Version classiqueVersion mobile

Citoyenneté et éducation par la société

 | 
Guy Labarre

Deuxième partie. La dimension sociale de la citoyenneté et de son apprentissage

Citoyenneté modelée, citoyenneté modulée : les rites et cérémonies publics durant la Révolution française

Maxime Kaci

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ozouf 1976 ; Vovelle 1985.

1Dès les premiers mois de la Révolution, les rites et les cérémonies publics sont envisagés comme des instruments civiques pour rompre avec l’Ancien Régime, pour régénérer la société française en éduquant les Françaises et les Français qui abandonnent le statut de sujets pour assumer celui de citoyens. Ils ont ainsi vocation à participer à la construction d’une société nouvelle sur la base des droits et des valeurs proclamés en 1789. Cette fonction éducative des fêtes et cérémonies publiques est bien connue depuis l’affirmation, dans les années 1970, de l’histoire des mentalités et de l’anthropologie historique1. Par-delà la diversité des jugements portés sur la décennie révolutionnaire, les historiens ont en commun de s’être principalement intéressés aux instigateurs officiels, aux objectifs assignés par une élite politique dans le cadre d’une transmission descendante.

2Or, suivant une perspective complémentaire, les cérémonies collectives organisées de manière plus ou moins spontanée dans l’espace public peuvent être envisagées comme un indicateur de la diffusion et de la réception, au sein de la société, des discours officiels sur la citoyenneté. Dès lors, les concurrences et les conflits qui caractérisent ces cérémonies révèlent, derrière les efforts déployés pour célébrer l’union et la fraternité, des débats vifs et parfois violents sur ce qu’est et ce que doit être un citoyen. Envisager les cérémonies et les rites publics comme des moments de rencontre entre les discours d’autorité et les engagements d’individus dépourvus de fonctions officielles revient ainsi à interroger les liens entre société révolutionnée et éducation du citoyen.

3Après avoir précisé les fonctions pédagogiques assignées aux cérémonies civiques entre 1789 et 1799, l’analyse de leur déroulement permettra de préciser les conceptions évolutives de la citoyenneté en circulation, puis d’appréhender les appropriations diverses des nouvelles valeurs civiques à Paris comme dans les territoires frontaliers du Nord et de l’Est caractérisés par leur patriotisme.

I. Des instruments d’éducation civique et de régénération sociale

Une pédagogie civique entre continuité et rupture

  • 2 Ozouf 1976.
  • 3 Serna 2005 ; Baczko 2008.

4Les travaux pionniers de Mona Ozouf sur la fête révolutionnaire ont permis de souligner sa fonction pédagogique fondée, en premier lieu, sur un transfert de sacralité. Dès les premières années de la Révolution, le besoin de sacré dans un monde où se décolorent les valeurs chrétiennes conduit les autorités politiques à promouvoir des rites et des cultes civiques qui se détachent du catholicisme et de l’Ancien Régime pour surinvestir l’Antiquité2. L’un des exemples les plus significatifs de ce transfert de sacralité qui vise à promouvoir un idéal civique et une communauté politique nouvelle est celui du serment3. Depuis l’initiative des députés réunis dans la salle du Jeu de Paume, qui jurent le 20 juin 1789, de ne pas se séparer avant d’avoir donné une Constitution à la France, le serment marque le passage de la parole privée à l’engagement public, l’allégeance d’un individu à un principe supérieur. Ce rituel civique traduit la captation d’une solennité religieuse au profit d’un modèle d’engagement jugé irréversible. La pratique traditionnelle qui a pu caractériser la féodalité est d’abord présentée par les autorités comme un héritage de la république romaine, héritage remis au goût du jour à la fin du xviiie siècle comme l’illustre l’œuvre picturale de Jacques-Louis David Le serment des Horaces. À partir de 1790, le serment civique de fidélité à la Nation, à la loi et au roi devient exigible de tous les élus, maires, officiers publics, magistrats, soldats et simples électeurs qui doivent prêter ce serment pour pouvoir exercer leur droit de vote au sein des assemblées électorales. La pratique du serment est popularisée principalement lors de la fête de la Fédération qui a lieu à Paris sur le Champ-de-Mars, le 14 juillet 1790, en présence de gardes nationaux venus de toute la France pour fraterniser. Le serment se veut, en premier lieu, intégrateur : il doit permettre de relier tous les citoyens au sein d’une communauté politique nouvelle fondée sur des valeurs. Il donne également à voir, au sein de l’espace public, l’engagement civique de tout un chacun pour donner chair à cette communauté.

