Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Première partie. L’adolescence, le traumatisme et la séduction

Chapitre VI. Sonia : les déliaisons dangereuses

Texte intégral

Trauma positif et trauma négatif

1Dans L’homme Moïse et la religion monothéiste, Freud (1939) écrit : « Les affects du traumatisme sont de deux sortes, positifs et négatifs. Les premiers sont des efforts pour remettre en œuvre le traumatisme, donc pour remémorer l’expérience oubliée ou, mieux encore, pour la rendre réelle, pour en vivre à nouveau une répétition, même si ce ne fut qu’une relation affective antérieure, pour la faire revivre dans une relation analogue à une autre personne. […]

  • 1 Cf. Sigmund Freud (1939), « L’Homme Moïse et la religion monothéiste », in Sigmund Freud, Œuvres co (...)

2Les réactions négatives tendent au but opposé : à ce qu’aucun élément des traumatismes oubliés ne puisse être remémoré ni répété. […] Les symptômes de la névrose au sens étroit sont des formations de compromis dans lesquelles se réunissent les deux sortes de tendances issues des traumatismes, de manière que tantôt la part d’une orientation, tantôt la part de l’autre trouve en eux une expression prépondérante1. »

3En conséquence, la notion de trauma peut avoir deux qualités d’affects : positif et négatif.

  • 2 Ne pas oublier que Freud a abordé la psychanalyse comme « catharsis ».

4Le trauma positif consiste à faire « retravailler » le traumatisme, à le faire resurgir en le remémorant, voire en le répétant2. Il s’agit de se rappeler l’expérience oubliée et éventuellement de l’agir dans une relation similaire à une autre personne. Le phénomène du transfert dans la relation analytique est à ce titre typique. Le travail analytique qui deviendrait acte anti-traumatique permet, entre autres, la construction à deux du trauma infantile pour qu’il devienne traduisible, partageable et analysable, entrant alors dans l’histoire du sujet.

5Ainsi, la fixation au traumatisme, de même que la répétition contrainte et contraignante possèdent en elles des éléments positifs car dans ce cas la réalité psychique ne fuit pas l’événement traumatique. A ce titre, celui-ci se trouve dans le champ de la potentielle analysabilité et de l’élaboration.

6A contrario, le trauma négatif bouche la voie de la représentation, de la remémoration et de l’élaboration. Dans le trauma négatif, la réaction défensive est négative. Elle s’exprime par un évitement défensif, l’inhibition, l’angoisse et la phobie, sans qu’aucun élément de l’événement traumatique ne soit convoqué ou renouvelé.

7Notons toutefois que cette bipolarité des contrecoups du trauma – positif et négatif – (« un état dans l’état ») ont une propriété de contrainte et peuvent produire une organisation psychopathologique car la répétition sans élaboration et l’inhibition défensive peuvent servir les forces négatives et destructrices qui agissent contre la personne dans une accumulation de faits traumatiques.

  • 3 Claude Janin (1996), Figures et destins du traumatisme, op. cit., p. 48.
  • 4 Sigmund Freud (1909) donne cette expression dans son analyse de « L’homme aux rats ». Voir les Cinq (...)

8Dans cette même perspective des « traumatismes avec fin » et des « traumatismes sans fin », Claude Janin (1996) dans son livre Figures et destins du traumatisme3, différencie et oppose deux types de répétition : La répétition représentative qui est une répétition type « jeu de la bobine », exemple rapporté par Freud (1920) dans son « Au-delà du principe de plaisir » ; elle suppose la remémoration des moments de séparation avec la mère et s’inscrit dans l’élaboration d’un traumatisme organisateur. La répétition commémorative qui est quant à elle, liée à la pulsion de mort, s’inscrit dans la composition d’un traumatisme désorganisateur. D’une certaine manière, la répétition négative et « commémorative » du sujet justifie sa situation originaire traumatique et la fixation sans élaboration dans cet état, a priori déplaisant pour le sujet, n’est toutefois pas dépourvu « d’une jouissance par lui-même ignorée4 ».

Séduction traumatique

9Le renoncement à la neurotica ne rend pas désuet l’intérêt de la séduction traumatique. Ainsi que je l’ai souligné Freud n’a pas refusé la force des scènes traumatiques. Son annulation concernait uniquement la séduction sexuelle incestueuse contrainte et subie de l’enfant par l’adulte comme déterminisme de la névrose hystérique. Cette séduction ne constituerait pas un acte traumatique réel, un avant-coup et un avant-goût qui feraient advenir d’autres traumas, mais une catégorie spécifique et constitutive de la réalité psychique, c’est-à-dire une représentation associée à une autre scène dans la sphère de l’inconscient. Ceci étant, la portée traumatique concevable de la sexualité infantile, voire des relations humaines précoces et primordiales, n’est pas du tout à éliminer.

