Version classiqueVersion mobile

Citoyenneté et éducation par la société

 | 
Guy Labarre

Première partie. De la cité à la patrie. Les discours produits par la société sur la citoyenneté

La guerre de Sept Ans (1756-1763) et l’affirmation du citoyen français

Edmond Dziembowski

Texte intégral

Introduction

  • 1 W. Churchill, A History of the English-Speaking Peoples, vol. 3 : The Age of Revolution, New York, (...)
  • 2 Anderson 2000 ; 2005. Voir aussi Dziembowski 2015, p. 534-544.
  • 3 Peters 1980 ; Wilson 1998 ; Harris 2002 ; Dziembowski 2015.

1Premier conflit mondial de l’histoire selon Winston Churchill1, la guerre de Sept Ans (1756-1763) confirme de manière éclatante la suprématie maritime et coloniale de la Grande-Bretagne. Comme l’a montré la recherche anglo-saxonne, ce conflit inaugure également l’ère des révolutions démocratiques de la fin du xviiie siècle. À tout seigneur, tout honneur : la révolution de l’Amérique du Nord qui ouvre ces temps nouveaux plonge ses racines dans la guerre de Sept Ans2. En Grande-Bretagne, le radicalisme politique qui prend forme pendant les années 1760 ne peut, lui aussi, se comprendre sans le legs politique de la guerre3. La France, enfin, est également touchée par le wind of change. La guerre y agit comme un catalyseur. Elle accélère les mutations de la culture politique en favorisant l’émergence d’un patriotisme qui met nettement en exergue la figure du citoyen.

I. Le traumatisme des défaites et les « mauvais propos »

  • 4 Pendant ses premiers mois, la guerre de Sept Ans a été un conflit exclusivement colonial opposant l (...)

2Cette transformation de la culture politique hexagonale a pour toile de fond un conflit qui a tourné au cauchemar pour les armées de Louis XV. La guerre avait pourtant commencé sous les meilleurs auspices. Le 28 juin 1756, les Français s’emparent de l’île de Minorque, sous contrôle britannique depuis le traité d’Utrecht de 1713. Au même moment, ils infligent de sérieux revers aux redcoats en Amérique du Nord. Mais tout bascule le 5 novembre 1757 lorsque Frédéric II de Prusse écrase à Rossbach les troupes du Prince de Soubise4. Dès lors, en Europe comme outre-mer, s’égrène un chapelet de revers humiliants pour l’armée du roi de France. L’année 1759 se montre à ce titre particulièrement cruelle : le 13 septembre, les Français sont vaincus devant Québec. Cette défaite ouvre aux Britanniques les portes du Canada. Privé de forces navales suffisantes après les deux défaites de Lagos (19 août) et des Cardinaux (20 novembre), Louis XV n’est plus en mesure d’assurer la défense de la Nouvelle-France. Un an plus tard, le 8 septembre 1760, Montréal se rend aux forces britanniques. Le Canada français a vécu. Conclue le 10 février 1763 entre la France et la Grande-Bretagne, la paix de Paris résume éloquemment le rapport de force qui s’est imposé pendant les hostilités. Amputée de ses possessions d’Amérique du Nord et réduite en Inde à quelques comptoirs, la France contemple un désastre. La primauté maritime est désormais le fait incontestable de la Grande-Bretagne.

  • 5 « Our bells are worn threadbare with ringing for victories », Horace Walpole à Sir George Montagu, (...)
  • 6 Dziembowski 1998, p. 215-262.
  • 7 [Mopinot de la Chapotte, Antoine-Rigobert], Sous Louis le Bien-Aimé. Correspondance amoureuse et mi (...)

