Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Littérature et médecine

 | 
Marie Miguet-Ollagnie
, 
Philippe Baron

Piétisme et médecine dans l’autobiographie de Johann Heinrich Jung-Stilling

Marita Gilli

Full text

  • 1 Heinrich Stillings Jugend, Jünglingsjahre, Wanderschaft und häusliches Leben, 1777, 1778 et 1789. (...)

1Nietzsche estime qu’en dehors des œuvres de Goethe, seules quatre œuvres méritent d'être citées dans la littérature allemande : les Aphorismes de Lichtenberg, Nachsommer de Stifter, Die Leute von Seldwyla de Keller et le premier livre de l'autobiographie de Jung-Stilling1. Celui-ci, Johann Heinrich Jung, emprunte son pseudonyme aux piétistes : "die Stillen im Lande", ceux qui se sont retirés du monde. Ce nom évoque l'apaisement et le silence.

Jung-Stilling et le piétisme

2Les dates de sa vie (1740-1817) font qu’il vit l’apogée et la décadence du piétisme. L'histoire du piétisme en Allemagne est imbriquée dans l'histoire des idées au XVIIIe siècle. Il est une réaction du sentiment religieux contre l’orthodoxie de l’Eglise qui avait durci les cœurs. Le mouvement est contemporain de celui des Lumières en France (Spener meurt en 1705, Bayle en 1706). Il porte en lui l'aspect émancipateur des Lumières, dans la mesure où il s’oppose à l’autorité religieuse. Même si le piétisme a eu moins d’importance que les Lumières, il a été un facteur important de la lutte contre l'orthodoxie religieuse. L'âme veut s'assurer personnellement de l'amour de Dieu, elle veut vivre Dieu plutôt que de croire à lui par l'intermédiaire des autres. Comme le piétisme ne repose que sur la relation personnelle à un Dieu vécu subjectivement, il a de fortes colorations ascétiques. En insistant fortement sur l’égalité de tous les Chrétiens, il a facilité les voies des Lumières, mais il est resté dans le cadre de l'idéologie chrétienne et a combattu tous ceux qui en sortaient. Au début, il est assez progressiste, mais se sclérose de plus en plus, par le fait qu'il amène l'homme à trop se concentrer sur lui-même.

3C'est à Halle qu'il prend pied avec Spener et Francke. Les idées fondamentales se trouvent dans les Pia Desideria de Spener (1675). Celui-ci veut éduquer l'homme nouveau, le faire "renaître". Il crée la notion de sacerdoce universel et met l'accent sur la bienfaisance et l’activité pratique qui doivent mettre fin aux maux sociaux. La tolérance religieuse et le bon exemple sont les meilleurs moyens de convertir et les sermons doivent éduquer l'homme nouveau. Ce texte, on le voit très modéré, a grand succès et on en retient essentiellement l'idée de sacerdoce universel qui correspond bien au désir d'égalité de la bourgeoisie laquelle voit là la possibilité d'avoir les mêmes droits sur le plan religieux. Cette doctrine valorise l'individu qui ne se ressent plus comme un maillon insignifiant dans la communauté religieuse, mais comme un être ayant les mêmes droits que les autres. Ensuite, le piétisme deviendra assez hétérogène et on voit se développer un mouvement piétiste laïc qui se sépare de plus en plus de l'Eglise organisée et aspire à une plus grande justesse morale. C'est ainsi que naissent les groupes radicaux séparatistes dont est issu Gottfried Arnold lequel revient au christianisme primitif et attaque violemment l'Eglise dans Unparteiische Kirchen-und Ketzerhistorie (1699-1715). L'interprétation de l'Ecriture va ensuite être laissée aux laïcs, aux paysans et aux artisans. Partout on parle de Dieu, au travail, dans les tavernes et toutes les couches de la population sont gagnées. Le mouvement est dominant au milieu du siècle, puis il va décliner rapidement et ne survivre que dans des sectes.

4Les piétistes ont beaucoup contribué à l'enseignement en Allemagne en fondant des écoles où ils introduisent des disciplines nouvelles comme les sciences naturelles, les langues vivantes, les travaux manuels. Dans le domaine de la littérature, ils jouent un rôle dans le développement d'une littérature nationale allemande. Mais leur rejet de la philosophie rationaliste les rend souvent rétrogrades et ils ont parfois entravé le développement de la littérature profane. A Halle par exemple, Francke obtient qu'on interdise tout spectacle théâtral, même l'opéra et les chœurs à l'Eglise. Les piétistes ont donc surtout apporté leur contribution à l'essor de la littérature allemande en écrivant leur autobiographie, leur journal ou encore par leur correspondance. L’observation de soi-même, d'abord d'origine religieuse, va devenir psychologique et la littérature sentimentale de l'époque a ses origines dans le piétisme.

5Par ailleurs, le piétisme avait profondément pénétré les campagnes depuis la fin du XVIIe siècle. Il y avait pris une forme particulière, étant beaucoup plus hostile au monde qu'à la ville. Dans la région de Jung-Stilling, il naît sur un sol réformé et le piétisme calviniste prend facilement des formes extrêmes. La principauté de Nassau-Siegen est difficilement accessible et c'est là que se réfugient les esprits que leur quête de Dieu conduit à se placer en marge des traditions religieuses. C’est à Berleburg, près de Siegen, que les séparatistes trouvent pour la première fois un prince qui leur garantit la liberté de conscience. C’est là que voit le jour la Bible de Berleburg qui compte le seigneur du lieu parmi ses auteurs. Jung-Stilling présente ces piétistes comme méprisés de la société et méprisant la société : "ces gens se réjouissaient d'une telle honte et disaient qu'il en avait été de même pour leur Seigneur" (p. 47). La description qu'il fait du séparatiste Niklas qui influence tant son père correspond tout à fait au séparatiste célèbre Viktor Christian Tuchtfeld qui assurait le colportage pour les marchandises produites par cette communauté, après avoir été emprisonné en raison de ses attaques contre tous les systèmes religieux (p. 47 ss). Dans ses dialogues, il attire l'attention sur le Christ, expliquant que son enseignement procure des joies capables de remplacer les joies terrestres. Le père est séduit par cette doctrine et c'est à partir de là que son éducation devient ascétique et puritaine : il a puisé chez ces séparatistes le mépris du monde et la méfiance. Quant à Jung-Stilling, il intervient à la première personne pour mettre en doute la véracité de cet enseignement qu'il trouve assez incohérent, même s'il le considère comme beau et bon. Il explique qu'après la mort de sa femme, "le cœur de son père était dans un tel état qu'il en avait ressenti la beauté sans s'interroger sur sa vérité" (p. 50). On voit donc qu'il prend très vite ses distances.

