Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Deuxième partie. Le corps à l’adolescence, son image et ses éprouvés

Chapitre II. Léa, l’enfant avorté

Texte intégral

1Dans le fil du traitement psychothérapique, Léa dix-neuf ans, a souhaité relater par écrit une « épreuve » douloureuse survenue il y a deux ans. Elle me confie son texte que je reproduis ici in extenso. Elle donne à cette narration manuscrite deux titres « Adolescence avortée » ou « Bienvenue dans le monde des adultes ». Voici ce qu’elle a rédigé :

  • 1 Il s’agit de l’I.V.G. (Interruption « volontaire » de grossesse). Les Anglo-saxons parlent de Termi (...)

« A dix-sept ans, une jeune fille fait un test de grossesse avec son petit ami et apprend qu’elle est enceinte, il a quatre années de plus qu’elle.
Ils se connaissent depuis deux ans, mais sont ensemble depuis un an. C’est le premier avec qui elle a eu des rapports sexuels aussi poussés, il y a maintenant un an.
Pour la jeune fille, c’est l’amour fou, même si ce n’est pas facile tous les jours ! Chacun des deux vit encore chez ses parents et n’a pas le moindre projet en commun…
Aucun des deux n’aurait pu prévoir une telle situation, ils sont littéralement dépassés…
C’est lui qui est parti chercher le test à la pharmacie, elle l’attend anxieuse et impatiente.
Ils se retrouvent chez elle et décident de le faire dans la salle de bains, la mère de la jeune fille est assise dans la pièce à proximité.
Lorsque c’est le signe positif qui apparaît après l’écoulement de très longues minutes, le premier réflexe de la jeune fille est de se jeter dans les bras du garçon, mais celui-ci la repousse violemment : « Ah non ne me touches pas ! » lui dit-il avec un regard de fou furieux, « de toute façon, si tu le gardes, il ne portera pas mon nom ».
Abasourdie, elle prend sur elle et sort de la salle de bain, feint un sourire à sa mère et s’enfuit de la maison avec son ami.
Ils prennent la voiture et ne savent pas ou se rendre…
La jeune fille est perdue, ne comprend pas ce qui lui arrive, son corps l’a trahi, elle se retrouve à jouer un rôle d’adulte alors qu’elle se sent encore si enfant ! Elle se dit qu’elle a sauté les étapes et qu’elle n’a que ce qu’elle mérite… Pourtant, il y a encore quelques semaines elle parlait de mariage, de bébés, etc. mais c’est définitivement trop tôt. Sa décision concernant le bébé était inconsciemment reconnue…
Elle réfléchit et commence à reconnaître le chemin qu’il prend, c’est celui du domicile de ses parents.
Arrivés chez lui, elle est en pleurs. Il l’enferme dans sa chambre, lui demande de bien vouloir rester tranquille, qu’il revenait tout de suite.
Au bout de cinq minutes, sa mère ressurgit, tentant de garder son calme mais apparemment très angoissée à l’idée que son enfant ait pu commettre pareille « erreur » sur une mineure de plus.
Un tas de questions-reproches ont été posées, un véritable harcèlement ; « Mais tu ne prends donc pas la pilule ? Mais comment n’as-tu pas fait attention à ce genre de choses ? On va appeler mon gynécologue, on va prendre rendez-vous maintenant… »
Elle n’écoute plus, les laisse parler et décider de son sort, de toutes les façons, c’est elle qui décidera au final, car c’est son corps. « Tu ne comptes pas le garder j’espère ? », lui dit la mère du jeune homme.
