Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Première partie. L’adolescence, le traumatisme et la séduction

Chapitre IV. Clément, l’enfant de l’inceste

Texte intégral

1 Clément est un adolescent rencontré pour la première fois à l’âge de dix-huit ans. Placé en institution spécialisée (Institut médico-éducatif), il dépend des services de l’Aide Sociale à l’Enfance depuis l’âge de treize ans. Et depuis l’âge de sept ans, il a été sous le statut de garde directe dans une Maison d’enfance. Dans les antécédents, on relève essentiellement une désafférentation affective avec maltraitance et des carences narcissiques et éducatives. Ce jeune homme est le seul garçon d’une fratrie de quatre enfants. Ces derniers ont été abandonnés (Clément avait alors sept ans) par leur mère et laissés à la charge de leur père. Celui-ci était aidé par ses deux sœurs, elles-mêmes divorcées, qui ont l’une et l’autre accepté d’accueillir le week-end chacune deux des quatre enfants.

2A l’âge de dix ans, Clément a été opéré d’une tumeur cérébrale (astrocytome de la fosse postérieure) et a présenté des troubles de l’équilibre, des tremblements et une comitialité neutralisée par le traitement médicamenteux.

3Vers l’âge de douze ans, Clément et sa sœur plus âgée de deux ans, les deux autres enfants étant placés dans un foyer, se sont plaints de violences sexuelles que leur faisait subir le père depuis cinq ans. Ce dernier abusait de ses enfants et les obligeait à avoir entre eux des relations sexuelles.

4Vers l’âge de quatorze ans, Clément est une nouvelle fois examiné par des experts. En effet, lors de son placement dans une Maison d’enfance, il affirme avoir été victime de manipulations sexuelles de la part, cette fois-ci, du directeur de l’établissement. Inculpé, ce dernier a été provisoirement incarcéré durant deux années et a été disculpé en correctionnelle.

  • 1 Notons que le grand père de Clément s’est suicidé. Sans qu’il y ait de lien apparent avec cette aff (...)

5 Le père, quant à lui, a été condamné à quinze ans de réclusion criminelle1.

6Aujourd’hui, Clément est un jeune adulte de vingt ans dont le développement physique paraît resté fixé au stade de la première adolescence. Au plan psychopathologique, il s’agit d’une structure de personnalité de type liminaire (tiers état) avec un comportement dominé par la violence et l’agressivité, une inconscience face au danger et une intolérance devant les frustrations. Nous observons aussi des éléments de la sphère abandonnique ainsi que des troubles narcissiques et identitaires sexués au travers d’une exagération des conduites phalliques (besoin de protestation virile) et une vigilance anxieuse contre tout signe pouvant éventuellement le « féminiser » (Par exemple, il a voulu modifier l’orthographe de son prénom – que nous avons ici changé – qu’il jugeait « un peu de fille »).

7Actuellement, dans la recherche d’un foyer d’hébergement qui pourrait l’accueillir, Clément est hospitalisé en Établissement de soins mentaux, et se rend régulièrement en fin de semaine chez sa tante qu’il appelle « maman ». Il s’agit d’un milieu chaleureux, simple mais assez fruste. Madame est mère de deux enfants, une fille et un garçon, avec lesquels Clément a des relations conflictuelles de rivalité. Cette tante, comme figure maternelle de substitution, fortement investie, avoue, néanmoins, son impuissance face à la violence des crises clastiques fréquentes de son neveu (« casse la télé », « menace au couteau », etc.).

  • 2 La manifestation excessive d’allures masculines se présente ici comme une opération défensive contr (...)

8Dans les séances de psychothérapie de type psychodramatique, Clément exprime fréquemment ses préoccupations identitaires sexuées en utilisant un masque imaginaire neutre, asexué ou de type androgynaire. Aussi, il adopte des comportements ambivalents qui oscillent entre un besoin d’affirmation et de confrontation active et virile dans des scènes de compétition sportive2 ou bien il se déguise en personnages de femmes victimes ou justicières. D’autres rôles sont tenus par Clément. Tantôt il est le héros imaginaire fantastique « Bioman » au pouvoir magique et à la force extraordinaire, tantôt il devient un personnage plus réaliste de père alcoolique et brutal. Mais le plus souvent, il aime interpréter dans une saynète particulièrement intense et violente, une « femme flic » à qui on enlève les enfants pour les maltraiter, voire les tuer. Par ailleurs, lorsqu’il évoque la relation prohibée avec son père, Clément aime montrer qu’il est désormais passé de la passivité (contrainte) à l’activité (justicière et morale). Ainsi, dit-il fièrement : « C’est moi qui l’ai envoyé en prison ». Autrement dit : « Je suis moral et il ne l’est pas ».

9L’adolescent tente ici de montrer son détachement libidinal et son désengagement des liens de domination-soumission qu’il avait avec son père. Toutefois l’agressivité verbale de Clément à l’endroit de son père parait être un acte défensif de « retour en son contraire » où l’attachement devient hostilité. Ainsi, on peut traduire de la sorte : « Je l’ai envoyé en prison pour mieux me préserver ». Quant à la mère, elle est décrite comme rejetante, non-protectrice et coupable : « Elle m’a abandonné. Tout est sa faute ». Pourtant, Clément tente de représenter la justice sous le personnage d’une « femme flic », condensation ambiguë d’une mère phallique idéalisée.

  • 3 Il s’agit d’une nouvelle de l’écrivain suisse Conrad Ferdinand Meyer (1825-1898), Gesammelte Werke (...)
  • 4 Sigmund Freud (1897-1898), La naissance de la psychanalyse, trad. A. Berman, Paris, PUF, 6e édit., (...)
  • 5 Le roman familial considéré comme un signe d’organisation paranoïaque, Freud l’aborde déjà dans son (...)
  • 6 Je rappelle que Clément a eu des relations sexuelles imposées avec sa sœur (Il s’est trouvé obligé (...)

10Dans cette perspective de la représentation féminisée des agents de l’ordre et de la répression des infractions, il me semble intéressant de faire à ce niveau un rapprochement avec le texte de La femme-juge (Die Richterin),3 cette première application inachevée de l’analyse à une production littéraire. Dans sa lettre 91 du 20 juin 1898 adressée à Fliess4, Freud étudie dans cette nouvelle, la relation de l’écrivain avec sa sœur sous une forme romancée dans le sens d’un roman familial5 qui constitue une défense contre l’inceste : « Si votre sœur n’est pas l’enfant de votre mère plus de reproches à vous faire », écrit Freud (p. 227)6.

11Cet aspect du roman familial sert aussi de revanche contre la mère insensible qui a tout dévoilé et a incriminé les coupables. Néanmoins, notons que dans le roman familial, comme dans le récit de cette nouvelle, « c’est la mère qui est surprise, démasquée et condamnée », une mère empoisonneuse et persécutrice. Dans la Femme Juge, expression d’une « réaction aux méfaits infantiles manifestes connus » (Cf. « Lettre 92 », p. 230), c’est la séduction de l’enfant par la mère qui est vigoureusement blâmée.

  • 7 Ce déchirement du corps de la sœur nous fait penser à un dessin libre exécuté par Clément dans lequ (...)

12De même, la violence est prégnante et poignante dans cette nouvelle. Elle est représentée notamment par la description de la sœur dont le corps se déchire contre les rochers et « qui prend ici la forme d’une réaction de la vertu outragée, la petite ayant été trop effrontée. » (Ibid., p. 228)7

13De façon analogue, cette nouvelle met en évidence la mésentente des parents, de même que l’hostilité envers la mère, considérée comme coupable, abusive et castratrice devenant dans le roman une marâtre. Le récit se présente donc comme l’expression d’un ressentiment de l’enfant vis à vis de sa mère et une réparation fantasmatique du préjudice cruel qu’elle lui a fait subir. A ce titre, il est important de souligner que dans les relations traumatiques incestueuses, la mère est d’une façon ou d’une autre toujours impliquée. Sa complicité et sa culpabilité sont directement ou indirectement engagées. C’est pourquoi la mère de Clément, même absente ou à cause de son absence et de sa disparition, est promptement et sévèrement incriminée par sont fils : « Tout est sa faute » clame-t-il.

« On tue un enfant »

  • 8 La violence, en effet, est l’expression froide et brutale du non-respect de l’autre, la non-reconna (...)
  • 9 Cette formule intéressante et expressive est utilisée par Daniel Paul Schreber dans ses Mémoires. « (...)
  • 10 Claude Balier (1994), « L’inceste : un meurtre d’identité », La Psychiatrie de l’enfant, Tome 37, F (...)

