Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Première partie. L’adolescence, le traumatisme et la séduction

Chapitre I. Rimbaud, le « cœur » meurtri

Texte intégral

1Arthur Rimbaud, célèbre jeune homme, maudit par lui-même, dissident et révolté, fait rimer dans sa vie comme dans sa création esthétique et poétique l’adolescence à la violence et à la souffrance. Tout au long de ses productions, il n’a cesse d’évoquer ses « souffrances » qui sont, écrit-il, « énormes, mais il faut être fort » pour échapper au désespoir et à l’autodestruction directe et radicale.

  • 1 Littéralement : « La mère se tenait, douloureuse, près de la croix, en larmes, pendant que son fils (...)
  • 2 En effet, il semble que le conflit soit à son comble entre le jeune homme et sa mère, en ce printem (...)

2L’adolescent Rimbaud considère, toutefois, qu’il est condamné au martyre, et cite, en le raccourcissant et en l’arrangeant d’une certaine façon, le texte d’un hymne célèbre de la liturgie catholique : « Stabat mater dolorosa, / Juxta crucem lacrimosa / Dum pendebat filius1 ». La reprise de la liturgie du 15 septembre d’après l’Evangile de Jean (XIX, 25) énonce l’intention caricaturale et aussi l’intention provocatrice à l’égard de sa mère2. Avec une plaisanterie quelque peu blasphématoire visant sa mère, il compare ses malheurs à la passion du Christ et symbolise sarcastiquement Madame Rimbaud en « mater dolorosa » ruminant son affliction et sa douleur au pied de la croix.

3Rappelons que la mère de Rimbaud, Vitalie Cuif, est la fille de cultivateurs. Elle est dépeinte comme autoritaire et sévère. Une mère « aussi inflexible que soixante-treize administrations à casquettes de plomb ». Il faut, toutefois, noter que cette femme et mère a vécu avec ses enfants dans des conditions dures et austères. En effet, après l’abandon de famille en 1860 de son mari Frédéric Rimbaud, capitaine d’infanterie, Vitalie, blessée, qui a fait le silence total sur son mari, emménage avec ses cinq enfants dans un taudis, rue de Bourbon, une des plus misérables de Charleville. Les enfants reçoivent une éducation stricte et rude, car leur mère craint pour eux le mauvais exemple du père, et celui des oncles Cuif.

4Arthur n’a que six ans lorsque son père déserte le foyer conjugal et familial. Son enfance malheureuse dans un milieu très modeste, rigoriste et « sans chaleur », est bien narrée dans son poème en prose Enfance qui suit directement Après le déluge, texte ouvrant le recueil des Illuminations.

« L’âpre brise d’hiver qui se lamente au seuil
Souffle dans le logis son haleine morose !
[…]
Et là, c’est comme un nid sans plume, sans chaleur,
Où les petits ont froid, ne dorment pas, ont peur ;
Un nid que doit avoir glacé la bise amère… »
Les Etrennes des orphelins, janvier 1870.

5Rimbaud cherche à retranscrire le manque d’une enfance calmante et consolante, enfance qu’il ignore, confronté très tôt à la brutalité et à la férocité du monde qui vous « chasse » en cas de besoin. Assurément, son enfance est dominée par la privation, l’abandon et l’excès. Il est très tôt victime de la carence et de l’absence, d’être « sans parents », victime d’un père rejetant et abandonnant et d’une mère froide et autoritaire, insécurisante et « sans qualités ».

6Le thème de l’abandon et du délaissement est prédominant dans l’œuvre de Rimbaud « l’enfant abandonné » : « Je serais bien l’enfant abandonné sur la jetée partie à la haute mer, … ». Ce qui l’amène fortement à s’assimiler et à s’identifier à la figure du Christ comme nous le signalions plus haut. De même, l’expérience précoce d’un délaissement paternel peut être ressentie comme une véritable déréliction. En rappelant que le sentiment de « déréliction » est celui-là même éprouvé par le Christ au Jardin des Oliviers : « Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

7Le manque du père a été déterminant dans la vie chaotique et embrouillée du jeune poète. Cet adolescent génial est, dans ses nombreuses pérégrinations, en perpétuelle quête du père et de sa loi. En ce sens, même la relation amoureuse passionnelle avec Verlaine (lui aussi comme le père d’Arthur abandonnant femme et enfant) n’évoque t-elle pas une représentation du lien (retrouvé) avec la figure paternelle dans un œdipe adolescent tardif et inversé ? L’adolescent Arthur, en manque précoce du père, n’a-t-il pas tenté de retrouver une image paternelle incestueuse en la personne de Paul Verlaine, un père-amant ?

