Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Houari Maïdi (2003), La plaie et le couteau – Et si la victime était son bourreau…, Lonay, Paris, E (...)

1Le projet qui a présidé à la rédaction de cet ouvrage est de traiter dans une perspective clinique et psychanalytique du trauma de l’adolescent, du traumatique de l’adolescence, et de la violence tant psychique que corporelle inhérente à cette « condition ». Toutefois, à l’instar de l’énigme et de l’inintelligibilité de l’économie du masochisme étudié dans un travail précédent1, le trauma est une des notions les plus vagues et incertaines de la psychanalyse. Son acception souvent équivoque montre combien cette notion est parfois imprécise et indéterminée. Le concept de traumatisme peut contenir en lui-même une certaine ambiguïté. Il est, de la sorte, polysémique et peut être utilisé dans des contextes linguistiques distincts.

2D’emblée certaines clartés sémantiques sont nécessaires. Le mot « traumatisme » a un sens large. Devenu aujourd’hui une sorte de mot-valise, il est régulièrement et communément employé pour rendre compte de tous les états et circonstances douloureuses. On parle ainsi du traumatisme externe, interne, sur le coup, après-coup, pulsionnel, familial, social, etc. Très souvent ces différentes situations ont une portée essentiellement descriptive et phénoménologique. Ce n’est nullement mon propos. Mon intention est au contraire d’approcher la notion de traumatisme dans sa valeur conceptuelle limitée au sens métapsychologique. Il s’agit pour moi de garder ce concept central, au plan spécifique de la métapsychologie et prendre seulement en considération les effractions pulsionnelles et les ruptures du pare-excitation. Le traumatisme se définit, en effet, par le fait qu’un corps étranger interne trouble et bouleverse la psyché par la défaillance à le maîtriser et à le symboliser.

3 En ce sens, l’adolescence dominée par l’avènement pubertaire est en soi traumatique. La métamorphose physiologique et somatique de cette période est une violence qui surgit de l’intérieur mais qui est perçue également comme telle de l’extérieur. Très justement Donald Woods Winnicott rappelait à ce sujet que « grandir est par nature un acte agressif ». Il s’agit, pourrait-on ajouter, d’un agir agressif interne et externe. Ainsi, ce moment de tourmente et de changement, chez l’adolescent comme chez ses parents, est particulièrement fécond dans l’expression du traumatisme. De la sorte, certains événements pathologiques et traumatiques de l’enfance, l’infantile traumatique parfois le plus archaïque, engendrent un effondrement narcissique à l’adolescence. A cet égard, il est utile de rapporter que le traumatisme s’inscrit dans une temporalité marquée par deux temps un avant et un après, l’événement blessant et désagréable originel et sa répercussion dans l’après-coup pubertaire.

  • 2 Cf. Le numéro sur Le traumatisme, Revue française de psychanalyse, 1988, 52, 6. Voir de même, sur l (...)

4En conséquence, le traumatisme possède en lui-même une mémoire. La reviviscence d’états traumatiques2 est une forme de mémoire qui demeure insaisissable par la conscience. Celle-ci est dans l’incapacité de la changer en souvenir, à l’ancrer dans des représentations, l’introduire dans une biographie. On y est confronté à la violence de la réalité subie. Comme si le temps s’était arrêté aux faits endurés d’où la cruauté du ressassement et de la répétition de ces événements déplaisants. Ici le passé est indistinct du présent, un passé qui ne passe pas. Le trauma est figé, halluciné dans le présent, non intégré dans une construction et une temporalité qui concèdent au passé son caractère de passé.

5Dans ce travail, j’ai souhaité étudier la problématique du traumatisme psychique à l’adolescence. Le traumatisme en général, dans sa globalité, pas uniquement et spécifiquement sexuel. Toutefois, une large place dans cet ouvrage est consacrée au lien incontestable qui unit le traumatisme à la sexualité, le traumatisme à la séduction et ses répercussions à l’adolescence.

6Ainsi, le traumatisme psychique et ses conséquences divergent selon que la référence en cause est la pulsion ou le moi : Séduction sexuelle dans le premier cas, effraction narcissique dans le second qui induisent dans les deux occurrences des effets d’ordre sexuel.