3Pour reprendre le bon mot d’Horace Walpole, les cloches d’Angleterre se seraient usées prématurément à force de sonner la victoire5. Tandis qu’Albion savoure son triomphe, la France broie du noir. Rares sont les français qui prennent alors conscience du bouleversement profond du rapport de force à l’échelle planétaire6. Il n’en reste pas moins que la suite presque ininterrompue de revers ainsi que les clauses du traité ne les laissent pas indifférents. À la fin du conflit, écrivant à son ami qui combat en Allemagne, une observatrice rend compte de l’atmosphère pesante régnant à Paris : « On n’entrevoit plus de ressources, on ne voit en perspective qu’un bouleversement général, on ne se console point, on ne se parle que pour dire : “Il faut tous périr” ; on ne pense plus à la paix, elle paraît même impossible. Enfin, une révolution générale est le seul événement que l’on attend. J’ai vu quelques circonstances critiques, mais je n’ai jamais vu un tel accablement7. »

4Le destinataire de cette lettre, Antoine Rigobert Mopinot de la Chapotte, n’est guère en mesure d’éclaircir l’humeur morose des parisiens. À lire sa correspondance, le délabrement moral qui sévit dans l’armée d’Allemagne a en effet atteint un stade très préoccupant :

  • 8 Ibid., p. 400-401, Mopinot à Mme de ***, au camp de Krumback, 4 août 1762.

Il semble que chaque particulier de la nation se soit donné le mot pour coopérer à son anéantissement ; l’état-major est immense mais je ne le vois jamais que dormir, jouer et manger. S’ils montent à cheval, c’est pour éviter les coups et être plus prêts à faire retraite. Si quelqu’un d’entre eux veut servir, il est raillé, vilipendé. C’est un imbécile insupportable pour la bonne compagnie. […] Nous ne sommes plus une nation propre à la guerre8.

  • 9 L’engouement pour le roi de Prusse s’explique pour deux raisons majeures. Contrairement à la guerre (...)
  • 10 Correspondance amoureuse, p. 157, Mme de *** à Mopinot, 5 juin 1758.
  • 11 Cité par Auguste Filon, L’ambassade de Choiseul à Vienne en 1757 et 1758. D’après des documents iné (...)
  • 12 Archives de la Bastille, documents inédits, éd. F. Ravaisson-Mollien, Paris, 1866, XVIIII, p. 227 : (...)

5Venant d’un militaire, les derniers mots sonnent comme un verdict sans appel. L’effondrement moral dont fait état Mopinot doit beaucoup au choc de la défaite de Rossbach et aux déboires ultérieurs subis par l’armée du roi de France. Ces revers à répétition ont également des effets politiques. Dès les premières défaites, s’élèvent dans le royaume des « mauvais propos » attaquant le ministère, la marquise de Pompadour et Louis XV. Bien qu’ennemi et peut-être aussi parce qu’il est l’ennemi de la France et qu’à la tête de son armée, il remporte des victoires9, Frédéric II de Prusse est l’objet d’une adulation sans bornes de la part de certains Français : « À Paris, le nombre des Prussiens est plus grand que celui des Français. C’est un mal qui gagne tous les états », remarque l’amie de Mopinot10. Au sommet de l’État, l’inquiétude ne cesse de grandir devant cette prussomanie. En septembre 1758, le maréchal de Belle-Isle estime que « la moitié de ce qui habite Paris » est infectée par l’épidémie11. Si l’estimation du ministre de Louis XV est exagérée, le constat n’en est pas moins fondé sur des faits avérés. Et ceux-ci sont de nature à alerter l’autorité. En avril 1760, un certain Claude Guétard, négociant à Paris, se fait connaître des « mouches » de la police par ses propos subversifs sur la guerre, le roi de Prusse et le roi de France. Surnommé « le Prussien » dans les cafés qu’il fréquente, Guétard ne fait pas dans la demi-mesure. C’est non seulement un inconditionnel de Frédéric qui s’exprime12 mais aussi un Parisien qui ne dissimule pas son mépris pour le gouvernement monarchique :

  • 13 Ibid, p. 227-228.