Indescriptible besoin de le dire à ma mère à ce moment là. J’ai de très bons rapports avec elle malgré certaines difficultés liées au contexte familial (séparation des parents difficile, déménagements,…) . Nous sommes comme deux amies, peut-être un peu trop d’ailleurs. J’ai souvent l’impression à l’époque qu’elle veut trop me ressembler. Je me coupe les cheveux, elle en fait autant une semaine après. Elle « pique mes fringues ». Elle reste à parler avec mes amis, etc.
C’est quelqu’un qui a un « esprit très jeune » comme on dit, mais qui parfois peut m’en faire souffrir.
Il la dépose devant la porte et lui dit qu’ils se retrouveront ce soir. Elle ne sent plus ses jambes quand elle arrive à la porte d’entrée. Déjà, une sorte de haine naît à l’encontre du jeune homme, pourquoi ? Elle ne sait pas.
Comme je l’ai écrit plus haut, sa mère vient de se séparer de son mari, et ce fut très difficile à vivre pour elle et pour ses enfants aussi.
Elle a depuis quelques mois rencontré la personne avec qui elle veut refaire sa vie, le seul problème réside dans le fait que son âge (et d’autres difficultés qui y sont liées) ne lui permettent plus d’avoir d’enfant comme elle l’aurait souhaité.
Directe, la jeune fille prend son courage à deux mains et lui annonce, sans tact : « Maman, je suis enceinte, je viens de faire le test. »
La mère reste interloquée, sans pouvoir dire un mot et finalement lui répond : « Bienvenue dans le monde des adultes ma fille, la vie est vraiment mal faite, moi j’en veux un et je ne peux pas en avoir et toi tu en as un et tu n’en veux pas. »
Comment décrire l’indescriptible ? La jeune fille sait qu’à ce moment, tous les fondements de la relation qu’elles avaient pu établir se sont évaporés en quelques mots. Elle n’a jamais pu lui pardonner… de ne pas avoir su jouer son « rôle de mère » à ce moment précis…
Effectivement leurs rapports ont changé ; elles sont devenues au fil du temps des « étrangères ». La violence de leurs paroles n’a pu que l’affirmer. Sa mère qui ne l’avait jamais frappée, la giflait dès lors qu’elle perdait contrôle sur les propos de sa fille. En retour, sa fille la provoquait sans arrêt. Elle adoptait toutes les idées, attitudes, … qui étaient à l’extrême opposé des opinions de sa mère. Sur n’importe quel sujet, elle se plaisait à provoquer le conflit, cela devenait une nécessité, pratiquement une raison de vivre…
Aujourd’hui, les rapports ne sont plus aussi conflictuels mais peu profonds. La jeune fille va plus volontiers se confier à sa grand-mère ou sa sœur… Sa mère en souffre mais la jeune fille ne peut rien y faire…
Après l’intervention1, la jeune fille n’a rien mangé pendant des semaines, a déprimé pendant des mois avec des moments plus ou moins intenses… Aujourd’hui encore elle y pense avec tristesse et amertume mais se dit qu’elle a fait le bon choix.
Elle a toujours dit après, que si cela devait lui arriver une seconde fois à l’improviste, elle le garderait sans se soucier des problèmes que cela pourrait poser, car on peut constater que certaines filles ont une forte propension à récidiver plusieurs fois, ce ne sera pas mon cas.
Comment pleurer un être que l’on a délibérément éliminé de sa vie ? »