  • 2 La Société du mercredi est l'une des sociétés qui se sont développées au XVIIIè siècle et qui étai (...)

6Ensuite, il sera attiré par ceux qu'il appelle les "frères en religion" à Radevormwald (Waldstätt), maître Isaac et ses amis. Leur forme de religion est pour lui une "véritable piété" caractérisée par l'absence d'exaltation, l'amour de Dieu et des hommes et l'effort pour imiter le Christ dans ses actions. Par la suite, ses rapports avec les piétistes ne sont pas excellents. Il leur reproche souvent leur intolérance, leur hypocrisie, leurs préjugés, leur étroitesse de cœur et leur orgueil. Quant aux piétistes, ils l’ont persécuté, surtout à Elberfeld. Ils sentent en lui quelqu'un qui se détache des formes surannées du piétisme représentées par Spener et Francke. Ils lui reprochent de s'intéresser à la littérature profane, de porter une perruque, d'adhérer à la Société du mercredi2 et se mettent à le calomnier. Jung-Stilling a beaucoup souffert de ce rejet, ce qui explique que ses rapports avec le piétisme demeureront toujours ambigus.

7Jung-Stilling retient du piétisme son individualisme forcené, la croyance d'être guidé et aidé de Dieu. Comme tous les piétistes, il a des illuminations : il entend Dieu lui dire de quitter son pays, d'apprendre le grec, etc... Sa grande illumination, ce que les piétistes appellent le "Durchbruch", se fait au début de ses années de voyage, quand il découvre en lui un penchant à ne vivre que pour honorer Dieu et servir les hommes. Mais en réalité, sa position consiste à adopter une voie moyenne, ce qui se voit bien dans son roman Theobald oder die Schwärmer. Eine wahre Geschichte (1784-85), roman qui met en garde contre l'exaltation et enseigne à la combattre. Néanmoins, il garde du piétisme sa croyance absolue en la Providence divine. Le véritable piétiste doit savoir renoncer à sa propre volonté et se soumettre à la volonté de Dieu. Il est persuadé que Dieu l'a choisi pour un destin très particulier : aussi admet-il d'éliminer en lui toute volonté personnelle et d'attendre les volontés de Dieu. Il ne s'occupe même pas de rembourser ses dettes : "Je laisse ce soin à Dieu, car c'est son affaire", et il faut bien dire qu'il a souvent eu de la chance, l'argent tombant presque du Ciel quand les difficultés financières devenaient très graves. Il sait très bien occulter ses propres faiblesses par sa foi en la Providence. Son manque d'énergie et de confiance en lui devient ainsi un principe. Il veut absolument montrer qu'il n’a absolument pas contribué aux différentes phases qui l'ont mené à étudier la médecine. C'est qu'il éprouve un sentiment de culpabilité par le fait que la religion lui a enseigné qu’il faut rester à sa place et ne pas chercher à sortir du milieu où l'on est né. Il lui faut donc justifier ses ambitions à ses propres yeux. Cette mise en avant de la Providence est sans doute aussi l'une des raisons pour lesquelles il écrit son autobiographie à la troisième personne, ce qui est rare : il ne veut pas raconter sa vie, mais l’histoire de la Providence dans sa vie. Au fur et à mesure qu'il écrit, il se montre de plus en plus persuadé qu'il a été élu. Il faut dire que l'histoire de sa jeunesse est une suite de déceptions, d'insuccès, de renoncements qui engendre un très fort sentiment d'infériorité qu'il compense en pensant qu'il a été élu. Il pense également qu'il doit se rendre utile à autrui et passe d'une attitude quiétiste au christianisme actif et pratique des trois dernières décennies de sa vie. En ce sens, la médecine et les sciences économiques auxquelles il s'adonne quand il n'est plus médecin sont considérées comme des détours avant que ne lui soit révélée sa vraie destination. En effet, bien que ce soit la Providence qui l'ait dirigé vers la médecine, il se rend compte que la pratique de la médecine est une erreur aussi grave que son obstination juvénile à être maître d'école, une épreuve de plus pour le mener à un état supérieur de purification. Sa destination finale correspond à sa tendance fondamentale à devenir dans la main du Seigneur un instrument efficace au service de la religion, non pas un prédicateur, mais un écrivain édifiant, un éducateur moral autour duquel se regrouperont ses amis. Il se sent alors à la fois l'instrument et le collaborateur, le prophète élu de la Providence divine. A la fin de sa vie, on peut le considérer comme le principal instigateur de ce que l'on appelle "die Erweckungsbewegung", mouvement porté certes par les forces piétistes, mais aussi par les Lumières et qui intègre le supranaturalisme orthodoxe dans une piété tournée vers le présent. Ce mouvement a secoué toutes les Eglises protestantes de tous les continents dans les dernières décennies du XVIIIe siècle et les premières du XIXe et ses effets se font encore sentir aujourd'hui. Il a ébranlé les barrières confessionnelles plus fort que le piétisme à ses débuts, a secoué ce qui était sclérosé dans l'orthodoxie et dont le piétisme classique ne s'était pas vraiment débarrassé. L'oeucuménisme actuel a sa source dans ce mouvement dont Jung-Stilling peut être considéré comme l'instigateur.