14La violence sexuelle se caractérise par la négation du désir du fils pour le père, ainsi que la négation de son fantasme qui fait effraction traumatisante dans la réalité. Le crime de la séduction incestueuse se situe donc dans la négation de l’existence de l’autre8 maintenu sous contrainte, pouvant pousser la victime à se détruire ou à se donner la mort. On peut dire ici qu’au-delà du « meurtre d’âme »9 décrit par Léonard Shengold (1989) concernant les abus de pouvoir violent des adultes sur les enfants, il s’agit d’un véritable homicide. Il s’agit d’un au-delà du « meurtre d’identité » défendu par Claude Balier (1994)10. Les nombreux cas cliniques d’adolescents montrent qu’il est, assez souvent, facile de repérer dans l’anamnèse du jeune suicidant, la présence d’événements incestueux traumatiques ou autres abus sexuels, en rappelant qu’à ce niveau inceste et parricide sont indiscernables. En ce sens, la tragédie qui a frappé Œdipe et sa famille est d’une illustration éclatante.

  • 11 Cf. le très intéressant numéro de la Revue française de psychanalyse (1993) Laïos pédophile : fanta (...)

15La violence de la séduction, qui mène au meurtre, au-delà de la seule destruction du fantasme ou de l’empêchement de son avènement, est clairement signalée dans le mythe par le suicide du jeune Chrysippos. Le père d’Œdipe, Laïos, en effet, dans sa violence et sa déviation, confondant les sexes et les générations, aima et séduisit l’éphèbe éromène Chrysippos, fils adolescent de son hôte Pélops et demi-frère d’Atrée et de Thyeste. De honte, Chrysippos, telle une victime sacrificielle, se suicide. Pélops maudit Laïos. C’est le commencement de damnation de la dynastie thébaine, des Labdacides. Le crime pédophilique de Laïos, père potentiellement incestueux11, peut être à l’origine du destin tragique de Thèbes où le poids des errements des pères (Labdakos, Laïos, Œdipe) continue de peser sur les générations ultérieures.

16Dans la généalogie d’Œdipe, qui devient lui-même incestueux et le dépositaire des forces maléfiques, se croisent des lignées maudites, mêlant l’inceste, le cannibalisme, l’infanticide, le parricide, l’homosexualité. De tels gauchissements marquent à jamais les descendants et ne peuvent être expiés par les sacrifices piaculaires qui marquent leur histoire.

  • 12 Rémy Puyuelo (2002), L’enfant du jour, l’enfant de la nuit, op. cit. p. 208.

17Peut-on sortir de ces tragédies à répétition infernale ? Peut-on échapper à la prédestination démoniaque ? Comment sortir de la position de subir ? Rémy Puyuelo rappelle que lorsque Œdipe se crève les yeux, il s’agit par cet acte d’auto-conservation plutôt que se tuer, de se représenter. « Il entre dans la nuit pour se voir, se sentir, s’entendre et devenir, échappant à son destin, auteur de son histoire12. »

Transmission des générations

  • 13 Haydé Faimberg (1993), Le télescopage des générations, à propos de la généalogie de certaines ident (...)

18Au-delà de la transmission inter et transgénérationnelle du malheur, d’un destin négatif (la damnation), il existe un autre phénomène de reproduction directe, d’une génération à une autre, de la même transgression de l’interdit de l’inceste. De cette façon, dans le sens d’un « télescopage des générations » (H. Faimberg)13 et d’une identification aliénante, les personnes qui font subir ou ont subi une séduction sexuelle incestueuse possèdent dans la vie de leurs ascendants des faits répréhensibles similaires. Ces personnes sont à leur insu parasitées et envahies par l’intrusion qui s’apparente à une sorte de squat psychique interminable de l’autre parental.

19L’expérience clinique montre, par exemple, que plusieurs femmes qui portent plainte contre leurs maris, auteurs d’affaires incestueuses sur leurs enfants, avaient elles-mêmes été victimes, dans le passé, de violence sexuelle traumatique. Ces femmes choisissent inconsciemment des maris sur le modèle de leurs pères abuseurs et mettent leurs enfants en position de victime potentielle. Elles reproduisent ainsi le comportement de leurs propres mères.

20Il s’agit ici d’une sorte de transmission intersubjective inconsciente à l’enfant de l’événement traumatique masochique du parent lui-même victime de séduction dans son histoire à l’intérieur même de sa propre famille.

21En conséquence, il est possible d’affirmer, dans cette répétition de l’identique traumatique, l’existence du mécanisme d’introjection de l’abuseur, mais aussi d’un phénomène de passivité masochique dans le sens de ce que j’ai appelé « l’identification à l’agressé ». Ainsi, l’enfant adoptant, par exemple par introjection, la position de victime sexuelle, de la même manière que la mère dans ses antécédents.

  • 14 Rappelons que dans les manuels de lexicologie juridique et de Droit civil (Cf. Dalloz), la violence (...)

22De ce fait complémentaire de reproduction du semblable, il est important de noter que la plupart des pédophiles ont subi eux-mêmes dans leur enfance une séduction et des abus sexuels qui les ont réduits à la passivité par la force, le chantage, l’autorité, etc.14. En effet, l’inceste est une violence extrême et contagieuse. Il est admis qu’un nombre relativement important de violeurs furent des enfants abusés. Et ce délit est, dans la majorité des cas, commis par ascendant. Ferenczi utilise la formule de l’identification à l’agresseur dans un sens bien précis : l’agression envisagée est l’attentat sexuel de l’adulte, vivant dans un monde de passion et de culpabilité, sur l’enfant présumé innocent. Le comportement de la victime exprime la crainte et la soumission corps et âme à la volonté de l’agresseur avec la transplantation dans la personnalité du sentiment de culpabilité de l’adulte. L’agresseur est ainsi introjecté par la victime qui va répéter la scène sadomasochique initiale. Faute d’intérioriser les interdits parentaux défaillants, le sujet internalise le moi agresseur et transgresseur du parent. L’agresseur est ainsi devenu son double indissoluble.

23Dans cette optique, J. Lanouzière (1991) affirme que : « Tout séducteur était un séduit antérieur, séduit lui-même à un âge tendre et qu’il reproduirait ainsi activement une situation vécue passivement ». (p. 12) De fait, au travers de l’identification à l’agresseur, le sujet montre sa fixation à la libido perverse et polymorphe dominée par la pulsion d’emprise.

24Dans cette violence traumatique qu’implique la séduction sexuelle : « Il ne s’agit pas, écrit J. Lanouzière, de n’importe quelle violence, mais d’une violence qui plonge ses racines dans une expérience infantile, qui reproduit, reprend à son propre compte une violence antérieure dont le violent actuel a été lui-même la victime passée, transformant à son tour sa victime présente en violent à venir. » (p. 34)

25En conséquence, l’enfant n’étant préparé ni à l’effraction du fantasme dans la réalité et à la négation de son désir, ni à la culpabilité violente que lui inflige l’adulte, son agression se transforme en punition par un renversement des situations antagonistes, l’agresseur présent s’identifiant à l’agresseur passé, dans une logique de répétition mortifère.

Perversion et exception

  • 15 Etant entendu, par ailleurs, que la violence d’Œdipe est l’expression de son instinct de conservati (...)
  • 16 A cet égard, écoutons Œdipe clamer son innocence et justifier sa propre violence : « Aussi bien, me (...)

26Toutes les violences antérieures n’ont jamais fait que redoubler la violence. Dans ce sens, le parricide commis par Œdipe n’est-il pas « moral » contre Laïos pédophile et infanticide15 ? La violence d’Œdipe ne répond-elle pas à la violence originelle de son père16 ? La violence agie ne se justifie-t-elle pas par la violence subie ?

  • 17 Sigmund Freud (1916), « Quelques types de caractère dégagés par le travail psychanalytique », in L’ (...)

27Dans « Quelques types de caractères dégagés par le travail psychanalytique » et plus précisément dans le paragraphe intitulé « Les exceptions », Freud (1916) indique que certaines personnes « disent qu’elles ont subi assez de souffrances et de privations, qu’elles ont le droit d’être exemptées de nouvelles exigences, qu’elles ne se soumettent plus à aucune nécessité déplaisante, car elles sont des exceptions et entendent le demeurer17. » Ces personnes, qui considèrent être l’objet d’une injustice génique ou éthique, ne veulent pas se soumettre aux exigences de la morale et des interdits (principe de réalité) et recherchent le plaisir proche et immédiat. Cette incapacité à sublimer ou différer le plaisir, est liée par ces personnes aux destins antérieurs de leur vie associés à « une expérience ou à une souffrance qui les avait touchés dans les premiers temps de leur enfance, dont ils se savaient innocents et qu’ils pouvaient estimer être une injustice, un préjudice porté à leur personne. » (Id., p. 142) Ces sujets estiment être victimes innocentes d’un patrimoine héréditaire inique et légitimisent la faute de leurs actes, puisqu’elles ont enduré la violation de leurs ascendants. Pour exploiter ce phénomène, Freud a recours au monologue qui ouvre le Richard III de Shakespeare où Glocester le futur-roi, annonce sans ambiguïté le projet de son comportement :

  • 18 Shakespeare W, Richard III, Shakespeare W, editors. Dans les Œuvres complètes, Paris, Gallimard, co (...)