10Le trauma reposerait sur la formation de fantasmes inconscients édifiés ou non sur des éléments de réalité, c’est-à-dire une perception et une compréhension nouvelles d’un passé traumatique. Ces fantasmes inconscients puisés parfois dans la réalité sont, dans un travail thérapeutique, à rendre conscients, quitte à les construire dans le mouvement transférentiel du traitement. Celui-ci montre l’intégration traumatique des conflits infantiles et découvre les sources des différentes potentialités psychopathologiques.

  • 5 C’est moi qui souligne.

11Je rappelle que très tôt (septembre 1897) Freud indiquait : « La notion certaine que dans l’inconscient il n’y a pas d’indice de réalité5, de sorte qu’il est impossible de distinguer l’une de l’autre, la vérité de la fiction investie d’affect ».

12Il relevait la réapparition possible d’émotions, d’éprouvés, d’affects, fabriquant même les éléments imaginaires, en deçà des représentations pulsionnelles refoulées, et qui peuvent s’avérer être la trace d’éléments traumatiques précoces.

13Dans une perspective, du trauma initial, du raté de son refoulement (refoulement pathologique) et de sa réactivation « après-coup » à l’adolescence avec l’irruption du pubertaire comme effraction interne, je présente le cas d’une jeune fille « victime d’agressions sexuelles » itératives et dont l’histoire traumatique singulière a probablement déterminé les troubles actuels qui se traduisent dans les excès et violences de son comportement.

14Sonia est une jeune fille âgée de seize ans. Elle se présente avec complaisance comme victime. Elle se plaint fréquemment, exprimant son vécu abandonnique et de carences narcissiques : « Je me sens comme une adolescente trop abandonnée » (sic), sa suggestibilité : « j’ai suivi de mauvaises filles » et les traumatismes qu’elle a subis dans son enfance (séduction sexuelle, scène originaire, séparation…) et à l’adolescence (agressions, viol…).

15Lors de notre rencontre, ce qui domine dans le comportement et le discours de Sonia, ce sont essentiellement la recherche systématique de la séduction, la prégnance de l’imaginaire et une intense fantasmatisation qui me paraissent défensives et compensatoires contre une réalité interne et externe source de souffrance. La douleur et la détresse ultimes et profondes de Sonia se manifestent au travers de « déliaisons dangereuses » et des mises en acte répétées, inquiétantes, transgressives et désespérées se traduisant par des fugues, errances, tentatives de suicide, prostitution…

16De l’histoire tumultueuse de Sonia, nous retenons principalement qu’elle a été séparée de ses parents et élevée dès l’âge de six ans par sa tante paternelle qui n’avait pas encore d’enfants : « C’était la seule fille, dit celle-ci, … je m’occupais d’elle… je ne pouvais pas me passer d’elle ». Cette tante, par une décision légale, a eu le droit d’adopter Sonia. Cette séparation fût vécue par Sonia comme un abandon et un lâchage, elle dénonce la « lâcheté » de ses parents qui sont décrits comme « mauvais » parents, fortement disqualifiés.

17Outre cet événement traumatisant de coupure et d’éloignement, l’adolescente relate dans les séances de psychothérapie d’autres expériences violentes, réelles ou fantasmatiques, difficiles et éprouvantes, notamment dans l’après-coup de l’adolescence.

  • 6 Ce qui est bizarre est qu’à cet âge l’enfant ne vivait pas avec son père. N’est-ce pas là un fantas (...)

18Ainsi, dit-elle, à l’âge de cinq ans, elle a observé en compagnie d’une autre petite-fille une relation sexuelle entre ses parents. Elle décrit ensuite une scène de séduction qui serait survenue vers l’âge de huit ans où elle aurait été victime à plusieurs reprises, de manipulations sexuelles par un adulte. Elle évoque, par ailleurs, un souvenir douloureux, qui se serait produit vers l’âge de dix ans où son père aurait « failli, précise-t-elle, la vendre (sic) a un de ses copains6… » Enfin, à l’âge de quinze ans, dans un traumatisme extrême, elle fut « agressée et violée à la sortie du collège » dit-elle. Depuis, Sonia, victime inconsciente plutôt qu’« innocente », a multiplié les conduites à risque et les comportements dangereux dans des situations à thématiques essentiellement sexuelles de séduction et de vénalité : « Dès que je sors, exprime-t-elle, de la maison, ça ne va pas, je ne suis plus la même ». L’adolescente se sent comme « délocalisée » de son moi, livrée sans défense aux assauts crus et violents des forces pulsionnelles. Par un sentiment d’étrangeté et de desubjectivation, elle se sent comme dépossédée de sa capacité de liaison de la jouissance destructrice.

  • 7 Moses et Egle Laufer (1984), Adolescence et rupture du développement. Une perspective psychanalytiq (...)

19A l’adolescence, outre le trauma du pubertaire et de l’après-coup, les comportements de répétition traumatique où sont mis en acte dans le monde extérieur des fantasmes spécifiques ou des rêveries7, sont nettement caractérisés par la libération coercitive du processus primaire et de l’excitation sexuelle mettant ainsi totalement en échec la fonction de liaison du moi.

