Version classiqueVersion mobile

Citoyenneté et éducation par la société

 | 
Guy Labarre

Troisième partie. Réflexions sur les « crises » de la citoyenneté

Des filles dans les activités de loisir organisé : la participation comme expérience politique

Dominique Malatesta et Christophe Jaccoud

Texte intégral

La citoyenneté des enfants comme problème public contemporain

1La citoyenneté des enfants est devenue un problème public dont l’occurrence peut être repérée dans les politiques locales et nationales, les conventions internationales, dans les instituts de recherche universitaires qui consacrent des formations spécifiques centrées sur les droits de l’enfant. Mais aussi dans les pratiques professionnelles et dans les situations de prise en charge des enfants : des foyers aux tribunaux, pour ne rien dire des conseils d’enfants et de l’institution scolaire. Si, en de tels lieux, on ne parle pas toujours spécifiquement de citoyenneté, on y aborde néanmoins, de façon systématique, le sujet de la participation.

  • 1 Pour mémoire, ce sont la garantie et la protection des droits des enfants qui sont l’enjeu fondamen (...)

2En termes de contexte, c’est donc « La Convention internationale des droits de l’enfant », un traité international adopté, le 20 novembre 1989, par l’Assemblée générale des Nations Unies1, qui constitue le cadre sociojuridique énonçant les droits des enfants parmi lesquels figure celui de participer aux décisions qui les concernent. Cette convention exprime alors avec force la nécessité que les enfants aient une place reconnue et légitime, ainsi qu’un accès de plein exercice aux systèmes politiques et sociaux.

  • 2 Corsaro 2005.
  • 3 Hirschfeld 2003, p. 2.

3L’angle que nous proposons de retenir pour aborder le thème de la citoyenneté des enfants est celui de la participation, dans la mesure où celle-ci constitue désormais un rouage essentiel de la modernité politique ; mais également parce qu’il s’agit là d’un paradigme significatif en sociologie de l’enfance, à travers notamment les notions d’agentivité ou encore de reproduction interprétative2. Davantage, la sociologie de l’enfance a montré tout l’intérêt qu’il y a, pour les sciences sociales, à s’intéresser aux enfants en les considérant comme de vrais acteurs capables de modeler leur environnement culturel. Une perspective que Lawrence Hirschfeld a particulièrement bien documenté, pour mettre en exergue que non seulement « les enfants configurent leur environnement culturel », mais qu’en déployant des « compétences intellectuelles singulières », ils modèlent « les productions culturelles […] des adultes »3.

4Pour dissiper le flou qui brouille la notion de participation, mais aussi pour comprendre les effets réels de cette dernière, il n’est pas sans intérêt d’identifier des lieux, des situations ou encore des sphères d’activités dans lesquelles des enfants peuvent être considérés comme des participants, ou encore comme des contributeurs à la production d’une œuvre commune. Au point de devenir de véritables protagonistes de la démocratie.

  • 4 Malatesta, Golay 2010 ; Golay, Malatesta 2014a et b ; Malatesta, Golay 2016.
  • 5 Pour la Suisse, de tels lieux participent en fait de la mise en œuvre d’une loi fédérale (adoptée l (...)

5Cette contribution s’inscrit dans une ligne de recherche qui traite de l’engagement des enfants dans la vie sociale. D’un côté, nos investigations concernent les lieux dédiés à la participation que sont les conseils d’enfants et les conseils de jeune4, c’est-à-dire des organes institutionnalisés, d’origine récente5, qui sont aujourd’hui à considérer comme partie constitutive du gouvernement des villes et qui sont expressément construits sur le thème et sur la prophétie du développement de la participation juvénile.

  • 6 Malatesta et al. 2014 ; Malatesta, Jaccoud, Golay 2014 ; Malatesta, Golay, Jaccoud 2014.

6D’un autre côté, et dans une perspective toujours alimentée par le sujet de la participation, nous avons ouvert un chantier consacré à des lieux qui ne sont pas dédiés à la participation des enfants, mais dans lesquels, néanmoins, des enfants s’engagent durablement et activement6. En l’occurrence des clubs de sport.

La participation des enfants : du côté de la modernité institutionnelle, l’exemple des conseils d’enfants

7La Ville de Lausanne, où nous avons enquêté principalement, promeut la participation des enfants et l’apprentissage de la citoyenneté par l’ouverture de conseils d’enfants dans les quartiers, qui sont placés sous la responsabilité d’éducateurs. Les enfants y sont les bienvenus, sans engagement, pour débattre et proposer des actions sur leur environnement.

8Au-delà de cette intention générale et des caractéristiques structurelles des dispositifs de participation, les données d’observation permettent de mettre en exergue des dynamiques de fonctionnement qui pondèrent l’ambition, régulièrement affirmée, d’installer les enfants au rang et au statut de partenaires de décisions et de concernements propres à former des citoyens actifs et responsables.

  • 7 Sur ce point, nous avons pu constater que, dans une période antérieure, des moments étaient explici (...)