« Mais moi, qui ne suis pas formé pour les galants ébats ni fait pour courtiser la luxure au miroir, moi le mal équarri, à qui la majesté de l’amour fait défaut pour m’aller pavaner devant une nymphe aux entrechats lubriques, …
… Eh bien, dès lors que je ne puis m’avérer un galant pour filer ces beaux jours bonimenteurs, je suis résolu de m’avérer un scélérat et d’exécrer leurs vaines amusettes ». [Trad. Pierre Leyris.]18

28Freud (1916) traduira ainsi le discours de Richard :

« La nature a commis une grave injustice à mon égard en me frustrant de la forme harmonieuse qui conquiert l’amour des humains. La vie pour cela me doit un dédommagement que je vais m’octroyer. Je revendique le droit d’être une exception, de passer sur les scrupules par lesquels d’autres se laissent arrêter. Il m’est permis de commettre même l’injustice car j’ai été victime de l’injustice. » (Ibid., p. 144-145)

  • 19 Cet aspect du sentiment d’exception domine le discours de nombreux sujets qui se présentent comme v (...)

29Rappelons que Freud décrit ce mécanisme d’exception, s’agissant essentiellement de l’héritage biologique d’une malformation physique. Mais nous pensons, qu’il est tout à fait possible de l’élargir, au-delà de la difformité physique, aux sentiments d’une injustice plus générale, à un destin négatif irréparable19 (selon la victime), mais aussi, aux distorsions des vertus morales et à la violence de la séduction perverse. C’est ainsi que la défaillance morale du représentant de la loi qui prohibe l’inceste, engendre par son errement une autre « morale », plus terrible et perverse, une sorte de « passe droit » que s’autorise la victime devenue, par identification, le double de son coupable. Mais ce qui légitime la répétition de l’exception, de l’agressé-agresseur, est bien la perte de sens. Les enfants et adolescents égarées et trompées sont, en effet, des êtres amoralisés parce qu’avant tout « démoralisés » !

30En conclusion, nous voyons donc que si l’apprentissage des vertus morales et éducatives est en soi une violence, car contraire à la nature de l’homme et à son plaisir, il est néanmoins indispensable. La morale laïque est un mal nécessaire. En effet, la société a inévitablement instauré des interdits et la violence de leurs transgressions risque de se légitimer elle-même instituant une nouvelle violence qui va au-delà de la seule liquidation des affects traumatiques désagréables.

  • 20 Sigmund Freud (1916-1917), Introduction à la psychanalyse, op. cit., p. 317-8, et « L’expertise de (...)

31Ainsi, les conduites amorales au travers de l’horreur de l’inceste (Cf. Totem et tabou, S. Freud, 1913) constituent un crime. Le complexe d’œdipe, marqué par l’intégration mâturante de l’interdit de l’inceste, structure la sexualité du sujet et organise les relations dans la société. Sans ce modèle de l’interdit primordial du crime incestueux, la violence pure, primitive, instinctive, et le meurtre même se banaliseraient, ainsi que le soulignait Freud20 dans son Introduction à la psychanalyse en rapportant cette phrase de Diderot dans Le neveu du Rameau : « Si le petit sauvage était abandonné à lui-même, qu’il conservât toute son imbécillité et qu’il réunit au peu de raison de l’enfant au berceau la violence des passions de l’homme de trente ans, il tordrait le cou à son père et coucherait avec sa mère. »

32En conséquence, nous voyons que si certains adolescents sont des « victimes » de la morale interne car bourreaux d’eux-mêmes, d’autres sont victimes de l’amorale externe instituée par autrui. Tous deux sont la proie d’un excès, de « trop » dans le premier cas, de « pas assez » dans le second. Ces disparités extrêmes représentent une des formes redoutables de la violence que l’adolescent, par le biais d’un mouvement identificatoire à une instance psychique surmoïque ou externe, risque de reproduire et de perpétuer à son insu et contre lui-même ou à l’endroit d’une personne vulnérable ou fragilisée par son statut déficient. C’est ainsi que la dialectique sadomasochique se construit. Et que la violence préobjectale, signe primordial de vie, peut générer et se transformer si elle n’est pas domptée et sérieusement infléchie, en violence de mort.

Pourquoi la violence ?

  • 21 Jean Bergeret (1994), La violence et la vie. « La face cachée de l’œdipe », Paris, Payot. Cet auteu (...)
  • 22 De cette violence innée, et dans une perspective différente, les travaux du zoologiste Konrad Loren (...)

33Communément appréhendée dans sa négativité destructrice et mortifère, ainsi que dans son antagonisme catégorique avec la notion de droit, la violence, violentia, définit pourtant originellement et étymologiquement la vie, la force de survie ou encore l’instinct de vie21. A l’aube de notre existence, cette force vitale (bodily strength), primordiale, fondamentale, à différencier de l’agressivité qui est une objectalisation et une secondarisation de la violence originaire, est comme le souligne Jean Bergeret (1994) un « authentique instinct violent, naturel, inné, universel et primitif ». (Id., p. 25)22

  • 23 Piera Aulagnier (1975), La violence de l’interprétation. Du pictogramme à l’énoncé, Paris, PUF, 198 (...)

34Dans un autre sens, Piera Aulagnier (1975)23 a développé l’idée d’une « violence primaire » liée à l’épreuve de la rencontre de l’infans avec l’environnement : elle provient de l’excès de sens pour la psyché immature et submergée, d’excès de stimulation et de privation énigmatiques qu’engendrent cette confrontation précoce.

  • 24 Dans son livre L’histoire secrète de la séduction sous le règne de Freud, Jacqueline Lanouzière (Pa (...)

35Assurément, l’hypothèse d’une violence « fondamentale », préobjectale, préœdipienne et préambivalente, dépourvue tout autant d’amour que de haine parait plus phénoménologique que métapsychologique. Cependant, si cette notion se retrouve rarement dans l’œuvre freudienne24, elle est incontestablement d’une utilité dominante dans une perspective élaborative théorico-clinique.

36En effet, la violence, sans être une pulsion en soi, entre en étroite corrélation avec d’autres concepts corollaires tels : la tendance à l’agression, la haine, l’agressivité ou encore la pulsion de mort.

37Rappelons que dès 1897, Freud avance l’idée d’une « cruauté instinctuelle primitive » chez le petit d’homme. Cette brutalité innée surgit avant même qu’il ne soit question de notions libidinales telles que la haine ou l’amour.

  • 25 Sigmund Freud (1905), Trois essais sur la théorie de la sexualité, trad. Ph. Koeppel, Paris, Gallim (...)

38Plus tard, dans les Trois essais sur la théorie sexuelle (1905) Freud écrit : « Le caractère infantile est en général facilement porté à la cruauté, car l’obstacle qui arrête la pulsion d’emprise devant la douleur de l’autre : la capacité de compatir, se forme relativement tard. […] ; nous sommes en droit de supposer que la motion cruelle provient de la pulsion d’emprise et surgit dans la vie sexuelle à un moment où les parties génitales n’ont pas encore pris leur rôle ultérieur25. »

39Entre 1910-1920, Freud fait de nombreuses fois allusion à une catégorie d’instinct brutal primitif dénué de tout sadisme, lié à un besoin d’auto-conservation, placé dans un registre « de toute-puissance » narcissique, du côté des pulsions de vie. A cette époque, Freud se référait encore à l’opposition pulsions de vie – pulsions sexuelles avant l’opposition vie – mort.

  • 26 Sigmund Freud (1933), « La décomposition de la personnalité psychique », in Nouvelles conférences d (...)

40Il va de soi qu’à ce stade archaïque du développement, la violence est totalement libre, et le sujet immature est encore vierge de toute moralité. « Le petit enfant, écrit Freud (1933), est, comme on le sait, amoral, il ne possède pas d’inhibitions internes à ses impulsions qui aspirent au plaisir. Le rôle qu’assumera plus tard le surmoi est d’abord joué par une instance extérieure, par l’autorité parentale26. » Par conséquent, une contre-violence morale d’opposition externe, tutélaire, va progressivement obliger le sujet à lier et sublimer cette violence originaire. Nous pourrions à ce niveau dire, en quelque sorte, que la violence de la vertu contrecarre et remplace peu à peu le vice de la violence et le risque de sa pervertisation. Ainsi, les règles sociales, violentes car antagonistes, s’opposent nécessairement à l’exercice-actif-de-la-violence qui caractérise l’état de nature.

La violence : vice et vertu

41La morale, par ses exigences sociales et culturelles (éducation, religion, moralité…), est de fait une forme de violence contraire conflictuelle qui répond au déchaînement pulsionnel et passionnel primordial de l’enfant. Il est entendu que pour Freud, l’idée qu’il existerait une capacité pour ainsi dire native de discerner le bien et le mal est inimaginable. Il est inéluctable d’admettre qu’une instigation extérieure impérative décide de la distinction faite entre le bien et le mal, suivant les mœurs, les habitudes et surtout les règles de conduite admises et pratiquées dans une société.

  • 27 Bien que le surmoi qui englobe les fonctions d’interdiction et d’idéal soit à son acmé lors de la r (...)