  • 4 Ozouf 1976, p. 280.

5Les cérémonies civiques se caractérisent également par un mélange entre pratiques anciennes et significations nouvelles, entre « symbolisme révolutionnaire et tradition paysanne »4 comme en témoignent les plantations d’arbres de la liberté. Avant 1789, lors des révoltes rurales, les insurgés en venaient parfois à planter un arbre qui s’apparentait souvent à une potence qualifiée de « mai insurrectionnel ». Cette pratique est adoptée et adaptée par les autorités révolutionnaires qui cherchent à détacher les plantations d’arbres de l’action insurrectionnelle incontrôlée pour les relier aux nouvelles valeurs civiques. Les pratiques festives à dimension pédagogique relèvent donc moins de la rupture nette avec la tradition que d’un infléchissement.

6Si rupture il y a, c’est avant tout dans les discours et dans l’objet des célébrations. En premier lieu, la pédagogie civique par les fêtes célèbre des valeurs et des références caractéristiques de la monarchie constitutionnelle qui se met progressivement en place en 1789 : la liberté, la loi, la Nation, mais aussi le roi. De nombreuses cérémonies à Paris et en province sont également organisées pour célébrer le socle du nouveau régime : en septembre 1791, dans toute la France sont organisées des fêtes en l’honneur de l’adoption de la Constitution par l’assemblée constituante. Au cours de l’été 1793, après le renversement du roi et l’instauration de la République, de nouvelles cérémonies sont organisées pour célébrer la nouvelle Constitution dite de l’an i de la République. Cette appellation suggère également le rapport fondamental au temps des autorités révolutionnaires et plus spécifiquement des autorités républicaines. Par les cérémonies civiques, il s’agit pour elle de promouvoir non seulement des symboles et des valeurs abstraites, mais aussi une histoire immédiate en rupture avec l’Ancien Régime, une histoire révolutionnaire qui fournit des références communes et des modèles d’engagement civique.

  • 5 Ihl 1996.

7Dès les premières années de la Révolution, émerge ce qu’Olivier Ihl, à propos des fêtes sous la IIIe République, a pu qualifier de « répertoire commémoratif »5. Les Françaises et les Français doivent célébrer les événements clés d’une nouvelle ère pour la France et plus largement pour l’humanité. Dès le 14 juillet 1790, est organisée la fête de la Fédération à la date anniversaire de la prise de la Bastille, puis à partir de 1793, on commémore la journée du 10 août 1792 et la chute de la royauté. Sous le Directoire, la journée du 9-Thermidor et la chute de Robespierre sont célébrées chaque année. Cette histoire met aussi en lumière des acteurs de la Révolution auxquels un hommage est rendu, en particulier après leur mort. Ces acteurs sont d’abord des « grands hommes » qui disposent de leur Panthéon à partir d’avril 1791. L’une des premières figures de la Révolution à bénéficier d’une cérémonie funèbre est le comte de Mirabeau. Puis, des cérémonies voient le jour dans toute la France en l’honneur des héros martyrs de la liberté : Lepeletier de Saint-Fargeau assassiné pour avoir voté en faveur de la mort de Louis XVI en janvier 1793, ou encore Marat assassiné à son domicile par Charlotte Corday en juillet 1793. Ces héros sont présentés publiquement comme l’incarnation d’un engagement total, au péril de la vie, pour servir les principes révolutionnaires.

  • 6 Monnier 2005.