9Ainsi, si les conseils d’enfants ont pour objectif déclaré de développer la participation par l’expression libre de la parole, sur le mode de mini-forums, force est de constater que les débats qui s’y déroulent sont de plus en plus souvent menés à huis clos. De fait, et parce qu’on attend des enfants qu’ils parlent d’eux-mêmes, de leur vie, de leurs attentes, il importe alors qu’ils soient « protégés » du monde adulte. Autrement dit, on peut relever qu’une forme de psychologisation de la participation se met en place, sensiblement éloignée d’activités collectivement menées et rendues visibles à l’extérieur, ou encore d’acquisition de savoirs objectifs7. De manière plus précise, on peut avancer que l’apparition d’une clôture entre le public (domaine des affaires du monde, des injustices et des assignations normatives) et le privé (registre de l’expérience personnelle et de la privatisation des intentions) constitue sans doute l’une des caractéristiques majeures des conseils d’enfants et des conseils de jeunes. Tout semble se passer comme si ces instruments se confondaient alors avec des groupes d’auto-support, abandonnant leur rôle de construction d’un point de vue pertinent issu des expériences mêmes des enfants.

10Il n’est pas sans intérêt non plus d’évoquer un autre fait. Ainsi peut-on constater, du côté du conseil des jeunes (la variante qui accueille des jeunes de 13 à 25 ans), une surreprésentation des plus âgés, de la classe moyenne, ainsi que des garçons. De surcroît, et parce que les projets qui sont proposés sont issus des seuls membres du conseil, ils n’ont pas vocation à constituer des caisses de résonance des problèmes de société, des injustices et des inégalités. Ainsi, au gré des souhaits des unes et des autres, se dessinent des initiatives variées telles que des actions en faveur des enfants malades, la promotion du vélo ou encore le soutien actif à la promotion des Jeux olympiques de la Jeunesse, qui se tiendront à Lausanne en 2020.

  • 8 Pour rappel, l’œuvre de la sociologue anglo-canadienne s’inscrit dans une filière féministe attaché (...)

11Pour le dire autrement, et en s’inspirant de la standpoint theory de Dorothy Smith8, ces instruments, parmi les plus récents à figurer dans la boîte à outils de la vie démocratique, ne semblent donc pas devoir être à l’origine de la constitution de points de vue qui permettraient aux enfants de cartographier le monde social, de le lire et de le représenter. Afin de comprendre pourquoi, dans le paysage ainsi dévoilé, certains groupes occupent certaines places et quelles sont les logiques sociales qui les y assignent.

La participation des enfants : du côté du monde associatif historique. L’exemple des clubs de sport

12Si les conseils d’enfants sont encore loin d’être des lieux d’expérimentation de la citoyenneté, la participation à une activité sportive organisée peut-elle en revanche l’être ? Sur ce point, on sait qu’il existe un fort accord relatif à la fonction édificatrice des clubs de sport. Convergence notable des points de vue profane et savant : autant le sens commun qu’une ample littérature sociologique instaurent les clubs de sport au statut d’espaces tenus de socialisation verticale et, partant, comme des lieux avérés d’une production pertinente de citoyenneté.

  • 9 Callède 2007.
  • 10 Murard, Tassin 2006.

13Deux dimensions caractérisent ce point de vue partagé. En premier lieu, les clubs de sport sont toujours considérés comme des lieux privilégiés de la socialisation juvénile. Il faut tout de même mentionner ici que le point de vue répandu en France se distingue de celui qui prévaut en Suisse. Cette distinction n’est pas anecdotique puisqu’elle rappelle que la citoyenneté doit être pensée relativement à une culture nationale et à des sentiers de dépendance. Ainsi, la littérature sociologique sur les clubs de sport en France tend à insister sur une socialisation par le haut9, associée à l’idée que l’adhésion sportive trace des fins communes, police les comportements, met en rapport les enfants avec les normes et les règles sociales et culturelles. Autrement dit les clubs sont ou seraient des courroies de transmission des « politiques de civilisation » dont nous parlent Numa Murard et Etienne Tassin notamment10.

  • 11 Lamprecht, Fischer, Stamm 2012.

14Pour sa part, la littérature suisse du domaine met plutôt l’accent sur ce que représentent les clubs en termes d’engagement, de participation bénévole et de service de milice. On s’y engage pour faire fonctionner et pour fabriquer la société. Il est d’ailleurs démontré, à ce propos, que le taux de travail non salarié en Suisse est très important comparativement à d’autres pays, et tout particulièrement dans le domaine de l’aide, qu’elle soit intrafamiliale ou extrafamiliale11.

  • 12 Lamprecht, Fischer, Stamm 2012.

15En second lieu, les clubs de sport sont reconnus comme des relais de valeurs et de modes de vie propres à une société démocratique, dans lesquels s’élaborent quelques-uns des apprentissages premiers du vivre-ensemble, tels que l’engagement, le souci de l’autre, le respect de la règle commune, le bénévolat, ou encore la tolérance12.

La reconnaissance comme préalable à la citoyenneté. Penser les clubs de sport avec Axel Honneth

  • 13 L’étude que nous menons concerne des filles dont l’âge va de 6 ans à 16 ans environ.
  • 14 À des fins d’illustration, on peut rappeler que le twirling bâton est une activité sportive issue d (...)

