant l’esthétique formelle de l’éphèbe. A l’époque il était en classe de sixième. Un garçon véritablement l’hypnotisait par sa beauté10. « Il était beau comme un Dieu. J’étais fasciné par sa beauté. C’est surtout son visage, un visage d’ange, des traits fins… C’était un meneur, aimé des profs ». Face à cette beauté adolescente assujettissante, Guillaume complètement subjugué et totalement séduit par l’autre idéal esthétique, faisait le soir secrètement sa prière et implorait Dieu d’être beau car il « croit énormément en Dieu ». A partir de ce moment, vers l’âge de dix ou onze ans, Guillaume me confie qu’il « ne regardait que les garçons. C’est Dieu qui a choisi… » en ajoutant qu’il a « toujours su qu’il était gay ». Même si des « doutes » ont parfois surgi au cours du traitement analytique sur le thème de son homosexualité névrotique conflictuelle.

  • 11 « Konträrsexuale ».
  • 12 Ceci nous évoque le fameux syndrome de Stendhal qui à la sortie de l’église Santa Croce (Florence) (...)
  • 13 Notons que conforme à la Standard Edition, les traducteurs français distinguent Reiz (stimulus, att (...)

23Dans les Trois essais sur la théorie sexuelle, Freud (1905) qui donne une large place aux « sexuels contraires »11, aux « invertis » et à l’« inversion », écrit dans une note ajoutée en 1915, que le concept du « beau » a ses racines dans le terrain de l’excitation sexuelle. Le « beau » possède toujours un « attrait » (« Reiz ») sexuel et latent12. Tout au long de son ouvrage consacré au développement libidinal et à la sexualité, Freud revient sur cette notion d’« attrait ». « Reiz », en effet, est un vocable au sens double et équivoque. Il exprime à la fois « l’enchantement », le « charme », l’« attrait », c’est-à-dire ce qui produit de l’extérieur la stimulation et l’excitation13. Ainsi, le « plaisir scopique » est dans cette perspective un plaisir sans aucun doute sexuel. Nonobstant, ici l’attrait de l’« autre » à l’adolescence est préalablement, quel que soit le sexe à cette période, un attrait narcissique, homoérotique et homosexuel.

24L’idéal esthétique lié probablement au féminin est sans cesse recherché par Guillaume. La quête de la belle forme, du « beau nez », est devenue comme une obsession. La perception de la beauté formelle, de la forme parfaite, apporte indubitablement un mélange de plaisir, de séduction et d’excitation.

  • 14 Denis Diderot (1752), « Recherches philosophiques sur l’origine et la nature du beau », in Œuvres e (...)
  • 15 Cf. à cet égard l’ouvrage de Luca Pacioli (1509), Divina proportione (divines proportions), illustr (...)
  • 16 « Aime, brûle, car quiconque meurt n’aura point d’ailes pour gagner le ciel » écrivait Michel-Ange. (...)

25La beauté est formelle. Elle concerne la forme, l’harmonie, la perfection. Elle est, en effet, comme l’écrivait l’encyclopédiste Diderot14, une affaire de symétrie, d’équilibre et de mesure dans les proportions. L’esthétique de Diderot est calquée sur le modèle de la Divina proportione15 de la Renaissance (cf. le « Nombre d’or » en peinture à cette époque en Italie). La Renaissance qui, rappelons-le, a été marquée par le culte de la beauté masculine. L’amour des garçons doués d’une beauté parfaite retrouve une place de choix dans la littérature, la peinture et la sculpture. L’exaltation et la glorification du corps masculin par Michel-Ange (1475-1564)16 dans la plupart de ses chefs-d’œuvre en est la plus vibrante démonstration.

  • 17 L’objet vers lequel nous guide l’amour, l’objet « qui nous guérit et nous élève à la parfaite félic (...)

26« Le beau est la splendeur du vrai » disait Platon. Le Beau est lié au Bien, au Juste, au Bon17. Le Beau est une Idée qui symbolise dans le monde du visible la beauté morale, la vérité. (Cf.J. Keats)

27De la sorte, si communément on unit le beau avec le bon, il a été longtemps de mise de joindre le laid avec le faux, le mal, le malin. En conséquence, une facile association était opérée du laid, du mal, de l’odieux et du faux. C’est ainsi que par exemple, au temps des pré-révolutionnaires, chez deux accusés, la laideur et la « mauvaise physionomie » étaient un indice à charge. De ce fait, le beau est par quiconque recherché. Il permet d’échapper au stigmate du mal et de l’exclusion. Néanmoins, l’excès d’investissement narcissique, c’est-à-dire la contemplation de soi ou de l’autre idéal identifié à soi, peut constituer, au-delà des préoccupations psychiques ordinaires et pubertaires de l’adolescence, l’« inversion » et le choix d’objet homoérotique.