42Dans cette perspective, l’opposition culturelle de l’environnement impose, d’une certaine manière, à l’enfant de « se faire violence » en réprimant son état de nature et en renonçant, par ailleurs, à la satisfaction de ses désirs œdipiens frappés d’interdit. C’est ainsi que le surmoi, héritier du complexe d’œdipe27 (Cf. Freud « Le moi et le ça », 1923) se constitue graduellement par l’intériorisation des instances et des interdits parentaux (couple parental introjecté).

  • 28 Cf. Sigmund Freud (1929), Malaise dans la civilisation, trad. Ch. et J. Odier, Paris, PUF, p. 84.

43Toutefois, le surmoi, qui apparaît principalement comme une juridiction qui incarne une loi et interdit qu’on la transgresse, peut devenir « hypermoral » et cruel. Sa dureté prolonge, dit Freud, tout simplement la sévérité de l’autorité extérieure, qu’elle a relevée de ses fonctions et remplacée en partie28.

44Aussi, le sujet est obligé de se soumettre à la violence de la loi externe, par crainte de perdre l’amour de celui qui énonce cette loi. En effet, l’angoisse est la première forme de la conscience morale. C’est pour cette raison que la dureté du surmoi que développe un enfant ne représente pas du tout la sévérité des soins qu’il a subis. Tout au contraire, parfois une éducation laxiste et grandement permissive peut à l’opposé engendrer chez l’enfant une morale hypersensible et une instance critique particulièrement âpre et cruelle. Ainsi, la formation réactionnelle défensive qui a pour origine essentiellement le surmoi a une valeur de symptôme.

  • 29 Sigmund Freud (1923) « Le moi et le ça », in op. cit. p. 267.

45Rappelons que l’instance surmoïque, lorsqu’elle est désormais intériorisée, refrène de façon indistincte et féroce aussi bien le désir que sa réalisation. C’est dans ce sens que Freud est amené à préciser que « l’homme moral est non seulement beaucoup plus immoral qu’il ne le croit mais aussi beaucoup plus moral qu’il ne le sait29 ». D’autant que, comme nous le savons, le surmoi tourmente plus particulièrement ceux qui sont les plus probes. Il développe une sévérité particulière envers ceux qui ne cèdent pas à la tentation. Puisqu’il traite certains désirs comme s’ils étaient de réelles transgressions. Dans ce sens, l’abstinence n’est d’aucun recours.

  • 30 A l’instar de la qualification que Benno Rosenberg (1991) attribue au masochisme originaire : Masoc (...)
  • 31 Le conflit psychique, comme constitutif de l’être humain, est en soi une violence pour la psyché qu (...)
  • 32 Sigmund Freud (1933), « La décomposition de la personnalité psychique », in Nouvelles conférences…, (...)

46En conséquence, on pourrait dire que si le rêve est le gardien du sommeil, la morale, comme violence essentielle, est d’une certaine façon, le gardien de la vie30. Cette exigence morale internalisée, certes contraire au désir et au « bonheur » du sujet, est un impératif de vie. Elle est constitutive du conflit psychique. Autrement dit, il n’y a pas de vie sans conflit31 dont la cause générale se trouve dans « la décomposition de la personnalité psychique » et la formation de l’instance surmoïque. Dans sa XXXIe conférence (1933), Freud en donne cette description : « J’incline à faire quelque chose dont je me promets du plaisir mais j’y renonce en me donnant ce motif : ma conscience ne le permet pas. Ou bien je me suis laissé inciter, par l’attente excessive d’un plaisir, à faire quelque chose contre quoi protestait la voix de ma conscience, et après l’acte, ma conscience me punit par des reproches pénibles, me fait éprouver le repentir de mon acte32. »

47Le surmoi, qui fige nos actes ou qui provoque le remords, est « l’instance judiciaire de notre psychisme » qui juge et condamne le sujet par des objurgations violentes et désagréables. C’est donc la « conscience morale » (Gewissen) dans son rapport intime avec les procédés défensifs de la répression (Unterdrückung) des instincts ou le jugement de condamnation (Verurteilung), qui est au cœur de la question morale dans son rapport à la violence interne du sujet et la violence externe de l’environnement.

  • 33 Sigmund Freud (1929), Malaise dans la culture, op. cit., p. 87.

48Dans Malaise dans la culture (1929) Freud précise que : « … La rigueur originelle du surmoi n’est point ou n’est pas tellement, celle qu’on a éprouvé de sa part, et qu’on lui attribuait en propre, mais bien notre propre agressivité tournée contre ce surmoi33 ». Dans ce même texte, Freud fera dépendre l’émanation du sentiment de culpabilité et du surmoi, de la répression des seules pulsions agressives et avant tout de celle du sujet lui-même. Il s’agit d’une double répression, celle de la sexualité prohibée et celle de l’agressivité subconséquente retournée. C’est ainsi que « L’empêchement de la satisfaction érotique entraîne une certaine agressivité contre la personne qui empêche cette satisfaction, et il faut que cette agressivité soit à son tour réprimée ». (Id. , p. 98) Aussi, le surmoi est le résultat du renversement de l’agressivité du sujet contre lui-même, et la condamnation de cette agressivité poussera à une répression rigoureuse, à une morale toujours plus sévère. De fait, toute abstinence de l’agressivité devient une source d’énergie nouvelle pour la « conscience morale » et le sentiment de culpabilité, se mettant ainsi en contradiction avec le bien-être du sujet.

49En ce sens, la répression engendre un sentiment de culpabilité et la conscience morale devient d’autant plus sévère et sensible que la personne s’abstient d’agression contre d’autres. Plus l’agressivité est restreinte envers l’extérieur, plus celle-ci devient intense à l’égard du sujet.

Arriviste moral

50Nous savons que l’homme ne naît pas moral, il est contraint à le devenir. Cependant réussit-il dans cette difficile entreprise qui s’oppose à sa vraie nature ?

  • 34 Theodor Reik (1940), Le masochisme, Paris, Payot, 1971.
  • 35 Theodor Reik (1957), Mythe et culpabilité (Crime et châtiment de l’humanité), Paris, PUF, 1979, p.  (...)

51Theodor Reik (1957), qui a une vision pessimiste de la morale de l’homme, décrit celui-ci comme un « arriviste moral » (A moral climber). Il désigne sous cette expression, déjà introduite dans son livre Le masochisme (1940)34 : « […] Une personne qui essaie de vivre au-dessus de son standing moral et fait des efforts énergiques, parfois même désespérés, pour accéder à une position morale qui est trop ambitieuse relativement à ses possibilités35. »

52Ainsi, le surmoi qui sous l’aspect de la « conscience morale » exerce de l’agressivité contre le moi. Et la tension entre ces deux instances moïques clivées forme le sentiment de culpabilité qui se manifeste par le besoin de punition derrière lequel la satisfaction est recherchée paradoxalement dans la douleur et le déplaisir.

53Par conséquent, il est possible de dire que le sentiment inconscient de culpabilité, provenant de l’agressivité et allant de pair avec la frustration d’autres désirs intenses, est l’une des causes fondamentales du malaise dans la culture et du masochisme subi que le sujet désormais par la suite s’approprie, devenant ainsi un impératif de vie (masochisme de vie).

Le masochisme impératif

54A l’époque où se structure le surmoi, lors de la répression culturelle des pulsions, des charges considérables de la pulsion d’agression se fixent à l’intérieur du moi et y agissent sur le mode autodestructeur.

55En effet, la répression libidinale freine et empêche une grande partie des composantes pulsionnelles destructives utilisées par le surmoi de s’exercer dans la vie. C’est ainsi que le sadisme du surmoi et le masochisme du moi (retournement du sadisme contre le moi propre) s’associent et se complètent parfaitement pour viser les mêmes objectifs.

56Dans sa XXXIIe conférence consacrée à « L’angoisse et la vie pulsionnelle », Freud indique qu’une certaine quantité de la pulsion de destruction originelle prend racine au-dedans. Elle peut soit se lier aux pulsions érotiques vers le masochisme soit se tourner vers l’extérieur comme agression, avec un additif érotique plus ou moins grand. Aussi, si la pulsion de destruction ne trouve pas satisfaction dans le monde extérieur, qu’elle rencontre des obstacles réels, alors elle peut régresser et accroître la quantité de destruction qui se trouve au-dedans. Cette pulsion d’autodestruction, généralement muette, est l’expression de la pulsion de mort originaire. En conséquence, la pulsion de destruction, tournée vers l’extérieur, externalisée, peut encore une fois être internalisée, tournée vers l’intérieur, revenant ainsi à sa situation initiale. Le masochisme secondaire se surajoute au masochisme originaire.

  • 36 Sigmund Freud (1924), « Le problème économique du masochisme », in Névrose, psychose et perversion, (...)

57Dans « Le problème économique du masochisme », Freud (1924)36 précise que par leur conduite, certaines personnes donnent « l’impression d’être excessivement inhibées moralement, comme si elles étaient sous la domination d’une conscience morale particulièrement sensible, bien que rien de cette hypermorale ne soit conscient pour elles. En approfondissant la question nous saisissons bien, écrit-il, la différence qui sépare un tel prolongement inconscient de la morale, et le masochisme moral. Dans le premier, l’accent porte sur le sadisme accru du surmoi auquel se soumet le moi, dans un second, il porte au contraire sur le masochisme propre du moi qui réclame punition, qu’elle vienne du surmoi ou de l’extérieur, des puissances parentales ».