2De l’histoire de Léa on retient essentiellement qu’elle fut élevée par ses grands-parents paternels du fait d’un travail « prenant » pour ses parents qui étaient séparés géographiquement et probablement « affectivement ». L’adolescente évoque ensuite dans le sens de la séparation et de la perte, les nombreux « déchirements » qui ont parsemé sa jeune existence.

3Elle a dit-elle « vécu un premier déchirement » lié au décès de son grand-père, grandement investi, et un premier déménagement contraint et contraignant dans une autre ville lorsqu’elle avait onze ans. Elle comprend plus tard que ce déménagement était destiné à rapprocher le couple, déjà problématique, que formaient ses parents. Sa mère avait des soupçons sur une maîtresse potentielle de son mari et voulait se rapprocher de celui-ci.

4Vers l’âge de treize ans, « en pleine période d’adolescence », précise-t-elle, Léa dit ne pas avoir trop souffert de l’absence du père qui travaillait dans une autre ville. Il essayait de venir une fois toutes les deux semaines mais « c’était rarement aussi souvent ».

5 Vers l’âge de quinze ans elle est confrontée, dit-elle, à un « deuxième déchirement » lié à un nouveau déménagement. « C’est un déchirement beaucoup plus fort ». Léa ne veut pas partir et tente de rester vivre avec sa grand-mère mais ses parents refusent. Ils veulent l’emmener. Elle laisse derrière elle « tout un travail de construction de soi, de repères, des amis, des amours, des perspectives ». Elle se sent « totalement perdue ».

6Au bout de quelques mois le père décide de quitter le domicile familial sans donner aucune raison à ses enfants. Il est allé vivre avec une femme âgée de moins de dix ans que lui. Cette femme était sa maîtresse depuis quelques années déjà. Léa ressent de plus une certaine incompréhension face à l’attitude de sa mère puisqu’elle apprendra par la suite des événements que cette dernière était au courant de l’histoire que vivait son mari avec cette jeune femme.

7La relation de Léa avec son père était souvent ambivalente. Elle éprouvait, dit-elle, fréquemment de la culpabilité envers sa mère lorsqu’elle se trouvait avec son père.

8« Quand il arrivait que l’on se retrouve tous ensemble, les parents, moi et ma sœur après la séparation, je réprimais mes sentiments et émotions vis-à-vis des deux, mais toujours avec une colère très forte pour ma mère. Je m’en voulais énormément de ressentir toujours une certaine forme de respect pour mon père. […] Mes sentiments allaient à l’encontre de ma raison et je ne pouvais strictement rien y faire. J’en voulais à ma mère de l’avoir laissé partir mais pas à lui ». […] Ce que je n’ai pas supporté non plus et qui pourtant selon mon père était destiné à notre bien-être, c’est le fait de continuer à faire des réunions de famille incluant mes parents désormais séparés, ma grand-mère paternelle et l’amie de mon père.. et cela pour les anniversaires, un Noël, une soirée fêtant l’anniversaire de la fille de l’amie du père… »

  • 2 Helene Deutsch (1945), « Les filles-mères », in La psychologie des femmes, II, Maternité, Paris, PU (...)

9De fait, la grossesse de l’adolescente, comme agir transgressif et passage à l’acte, ne semble pas étrangère à l’histoire agitée de sa famille. Léa est ici fragilisée par un certain nombre d’événements de vie défavorables qui empêchent l’harmonisation des éléments structuraux de la personnalité. La grossesse adolescente atteste dans l’après-coup de la détresse de la jeune fille, de son désir d’être aimée et de son « besoin de tendresse » ainsi que l’a justement noté, il y a déjà longtemps, Helene Deutsch (1945) dans son chapitre consacré aux « filles-mères » du tome « Maternité » de son traité La psychologie des femmes. Dans cet ouvrage, l’auteur affirme que le besoin de tendresse de l’adolescente peu entourée et peu aimée l’entraîne à accepter la relation sexuelle en quoi elle voit la satisfaction de ce besoin. Pour H. Deutsch, les jeunes filles enceintes « prennent pour de la tendresse la convoitise sexuelle de l’homme, et leur propre besoin de tendresse crée en elles une aptitude à la maternité, à cause des merveilleuses occasions que donne cet état pour satisfaire le plus tendre de tous les sentiments. »2

  • 3 La « castration paternelle » peut engendrer un positionnement victimaire ainsi que j’ai essayé de l (...)

10Tout d’abord l’abandon et l’absence du père3 créent chez cette adolescente un trouble et une déficience psychoaffective qui se répercutent sur l’ensemble de sa vie adaptative et sociale.

11Aussi cette carence paternelle « insupportable » l’amène d’une certaine façon à chercher un père de « remplacement » à l’extérieur de la famille. Pour s’extraire d’un monde exclusivement féminin, elle investit par commutation une relation affective avec un sujet-masculin. Dans cette occurrence, elle retrouve, néanmoins, par identification inconsciente ou fantasmatique, le personnage de la femme-mère ré-unie à l’homme-père par le biais de l’enfant-fille.

