Version classiqueVersion mobile

Les souffrances de l’adolescence

 | 
Houari Maïdi

Préface

Rémy Puyuelo

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années Houari Maïdi travaille l’articulation du narcissisme à la conflictualité œdipienne avec comme fil rouge le traumatique, dans un va et vient entre clinique et abord métapsychologique, l’adolescent étant le plus souvent son angle d’approche et de perspective.

2Dans son précédent livre, « La plaie et le couteau… et si la victime était son bourreau » (Ed. Delachaux et Niestlé, 223 pages, 2003), avec un éclairage psychanalytique et psychopathologique, il nous proposait un essai sur la victimologie clinique, victimologie subjective, s’intéressant essentiellement à l’organisation névrotique de destinée et s’interrogeant sur l’économie de la « position de victime », la répétition traumatophilique et victimophilique ainsi que sur le déterminisme inconscient et primordial sous-jacent qui opère dans ce type de comportement « négatif » et masochique.

3Il prolonge sa recherche dans ce nouvel ouvrage. Clément, Sonia, Myriam, Laure, Amaury, Guillaume… Akli, Louis, Miguel en sont les respirations, les inspirations. Houari Maïdi ne quitte pas la clinique pour développer ses propositions théoriques qui ne sont ni dogmatiques, ni surmoïques, et toujours au service du vivant. Il témoigne de rencontres et fait feu de tout bois dans son approche du processus adolescent grâce à un dispositif de soin clair et rigoureux permettant la gestion de la force et du sens.

4Il reprend d’emblée une théorie contemporaine du sujet. La quête de l’objet est constitutive du sujet et vice-versa. Ce stigmate de la détresse sans objet, signe la prématurité du bébé qui ne peut survivre que grâce aux soins de l’environnement. Ceci explique aussi que le sens vient du sujet par le détour de l’objet dans une déclinaison individu, groupe et institution.

5Le psychisme s’organise entre les trois termes d’un trépied : le représentationnel, le perceptivo-moteur et l’hallucinatoire dans d’incessants mouvements organisateurs et désorganisateurs entre régressions et repli narcissique. Cette dynamique témoigne des conflits psychiques et se joue entre intrapsychique, intersubjectif et extrapsychique. Notre travail est de toujours gagner du représentable, du symbolisable, de la pensée.

6L’adolescence s’inscrit dans ce contexte. C’est un état, souligne Houari Maïdi, qui met en perspective le « devenir grand », entre achèvement attendu et inachèvement inéluctable, poussant l’adolescent en avant, irrémédiablement « condanné à investir ». Ces moments et mouvements propices à l’advenue du « nouveau » défient le destin, en reprenant l’interrogation de S. Freud : « Quel peut être le lieu de naisance psychique du nouveau ? Quelles sont les opérations psychiques de l’émergence ? ».

7Houari Maïdi fait du processus adolescent un état traumatique s’appuyant sur D.W. Winnicott « grandir est par nature un acte agressif. ». Il élargit là le traumatique à « la nature humaine » et rejoint les derniers travaux de S. Freud autour des traumatismes organisateurs et désorganisateurs. Il écrit dans sa conclusion : « Le terrain et le terreau de l’adolescence sont particulièrement favorables aux revitalisations des traumatismes anciens et infantiles originaires d’où l’importance fondamentale de la notion d’après-coup. De fait, le traumatisme n’est pathogène que dans l’après-coup de la puberté et de l’adolescence. Il se révèle par un nouvel événement qui donne sens à un vécu traumatique préalable et primitif situé dans l’enfance. »

8La séduction dans une double occurrence narcissique et sexuelle cheville sa clinique indiquant aussi que le sexuel est toujours là en tant que poussée continue. En cela Houari Maïdi est fidèle à la pensée de S. Freud qui n’a jamais fait une théorie des traumatismes mais ceux-ci sont constamment présents tout au long de son œuvre : de la séduction événement à la séduction-fantasme dans l’après-coup, de la perte de l’objet à la crainte de la perte de l’objet et au quantitatif qui submerge le moi non préparé… Houari Maïdi y adjoint l’absence de réponse de l’objet reprenant là les travaux de S. Ferenczi.

9On pourrait définir les traumatismes de façon schématique en :

  • Carences narcissiques, défaillances des investissements narcissiques anténatales et postnatales du bébé avec répression des affects ultérieurement.
  • Blessures narcissiques provenant de l’environnement qui mettent en péril la croissance psychique du bébé avant l’organisation du langage dont le témoin est la douleur narcissique.
  • Et les traumatismes sexuels, eux intrapsychiques qui mettent l’accent non plus sur l’environnement mais sur sa représentation vécue comme un « corps étranger interne » source d’excitation. Ce qui rend l’expérience traumatique est l’incapacité de l’appareil psychique à évacuer et transformer l’excitation en pulsion. L’angoisse qui protège de l’effroi est à la fois alors résurgence de la détresse sans objet et signal protégeant le moi.

10Houari Maïdi, grâce à son inscription clinique dialectise investissements narcissiques et objectaux dans un souci continu de faire du traumatique quelque chose de sexuel pour le sujet. Le mouvement d’appropriation subjective et de relance de la fonction objectalisante étant à l’œuvre, l’important n’est pas « ce que l’on m’a fait, mais ce que je fais de ce que l’on m’a fait », ce qui produit un effet de vie et de présent dans une mise en sens des pulsions. Paradoxalement, il est difficile d’admettre que nous sommes alors à l’origine de notre propre malheur. Or ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons tenter d’atteindre parfois le bonheur et sûrement gagner notre liberté de penser.

11De l’excitation à la pulsion, le processus adolescent œuvre dans un jeu et des enjeux continus entre corps, acte et pensée ; passion et altérité ; violence et agressivité ; haine et ambivalence ; douleur narcissique et souffrance ; effroi et angoisse signal ; honte et culpabilité ; plainte hypochondriaque entre paranoïa et mélancolie ;… entre enfin destin et histoire.

12Houari Maïdi l’illustre dans une suite de cas de figures entre affects et représentations de mots sur le trajet de la mentalisation. Il va s’agir ici de ce que C. Balier appelle le soin de l’être où la question est moins de guérir mais plutôt de tenter de mettre le sujet sur la voie de la reconnaissance de l’autre sans pour autant qu’il se sente menacé dans sa propre existence.

13En terminant, je voudrais insister sur l’appropriation subjective du fantasme « un enfant est battu » qui organise à l’âge du mouvement de latence sa préhistoire narcissique : on tue un enfant, on mange un enfant, on viole un enfant.

14L’élaboration des fantasmes sadomasochistes permettent dès lors et plus particulièrement à l’adolescence de maintenir l’intrication des pulsions de mort aux pulsions sexuelles au service de l’appropriation subjective.

15Telle est la tentative réussie d’élaboration de la problématique traumatique que Houari Maïdi nous propose en ne quittant pas le récit clinique lui permettant de rendre compte de la subtilité et de la complexité des compromis théoriques à l’œuvre.

Auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search