De tout temps, les princes n’ont travaillé qu’à satisfaire leurs ambitions et leurs intérêts et n’ont jamais cherché le bonheur de leurs peuples. Nous en voyons l’exemple aujourd’hui : notre roi a-t-il cherché à faire notre bonheur dans cette guerre ? Non ; s’il avait eu se [sic] dessein, il n’avait qu’à fortifier notre marine pour détruire celle des Anglais et les empêcher de nous enlever nos colonies. Qu’avait-il à faire de mettre sur pied une armée aussi considérable pour ne rien faire de bon ?13

  • 14 Il convient de distinguer l’antimonarchisme, c’est-à-dire l’hostilité viscérale et farouche à la mo (...)
  • 15 G. F. Coyer, J. N. Moreau, Écrits sur le patriotisme, l’esprit public et la propagande au milieu du (...)

6Cette position catégorique sur l’inutilité, voire la nocivité des « princes » pose la question de l’antimonarchisme14 qui émane, tantôt diffus, tantôt plus explicite, de certains écrits du temps. Phénomène marginal ou partie émergée d’un immense iceberg appelé à se révéler au grand jour à la fin du siècle ? Le problème reste entier et le restera sans doute à jamais, faute de sources suffisamment probantes. Reste que le pouvoir royal, comme l’atteste par exemple l’attitude du publiciste gouvernemental Jacob-Nicolas Moreau, prend très au sérieux la montée en puissance de ces « mauvais propos »15. Et avec raison : sans aller jusqu’à la dénonciation franche de la monarchie comme le fait Guétard, les mécontents, dont le nombre semble grandir régulièrement avec les revers, se montrent très critiques envers l’autorité. Le responsable des désastres militaires ? Louis XV, roi indolent, dont la soumission à la marquise est telle qu’il lui aurait abandonné le pouvoir. Les chansonniers et les faiseurs d’épigrammes s’en donnent à cœur joie :

  • 16 BN, mss fr., 10479, f. 587.

Passant arreste icy et considère
Ce grand incestueux, cet yvrogne adultère
Qui fut pendant vingt ans le valet d’un prestre
Et qui mériteroit aujourd’hui d’être
Non de l’Europe le Potentat
Mais de Frédéric le goujat16.

  • 17 Van Kley 1975, 1984 et 2002 ; Merrick 1990.
  • 18 Chartier 1990, p. 149-151.

7Défendue par Dale Van Kley et Jeffrey Merrick17, l’idée d’une désacralisation de la monarchie pendant le règne de Louis XV a fait l’objet d’un débat important chez les historiens18. Même s’il convient de se méfier de la lecture téléologique que cette thèse véhicule, il n’en demeure pas moins que l’image, si ce n’est de la monarchie, mais du moins celle du souverain régnant, est sortie très affectée du conflit. Bien que plus mesurés dans le ton que ceux qu’on vient de lire, les vers du poète Écouchard Le Brun attaquent eux aussi sans ménagement Louis XV, la cour et le ministère :

  • 19 P. D. Écouchard, dit Le Brun, Sur l’état de décadence de la Monarchie française durant la dernière (...)

Ici, la Honte est couronnée ;
La Vertu rampe profanée
Sous le char du Vice insolent :
Nul frein à l’aveugle licence ;
Thémis y flétrit l’Innocence ;
Tout meurt sous un sceptre indolent.
[…]
Partout, à la cour, à l’armée,
Règne un dédain de renommée
Qui fait la chute des États.
Il n’est plus de gloire unanime ;
Plus de cet espoir magnanime
Qu’enflamme l’aspect du danger.
O Nation vile et flétrie,
Tu ne connais plus la Patrie !
Comment saurais-tu la venger ?19

II. Former des citoyens

  • 20 G. F. Coyer, J. N. Moreau, Écrits sur le patriotisme, 1997, p. 41.
  • 21 Ibid., p. 42-43.