58Ce masochisme de vie impératif, d’abord imposé par l’autorité extérieure à travers les frustrations, est indispensable car il crée la moralité et la « conscience morale » qui refuse au moi l’expression de certaines forces pulsionnelles. Désormais, l’allorépression culturelle fait place à l’autorépression acquise, masochique, qui engendre un sentiment de culpabilité, et fait, à son tour, naître certaines conduites masochiques érotisées. Mais cette autorépression et le masochisme qu’elle accompagne ne peuvent se produire sans satisfaction libidinale narcissique puisqu’il s’agit d’un alliage de la tendance à la destruction tournée vers l’intérieur avec la sexualité. L’autorépression capitale ou sadisme introjecté, engendre une douleur et une souffrance morales qui érotisées dans le masochisme essentiel et vital ont un rôle éminemment bénéfique, puisqu’elles servent de rempart contre la désunion destructrice et mortifère des pulsions.

De la loi morale

59Rappelons, tout d’abord, cette forme de violence insidieuse dans l’identification paradoxale imposée à l’enfant, qui est confronté à cette double contrainte énigmatique « Sois ainsi » (comme ton père) lui dit-on, « mais ne sois pas ainsi » (comme ton père) s’empresse-t-on de rajouter. Autrement dit : « Ne fais pas tout ce qu’il fait ; beaucoup de choses lui sont réservées à lui seul. » Cette injonction insoutenable devient d’autant plus inintelligible si le père, le gouverneur lui-même sans repère, n’arrive pas à préserver son enfant contre la violence interne qu’il éprouve. Le père guide et protecteur laisse la place à un pervers mortifère sans conscience ni loi. Un père faible et immature qui abuse de sa condition forte et ascendante. Un père qui n’a d’autorité que son statut.

  • 37 Sigmund Freud (1929), Malaise dans la culture, op. cit., p. 61 sq.
  • 38 Ce précepte date de l’époque anté-christianique ainsi que le souligne Marie Balmary dans son livre (...)
  • 39 Notons que le Christ veut bâtir une morale de l’anti-violence, mais n’oublions pas qu’il a dit « Je (...)

60D’autre part, parmi les exigences idéales de la société dite moderne, Freud (1929)37 rappelle la célèbre et déconcertante maxime : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Évangile selon saint Matthieu, XXII, 37-9)38. Dans Malaise dans la culture, il révoque ce commandement et réfute l’injonction d’amour énoncée par ce précepte. Il s’interroge : « Pourquoi serait-ce là notre devoir ? Quel secours y trouverions-nous ? Et avant tout, comment arriver à l’accomplir ? Comment cela serait-il possible ? » Plus loin il ajoute : « Si j’aime un être, il doit le mériter à un titre quelconque […]. Il mérite mon amour lorsque par des aspects importants il me ressemble à tel point que je puisse en lui m’aimer moi-même […] ». Freud fait donc en quelque sorte le portrait idéal du prochain aimant qui mérite à son tour d’être aimé. Il insiste sur la qualité (globale) de cet autre et sur son amour (vertueux) pour moi-même39.

  • 40 Jacques Lacan (1959-1960), L’éthique de la psychanalyse, Le Séminaire, Livre VII, Paris, Seuil, 198 (...)
  • 41 Jacques Lacan (1976-1977), L’insu que sait de l’Une-bévue s’aile à mourre, séminaire inédit.
  • 42 Notons, toutefois, que la force de ce texte religieux soutenu dans d’autres écrits sacrés (Cf. le C (...)
  • 43 A ce propos Freud sans périphrase atteste : « La tendance homosexuelle des sentiments humains est n (...)

61Pour la psychanalyse, formulé ainsi, ce commandement de l’amour idéal est insupportable, car contraire à la nature primitive de l’homme. Il impose une violence des devoirs et des sacrifices. De ce fait, selon Jacques Lacan40 « Si quelque chose, au sommet du commandement éthique, finit d’une façon si étrange, si scandaleuse pour le sentiment de certains, par s’articuler sous la forme du Tu aimeras ton prochain comme toi-même, c’est qu’il est de la loi du rapport du sujet humain à lui-même qu’il se fasse lui-même, dans son rapport à son désir, son propre prochain. » Ce deuxième commandement, affirme cet auteur, pose la « parfaite destructivité du désir ». Et il est « inhumain » car « il vide l’amour de son sens sexuel, au sens où il fonde l’abolition de la différence des sexes »41. Ainsi, prise au pied de la lettre, cette injonction rigoriste d’une morale religieuse est fondamentalement amorale. Elle prône, en effet, un amour contre-nature42. Cependant, les affects positifs qui accompagnent et maintiennent le lien social ne recèlent-ils pas une propension homosexuelle tempérée et sous-jacente43 ?

62Toutefois, il est important de ne pas faire un amalgame entre la morale laïque et une morale religieuse qui n’est pas dans le même registre, le même « niveau logique ». Ainsi, on peut interpréter ce précepte religieux de différentes façons. Ainsi, ton prochain est semblable et égal à toi même. Il est alter ego et non alter fondamental qui ne produit que la haine. L’autre a le droit aux mêmes égards que ceux que tu t’accordes. Aussi, pour aimer ton prochain, il faut d’abord que tu t’aimes toi-même. Ce qui dans la dialectique psychanalytique implique qu’un « autre » t’ait d’abord aimé. Il ne peut donc y avoir de soi que parce qu’il y a un autre. On est fondé radicalement par un « autre ». Cette morale religieuse semble « quelque part » rejoindre l’éthique psychanalytique. On est aussi dans la foncière et primordiale scission du sujet inaugurée par le stade du miroir : « Je est un autre ». Cela débouche aussi sur l’interdit : « Interdis-toi de faire à l’autre ce que tu t’interdis de te faire à toi, ou que tu interdis à l’autre de te faire ».

63Ceci étant dit, comment la « victime » peut aimer celui ou celle qui l’a offensée d’une façon bien particulière et traumatique dans le cas, par exemple, d’abus sexuel ou d’inceste ? A cet égard, il est fondamental de ne pas confondre l’amour sexuel fondé sur le désir (la chair) et l’amour moral basé sur l’affection (le corps).

Moralité et sexualité

64Les empêchements et les frustrations dans le domaine de la sexualité engendrent des souffrances difficiles à supporter, bien qu’on les réclame nécessaires à la société. Dans « La morale sexuelle “civilisée” et la maladie nerveuse des temps modernes », Freud (1908), différenciant avec Christian V. Ehrenfels (Éthique sexuelle, 1907) la morale sexuelle « naturelle » et la morale sexuelle « civilisée », décrit cette dernière comme néfaste. Nuisance provoquée par l’assujettissement culturel des pulsions.

  • 44 Sigmund Freud (1908), « La morale sexuelle « civilisée » et la maladie nerveuse des temps modernes  (...)

65Ainsi, en rappelant les effets désagréables de la pression et la domination de la culture, il remarque : « … La civilisation se réduit essentiellement à la répression nocive de la vie sexuelle des peuples (ou des couches) civilisés par la morale sexuelle “civilisée” qui les domine44. » Il ajoute que : « D’une façon générale, notre civilisation est construite sur la répression des pulsions. Chaque individu a cédé à un morceau de sa propriété, de son pouvoir souverain, des tendances agressives et vindicatives de sa personnalité ; […] ». (Id., p. 33)

66Cette inquiétude de Freud, mais probablement aussi son réalisme sur cette espèce d’aliénation culturelle des tendances naturelles de l’homme, est réévoquée à plusieurs reprises et plus particulièrement dans Malaise dans la culture (1929) où il note que : « La civilisation impose d’aussi lourds sacrifices non seulement à la sexualité, mais encore à l’agressivité et, de ce fait, cela explique qu’il soit si difficile à l’homme d’y trouver son bonheur ». (p. 62)

67Dans les Nouvelles conférences (1933) Freud écrit précisément que la répression des pulsions est un danger pour la personnalité du sujet car elle peut être à l’origine d’une maladie névrotique.

  • 45 Les manifestations répressives du fanatisme religieux lui donnent raison. D’un autre côté, l’utopie (...)

68C’est pourquoi, indique-t-il, l’éducation répressive nécessaire doit se frayer un chemin entre « le Scylla du laisser-faire » de la perversion comme négatif de la névrose et le « Charybde de la frustration ». Ceci en facilitant l’accès à la génitalité et à la sublimation qui porte sur les composantes perverses de la sexualité, et par l’éloignement des pressions violentes qui mènent au refoulement45.

Des exigences de la réalité

  • 46 Sigmund Freud (1911), « Formulations sur les principes du cours des événements psychiques », trad. (...)

