Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Deuxième partie. Le corps à l’adolescence, son image et ses éprouvés

Chapitre I. Myriam : « Mon corps est un problème »

Texte intégral

  • 1 On comprend cela par la suite !

1 Myriam, dix-sept ans, a voulu engager une psychothérapie de soutien avec l’accord et l’appui de sa mère. L’adolescente a déjà rencontré deux « psy femmes » en pensant que « peut-être avec un homme cela ira mieux1 ». Il s’agit d’une jeune fille souriante, semblant soucieuse de son apparence. Son visage est marqué par un léger et discret piercing orné d’un petit bijou sur la lèvre supérieure.

2D’emblée, le discours de Myriam laisse transparaître une sorte de souffrance enfouie, qu’elle aime quelquefois montrer. Ainsi, elle évoque un réel plaisir à faire part à sa mère de son désarroi et de sa tendance compulsive à manger. Elle dit littéralement subir l’excès du dedans et osciller de façon permanente entre le « tout ou rien », entre le trop plein et le trop vide. On a envie de dire ici entre le trop « plaint » tant la plainte somato-psychique est grande. Il n’y a pas de demi-mesure. Par exemple, dans ses études, bien que parfois dilettante, elle veut obtenir les meilleurs résultats scolaires. Elle veut être excellente. Le clivage du « tout ou rien » affecte également sa vie de tous les jours, « soit, dit-elle, tout va très bien, soit rien ne va ». Elle ajoute : « La seule chose qui a été constante, c’est la nourriture. Celle-ci m’a toujours procuré du plaisir ». Cette érotisation de la relation à l’objet alimentaire est toutefois et après-coup très culpabilisante. Dans cette perspective, Myriam énonce son inclination masochique à travers le paradoxe selon lequel « manger est un plaisir qui la rend malheureuse ». Le bien et le mal sont ici particulièrement fondus et amalgamés. Trop manger procure du plaisir et l’excès de plaisir cause de la culpabilité. Elle évoque même à travers l’excès alimentaire une sorte de punition jouissive auto-administrée.

Le vide et le plein

3Myriam dit souffrir surtout d’une sensation de vide lorsqu’elle est seule. Le vide est associé au manque, au rien, à la séparation, à l’abandon. Manger est un acte qui remplit le vide et atténue l’angoisse. C’est un acte d’autosatisfaction physique et psychique. La nourriture, « compagnon de route fidèle est pire qu’une drogue car la drogue, on peut l’arrêter, c’est tout, mais on ne peut pas arrêter de manger », défend-t-elle. Cette envie addictive de manger, Myriam la partage avec une jeune tante maternelle. Celle-ci superficielle et peu épanouie vit partiellement avec son amant, un homme aisé qui a une trentaine d’années de plus qu’elle. La passion du plein les réunit toutes les deux. Il existe un réel attachement et une identification réciproque entre la jeune fille et sa tante.

4Les parents de Myriam ont divorcé. La mère est dépeinte comme pudique sur ses sentiments, pas du tout démonstrative, presque froide. De son enfance « trop sage », Myriam fait remarquer « ne jamais se souvenir de sa mère faire des câlins ». A contrario, le père est plus chaleureux. La relation évoque un lien de proximité « incestuelle ». C’est « une relation d’amour. On se tient la main comme des amoureux. J’ai toujours eu besoin de le toucher. Notre rapport est tactile » (sic), précise Myriam. L’attachement « amoureux » au père œdipien est sexualisé. Celui-ci est fortement idéalisé. La mère est dépréciée.

  • 2 Les cheveux et plus généralement la tête ont un rapport avec le sexe et la sexualité d’où probablem (...)

5Toutefois, concernant le conflit des parents, le père, âgé de quarante-six ans, est décrit par sa fille comme « victime, immature, dépressif. Il pleurait tout le temps ». « Psychologiquement plus faible que la mère », le père avait parfois un comportement qui donnait à voir sa souffrance et sa violence retournée. Ainsi, manifeste-t-il ce comportement singulier et agressif dans les moments de grande détresse en « se rasant les cheveux avec une tondeuse ». L’agressivité et la haine sont ici renversées et dirigées contre lui-même. L’auto-tonsure exprime une forme d’auto-humiliation, d’automutilation dans le sens d’une castration symbolique2.