8Outre ses flèches décochées à l’encontre du pouvoir, le poème d’Écouchard Le Brun développe un thème qui se montre de plus en plus insistant dans les sources à mesure que s’enchaînent les défaites : la nécessité de faire renaître l’amour de la patrie. Cette réflexion sur le patriotisme a commencé à prendre forme en France quelques mois avant l’ouverture des hostilités. Au début de l’année 1755, l’abbé Gabriel-François Coyer fait paraître une petite brochure intitulée Dissertation sur le vieux mot de patrie. L’auteur part d’un constat, celui du déclin du mot « patrie » dans le vocabulaire du temps : « Qu’est-ce que le mot patrie avait de bas ou de dur pour le retrancher de langue ? On ne l’entend plus ou presque plus ni dans les campagnes, ni dans les villes, ni dans la province, ni dans la capitale, encore moins à la Cour20 ». Pour l’écrivain, la disparition du mot est la conséquence directe du déclin de l’idée même de patrie. De l’Antiquité au xviie siècle, la faveur de « patrie », nous dit Coyer, n’a pour ainsi dire jamais cessé. « Je le retrouve encore sous Louis XIII dans les cahiers des derniers États généraux. Il s’est perdu sous le ministère de Richelieu. […] Colbert était bien fait pour le rétablir, mais il se méprit. Il crut que Royaume et Patrie signifiaient la même chose21 ». En d’autres termes, le mot a décliné à mesure que s’est affirmée la monarchie absolue.

  • 22 Voir Pettit 2004 ; Pocock 1997 et 1998 ; Robbins 1959 ; Skinner 2001.
  • 23 Sur les idées politiques de Coyer, voir Cheminade 1990. Rappelons ici que ce même Coyer est l’auteu (...)
  • 24 G. F. Coyer, J. N. Moreau, Écrits sur le patriotisme, 1997, p. 42.

9Doit-on en conclure que l’amour de la patrie est fondamentalement incompatible avec la nature du régime ? Coyer est un de ces auteurs qui se rattachent au courant de pensée qui, grâce aux remarquables études dont il a fait l’objet outre-Manche, est mieux connu dans sa variante insulaire que dans son expression hexagonale : le républicanisme classique22. La fascination pour la vertu des « républiques » de l’Antiquité est omniprésente dans l’œuvre de ce représentant discret des Lumières23. C’est, d’après lui, dans les cités grecques et dans la république romaine que le patriotisme s’est manifesté avec le plus d’éclat : « C’était un des premiers mots que les enfants bégayaient, c’était l’âme des conversations et le cri de guerre. Il embellissait la poésie ; il échauffait les orateurs ; il présidait au Sénat ; il retentissait au théâtre et dans les assemblées du peuple ; il était gravé sur les monuments publics24 ». Ce parti-pris républicain mènerait logiquement l’auteur à conclure qu’en raison du triomphe de la monarchie absolue, le mot et l’idée de patrie seraient bel et bien morts et enterrés au royaume de France. Mais, aussi étrange que cela puisse paraître de prime abord, il n’en est rien. Dans la suite de son ouvrage, Coyer s’interroge en effet très sérieusement sur les moyens de faire revivre le mot et l’idée dans la France de Louis XV :

Il y avait chez les Grecs et chez les Romains des usages qui rappelaient sans cesse l’idée de la patrie avec le mot : des couronnes, des triomphes, des statues, des tombeaux, des oraisons funèbres. C’était autant de ressorts pour le patriotisme. Il y avait encore des spectacles vraiment publics où tous les ordres rassemblés se délassaient, se réjouissaient en commun, des tribunes où la patrie par la bouche des orateurs consultait avec ses enfants sur les moyens de les rendre heureux et glorieux.

  • 25 Ibid., p. 48.