69Le désir ne saurait s’affirmer sans contrainte ; celui de l’enfant doit se soumettre pour une part aux exigences de la réalité, ce qui conduit Freud (1911)46 à redéfinir l’éducation qui « peut être décrite, sans plus considérer, comme une incitation à surmonter le principe de plaisir et à lui substituer le principe de réalité ; elle veut par conséquent venir en aide à ce processus de développement qui porte sur le moi et elle se sert à cette fin des primes d’amour dispensées par les éducateurs ».

70Il est généralement admis que toute éducation est arbitraire, aliénante et orientée dans le sens où elle tend à intégrer l’enfant à l’ordre social existant quel qu’il soit. Ainsi, l’enfant est contraint à refréner et refouler ses pulsions asociales et perverses ou mieux encore à les sublimer vers des buts plus valorisés. Progressivement, il apprendra à différencier le dedans et le dehors, et à développer son aptitude à transformer la tendance à la décharge immédiate dans l’agir en une capacité et un plaisir à fantasmer et à penser sans risque d’effraction et d’effondrement.

71De cette manière, le sens du bien passe chez le sujet, de l’idée d’obligation où se cantonnait sa morale d’enfant, à celle d’idéal. Il passe, dirait Henri Bergson, d’une morale de la pression à une morale de l’aspiration.

  • 47 Rappelons la définition antérieure de Rollin (Hist. Anc. Œuvres, t IX, p. 428, dans Pougens) citée (...)
  • 48 Cf. Sigmund Freud (1896), « L’étiologie des névroses », in Névrose, psychose et perversion, op. cit(...)
  • 49 Ici, il y a pour le père confusion entre le pouvoir (domination paternelle) et la violence (séducti (...)

72Aussi, au-delà de cette première forme de violence essentielle que constitue la morale, je veux maintenant aborder une autre figure de la violence mortifère et destructrice, celle précisément de la séduction47. Une violence de la situation inverse et perverse par incontinence morale. De cette violence amorale, où ces « personnes qui n’ont aucun scrupule à satisfaire leurs besoins sexuels sur des enfants »48 en l’occurrence dans l’exemple clinique précédent c’est le père pédophile qui utilise la contrainte « morale » de par son statut d’autorité49 (parentale) sur l’enfant, pré-adolescent, sans défense, sans référence, impuissant face aux avances passionnelles sexuelles de l’adulte.

Tendresse et passion

  • 50 « Lorsque les hystériques rattachent leurs symptômes à des traumatismes inventés, le fait nouveau c (...)

73Le revirement de Freud en ce qui concerne l’origine de l’hystérie, finalement perçue comme souvenir du fantasme lié à l’activité autoérotique50 est critiquable car la réalité du fait incestueux ou de séduction abusive, semble soutenir la théorie de l’après-coup.

  • 51 Sandor Ferenczi (1933), « Confusion de langues entre adultes et l’enfant », in Œuvres complètes, Ps (...)

74Dans « Confusion de langue entre les adultes et l’enfant » Sandor Ferenczi (1932) expose une nouvelle construction métapsychologique de la théorie de la séduction en conjonction avec le traumatisme d’une séduction historique réalisée. Ainsi, Ferenczi pense qu’il existe une confusion entre le « langage de tendresse » qui s’exprime dans la sexualité « innocente » infantile, et le « langage passionnel » de l’adulte dont la sexualité vient pervertir et culpabiliser celle de l’enfant : « Les séductions incestueuses, écrit-il, se produisent habituellement ainsi : un adulte et un enfant s’aiment ; L’enfant a des fantasmes ludiques, comme de jouer un rôle maternel à l’égard de l’adulte. Ce jeu peut prendre une forme érotique, mais il reste pourtant toujours au niveau de la tendresse. Il n’en est pas de même chez les adultes ayant des prédispositions psychopathologiques. Ils confondent les jeux des enfants avec les désirs d’une personne ayant atteint la maturité sexuelle et se laissent entraîner à des actes sexuels sans penser aux conséquences. »51 Si, en effet, il y a chez tout enfant une prédisposition à séduire et se laisser séduire, il y a confusion dramatique lorsque l’adulte répond à cette séduction par un passage à l’acte.

  • 52 Dans cette perspective, Jacqueline Lanouzière (1991) apporte un précieux éclairage sur la perversio (...)

75Jean Laplanche (1987) également, à travers sa théorie de la séduction généralisée, innocente l’enfant, car celui-ci est très tôt séduit à travers les signifiants énigmatiques à valeur sexuelle, émis inconsciemment par l’adulte dans les premiers soins qu’il apporte à l’enfant52.

76Mettant en contradiction dès lors « ce qu’il y a de tendre dans l’érotisme infantile et ce qu’il y a de passionné dans l’érotisme adulte », Ferenczi décrit, ici, un enfant excité et dépassé, débordé par l’excès (externe, mais surtout interne) et qui, n’ayant à sa disposition les capacités de la décharge ni celle de l’élaboration, se trouve du coup en plein désarroi. Cette situation traumatique permet à l’auteur d’avancer les concepts d’identification à l’agresseur et d’introjection par l’enfant du sentiment de culpabilité de l’adulte, qui viennent augmenter l’embrouillement des sentiments du monde interne et de la réalité extérieure, organisant dès lors chez le sujet un narcissisme négatif de mort.

  • 53 Rémy Puyuelo (2002), L’enfant du jour, l’enfant de la nuit – La rencontre analytique, op. cit., p.  (...)

77A propos du problème de la pédophilie, Rémy Puyuelo (2002) écrit dans son livre L’enfant du jour, l’enfant de la nuit53 : « Nous sommes confrontés crûment à la fois à la reconnaissance de la sexualité infantile et déni total des traumas infligés à l’enfant. L’enfant violé est pris entre une fascination pour son bourreau, une résignation désespérée et solitaire. Derrière la sexualité qui transforme l’être de l’enfant tout entier en objet partiel annexé, gît, chez le pédophile, un immense désir de nuire et… de tuer : perversion que nous savons être une défense ultime contre la psychose. Il ne s’agit pas de vengeance mais de position de maîtrise pour tenter d’effacer ce que l’enfant a subi passivement, réduit à l’impuissance et envahi par la rage de l’humiliation. Ce retour du sexuel par la voie du réel est un agi qui dénie la sexualité infantile et le plaisir, fondement du sexuel en psychanalyse et ouvrant à une théorie de la sexualité généralisée. »

78En conséquence, toute expérience de séduction prématurée, impliquant une confusion des sexes, des générations et des statuts, constitue une violence du fait de l’inorganisation psycho-sexuelle de l’enfant. Sous l’emprise de l’adulte pédophile, l’enfant abusé est littéralement fasciné, hypnotisé, incapable de penser et « clivé » comme le dit Ferenczi car présent physiquement mais absent psychiquement. L’enfant séduit note Jacqueline Lanouzière (1991) : « Est victime d’une double violence : Une violence externe émanant du séducteur (violence psychique et/ou non physique) et une violence interne pulsionnelle. Violence car la libido ainsi éveillée ne peut être canalisée, maîtrisée du fait de la faiblesse de l’organisation psychique débordée par cette effraction. Encore fragile, cette organisation psychique se trouve fragilisée encore davantage par le caractère prématuré de l’éveil sexuel, traumatisée, menacée d’éclatement. » (p. 34)

79De ce fait, le caractère traumatique de la séduction se situe dans l’antagonisme des statuts des protagonistes. En effet, l’enfant cherche une double protection de la part du père. Il demande à être protégé contre l’adulte séducteur, mais aussi contre ses propres fantasmes incestueux non encore dominés.

  • 54 Thierry Bokanowski (1993), « Une religion du diable », Revue française de psychanalyse, Laïos pédop (...)

80Cependant, le père pédophile, au travers de la violence de la séduction sexuelle incestueuse infligée à son enfant, impose conjointement à ce dernier sa négation et sa haine de l’autoérotisation des pulsions sexuelles. Transformant son enfant en double narcissique et régressif, il fait échec à une homosexualité fantasmatique « équilibrée » et psychiquement intégrée. En effet, si la fonction du père, qui normalement est à la fois interdictrice, rassurante et protectrice, se trouve dominée par un Eros effréné et « diabolique » et que sa pédophilie et son homosexualité ne sont pas intégrées psychiquement, alors se manifeste chez l’enfant une « érotisation traumatique de positions sadomasochiques en relation à ce père qui, par un excès de sexualité et de sexualisation, infiltre une excitabilité permanente et, de ce fait, violente54. »

  • 55 Il s’agit d’une véritable transmission psychique, un héritage phylogénétique, originaire et archaïq (...)

81On peut d’autant plus argumenter contre la perversion du raisonnement de certains pédophiles qui prétendent rendre service à l’enfant en éveillant sa sexualité. Pour peu qu’ils aient été d’anciens abusés, il y a comme une identification après-coup à l’agresseur, une sorte de collusion phylogénétique55 et intergénérationnelle par laquelle l’agresseur, ancien agressé, justifie après-coup, par identification à l’enfant (qui s’identifie à l’agresseur !) son agression actuelle. Dans cette situation de l’éternel retour du même nous sommes en présence d’un étrange jeu de miroir. Mais aussi dans cette circularité sans fin, il y a de la part de l’agresseur comme une tentative perverse de « mettre de la morale » pour justifier son acte pédophile.

