Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Première partie. L’adolescence, le traumatisme et la séduction

Chapitre III. Laure : « Si j’ai commis des fautes ce n’était pas ma faute »

Texte intégral

1 Laure a dix-neuf ans. Elle est étudiante en droit. Elle vient consulter pour, dit-elle, son « hypersensibilité à la limite de la paranoïa ». Elle se sent isolée, sans amis, « mise de côté par tout le monde ». Son enfance a été rude, « pas du tout heureuse ». Elle pleure et déclare qu’elle a des embarras pour narrer sa peine passée et présente. Elle insiste sur son exclusion par autrui, sa souffrance de ne pas être acceptée, la crainte d’être jugée, la peur que ses difficultés et ses tourments durent tout le temps. Elle redoute aussi que l’on ironise sur elle, qu’elle soit un objet et que les autres ne soient pas sincères avec elle.

2D’emblée, Laure raconte qu’elle a vécu un événement très déplaisant. Comme beaucoup d’étudiants, elle vivait dans un appartement en colocation. Un jour en voulant regagner son logement, elle a trouvé ses « affaires jetées à l’extérieur ». Elle dit avoir été « abusée » par ses colocataires et très déçue. Sa déception, assure-t-elle, est ancienne. Elle est d’enfance. Très tôt, elle a été frustrée, maltraitée et fustigée par sa mère. Celle-ci battait sa fille avec une ceinture sur les jambes ou la punissait cruellement en l’enfermant dans la cave.

3Sans conviction mais avec tristesse, Laure voudrait que sa mère « reconnaisse sa maltraitance ». Elle voudrait obtenir le « pardon ou des excuses » de sa mère pour la violence de son comportement. Impassible la mère rétorque à sa fille qu’elle a été « exécrable ». Qu’elle pleurait facilement. Encore une fois, Laure dépitée, témoigne : « Comme si c’était moi le bourreau et elle la victime ».

4La mère est décrite comme peu féminine, stricte et sévère, « sans aucun amour ». C’est un « bloc de mur ». Laure affirme que lorsque enfant elle avait des « angoisses la nuit », c’était le père qui venait la rassurer, jamais la mère. Les parents sont depuis longtemps séparés, assez libres, « chacun vit de son côté ». Le père apparemment « absorbé par son travail d’ingénieur » vit à quatre cents kilomètres du domicile familial.

  • 1 Les brimades et vexations dont Laure fut l’objet ont débuté à la maison. La mère violente et intrus (...)

5 Par ailleurs, dès l’âge de douze ou treize ans, la mère confiait à sa fille les problèmes du couple parental. Laure apprit également que sa mère fut une ancienne anorexique et qu’elle fut violée dans son adolescence par son propre père. De même, selon Laure, elle a fait une tentative de suicide à l’âge de dix-huit ou dix-neuf ans, avec un « pistolet qui a déraillé ». Ainsi, le présent de l’adolescente est envahi par son histoire et celle de sa mère, voire des deux parents puisqu’elle révèle que son père a été un enfant battu. Laure insiste principalement sur les « moments négatifs » de son enfance, son « malheur », sa « tristesse », les « moqueries »1 dont elle fut l’objet. On la ridiculisait et on plaisantait sur sa tenue, sur son aspect physique car, entre autres dysharmonies dans l’apparence, elle portait de « grosses lunettes » du fait d’une très forte myopie. On se moquait également d’elle sur son comportement « bizarre » car elle parlait de façon compensatoire avec les animaux. Elle « s’inventait des amis imaginaires ». Elle créait un lien pour ne pas souffrir du vide. A plusieurs reprises, elle traduit son angoisse de séparation et d’abandon.