  • 3 Alain de Mijolla (1981), Les visiteurs du moi – Fantasmes d’identification, chap. 2, « L’ombre du c (...)

8Dans une relative autre perspective, c’est dans Les visiteurs du moi3 que Alain de Mijolla (1981) était parti sur les traces du secret du poète Arthur Rimbaud, en l’espèce son « fantasme d’identification inconscient » (« Je est un autre ») à son capitaine de père, déserteur (lui aussi…) du foyer conjugal lorsque l’enfant avait six ans. Après sa renonciation à l’écriture, Rimbaud se trouve au bord de la folie. C’est la période des péripéties, des extravagances, des comportements déraisonnables et incohérents. Il est à ce moment là comme « habité » et « visité » par le fantôme du père sous la forme d’un fantasme d’identification qui opère comme un « visiteur du moi », image paternelle, longtemps refoulée et tenue dans le silence, qui revient à la rescousse d’un adolescent abîmé.

9Ainsi, le comportement « bizarre » de l’adolescent Arthur, lorsqu’il cesse la littérature pour partir en Afrique, était déterminé par le « fantôme » paternel. De ce fait, écrit A. de Mijolla dans son ouvrage : « Si les commentateurs épluchent le moindre fait de la geste rimbaldienne et s’ils se montrent fascinés par la mère du poète, l’encre leur manque soudain pour évoquer le capitaine ». (p. 36) La « désertion » du capitaine Rimbaud du foyer conjugal aurait entraîné Arthur dans le désert d’Abyssinie. Ainsi, la « fuite » et la défection du père ont probablement participé à la construction d’une figure paternelle mythique, un personnage fantasmatique inconscient d’autant plus glorifié que Vitalie avait décidé de prescrire à tous le silence sur son mari et gouvernait sur sa descendance avec une inflexible tutelle.

10La poésie de l’adolescent Rimbaud est globalement et sans conteste celle du dégoût, de l’écœurement et du sale. Il prône également l’Illumination, la recherche d’un absolu au travers du dérèglement de tous les sens. A ce titre, on peut lui comparer Lautréamont, adulé comme lui et Sade, par les surréalistes, et qui a su plus que Rimbaud encore créer une poésie du désespoir et de l’immonde. La problématique adolescente n’est-elle pas d’osciller entre le dégoût, l’abject, et le sublime ? La poésie est tentative de sublimer le dégoût, de lui donner droit de parole. Rimbaud a aussi voulu introduire, au milieu de la poésie académique et Parnassienne de son époque, une « cacophonie » (une voix mauvaise, sale).

  • 4 « Si j’ai commis des fautes, ce n’était pas ma faute » criait Laure mettant en avant sa position de (...)

11Le négatif de tous les qualificatifs utilisés dans la poésie rimbaldienne, se confond avec les affects détestables et le vécu exécrable de l’auteur. Celui-ci se sent victime d’une sorte de fatalité qui s’abat et qui s’acharne sans pitié sur lui, d’un destin malheureux et implacable. De ce fait, il clame violemment son innocence et son irresponsabilité dans ses actes et son comportement : « Ce n’est pas du tout ma faute ». Il demande ainsi qu’on l’accepte tel qu’il est, argumentant la nécessité des choix qui sont les siens4.

  • 5 Georges Izambard, destinataire de la lettre et du poème, a été le professeur de lettres de Rimbaud (...)
  • 6 Parmi les « inventions » (au sens de création comme de fabulation), Rimbaud entrait beaucoup de dét (...)
  • 7 Le verbe « s’encrapuler » n’existe pas dans les dictionnaires. De « crapule » : une personne déprav (...)

12En février 1871, le jeune homme, qui a définitivement renoncé à poursuivre ses études au collège de Charleville, propose à son ancien professeur, Georges Izambard5, de lire un poème récent de lui, un poème d’une grande violence qu’il qualifie peut-être défensivement de « fantaisie »6. A ce titre, Rimbaud est lui-même étonné des choses qui l’habitent et le dérangent, des « choses étranges, insondables, repoussantes, délicieuses ». Surpris de cette bestialité et de cette cruauté qui l’envahissent et du dégoût qu’elles produisent en lui, il annonce : « Maintenant, je m’encrapule7 le plus possible. Pourquoi ? » Il explique ses excès par son travail de poète et de « voyant ». Il rajoute, par ailleurs, que son interlocuteur ne comprendra pas du tout et qu’il ne saurait presque lui expliquer.