6La fragilité du père a obligé une hospitalisation « en maison de repos ». Myriam avait alors l’âge de huit ans environ. Elle se souvient, qu’une fois avec sa mère, son frère et sa sœur plus jeunes sont allés lui rendre visite dans cet établissement de soins psychiatriques. A un moment, Myriam est allée aux toilettes. Elle a « vu quelqu’un qui a baissé son pantalon devant elle ». Face à cette violence de l’exhibition sexuelle d’un adulte, elle a « eu peur et s’est enfermée pendant une demi-heure dans les toilettes. Cette scène (l’) a vraiment choquée. » Depuis cet événement, la famille n’est plus retournée dans ce lieu où le père était hospitalisé. Ce qui a été désagréable dans cet incident, précise Myriam, c’est de se « dire que son père pouvait être “fou”. Alors qu’il n’avait rien à faire là. » Dans cette occurrence, l’adolescente est confrontée à un double lien déroutant : « Le père est fou », énonciation qui présuppose que le père est déraisonnable, inconscient et sans morale. La potentialité violente du père est toutefois défensivement rejetée : « Il n’est pas fou. Ce n’est pas lui. C’est l’Autre qui est fou, pervers, etc. »

7Myriam relève dans son histoire qu’elle a été, par ailleurs, le témoin visuel d’une scène de violence conjugale particulièrement « choquante » qui a requis l’intervention de la police quand « une fois, dit la jeune fille, elle a vu son père qui menaçait sa mère avec un couteau ». Lorsque je lui demande si elle se souvenait d’un autre événement « violent » survenu dans la famille, elle répond qu’elle a été surtout le témoin auditif du conflit brutal qui oppose les parents : « J’ai surtout entendu, les bruits, les cris, les disputes… »

  • 3 La loyauté clivée peut se traduire par un mécanisme d’« étau » dans lequel l’enfant se retrouve pri (...)

8Myriam éprouvait ces violences à l’intérieur même de son corps. Opposée à un rude et irréductible clivage conflictuel de loyauté3 à l’endroit de ses parents, elle ressentait un « nœud dans le ventre ». A partir de cette douleur abdominale dans les heurts père-mère, une association a été faite dans un premier temps avec la fin de grossesse difficile de la mère qui a été hospitalisée deux mois avant la naissance de Myriam.

9Sous ce rapport, à partir de notre expérience clinique, il nous est possible d’affirmer que les contextes de dissociations familiales (conflits conjugaux, discordes parentales, séparation, divorce, etc.) potentiellement « traumatiques », génèrent et favorisent l’apparition de syndromes dépressifs chez l’adolescent. On observe chez ce dernier la présence fréquente d’une souffrance dépressive à expression émotionnelle (culpabilité, honte, tristesse, colère réprimée…) en lien avec un phénomène de clivage de loyauté conflictuel souvent intrinsèque à la problématique de la discorde parentale. Dans ces occurrences, le caractère émotionnel des manifestations thymiques de l’adolescent est, en général, l’émanation de besoins de paroles contrariés, de scotomisations et d’un sentiment pénible et envahissant marqué par l’impuissance, l’insécurité, le doute et l’incertitude qui empêchent la parole.

Quelque chose arrive

10A la fin de la troisième séance du travail psychothérapique, la jeune fille évoque un « secret de famille lourd à porter ». Il concerne la relation incestueuse subie par la mère dans son adolescence. Son père lui aurait révélé ce secret à l’âge de seize ans. Avant la naissance de Myriam, la mère aurait même avorté d’un enfant de son propre père. Concernant ce secret de famille, la jeune fille dit avoir « eu le sentiment qu’il s’est passé quelque chose de répréhensible. Seulement, elle ne s’imaginait pas une chose pareille. Elle s’imaginait tout sauf ça ». Elle comprend maintenant pourquoi sa mère est souvent représentée d’une façon négative et décrite par son entourage comme une « vipère, sorcière, ignoble ». Myriam ajoute : « Elle a subi l’ignoble, elle est devenue ignoble ». Dans la relation incestueuse notamment père-fille, la violence de l’acte implante de la mauvaiseté chez la jeune victime.