12Léa dit souffrir, par ailleurs, de désirs contradictoires, d’affects ambivalents, car malgré toute la rancœur qu’elle conserve pour son père, on remarque que tous ses faits et gestes sont destinés à provoquer l’intérêt de ce dernier. Elle veut le « séduire » pour qu’il soit séduit par la mère. L’amalgame fille-mère est, en effet, prévalent.

13Le père distant, impassible et insensible à sa fille et à sa femme n’intervient apparemment qu’en cas de « crises ». Le lien fille-mère est dominé par le double sens de l’identification et la relation fille-père est marquée par l’ambivalence. Léa se dit « cerclée par des sentiments contradictoires » à l’endroit du père. Ces mêmes sentiments antagonistes sont, par télescopage ou condensation, éprouvés pour l’ami de l’adolescente.

14Par ailleurs, elle a l’impression d’être « coincée » par un double lien, une « double entrave » (G. Rosolato). D’une part elle accepte une relation de « copinage » avec sa mère, mais d’autre part elle reste toujours en contact avec son père. Cette situation dominée par un conflit de loyauté crée un profond sentiment de culpabilité qui ressort sous forme d’angoisse.

  • 4 « Bienvenue dans le monde des adultes » pourrait aussi signifier cela : bienvenue dans le monde de (...)

15Quant aux relations mère-fille, elles sont décrites comme symétriques et « amicales » sans une véritable distinction intergénérationnelle. Toutes les deux paraissent être très proches l’une de l’autre. Au-delà de la solidarité nécessitée par les circonstances éprouvantes de la vie, la mère et la fille paraissent également être captivées l’une par l’autre. A cet égard, la mère dénie la différence de statut lié à l’âge de sa fille désormais perçue comme une adulte. Elle en veut à sa fille d’être ce qu’elle-même ne peut pas être et faire (un enfant). La mère amère adresse à sa fille : « Bienvenue dans le monde des adultes4 ma fille, la vie est vraiment mal faite, moi j’en veux un et je ne peux pas en avoir et toi tu en as un et tu n’en veux pas ». Pourtant, la fille enceinte souhaite se différencier de la mère. D’une certaine façon elle oblige celle-ci à changer de génération en voulant, en vain, la confiner dans un statut désormais de grand-mère. La mère confond brutalement et violemment sa situation avec celle de sa fille. Elle lui reproche d’être « tombée enceinte », d’avoir succombé à un homme, non parce qu’elle est trop jeune ou « inconsciente » (Léa attendait cette « réaction habituelle d’un parent ») mais parce qu’elle est « envieuse », assure l’adolescente. La mère « envie » sa fille parce qu’elle essaye d’avoir un enfant avec son nouvel ami (plus jeune) et qu’elle n’y arrive pas. La mère est « malheureuse » parce qu’elle prend conscience qu’il faut « céder la place », cycle naturel de la vie. La « crise » ici est maternelle. La mère de Léa cherche à reconstruire sa vie suite à une séparation douloureuse. Elle est de nouveau en couple mais pense que pour le rendre « crédible », il faut qu’elle ait un enfant. Autrement dit, il faut un enfant pour « sauver » le couple, pour que celui-ci perdure.

16La rivalité mère-fille est réelle. Léa connaît les difficultés de sa mère à avoir un nouvel enfant. La mère voudrait façonner sa fille en son double (en étant par exemple très présente). Léa s’est souvent identifiée à la mère abandonnée. La grande contiguïté des affects et l’incestualité du rapport mère-fille semblent ici incontestables.

17La confusion des genres et des générations est de même patente. Ainsi, le conflit et ensuite la séparation des parents va créer chez Léa un lien de proximité avec sa grand-mère. Elle va « volontiers se confier » à elle et revendique cette dernière comme figure maternelle.