Eléments de biographie

  • 3 En effet, l'agriculture ne suffisait pas à nourrir une famille. Il fallait aussi pratiquer un arti (...)
  • 4 Si le séjour de Herder à Strasbourg a été un échec sur le plan médical, en revanche il marque le d (...)

8L'auteur, né en Westphalie, est issu du milieu paysan et a été élevé d'abord par son grand père, puis par son père, sa mère étant morte losqu'il était tout petit. Celui-ci l’isole totalement dans sa maison pendant de longues années, si bien qu'il ne fréquente pas d'autres enfants jusqu'à l'âge de huit ans. Le rapport à ses parents : absence de la mère, sévérité du père, isolement de l'enfant explique bien des anomalies. Il restera toujours dépressif, mélancolique, éprouvant peu de joie à vivre. Il cherche sans cesse le contact, un ami pour lui confier ses malheurs, quelqu'un qui le comprenne, et garde jusqu'à la fin de sa vie des difficultés de communication. Enfant, il joue à être pasteur, parce que ce métier lui permettrait d’être reconnu par son père. Même quand il deviendra un homme célèbre, il gardera toujours un sentiment d'infériorité. Pourtant, c'est un enfant surdoué, apprenant tout avec une facilité extrême, ce qui fait de sa vie scolaire un enfer, ses maîtres en sachant moins que lui et le détestant. En fait, il a appris tout ce qu'il sait dans les livres. L’adolescent veut absolument échapper au travail d'agriculteur et de tailleur que son père lui impose3. Grâce à ses dons et à sa forte volonté, il parvient à devenir maître d'école, puis médecin, ce parcours étant entrecoupé de périodes où il doit être artisan pour survivre et d'une expérience particulièrement catastrophique de précepteur. Puis, il décide de faire des études de médecine et se rend à Strasbourg, malgré ses grandes difficultés financières. La faculté de médecine de Strasbourg était particulièrement renommée, l'un de ses professeurs étant Johann Friedrich Lobstein chez qui Herder vient en 1770 se faire opérer de la fistule lacrymogène, opération très délicate qui d'ailleurs ne réussit pas4. A côté de la médecine, Jung Stilling y étudie la technique, les sciences de la nature, la philosophie. Il invente même un appareil de mesures qui sera effectivement fabriqué au printemps 1773. Les impressions de Strasbourg resteront très fortes pour lui : il y rencontre Herder, Goethe, Lenz, d'autres Stürmer und Dränger. Pour la première fois, il sort de l'étroitesse des cercles piétistes pour respirer l'air frais d'un idéal affirmant la vie. Par ailleurs il entend sans cesse critiquer dans ce milieu la religion et même la Bible, ce qui le fortifie plutôt dans sa foi. Les relations avec Goethe sont très chaleureuses. Les jeunes génies du Sturm und Drang voient en lui une nature encore vierge, pas touchée par la civilisation, demeurant dans une innocence paradisiaque. Ils lui font connaître la littérature anglaise : Shakespeare, Fielding, Sterne qu'il ignorait. Le récit qu'il fait des repas pris en commun a toujours intéressé les historiens de la littérature qui voient ainsi vivre au quotidien les grands écrivains du Sturm und Drang. Son amitié avec Goethe est étonnante : il faut imaginer ce fils de paysan, maître d’école, tailleur, piétiste, rencontrer dans une ville française le plus grand esprit de l'époque. Leur amitié est néanmoins plus sentimentale que culturelle ; elle sera durable et, contrairement à ce à quoi on pourrait s'attendre, c'est Jung-Stilling qui s'éloigne de Goethe, ne pouvant comprendre une telle personnalité, et non le contraire.

9Rentrant de Strasbourg, il exerce le métier de médecin pendant cinq ans, de 1772 à 1778. Puis il l'abandonne en 1778 pour un poste de professeur en économie à l'Académie d'Administration de Kaiserslautern. En 1789, cette Académie est transférée à Heidelberg où il passe trois ans. Depuis 1784, il a été nommé Hofrat par le Prince électeur Karl Theodor, ce qui représente une très grande promotion. En 1787, il accepte un poste à l'Université de Marburg et, en 1803, il entre au service de l'archiduc Prince électeur de Bade Karl Friedrich afin "de contribuer par ses écrits au développement de la religion". Il ne fera plus qu'écrire jusqu’à sa mort et il devient une célébrité. Par ses connaissances et ses amitiés qui vont jusqu'aux princes, il a été en contact avec les Grands de son époque. Beaucoup viennent à Karlsruhe uniquement pour le voir ; même le tsar Alexandre Ier lui rend visite en 1814, lui donne une pension, de l’argent, l'anoblit et prend son fils à son service ! Il devient ainsi le "Patriarch der Erweckung", conservateur des valeurs du passé. Jusqu'à la fin cependant, il continue à opérer de la cataracte et fonde en 1790 une caisse de solidarité pour ses opérations, y versant l'argent donné par les clients riches et une partie de ses droits d'auteur pour soigner les pauvres.