8Un « héroïsme des humbles »6 s’affirme simultanément pour valoriser des citoyens plus modestes aux engagements jugés dignes d’être érigés en modèles civiques. C’est le cas de Simonneau, maire de la petite commune d’Étampes, dans le bassin parisien, qui est tué par des insurgés pour avoir tenté de les empêcher d’entraver la circulation et la commercialisation des blés. Il est célébré à Paris comme en province, car il incarne par son action un modèle de citoyen-représentant prêt à faire don de sa vie pour faire respecter la loi sur la libre circulation des denrées et le commerce. Le maire et les officiers municipaux de Douai à l’occasion d’une cérémonie organisée le 30 mars 1792 affirment ainsi :

  • 7 Archives départementales du Nord : L 1263.

La mort du généreux Simonneau nous a retracé d’une manière énergique les devoirs que nous impose notre poste pour prouver à nos concitoyens que nous sommes de plus en plus pénétrés de toutes ses étendues […]. Nous venons d’arrêter que nous renouvellerons demain en présence de la commune assemblée en corps, le serment de laisser couler la dernière goutte de notre sang plutôt que de reculer devant les violateurs de la loi à quelques excès qu’ils osent se porter7.

9Après l’entrée en guerre de la France en avril 1792, l’héroïsme des humbles prend de plus en plus une coloration militaire et combattante. Cette première approche des cérémonies civiques permet donc de dégager des usages pédagogiques qui traversent l’ensemble de la décennie révolutionnaire. À travers les serments et les paroles prononcés, les fêtes valorisent une citoyenneté qui n’est pas passive, mais qui engage les individus devant la collectivité. Les fêtes civiques abolissent ainsi la distinction entre acteurs et spectateurs. Cette première approche suggère également des fluctuations au gré des événements et des contextes politiques.

Les métamorphoses de la fête

  • 8 Vovelle 1985 et 1993.

10Michel Vovelle a proposé une chronologie des fêtes en fonction de leurs objectifs et des conceptions de la citoyenneté qu’elles véhiculent8. En 1790-1791, les fêtes visent avant tout à célébrer et à mettre en scène l’unité nationale après les affrontements de l’été 1789 afin d’enraciner le nouveau régime. Le point d’orgue de cette dynamique de célébration de l’unité et de la fraternité des citoyens est la fête de la Fédération précédemment évoquée. Cette dynamique de fraternisation émane d’abord de simples citoyens de province avant d’être reprise à Paris. C’est tout d’abord à Étoile-sur-Rhône, près de Valence, que le mouvement est enclenché avec la réunion pour une cérémonie civique des gardes nationaux des alentours. Cette fraternisation de gardes se prolonge ensuite durant l’hiver 1789-1790 dans diverses villes provinciales telles que Dôle avant de gagner la capitale. Puis, à partir de 1792, émergent des fêtes antagonistes : des rassemblements sont organisés de manière concurrente pour promouvoir des conceptions opposées de la Révolution. Comme l’a démontré Michel Vovelle, les fêtes civiques se dédoublent et tournent souvent à la manifestation politique et partisane. En 1793-1794, l’action formative de la fête devient plus systématique afin de promouvoir un devoir-faire et un devoir-être : les cérémonies regorgent de références au sublime et aux martyrs censées marquer les esprits. Elles valorisent une nouvelle religiosité associée aux valeurs civiques : les déesses Raison deviennent l’objet de cultes nouveaux. Enfin, sous le Directoire, à partir de 1795, le passage de l’espoir d’une régénération spontanée à la mise en œuvre d’une régénération laborieuse entraîne une réorientation des cérémonies. La conviction, après cinq années de conflits politiques et militaires, que la société ne se transformera pas du jour au lendemain conduit les autorités directoriales à mettre en place un cycle de fêtes régulières, qui mêle commémoration de dates anniversaires et célébration des valeurs morales plus modestes, des valeurs considérées comme le ciment nécessaire pour construire progressivement une société nouvelle. Dans ce contexte, fleurissent les cérémonies en l’honneur de la famille, de la jeunesse, de l’agriculture…