18Dans un contexte de grande fragilisation affective, l’ami de Léa, dit-elle, « rappelle un peu la figure du sauveur ». La relation est passionnelle. La jeune fille tente de désinvestir, de désidéaliser et de faire le deuil de ses parents en reportant tout son amour et son idéal sur son jeune ami. Ne confie-t-elle pas que c’est « l’amour fou ». C’est aussi, précise-t-elle, « le premier avec qui elle a eu des rapports sexuels aussi poussés. »

19Toutefois, la déception de la jeune fille a été rapide et profonde à l’encontre de son petit ami qui a eu « peur » à l’annonce de la grossesse. Léa a vécu cette réaction comme un rejet, un lâchage et une lâcheté.

20Ce qui « la fait souffrir le plus c’est cette réaction de faiblesse car elle avait mis tous ses espoirs et son amour sur son jeune ami ». Elle a « placé toutes les attentes qu’elle pouvait espérer de son père (ou d’un père imaginaire) » dans son petit ami. Elle cherchait un « amour démonstratif, responsabilités, soutien, encadrement… » Elle s’est retrouvée « une fois de plus seule contre tous ». Elle s’est sentie piégée. Aussi, la forte déception a entraîné une dépression et une dépréciation de soi : pessimisme, perte de l’estime de soi, perte de goût pour les études, désinvestissement des activités extra-scolaires, etc. La haine dirigée notamment à l’endroit de la mère est retournée contre soi-même.

21« Je n’ai que ce que je mérite… », dit amèrement Léa. Masochisme et autopunition liés à la notion de faute, d’errements et de culpabilité sont ici confondus.

22La grossesse de Léa est vécue comme une double « trahison », celle de son ami mais surtout celle de son corps. « Mon corps m’a trahi ». L’expression communément utilisée « tomber enceinte » trouve ici toute sa valeur. Elle implique dans l’occurrence clinique de Léa le positionnement victimaire, la passivation, la trahison et la force interne du pulsionne, du passionnel, et de la déliaison. La jeune fille enceinte se sent « abusée » de l’intérieur, par son propre corps, comme de l’extérieur, abus d’amour, de don de soi.

23La grossesse est « accidentelle » précise Léa. Elle survient pour échapper à son milieu familial perturbé. Pour elle il n’y avait pas de désir d’enfant (du moins conscient) car il n’y avait pas désir de devenir parent et éventuellement triompher de sa propre mère. Ce désir d’enfant peut signifier paradoxalement et par identification, le désir de rester dans l’enfance et d’être protégé par l’ami substitut parental. Chercher à avoir un enfant chez une adolescente, est loin de chercher à être mère et encore moins à être parent. Liée à l’immaturité œdipienne et la nostalgie pour la mère de la tendresse, la grossesse adolescente rappelle un désir d’enfance qui fait effraction et « violer » la réalité du corps de préférence que le désir d’un enfant.

24La grossesse précoce de l’adolescente est aussi un passage à l’acte quasi-ordalique qui tente de combler les carences narcissiques et affectives de l’enfant et évoque le mythe de l’« enfant réparation », de l’« enfant miracle », permettant de pallier un désordre affectif, un malaise existentiel.

  • 5 Il est à noter que la grossesse de l’adolescent survient fréquemment à la suite d’un deuil (perte, (...)

25Léa vivait une passion amoureuse avec son ami. Elle vivait cette liaison dans l’idéalisme, le don de soi, le besoin de reconnaissance. Survient la désillusion et l’angoisse de la précocité de la grossesse5. Celle-ci provoque après-coup, car non soutenue par ses proches, un sentiment de catastrophe et de déréliction. L’I.V.G. est un acte grave. L’avortement n’est jamais une décision facile pour la jeune mère prématurée.

  • 6 On retrouve souvent cela dans la clinique, voire simplement dans la vie quotidienne : combien de je (...)