  • 8 Elsa Schmid-Kitsikis (2002), « Elle regarde derrière et devint une statue de sel », l’attrait du pe (...)

20Ainsi que l’écrit Elsa Schmid-kitsikis (2002) : « Les composantes traumatiques qui accompagnent cette expérience de séduction prennent alors refuge dans une forme de sexualisation par excès, qui s’adresse essentiellement au perceptif, en alimentant sans restriction les automatismes de répétition ; la sexualisation, dont la charge en excitation laisse peu ou pas de place à l’affect, représente ainsi une tentative de dernier recours pour surmonter l’insupportable mal-être psychique8 ». En ce sens la répétition a, dans ses effets, une portée paradoxale. Elle produit un mélange d’effroi et de jouissance. Ensuite le traumatisme initial risque d’engendrer d’autres « traumatismes » secondaires. Lorsque notamment prédomine chez l’adolescent un état de sidération, c’est-à-dire une anesthésie et une paralysie psychique, qui fait momentanément ou durablement obstacle à tout mouvement d’élaboration mentale.

  • 9 Gérard Szweig (2002), « Point de vue », in Rémy Puyuelo (2002), L’enfant du jour, l’enfant de la nu (...)

21C’est de la sorte également que Gérard Szweig (2002)9 affirme : « La répétition… évoque le mécanisme de défense antérieur au refoulement qui consiste à répéter activement ce qui a été vécu passivement sur un mode traumatique. Il s’agit donc de la répétition du trauma qui peut prendre une forme compulsive, et ce, dans le but de faire baisser l’excitation. Ce qui est répété, alors, est une perception sensorielle qui n’a pas donné lieu à une représentation, et non une représentation. »

Trauma : retour et ancrage

  • 10 Sigmund Freud (1896), « L’hérédité et l’étiologie des névroses », in Sigmund Freud, Œuvres complète (...)
  • 11 Cf. Sigmund Freud (1899), « Des souvenirs-couvertures », in Sigmund Freud, Œuvres complètes, vol. I (...)

22Selon l’approche freudienne, le trauma est ancré dans la vie psychique car il fait retour dans l’après-coup. C’est ce que Freud a été amené à évoquer bien avant la période proprement analytique autour de la notion « d’action posthume du trauma ». En 1896 dans « L’hérédité et l’étiologie des névroses »10, il écrit à propos du souvenir : « Le souvenir déploiera une puissance qui fait totalement défaut à l’événement lui-même ; il agira comme s’il était un événement actuel. Il y a, pour ainsi, dire une action posthume du trauma ». Rappelons ici l’abord ultérieur de Freud du souvenir écran11 qui est un souvenir infantile apparemment insignifiant mais qui recouvre des expériences sexuelles refoulées ou des fantasmes inconscients.

23De même dans les Etudes sur l’hystérie sont suggérées les attitudes passionnelles de l’hystérique dupliquant de manière « hallucinatoire » le traumatisme originel, par absence de l’écoulement de l’affect asphyxié, ancré au temps arrêté de la fixation.

Compulsion de répétition traumatique

24Le trauma désigne une blessure faisant brusquement effraction dans l’organisation psychique et somatique (malgré la période de maturité sexuelle, le viol de Sonia en est l’archétype dans son ultime violence et sa dramatique expression). Aussi, dans la scène infantile de séduction, il se caractérise en termes économiques, par un afflux excessif d’excitation que le sujet est incapable de tolérer et de maîtriser.

  • 12 Sigmund Freud (1887-1902), La naissance de la psychanalyse, op. cit., p. 369.
  • 13 Jean Guillaumin (1985), « Besoin de traumatisme et adolescence », Adolescence, 3 (1), p. 127.
  • 14 Il y a aussi à l’adolescence la recherche du plaisir ordalique, le « jeu » de la roulette russe, le (...)

25Dans l’« Esquisse d’une psychologie scientifique » (1895), Freud en étudiant le refoulement hystérique suppose deux événements séparés dans le temps : une scène de séduction pré-sexuelle pour l’enfant et une seconde scène qui présente certaines analogies avec la première ; mais cette fois du fait de l’achèvement de la puberté, l’émotion sexuelle est possible, émotion provoquée inconsciemment par le souvenir du premier événement. Le moi ne peut utiliser ici ses défenses normales (évitement au moyen de l’attention par exemple) contre cet affect déplaisant. « L’attention, écrit Freud, se concentre sur des perceptions généralement susceptibles de déclencher du déplaisir. Mais ici c’est une trace mnémonique et non une perception qui, inopinément, provoque ce déplaisir et le moi le découvre trop tard12 ». De ce fait, nous assistons au moment de l’adolescence à une véritable névrose de « victimité », un éternel retour du même traumatisme inaugural, une authentique compulsion de destin (Schicksalszwang), un fatum immuable « traumatophilique » ou « traumatotropique ». Nous savons toutefois que l’appétence traumatophilique, dans une perspective de développement « normal », peut être considérée comme un « besoin inhérent aux instincts de vie et générateur de déplacements impérieux des désirs d’objets13. » L’adolescence post-pubertaire est, en effet, marquée par la manifestation de conduites masochiques et traumatiques. A cette période caractérisée par la recherche d’excès et d’exploits de tous genres, il existe un réel besoin de traumatisme pour reprendre l’expression de Jean Guillaumin14. Dans ce cas, paradoxalement, les pulsions de mort dans leur expression traumatophilique ne sont pas forcément opposées aux pulsions de vie. Mais, dans la situation de Sonia, bien au contraire, les pulsions traumatophiliques en action à l’adolescence, sont essentiellement mortifères et anabréactives. La répétition à l’adolescence du même traumatique de l’après-coup n’a aucune emprise cathartique sur le traumatique du même de l’avant-coup. Tout autrement, la stérilité de la répétition risque de pousser la jeune fille, objet de ses pulsions indomptées, dans un cycle traumatique et victimotropique pernicieux jusqu’à en mourir de jouissance.