  • 3 Dans cette perspective rémy Puyuelo (2002) propose « de réserver le terme de traumatisme au sexuel (...)

7 Aussi, bien que la théorisation du traumatisme ait évolué tout au long de l’œuvre de Freud, il est possible de distinguer3 trois catégories de traumatismes psychiques :

  • 4 Paul-Claude racamier (1991), « Blessures du moi et séduction narcissique », Bulletin du Groupe lyon (...)

81. Les carences narcissiques précoces, anténatales, avec la répression des affects par l’inaptitude à se figurer et à s’organiser avec des représentations. De fait, ces atteintes précoces et ces « frustrations spécifiques du moi » (P. C. Racamier)4 produisent des blessures de type narcissique. Il s’agit dans ces situations pathologiques et pathogènes d’un « défaut fondamental » au sens de Michael Balint que caractérise l’inadéquation pathogène entre les besoins profonds et primitifs de l’enfant et la façon ou non dont ils sont satisfaits. Il y a défaillance et déficience de l’environnement lorsque les besoins fondamentaux psychoaffectifs, voire organiques, des enfants ne sont pas respectés. La carence narcissique précoce et anténatale affecte et se situe dans le soi, c’est-à-dire dans le moi primaire. Elle s’observe dans la dépression maternelle sévère, la toxicité de l’objet primaire de soins, dans le « traumatisme négatif » (A. Green), lorsque, de ce fait, l’attente du nourrisson en détresse et sans aide (Hilflosigkeit) est pénible et déçue. Ces vécus traumatiques narcissiques précoces ne permettent pas une intériorisation suffisamment favorable de la relation d’objet, une introjection d’un objet sécure et sécurisant. Le trauma est ainsi attaché au manque de ce qui aurait du revenir à l’enfant : ce qui n’aurait pas du être ou ce qui aurait pu ne pas être.

9Ainsi, tous ces enfants qui ont subi des carences et perturbations narcissiques très prématurées en raison des interactions difficiles et défectueuses dans la relation objectale, reproduisent plus tard à l’adolescence de nouveaux traumatismes.

10Notons que le traumatisme se définit précisément par l’excès du « trop », comme par l’excès du « pas assez » dans le cas des traumatismes par défaut, des traumatismes en creux, « froids », etc. Le traumatisme précoce est réel quand l’excitation externe fait défaut (manque d’excitation originaire) ou, au contraire, lorsque l’excitation externe est excessive et débordante.

  • 5 Claude Janin (1996), Figures et destins du traumatisme, Paris, PUF, 2e éd. 1999, p. 39.

11 Autrement dit, on pourrait énoncer qu’un enfant non séduit primitivement, un enfant non « initié sexuellement » au sens de la séduction originaire, peut tout autant être « traumatisé » qu’un enfant qui a été victime d’une séduction sexuelle traumatique. Les carences narcissiques et de soins précoces sont, en conséquence, aussi présentes dans ce que Paul Denis a appelé la « séduction par défaut. » De la sorte, le traumatisme carentiel précoce est marqué soit par un défaut d’excitation externe, soit par un excès d’excitation externe qui sont l’expression du non-respect des besoins de l’enfant. C’est ce que Claude Janin (1996) dénomme le noyau froid du traumatisme non assimilé par le moi. Dans cette perspective, il existe un deuxième temps « logique » du traumatisme qui consiste à sexualiser le premier temps traumatique en l’occurrence dans la situation, par exemple, du manque de séduction et d’excitation « la mère en évitant le contact avec les organes génitaux de sa fille les lui a désignés psychiquement comme zone érogène… », écrit C. Janin5.

  • 6 Rémy Puyuelo (2002), op. cit., p. 21.