26 Il y a souvent chez l’adolescente qui vit une grossesse précoce une forte dépendance psychique ou réelle à l’objet maternel envahissant créant ainsi une véritable confusion des générations entre la fille et la mère. La relation mère-fille est de type incestuel. Aussi, la grossesse est un acting pour surmonter l’immaturité affective réelle. Elle tente également de départir l’adolescente de cet objet maternel intrusif et encombrant. Toutefois, le résultat est parfois paradoxal puisque l’état de grossesse de l’adolescente accentue la promiscuité des deux corps mère-fille6. La problématique œdipienne est revisitée dans sa nouvelle version marquée par la maturité physiologique et sexuelle de la fille. L’identification à la mère est un processus ici tout à fait opérant. L’identification en miroir de la fille à la mère mais également de la mère à la fille. Une identification marquée par la haine liée à l’envie (invidia), le rejet et l’incapacité : « Toi tu peux mais tu ne veux pas, moi je veux mais je ne peux pas ». La culpabilité de la fille est immense. Elle est caractérisée par le « rejet » de l’enfant (I.V.G.) et le défaut de maternité renouvelée de la mère. En conséquence, celle-ci est pour la fille envahissante et embarrassante. « Rejeter » l’enfant par l’avortement c’est aussi se libérer et se débarrasser de la mère. L’avortement devient une révolte pour l’adolescente. C’est la mort de « quelque chose » pas seulement du fœtus mais d’un autre haï. Cette haine de la mère n’épargne pas non plus le père absent et abandonnant. La grossesse de l’adolescente était une façon de le retrouver. L’œdipe est réalisé médiatiquement. Toute adolescente enceinte est, en effet, quelque part enceinte du père. (Cf. mythe religieux Marie enceinte par la grâce et l’œuvre de Dieu le père ?)

  • 7 Le deuil de l’après avortement appelé par les Anglo-saxons « post-abortion blues » est déterminé pa (...)

27La grossesse et l’avortement qui en découle requièrent un travail de deuil7 qui rencontre dans cette circonstance un autre deuil celui de l’adolescence.

28L’avortement est mort d’enfant. Le don de vie (donner la vie) se transforme en don de mort (donner la mort). C’est également, sous une forme symbolique un équivalent suicidaire puisque l’autre et soi sont amalgamés et embrouillés. Il y a dans l’avortement matricide et infanticide. Par l’acte de grossesse de l’adolescente, mais surtout par l’acte d’avortement, la fille tue la mère. La fille se sépare de la mère. En définitive, la grossesse survient comme substitut de l’objet perdu et l’interruption de grossesse opère le détachement par la perte qu’elle symbolise.

Notes

1 Il s’agit de l’I.V.G. (Interruption « volontaire » de grossesse). Les Anglo-saxons parlent de Terminaison de grossesse.

2 Helene Deutsch (1945), « Les filles-mères », in La psychologie des femmes, II, Maternité, Paris, PUF, Quadrige, 1987, p. 292.

3 La « castration paternelle » peut engendrer un positionnement victimaire ainsi que j’ai essayé de le montrer précédemment (H. Maïdi, 1997, 2003).

4 « Bienvenue dans le monde des adultes » pourrait aussi signifier cela : bienvenue dans le monde de la communauté des femmes, soumises à leur destin et obligées d’être précocement adultes.

5 Il est à noter que la grossesse de l’adolescent survient fréquemment à la suite d’un deuil (perte, séparation, décès, …).

6 On retrouve souvent cela dans la clinique, voire simplement dans la vie quotidienne : combien de jeunes filles, souhaitant s’affranchir de la famille, « tombent enceinte », l’enfant étant ensuite élevé (donné ?) par la mère – grand-mère, le père (démissionnaire ou exclu) étant alors scotomisé. Chez l’enfant conçu, on retrouve alors généralement des troubles du repérage cognitif et symbolique. On dirait que ces jeunes filles ont inconsciemment réalisé leur choix d’enfant œdipien (enfant fait le père) et peuvent alors « retrouver » leur mère.

7 Le deuil de l’après avortement appelé par les Anglo-saxons « post-abortion blues » est déterminé par des sentiments mêlés de regret, tristesse transitoire, colère, culpabilité.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search