L'autobiographie

10En dehors de la Bible, les piétistes adorent lire des autobiographies, car ils y trouvent la voie de l'âme vers le Ciel ; Jung lui-même a été un grand lecteur d'autobiographies. Mais la sienne se distingue par la forme et le contenu des autobiographies piétistes et c'est ce qui a fait son succès. Il commence assez tôt à écrire sa propre histoire, pas tellement par besoin, mais poussé par Goethe qui trouve sa vie originale. C'est Goethe qui fait d'ailleurs paraître, après l'avoir un peu retouché, le premier livre en 1777 chez Decker à Berlin et Leipzig sous le titre Heinrich Stillings Jugend. Eine wahrhafte Geschichte. Ce livre a un grand succès, dans la mesure où personne n'y a vu le début d'une autobiographie piétiste, mais plutôt la représentation de gens et de paysages naïfs, d'autant que le récit est écrit à la troisième personne. Tout ce qui précède sa naissance est même raconté comme une nouvelle et pas référé à lui-même. Cette histoire a été ressentie comme vraie et il y a eu, lors de sa parution, tout un débat sur l'auteur présumé. Ensuite, au fur et à mesure que les livres paraissent (six en tout), la naïveté disparaît et le point de vue piétiste domine.

11Contrairement aux autobiographies, celle-ci est écrite à la troisième persone, ce qui introduit une distance. De plus, l'auteur change les noms de lieux et de personnes, ce qui donne à son récit une allure romanesque, bien qu'il insiste sur son côté véridique. Il y a par ailleurs de très nombreuses interventions du Je du narrateur dans le but d’ouvrir un dialogue avec le lecteur. L'œuvre donne une impression de réalisme, dans la mesure où son auteur utilise de nombreuses formes dialectales et où, à trois reprises, des personnages parlent dialecte. On trouve également de nombreux détails réalistes : gestes, habits, description de villages et de paysages, sa première opération de la cataracte etc... Mais ce qui est surtout nouveau dans l'histoire de l'autobiographie, c'est la description de l'enfance qui relève d'une importante laïcisation de la littérature et de l'intérêt pour la psychologie. Jung-Stilling montre très bien comment son isolement a conduit à une hypertrophie de l’imagination et à chercher un monde de substitution dans les livres. L'enfant est placé dans son environnement comme dans un roman. Le fait qu'il raconte le mariage de ses parents contribue aussi au romanesque, car son autobiographie sort ainsi du cadre de sa propre vie. Il apparaît comme un spectateur qui montre sa propre réalité de l’extérieur et il devient lui-même un personnage.

12Dans cette œuvre, le narrateur est une sorte de sur-moi épique par rapport à l'autobiographe. Il se contente de décrire l'éducation de l'enfant comme base de ses fantasmes pour ensuite concevoir une réalité idéalisée comme dans un roman. Le principe fondamental est donc l'objectivisation narrative des impressions d'enfance tout en partant de ce qu'il a vécu. Ce n'est pas tellement sa vision du monde qui est montrée, mais son monde. La réalité devient identique à sa signification. En faisant de l’autobiographie une œuvre romanesque, non seulement Jung transfère ce qu'il a vécu dans un autre mode de narration, mais aussi il le transforme en un autre mode d'être. Cela n'empêche pourtant pas l'œuvre de rester autobiographique. Par ailleurs, elle représente un véritable document de civilisation sur le XVIIIe siècle, en particulier dans le domaine de la médecine.

Les conditions de la médecine à son époque5

  • 5 Sur cet aspect voir Gerd Propach, Johann Heinrich Jung-Stilling (1740-1817) als Arzt, Köln, 1983.

13Le manque de médecins, surtout à la campagne explique qu'il ait été possible d'être amateur et de pratiquer sans être allé à l'Université. C'est Jung-Stilling qui veut avoir une formation universitaire. Les examens passés à Strasbourg ne suffisent cependant pas et il doit aussi passer un examen devant le Medizinal-Kollegium à Düsseldorf pour être médecin "privilégié". Mais on pouvait exercer sans ces examens. Cette situation vient de ce que, à la campagne, trop peu de gens peuvent payer, si bien que les médecins s'établissent en ville et délaissent la campagne. C'est la raison pour laquelle de nombreux profanes exercent, avec l'accord des médecins qui écrivent d'ailleurs des traités pour leur prodiguer des conseils. De nombreux ecclésiastiques font également fonction de médecins. Mais il y a aussi beaucoup de charlatans. Jung-Stilling dit même que, si on veut gagner de l'argent avec la médecine, il faut être charlatan (p. 321), mais qu'il n'a acune disposition pour cela. Ce qui l'inhibe un temps avant sa première opération de la cataracte, c'est d’avoir pu constater les dégâts occasionnés par des médecins qui faisaient n’importe quoi (p. 329). Comme les autres profanes, il fait tout ce qu'il est possible pour ne pas passer pour un charlatan, et comme eux, il garde le contact avec les médecins formés ; avant de lui confier son traité d'ophtalmologie, Molitor avait d'ailleurs bien posé comme condition qu'il fasse ensuite des études, ne voulant pas que son traité tombe dans les mains d'un charlatan. Mais les limites entre amateur et charlatan n'étaient pas toujours évidentes.

