Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Première partie. L’adolescence, le traumatisme et la séduction

Chapitre II. Amaury : « On a forcé mon innocence »

Texte intégral

  • 1 Cyril Collard était comme on le sait, cinéaste, musicien, écrivain. Il a adapté à l’écran et interp (...)

1Deuxième séance du travail psychothérapique : Amaury, vingt-ans presque vingt-un, me confie : « Je suis possiblement atteint du VIH… Je ne contrôle pas ma vie ». Il me raconte qu’il a été probablement contaminé, alors qu’ils avaient tous les deux « bien bu », par une jeune femme cinq ans plus âgée que lui, une « nana libertine qui parle facilement de sexe ». Amaury affirme pourtant que le SIDA est une maladie qui l’a terrorisé lorsqu’il avait dix-sept ou dix-huit ans, du fait qu’elle « s’attrape par l’amour ». En ce sens, il l’associe à une « tragédie grecque du vingt-et-unième siècle » et fait le rapprochement de sa vie avec celle de Cyril Collard1. Il veut « vivre intensément » en poursuivant qu’il est attiré par « l’ordalie » et tout ce qui est en rapport avec le « tourment, la passion, tout ce qui a de la puissance même si c’est très risqué ».

2Amaury me dit que « cela fait longtemps qu’il voulait voir un psy ». Il ne se « considère pas cependant comme un grand malade » mais recherche une « assistance morale ».

3Il s’agit d’un jeune homme intelligent, s’exprimant avec une grande richesse linguistique, sensible à l’écriture, l’art, la musique et l’esthétique d’une manière générale. De même, Il s’intéresse beaucoup à la « psychologie » vulgarisée dans le grand public, notamment à l’analyse des rêves et leurs contenus symboliques. Il poursuit des études universitaires dans le domaine du « social » et participe à un groupe de musique pour lequel il écrit certains textes de chansons. Bien que le « caractère un peu gothique » de ses expressions soit abandonné, Amaury dit être attiré par la souffrance car « c’est comme un morceau de musique triste qui peut être très beau aussi ». Il pense que la souffrance a structuré très tôt sa personnalité particulièrement dans la période tumultueuse de son adolescence dans laquelle il « était mal dans sa peau ». Il compare sa souffrance à la pénitence mais n’a pas envie d’emprunter ce chemin de croix.

4Il avoue « avoir fumé beaucoup de haschisch ». Il voulait être « martyr de l’humanité, l’idée de sauver les autres lui procure du bien-être ». Il pense que la vie très aisée que lui ont assuré ses parents ne lui a pas permis de percevoir « l’arrière scène de la société ».

5D’emblée, comme s’il avait déjà longuement réfléchi sur la question, il assure que trois thématiques ont dominé et troublé sa vie : la mort, la nourrice et le viol.

6Concernant la mort, Amaury confie qu’il a eu souvent l’envie de mourir car « c’est lorsqu’on est mort qu’on est le plus pleuré. Que les gens vous aiment ». Il rappelle le « caractère gothique » et morbide de sa jeune adolescence. Il aime également la musique triste et poignante, et parfois, il se force à pleurer comme pour se « décharger » (sic), précise-t-il.

  • 2 De ce point de vue, faut-il rappeler que Freud dans son autoanalyse, retrouve le souvenir d’une bon (...)

7Amaury est le dernier d’une fratrie constituée d’une sœur, « très seule », et d’un frère « intelligent et rebelle ». Il a, dans la petite enfance entre l’âge de deux et cinq ans environ, été confié dans la maison familiale à une nourrice. Les parents très occupés par leurs obligations professionnelles (la mère est médecin et le père ingénieur dans une grande entreprise), l’enfant a fortement investi la figure maternelle de la nourrice. Très attaché à cette nourrice, Amaury l’appelait « maman ». Celui-ci pense que ses parents se sont rendu compte de cette confusion, c’est pourquoi la nourrice a été aussitôt congédiée. Avec cet événement traumatique de l’enfance, Amaury associe aussitôt l’amour et la séparation. Ainsi, dit-il : « Parce que j’ai aimé cette femme comme ma mère, qu’elle a été renvoyée, que j’ai été privé d’amour. C’est parce qu’on aime quelqu’un que l’on est séparé ». Il pense que depuis, parce que « coupable d’avoir aimé », il ne peut aimer durablement2.

8 L’autre événement « pas très clair » qui le préoccupe est en relation avec le « sentiment du viol qui habite en lui ». Il a « l’impression d’avoir été violé et d’être violeur, d’avoir fait une faute ».

