Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Première partie. L’adolescence, le traumatisme et la séduction

Chapitre V. Secrets et théorie de la séduction

Texte intégral

« Je ne crois plus à ma neurotica »

  • 1 Ces trois articles sont parus dans Névrose, psychose et perversion, op. cit., et dans Sigmund Freud (...)
  • 2 Lettre 29 (8-10-1895), in La naissance de la psychanalyse, op. cit., p. 141.
  • 3 Lettre 30 (15-10-1895), in La naissance de la psychanalyse, op. cit., p. 144. Voir également la let (...)

1Dans le développement de la métapsychologie du trauma, je rappelle que Freud a construit sa théorie de la séduction autour de trois importants textes qui datent de l’année 1896 (début et printemps). Ces articles sont : « L’hérédité et l’étiologie des névroses », « Nouvelles remarques sur les psychonévroses de défense » et « L’étiologie de l’hystérie1 ». Toutefois, déjà dans sa correspondance avec Wilhelm Fliess en 1895 et selon ses observations cliniques de patientes hystériques, Freud est convaincu que : « L’hystérie est déterminée par un incident sexuel primaire survenu avant la puberté et qui a été accompagné de dégoût et d’effroi. Pour l’obsédé, ce même incident a été accompagné de plaisir2. » Il ajoute dans sa comparaison entre l’hystérie et la pathologie obsessionnelle : « L’hystérie résulte d’un choc sexuel présexuel, la névrose obsessionnelle d’une volupté sexuelle présexuelle, transformée ultérieurement en sentiment de culpabilité3. »

2Cette analyse conjecturale découle du fait que Freud dans les années quatre-vingt-dix entendait couramment parler, dans son travail clinique avec ses patients, des expériences sexuelles de séduction auxquelles ils avaient pu être soumis dans l’enfance.

3Cependant, deux ans après, Freud va abandonner l’idée de l’origine réelle de l’incident sexuel et faire valoir le « fantasme » dans l’étiologie du traumatisme. Ainsi, dans sa célèbre lettre du 21 septembre 1897 adressée à Fliess, il déclare : « J’ai renoncé à ma neurotica ». Dans cette phase critique de son élaboration analytique, il affirme son « erreur », voire sa faute en ce qui concerne l’étiologie des symptômes, puisqu’il admet lui-même avoir attribué au dehors ce qui se rapporte au-dedans. En conséquence, il dut se persuader que les récits de ses patients marqués par la séduction sexuelle dans l’enfance, ne répondaient que partiellement à des faits existants.

  • 4 La version courante de la théorie de la séduction et de ses remaniements, est fondée sur le dernier (...)

4Freud, maintenant, savait qu’une attaque venant de l’extérieur n’était pas une condition déterminante nécessaire de la maladie mais qu’au contraire celle-ci pouvait être déclenchée à partir d’une série de causes internes4.

Fantasme ou réalité, réalité et fantasme

5Traumatismes extérieurs ou facteurs internes ? La réalité ou le fantasme ? Quelle est la réalité du fantasme ? S’agit-il de la réalité psychique (conflits, fantasmes, pulsions) ou celle qui relève de ce que Freud appelle le Wirkliches (l’effectivité) ?

  • 5 Le terme de modèle de la pulsion qui appartient à une période plus tardive de la théorisation freud (...)

6Dans sa correspondance avec Fliess et même plus tard dans ses écrits Freud développe successivement deux modèles étiologiques : le modèle du trauma et le modèle de la pulsion5.

7Ainsi, le modèle du trauma, met l’accent sur les facteurs visiblement externes, l’autre le modèle de la pulsion, se recentre sur les facteurs internes, invisibles, se dérobant toujours à notre perception.

8Dans la fameuse lettre de septembre 1897, renonçant à sa neurotica, à l’étiologie paternelle dans la séduction traumatique, Freud concluait que : « la notion certaine que dans l’inconscient, il n’y a pas d’indice de réalité, de sorte qu’on ne peut distinguer la vérité d’une fiction investie d’affect ». Il est, en effet, particulièrement difficile de démêler les souvenirs inconscients des fantasmes inconscients.

9Toutefois, on pourrait dire qu’une sorte de « compromis » est trouvé. C’est ainsi que dans L’interprétation du rêve (1899-1900), Freud écrit : « Ce n’est pas aux souvenirs eux-mêmes mais aux fantaisies édifiées sur la base des souvenirs que se rattachent en premier les symptômes hystériques » (Œuvres complètes, IV, p. 542). Il y aurait donc toujours un socle de réalité.

  • 6 Voir Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse (1933), l’histoire clinique de « L’Homm (...)

10En définitive, Le modèle du trauma, dans sa figure de théorie de la séduction, suppose un ensemble causal complexe où réalités externe et interne, facteurs sociaux, psychiques et somatiques s’entremêlent en de multiples réseaux. De la sorte, il existe un véritable couplage, une jonction du modèle du trauma et du modèle de la pulsion6 dans l’abord étiologique du trauma.

Trauma, pulsion et puberté

11A la puberté, l’adolescent subit un double débordement, du dedans comme du dehors. A cette période, l’excitation s’impose avec une si forte intensité qu’elle requiert une surenchère du scénario de la séduction. Cette fois-ci l’effraction traumatique est essentiellement interne. (H. Maïdi, 1996) Le corps du dedans est traumatique. La puberté est intrusive. Toutefois, l’instance protectrice, le « pare-excitation de l’appareil psychique » (« Au-delà du principe de plaisir », 1920, p. 73), est assaillie de l’intérieur comme de l’extérieur.