11Ces évolutions chronologiques témoignent d’une instabilité politique qui a pour corollaire une évolution constante des conceptions de la citoyenneté. Se pose alors la question de l’efficacité de ces cérémonies, de la manière dont elles sont reçues, rejetées ou appropriées. Un renversement de perspective invite à considérer que ce ne sont pas seulement les cérémonies qui modèlent les citoyens et la société, mais aussi la société et les citoyens qui modulent les cérémonies. Cette seconde perspective implique de faire un pas de côté, de ne pas uniquement se concentrer sur les grandes fêtes officielles parisiennes, mais également d’envisager les initiatives locales qui voient le jour dans des territoires frontaliers du Nord et de l’Est de la France, territoires caractérisés à la fois par leur adhésion aux évolutions révolutionnaires et leurs engagements patriotiques à proximité du front militaire.

II. Les cérémonies civiques et la délimitation d’une communauté de valeurs

Mettre en scène l’union pour conjurer les périls

  • 9 Bibliothèque municipale de Sedan, D. 1, délibération du corps municipal de Sedan.
  • 10 Tackett 2004, p. 189.

12En plaçant la focale sur les territoires frontaliers, il apparaît nettement que les initiatives émanant de la population ou des élus locaux épousent la chronologie des périls perçus, qu’ils soient avérés ou fantasmés. Un premier grand mouvement d’initiatives civiques voit le jour au cours de l’été 1791, après la fuite de Louis XVI et son arrestation. La conviction que cette fuite est annonciatrice d’une guerre imminente entraîne une multiplication des actions. Des cortèges de soldats et de citoyens se forment pour demander aux municipalités la distribution d’armes. Puis, des cérémonies sont organisées par les autorités afin d’encourager la remise en état des places fortes. À Sedan, le 2 juillet, à l’occasion d’une fête de la Patrie, les célébrations s’accompagnent de la réparation par 3 000 citoyens des murs et des douves qui protègent la ville9. À Valenciennes, les habitants regroupés prêtent le serment de verser leur sang pour la défense de la liberté et du bonheur de la patrie, et entreprennent ensuite la restauration des murailles10. Ce ritualisme local exprime au sein des sociétés frontalières une conception de la citoyenneté qui n’implique pas l’attente passive des décisions officielles émises de la capitale. Les demandes d’armes et les travaux de fortification témoignent aussi d’une adaptation de la rhétorique et des actions civiques en fonction de la situation frontalière et du sentiment partagé d’être en première ligne de la menace militaire.

  • 11 Langlois 1991 ; Bianchi 2004.
  • 12 Simonin 2008.

13Ce contexte révèle la fonction ambivalente de la cérémonie publique, et plus spécifiquement de la fête civique, qui vise à célébrer et à mettre en scène l’unité, mais aussi à exclure et dénoncer ceux qui n’intègrent pas la communauté civique. L’exemple du serment de Valenciennes est significatif d’une évolution tout au long de la période : plus le serment devient précis et volontariste, plus il joue aussi un rôle d’exclusion civique à l’encontre ceux qui refusent de le prêter11. Plus largement, les rites et cérémonies qui s’insèrent dans une double dynamique d’intégration et d’éviction servent à façonner une citoyenneté qui n’est jamais un acquis définitif. En état d’accusation ou de faillite, un individu peut, dès 1791, subir une dégradation civique. Suspendu de ses droits politiques pour plusieurs années, il les récupère au cours d’une cérémonie de réhabilitation12.

14Cette double dynamique s’affirme de nouveau au printemps 1792, au moment du déclenchement de la guerre contre l’Autriche le 20 avril 1792.

  • 13 Extrait de Kaci 2016, p. 111.