  • 18 Donald Meltzer (1975), « La dimensionnalité comme paramètre du fonctionnement mental : la relation (...)

28La place du beau dans la naissance narcissique de l’homoérotisme à l’adolescence et dans certaines formes étiologiques de l’homosexualité comme genre et comme inclination « structurée » de la vie sexuelle, sont me semble t-il, à rechercher, au-delà des enjeux et des vicissitudes spécifiques du narcissisme pubertaire, dans la rencontre esthétique et narcissique fondamentale de la prime enfance. De la sorte, d’un point de vue développemental et psychoaffectif, Donald Meltzer18 propose que lors de la naissance, un sentiment de la beauté s’impose à l’enfant quand il découvre en même temps le monde extérieur et la personne de sa mère. Selon cet auteur, le premier objet, la mère est d’abord perçue comme éblouissante par ses qualités sensorielles externes. « La mère ordinairement belle et dévouée présente à son ordinairement beau bébé un objet complexe dont l’intérêt sensoriel et infrasensensoriel le submerge. Sa beauté extérieure, concentrée comme il se doit sur ses seins et sur son visage, chacun d’eux rendu plus complexe encore par les mamelons et les yeux, le bombarde d’une expérience émotionnelle de nature passionnée, résultat de sa propre capacité de voir ses objets comme « beaux ». D. Meltzer compare cette « expérience esthétique » et cette rencontre à un saisissement, un ravissement, voire à un véritable coup de foudre (love at first sight) qui a toujours à voir avec le regard (« l’amour dans les yeux »), et met l’accent sur ce qu’il appelle la « réciprocité esthétique ». L’un et l’autre se fondent dans la beauté de l’un et de l’autre.

29Cependant, au fur et à mesure qu’elle acquiert de la présence et le self de l’épaisseur, ce caractère sensoriel (et même sensuel) de l’image de la mère, son extrême beauté, cette figure source d’extase, sont aussi contrastés et contrariés par le questionnement, l’énigmatique, le mystère, voire l’inquiétude portant cette fois sur les qualités internes, notamment psychiques, de cet objet aussi merveilleux qu’inquiétant. Il y a là un conflit esthétique interne chez l’enfant entre la beauté extérieure et l’incertitude sur les qualités intérieures de l’objet (attentes conscientes et inconscientes maternelles de l’enfant).

  • 19 Cf. « Sur quelques mécanismes névrotiques dans la jalousie, la paranoïa et l’homosexualité », in Si (...)

30De ce point de vue, nous pensons que l’attrait passionnel du beau, de l’esthète, appelle l’attrait pour la sensorialité et la sensualité recherchées et éprouvées par l’adolescent narcissique et homophile qui a ainsi développé sa personnalité et son identité de genre par l’absence du conflit esthétique et selon le souhait supposé (introjecté) ou réel de la mère. Nous admettons, qu’à titre conjectural, il n’y a pas eu, ou pas assez, de processus psychique, nécessaire et structurant, de dégradation de l’objet esthétique, mais au contraire une constance et une persistance du stade du ravissement et de la contemplation du fils pour sa mère. En ce sens peut-être que certaines homosexualités ont une valeur d’incestualité. De la sorte, les expériences homoérotiques de l’adolescence sont une véritable fixation (refus du changement) ou une régression-reviviscence de la période précoce dyadique mère-enfant dominée, à la lumière des conceptions de D. Melzer, par le partage des deux protagonistes de l’expérience première esthétique. Ainsi, dans ses relations homo-objectales, l’adolescent retrouve d’abord l’imago maternelle. Ce n’est que secondairement que l’image haie du père structure d’une façon plus solide l’inclination homosexuelle de l’adolescent. L’attachement et la fixation libidinale à la mère, la femme de l’enfance envoutante par sa beauté et sa séduction, sont indéniables. L’adolescent homosexuel est amoureux de sa propre personne. Son attachement intense à la mère l’amène à s’aimer lui-même et à aimer l’autre comme sa mère l’a aimé19 c’est-à-dire dans une mixtion de tendresse et de passion.