La jouissance du déplaisir

  • 15 Sigmund Freud (1920), « Au-delà du principe de plaisir », in Essais de psychanalyse, trad. coll., P (...)

26Dans une optique clinique pathologique, c’est surtout à la fin du chapitre III de l’« Au-delà du principe de plaisir » (1920) que Freud15 évoque à titre d’exemple de répétition, le cas de ces personnes qui « … donnent l’impression d’un destin qui les poursuit, d’une orientation démoniaque de leur existence. »

  • 16 Sigmund Freud (1909), « Analyse d’une phobie d’un petit garçon de cinq ans : Le petit Hans », in Ci (...)

27Dans sa position traumatique répétitive, on peut dire que Sonia aussi est hantée par ce même sort infernal. Excédée et débordée dans ses fonctions de liaison, elle reproduit, de façon compulsive et automatique, la situation traumatique originelle « c’est plus fort que moi » regrette-t-elle. Certains souvenirs, non-domptés, se rapportant à des expériences douloureuses, créent des affects de déplaisir et deviennent des traumatismes après-coup. Le refoulé cherche systématiquement à « faire retour » dans le présent (sous forme de mise en acte) « … Ce qui est demeuré incompris fait retour ; telle une âme en peine, il n’a pas de repos jusqu’à ce que soient trouvées résolution et délivrance16. »

28Notons cependant que dans la compulsion de répétition, le déplaisir apporté au moi par les émotions pulsionnelles refoulées ne contredit pas le principe de plaisir procuré par l’autre système. La tendance répétitive « au-delà du principe de plaisir » dans la mesure où les expériences renouvelées sont aussi douloureuses qu’agréables, ne constituent pas pour autant un principe opposé au principe de plaisir.

  • 17 Sigmund Freud (1924), « Le problème économique du masochisme », in Névrose, psychose et perversion, (...)

29Aussi, la compulsion de répétition, si elle est parfois une tentative faite par le moi pour maîtriser et abréagir des tensions excessives, est, à l’adolescence, surtout en rapport avec ce qu’il y a de plus « pulsionnel » et de « démoniaque » dans toute pulsion, la tendance irrésistible et irrépressible à la libération impérative qui s’illustre dans la notion de pulsion de mort. Le principe de plaisir qui correspond à l’écoulement libre de l’énergie, est bien dans ce sens « au service des pulsions de mort17 ». Pour Sonia les expériences qui sont renouvelées malgré leur caractère déplaisant, voire douloureux, apparaissent comme une fatalité externe dont elle se sent par projection la victime. En fait, elle se sent victime de l’extérieur comme de l’intérieur. Dans ses réactions désadaptées sans effet cathartique, son moi subit l’emprise du processus primaire : l’énergie dans une effraction interne pubertaire cherche à se décharger de façon imméditate, totale et brutale, par les voies les plus courtes. Son moi est littéralement « poussé », voire « déchiré », par une force incoercible endogène la contraignant impuissante à jouir de la répétition. Ainsi, le traumatisme de l’après-coup cherche sans cesse à faire revenir le passé refoulé dans le présent. Il s’agit d’une réelle re-constitution, au sens quasi judiciaire, de la scène traumatique inaugurale, qui, en déterminant les répétitions agies du trauma dans l’adolescence, est en réalité surtout anté-traumatique.

  • 18 Cf. Moses et Egle Laufer (1984), op. cit.
  • 19 Jean Laplanche (1970-1973), Problématiques I, L’angoisse, Paris, PUF, 2e éd., 1981, p. 59.