16La perspective de recherche que nous empruntons se distingue de celles que nous venons de décrire dès lors que notre intérêt pour les clubs de sport est orienté par une curiosité visant à comprendre dans quelle mesure les enfants, et plus particulièrement les filles13, peuvent expérimenter la participation dans le cadre d’activités de loisir organisé. À cet effet, nous avons choisi de nous intéresser à deux sports en particulier : d’une part le twirling bâton et, d’autre part, le football féminin14. Deux sports bien distincts, certes, mais qui se pratiquent dans des mêmes types de clubs de proximité qui accueillent des filles majoritairement issues de milieux populaires, vivant dans des familles fréquemment liées à la migration. De plus, ce sont des activités sportives qui toutes deux présentent une faible légitimité sociale et culturelle.

  • 15 Fischbach 2015, p. 12.

17L’hypothèse que nous soutenons dispose qu’il est sociologiquement possible de démontrer que des clubs ordinaires peuvent constituer des sphères de vie dans lesquelles se réalisent d’autres modalités de participation que celles qui ont cours dans les lieux institutionnalisés d’une participation qui se déploie, à l’instar des conseils de jeunes, sur le mode de la discussion et de la délibération exclusivement. Plus encore, on peut identifier ici un « quelque chose » qui relève d’une coopération et d’une élaboration commune, constitutive d’une « intensification de la vie sociale »15 et, in fine, d’une expérience politique. Et cette approche s’avère d’autant plus significative qu’elle concerne un groupe minoritaire : en l’occurrence des filles d’origine modeste plutôt, petites par la position qu’elles occupent dans le système de classe, de genre, d’ethnie et de génération ; et, du fait de ce cumul, qui se trouvent a priori éloignées de la participation à la vie publique.

  • 16 Honneth 2000 ; Honneth 2006.
  • 17 Honneth 2000, p. 82.
  • 18 Léchenet 2010.

18Pour aborder la participation, nous choisissons de convoquer le concept de reconnaissance, tel qu’Axel Honneth le propose depuis quelques années16. Ce dernier fait de la nécessité d’un rapport positif à soi et à la vie sociale (d’un état de liberté intérieure et extérieure) la « condition nécessaire de toute socialisation humaine »17 et, partant, la condition de participation à la vie sociale. Autrement dit, « la reconnaissance est une condition à l’exercice de la citoyenneté », pour reprendre les termes d’Annie Léchenet18. Pour le dire brièvement, Honneth rappelle que si nous désirons tous échapper au mépris, à la méconnaissance, à l’invisibilité, et accéder à une reconnaissance authentique, c’est dans trois sphères distinctes que nous pouvons la trouver.

  • Premièrement, dans la sphère de l’amour, qui concerne tout particulièrement la socialisation primaire : nous avons en effet besoin d’affection et d’attachement qui sont les conditions premières de la confiance en soi.
  • Deuxièmement, dans la sphère publique du droit et du politique : nous aspirons à une égale position dans la société qui est la condition du respect.
  • Troisièmement, dans la sphère de la coopération sociale : nous recherchons l’estime que nous jugeons mériter par notre contribution à la collectivité et à la vie sociale.

19Ces trois sphères de la reconnaissance permettent aux individus de construire non seulement un rapport à soi positif, mais aussi une participation à la vie publique, ce que nous pouvons qualifier comme la dimension effective de la citoyenneté.

20Les luttes pour la reconnaissance éclairent ainsi l’état d’intégration d’une société. Parce que nous postulons, à la suite des sociologues de l’enfance, que les enfants ont la capacité d’interpréter le monde, nous mettons l’accent sur les environnements concrets dans lesquels s’expérimente et s’élabore cette capacité d’interprétation.

21Qu’en est-il alors de ces clubs de sport et sont-ils aptes à recevoir des attentes de reconnaissance provenant spécifiquement des filles ? Garantissent-ils une perspective de citoyenneté, au sens d’avoir des droits, d’être et de se sentir aimé et, enfin, d’être estimé ? Ou alors, et dans une formulation renversée, si des filles, au travers de l’expérience de pratiques sportives, se trouvent dévalorisées et dénigrées, dans l’épreuve d’un sentiment d’injustice et d’attentes d’égalité déçues, des clubs de sport peuvent-ils constituer des communautés de confiance dans lesquelles les enfants trouvent un sens moral pratique et, au-delà, la possibilité de retourner un sens de l’injustice et de panser des blessures morales ?

La reconnaissance dans les clubs de sport : enjeux du proche, du respect et de l’estime sociale

22À partir des enquêtes menées dans ces six clubs de Suisse romande, nous pouvons mettre en perspective les trois sphères de la reconnaissance précédemment décrites.

La dimension de l’amour

23La dimension de l’amour chez Axel Honneth se rapporte donc aux relations affectives qui conduisent à une expérience de dépendance partagée et qui produit de la confiance en soi. La reconnaissance affective apporte à l’individu la possibilité de se considérer comme un être singulier.