13De même l’adolescent Rimbaud a le sentiment d’être confiné au secret et au silence : « Voilà le mouchoir de dégoût qu’on m’a enfoncé dans la bouche. C’est bien simple. » (Lettre à Demeny du 28 août 1871). La détresse de l’auteur est immense. De pathétiques appels au secours sont adressés, des appels à l’aide et à la pitié suite à de probables violence et maltraitance sexuelle qu’il aurait subi vers l’âge de seize ans.

Le cœur supplicié

Mon triste cœur bave à la poupe…
Mon cœur est plein de caporal !
Ils y lancent des jets de soupe,
Mon triste cœur bave à la poupe…
Sous les quolibets de la troupe
Qui lance un rire général,
Mon triste cœur bave à la poupe,
Mon cœur est plein de caporal !

Ithyphalliques et pioupiesques
Leurs insultes l’ont dépravé ;
A la vesprée, ils font des fresques
Ithyphalliques et pioupiesques ;
Ô flots abracadabrantesques,
Prenez mon cœur, qu’il soit sauvé !
Ithyphalliques et pioupiesques,
Leurs insultes l’ont dépravé !

Quand ils auront tari leurs chiques,
Comment agir, ô cœur volé ?
Ce seront des refrains bachiques
Quand ils auront tari leurs chiques !
J’aurai des sursauts stomachiques
Si mon cœur triste est ravalé !
Quand ils auront tari leurs chiques,
Comment agir, ô cœur volé ?

14Le titre du Cœur supplicié annonce d’emblée une tonalité pathétique : le mot « cœur » y désigne apparemment le siège de la sensibilité morale et le participe « supplicié » signifie : « torturé, mis à mort ». Si ce titre évoque quelque chose de la lettre envoyée à Izambard, c’est la comparaison entre le calvaire du poète et la passion du Christ suggéré par la citation latine évoquée plus haut qui est mise en avant.

  • 8 Paul Verlaine fait d’ailleurs figurer dans Les poètes maudits (1886), sous le titre « Le cœur volé  (...)

15Trois versions ultérieures et différentes de ce poème nous sont connues. Le 10 juin 1871, Rimbaud adresse une lettre à Demeny incluant Le cœur du pitre : ce nouveau titre met en évidence l’identité du narrateur, le pitre, c’est-à-dire le clown, l’histrion, le funambule, le saltimbanque, qui sont des allégories traditionnelles du poète. En août 1871, Ernest Delahaye transcrit pour Rimbaud une nouvelle variante destinée à Verlaine intitulée Le cœur volé : ce titre montre beaucoup mieux l’inflexion sur le sens du viol, et sur les effets psychiques traumatiques des cruautés endurées par le narrateur8.

  • 9 Dans sa nouvelle libertine et d’extrême jeunesse Un cœur sous une soutane et dans certains de ces p (...)

16Le Cœur supplicié9 c’est le corps meurtri. Le titre de ce poème indique d’emblée le vécu pathétique du narrateur et son appel à la pitié. Celui-ci, qu’il peut tout à fait être possible d’identifier à l’auteur, l’adolescent Arthur, se trouve au crépuscule, « à la vesprée », sur un bateau et s’est placé à la poupe pour vomir, sous les moqueries de ses compagnons de voyage. Il est, dans cette scène de violence, le souffre-douleur : « Ils y lancent des jets de soupe » (première strophe). Toutefois, on comprend qu’il est en train de subir un violent et traumatique outrage sexuel de la part de soldats priapiques et ivres. Dans la deuxième strophe on comprend que le narrateur a été « dépravé » et « ravalé », c’est-à-dire rabaissé, avili, par des « insultes », « quolibets », « rire général », « refrains bachiques », et des dessins obscènes (ithyphalliques) émanant de soldats (pioupious). Passivé et naïf, le narrateur se fait exploiter sexuellement. En effet, le « cœur » désigne souvent chez Rimbaud le sexe ; la « poupe » en argot, est le derrière d’une personne ; le champ lexical du liquide présent dans la première strophe (bave, jets de soupe) peut très bien être compris comme sperme, éjaculations (cf. « tirer une chique » de la troisième strophe) ; enfin, le mot « caporal » est aussi un grade militaire, et l’on sait que Rimbaud, dans une correction ultérieure de son poème intitulée « Le cœur volé », a réécrit ce deuxième vers : « Mon cœur couvert de caporal » (où « couvrir » signifie évidemment s’accoupler). Dans cette optique, on peut penser que le narrateur est en train de subir un viol de la part d’un groupe de soldats.