30Si la répétition joue un rôle majeur dans le travail psychique du trauma, dans le cas de Sonia, au contraire, des fixations ou des régressions au principe de jouissance persistent, la ramenant à l’événement traumatisant et entravant son développement dans le sens d’un breakdown pathologique lauférien18. De fait, les événements extérieurs traumatogènes tirent leur efficacité des fantasmes et désirs qu’ils activent et du déferlement d’excitation pulsionnelle qu’ils déclenchent. Jean Laplanche souligne le télescopage entre les deux expériences traumatiques présexuelle et pubertaire au moment de l’adolescence « … Il y a, écrit cet auteur, double débordement (Überwältigung) parce qu’il y a une double scène… […]… Le sujet est trompé justement par le jeu du symbolique entre deux scènes, dont seule la conjonction fait le traumatisme19. »

Dans cette situation, le moi traumatique adolescent est débordé par des dangers symétriques interne et externe. Il est attaqué du dedans, c’est à dire par les excitations pulsionnelles en connexion avec les traces mnésiques du trauma initial, comme il l’est du dehors par la réactivation de ces mêmes scènes de séduction traumatiques avec l’élévation de l’élan pubertaire adolescent. Ainsi, le moi qui est le lieu de la maîtrise, de l’inhibition et du processus secondaire, se laisse submerger et entraîner vers un mode de défense anormal cataclysmique. Il se met de ce fait à fonctionner comme le désir. Sans pare-excitations efficaces, la sexualité post-traumatique devient à l’adolescence « déliée », complètement « déchaînée ».

Répétition et punition

  • 20 Jean Laplanche (1970-1973), Problématiques I, L’angoisse, op. cit.

31Dans le cas de Sonia, la compulsion de répétition se caractérise par l’expression fantasmatique et pulsionnelle infernale qui se situe en deçà du principe de plaisir c’est-à-dire la tendance fondamentale à chercher la satisfaction du désir-besoin (principe de plaisir) dans la répétition d’expériences fortes et déplaisantes (principe de déplaisir). « Tout se passe, écrit J. Laplanche, comme si le sujet, à travers des équivalents symboliques et réduits de l’expérience déplaisante, essayait de se familiariser avec le traumatisme originel20. »

32Mais nous ne pouvons pas affirmer que dans les vraies répétitions traumatiques, contrastées, où parfois le plaisir de la scène initiale de séduction se mêle à la souffrance narcissique de l’après-coup, il n’existe pas une intention inconsciente de subir à nouveau les mêmes outrages. De victime inconsciente de l’état d’enfance, l’adolescent se transforme en bourreau inconscient de lui-même, en quête d’éternelle jouissance à travers les forces pulsionnelles mortifères et le besoin de punition comme désir inconscient.

33Malgré les autoreproches et l’autoculpabilité exprimée par Sonia : « C’est ma faute… je m’en veux… j’ai été désagréable… » ou à cause de ceux-ci, elle ne peut néanmoins s’empêcher de s’infliger des souffrances dans des situations traumatiques où se mêlent le danger et la jouissance, l’amour et la mort. Aussi, la pulsion mortifère, qui se manifeste à l’état brut dans le besoin de punition, est accompagnée par des sentiments d’indignité personnelle, des auto-accusations et autodépréciations exprimant un narcissisme blessé, « troué », négatif : « Je suis trouée, salie… » dit Sonia. Les blessures traumatiques de l’effraction à l’adolescence s’accompagnent de blessures narcissiques extrêmes : « J’ai trop abusé de mon corps… Je me dis que je suis foutue… ». Le vécu traumatique est intense lorsque le sujet évoque, par ailleurs, les principes de la religion, utilisés parfois comme pare-excitations, et la sacralisation de la virginité – comme enveloppe protectrice – perdue en s’interrogeant avec détresse sur la possibilité d’une réparation narcissique chirurgicale pseudo-magique. A la recherche d’une conscience morale suprême, Sonia rappelle son attachement au dogme religieux utilisé comme mode de défense et d’étayage : « Je suis croyante, je ne peux compter que sur Dieu ». Le traumatisme subi, à la fois, par séduction et forcement, jouissance et contrainte, est ici considéré comme une faute et une culpabilité personnelle grave, en rappelant elle-même que dans la tradition ancienne le déshonneur de la fille obligeait le père ou le substitut de son autorité à la sacrifier de manière sanglante exprimant ainsi, tel Œdipe confronté à son maudit sort, une sorte de victimité sacrificielle de destinée.

  • 21 Sigmund Freud (1919), « Un enfant est battu ». Contribution à la connaissance de la genèse des perv (...)
  • 22 Sigmund Freud (1920), L’inquiétante étrangeté et autres essais, Paris, Gallimard, 1985.

34De cette façon, on peut penser que dans une logique de répétition du même douloureux, la culpabilité d’une faute précocement intégrée comme réalité interne peut créer une nouvelle faute et la recherche d’un besoin de punition au travers d’inclination traumatophilique et d’appétence victimophilique masochique dans un sacrifice expiatoire, avec tout ce que cette situation comporte comme jouissance et érotisation. Freud (1919)21 a indiqué que le besoin de punition peut se révéler comme désir d’être battu par le père et renvoyer à celui d’avoir des rapports sexuels avec lui. Cette idée est reprise dans L’inquiétante étrangeté22 dans le rapprochement entre la compulsion de répétition, le désir incestueux et le vœu parricide fantasmé et culpabilisant pour le sujet. En effet, le sentiment de culpabilité est intimement lié au complexe d’œdipe et le fantasme incestueux qu’il implique. Comme dans la scène de fustigation signalée dans l’article « Un enfant est battu », dans le fantasme originaire de la scène primitive décrite par Sonia, le jeune fantasque passe du statut de spectateur à celui de l’acteur et prend la place de la « victime » dans un fantasme incestueux. Ce personnage victimaire peut être dans une représentation fantasmatique de l’adolescente, si nous nous référons par ailleurs, à la théorie de Melanie Klein des « parents combinés », la femme « coïtée » et agressée ou, par identification œdipienne, sa propre fille, c’est-à-dire Sonia prenant le rôle de sa mère dans l’acte sexuel.