  • 20 Idem, p. 96.

31Pour résumer, l’homosexualité peut provenir des faits subséquents qui généralement se combinent : « a/ Liaison forte à la mère, b/ narcissisme, c/ angoisse de castration, d/ influence de la séduction, e/ influence du facteur organique (passivité)20 ». Ces différents éléments qui concourent à l’inclination homoérotique représentent globalement la séduction narcissique et « traumatique » précoce. Lorsque, en effet, la mère « introduit » son trop de désir de genre dans son enfant et que celui-ci, encore sous l’impact esthétique de la première rencontre, contraint et figé, demeure dans l’incapacité à faire éclore et entendre son propre désir.

  • 21 Sigmund Freud-Ludwig Binswanger (1908-1938), Correspondance, trad. R. Menahem et M. Strauss, Paris, (...)

32Guillaume a aujourd’hui terminé ses études universitaires. Après avoir longtemps cherché, sans beaucoup de succès un emploi, il exerce actuellement dans une entreprise nationale. Des raisons professionnelles l’ont amené à quitter la région. Je le revois épisodiquement et à sa demande lors de ses retours. Il continue de même ses pérégrinations homosexuelles à la quête d’une relation affective stable. Un jour au téléphone tout en me remerciant du travail psychothérapique entrepris ensemble, il m’annonce avec une certaine contrition que le conflit intrapsychique subsiste par rapport à son homosexualité mais, désormais et avec amertume, il pense qu’il ne peut rien (et que « je ne peux rien ») contre l’aboutissement et la fixation de sa structuration sexuelle « inversée ». Il considère son homosexualité comme « irréversible ». Il ne s’agissait pas, bien entendu dans le travail psychothérapique de le « dévoyer » ou de le « dissuader » (ainsi qu’un thérapeute aurait essayé de le faire) de son inclination homosexuelle, mais de l’aider à acquérir une aptitude à souffrir plus « normalement », c’est-à-dire à « penser » et dépasser la douleur éprouvée narcissiquement. Une douleur liée à l’âpreté du conflit psychique exercé par les forces opposées des deux réalités, interne et externe. Il doit souscrire et consentir à sa différence inéluctable, la perception de son « a-normalité » ou plutôt de sa « para-normalité ». A cet égard on peut citer Freud qui, parlant d’un patient homosexuel, écrit : « Bien entendu, il n’est pas question de tenter de corriger sa perversion […], mais il devrait tout de même exister un moyen de le réconcilier avec une vie d’homosexuel et de le ramener à un mode d’existence acceptable21. »

Notes

1 « Le moi est avant tout un moi corporel, il n’est pas seulement un être de surface, mais lui-même la projection d’une surface » écrit Freud (1923, « Le moi et le ça », in Sigmund Freud, 1921- 1923, Œuvres complètes, vol. XVI, trad. coll., PUF, 1991, p. 270)

2 A cet égard, le mythe de Narcisse ne ressemble-t-il pas à celui d’Hermaphrodite ? Cf. André Green « Le genre neutre », Nouvelle Revue de psychanalyse, Bisexualité et différence des sexes, n° 7 : 251-262, 1973. Notons de même que le désir-fantasme androgyne inhérent à toute adolescence tente de créer à travers une sorte de « coïncidentia oppositorum » l’autosatisfaction et la consommation du coït avec soi-même, la réalisation d’une réunion ou la réunification des deux sexes.

3 Cette notion d’« envie » est utilisée ici différemment de l’approche de Melanie Klein et celle de Clifford Scott (cf. « L’auto-envie », in Nouvelle Revue de psychanalyse, n° 13, Printemps 1976, Paris, Gallimard, p. 253-57). Selon nous, l’« auto-envie » (Self-envy) traduit à l’adolescence le désir de soi-même, dans le sens d’un rebroussement pulsionnel narcissique, autophilique et autoérotique.

4 Cf. Houari Maïdi (2005) « Le corps du problème » in Adolescence, Perversion ?, 57, 2006, T 24, n° 3, 641-650.

5 Dans Masculin ou féminin ? R. Stoller (1985) résume l’étiologie supposée à l’origine de l’identité de genre en cinq facteurs : une force biologique ; l’assignation du sexe ; des attitudes parentales (la façon dont l’enfant est perçu et élevé) ; des « phénomènes biopsychiques » ; le moi corporel en développement.