  • 56 Nous pensons à Michel Fain (1982), Le désir de l’interprète, Paris, Aubier-Montaigne ; Catherine Co (...)

82D’une autre façon, un certain nombre de psychanalystes56 ont rapproché les séductions incestueuses et la défaillance de la fonction phallique et de pare-excitations du père, avec le rêve de « L’enfant qui brûle » analysé dans le chapitre VII de L’interprétation des rêves. Rêve douloureux, imprégné de culpabilité et de deuil, dans lequel le père voit dans son sommeil que « l’enfant de la dormition » (R. Puyuelo, 1994) brûle, « l’enfant est près de son lit, lui prend le bras, et murmure d’un ton plein de reproche : “Ne vois-tu donc pas que je brûle ?” ». Ce rêve de désir peut d’autre part être mis en parallèle avec les propos prononcés par l’enfant dans la célèbre ballade pathétique et tragique de Goethe Le Roi des Aulnes où l’enfant accuse son père de ne pas avoir su être suffisamment étayant et protecteur. Mais, ainsi qu’il a été relevé, nous pouvons voir là le reproche latent de l’excès d’érotisme du père.

  • 57 Extrait de la traduction de la ballade de Goethe par Michel Tournier (1970), Le Roi des Aulnes, Par (...)

Mon père, mon père, ne vois-tu pas là-bas,
Danser dans l’ombre les filles du Roi des Aulnes ?
Mon fils, mon fils, je vois bien en effet,
Ces ombres grises ce sont de vieux saules.
Je t’aime, ton beau corps me tente,
Si tu n’es pas consentant, je te fais violence !
Père, père, voilà qu’il me prend !
Le Roi des Aulnes m’a fait mal !
Le père frissonne, il presse son cheval,
Il serre sur sa poitrine l’enfant qui gémit.
A grand-peine, il arrive à la ferme.
Dans ses bras l’enfant était mort57.

Notes

1 Notons que le grand père de Clément s’est suicidé. Sans qu’il y ait de lien apparent avec cette affaire, nous ne pouvons pas ne pas rapprocher cet acte d’auto-élimination avec une possible violence dont le sujet a été jadis victime mais peut-être aussi coupable sur ses propres descendants. Nous formulons cette hypothèse en rapport avec la question de la transmission inter et transgénérationnelle de cette forme de violence, et dans la perspective du processus identificatoire à l’agresseur développé plus loin dans ce chapitre.

2 La manifestation excessive d’allures masculines se présente ici comme une opération défensive contre une régression au stade d’attachement au père œdipien triadique. Ce dernier, dans sa relation incestueuse, s’est transformé en sujet dyadique et fusionnel « réengloutissant » son fils dans une relation symbiotique archaïque qu’il entretenait avec sa mère. Ainsi, le père, au lieu de « protéger » l’enfant contre ses désirs incestueux avec la mère, va tout simplement la « remplacer » de façon la plus perverse. (Voir à ce sujet l’article de Peter Blos « L’insoumission au père ou l’effort adolescent pour être masculin », Adolescence, 1988, 6, 1, 19-31).

3 Il s’agit d’une nouvelle de l’écrivain suisse Conrad Ferdinand Meyer (1825-1898), Gesammelte Werke Novellen, Nymphenburger Verlagshandlung GmbH., 1985, trad. Franç., La Femme – juge, Editions de l’Aire, Vevey, Suisse. Rappelons que Freud classera cette nouvelle de C.F. Meyer au même plan que l’Œdipe de Sophocle.

4 Sigmund Freud (1897-1898), La naissance de la psychanalyse, trad. A. Berman, Paris, PUF, 6e édit., 1991, p. 227-8.

5 Le roman familial considéré comme un signe d’organisation paranoïaque, Freud l’aborde déjà dans son manuscrit M qui accompagnait la lettre à Fliess du 25-5-1897, et le reprend plus tard dans l’ouvrage de Otto Rank (1909), Le mythe de la naissance du héros, Paris, Payot, p. 91-4.

6 Je rappelle que Clément a eu des relations sexuelles imposées avec sa sœur (Il s’est trouvé obligé ou n’a pas en tout cas rencontré l’interdit).

7 Ce déchirement du corps de la sœur nous fait penser à un dessin libre exécuté par Clément dans lequel, il représente sa sœur amputée des mains !

8 La violence, en effet, est l’expression froide et brutale du non-respect de l’autre, la non-reconnaissance du Tout-Autre.

9 Cette formule intéressante et expressive est utilisée par Daniel Paul Schreber dans ses Mémoires. « Meurtre d’âme » (Seelenmord) ou « rapt d’âme » (Seelenraub), ces expressions évoquent l’abus, l’appropriation et la conficastion de soi par autrui. Ainsi que je l’ai étudié ailleurs (H. Maïdi, 2003), le sujet « désubjectivé » a le sentiment d’une mainmise et d’une emprise totale, « corps et âme », sur toute sa personne.

10 Claude Balier (1994), « L’inceste : un meurtre d’identité », La Psychiatrie de l’enfant, Tome 37, Fascicule 2/1994, p. 333-351.

11 Cf. le très intéressant numéro de la Revue française de psychanalyse (1993) Laïos pédophile : fantasme originaire ?, op. cit. Voir de même Les mythes grecs de Robert Graves, Paris, Fayard, 1967.

12 Rémy Puyuelo (2002), L’enfant du jour, l’enfant de la nuit, op. cit. p. 208.

13 Haydé Faimberg (1993), Le télescopage des générations, à propos de la généalogie de certaines identifications, Transmission de la vie psychique entre générations, Paris, Dunod, 1993.

14 Rappelons que dans les manuels de lexicologie juridique et de Droit civil (Cf. Dalloz), la violence est clairement définie comme étant un « fait de nature à inspirer une crainte telle que la victime donne son consentement à un acte que, sans cela, elle n’aurait pas accepté ».

15 Etant entendu, par ailleurs, que la violence d’Œdipe est l’expression de son instinct de conservation : Tuer le père ou être tué par lui avant qu’il ne soit question de rivalité génitale. Voir à ce propos Jean Bergeret (1995), Freud, la violence et la dépression – l’œdipe et le narcissisme, Paris, PUF.

16 A cet égard, écoutons Œdipe clamer son innocence et justifier sa propre violence : « Aussi bien, mes actes, vous verriez que j’en suis la victime plus que le responsable, s’il me fallait dévoiler la part de mes parents dans ce qu’il vous fait horreur. Croyez-moi, je sais ce que je dis. Comment serais-je criminel de cœur ? On m’a frappé, j’ai riposté : quand j’aurais vu clair à ce que je faisais, je ne serai point pour autant un criminel. Mais j’en suis venu là sans savoir, alors qu’ils avaient prémédité ma mort, eux par qui j’ai tant souffert ». (Œdipe à Colone, Premier épisode).

17 Sigmund Freud (1916), « Quelques types de caractère dégagés par le travail psychanalytique », in L’inquiétante étrangeté et autres essais, trad. B. Féron, Paris, Gallimard, 1990, p. 141.

18 Shakespeare W, Richard III, Shakespeare W, editors. Dans les Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », 1959 [trad. F.V. Hugo] [acte 1, sc. 1] la traduction est la suivante : « Moi que la nature décevante a frustré de ses attraits, moi qu’elle a envoyé avant le temps dans le monde des vivants, difforme, inachevé, tout au plus à moitié fini, tellement estropié et contrefait que les chiens aboient quand je m’arrête près d’eux ! Eh bien, moi, dans cette molle et languissante époque de paix, je n’ai d’autre plaisir, pour passer, pour passer les heures, que d’épier mon ombre au soleil et de décrire ma propre difformité. »

19 Cet aspect du sentiment d’exception domine le discours de nombreux sujets qui se présentent comme victimes.

20 Sigmund Freud (1916-1917), Introduction à la psychanalyse, op. cit., p. 317-8, et « L’expertise de la Faculté sur le procès Halsmann » (1931), in Résultats, idées, problèmes, vol. 2, 1921-1938, Paris, PUF, 3e édit., 1992.

21 Jean Bergeret (1994), La violence et la vie. « La face cachée de l’œdipe », Paris, Payot. Cet auteur rappelle que le concept de violence découle d’un radical indo-européen, qui passant par le grec (bia) et le latin (violentia), définit la vie, la force vitale, et l’élan de survie. Cf. Guillaume Apollinaire : « Et comme l’espérance est violente » (Le Pont Mirabeau, Alcools, 1912).

22 De cette violence innée, et dans une perspective différente, les travaux du zoologiste Konrad Lorenz sont fort instructifs. Cf. notamment son ouvrage Das sogennante Böse – Zur Naturgeschichte des Agression, Munich, 1963, trad. fr. : L’agression, une histoire naturelle du mal, Paris, Flammarion, 1969. Dans ce livre, dense et passionnant, l’auteur montre entre autres observations, que le « mal » peut être « bénéfique », dans certaines situations, (chap. III « A quoi le mal est-il bon ? ») et qu’il existe aussi, chez l’animal, des comportements analogues à la morale (chap. VII).