24Sur ce point, les données ont fait apparaître des styles de club assez spécifiques. Dans les faits, ce que l’on pourrait désigner comme le commun, comme ce qui est fondateur de la communauté (i.e. le club ou la section), est constitué par l’attention bienveillante qui est portée aux jeunes athlètes par les adultes et par les encadrants, ainsi qu’entre les filles elles-mêmes. Cette proximité affective ne concerne d’ailleurs pas que la circulation des sentiments et des affects, puisqu’elle se retrouve aussi dans ce qui peut être considéré comme un impératif catégorique : garder toutes les filles, y compris celles dont le niveau d’habileté et de compétences sportives n’est pas très élevé. Ce point est central puisqu’il est possible de montrer que l’encadrement n’hésite pas, de cas en cas, à adapter l’activité aux capacités réelles.

25On retrouve dans les entretiens avec les enfants et avec les adultes des éléments significatifs de cette appréhension :

Moi, en fait, je trouve que j’ai des meilleures amies ici qu’à l’école. On ne sait pas vraiment pourquoi ces relations sont plus solides. On se dit tout de même : déjà qu’on aime le même sport, et en plus, on aime bien jouer ensemble. [Jessica, 9 ans].

Le foot, parce que j’aime. Et puis, ici les gens ils ont été super sympas. On a commencé à jouer au foot, on a eu des très grandes défaites quand on était petites, maintenant on monte toutes ensemble. Et puis maintenant y a les victoires qui arrivent. On marque des buts. Et puis on joue plus ensemble, on se connaît mieux et on joue mieux. [Cristina, 12 ans].

26Les jeunes twirleuses ne disent pas autre chose : le temps passé ensemble allant croissant, celui-ci devient alors de plus en plus consistant, à la faveur des déplacements, des compétitions, des fêtes et des relations interfamiliales.

Le twirling, c’est pas juste un sport. On a des amies là-bas, des personnes à qui on fait confiance, à qui on peut parler et tout donc… En fait, c’est ça aussi, c’est pas juste le sport où il y a l’entraîneur et puis les autres athlètes, c’est plus… on est des amies. […] Quand on est petit, c’est plus… c’est les copines, comme ça… Et puis après, je pense, quand on grandit, il y a quelque chose de plus parce que vraiment on discute et tout. On passe plus de temps avec, aussi parce que ça fait des années qu’on se connaît. [Ana, 12 ans].

Maintenant, quand on sait qu’il y a des filles qui peuvent aller loin, oui celles-là, on va les pousser plus. Parce qu’on voit quand même que s’il y a une fille qui arrivera malheureusement jamais à atteindre un niveau international, on va pas la laisser de côté, on va toujours lui faire faire des compétitions, mais à son niveau. [Monitrice].

  • 19 Cette information prend d’autant plus de valeur quand on sait l’inflexion compétitive qui marque, d (...)

27Les clubs ont également poussé à la réorganisation des compétitions, pour que celles-ci puissent accueillir toutes les twirleuses, autrement dit que chacune puisse montrer ce qu’elle a appris19. Du côté du football, la constitution des équipes montre la même volonté de faire participer toutes les filles qui s’entraînent pour que chacune ait un temps de jeu. Et ceci quelles que soient leurs capacités et le nombre d’années passées dans le club.

La sphère du droit

28La dimension des droits signifie, toujours selon A. Honneth, que chacun, à égalité des autres, est reconnu comme possédant un même sens moral ; c’est-à-dire comme capable de distinguer le bien et le mal, le juste et l’injuste. Ceci renvoie donc à l’universalité du sujet, dans ses droits, ses devoirs et sa liberté. De là se déduisent la dignité d’autrui et le respect de soi-même.

29Dans les faits, ce présupposé d’égalité est-il respecté dans ces clubs et, plus largement, dans les pouvoirs sportifs de tutelle ?

  • 20 Les données statistiques suisses relatives au développement du football féminin évoquent un accrois (...)

30À l’évidence ce qu’on pourrait qualifier de « droits sportifs féminins » sont évidemment respectés dans les contextes observés puisque le droit à jouer au football, par exemple, est désormais acquis20. Mais cette apparence est trompeuse dès lors que l’on se penche sur l’ordinaire de la pratique sportive. Pour être plus clair, on est même fondé à évoquer une espèce de constat d’airain : celui d’une réalité institutionnelle persistante qui assigne les filles à des statuts, à des qualités et à des qualifications mineures.

31Pour le dire autrement, l’organisation historique, androcentrée, du football naturalise en quelque sorte la prééminence des garçons, comme les premiers bénéficiaires de droits. À ce propos, une série de constats, issus de nos enquêtes, peut être énumérée :

  • Pour cause d’effectifs faibles, les filles sont contraintes de jouer contre des équipes de garçons.
  • L’immense majorité des équipes de filles appartiennent à des sections féminines de clubs masculins.
  • La représentation des clubs féminins dans les instances cantonales et nationales est faible et dispose de peu d’appuis.
  • L’accès aux financements est une voie étroite qui précarise et vulnérabilise les sections féminines.
  • La mise à disposition des équipements relève d’un arbitraire qui se donne à voir, notamment, dans la moindre qualité des terrains qui sont dévolus aux filles et dans l’attribution de vestiaires inadaptés, quand il y en a.