  • 10 Il est ici intéressant de rapprocher cela de certains vers du Bateau ivre reprenant cette métaphore (...)

17Certains commentateurs ont décelé le souvenir de mauvais traitements qu’aurait endurés Rimbaud de la part des gardiens et de ses co-détenus, lors de son incarcération à Mazas en 1870. Son cœur comme son corps sont souillés et il en appelle aux flots épurateurs de la mer10 (2e et 3e strophes) peut-être aussi à la protection primordiale de la mère. Le mal de mer devient vraisemblablement le mal à la mère. L’adolescent, dans une immense et douloureuse détresse, une grande déréliction, veut ainsi retrouver la sécurité originelle et un corps de naissance, vierge et innocent.

18La thématique du sale et de l’ordure est prédominante. Poème du dégoût, le dégoût sexuel et du passé va jusqu’aux « sursauts stomachiques ».

19Le narrateur, qui je le rappelle écrit à la première personne, suggère une possible source biographique et se demande « comment agir », comment faire, comment ré-agir face à la violence subie des assauts sexuels. « Ô cœur volé », corps volé et violé, pris de force, chez un adolescent naïf et abusé, meurtri et anéanti. « Comment agir ? » (ré-agir ?), que faire maintenant ? N’est-ce pas la détresse de la victime, victime de « l’acte » qui s’oppose à « l’action » ? Mais aussi n’est-ce pas l’inhibition de l’action à long terme qui suit le trauma dans ce que celui-ci vient rompre brusquement le déroulement d’une historicité ?

  • 11 Cf. « Je est un autre. Tant pis pour le bois qui se trouve violon et Nargue aux inconscients, qui e (...)

20Rimbaud tente de prévenir la réaction négative qu’il redoute de son lecteur. En l’occurrence, son premier lecteur : Izambard. Il suppose que cette réaction sera un brutal : « ça ne veut rien dire » dans le sens d’une disqualification et d’un déni de voir et de croire ce qu’exprime dans sa poésie l’adolescent « traumatisé ». Il faut « entendre l’inouï ». Il prend d’ailleurs soin d’avertir : « ça ne veut pas rien dire ». Autrement dit l’expression de cet insensé est particulièrement sensée, cela veut dire quelque chose. Le sujet a besoin de dire et de narrer la terreur vécue, malgré le sentiment d’intimidation évoqué par l’adolescent Rimbaud lorsqu’il parle du « mouchoir de dégoût qu’on [lui] a enfoncé dans la bouche. » Il a besoin de régurgiter la violence du passé, de refuser d’être passif, d’être objet d’une jouissance immuable et sans fin. De la sorte, « Je pense » parviendra-t-il désormais à déloger « On me pense » ? Et « tant pis pour le bois qui se trouve un jour violon… »11.

21Le « cœur » supplicié, meurtri, est certes le sexe, mais aussi le cœur, organe du sentiment, Rimbaud jouant sur ce double sens. N’illustre-t-il pas toute l’ambivalence de la sexualité naissante, essayant d’allier la tendresse et le désir d’amour, et la trivialité de la réalisation sexuelle ? C’est tout le dilemme de la « génitalité ». Toutefois, le poète et adolescent en souffrance a ici perdu son innocence enfantine, dans un acte sans retour, ce qui est le propre du traumatisme.

Notes

1 Littéralement : « La mère se tenait, douloureuse, près de la croix, en larmes, pendant que son fils pendait ». Rimbaud l’écrit à sa façon ainsi : « Stat mater dolorosa, dum pendet filius ».

2 En effet, il semble que le conflit soit à son comble entre le jeune homme et sa mère, en ce printemps 1871 (cf. la confidence d’Arthur Rimbaud à son ami Paul Demeny dans une lettre du 28 août 1871, Œuvres complètes, Edition établie, présentée et annotée par Antoine Adam, Bibliographie de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1972).

3 Alain de Mijolla (1981), Les visiteurs du moi – Fantasmes d’identification, chap. 2, « L’ombre du capitaine Rimbaud », p. 35-80, Paris, Ed. Les Belles Lettres, coll. « Confluents psychanalytiques », 1996, 3e édition.