23 Piera Aulagnier (1975), La violence de l’interprétation. Du pictogramme à l’énoncé, Paris, PUF, 1981.

24 Dans son livre L’histoire secrète de la séduction sous le règne de Freud, Jacqueline Lanouzière (Paris, PUF, 1991, p. 34) met en évidence les expressions utilisées par Freud pour rendre compte de la violence de la séduction causée à l’enfant. Freud parle ainsi de Vergewaltigung (viol), de Angriff (attaque), de Missbrauch (abus), de Traumen (trauma), d’Aggression (agression), etc.

25 Sigmund Freud (1905), Trois essais sur la théorie de la sexualité, trad. Ph. Koeppel, Paris, Gallimard, 1991, p. 121.

26 Sigmund Freud (1933), « La décomposition de la personnalité psychique », in Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, trad. r. M. Zeitlin, Paris, Gallimard, p. 87.

27 Bien que le surmoi qui englobe les fonctions d’interdiction et d’idéal soit à son acmé lors de la résolution du complexe d’œdipe, selon de nombreux auteurs, l’intériorisation des interdictions est bien antérieure au déclin de l’œdipe ; citons principalement Sandor Ferenczi (1925) et l’éducation sphinctérienne (Cf. « Psychanalyse des habitudes sexuelles… », in Œuvres complètes, tome III, Paris, Payot, 1974) ou les travaux de M. Klein pour qui, dès la première phase orale, un surmoi « précoce » se formerait par introjection des « bons » et « mauvais » objets.

28 Cf. Sigmund Freud (1929), Malaise dans la civilisation, trad. Ch. et J. Odier, Paris, PUF, p. 84.

29 Sigmund Freud (1923) « Le moi et le ça », in op. cit. p. 267.

30 A l’instar de la qualification que Benno Rosenberg (1991) attribue au masochisme originaire : Masochisme mortifère et masochisme gardien de la vie, Paris, PUF, Monographies de la Revue française de psychanalyse, « Recherche », 1991.

31 Le conflit psychique, comme constitutif de l’être humain, est en soi une violence pour la psyché qui, selon la métaphore freudienne, est un véritable « champ de bataille » (Kampfplatz), « une arène où luttent des tendances opposées… », in Introduction à la psychanalyse, 1916-1917, trad. S. Jankélévitch, Paris, PBP, Payot, 1992.

32 Sigmund Freud (1933), « La décomposition de la personnalité psychique », in Nouvelles conférences…, op. cit., p. 84.

33 Sigmund Freud (1929), Malaise dans la culture, op. cit., p. 87.

34 Theodor Reik (1940), Le masochisme, Paris, Payot, 1971.

35 Theodor Reik (1957), Mythe et culpabilité (Crime et châtiment de l’humanité), Paris, PUF, 1979, p. 353.

36 Sigmund Freud (1924), « Le problème économique du masochisme », in Névrose, psychose et perversion, texte traduit par J. Laplanche, Paris, PUF, 1988, 6e édit., p. 296.

37 Sigmund Freud (1929), Malaise dans la culture, op. cit., p. 61 sq.

38 Ce précepte date de l’époque anté-christianique ainsi que le souligne Marie Balmary dans son livre Le Sacrifice interdit – Freud et la Bible, Paris, Grasset, 1986. Il fait partie de la Torah et constitue un des principes fondamentaux de l’enseignement religieux juif (versets 17 et 18 du Lévitique) : « Tu l’aimeras comme toi-même, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte » (Lévitique, 19, 34).

39 Notons que le Christ veut bâtir une morale de l’anti-violence, mais n’oublions pas qu’il a dit « Je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive ».

40 Jacques Lacan (1959-1960), L’éthique de la psychanalyse, Le Séminaire, Livre VII, Paris, Seuil, 1986, p. 92.

41 Jacques Lacan (1976-1977), L’insu que sait de l’Une-bévue s’aile à mourre, séminaire inédit.

42 Notons, toutefois, que la force de ce texte religieux soutenu dans d’autres écrits sacrés (Cf. le Coran), est justement d’instituer une éthique, une morale contre-nature. Ce message crée une valeur : l’autre a la même valeur que toi, dans la mesure où toi-même a une valeur.

43 A ce propos Freud sans périphrase atteste : « La tendance homosexuelle des sentiments humains est nécessaire à notre société », (20.4.1910), Les premiers psychanalystes, Minutes (II) de la Société psychanalytique de Vienne, 7.10.1908 au 15.6.1910, trad. N. Bakman, Paris, Gallimard, p. 482.

44 Sigmund Freud (1908), « La morale sexuelle « civilisée » et la maladie nerveuse des temps modernes », in La vie sexuelle, trad. franç. D. Berger, Paris, PUF, 1969, p. 31.

45 Les manifestations répressives du fanatisme religieux lui donnent raison. D’un autre côté, l’utopie de la libération sexuelle engendre par réaction d’autres formes de névroses. Ce en quoi se débat la société américaine.

46 Sigmund Freud (1911), « Formulations sur les principes du cours des événements psychiques », trad. J. Laplanche, in Résultats, idées, problèmes I, 1890-1920, Paris, PUF, p. 140-1.

47 Rappelons la définition antérieure de Rollin (Hist. Anc. Œuvres, t IX, p. 428, dans Pougens) citée dans Le Littré : « Il est une autre sorte de violence, qui n’en a ni le nom ni l’extérieur, mais qui n’en est pas moins dangereuse, je veux dire la séduction ». Freud associe clairement aussi la séduction et la violence. Ainsi, écrit-il à Fliess dans sa lettre 91 datée du 20.06.1898 : « La violence n’est jamais absente dans une histoire d’amour infantile… ».

48 Cf. Sigmund Freud (1896), « L’étiologie des névroses », in Névrose, psychose et perversion, op. cit., p. 106.

49 Ici, il y a pour le père confusion entre le pouvoir (domination paternelle) et la violence (séduction pédophilique incestueuse). Deux notions d’ailleurs marquées par l’ambiguïté du terme allemand Gewalt. Nous comprenons, toutefois, la violence (Gewalt) comme un excès-abus de pouvoir.

50 « Lorsque les hystériques rattachent leurs symptômes à des traumatismes inventés, le fait nouveau consiste précisément en ce qu’ils imaginent ces scènes, ce qui nous oblige à tenir compte de la réalité psychique, autant que de la pratique. Je ne tarderai pas à conclure que ces fantasmes étaient destinés à dissimuler l’activité autoérotique de la première enfance, à l’entourer d’une certaine auréole, à l’élever à un niveau supérieur. » S. Freud (1914), « Contribution à l’histoire… », in Cinq leçons sur la psychanalyse, Paris, Payot, 1966, p. 82.

51 Sandor Ferenczi (1933), « Confusion de langues entre adultes et l’enfant », in Œuvres complètes, Psychanalyse T. 4, Paris Payot, 1982, trad. par l’équipe du Coq-Héron, p. 130.

52 Dans cette perspective, Jacqueline Lanouzière (1991) apporte un précieux éclairage sur la perversion innocente et inconsciente de la mère dans les soins corporels quotidiens qu’elle apporte à son enfant. Des gestes qui à son insu éveillent et excitent la sexualité de l’enfant. (Cf. Histoire secrète de la séduction sous le règne de Freud, Paris, PUF, 1991, p. 47-8)

53 Rémy Puyuelo (2002), L’enfant du jour, l’enfant de la nuit – La rencontre analytique, op. cit., p. 52.

54 Thierry Bokanowski (1993), « Une religion du diable », Revue française de psychanalyse, Laïos pédophile : fantasme originaire ?, 2, Tome LVII, avril-juin, p. 439. Dans ce même texte l’auteur formule l’hypothèse « qu’au deuil du père de Freud a succédé le deuil d’une certaine représentation latente de la relation père-fils, notamment celle liée aux désirs fiévreux, sinon brûlants, de séduction incestueuse d’un enfant par son père… » (p. 444) Le rêve dit de l’enfant qui brûle met en scène une coexcitation manifestement liée à la sexualité, au deuil et à la culpabilité.

55 Il s’agit d’une véritable transmission psychique, un héritage phylogénétique, originaire et archaïque au sens freudien.

56 Nous pensons à Michel Fain (1982), Le désir de l’interprète, Paris, Aubier-Montaigne ; Catherine Couvreur (1988), « Lettre offerte », intervention autour du séminaire de Conrad Stein à la Société Psychanalytique de Paris (texte inédit), T. Bokanowski (1993), article cité ci-dessus, ou r. Puyuelo (1994), « L’enfant de la dormition », Revue française de psychanalyse, Tome LVIII, 3/1994, p. 857-70.

57 Extrait de la traduction de la ballade de Goethe par Michel Tournier (1970), Le Roi des Aulnes, Paris, Gallimard, 1996, p. 495-6.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search