32Il faut tirer de là que la pratique du football féminin est une sphère dans laquelle la reconnaissance par les droits n’est pas acquise pour les filles et que cette pratique conduit à ce que les joueuses butent toujours, à un moment ou un autre, sur l’effacement du droit à prendre part à égalité à ce sport.

  • 21 Fraser 2011.

33Sur ce point, force est de constater que le principe de parité de participation, tel qu’il a été défini par la philosophe américaine Nancy Fraser21 qui en fait le cœur-même de la justice sociale, est loin d’être activé par les clubs. En effet, ces derniers contournent, voire refusent, une participation à part égale des sections féminines aux activités et au fonctionnement de ces organisations.

34Quant aux clubs de twirling bâton, ils ne sont pas confrontés à la puissance et au pouvoir d’un monde masculin. Ils se heurtent toutefois à d’autres formes de rationnements qui ont partie liée avec le fait que, aussi bien l’institution sportive que l’opinion publique, peinent à considérer cette pratique féminine comme un véritable sport. De là une précarité économique, des aléas de recrutement et une vulnérabilité qui tient à leur dépendance aux engagements bénévoles exclusivement.

La sphère de l’estime sociale

35La dernière sphère de la reconnaissance, celle qui produit en quelque sorte par excellence de l’estime sociale – et qui excède la question de l’égalité des droits – se rapporte au formes de reconnaissance mutuelle dans et par lesquelles tout individu est reconnu comme capable, et que sa puissance d’agir (capacités, projets, styles de vie…) vaut pour la communauté toute entière. Les individus doivent bénéficier ainsi d’une considération sociale leur permettant de se rapporter positivement à leurs qualités particulières, à leurs capacités concrètes ou à certaines valeurs dérivant de leur identité culturelle.

36Il ne fait pas de doute ici que le phénomène de coopération sociale – véritable dynamique de participation à une œuvre commune dans laquelle, outre que sont considérés les intérêts de tous et toutes et des relations de confiance, chaque sujet prend sa part dans la définition et la consolidation de fins partagées –, met en valeur des situations particulièrement exposées au bénéfice de la dévolution d’une estime sociale.

  • 22 Ainsi qu’on l’aura remarqué c’est principalement le football qui, dans cette contribution, aura ser (...)
  • 23 Fischbach 2015, p. 217.

37À cet égard, les données d’enquête montrent deux réalités assez contrastées. On dira d’abord, et le propos concerne au premier chef la pratique du football, qu’il peut être clairement établi que la contribution féminine à la production et à la reproduction d’une pratique et d’une institution n’est pas reconnue comme expressive d’une pratique commune qui engagerait à parité des individus22. Autrement dit, le football féminin et celles et ceux qui l’incarnent, ne sont pas considéré(e)s ees dans ce qu’elles et ils peuvent porter de significations partagées et de représentations culturelles collectives. Dès lors le collectif footballistique ne constitue pas une communauté véritable, dans laquelle l’ensemble des protagonistes pourrait, selon la formule de Franck Fischbach, « se reconnaître ou reconnaître sa propre volonté », pour l’assumer alors, et à la fois, sur le mode du « Je et du Nous »23.

38Dans les faits, les associations faîtières font peu cas de l’action des sections féminines, et ne se soucient guère de leur fragilité. Il est d’ailleurs significatif de constater que, dans les réunions officielles au cours desquelles sont discutées les questions relatives à la bonne marche des clubs de football, à l’échelle cantonale en particulier, il est extrêmement rare qu’un dirigeant de club vienne exposer les attentes, les problèmes et les difficultés relatives à l’organisation concrète de la pratique féminine et représenter la section féminine. Au plus près de la réalité, les observations réalisées montrent que, lorsque l’agenda administratif ouvre à de telles opportunités, ce sont en règle générale les entraîneurs qui sont en charge de la transmission des doléances et des inquiétudes. Autrement dit ceux à qui la fonction, comme la mobilité fréquente, confèrent un état de faiblesse et une advocacy discutable.

  • 24 Butler 2014, p. 39.

39On tirera de cela que l’activité sportive, dans sa part féminine, ne semble pas estimable ou, pour le dire comme Judith Butler, ne « vaut pas deuil »24. L’enquête n’a pas été en mesure de faire émerger des indices de reconnaissance de la part prise par les filles à l’œuvre sportive, dans le sens d’une attention à ce que la contribution de l’autre soit parée d’une valeur qui informe et rassure en quelque sorte dans sa signification d’action mutuelle.