14Jung-Stilling s'installe à Elberfeld (Wuppertal) le 1er mai 1772 où il attend trois jours un premier patient. Il s'agit d'un enfant qu'aucun médecin n'a pu guérir jusqu’ici et qu'il parvient à guérir en lui donnant un ancien médicament passé de mode. Ce succès est aussitôt connu et on peut dire que les débuts sont prometteurs. On peut donc se demander pourquoi il a tant de difficultés pour exercer à Elberfeld. Est-ce seulement le rejet des piétistes qui se détournent de lui parce que son séjour à Strasbourg l'a changé : il porte une perruque, il est l'ami de Goethe, il écrit même ! Ils le considèrent comme perdu, le calomnient, le privant ainsi d'une certaine clientèle et, jusqu'à la fin de sa vie, Jung-Stilling s'interrogera sur ce rejet par les piétistes d'Elberfeld. La jalousie des collègues a dû jouer un rôle aussi, dans la mesure où la concurrence était dure et où il y avait quatre médecins à Elberfeld ; dès ses premiers succès, ceux-ci le calomnient et répandent le bruit qu'il est un charlatan. Dans ce contexte, l'accouchement d'un enfant mort lui vaut de sérieuses difficultés : il est convoqué par le Medizinal-Kollegium pour passer un examen. Du point de vue théorique, on ne peut lui faire de reproches. La pratique consiste à sortir une poupée d'une machine, comme un enfant du ventre de sa mère. Mais comme quelqu'un retient la poupée derrière un rideau, il n'y parvient pas. On considère qu'il a échoué et on lui défend de continuer à pratiquer des accouchements, sinon dans les cas particulièrement difficiles, ce qui l'amuse assez étant donné le ridicule d'une telle sentence. Toutefois il s'en tire à relativement bon compte, dans la mesure où il n'a pas d'amende à payer. Par la suite, il sera réhabilité, mais cet événement provoque une baisse de sa clientèle. Il restera donc surtout le médecin des pauvres, renonçant souvent à ses honoraires. Il commet ce qu'il considère comme sa plus grande bêtise en faisant souvent mettre sur son compte les médicaments des pauvres, ce qui est une des raisons de son endettement. Cet endettement permanent lui vaut des problèmes avec son beau père qui pense qu'il ne sait pas gérer son budget. Par ailleurs, son mépris de l'argent est très caractéristique et explique sans doute aussi pour une part ses difficultés financières. Il le dit lui-même pour expliquer qu'il a du mal à vivre en tant que médecin : "c'était certes aussi en raison de sa légèreté et de son mépris de l'argent" (p. 316). Il est vrai que jusqu'à la fin de sa vie, il opère les pauvres gratuitement de la cataracte et paie leurs notes d'hôpital. Toujours est-il qu'il ne parvient pas à nourrir sa famille et a la malchance de ne pas réussir les opérations des clients riches qui pourraient le payer cher, alors qu’il réussit presque toujours celles des pauvres. Au début, il pense néanmoins que Dieu l'a destiné à être médecin et qu'il le rendra peu à peu heureux dans son métier, puis son insuccès le rend de plus en plus insatisfait. Seules les opérations de la cataracte le rendent heureux et, par la suite, il parlera des années d'Elberfeld comme d'années "terribles". En tous cas, la situation devient insupportable au point qu'il écrit au Conseiller Medicus à Mannheim pour lui confier ses difficultés. Celui-ci lui propose alors un poste de professeur d'économie à Kaiserslautern qu'il accepte, ayant été déjà amené à s'intéresser aussi à l'économie. Par la suite, il deviendra néanmoins l'un des oculistes les plus connus de l’époque (il a à son actif plus de 2000 opérations de la cataracte et continue à opérer bien après avoir abandonné la médecine) ; il publiera même une méthode pour opérer. Manifestement, les maladies des yeux étaient plus développées que maintenant, sans doute en raison du manque d'hygiène. Il décrit très longuement sa première opération pour laquelle la patiente doit le supplier tant il a peur d’un échec. La réussite de cette opération lui vaut une grande renommée et de nombreux patients, mais la plupart sont trop pauvres pour payer. Il apparaît que son activité croissante en tant qu'oculiste est la conséquence directe de l'importance qu'il prend en tant qu'auteur de livres religieux. Les villes dans lesquelles il se rend sont toujours des centres de la vie intellectuelle. Il est invité par la noblesse pieuse et surtout par les ecclésiastiques, ce qui n'est pas étonnant puisque ce sont essentiellement eux qui le lisent et ils sont particulièrement intéressés par ses démêlés avec l'Aufklärung, problème qui les occupe aussi. Ils le font venir pour dialoguer avec lui plus peut-être que par manque d'oculistes.

15L'ophtalmologie était pourtant très peu développée à cette époque. Il n'y a des oculistes confirmés en Allemagne qu'à partir de 1870. Si on a tout de même pu considérer que le XVIIIe siècle était le "siècle des oculistes", c'est parce que ceux-ci sont au centre de l'intérêt, sans doute en raison de la fréquence des maladies oculaires. De nombreux oculistes parcourent la campagne. En ce qui concerne l'opération de la cataracte, Jung-Stilling l'a considérablement améliorée. S'il n'a pas été un chercheur, il a été un excellent praticien. Son mérite est d'avoir propagé par son enseignement et ses écrits la méthode la plus moderne. Il a également tenté la méthode par l'électricité, montrant par là son ouverture à des techniques nouvelles. De plus, il a fondé à Marburg la première clinique d'ophtalmologie.

Sa vocation

  • 6 Jung-Stilling dit d'abord ne pas avoir connu la jeune Tille que lui destinait Flender ; mais des l (...)