122. Les blessures narcissiques représentent les différentes catastrophes narcissiques de la petite enfance qui proviennent de l’intérieur ou de l’extérieur et dont le signal est la douleur narcissique. Ce sont toutes ces différentes expériences traumatiques narcissiques (abandons, ruptures, déracinement précoce, déceptions, pertes objectales, sévices physiques ou psychiques) dont le deuil a été problématique. La blessure du pare-excitation est profonde. Le sujet, confiné dans sa douleur, rongé par le deuil, se sent dans l’impossibilité à accéder à la souffrance psychique. La douleur est, en effet, primaire et singulière. Elle ne peut être confondue avec l’angoisse. Avoir de l’angoisse n’est pas être douloureux. L’angoisse débouche sur la souffrance et un contenu. Elle s’inscrit dans l’élaboration d’une histoire qui sous-tend l’affect. A contrario, la douleur est une souffrance à l’état pur, elle est « physique », non symbolisée. En ce sens l’objectif du traitement avec l’adolescent consiste à l’aider ainsi que l’écrit Rémy Puyuelo (2002) à se « figurer la douleur pour se représenter la souffrance psychique et gagner du pensable »6. Il s’agit de l’accompagner à penser l’adolescence au lieu de continuer de percevoir et d’halluciner le traumatique, à développer son aptitude à souffrir, c’est-à-dire à penser plutôt que subir la douleur narcissique.

133. Les traumatismes sexuels sont ancrés à la séduction sexuelle traumatique d’un enfant par un adulte. Traumatisme et séduction sont reliés et unis depuis le début de la psychanalyse. La séduction traumatique est un traumatisme provoqué par la séduction sexuelle. Celle-ci est aussi envisagée comme aboutissement de tout traumatisme.

  • 7 Nous préférons utiliser dans la situation de séduction traumatique, l’expression « œdipe renversé » (...)

14 La séduction traumatique surgit lorsque le désir du parent, ou de l’adulte, est agi à l’endroit de l’enfant. Au-delà de la relation, c’est exactement l’acte qui détermine la séduction traumatique. Celle-ci est dominée par la « confusion des langues » au sens de Sandor Ferenczi, et la dissymétrie des attentes et désirs des deux protagonistes enfant-adulte. La séduction traumatique est antœdipienne, elle inverse ou plutôt renverse7 le processus œdipien normal et habituel.

15Par ailleurs, il est à noter que dans ces occurrences traumatiques sexuelles, l’angoisse signal intrapsychique protège le moi. Lorsque, en effet, le moi du sujet est devenu apte à reconnaître et alerter le danger, un signal d’alarme l’avertit du danger pouvant menacer son intégrité.

16En conséquence, on peut dire que tout traumatisme constitue une atteinte narcissique. Sa cause peut être ou non directement sexuelle. Néanmoins, un traumatisme touchant globalement le psychisme ou l’intégrité corporelle peut provoquer un traumatisme qui implique simultanément des conséquences sexuelles notamment au moment des transformations pubertaires.

17Ainsi, tout au long de cet ouvrage j’ai essayé de représenter diverses figures du traumatisme à l’adolescence dans un souci continu et de double interrogation des faits dépendants de la pratique clinique quotidienne tout autant que des positions théoriques les plus communément admises.

18Trois parties constituent le livre. Elles seront développées tour à tour avec parfois de nécessaires retours dans une optique d’approfondissement.

19Le cheminement proposé commence par une étude du trauma noué à la pulsion, à la puberté, mais également à la passion qui est une caractéristique capitale de cette période du développement. A cet égard, la vie et l’œuvre de Arthur Rimbaud, une vie gouvernée par le traumatisme de l’enfance, la passion et la sexualité, est paradigmatique d’une adolescence remplie de violence et de souffrance.

  • 8 Cf. Gotthold Ephraïm Lessing (1772) dans Emilia Galotti (Acte V, Scène 7) :
    « Ce qu’on appelle viol (...)

20Dans cette première partie, je m’efforcerai ensuite à mettre en évidence la violence de la séduction8 et sa reviviscence dans la dimension de l’après-coup, c’est-à-dire lorsque le souvenir devient plus « traumatisant » que l’incident primordial lui-même et provoque une répétition compulsive d’événements traumatiques à l’adolescence. Ici le perceptif, l’hallucinatoire, s’oppose à la représentation et à l’élaboration. Le trauma découle précisément de la soudaine et violente collusion inconsciente, un télescopage psychique entre deux scènes distantes dans le temps mais indistinctes dans la psyché.