40Mais les faits sont têtus. C’est ainsi que, à l’occasion des nombreux entretiens conduits avec les filles, il est apparu que ces dernières s’estimaient en tout point capables de jouer au football, et ceci dans une définition qui les situe très clairement sur une échelle de la socialité sportive qui met en avant des désignations ordinaires de la pratique, telles que progresser, marquer des buts ou encore gagner des matches. Autrement dit, les jeunes joueuses sont sans incertitude sur le fait qu’elles produisent une activité légitime, qu’elles participent de et à une certaine sphère de la vie sociale. Et que, de ce fait, elles apportent une contribution respectable et significative à l’institution sportive, – sans elles que deviendrait-elle, cette institution ? – et à la société.

  • 25 Dewey 2003. John Dewey définit le public comme « ceux qui sont indirectement et sérieusement affect (...)

41Pour le dire autrement, il est manifeste que les filles, lorsqu’elles sont interrogées sur leur pratique sportive de prédilection, n’évoquent jamais des formes de vie privées qui seraient retranchées de/ou sans connexions avec les principes organisateurs du football. Elle se référent en revanche toujours à des formes de vie publiques. Il en résulte alors que ce n’est pas sur le point d’un partage des mondes que se construisent des épreuves de déni de reconnaissance, d’offense ou encore de dépréciation sociale, dès lors que les jeunes joueuses sont dans l’assurance qu’elles amènent une contribution et qu’elles partagent des représentations, des croyances et des valeurs communes, propres à les inscrire dans un « public », au sens que John Dewey a donné à ce terme25.

Conclusion : une citoyenneté incluant participation et expérience du monde

42À l’évidence, les enfants, parce qu’ils sont mineurs, ne peuvent pas être considérés comme des sujets politiques de plein droit ou de plein exercice. Tout au moins si l’on circonscrit l’affirmation à l’idée rigide d’un sujet politique pleinement sujet : celui qui serait apte à énoncer par lui-même les règles du bien commun et de l’intérêt général, ou encore celui qui pourrait accéder, par ses propres moyens et par l’effet de sa volonté, aux arènes du politique ou encore à l’espace cognitif de la délibération et de l’échange des opinions. Cet éloignement du politique se déduit pourtant pour l’essentiel du double fait que les enfants vivent, pour l’essentiel, sous un régime de protection hautement formalisé (de la société, des institutions, des proches), et qu’ils sont captifs de processus de socialisation et d’apprentissages qui sont appelés à les conduire patiemment au statut d’adulte. On ne peut donc parler à leur propos ni d’autonomie ni de responsabilité, à l’égal de ce que l’on peut faire pour des adultes.

  • 26 Garnier 2015.
  • 27 Zarca 1999.
  • 28 Lignier, Pagis 2012.
  • 29 Rancière 2003.

43Il est soutenable pourtant, et sur ce point la sociologie offre bien des ressources, d’accorder aux enfants des compétences à dire et à lire le monde à leur hauteur. Bien des travaux ont en effet mis en exergue que les enfants étaient dotés d’une véritable « agency »26, possédant un « sens social »27 les rendant capables, à partir d’opérations de classement et de jugement, de percevoir le monde comme un espace hiérarchisé expressif d’un véritable ordre social28. Ces contributions ont également montré l’attachement de « petits sujets » à des engagements et des pratiques qui sont supportées par la présomption d’égalité – version de la politique telle qu’elle est défendue en particulier par Jacques Rancière29. Il importe alors, pour aborder la citoyenneté des enfants, de prendre en compte les capacités de ces derniers en relation avec les institutions ou les organisations dans lesquelles ils évoluent et grandissent. C’est-à-dire dans des institutions « sociales » qui, outre qu’elles ouvrent à la connaissance du monde et à l’expérience de la conflictualité sociale, offrent des perspectives de reconnaissance – c’est-à-dire des opportunités de considérer l’autre comme une personne – en même temps qu’elles fournissent des opportunités de coopération. Opportunités de mener des activités qui relèvent d’un accomplissement et d’une puissance d’agir, opportunités de construire une œuvre commune par laquelle chacun, fut-il un enfant, apporte une contribution qui mérite d’être reconnue.

  • 30 Arendt 1972.
  • 31 Dubois, Méon, Piérru 2009.
  • 32 Exception faite, pour le domaine français, des travaux de Jean-Paul Callède, Callède 1985.

44Si le rôle de l’école30 ou des associations de loisir organisé31 dans l’acquisition d’un « amor mundi » a été abondamment décrit, celui des clubs sportifs a moins retenu l’attention32. Or la recherche sur laquelle nous nous appuyons montre que, dans certaines situations, des clubs de sport de proximité peuvent être des incubateurs d’expériences de participation et de reconnaissance, particulièrement pour les enfants. Ils peuvent recevoir, et y sont indissociablement liés, des attentes de reconnaissance en provenance de publics minoritaires et peuvent ainsi offrir une perspective de citoyenneté. Et ceci au sens honnethien d’avoir des droits, de se sentir aimés et surtout, quand il s’agit d’une activité organisée et institutionnalisée, d’être estimés au travers de la part prise à la production d’une activité légitime.