16Bien que son savoir soit essentiellement livresque, il a le goût des connaissances utiles et considère que celles-ci doivent être au service des couches inférieures. Dans ses œuvres, il y a un thème récurrent qui lui vient du piétisme : la nécessité de transmettre des connaissances utiles pour la vie quotidienne. Lui-même est d'ailleurs très habile de ses mains et réussit très bien dans le métier qu'il exècre, celui de tailleur. Mais il est persuadé que Dieu ne lui a pas donné tant de talents pour qu'il les enterre. C'est une série de hasards qu'il considère lui-même comme un plan de la Providence qui le pousse à faire de la médecine. Son maître Flender (Herr Spanier dans le récit) voudrait se l'attacher définitivement et éventuellement le marier (sans doute à sa fille aînée, ce n'est pas très clair)6. C'est pourquoi il lui insuffle de faire de la médecine pour qu'il soit plus "présentable", pensant qu'il se formera tout seul et passera l'examen ensuite, d'autant que Jung-Stilling a de bonnes connaissances de latin, de français, de grec, d'hébreu, de mathématiques et d'anatomie. Aussi lui dit-il un jour de façon assez abrupte : "Ecoutez précepteur ! Je vois tout à coup ce que vous devez faire, vous devez étudier la médecine" (p. 249). Aussitôt le jeune Jung se rend compte qu'il y songeait depuis longtemps, mais ne se l'était jamais formulé et que toutes les épreuves que Dieu lui avait infligées concouraient à ce but. Jung-Stilling ignore tout des plans de Flender et n'est attiré par la médecine que par vocation. Lorsqu'il est libre, il commence à lire des livres de physiologie et d'anatomie. Ses parents ne voient d'abord pas d'un très bon œil ses nouvelles intentions parce qu’il n'a pas les moyens financiers de faire des études. Lui-même laisse ce problème à la Providence divine et cette espérance est énoncée à plusieurs reprises. Mais un événement inattendu les convainc qu'il a choisi le bon chemin : son oncle était l'ami d'un prêtre catholique ophtalmologue Molitor qui lui propose de lui confier un manuscrit sur le diagnostic et la thérapie de la plupart des maladies oculaires afin de le donner éventuellement à un parent qui serait prêt à faire des études de médecine, ne voulant pas que son œuvre tombe dans les mains d'un charlatan. L’oncle voit là un signe de la Providence divine et encourage son neveu dans cette voie, lui disant qu’il doit étudier la médecine, que c’est là la volonté de Dieu. Flender lui-même admire la Providence à ce sujet. Celui-ci va chercher les manuscrits pour les recopier et, quand il revient les rapporter, Molitor est mort. C'est donc par hasard qu'il entre en possession du traité d'ophtalmologie de Molitor et c'est sans autre bagage qu'il se met à opérer de la cataracte. Il prépare également les médicaments, comme il est indiqué dans le traité. Son succès sur un enfant de douze ans le rend célèbre. Son accès aux cercles piétistes ainsi que la clientèle de Flender lui procurent d'abord de nombreux clients. Puis, il ira étudier la médecine à Strasbourg. Ses études sont brillantes et le Doyen Spielmann ne tarit pas d'éloges à son égard, lui disant "qu'il n'avait jamais donné la licence avec tant de joie qu'à ce candidat qui, en si peu de temps avait fait plus que beaucoup d’autres en cinq ou six ans" (p. 299). Lui-même en tire une certaine fierté :

"Les larmes lui coulaient sur les joues. Son âme était tout remerciement pour celui qui l'avait tiré de la poussière et l’avait aidé à parvenir à un métier qui lui permettrait, conformément à son instinct, de vivre et mourir pour honorer Dieu et servir son prochain" (p. 299).

17Peu de temps après, on lui envoie son grade de docteur. Pourtant ce n'est pas là sa vocation définitive, nous l'avons vu, et il répugne même souvent à faire ce métier, n'étant soutenu que par l'idée que c'est Dieu qui l'a destiné à être médecin ; sa vocation, il ne la trouvera qu'à la fin de sa vie quand le prince de Bade lui donnera un salaire uniquement pour répandre la religion auprès de ses sujets.

  • 7 Matthieu, 11, 5 a.

18Mais quand il choisit la médecine, il est manifestement poussé par des raisons socio-éthiques et religieuses. Il ne veut vivre que pour honorer Dieu et pour le bien des hommes. S'investir pour le bien des hommes fait partie des buts philanthropiques de l'Aufklärung : bonheur et bienfaisance sont ses lignes directrices. Il est évident que l'activité de médecin et, particulièrement d'oculiste, permet de les suivre. Mais la motivation religieuse est plus forte encore que la motivation socio-éthique. Soigner les malades est considéré comme un commandement suprême dans de nombeux ordres monastiques médiévaux. Dans ses Pia Desideria, Philipp Jacob Spener souligne aussi l’importance de la pratique. Pour Jung-Stilling, le but de cet amour des hommes actif est de se rapprocher de Dieu. Le Christ avec ses actions altruistes est un modèle pour lui. Il est la "lumière du monde", le "soleil de la création", comme il le chante dans de nombreux poèmes. Les rayons du soleil prennent une valeur symbolique et Jung-Stilling aspire à être "éclairé". Lumière physique et lumière divine sont pour lui une seule et même chose. En raison de ce lien avec la transcendance, l’acte de voir prend une importance particulière. Un des Juifs qu'il a opéré de la cataracte lui cite ensuite la parole du Nouveau Testament : "J'étais aveugle et j'ai retrouvé la vue"7. Un autre lui dit : "Je vois la Majesté de Dieu". Dans cette mesure, on ne doit pas s'étonner que Jung-Stilling ait été à la fois un grand savant et un esprit très religieux, car la motivation principale de son travail de médecin a été religieuse.

19En cela, il a bien retenu les leçons du piétisme qui s'intéresse au salut de l'âme et du corps. L'aide que pouvait apporter la médecine était une façon de contribuer au bien être des hommes. De plus, le Christ a ordonné de soigner les malades. Aussi, le nombre de piétistes médecins est-il très important, ce qui amène à forger l'expression de "pietistische Medizin". Une figure dominante a été le professeur Georg Ernst Stahl (1659-1734). C'est grâce à lui qu'on s'est intéressé aux rapports réciproques entre l'âme et le corps ainsi qu'à l'inconscient. Il a été considéré comme le fondateur de la psychiatrie. Les institutions piétistes ont permis aux médecins une activité intéressante, elles ont développé l'hygiène, fondé des polycliniques pour former les médecins ainsi que des pharmacies. Les résultats obtenus dans les institutions de Francke ne sont pas restés limités à l'Allemagne, mais ont été exportés vers l'Inde : le travail missionnaire faisait aussi partie des obligations. Chez Zinzendorf et les Herrnhuter, le bien être du corps joue également un rôle important. Là aussi, on a formé des médecins pour les envoyer outre mer. Pour un piétiste, la médecine représente un engagement, ce qui explique l'enthousiasme de Jung-Stilling quand son maître lui propose d'en faire. Son intention est de travailler pour le Royaume de Dieu et en tant que médecin il pourra le faire concrètement.