21Dans une seconde partie, je tenterai de montrer l’importance de la représentation et du vécu corporels à l’adolescence. « Mon corps est un problème » dit cette adolescente âgée de dix-sept ans. Cette expression traduit toute la force de la difficulté d’intégration psychique de la nouvelle image corporelle. L’adolescent a besoin de maîtriser son corps. Il se sent dans l’obligation de sortir de la passivation jointe à l’effraction traumatique pubertaire. Le corps préoccupe d’autant plus sévèrement que l’adolescent a enduré directement ou été confronté médiatiquement, par introjection ou par « emprunt », au traumatisme d’un parent.

22Par ailleurs, la passion comme démesure de l’amour appartient au fonctionnement de l’adolescence. La passion n’a ni limite ni morale. Elle est sans scrupule. Elle se situe du côté de l’irreprésentable, de l’indicible. Elle est au plus près du corps, de ses ressentis violents et douloureux que provoque un réel sentiment de mutilation corporelle.

23Dans cette perspective, une dernière analyse, par laquelle, se conclura cette partie, tentera de mettre en lumière la diversité de l’image du corps et son éprouvé à l’adolescence qui sont assurément bien éclairés par l’outil projectif de Hermann Rorschach et la technique du Rêve éveillé de Robert Desoille.

24Dans une troisième partie enfin, je développerai le « problème » du trauma par excès, des situations originelles pathogènes dominées par le « trop de trop » et le « trop de pas assez ». En effet, le traumatisme est articulé à la séduction de l’objet « trop présent » ou « trop absent ». L’excès est traumatique y compris dans la séduction narcissique précoce lorsque la mère par son « trop » de séduction passive et fige l’enfant, l’empêchant de ce fait d’accéder à l’adolescence au travail nécessaire de séparation-individuation et de subjectivation. Ainsi, obligés d’adopter le désir outrancier du parent en organisant une structuration de la personnalité de type « comme si », certains enfants ont du mal à se désaliéner identificatoirement des parents. Pourtant, à l’adolescence, le « contrat narcissique » (P. Aulagnier) peut se rompre. L’adolescent ne voulant plus, par exemple, être l’« adolescent soigneur » de son parent.

Notes

1 Houari Maïdi (2003), La plaie et le couteau – Et si la victime était son bourreau…, Lonay, Paris, Editions Delachaux et Niestlé, collection « Champs psychanalytiques ».

2 Cf. Le numéro sur Le traumatisme, Revue française de psychanalyse, 1988, 52, 6. Voir de même, sur le lien qui unit la mémoire, l’oubli et le traumatisme, Elsa Schmid-Kitsikis, « La mémoire du traumatisme ou comment nier l’oubli pour ne pas se souvenir », Revue française de psychanalyse, 1/2000, 139-49.

3 Dans cette perspective rémy Puyuelo (2002) propose « de réserver le terme de traumatisme au sexuel dont le signal est l’angoisse et d’envisager les blessures ruptures précoces du pare-excitation et de la jonction avec l’objet qui deviennent narcissiques dès lors que la symbolisation est affectée et dont le signal est la douleur narcissique et les carences narcissiques, véritables agénésies du préconscient et d’abolition symbolique qui nécessitent des solutions d’urgence de nature prothétiques où domine la répression des affects ». Voir l’ouvrage essentiel de r. Puyuelo (2002), L’enfant du jour, l’enfant de la nuit, chapitre VIII, p. 206-7, Delachaux et Niestlé, Collection « Champs psychanalytiques », Lonay, Paris.

4 Paul-Claude racamier (1991), « Blessures du moi et séduction narcissique », Bulletin du Groupe lyonnais de psychanalyse, n° 20.

5 Claude Janin (1996), Figures et destins du traumatisme, Paris, PUF, 2e éd. 1999, p. 39.

6 Rémy Puyuelo (2002), op. cit., p. 21.

7 Nous préférons utiliser dans la situation de séduction traumatique, l’expression « œdipe renversé » à la place de « œdipe inversé », car la première formulation indique le « renversement » des générations, et la seconde « l’inversion » de l’inclination sexuelle œdipienne au sens d’un œdipe négatif, inversé, et homosexué.

8 Cf. Gotthold Ephraïm Lessing (1772) dans Emilia Galotti (Acte V, Scène 7) :
« Ce qu’on appelle violence, ce n’est rien. La séduction est la véritable violence »
« Was Gewalt heißt ist nichts. Verführung ist die wahre Gewalt »

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search