6Dans ces circonstances particulièrement désagréables, Laure qui habituellement est une très bonne élève, refusera la scolarisation en « séchant les cours ». Ses notes ont brutalement chutées. Son comportement était dominé par la déliaison pulsionnelle, la transgression et la provocation : « Je commençais à boire avec les copains. Pour mon âge, j’étais assez dévergondée. J’ai essayé de me faire remarquer ». Laure explique qu’elle manifestait à sa façon ce qu’elle appelle sa « révolte ». Dans cette période gouvernée par les agirs et les excès, l’adolescente relate un événement marqué par la séduction et le traumatisme sexuel. Alors qu’elle était « ivre », un jeune homme âgé de vingt-quatre ans l’a violée. Elle n’avait que dix-sept ans. C’était l’ami de sa cousine. Elle était captivée par lui et elle l’a séduit dans ce moment d’exaltation amoureuse et d’ébriété. Elle déclare avoir « perdu le contrôle de tout » et il a abusé d’elle. Il l’a forcée. Elle s’est laissée faire. Elle s’est sentie impuissante. Elle n’a pas voulu porter plainte. Elle pense qu’elle l’« a un peu cherché ». Elle révèle pourtant être très timide mais quand elle « sortait, elle buvait énormément ». Lorsqu’elle repense aujourd’hui à cet événement et à son comportement, elle dit avoir envie de pleurer. Elle confie être « dégoûtée d’avoir fait ça ». L’autocritique actuelle de son comportement passé l’amène à reconnaître son « besoin de séduire tout le temps ». Elle rappelle qu’« à l’adolescence, à dix-sept ans, elle sortait avec des garçons qui avaient dix ans de plus qu’elle ». Elle a pourtant, énonce-t-elle, « toujours eu un écœurement des hommes plus vieux qui la désirent ». Elle a, ajoute-t-elle, « plu aux hommes très tôt ». C’est pourquoi, elle a « le sentiment d’avoir été abusé mais elle n’a pas de souvenir ». Laure dévoile sa souffrance « d’avoir vécu tout ça comme un objet ». Ces expériences, avoue-t-elle, l’ont détruite tout en corrigeant qu’une partie d’elle est détruite parce qu’elle est « tombée sur des gens pas très nets ». Elle justifie ses errances et ses errements en formulant sous une forme dénégative son sentiment de culpabilité : « Si j’ai commis des fautes, ce n’était pas ma faute ».

7Le discours laisse transparaître une blessure narcissique profonde. Celle-ci est conjuguée à d’importantes préoccupations identitaires. Ainsi, Laure révèle qu’elle a eu des désirs de mort et de déformation du visage car, énonce-t-elle, elle « ressemble beaucoup à sa mère ». Elle ne s’aime pas. Elle ne se trouve belle que maquillée pour probablement échapper au visage encombrant et désagréable de la mère obsédante et nocive. Laure affirme qu’elle a commencé à se maquiller relativement précocement c’est-à-dire approximativement avec l’avènement de la puberté vers l’âge de douze ans.

8La mère coupable remplit et accapare les productions oniriques de la fille. Elle représente la menace et le danger. Laure assure qu’à l’adolescence, entre l’âge de quinze ans et dix-huit ans, elle faisait itérativement un rêve dans lequel la mère qui avait un visage de sorcière voulait la tuer ou par un effet de miroir elle-même voulait tuer sa mère dans son sommeil avec un couteau.

9Sans qu’un rapport direct soit établi entre son intense angoisse infanticide et matricide, Laure m’apporte quelques dessins de sa réalisation. Ce sont des tableaux qu’elle qualifie de « tristes et morbides » qui figurent le plus souvent des jeunes femmes mortes ou une petite fille seule, isolée et abandonnée. Sur deux des dessins qu’elle apprécie sont représentées, dans le premier, une jeune fille assassinée, égorgée, flottant dans l’eau. Une jeune fille à la longue chevelure dénouée qui évoque Ophélie, le personnage shakespearien dans Hamlet. Dans le second, un arbre circulaire avec des branches garnies d’épines et de ronces qui perforent le cœur de la jeune fille.

10L’histoire de cette adolescente dénote l’importance des blessures narcissiques de l’enfance comme trauma primaire et leur effet réactionnel, secondaire et traumatique à l’adolescence. Par ailleurs, ainsi que je l’ai affirmé, un traumatisme qui a priori ne relève pas de la sexualité devient sexuellement traumatique après la puberté. Le traumatique non-sexuel devient ou dérive en sexuel traumatique. Ce qui nous permet de croire que la maltraitance quelle qu’elle soit a quelque chose de « sexuel », elle a à voir avec le « sexuel ». Aussi, la séduction précoce par défaut est traumatique puisqu’elle risque de générer à l’adolescence un excès, un défaut de manque de séduction au travers de conduites pénibles et destructrices qui tentent illusoirement et paradoxalement de restaurer le narcissisme blessé. Dans le cas de Laure, le traumatisme est aussi transmis phylogénétiquement à travers la passation et l’hérédité psychique intergénérationnelle. De la sorte au viol de la mère par son père succède le viol de la fille. C’est pourquoi, celle-ci ne veut plus subir l’agression et l’incursion destructrices, ainsi que l’intrusion aliénante de la mère. Le travail psychique et d’élaboration l’aide à se subjectiver et se différencier, à ne plus être l’objet de l’autre négatif et hostile. La liaison et l’intrication des pulsions mortifères est désormais possible. L’énergie libre est domptée, dérivée et canalisée. Les processus secondaires (représentation, pensée) sont bien investis mettant hors jeu la compulsion à répéter.

11Actuellement, Laure vit avec un ami dans une relation affective stable. Elle poursuit ses études universitaires en droit pour être juge pour enfants ou avocate.

Notes

1 Les brimades et vexations dont Laure fut l’objet ont débuté à la maison. La mère violente et intrusive était particulièrement humiliante et avilissante à l’endroit de sa fille qui a notamment présenté une énurésie assez tardive.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search