Sa conception du métier de médecin

20Jung-Stilling estime que l'Etat doit se soucier de la santé de la population et partage tout à fait sur ce point les idées de l'Aufklärung. Le prince doit protéger son peuple et le rendre heureux. Or, si le bonheur éternel est du domaine de la religion, le bonheur sur terre est du domaine de la société et la santé est l'un des besoins les plus importants de l’homme. La maladie est un facteur dérangeant pour la société, elle la prive de nombreux travailleurs ; il faut donc la guérir certes, mais surtout la prévenir. Il propose d'ailleurs toutes sortes de mesures en ce sens : hygiène, éducation des femmes enceintes, soins du nourrisson etc...). La population entière doit être éclairée sur ces sujets : enseignants, prêtres et médecins doivent y contribuer. Lui-même a beaucoup fait pour diffuser les connaissances de la médecine et améliorer la formation de ceux qui la professaient. Sur ce point, il est très proche des Lumières. Il reconnaît qu'avec la sécularisation de la société, l'amour chrétien du prochain ne suffit pas à surmonter les problèmes sociaux et il pense que les institutions caritatives piétistes ne suffisent plus. On ne peut plus isoler les pauvres et les malades, l’Etat doit les prendre en charge pour le bien de la communauté. Il sait, pour l’avoir vécu en tant que médecin des pauvres, à quel point maladie et pauvreté sont liées et veut qu’il soit remédié à cet état de fait. Le médecin a donc une fonction sociale et devrait être considéré comme un fonctionnaire. Il distingue bien le métier de médecin en tant que gagne pain et la vocation véritable qui amène le médecin à prendre en charge le malade tout entier.

21C’est avec ce souci qu’il se force souvent à faire des choses difficiles. Il n'aime pas opérer, mais s’est obligé à le faire ; il a même peur des accouchements difficiles et restera traumatisé toute sa vie par son accouchement d’un enfant mort :

"On ne peut pas décrire l’angoisse, les larmes, la peine et la pitié que coûtaient de tels travaux à ce cœur sentimental, mais il avait conscience de son devoir et devait partir quand il était appelé ; aussi s’effrayait-il et le cœur lui battait quand on frappait à sa porte la nuit..." (p. 331).

22Quand il subit des échecs dans ses opérations de la cataracte, il est fortement déprimé et éprouve des sentiments d’infériorité, en particulier après l’échec de Frankfurt. Bien qu'ayant le sentiment d’avoir été élu, il est conscient de ses faiblesses. Ainsi, quand il guérit son premier patient jugé incurable, il sait que ce n'est ni en raison de sa méthode, ni parce qu’il a bien réfléchi, mais que c’est par pur hasard ou plutôt que c’est la Providence divine qui l’a voulu ! Aussi est-il gêné d’être adulé par les siens quand il retourne dans son village natal après sa réussite et monologue :

"Je ne suis pas l’homme pour lequel on me tient ! Je ne suis pas un faiseur de miracles en médecine ! Ce n’est pas Dieu qui m'a fait médecin, car je guéris rarement ; quand j’y parviens, c’est par hasard...”

23et il se trouve même un médecin très médiocre (p. 349). La conscience de ses lacunes le chagrine beaucoup. Mais en même temps, on note chez lui un grand orgueil. Il est très conscient de sa valeur et persuadé d’avoir été élu, personnellement choisi par Dieu qui aurait présidé à son destin.

24Dans de nombreux domaines, sa pensée est d'avant garde. Ainsi, il ne fait pas un tabou de ce qui concerne la sexualité de l’homme : non seulement l'homme a le droit de s'unir corporellement avec son partenaire, mais cette union ne doit pas uniquement viser à procréer. Il faut bien évidemment le faire dans le mariage qui est une institution sociale. Il ne considère pas la sexualité comme un péché, ni comme un instinct inférieur. Il sait que la sexualité réprimée peut mener à des maladies mentales. La masturbation est pour lui un vice dont les conséquences physiques et mentales peuvent être graves. Il propose une thérapie de bon sens pour s'en débarrasser : se coucher tard, pas sur le dos, se lever dès qu'on est réveillé ! Mais, il n'y a chez lui aucune attitude négative vis-à-vis de la sexualité, aucun combat contre elle. Il est certain qu'il a dû contribuer à une certaine libération sexuelle en montrant le chemin d'une sexualité naturelle et en cela il s'oppose au piétisme tardif. Par rapport aux malades mentaux, il a également une attitude moderne : il faut essayer de les guérir et de les rendre de nouveau utiles à la société.

La philosophie qui sous-tend son activité de médecin

25Du piétisme, il retient les rapports réciproques entre l'âme et le corps. Cet aspect se retrouve plus dans ses œuvres littéraires que dans ses œuvres de médecine. Ainsi il écrit dans son autobiographie que, quand il est précepteur chez les Hochberg qui le méprisent et le lui montrent, il devient très maigre parce qu'il est malheureux :

"Il était devenu si pâle et si maigre qu’il ne pouvait plus recouvrir ses dents avec ses lèvres, les traits de son visage étaient distordus par le chagrin, les sourcils s'étaient élevés, son front était ridé, ses yeux sombres et profonds lui donnaient un aspect sauvage, la lèvre supérieure avait rejoint les ailes du nez et les commissures des lèvres tombaient avec la peau des joues..." (p. 218).