De tout cela nous n’avons retenu que les oraisons funèbres. Encore faut-il être né avec un très grand nom, ou avoir occupé une très grande place pour avoir ces vertus après sa mort. Tous nos autres discours ne roulent que sur des points de science ou d’histoire qui restent souvent aussi douteux après que le discoureur a parlé. Cette éloquence ne serait-elle pas mieux employée à remercier, à louer publiquement au nom de la patrie quiconque se serait distingué dans les arts, dans le commerce, dans la guerre, dans la magistrature, dans la politique ? L’orateur de la patrie, en célébrant les grands talents, les grandes vertus, formerait des citoyens. Qu’on ne me vante point un grand nom, il est très petit si celui qui le porte est inutile à l’État25.

  • 26 Le comptage effectué concerne les titres d’ouvrages figurant dans la bibliographie du siècle des Lu (...)
  • 27 À l’exception notable, dans ces dérivés, de « patriotisme », qui est un néologisme emprunté de l’an (...)
  • 28 Dziembowski 1998, p. 350-368 et p. 508-528.

10Former des citoyens : le programme de Coyer ne tarde pas à être mis en pratique. C’est ici que la guerre et les défaites militaires agissent comme un catalyseur des mutations en cours. En témoigne en tout premier lieu l’essor remarquable du vocabulaire ayant trait au sentiment national26. De 1716 à 1769, l’on relève 207 termes liés à la conscience nationale dans les titres d’ouvrages. L’assertion de Coyer, selon laquelle le mot « patrie » aurait presque disparu du vocabulaire du premier xviiie siècle, se vérifie. Sur ce total de 207 termes, près des trois-quarts proviennent en effet de livres parus après 1750. Mieux : c’est pendant la guerre de Sept Ans que se situent les temps forts de cette expression patriotique, entre 1759 et 1763. Ce vocabulaire, du reste, n’est pas inerte dans le temps. Jusqu’aux années 1740, seuls « patrie » et ses dérivés27, ainsi que « nation », sont présents dans les titres. « Citoyen », dans l’acception qui nous concerne, c’est-à-dire de dévouement pour la communauté, ne fait sa première apparition qu’en 1748. Mais le succès de l’expression nouvelle est immédiat. À lui seul, « citoyen » constitue près du tiers des expressions « patriotiques » figurant dans les titres de livres parus entre 1750 et 176028.

11En 1748, l’ouvrage qui a contribué à populariser l’acception patriotique de « citoyen » est une brochure de Denis Diderot intitulée Première lettre d’un citoyen zélé, qui n’est ni médecin, ni chirurgien. Diderot y propose une réforme du statut des deux professions. En prenant la plume et en demandant à la communauté de prendre position sur son projet, Diderot n’agit plus simplement en sujet qui se contenterait d’obéir aux lois et aux directives du roi ; il agit en « citoyen zélé », en prenant part activement et spontanément à une œuvre qu’il juge utile pour le bien public.

12Dès les premiers temps de la guerre, le mot et le programme qu’il porte implicitement en lui, rencontrent les faveurs du public. Un bel exemple de cette aspiration à servir l’État en citoyen nous est donné par la lettre d’un particulier publiée dans l’Année littéraire à la fin de l’année 1756. Son contenu est on ne peut plus éclairant sur la conception du citoyen qui commence alors à émerger et, partant, sur les contours de ce nouveau patriotisme qui prend forme au royaume de Louis XV :

La guerre injuste que les Anglois nous font aujourd’hui, la perfidie avec laquelle ils s’y sont préparés et l’ont commencée, sont bien capables d’exciter tout François à la vengeance. Il y a des guerres où la nation ne prend intérêt que par soumission pour son Prince ; celle-ci est d’une autre nature ; c’est la nation Angloise qui, d’un accord unanime, attaque la nôtre pour lui enlever un bien propre à chacun de nous. […]

Une partie de la nation agit, combat et expose ses jours pour repousser l’ennemi ; l’autre contribue par le payement des subsides, mais jouit tranquillement du reste de son revenu ou des fruits de son industrie auxquels l’anéantissement du commerce causeroit une grande diminution. L’on n’ignore point que ces subsides ne suffisent pas pour fournir aux dépenses de la guerre, et ne peuvent mettre le Roi en état de faire les établissements que la nature de celle-ci sembleroit désirer.