Figure 1 : Les cérémonies de plantation d’arbres de la liberté dans les départements des Ardennes, du Nord et du Pas-de-Calais (printemps 1792)13

Figure 1 : Les cérémonies de plantation d’arbres de la liberté dans les départements des Ardennes, du Nord et du Pas-de-Calais (printemps 1792)13

15On assiste alors, dans les territoires septentrionaux situés aux premières loges des manœuvres militaires, à une vague de plantations d’arbres de la liberté qui vise à la fois à sceller l’unité locale des citoyens et à marquer symboliquement le territoire de la liberté face aux ennemis. La chronologie des plantations est significative : ce sont majoritairement de petites localités qui initient le mouvement, un mouvement qui est ensuite repris par les chefs-lieux de départements après la déclaration de guerre. Cette dynamique indique le degré d’incubation des nouvelles valeurs et des emblèmes révolutionnaires mais, en même temps, inquiète les autorités locales qui craignent de ne pas pouvoir contrôler les premières initiatives collectives. Le procureur syndic du district de Lille s’en inquiète et prévient la municipalité de Wasquehal :

  • 14 Archives départementales du Nord, L 8122.

Je viens d’être informé que l’on se propose de planter l’arbre de la liberté dans votre paroisse dimanche prochain et que plusieurs particuliers expriment des craintes relativement à cette fête. Je ne peux qu’applaudir à tout ce qui tend à encourager l’amour de la liberté et de la constitution et à promouvoir le patriotisme et le civisme des habitants des campagnes, je souhaite que vous vous amusiez bien tous mais je crois, Monsieur, devoir recommander d’inviter la municipalité à prendre toutes les précautions possibles pour qu’il n’arrive aucun trouble14.

  • 15 Wahnich 1997.

16Cet exemple des plantations suggère que l’organisation des fêtes ne peut se résumer à une pédagogie descendante, mais relève d’une interaction constante : la tradition paysanne de la plantation d’arbre est intégrée à un nouvel univers symbolique national et est ensuite reprise au niveau local, puis départemental à l’approche de la guerre. Le déroulement de ces plantations souligne ensuite les capacités d’adaptation des emblèmes nationaux aux enjeux locaux : à la frontière septentrionale, les arbres de la liberté deviennent simultanément des marqueurs politiques et territoriaux. Cette double fonction des arbres de la liberté se confirme avec le prolongement du conflit militaire. Après l’entrée en guerre de la France contre l’Angleterre en février 1793, les autorités calaisiennes décident d’organiser une cérémonie de plantation d’un mât sur le cap Blanc-Nez visible par temps clair depuis les côtes anglaises. Ce mât est surmonté d’un énorme bonnet rouge et d’une pancarte sur laquelle il est écrit en lettres d’un pied de haut « Pitt le verra, Pitt frémira ». La cérémonie qui unit les citoyens calaisiens sert également une logique de territorialisation de l’ennemi et de sacralisation du territoire15. Faut-il en conclure que les cérémonies civiques dans les territoires frontaliers valorisent une citoyenneté nationale, voire nationaliste ?

Intra et supra-nationale : une citoyenneté à géométrie variable

  • 16 Détail de la fête civique qui a eu lieu à Dunkerque, le 20 mai 1792 à l’occasion de la plantation d (...)
  • 17 Kaci 2016, p. 183-184.

17Les positionnements fluctuent fortement en fonction des contextes. Avant l’entrée en guerre de l’Angleterre en 1793, les cérémonies en faveur d’union de part et d’autre de la Manche au nom des valeurs se multiplient. À Dunkerque, ville portuaire où réside une importante communauté d’habitants d’origine anglaise, les amis de la Constitution organisent le 20 mai 1792 la plantation de l’arbre de la liberté et l’inauguration solennelle du pavillon des quatre grands peuples libres, « Français, Anglais, Américains et Polonais »16. Quelques mois plus tard, en septembre 1792, les Calaisiens accueillent triomphalement Thomas Paine, d’origine britannique, protagoniste de la révolution américaine et défenseur de la Révolution française qui fait partie des personnalités ayant obtenu, en raison de leur courage et de leurs écrits en faveur de la liberté, la qualité de citoyen français de la part du Corps législatif. Quelques semaines plus tard, Paine est élu, par l’assemblée électorale du Pas-de-Calais, député à la Convention. L’arrivée de Paine à Calais donne lieu à une cérémonie publique : il reçoit des accolades fraternelles et une jeune femme lui demande la permission d’accrocher une cocarde tricolore à son chapeau en faisant le vœu qu’il continue à agir pour la liberté et les droits de l’homme17. Ces initiatives de fraternisations transfrontalières ne sont pas propres aux relations franco-anglaises et ne sont pas toujours initiées par des citoyens français qui cherchent à exporter leurs idées.