9A ce propos, il rapporte un souvenir d’un épisode désagréable et de « culpabilité » qui a eu lieu dans son enfance. Il avait sept ou huit ans. Dans la maison de la nouvelle nourrice, il aurait été « initié » à des jeux sexuels avec deux autres enfants. Un garçon légèrement plus grand et sa sœur qui a à peu près le même âge que lui. Il se sent condamnable pour cette scène qu’il considère comme une scène de « viol ». Ce fait particulier de séduction sexuelle a, en raison de sa précocité, une valeur traumatique.

10En liaison avec cet événement « traumatisant », Amaury exprime sa passivation subie et sa contrainte : « J’ai l’impression qu’on m’a emmené à la sexualité. Comme si on avait forcé mon innocence, violé et volé mon innocence ».

11Aussi dans la perspective d’un éclairage de ses préoccupations et troubles liés à la sexualité infantile, immédiatement, dès la première séance, il apporte un rêve qu’il a essayé déjà lui-même de comprendre. Voici ce rêve : « A la tour Eiffel, je suis avec une coéquipière, une fille du FBI. On poursuit en montant un esprit malfaisant. Il a la particularité de s’introduire dans les gens, de prendre contrôle des gens. Je le poursuis. On monte l’escalier. Il passe sur moi. Horrible. Quant cet esprit rentre en moi, j’ai une sensation très désagréable, très pénible. On arrive pas à le coincer. La coéquipière me dit : « Ne l’écoute pas (cet esprit). Ecoute-moi ! ». On retourne dans une sorte d’amphithéâtre. Il n’y a personne. Un bureau, un homme puis la coéquipière. Sur un socle une statue d’un cycliste. Il règne un malaise. Ces personnes ne sont plus des coéquipiers mais des juges. Ils me jugent sur une affaire de vélo que j’aurais volé. On m’accuse sur quelque chose de mal. Je descends l’escalier. Je veux allumer la lumière. Je n’arrive pas. Mes deux collègues me regardent du haut de l’escalier. Il y a des yeux fluorescents comme dans le film « Les Damnés ». Malaise.

12 Je sors dans la rue. Des jeunes racailles potentiellement hostiles. Je commence à courir et à fuir. La ville est vide, lugubre.

13Amaury a voulu décrypter cette production onirique d’une façon classique autour des contenus du rêve et leurs symboliques trouvées dans la littérature. Toutefois, ce qui paraît intéressant dans le travail associatif autour du contenu du rêve, c’est la mise en évidence par l’adolescent de la thématique troublante et contrastée « violeur-violé ». Ce lien traduit le paradoxe et le retournement de situation. Il unit l’actif au passif, le présent au passé, l’avant-coup à l’après-coup. Le rêve peut être décomposé en trois séquences :

14Après la symbolique sexuelle phallique relevée par Amaury lui-même (« Tour Eiffel »), la « coéquipière, la fille du FBI » peut représenter la « fille du VIH » et l’élément mauvais (« esprit malfaisant ») qui pénètre le corps serait le virus du SIDA qu’« on arrive pas à le coincer », à trouver le remède. La jeune fille ordonne la jouissance selon cet impératif « jouis » (j’ouis ?), « écoute-moi ». Cette scène rappelle l’événement « traumatique » originel dans lequel Amaury affirme avoir été « initié » précocement à la sexualité par une fille et son frère. Scène bouleversante encore aujourd’hui dans laquelle il « croit » avoir été tout à la fois violé et violeur. L’amphithéâtre, où se trouvent les deux protagonistes, suggère le cadre universitaire de leur rencontre. Tous les deux sont, en effet, étudiants dans la réalité.

15Dans la deuxième partie du rêve, une association nette est effectuée par Amaury. Ce dernier unit les deux signifiants « vol » et « viol ». Ainsi, dit-il, « on me reproche le viol » alors que dans le rêve il s’agit précisément d’un « vol ». L’amphithéâtre se transforme en tribunal. L’adolescent est « jugé pour avoir commis une faute », pour avoir « violé ». Une jonction est opérée avec l’infantile traumatique de la séduction (violé – violeur) mais également avec la réalité du présent (contaminé – contamineur). Amaury exprime parfois sa haine de la femme. A ce propos, il veut dit-il « se venger des femmes en faisant exprès de choisir des filles qui ne lui plaisent pas. » Se déclarant narcissique et égocentrique, il avoue « aimer plus l’amour que la personne dont il est amoureux ». Ainsi, il privilégie l’« état » amoureux à l’objet d’amour. Il est amoureux de l’amour et non de son objet.