  • 29 Année Littéraire, 1756, VI, p. 42-44.

Il s’agiroit donc d’engager la nation, je veux dire les gens aisés, à faire un effort digne de patriotes vraiment François, en donnant volontairement ce qu’ils pourroient se retrancher […] ce qui cependant feroit un honneur infini à la nation et en particulier à chaque contribuant […] On ose penser que cette contribution se feroit avec plus de succès, si elle étoit destinée à un monument propre à perpétuer l’amour des François envers leur auguste Monarque, et en même temps glorieux et utile à l’État ; tel, par exemple, que l’établissement d’un Port à la Hougue sur le plan qu’en viennent de dresser les Ingénieurs de Sa Majesté29.

13Le caractère exceptionnel du conflit – une guerre de nation à nation, selon l’auteur – appelle une réponse exceptionnelle. De ce fait, l’époque où le sujet attendait patiemment les ordres du souverain pour servir la patrie est révolue. La France ne restera puissante qu’à la condition expresse que les sujets passifs se transforment en citoyens actifs. Mais pour quelle entreprise ? C’est ici que le propos de l’auteur se fait audacieux : loin de se cantonner au paiement de l’impôt, le rôle du troisième Ordre du royaume est de seconder par un élan volontaire la noblesse qui verse son sang pour la patrie. Cette citoyenneté active a pour mission d’œuvrer pour le bien public, en offrant au roi un « monument glorieux et utile à l’État ». Gloire et utilité publique : l’appel de Coyer a bel et bien été entendu. Tout se passe comme si la guerre unissait pour la première fois, dans une même lutte, la noblesse militaire et la roture. Une roture en quelque sorte ennoblie par son action citoyenne.

  • 30 Dziembowski 1998, p. 398-405.

14Cette citoyenneté active se doit également d’être exemplaire pour susciter des émules. Et ici, à nouveau, Coyer a été écouté. Dès le début du conflit, le théâtre voit naître des pièces qui arborent avec fierté leur message patriotique. À la comédie de la foire, fleurissent des œuvrettes mettant en scène des soldats aux mœurs exemplaires30. Puis, le théâtre dans sa forme la plus noble, la tragédie, est lui aussi touché, comme le montre cet Asdrubal, ou l’amour de la Patrie. Coyer demandait des héros dignes d’émulation. L’auteur anonyme d’Asdrubal a répondu à sa requête :

  • 31 Asdrubal, ou l’Amour de la Patrie. Tragédie tirée des Décades de Tite-Live. Par E. A. F., La Haye, (...)

Si j’ai fait mon devoir, si mon zèle est utile,
Combien de citoyens, dans une grande ville,
Dans l’art de commander, plus habiles que moi,
Rempliront les devoirs d’un glorieux emploi31.

  • 32 François Charles Vallier, comte du Saussay, Le Citoyen, Nancy, 1759, p. VII.

15La poésie n’est pas en reste. Dès 1756, des auteurs prennent la plume pour soutenir le roi et ses armées dans le conflit en cours. Le titre de ces œuvres ne laisse pas d’équivoque sur leur contenu. En 1757, l’abbé Porquet publie une Épître à la Nation ; en 1759, l’abbé Desjardins fait paraître Le Patriotisme ; en 1760, Alexis Piron écrit une héroïde intitulée Un vieillard à ses compatriotes. Mais c’est sans doute le poème du colonel Vallier paru en 1759 qui résume le mieux les temps nouveaux. Intitulé sobrement Le Citoyen, il est précédé d’une préface très éclairante sur les intentions de son auteur. « C’est un Militaire qui écrit », rappelle Vallier comme pour excuser la rugosité de son style. Mais ce militaire « écrit en Citoyen et pour le Citoyen ». Vallier veut instruire et former ses lecteurs. De son œuvre, « l’on reconnoîtra l’utilité et la gloire qu’un État peut retirer des vrais talens d’un citoyen, appliqués au bien public32 ». L’obéissance ne suffit plus à définir le véritable patriote. Celui-ci se caractérise par un dévouement spontané à la chose publique. Le sujet s’est fait citoyen. Coyer, à nouveau, a été entendu.