11Myriam exprime sa frayeur d’être agressée ou qu’il lui « arrive quelque chose ». Ces angoisses d’agression sont présentes dans ses activités oniriques. Des rêves récurrents encombrent ses nuits. Des rêves où règnent les thèmes d’effraction et de pénétration de l’espace de vie familial. C’est l’intrusion d’un contenant, l’intromission d’un « corps » symbolique. Voyons quelques extraits de rêves d’angoisse rapportés par Myriam :

  1. « Comme j’habite dans un appartement… Ma mère est sortie la nuit. A son retour, elle frappe, elle frappe à la porte… J’oublie la clef… Je regarde par l’œil de bœuf. Je vois deux ombres. Je reconnais ma mère. On défonce la porte. Mon obsession est de protéger mon frère et ma sœur. Il y a beaucoup de monde cagoulé. »
  2. « J’ai encore fait un rêve à peu près similaire. On frappe à la porte. Cette fois-ci je n’étais pas toute seule. Il y avait des gens, ma mère et ma tante. Ma mère m’a dit d’aller ouvrir la porte. Je regarde comme d’habitude par l’œil de la porte. Je reconnais la voisine (47 ans) qui est malade psychologiquement. Elle pleure tout le temps. Elle vient souvent chercher du réconfort à la maison. Ma mère ne voulait pas ouvrir. Elle est entrée en forçant la porte. Ensuite, elle a couru en direction de ma mère pour l’étrangler. Je me suis dit que cette femme, c’est peut-être mon père ».
  3. « Une autre fois, c’est mon oncle et mes deux tantes (maternels). Ils nous avaient séquestrés. Ils en voulaient à ma mère. Comme s’ils lui reprochaient quelque chose. »

12Ces brefs extraits de rêves évoquent assez bien l’angoisse que vit l’enfant incesté. L’inceste subi par la mère a d’une certaine façon été implanté et inoculé dans la vie psychique de la fille. On retrouve, en effet, chez les enfants victimes ou « infectés » psychiquement par la violence de l’inceste, cette obsession de protéger la fratrie. L’aîné changé à son insu parentifié, prend la place de l’adulte parental protecteur devenu déficient et défaillant.

13Ce qui est étrange, dans ces rêves de l’adolescente, est cette sorte de confusion de personnages quasi-interchangeables (rêve 2 : « Je me suis dit que cette femme, c’est peut-être mon père… »). A ce propos, « l’œil de bœuf » peut évoquer la problématique de la castration qui empêche le danger de l’inceste. La mère qui a demandé à sa fille de regarder avec elle une émission de télévision qui traite du problème de l’inceste, aurait mis en garde sa propre fille contre son ex-mari, le père de Myriam.

14Quelle est, par ailleurs, cette « maison » du rêve ? Cet espace semble condenser plusieurs « espaces » :

  • Le lieu familier : la maison qui est aussi un espace dangereux dans lequel l’inceste peut potentiellement se réaliser. S’agit-il dans ce contexte onirique et traumatique, de l’inceste subi par la mère ou celui tant redouté par l’adolescente elle-même ? Ou s’agit-il des deux à la fois ?
  • Le corps : dans les rêves de Myriam, il y a aussi cette oscillation entre le vide et le plein, l’ambivalence, l’attrait-répulsion.
  • L’espace psychique : l’inconscient individuel est aussi absorbé par les inconscients des parents. Le propre psychisme de Myriam n’est-il pas le lieu de croisement de tous les espaces psychiques des autres (le père, la mère, la tante) ?

15En définitive, Myriam peut-elle être « chez elle », en sécurité et en paix avec elle-même ? La maison est un dilemme. Elle est à la fois le lieu collectif de la famille et le lieu personnel, à l’intersection des deux. Elle représente à la fois l’espace psychique propre et celui plus élargi de la famille. L’histoire du sujet est confondue avec celle de son environnement psychique. En ce sens, réalité interne et réalité externe sont indissociables et inextricables. Il y a, en effet, toujours de l’« autre » à l’intérieur de soi-même dans le sens d’un étranger familier.