12En effet, le flot d’excitation peut, à partir des incidents externes, se produire au niveau des perceptions corporelles internes. De manière équivalente, il peut aussi s’engendrer depuis les « excitations de l’intérieur », tout spécialement avec les « pulsions de l’organisme » (Id. p. 77) qui sont singulièrement embarrassantes à la période de l’adolescence.

13Dans ce même texte, « Au-delà du principe de plaisir », Freud va si loin dans l’intégration des deux modèles étiologiques interne et externe, pulsion et trauma, que l’on peut affirmer qu’une défaillance dans la maîtrise d’une telle production endogène d’afflux d’excitation peut provoquer une perturbation analogue aux névroses traumatiques (Ibid. p. 77) lesquelles ont leur origine dans une excitation externe.

  • 7 L’adulte improbe et de faible moralité dira quant à lui lorsqu’il s’agit d’une agression sexuelle p (...)

14Par ailleurs, l’avènement pubertaire peut déterminer chez l’adolescent une sorte d’hystérisation du comportement dans le sens où il affirmera dans cette perspective projective : « Ce n’est pas moi qui le provoque, c’est lui qui me désire7 ». La provocation arrive cette fois du dedans, des assauts pulsionnels.

15Ainsi, dans l’occurrence de la séduction, il ne s’agit pas simplement de chercher l’auteur du crime, responsabilité qui échoit à l’autorité judiciaire, mais de chercher l’auteur et l’acteur du fantasme, rôle que le psychanalyste et le psychothérapeute essayent d’occuper.

16Freud accordait une place centrale dans sa recherche à l’aspect pulsionnel, au corps, ce domaine de transition entre intérieur et extérieur, entre subjectivité et objectivité, entre réalité interne, et réalité externe. Des éléments limites qui sont surtout difficiles à distinguer, car en psychanalyse, faut-il le rappeler, le « et » de l’union est nettement plus fréquent dans la vie psychique inconsciente que le « ou » du clivage et de la séparation.

  • 8 Sigmund Freud (1933), « Angoisse et vie pulsionnelle », in Nouvelles conférences d’introduction à l (...)

17Toutefois, bien que la théorie pulsionnelle, « pour ainsi dire notre mythologie8 », ainsi qu’elle a été caractérisée par Freud, céda à l’obscurité de la biologie et aux conceptions pré-scientifiques, Freud incontestablement demeura néanmoins toute sa vie intéressé par le traumatisme, qu’il parvienne de l’intérieur, de la réalité interne, ou qu’il émane de l’environnement, de la réalité externe.

  • 9 Claude Janin (1996), Figures et destins du traumatisme, Paris, PUF, (2e éd., 1999).

18En ce sens et plus proche de nous, Claude Janin (1996)9 dans son travail sur le « trauma » montre très justement qu’il est parfois difficile de dissocier la réalité événementielle de la réalité psychique. Aussi, utilise-t-il la notion essentielle du point de vue métapsychologique de « collapsus topique » pour définir plus nettement le télescopage de l’événement et du fantasme, une collusion inconsciente entre deux perceptions, comme si elles n’étaient pas distantes et distinctes par un éloignement temporel.

Notes

1 Ces trois articles sont parus dans Névrose, psychose et perversion, op. cit., et dans Sigmund Freud, Œuvres complètes, vol. III, trad. coll., Paris, PUF.

2 Lettre 29 (8-10-1895), in La naissance de la psychanalyse, op. cit., p. 141.

3 Lettre 30 (15-10-1895), in La naissance de la psychanalyse, op. cit., p. 144. Voir également la lettre 31, du 16-10-1895.

4 La version courante de la théorie de la séduction et de ses remaniements, est fondée sur le dernier résumé qu’en a donné Freud en 1933 : « A l’époque où l’intérêt principal était dirigé sur la découverte des traumatismes sexuels de l’enfance, presque toutes mes patientes me racontaient qu’elles avaient été séduites par leur père. Il me fallut finalement constater que ces rapports n’étaient pas vrais, et j’ai appris ainsi à comprendre que les symptômes hystériques dérivent de fantasmes et non pas d’événements réels. » Sigmund Freud (1933), Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, « La féminité », Paris, Gallimard, p. 161.

5 Le terme de modèle de la pulsion qui appartient à une période plus tardive de la théorisation freudienne, est dans cette correspondance, clairement anticipé. Le mot « pulsion » y est employé, isolé dans des expressions composées comme « vie pulsionnelle », « restriction pulsionnelle » ou « pulsion sexuelle ».

6 Voir Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse (1933), l’histoire clinique de « L’Homme aux loups » (1918), « Au-delà du principe de plaisir » (1920), et plus tard « L’Homme Moïse… » (1939).

7 L’adulte improbe et de faible moralité dira quant à lui lorsqu’il s’agit d’une agression sexuelle perpétrée à l’endroit de l’enfant ou de l’adolescent : « Je ne l’ai pas violé(e), car c’est lui (elle) qui m’a provoqué ».

8 Sigmund Freud (1933), « Angoisse et vie pulsionnelle », in Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, Paris, Gallimard, p. 129.

9 Claude Janin (1996), Figures et destins du traumatisme, Paris, PUF, (2e éd., 1999).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search