45Les filles participent en effet pleinement à la vie des clubs et à la promotion d’une activité partagée ; mais cet engagement est aussi une épreuve dès lors qu’il offre une occasion d’exposer publiquement des individus et des groupes peu considérés qui pratiquent des activités elles-mêmes peu reconnues. Autrement dit, faire du football quand on est une fille ou encore s’adonner au twirling bâton, régulièrement associé à l’expression d’un anachronisme culturel, constitue tout à la fois une expérience politique, une expérience de conflictualité sociale et, au-delà, une expérience de citoyenneté, par les revendications de reconnaissance.

  • 33 Fischbach 2015, p. 175.

46Dans cette perspective, les clubs de sport de proximité, à l’instar d’autres activités de loisir organisé, sont donc partie prenante d’une vie démocratique dès lors qu’ils contribuent à la formation, au développement et à la consolidation d’un sens social. Il convient alors de les considérer comme possiblement des lieux de passage faisant coulisse, entre du « seulement associatif » et du « véritablement social », pour paraphraser Franck Fischbach33.

Bibliographie

Bibliographie

Arendt H. (1972), « La crise de l’éducation », dans H. Arendt (dir.), La Crise de la culture, Paris, p. 223-252.

Bayle E., Jaccard E., Vonnard P. (2013), « Synergies football masculin et féminin : vers un nouveau modèle stratégique pour les clubs professionnels européens », Revue européenne de management du sport, 39/9, p. 5-21.

Butler J. (2014), Qu’est-ce qu’une vie bonne ?, Paris.

Callède J.-P. (2007), La sociologie française et la pratique sportive (1875-2005). Essai sur le sport. Forme et raison de l’échange sportif dans les sociétés modernes, Pessac.

Callède J.-P. (1985), « La sociabilité sportive. Intégration sociale et expression identitaire », Ethnologie française, 15/4, p. 327-344.

Corsaro W. A. (2005), The Sociology of Childhood, Thousand Oaks.

Hirschfeld L. (2003), « Pourquoi les anthropologues n’aiment-ils pas les enfants ? », Terrain, 40, p. 21-48.

Dewey J. (2010 [2003]), Le Public et ses problèmes, Paris.

Dubois V., Méon J.-M., Piérru E. (2009), Les mondes de l’harmonie. Enquête sur une pratique musicale amateur, Paris.

Fischbach F. (2015), Le sens du social. Les puissances de la coopération, Montréal.

Fraser N. (2011), Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris.

Garnier P. (2015), « L’“agency” des enfants. Projet scientifique et politique des “childhood studies” », Éducation et Sociétés, 36, p. 159-173.

Goffman E. (2002), L’Arrangement entre les sexes, édition préparée et présentée par C. Zaidman, Paris, La Dispute.

Golay D., Malatesta D. (2014c), « From Formal Rights to “Living Rights” : Potentialities and Limits of Children’s Councils in Terms of Children’s Recognition as Social Actors », Global studies of Childhood, 4/2, p. 89-100.

Golay D., Malatesta D. (2014d), « Children’s Councils Implementation : a Path Toward Recognition ? », in D. Stoecklin, J.-M. Bonvin (éd.), Children’s Rights and the Capability Approach. Challenges and Prospects, Berlin, p. 109-130.

Honneth A. (2006), La société du mépris, Paris.

Honneth A. (2000 [1992]), La lutte pour la reconnaissance, Paris.

Lamprecht M., Fischer A., Stamm H. (2012), Die Schweizer Sportvereine : Strukturen, Leistungen, Herausforderungen, Zurich.

Léchenet A. (2010), « La reconnaissance, condition à l’exercice de la citoyenneté, y compris pour les femmes : ce que peuvent nous apporter les propositions d’Axel Honneth », texte présenté au Congrès annuel de l’Association Suisse de Science Politique, les 7-9 janvier 2010, Genève.

Lignier W., Pagis J. (2012), « Quand les enfants parlent de l’ordre social. Enquête sur les classements et jugements enfantins », Politix, 99/3, p. 23-49.

Malatesta D., Golay D. (2010), « La participation des enfants au débat public : une expression des dominants ? », Nouvelles Questions Féministes, 29/2, p. 88-99.

Malatesta D., Golay D., Chevillard J. (2016), Évaluation du Conseil des Jeunes de la Ville de Lausanne. Service de la Jeunesse et des Loisirs de la Ville de Lausanne, Lausanne.

Malatesta D., Golay D., Jaccoud C., (2014a), « Des publics juvéniles fabricants de cultures sportives. Le cas de deux sports pratiqués en club par des filles en Suisse romande », Agora débats/jeunesses, 3/68, p. 113-126.

Malatesta D., Golay D., Jaccoud C., Malbois F. (2014b), « Studying Commitment from the Perspective of Collective Action : the Case of Sport Clubs in Proximate Surroundings », Loisir et Société/Leisure and society, Published online, 18 Jul 2014.

Murard N., Tassin E. (2006), « La citoyenneté entre les frontières », L’homme et la société, 160-161, p. 17-35.

Rancière J. (2003), Aux bords du politique, Paris.

Smith D. (1992), « Sociology from Women’s Experience : A Reaffirmation », Sociological Theory, 10/1, p. 88-98.