  • 23 Sigmund Freud (1938), « L’analyse avec fin et l’analyse sans fin », in Résultats, idées et problème (...)

35Enfin du besoin de répétition au besoin de punition, la pulsion de mort, liée psychiquement par le surmoi ou « à l’œuvre, on ne sait pas trop où, sous forme liée ou libre »23 trouve largement son expression à travers les actes de destruction non maîtrisés où la jouissance (de l’Autre) et la douleur sont intrinsèquement associés dans le paradoxe de la perpétuelle réviviscence du mortifère.

Déliaison et destruction

36Comme nous l’avons vu dans la première scène traumatogène, un « corps étranger interne » s’est implanté, devenant la source des pulsions traumatophiles dans les expériences déplaisantes ultérieures. Ce corps étranger attaque de l’intérieur, l’intérieur de la personne. De la sorte, le traumatisme est devenu interne. Il s’agit d’une réelle effraction interne à travers l’attaque pulsionnelle et le besoin impérieux de mettre en acte ces attaques. L’adolescent sous l’emprise de ses désirs et ses fantasmes inconscients qui se sont transformés en besoins, les vit dans le présent avec un sentiment d’actualité d’autant plus vif qu’il en méconnaît l’étiologie et le caractère répétitif. Il fait, malgré lui, revenir le passé dans le présent. Et dans un état quasi-hypnoïde, il est poussé à répéter le désagréable. Le souvenir pathogène de la première scène déclenche une foule d’excitations sexuelles débordant les défenses du moi, comme si le sujet adolescent hallucinait, dans la réalité extérieure, les scènes traumatiques essentielles et entrait en scène dans son propre scénario hallucinatoire. Ainsi, le fantasme traumatisant devient une réalité traumatisante car en cette occurrence la mémoire est « amnésique ». Elle « retient » mais ne se souvient pas.

37Cependant, le déplaisir trouve un autre déplaisir, la douleur de l’afflux excessif de l’excitation amène la douleur après-coup de la double agression externe (réalité environnante) et interne (reproches du surmoi, autodépréciation et désidéalisation du moi…). La répétition du même traumatique ne conduit pas seulement vers la recherche de la réduction complète des tensions (principe de plaisir), d’une simple satisfaction libidinale ou d’une simple tentative de maîtriser les expériences déplaisantes mais elle marque le primat de la pulsion de mort, la jouissance inconsciente paradoxale « au-delà du principe de plaisir » dans la recherche suprême et radicale de l’extinction des excitations, l’atteinte du nirvana.

  • 24 Sigmund Freud (1929), Malaise dans la culture, op. cit., p. 74-5.
  • 25 Sigmund Freud (1926), Inhibition, symptôme et angoisse, trad. M. Tort, 9e édit., 1990, Paris, PUF, (...)

38C’est en ce sens que Freud dit parfois de la pulsion de mort qu’elle est « muette » et « … se dérobe à toute aperception lorsqu’elle n’est pas teintée d’érotisme24 ». Les motions pulsionnelles ne s’expriment jamais à l’état pur mais se manifestent dans des « alliages des deux pulsions dans des proportions diverses25 ».

  • 26 Sigmund Freud (1938), Abrégé de psychanalyse, trad. A. Berman, 11e édit., Paris, PUF, p. 8.

39Aussi, si le but de la pulsion de vie est de lier et de conserver, la pulsion de mort, au contraire, tend à disloquer les liens, donc à anéantir les choses26.

  • 27 Cf. Le processus du couple d’opposés sadisme-masochisme, plus précisément le cas © du masochisme et (...)

40La libération brusque d’énergie et le déchaînement sexuel que comporte la pulsion de mort, amènent une jouissance instantanée, mais apportent surtout une charge importante de destruction et une souffrance masochique essentiellement narcissique et érotisée. Ainsi, malgré les blessures au plan psychique et parfois physique graves, l’adolescent comme un automate est « programmé » et condamné à toujours recommencer les expériences douloureuses et déplaisantes. Dans ce sens, les pulsions de destruction qui agissent de l’intérieur sont tournées vers l’intérieur (Selbstdestruktion) jusqu’à ce qu’elles trouvent une personne extérieure pour assumer le rôle de sujet (sadique)27. Cette situation masochique contraint l’appareil psychique à aller toujours plus loin dans la destruction du moi, à son abolition.