  • 3 Apparemment, il s’agit du film de Luchino Visconti (1969) avec Dirk Bogarde, Ingrid Thulin, Charlot (...)

16Le film Les Damnés3 suscite le lien avec le qualificatif « condamné » et le substantif « condamnation ». Etre condamné par la maladie, et être condamné par la justice pour le « viol » dont il se sent responsable. La culpabilité trouve son origine dans un mélange de signifiants proches « viol » et « vol ».

17La troisième séquence du rêve où domine le danger potentiel, réveille l’angoisse d’être violé. Pour Amaury, en effet, il s’agit de la fuite et de l’évitement de la situation traumatique du « viol ». Ce dernier possède dans la production onirique une double signification : la première signale la punition, et la seconde annonce le danger d’être objet passif et passivé en rapprochement avec la scène primordiale de séduction qui a eu lieu dans la réalité avec les deux enfants initiateurs et éveilleurs de la sexualité traumatique.

18 Amaury confie que sa mère est devenue très attentive à son endroit. Elle fait, dit-il, « du cocooning » avec lui. Il pense qu’elle se sent coupable et a en conséquence « envie de se rattraper ». A la cinquième séance, après les vacances de fin d’année, Amaury m’annonce qu’il a fait des recherches et il a retrouvé la nourrice. Grandes émotions de part et d’autre lors de la rencontre, la nourrice a été très affectée de revoir Amaury. Celui-ci a éprouvé « beaucoup de biens et ressenti énormément de plaisir ». Il pense qu’il a été cruellement privé d’amour à partir de la séparation avec sa nourrice. Selon lui, l’origine de sa souffrance se trouve dans la frustration et la rupture contrainte et brutale avec cette femme qui « est très importante pour lui ». Il veut prendre régulièrement de ses nouvelles et « boucler une boucle ».

19« Le mal est fait », prononce avec contrition l’adolescent. Nonobstant, il souhaite poursuivre l’élaboration de ses douleurs et difficultés et de ce fait obéir au précepte suivant :

  • 4 A l’instar de Sartre qui disait : « L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous f (...)

20« L’important n’est pas ce qu’on m’a fait mais ce que je fais de ce qu’on m’a fait »4. Ainsi, l’histoire n’est pas le passé mais ce qui en advient.

21Aujourd’hui, Amaury veut voyager, « faire le tour du monde pour apprendre beaucoup de choses ». Il veut rêver de la vie et non plus de la mort. Il veut préserver les « illusions de l’enfance » bien qu’il soit désireux de « devenir adulte pleinement ».

22Il a envie de vivre. Il se sent apaisé. Il a la sensation d’être « arrivé à un niveau normal. » Il souhaite changer sa façon d’aimer. Comme s’il avait trouvé la clef de son comportement mauvais et maudit, explique-t-il. Il croit être sur la bonne voie. « Il faut, énonce-t-il, qu’il continue sur ce chemin ».

Notes

1 Cyril Collard était comme on le sait, cinéaste, musicien, écrivain. Il a adapté à l’écran et interprété lui-même son second roman Les nuits fauves. Ce film, quatre fois primé, a été élu meilleur film de l’année aux césars 1993. Quelques jours plutôt, C. Collard mourait du SIDA, à l’âge de trente-cinq ans. Cet « ange noir » comme on l’a surnommé, a incarné à une période très secouée par la révélation du virus mortel, une liberté sexuelle exaltée, scandaleuse, impudique mais surtout dangereuse, vécue avec une passion dévorante pour la vie.

2 De ce point de vue, faut-il rappeler que Freud dans son autoanalyse, retrouve le souvenir d’une bonne qui a probablement beaucoup compté pour lui et qui a été renvoyée lorsque le frère aîné a découvert qu’elle volait la famille. Le traumatisme de la séduction est donc associé à celui de la séparation.

3 Apparemment, il s’agit du film de Luchino Visconti (1969) avec Dirk Bogarde, Ingrid Thulin, Charlotte Rampling. Les Damnés nous plonge en 1933 où parallèlement à la montée du nazisme nous assistons à la décadence d’une famille de puissants maîtres de forges : Les Von Essenbeck. Ce film qui présente des analogies avec Macbeth, met tour à tour en scène le mal, le meurtre, la sexualité, le suicide, le viol d’une petite fille, la cruauté et la perversion.

4 A l’instar de Sartre qui disait : « L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-même de ce qu’on a fait de nous ».

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search