  • 18 Archives départementales du Doubs, L 205.
  • 19 Robert 1989.

18Le 9 décembre 1792, non loin de la frontière franco-suisse, la société des amis de la liberté et de l’égalité de Morteau organise une cérémonie pour fêter l’enterrement de la royauté. Une centaine d’individus venus des localités du Locle et de La-Chaux-de-Fond, et issus principalement du monde de l’horlogerie, passent la frontière pour participer à l’événement, en s’écriant : « Périssent les tyrans ! Vive la République suisse universelle ! »18. Le lendemain, ces individus demandent à adhérer à la société des amis de la liberté de Morteau, puis fondent leurs propres sociétés politiques. Celle de La-Chaux-de-Fond comptera jusqu’à 180 membres et celle du Locle 16519. L’union civique mise en scène lors des fêtes peut, à différents moments, transcender les frontières et les appartenances nationales.

19Les cérémonies civiques dans les territoires frontaliers participent à la célébration d’une communauté de citoyens qui est aussi une communauté de valeurs à géométrie variable. Elles tracent ainsi des frontières symboliques parfois distinctes des frontières territoriales : elles unissent, autant qu’elles séparent, ceux qui ne partagent pas les valeurs célébrées. Les autorités civiles demeurent toutefois confrontées à un problème majeur : aucun consensus durable n’émerge autour de ces valeurs. Par voie de conséquence, les cérémonies civiques s’affirment avant tout comme des armes partisanes utilisées dans le cadre des concurrences et des conflits.

III. De la concurrence à la violence : les reflets d’une citoyenneté en tension

L’expression de citoyennetés concurrentes

  • 20 Vovelle 1985.
  • 21 Kaci 2016, p. 133-134.

20Lors des changements de régime qui sont des moments de crise et d’affrontement, des rites et des emblèmes concurrents sont mobilisés pour diffuser des conceptions divergentes de la citoyenneté. À ce titre, comme l’a montré Michel Vovelle20, l’année 1792 est significative. Le 10 août 1792, suite à une insurrection parisienne, le pouvoir exécutif est suspendu, le roi est emprisonné : le changement de régime est acté de fait. Par voie de conséquence, les députés décident de remplacer le serment civique de fidélité à la Nation, à la loi et au roi par le serment de protéger la liberté et l’égalité ou de mourir en les défendant. Mais les défenseurs de la monarchie refusent ce nouveau serment qui sanctionne l’éviction du roi. Ils organisent des cérémonies de renouvellement du serment de fidélité à la Nation, à la loi et au roi : il ne s’agit plus d’affirmer simplement son attachement à la Révolution, mais de contester le changement de régime provoqué par les insurgés parisiens. À Sedan, l’un des principaux défenseurs de la monarchie constitutionnelle, le général La Fayette, organise avec ses partisans une cérémonie pour renouveler l’ancien serment. Les troupes sont ainsi passées en revue. Mais finalement, lorsque deux volontaires de l’Allier s’exclament : « vive l’assemblée et point du roi Louis XVI », la population présente applaudit, la situation devient chaotique et sème le doute chez le général qui finit par émigrer21.

21La cérémonie ne se déroule pas comme prévu : elle est à la fois le reflet d’une division de la communauté politique et du degré d’intériorisation d’un discours de légitimité associé à l’assemblée nationale.

  • 22 Archives départementales du Nord, L 1242.