  • 28 Nous faisons ici directement référence au masochisme dans son rapport étroit avec les scènes de séd (...)

41À l’adolescence, dans la répétition effrénée masochique et mortifère du traumatique, l’appareil psychique n’arrive pas à transformer l’énergie libre en énergie liée, à ajourner la décharge, élaborer psychiquement les excitations. Le moi n’arrive pas à jouer son rôle de régulateur et d’inhibiteur du processus primaire. La fonction de pare-excitations qui consiste à sauvegarder l’organisme contre les excitations en provenance du monde extérieur qui, par leur intensité, risqueraient de le détruire, est défaillante. L’appareil psychique n’arrive plus à filtrer les excitations internes (déchaînement pulsionnel pubertaire) et protéger l’organisme contre les excitations extérieures, contraignant ainsi le jeune sujet à renouveler les expériences de séduction masochiques28 traumatiques.

  • 29 Sigmund Freud – Joseph Breuer (1895), Etudes sur l’hystérie, trad. A. Berman, 12e édit., Paris, PUF (...)

42Aussi, pour échapper à cette reproduction diabolique de la destruction, l’effet traumatisant doit être liquidé, soit par abréaction, soit par intégration « dans le grand complexe des associations »29 qui exerce ainsi une action correctrice. Le souvenir présexuel pathogène peut être incorporé, en effet, dans une série associative qui permet le remaniement de l’événement, sa remise en place. Ainsi, l’abréaction est le passage naturel qui permet à l’adolescent de réagir à un événement et d’empêcher que celui-ci ne conserve un quantum d’affect « négatif » trop important. Il faut cependant que cette réaction soit congruente pour qu’elle puisse avoir un effet cathartique.

43Notons que, dès les Études sur l’ hystérie (1895), Freud décrit parfois comme un processus d’abréaction un véritable travail de remémoration et d’élaboration psychique où le même affect se trouve réveillé corrélativement au souvenir des différents événements qui l’ont provoqué.

44Ainsi, l’élaboration psychique repose sur le travail accompli par l’appareil psychique en vue de maîtriser les excitations qui lui parviennent et dont l’accumulation risque d’être pathogène. Ce travail qui consiste à intégrer les excitations dans le psychisme et à établir entre elles des liaisons associatives, transforme la quantité d’énergie et permet de dominer celle-ci en la dérivant ou en la liant.

  • 30 Edward Bibring (1943), « The conception of the repetition compulsion », Psychoanalytic Quarterly, X (...)
  • 31 Daniel Lagache (1958), « La psychanalyse et la structure de la personnalité », in La Psychanalyse, (...)

45Dans cette même perspective de lutte contre la compulsion mortifère et destructrice de répétition, les mécanismes de dégagement (working-off mechanisms) d’Edward Bibring30 peuvent être d’une grande utilité thérapeutique. Ces mécanismes de dégagement sont à distinguer des mécanismes de défense. Ces derniers n’ont pour fin que la diminution pressante des tensions, selon le principe de déplaisir-plaisir. Ainsi, les compulsions de défense, automatiques et inconscientes, sont sous la dépendance du processus primaire alors que les mécanismes de dégagement, qui sont une forme de sublimation, sont gouvernés par les processus secondaires. Ceux-ci permettent au sujet de se détacher de la représentation et de ses identifications assujettissanTES. RAPpelons succinctement que les mécanismes de dégagement, comme l’écrit Bibring, « … n’ont pour but ni d’amener la décharge (abréaction), ni de rendre la tension sans danger (mécanismes de défense) ; leur fonction est de dissoudre progressivement la tension en changeant les conditions internes qui lui donnent naissance ». Soulignons que cette notion de « dégagement » du moi est reprise et développée par Daniel Lagache (1956)31 dans son travail sur « La psychanalyse et la structure de la personnalité » ; il y précise les formes de dégagement en renvoyant à l’expérience de la cure : « … Le passage de la répétition agie à la remémoration pensée et parlée […] ; le passage de l’identification, par laquelle le sujet se confond avec son vécu, à l’objectivation, par laquelle il prend de la distance par rapport à ce vécu ». Pour que le sujet se dégage de la répétition, il est de ce fait utile de particulariser les mécanismes de défense du moi par rapport aux pulsions du ça, et de différencier l’activité de dégagement du moi par rapport à ses propres opérations défensives.

46Enfin le principe de réalité qui est un principe de régulation et de contrôle doit être en homéostasie relativement constante avec le principe de plaisir. Ainsi la satisfaction ne s’effectuera plus réitérativement par les voies les plus courtes, mais elle empruntera des détours et différera son résultat en fonction des conditions imposées par le monde extérieur. Dans cette direction, une modification fondamentale dans les trois points de vue de la métapsychologie s’impose, à savoir la transformation d’une énergie libre en une énergie liée, la prise de conscience des forces inconscientes agissantes, et la prévalence des pulsions de vie et du moi sur les pulsions autosadiques de mort.