6 Voir à ce sujet J. Laplanche (2003), « Le genre, le sexe, le sexual », in Sur la théorie de la séduction, Libres cahiers pour la psychanalyse, p. 69-103, Paris, Editions In Press.

7 Francis Pasche (1963), « Note sur la structure et l’étiologie de l’homosexualité masculine », in A partir de Freud, Paris, Payot, coll. « Science de l’Homme », p. 207-14.

8 Sous ce rapport, voir notre étude du « cas » Schreber dans H. Maïdi (2003) La plaie et le couteau – Et si la victime était son bourreau…, Paris, Lonay, Editions Delachaux et Niestlé.

9 A noter la symbolique phallique à travers l’adjectif itératif « grand » et les contenus organiques humains « pieds », « nez ».

10 « La beauté exténue le regard » affirmait Marcel Jouhandeau, lui-même rongé par la culpabilité extrême de son homosexualité et tiraillé entre l’amour de Dieu et celui des garçons. Ainsi, écrivait-il : « Si l’on avait contemplé Dieu face à face, on ne pouvait plus rien voir sans chagrin. La beauté exténue le regard, le retient en captivité, longtemps aveugle, indifférent à tout le reste, ô cécité bienheureuse ! J’ai beau promener mes yeux sur le monde, je ne vois que lui. Les montagnes, les vallées, les forêts, la nature entière n’est plus qu’une allusion à lui seul. » Bréviaire, Portrait de Don Juan, Amours, Editions Gallimard, 1981, p. 116.

11 « Konträrsexuale ».

12 Ceci nous évoque le fameux syndrome de Stendhal qui à la sortie de l’église Santa Croce (Florence) était tombé en extase. Absorbé dans la contemplation de la beauté sublime, il ressentait un trouble sans doute par excès d’excitation esthétique qui n’est pas loin de la jouissance orgasmique. Depuis chaque année, une dizaine de personnes sont victimes de réactions incontrôlées devant le « David » de Michel Ange, le « Bacchus » du Caravage ou la « Venus » de Botticelli. A Florence, l’hôpital Santa Maria Nuovo recense ces cas de « souffrance psychique face aux œuvres d’art », sous la direction de Graziella Magherini (cf. son ouvrage La sindrome di Stendhal, éditions Ponte alle Grazie, 1996).

13 Notons que conforme à la Standard Edition, les traducteurs français distinguent Reiz (stimulus, attrait) et Erregung (excitation). (Cf. Traduire Freud, André Bourguignon, Pierre Cottet, Jean Laplanche, François Robert, Paris, PUF, 1989).

14 Denis Diderot (1752), « Recherches philosophiques sur l’origine et la nature du beau », in Œuvres esthétiques, Paris, Garnier, 1968. Voir également article « Beau » de L’encyclopédie.

15 Cf. à cet égard l’ouvrage de Luca Pacioli (1509), Divina proportione (divines proportions), illustré par Léonard de Vinci, traduction française par G. Duschene et M. Giraud, Librairie du Compagnonnage, 1980.

16 « Aime, brûle, car quiconque meurt n’aura point d’ailes pour gagner le ciel » écrivait Michel-Ange. Amoureux du Beau, amoureux du corps masculin et amoureux de nombreux garçons, ses sculptures, peintures et dessins tout comme ses poèmes rythment avec une force céleste la puissance du désir. (Cf. notamment son célèbre David, 1500, devenu l’image de référence homosexuelle par excellence).

17 L’objet vers lequel nous guide l’amour, l’objet « qui nous guérit et nous élève à la parfaite félicité » (193d) n’est autre que « le Beau » conçu comme indissociable du Bien (201c). (Cf. Le Banquet de Platon).

18 Donald Meltzer (1975), « La dimensionnalité comme paramètre du fonctionnement mental : la relation à l’organisation narcissique », in Meltzer, et al., Editors, Explorations dans le monde de l’autisme, Paris, Payot, 2002, pp. 277-96 (Trad. de G. Haag et al).

19 Cf. « Sur quelques mécanismes névrotiques dans la jalousie, la paranoïa et l’homosexualité », in Sigmund Freud, Œuvres complètes, 1921-1923, vol. XVI, trad. coll., Paris, PUF, 1991, p. 95.

20 Idem, p. 96.

21 Sigmund Freud-Ludwig Binswanger (1908-1938), Correspondance, trad. R. Menahem et M. Strauss, Paris, Calmann-Lévy, 1995, (7.2.1923), p. 239.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search