16Quant aux reproches de l’oncle et des deux tantes maternelles, ne rappellent-ils pas ces reproches et jugements sévères faits à la mère incestée et devenue ignoble ? La non-acceptation d’une réalité « horrifiante et effroyable » que représente l’inceste, amène défensivement les proches à utiliser le déni et à transformer la victime en coupable. Coupable, notamment, d’avoir substitué et embrouillé les deux réalités psychique et externe.

Le corps du problème

  • 4 Freud S. (1923), « La disparition du complexe d’œdipe », in La vie sexuelle, Paris, PUF, 1972, p. 1 (...)

17« Corps du destin et destin du corps » : A travers ce chapitre dans notre ouvrage La plaie et le couteau (Maïdi, 2003), nous insistions sur la relation indéniablement complexe et confuse qui unit le corps au destin. Dans cette optique, en reprenant l’assertion suivante de Freud (1923) : « L’anatomie, c’est le destin »4, nous affirmions plus globalement : « Le corps, c’est le destin ». En effet, le corps dans sa totalité anatomo-physique, qui bien au-delà de l’hérédité, va comme héritage absolu, fondamental et unique, décider en grande partie de la trajectoire de la personne au cours de son existence. Ainsi, le destin est, si l’on peut dire, déjà institué. Il est de cette façon anté-corporel et post-corporel, car non seulement il « fabrique » le corps mais ce dernier, avec sa spécificité propre agit sur la vie « destinale ».

18En conséquence, le corps est destin et « destinal » parce qu’au-delà de la question de la distinction attribuée par le sort des sexes anatomiques et de leurs conséquences psychiques, il imprime pareillement et plus absolument de son sceau impitoyable le parcours de toute une vie. Sous ce rapport, il est possible de soutenir qu’un trauma originaire, au sens d’une épreuve dès la naissance et non de la naissance, est au cœur de la destinée humaine. Cette expérience traumatique d’« être » primordial, va largement composer la direction et le cheminement vital du sujet. De cette façon, le destin institué originellement, préétabli, affecte et fait traumatisme depuis la première confrontation du sujet avec son environnement.

19Corrélativement, Myriam se dit être « obsédée par son corps ». Elle est d’une façon permanente tourmentée par son poids, son image. Le poids du corps, qu’elle estime être « surchargé », est dit-elle, lié au « poids du passé qui est très lourd ». Le corps de Myriam semble ne pas avoir été investi favorablement. Il a souffert de carence narcissique, de défaut d’excitation externe par crainte d’excès d’excitation à l’instar du « trop » de la séduction sexuelle subie par la mère. Le corps a été, selon elle, « renié », non accepté. Ainsi, le non-respect des besoins fondamentaux psychoaffectifs de l’enfant est cause de l’atteinte narcissique. Myriam a souffert de l’inauthenticité des liens. La mère, représentée comme insensible et distante, a refroidi l’enfant. De ce fait, cet enfant du limbe (R. Puyuelo, 2002) qui traîne un péché originel, celui d’être né, a été un enfant « très sage », faisant « comme-si » en élaborant un « faux-self » défensif (D.W. Winnicott) pour être admis et accepté. L’enfant était comme soumis aux exigences de l’environnement. Il devait se fondre au désir austère de la mère sans qualité identificatoire à son enfant. Aujourd’hui, ce corps non suffisamment aimé dans la prime enfance souffre. Il subit les auto-attaques du moi. Le corps est accusé de ne pas être à la hauteur de l’idéal du moi. Il sert de coupable. « Mon corps, insiste Myriam, c’est un problème. Je me concentre toujours sur cela. » Au-delà des préoccupations pubertaires et adolescentes liées à l’image corporelle, il y a chez Myriam un surinvestissement de soi et de son image comme formation réactionnelle à un désinvestissement précoce de la période infantile par la mère.

  • 5 Curieusement, on retrouve plutôt cela dans l’anorexie où la lutte contre les exigences du corps son (...)