  • 33 Pour un examen détaillé de cette réforme, voir Bonnet 1998, p. 53-66 et, pour sa place dans le cont (...)

16À la date où paraît le poème de Vallier, la nécessité de former des citoyens a atteint le sommet de la république des Lettres. En 1758, sensible au vent nouveau qui s’est levé dans le pays, Charles Pinot Duclos propose une réforme du concours d’éloquence de l’Académie française dont il est le secrétaire perpétuel. Consacré jusqu’alors à des sujets religieux ou de morale, le concours portera désormais sur « l’éloge des hommes célèbres de la nation »33. En 1759, le choix des Quarante pour le sujet du premier concours se porte sur le Maréchal de Saxe. Compte tenu du contexte militaire et politique, on ne pouvait trouver mieux. L’exemple du brillant commandant des troupes françaises pendant la guerre de Succession d’Autriche doit soigner les plaies d’une France durement éprouvée par le conflit en cours. Les mânes du vainqueur de Fontenoy effaceront l’ignominie de la déculottée de Rossbach. Deux ans plus tard, l’actualité militaire guide à nouveau le choix de l’Académie. Après les désastres subis par la marine de Louis XV, c’est au tour de René Duguay-Trouin, symbole de la puissance navale française du temps de Louis XIV, d’être le sujet du concours. Le vainqueur, le poète Antoine-Léonard Thomas, a bien compris la finalité pédagogique de cette éloquence au service de la nation tout entière. Au terme de son éloge, inspiré très certainement par une des meilleures pages du premier Discours de Rousseau, la prosopopée de Fabricius, Thomas fait parler son héros. Et celui-ci, pour redonner du courage aux Français, n’hésite pas à revenir sur les événements dramatiques que vient de connaître la marine de guerre :

  • 34 Antoine-Léonard Thomas, Éloge de René Duguay-Trouin, Lieutenant Général des Armées navales, Command (...)

Ah, s’il revenait aujourd’hui, s’il errait parmi nos ports et nos arsenaux, quelle serait sa douleur ! Français, s’écrierait-il, que sont devenus ces vaisseaux que j’ai commandés, ces flottes victorieuses qui dominaient sur l’Océan ? Mes yeux cherchent en vain : je n’aperçois que des ruines. Un triste silence règne dans nos ports. Eh quoi, n’êtes-vous plus le même peuple ? N’avez-vous plus les mêmes ennemis à combattre ? […] Vous avez versé tant de sang pour maintenir la balance de l’Europe ; l’ambition a changé d’objet. Portez, portez cette balance sur les mers. C’est là qu’il faut établir l’équilibre du pouvoir. Si un seul peuple y domine, il sera tyran et vous serez esclaves […] Français, considérez ces mers qui, de trois côtés, baignent votre Patrie. Voyez vos riches provinces qui vous offrent à l’envi tout ce qui sert à la construction. Voyez ces ports creusés pour recevoir vos vaisseaux. La gloire, l’intérêt, la nécessité, la nature, tout vous appelle, Français, soyez grands comme vos ancêtres. Régnez sur la mer, et mon ombre, en apprenant vos triomphes sur les peuples que j’ai vaincus, se réjouira encore dans son tombeau34.

17En s’exprimant de la sorte, Thomas s’est fait poète-citoyen. S’adressant à ses compatriotes par la bouche de Duguay-Trouin, le poète entend lutter contre le défaitisme ambiant, stimuler le patriotisme français pour offrir au roi et à son ministre Choiseul le soutien dont ils ont besoin dans leur lutte contre l’ennemi.