22Un autre moment charnière est perceptible en 1795, entre la chute de Robespierre et la proclamation de la Constitution directoriale, la constitution de l’an iii (22 août 1795). Alors que « la Marseillaise », composée en 1792, demeure une référence symbolique assumée par le nouveau régime au cours des cérémonies officielles, et devient même en juin 1795, hymne national, une partie de la population hostile aux jacobins exprime, à de nombreuses reprises, son refus de cet hymne, lui préférant le « Réveil du peuple », chanson violemment anti-jacobine. Les conflits autour des deux œuvres musicales se prolongent à Paris et en province tout au long de la République directoriale. Encore le 9 thermidor an VII (28 juillet 1799), alors que les tensions s’exacerbent dans la région lilloise, « la Marseillaise est huée » et des cris « à bas les jacobins » sont lancés au cours d’une cérémonie civique22. Les réactions et les oppositions sont significatives d’une unanimité brisée et d’une crise de la citoyenneté tiraillée entre des conceptions et des héritages divergents.

Des rites ensauvagés ou le constat d’un échec éducatif ?

  • 23 Ibid., p. 115-118.
  • 24 Ibid., p. 171.

23Le maintien de l’agitation et des actions collectives violentes hors de tout cadre légal semble finalement témoigner des résistances d’une société face à la pédagogie civique mise en œuvre par les détenteurs du pouvoir. La situation est toutefois plus complexe qu’elle n’y paraît, car les violences collectives qui éclatent dans l’espace public se distinguent par des rites, un cérémonial et la mobilisation d’emblèmes civiques. Elles brouillent la distinction par trop nette entre cérémonie apaisée et insurrection. Le massacre du général Dillon, dans les rues de Lille le 29 avril 1792, en témoigne. Peu après le déclenchement de la guerre, Dillon est chargé de mener une expédition à la frontière, mais le face-à-face imprévu avec des troupes autrichiennes entraîne une débandade de l’armée. Les soldats gagnent la ville de Lille en annonçant une trahison et l’arrivée imminente des ennemis. Un cycle de violences s’enclenche alors : des gardes nationaux et des soldats soutenus par la population massacrent plusieurs officiers jugés responsables de la situation ainsi qu’un prêtre qui avait tenté de sortir, déguisé, de la ville en émeute. Dillon, arrêté et conduit de force à Lille, est lui-même massacré23. Ce qui marque les esprits des observateurs, c’est le cérémonial et le rituel de la violence : des atteintes au corps sont perpétrées. Un grand feu est allumé sur la grand’place pour brûler les cadavres, des parties du corps de Dillon sont exhibées en trophée et apportées aux soldats restés en faction près de la citadelle. Plusieurs citoyens lillois, dans les heures et les jours qui suivent, se vantent d’avoir participé aux violences. C’est le cas d’un garde national qui se réjouit d’avoir son épée teintée du sang de Dillon. Félicité Bliez, femme d’un perruquier, déguisée en soldat lors de l’émeute, se flatte, dans un cabaret, d’avoir remué les entrailles de Dillon dans le feu24. La fonction militaire des uns, les costumes des autres et les propos rapportés témoignent non pas d’un refus de la citoyenneté mais d’une appropriation singulière de la citoyenneté en situation de danger imminent. Le seuil du tolérable étant franchi, l’action violente et justicière doit, selon les insurgés, être prise directement en charge au nom de la défense de la communauté locale et de la Nation.

  • 25 Voir à ce propos Conein 1978 et Martin 2006.

24Leurs actions violentes sont donc célébrées, au moins temporairement, comme un modèle d’engagement civique au nom de la défense des valeurs révolutionnaires et de l’intérêt commun. Les autorités civiles doivent se résoudre à attendre le retour au calme avant de poursuivre des individus qui ont agi à l’encontre des lois, c’est-à-dire à l’opposé d’une autre conception, légaliste cette fois, de la citoyenneté. Le massacre de Dillon comme les massacres de septembre par la suite25, sont significatifs des effets ambivalents de la pédagogie civique par les rites et les cérémonies publics, qui constituent à la fois un agent pour la transmission de valeurs et un symptôme des usages concurrents, et parfois incontrôlés, des références civiques.

Conclusion

25Les cérémonies civiques contribuent à la promotion d’une citoyenneté active au nom de valeurs nouvelles. Mais, simultanément, leur succès entraîne des adaptations, des appropriations, voire des détournements par des individus qui n’entendent pas simplement se soumettre aux discours officiels et aux lois.