20Par ailleurs, le clivage défensif vient à la rescousse d’un moi affaibli narcissiquement. La « tête » est investie au détriment du corps qui subit parfois la propre haine de l’adolescente5. Le corps « n’est pas une valeur sûre », dit Myriam. Elle cherche à avoir une emprise sur lui, à prendre le dessus mais elle n’y arrive pas. Le corps triomphe et prend, en effet, « le dessus sur tout ». Il est indomptable et inchangeable. Au-delà des assauts pulsionnels de l’adolescence, le corps révèle comme un « défaut d’origine ». Il porte la faute, le mal de la mère. De la sorte, la conflictualisation narcissique et la dysharmonie éprouvée vont au-delà de l’image corporelle. Elles sont d’enfance.

  • 6 Cf. L’intellectualisme possède une vraie valeur défensive à l’encontre de la poussée pulsionnelle. (...)

21De ce fait, la déficience de contrôle sur le corps est particulièrement redoutée. Aussi, puisque le corps est un « défaut », ne se sentant pas à l’origine de son essence, Myriam tente d’investir par compensation la pensée, car « l’intellect, c’est la valeur sûre6 ». Par un mécanisme défensif de sublimation, le monde de la pensée et des idées paraît surinvesti. L’adolescente veut penser la pensée, la contrôler. De la sorte, elle peut se « débarrasser du problème du corps ». Toutefois, elle n’arrive pas à se défaire de ce « problème » qui met en jeu la séduction et la sexualité, du « problème » finalement du corps. C’est, en effet, « le corps du problème ».

  • 7 L’âge de la puberté de Myriam.

22Myriam se plaint d’avoir précocement grandi. L’adaptation, à ne pas confondre avec la maturation ainsi que le souligne très justement Rémy Puyuelo (2002), a été hâtive et précoce. Confidente prématurée de son père, celui-ci la « prenait pour une adulte alors qu’elle n’avait que dix ou onze ans7. » Actuellement, Myriam « choisit » la compagnie de personnes parfois nettement plus âgées. Elle dit également qu’elle « se sent mal à l’aise lorsqu’elle se sent désirée ». Le thème de l’inceste prévaut ses représentations. Elle est troublée par des productions oniriques qui mettent en scène une relation incestueuse avec son père. Ce qui la trouble le plus c’est qu’elle éprouve un certain plaisir dans le rêve. Elle trouve cela « inquiétant et malsain ». Dans ces moments, des sentiments de honte peuvent surgir. La honte d’être dominée. La honte d’être l’objet de l’autre dans la relation affective et sexuelle. Myriam est un enfant qui n’a pu jouer à être grand. Elle a grandi trop vite, dit-elle, avec tristesse et amertume. Elle fréquente aujourd’hui un jeune homme de plus de dix ans son aîné. Elle poursuit, malgré cette relation marquée par la répétition et la nostalgie du père, son processus de subjectivation pour « vivre un peu pour elle sans être envahie par les relations violentes et tumultueuses des parents ». La psychothérapie l’a accompagnée jusqu’à la fin de ses études au Lycée. Elle a obtenu brillamment son baccalauréat et s’est inscrite à l’Université en Sciences humaines.

23Dans cette illustration clinique où le « problème du corps » est prévalent, ce qui est à retenir est cette proximité structurale avec la psychopathologie de l’anorexie, mais ici inversée. La survalorisation de l’intellect, le rejet et l’agression du corps penchent ici du côté de la compulsion boulimique. Gaver le corps n’est-il pas une façon de le faire taire, une fois repus ? Comme certaines mères gavent leurs bébés pour les faire taire, comblant ainsi un « besoin » pour ne plus entendre le désir ?

24Il n’y a chez Myriam, que du « trop-plein », de l’angoisse des autres, de l’angoisse de ses désirs incestueux (dont la réalisation l’identifierait à la mère). Son « vide » affectif n’est satisfait que par ces intrusions psychiques et réelles (cf le conflit conjugal, la scène d’exhibitionnisme). Le corps « fait défaut » dans les deux sens du terme (malfaçon, faute ou manque).

25L’adolescence est ce moment crucial où se scelle ce « nœud » étroit, entre risque de dé-liaison, de clivage, et risque d’un trop de lien, un trop de complexification. Moment où s’exaspèrent les « drames » entre l’aspiration au « pur esprit » et l’ancrage dans un corps trop lourd à porter. Pourtant n’est-ce pas le passage obligé avant l’intégration harmonieuse corps-psyché ?