4 « Si j’ai commis des fautes, ce n’était pas ma faute » criait Laure mettant en avant sa position de victime dans ses errements et ses errances adolescents. (Cf. infra)

5 Georges Izambard, destinataire de la lettre et du poème, a été le professeur de lettres de Rimbaud pendant l’année 1870. Poète lui-même, il encourage vivement son élève dans son activité littéraire. A l’automne soixante-dix, lorsque Arthur est écroué pour vagabondage lors de sa première fugue, c’est Izambard qu’il appelle à l’aide. C’est chez lui, à Douai, qu’il se retire une nouvelle fois à l’issue de sa seconde fugue. L’amitié qui reliait le maître et l’élève se détériore pourtant quelque peu quand Izambard, sous la contrainte de Madame Rimbaud, consent de renvoyer Arthur dans ses foyers sous bonne garde policière, signant la fin des « grandes vacances » et le vagabondage adolescent. Puis, le jeune professeur (21 ans) s’engage pendant la guerre franco-prussienne. Démobilisé en février 1871, après la défaite, il vient d’accepter (en avril) un poste de vacataire au Lycée de Douai lorsque Rimbaud lui adresse cette lettre. D’où la formule initiale : « Vous revoilà professeur », qui résonne comme une critique et une attaque. Il faut comprendre tacitement : « Alors que moi, je n’ai pas voulu redevenir élève ». Rimbaud a, en effet, exclu de reprendre ses études lorsque le collège de Charleville a rouvert ses portes au mois de février, après des vacances prorogées pour cause de guerre.

6 Parmi les « inventions » (au sens de création comme de fabulation), Rimbaud entrait beaucoup de détails scabreux portant sur les activités sexuelles imaginaires. Il exprime ses fantasmes comme s’il s’agissait parfois de réalité.

7 Le verbe « s’encrapuler » n’existe pas dans les dictionnaires. De « crapule » : une personne dépravée et malhonnête. C’est le dessein stratégique de l’adolescent dans sa poésie et dans son existence libérant ainsi ses désirs et interdits sexuels.

8 Paul Verlaine fait d’ailleurs figurer dans Les poètes maudits (1886), sous le titre « Le cœur volé », une nouvelle version des deux premiers tercets. Le mot « cœur » est retrouvé dans toutes les acceptions de l’auteur, ce qui tend à valider le rôle capital de ce mot qui est utilisé dans différents sens à connotation assurément sexuelle.

9 Dans sa nouvelle libertine et d’extrême jeunesse Un cœur sous une soutane et dans certains de ces poèmes, Rimbaud se sert de ce terme de façon ambiguë, avec de régulières insinuations sexuelles. Voir par exemple ce quatrain d’Oraison du soir : « Tels que les excréments chauds d’un vieux colombier, / Mille rêves en moi font de douces brûlures : / Puis par instants mon cœur triste est comme un aubier / Qu’ensanglante l’or jeune et sombre des coulures. » Dans leur texte « Les zolismes de Rimbaud », Marc Ascione et Jean-Pierre Chambon l’attestent et le confirment assurément : « D’une manière générale dans l’œuvre de Rimbaud tout entière, le cœur désigne le sexe de l’homme » (Europe, numéro spécial Rimbaud, mai-juin, 1973, p. 114-32).

10 Il est ici intéressant de rapprocher cela de certains vers du Bateau ivre reprenant cette métaphore maritime :
Plus douce qu’aux enfants la chair des pommes sûres,
L’eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.
Puis :
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L’âcre amour m’a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! Ô que j’aille à la mer !

11 Cf. « Je est un autre. Tant pis pour le bois qui se trouve violon et Nargue aux inconscients, qui ergotent sur ce qu’ils ignorent tout à fait. » Le sujet n’est jamais, selon Rimbaud, identique à lui-même. Il n’existe que dans le mouvement qui le fait différer de soi : il se transforme constamment. La métaphore qui suit cette formule permet d’en préciser le sens. Du bois au violon, il y a toute la différence qui sépare le matériau brut de l’instrument de musique. La transformation du bois renvoie à celle du sujet appelé à devenir autre, à changer et à s’enrichir de cette aventure. Voilà ce que méconnaissent les « irréfléchis » que les annonces de cette transmutation laissent impassibles et qui choisissent de s’en tenir à la logique du même, de l’identique et de l’identité.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search