Zarca B. (1999), « Le sens social des enfants », Sociétés contemporaines, 36/1, p. 67-101.

Notes

1 Pour mémoire, ce sont la garantie et la protection des droits des enfants qui sont l’enjeu fondamental d’un document qui entend reconnaître les enfants comme des sujets de droit.

2 Corsaro 2005.

3 Hirschfeld 2003, p. 2.

4 Malatesta, Golay 2010 ; Golay, Malatesta 2014a et b ; Malatesta, Golay 2016.

5 Pour la Suisse, de tels lieux participent en fait de la mise en œuvre d’une loi fédérale (adoptée le 30 septembre 2011, article 10, paragraphe 1) qui encourage, à travers diverses incitations, la participation politique des enfants ainsi que la promotion des organisations qui visent une telle implémentation. Les conseils d’enfants sont promus essentiellement à l’échelle des villes.

6 Malatesta et al. 2014 ; Malatesta, Jaccoud, Golay 2014 ; Malatesta, Golay, Jaccoud 2014.

7 Sur ce point, nous avons pu constater que, dans une période antérieure, des moments étaient explicitement réservés à des apprentissages formels ou à des transmissions de nature civique, portant, entre autres, sur le thème des droits de l’enfant.

8 Pour rappel, l’œuvre de la sociologue anglo-canadienne s’inscrit dans une filière féministe attachée à mettre en lumière les structures de domination des hommes sur les femmes. Pour Smith 1992, et là réside sans doute l’originalité de sa perspective, la confrontation des femmes avec des instances, des contraintes, des assignations et des injustices n’engendre pas seulement tristesse et renoncements, mais constitue tout autant une expérience du monde élargie, un point de vue, qui permet de cartographier les rapports sociaux. Et, du même coup, d’accéder à une inscription réflexive dans la vie publique.

9 Callède 2007.

10 Murard, Tassin 2006.

11 Lamprecht, Fischer, Stamm 2012.

12 Lamprecht, Fischer, Stamm 2012.

13 L’étude que nous menons concerne des filles dont l’âge va de 6 ans à 16 ans environ.

14 À des fins d’illustration, on peut rappeler que le twirling bâton est une activité sportive issue d’une filière qui remonte aux majorettes et qui agrège trois disciplines : la gymnastique au sol, la technique du bâton et la danse. Sa présence dans l’espace des sports est modeste puisqu’on ne compte que 10 clubs en Suisse. Si le football féminin est l’objet de politiques de développement conduites par l’Association suisse de football qui ont amené à multiplier le nombre de pratiquantes, les ressources dont dispose cette activité amènent à évoquer la situation d’une « organisation parallèle », Goffman 2002, peu dotée et vulnérable. Point commun, l’un comme l’autre de ces sports est l’objet de jugements culturels plutôt dénigrants : le premier pour son attachement à une esthétique dite « populaire », y compris en termes de stéréotypes de féminité ; le second pour sa difficulté à s’extraire d’une comparaison systématique avec sa version-étalon masculine, Bayle, Jaccard, Vonnard 2013.

15 Fischbach 2015, p. 12.

16 Honneth 2000 ; Honneth 2006.

17 Honneth 2000, p. 82.

18 Léchenet 2010.

19 Cette information prend d’autant plus de valeur quand on sait l’inflexion compétitive qui marque, depuis peu, le projet sportif de la Fédération suisse de twirling bâton ; projet clairement orienté vers la construction et la sélection d’une élite nationale.

20 Les données statistiques suisses relatives au développement du football féminin évoquent un accroissement du nombre de pratiquantes et de licenciées depuis une vingtaine d’années.

21 Fraser 2011.

22 Ainsi qu’on l’aura remarqué c’est principalement le football qui, dans cette contribution, aura servi à démontrer la pertinence de la théorie de la reconnaissance pour penser la citoyenneté des enfants. Brièvement dit, si la contribution féminine, au sens le plus large du terme, est plus estimable dans le twirling bâton que dans le football, celle-ci se déduit pour l’essentiel du caractère essentiellement féminin de cette activité, comme matière et comme manière. Il n’en est pas moins vrai que cette pratique sportive reste de peu de poids et de peu de considération dans l’écosystème du sport institutionnel.

23 Fischbach 2015, p. 217.

24 Butler 2014, p. 39.

25 Dewey 2003. John Dewey définit le public comme « ceux qui sont indirectement et sérieusement affectés en bien ou en mal, forment un groupe suffisamment distinctif pour requérir une reconnaissance ou un nom » (p. 76).

26 Garnier 2015.

27 Zarca 1999.

28 Lignier, Pagis 2012.

29 Rancière 2003.

30 Arendt 1972.

31 Dubois, Méon, Piérru 2009.

32 Exception faite, pour le domaine français, des travaux de Jean-Paul Callède, Callède 1985.

33 Fischbach 2015, p. 175.

Auteurs

Sociologue, Professeure ordinaire, HES Travail social et de la Santé, EESP, Lausanne.

Docteur en sciences de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), Professeur associé à l’Université de Neuchâtel, Centre international d’étude du sport.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search