26Cette illustration clinique n’atteste peut-être pas tant un clivage (défensif) que l’indissoluble rapport corps-psyché. La psyché s’incorpore, le corps se « psychise »… peut-il en être autrement ? Finalement, le corps, c’est bien ce lieu favori de « l’autre scène » (telle la maison des rêves de Myriam). Pour Myriam, le corps « n’en fait qu’à sa tête », sa tête s’en prend au corps, parce que les deux sont consubstantiellement liés. La « corporéité » du psychique (dont parlent les phénoménologues) est peut-être ce qui est remis en cours à l’adolescence où le corps est soudain en trop… corps du délit comme corps du délice, « indomptable », incontournable. Peut-on dire de la psyché qu’elle ne peut se vivre que comme incarnée, tout en ne pouvant imaginairement se représenter à elle-même qu’au travers de métaphores corporelles ? Le corps est le théâtre de la psyché, mais la psyché est le corps du problème.

Notes

1 On comprend cela par la suite !

2 Les cheveux et plus généralement la tête ont un rapport avec le sexe et la sexualité d’où probablement l’importance dans certains usages sociaux étayés par le religieux de se couvrir pudiquement la tête. Par ailleurs, depuis des millénaires, la chevelure a toujours symbolisé la jeunesse, la puissance et la virilité. Représentée par Samson, prisonnier de Dalila, l’association est fréquente force-chevelure-virilité. De même, la tonsure est associée aux « battus ». Elle est liée au châtiment, à la punition, à la passivation, à l’effeminement et la desexualisation-châtrement du sujet (Cf. la tonte des femmes « réputées collaboratrices » lors de la Libération en France ou la tonte « purificatrice » des républicaines pendant la guerre civile espagnole).
Confer aussi dans un autre registre, la séquence très « érotique » de Pélléas et Mélisande (Martelinck – Debussy, scène « de la chevelure », Acte III, Scène I) où Pélléas caresse les « longs cheveux descendant le long de la tour » de Mélisande, cheveux qui se retrouvent prisonniers des ronces, au moment où Golaud surprend leur manège.
On peut s’interroger également sur la tendance actuelle des adolescents à se couper très ras les cheveux, voire se tondre. Contraire de l’époque hippie où les cheveux longs (Cf. la célèbre chanson d’Antoine) était symbole de contestation pour les garçons. Les cheveux rasés évoquent aussi la violence (les skinheads).
A l’incorporation dans l’armée, un des premiers actes est de couper les cheveux (peut-être pour une question d’hygiène). Néanmoins cela est souvent vécu comme une sorte de dépossession (comme celle de se déposséder de ses vêtements civils) et d’incorporation, entrer dans le « corps » de l’armée.
Aussi, le crâne rasé des adolescents s’apparente à une identification collective, un renoncement à un attribut corporel personnel au profit du groupe de pairs, de la collectivité (Cf. la tonsure des prêtres et la classique « calvitie » des moines).

3 La loyauté clivée peut se traduire par un mécanisme d’« étau » dans lequel l’enfant se retrouve prisonnier. Assujetti et pris dans une double entrave, l’enfant ne peut être loyal à un parent sans être déloyal au second parent.

4 Freud S. (1923), « La disparition du complexe d’œdipe », in La vie sexuelle, Paris, PUF, 1972, p. 121.

5 Curieusement, on retrouve plutôt cela dans l’anorexie où la lutte contre les exigences du corps sont contrecarrées par l’intellectualisation. Quoique du point de vue fantasmatique et psychique n’y a-t-il pas un lien consubstantiel qui unit ces deux troubles du comportement alimentaires ?

6 Cf. L’intellectualisme possède une vraie valeur défensive à l’encontre de la poussée pulsionnelle. Il est marqué par le goût de la spéculation abstraite, comme fuite de la réalité, la rumination mentale, et le désir ardent de la controverse. Par cette opération défensive, il s’agit de « dominer les pulsions par la pensée ». (A. Freud) rappelons, par ailleurs, que l’adolescence est caractérisée par une remarquable évolution intellectuelle que les études, aujourd’hui classiques, de Jean Piaget ont pu permettre de mieux saisir.

7 L’âge de la puberté de Myriam.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search