26Cette description qu'il fait de lui-même est très influencée par Lavater dont les Physiognomische Fragmente paraissent en 1775. Lavater part du fait que l'homme est à l’image de Dieu, ce qui se rapporte aussi bien à son corps qu'à son esprit et le corps est d’après lui formé selon le développement de l'homme intérieur. Jung-Stilling illustre dans ses romans les rapports réciproques entre le corps et l'âme. Il en tient compte également dans son activité de médecin et opère toujours de la cataracte le matin parce que les malades sont plus calmes que l’après midi. Il étudie aussi la théorie du magnétisme animal de Mesmer et tente lui-même de guérir par le magnétisme, mais uniquement pour des maladies incurables autrement et il reste prudent. Toutefois, il reconnaît au fluide découvert par Mesmer la capacité d'être le médiateur entre l'esprit et le corps. Il permet de penser que, de cette façon, la continuité de la personne peut être sauvegardée à la mort, dans la mesure où, quand l'homme meurt, l'esprit prend toute la matière du corps dont il a besoin pour sa vie dans l'au-delà. Le corps ne doit donc pas être attaqué si l'on ne veut pas détruire l'homme intérieur. Bien que l’âme soit pour lui supérieure, Jung-Stilling ne méprise donc pas le corps et, quand il dit qu’il veut ouvrir les yeux, il s'agit de ceux du corps et de ceux de l'esprit et, en ce sens, il représente bien la médecine piétiste.

27Pour lui, la maladie est une conséquence du péché originel, une manifestation du mal dans le monde. La nature de l'homme est entrée en conflit avec la sainteté de Dieu et cette dysharmonie a provoqué la maladie. Elle est un instrument de Dieu pour préparer l'homme à l'éternité. Sur son lit de mort, l'homme est prêt à entendre Dieu. Toutefois, JungStilling pense que la maladie doit être guérie et non pas considérée comme une croix imposée par Dieu. Ces deux idées peuvent paraître contradictoires, mais il résout cette contradiction en pensant que c’est Dieu qui guérit, le médecin n’étant qu'un instrument dans la main de Dieu. Le véritable médecin, c’est le Christ qui guérit de tous les crimes. Cette idée qui lui vient de Paracelse va l'inspirer toute sa vie. Etant donné que la maladie corporelle est le signe d’un rapport à Dieu perverti, la tâche du médecin est de guérir le corps et en même temps l'homme tout entier dans sa relation à Dieu. Maladie et guérison sont des phénomènes qui affectent l'âme et le corps ; il faut donc s'occuper de l'âme et du corps du malade et, à son chevet, il doit par conséquence y avoir à la fois un médecin et un ecclésiastique. Pour lui, l’homme n'a pas une maladie, mais c’est tout son être qui est malade. Cette opinion qui s'impose maintenant était nouvelle à son époque. C'est pourquoi il dit qu'après les études à l'Université, le futur médecin devrait être en contact avec d’autres ayant de la pratique pour pouvoir étudier la nature au chevet du malade.

28Jung-Stilling parvient à résoudre bien des contradictions en adoptant une philosophie physicothéologique. Cette théorie consiste en une sacralisation de la nature s'opposant au pessimisme baroque qui a entraîné le goût du macabre et la fuite dans le mysticisme. Avec la physicothéologie, la nature est présentée comme un reflet de la splendeur de Dieu. Les règnes minéraux, végétaux et animaux sont considérés comme des merveilles. L'existence de Dieu est démontrée à l'aide de la beauté de la nature que l’on trouve merveilleuse, non plus a priori par la raison humaine, mais a posteriori à partir de la création. La contemplation des merveilles de la nature doit ouvrir l'homme à la splendeur de Dieu. Cette conception de la splendeur de Dieu est centrale dans cette théorie qui a d'ailleurs donné un essor considérable à la science au XVIIIe siècle. Pour Jung-Stilling, cette théorie lui a permis de sortir de la contradiction angoissante dans laquelle il se mouvait entre la certitude de la foi et les doutes de la raison. Car, pour les physicothéologues, l'homme fait partie de la magnifïscence de Dieu, ce qui le valorise considérablement. Il imagine de cette façon un système où la raison n’est plus brimée par la foi, mais doit être utilisée de façon à soutenir la foi, à conduire aux mêmes résultats qu'elle. Il en arrive à une sorte de théosophie : les sciences natuelles, la physique et la chimie préparent la vraie philosophie, elles sont la base de la métaphysique. La raison peut reconnaître Dieu dans la création, ce qui implique une religion naturelle à côté de la religion révélée. Cette théorie l'a beaucoup aidé dans son activité d'ophtalmologue. En effet, la nouvelle transcendance est considérée comme une lumière, d'où l'importance de l'œil. Ce n'est pas par hasard que l'ophtalmologie et les opérations de la cataracte se développent en même temps que la physicothéologie. Les conceptions de Jung-Stilling ne se situent donc pas en dehors du contexte historique, même quand il cherche des réponses qui puissent satisfaire un chrétien. C'est dans cette mesure qu'on peut donc dire qu'il a été un médecin progressiste, dans la mouvance du piétisme et des Lumières.

Notes

1 Heinrich Stillings Jugend, Jünglingsjahre, Wanderschaft und häusliches Leben, 1777, 1778 et 1789. Nous citerons d’après l’édition Reclam.

2 La Société du mercredi est l'une des sociétés qui se sont développées au XVIIIè siècle et qui étaient les rares lieux de sociabilité en Allemagne avec les Sociétés de lecture.

3 En effet, l'agriculture ne suffisait pas à nourrir une famille. Il fallait aussi pratiquer un artisanat.

4 Si le séjour de Herder à Strasbourg a été un échec sur le plan médical, en revanche il marque le début du Sturm und Drang en raison de sa rencontre avec Goethe.

5 Sur cet aspect voir Gerd Propach, Johann Heinrich Jung-Stilling (1740-1817) als Arzt, Köln, 1983.

6 Jung-Stilling dit d'abord ne pas avoir connu la jeune Tille que lui destinait Flender ; mais des lettres tardives laissent supposer qu'il savait fort bien de qui il s'agissait.

7 Matthieu, 11, 5 a.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.