Notes

1 Cf. Sigmund Freud (1939), « L’Homme Moïse et la religion monothéiste », in Sigmund Freud, Œuvres complètes, vol. XX, 1937-1939, Paris, PUF.

2 Ne pas oublier que Freud a abordé la psychanalyse comme « catharsis ».

3 Claude Janin (1996), Figures et destins du traumatisme, op. cit., p. 48.

4 Sigmund Freud (1909) donne cette expression dans son analyse de « L’homme aux rats ». Voir les Cinq psychanalyses (1900-1914), trad. franç. M. Bonaparte et R.M. Loewenstein, Paris, PUF, 1975, p. 207.

5 C’est moi qui souligne.

6 Ce qui est bizarre est qu’à cet âge l’enfant ne vivait pas avec son père. N’est-ce pas là un fantasme important dans son contenu et dans son élaboration ?

7 Moses et Egle Laufer (1984), Adolescence et rupture du développement. Une perspective psychanalytique, Collection Le Fil Rouge, Paris, PUF, 1989, p. 160.

8 Elsa Schmid-Kitsikis (2002), « Elle regarde derrière et devint une statue de sel », l’attrait du perceptif dans la séduction traumatique, Revue française de psychanalyse, 3/2002, p. 852.

9 Gérard Szweig (2002), « Point de vue », in Rémy Puyuelo (2002), L’enfant du jour, l’enfant de la nuit, op. cit., p. 194.

10 Sigmund Freud (1896), « L’hérédité et l’étiologie des névroses », in Sigmund Freud, Œuvres complètes, vol. III, 1894-1899, trad. Coll., Paris, PUF, 1989.

11 Cf. Sigmund Freud (1899), « Des souvenirs-couvertures », in Sigmund Freud, Œuvres complètes, vol. III, op. cit.

12 Sigmund Freud (1887-1902), La naissance de la psychanalyse, op. cit., p. 369.

13 Jean Guillaumin (1985), « Besoin de traumatisme et adolescence », Adolescence, 3 (1), p. 127.

14 Il y a aussi à l’adolescence la recherche du plaisir ordalique, le « jeu » de la roulette russe, le défi à la mort.

15 Sigmund Freud (1920), « Au-delà du principe de plaisir », in Essais de psychanalyse, trad. coll., Paris, PBP, Payot, 1981, p. 61.

16 Sigmund Freud (1909), « Analyse d’une phobie d’un petit garçon de cinq ans : Le petit Hans », in Cinq psychanalyses, op. cit., p. 180.

17 Sigmund Freud (1924), « Le problème économique du masochisme », in Névrose, psychose et perversion, op. cit.

18 Cf. Moses et Egle Laufer (1984), op. cit.

19 Jean Laplanche (1970-1973), Problématiques I, L’angoisse, Paris, PUF, 2e éd., 1981, p. 59.

20 Jean Laplanche (1970-1973), Problématiques I, L’angoisse, op. cit.

21 Sigmund Freud (1919), « Un enfant est battu ». Contribution à la connaissance de la genèse des perversions sexuelles », in Névrose, psychose et perversion, op. cit.,

22 Sigmund Freud (1920), L’inquiétante étrangeté et autres essais, Paris, Gallimard, 1985.

23 Sigmund Freud (1938), « L’analyse avec fin et l’analyse sans fin », in Résultats, idées et problèmes II, 1921-1938, op. cit., p. 258.

24 Sigmund Freud (1929), Malaise dans la culture, op. cit., p. 74-5.

25 Sigmund Freud (1926), Inhibition, symptôme et angoisse, trad. M. Tort, 9e édit., 1990, Paris, PUF, p. 48.

26 Sigmund Freud (1938), Abrégé de psychanalyse, trad. A. Berman, 11e édit., Paris, PUF, p. 8.

27 Cf. Le processus du couple d’opposés sadisme-masochisme, plus précisément le cas © du masochisme et le mécanisme défensif du retournement sur la personne propre analysé dans « Pulsions et destins des pulsions », Freud (1915), in Métapsychologie, trad. coll. Paris, Gallimard, 1990, p. 26.

28 Nous faisons ici directement référence au masochisme dans son rapport étroit avec les scènes de séduction. Voir à cet égard Jean Laplanche (1992), « Masochisme et théorie de la séduction généralisée », Psychanalyse à l’Université, 17, 67, 1992, p. 3-18.

29 Sigmund Freud – Joseph Breuer (1895), Etudes sur l’hystérie, trad. A. Berman, 12e édit., Paris, PUF, 1994, p. 6.

30 Edward Bibring (1943), « The conception of the repetition compulsion », Psychoanalytic Quarterly, XII (4), 486-519. E. Bibring a décrit certains types de mécanismes de dégagement comme la compensation, le détachement de la libido ou la familiarisation du sujet avec la situation traumatique.

31 Daniel Lagache (1958), « La psychanalyse et la structure de la personnalité », in La Psychanalyse, Paris, PUF, vol. 6, et in Œuvres IV, 1956-1962, Paris, PUF, 1982, p. 218.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search