26La difficulté rencontrée par les autorités est alors de susciter une adhésion active tout en maintenant le respect d’un nouveau cadre légal. Faute d’y parvenir, l’instabilité politique se maintient et conduit progressivement une élite hétéroclite à promouvoir, pour terminer la Révolution, un pouvoir fort et un homme providentiel.

Bibliographie

Bibliographie

Baczko B. (2008), Politiques de la Révolution française, Paris, Gallimard.

Bianchi S. (2004), « Serments », dans A. Soboul et alii (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, rééd. Paris, PUF, p. 979-1000.

Conein B. (1978), Langage politique et mode d’affrontement. Le jacobinisme et les massacres de septembre, Thèse, EHESS.

Ihl O. (1996), La fête républicaine, Paris, Gallimard.

Kaci M. (2016), Dans le tourbillon de la Révolution, mots d’ordres et engagements collectifs aux frontières septentrionales, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Langlois C. (1991), « Le Serment révolutionnaire (1789-1791) : fondation et exclusion », R. Verdier (éd.), Le Serment, Paris, éd. du CNRS, t. II, p. 389-396.

Martin J.-C. (2006), Violence et Révolution : essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Seuil.

Monnier R. (2005), Républicanisme, patriotisme et Révolution française, Paris, L’Harmattan.

Ozouf M. (1976), La Fête révolutionnaire : 1789-1799, Paris, Gallimard.

Robert S. (1989), « La Révolution française dans les Montagnes neuchâteloises : le mouvement des bonnets rouges et les sociétés patriotiques de La Chaux-de-Fonds et du Locle » dans La Révolution dans la Montagne jurassienne (Franche-Comté et pays de Neuchâtel), La Chaux-de-Fonds, L’Impartial, p. 103-116.

Serna P. (2005), La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà, une anomalie politique : la France de l’extrême centre, Seyssel, Champ Vallon.

Simonin A. (2008), Le déshonneur dans la République : une histoire de l’indignité (1791- 1958), Paris, Grasset.

Tackett T. (2004), Le roi s’enfuit : Varennes et l’origine de la Terreur, Paris, La découverte.

Vovelle M. (1985), La mentalité révolutionnaire : société et mentalités sous la Révolution française, Paris, Éditions sociales.

Vovelle M. (1993), La découverte de la politique : géopolitique de la Révolution française, Paris, La découverte.

Wahnich S. (1997), L’impossible citoyen : l’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, A. Michel.

Notes

1 Ozouf 1976 ; Vovelle 1985.

2 Ozouf 1976.

3 Serna 2005 ; Baczko 2008.

4 Ozouf 1976, p. 280.

5 Ihl 1996.

6 Monnier 2005.

7 Archives départementales du Nord : L 1263.

8 Vovelle 1985 et 1993.

9 Bibliothèque municipale de Sedan, D. 1, délibération du corps municipal de Sedan.

10 Tackett 2004, p. 189.

11 Langlois 1991 ; Bianchi 2004.

12 Simonin 2008.

13 Extrait de Kaci 2016, p. 111.

14 Archives départementales du Nord, L 8122.

15 Wahnich 1997.

16 Détail de la fête civique qui a eu lieu à Dunkerque, le 20 mai 1792 à l’occasion de la plantation de l’arbre de la liberté et de l’inauguration du pavillon des Quatre Nations libres, Dunkerque, Drouillart 1792.

17 Kaci 2016, p. 183-184.

18 Archives départementales du Doubs, L 205.

19 Robert 1989.

20 Vovelle 1985.

21 Kaci 2016, p. 133-134.

22 Archives départementales du Nord, L 1242.

23 Ibid., p. 115-118.

24 Ibid., p. 171.

25 Voir à ce propos Conein 1978 et Martin 2006.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les cérémonies de plantation d’arbres de la liberté dans les départements des Ardennes, du Nord et du Pas-de-Calais (printemps 1792)13
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/12272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search