  • 35 Sur le rôle du Monitor dans la politique britannique, voir Peters 1980.
  • 36 Coyer, Moreau, Écrits sur le patriotisme, 1997, p. 59-60.
  • 37 Ibid., p. 70 et suiv.

18La propagande gouvernementale emboîte le pas. Pilier du dispositif de persuasion publique pendant la guerre, Jacob-Nicolas Moreau lance en 1760 un périodique dont le titre, le Moniteur français, est ostensiblement emprunté au journal qui soutient la politique du ministre britannique William Pitt, le Monitor, et que Moreau regarde avec raison comme l’un des vecteurs essentiels du patriotisme qui s’épanouit alors outre-Manche35. Son Moniteur français entend parvenir au même résultat. La France, nous dit Moreau, possède des potentialités gigantesques mais inexploitées, en raison notamment de l’apathie de la majorité des sujets du roi de France, apathie qui contraste cruellement avec l’enthousiasme qui saisit au même moment la nation britannique36. D’où l’objectif de Moreau : que son Moniteur français devienne une tribune patriotique dans laquelle tout Français attaché à son roi et à sa patrie pourra s’exprimer37. Moreau, ce publiciste défenseur des fondements traditionnels de la monarchie française, tire un trait sur un passé à jamais révolu, celui d’une France constituée exclusivement de sujets, et ouvre la porte à une France nouvelle, une France de citoyens :

  • 38 Ibid., p. 73.

Puissent nos efforts encourager des écrivains plus dignes d’instruire et plus en état de le faire avec fruit ! Puissions-nous par ce faible essai exciter leur émulation et ranimer leur zèle ! Puisse notre recueil devenir un dépôt précieux où se conserveront toutes les idées honnêtes et toutes les vues utiles de nos concitoyens ! […] Telle est l’idée que nous nous sommes formée à nous-même du Moniteur français. Puisse-t-il justifier le titre que nous lui avons donné ! Puisse-t-il avertir sans aigreur, instruire sans ostentation, reprendre sans malignité, et blâmer sans invective ! Puisse-t-il plaire par la vérité plus que par l’art de la présenter, et prouver, en intéressant le lecteur, que le lecteur est citoyen38.

III. Une citoyenneté compatible avec la monarchie absolue ?

19Mais cette France de lecteurs-citoyens est-elle compatible avec les bases du régime ? Moreau estime très certainement que la conciliation est réalisable. D’autres auteurs partagent son point de vue, comme le poète Charles Pierre Colardeau qui commente dans son poème Le Patriotisme un événement qui a fait grand bruit au cours de l’hiver 1761-1762 : la souscription patriotique lancée pour reconstruire la marine de guerre :

  • 39 Charles-Pierre Colardeau, Le Patriotisme, 1762, p. 6.

On les voit, ces François, ces zélés Citoyens,
Prodiguer à leur Prince et leur sang et leurs biens !
On porte au pied du Trône un tribut volontaire ;
Et Paris a donné quand Londres délibère39.

20À lire le dernier vers, tout se passe comme si un incroyable miracle politique s’était accompli dans la France de Louis XV. N’y verrait-on pas en effet une monarchie absolue, que d’aucuns critiquent pour son « despotisme », prendre l’avantage sur la monarchie limitée d’Angleterre réduite à des délibérations stériles ? N’aurait-on pas vu, lors de la souscription patriotique qui vient d’animer la nation, les « zélés Citoyens » verser un « tribut volontaire » pour reconstruire la marine ? En somme, Louis XV ne régnerait plus simplement sur ses sujets. Il gouvernerait également avec le concours des citoyens. Tel est le message qu’entend diffuser le poète. La réalité, pourtant, est bien plus complexe. Et cette complexité montre à quel point, pour l’autorité, s’avère délicat de transformer les sujets d’un monarque, qui, jusqu’à preuve du contraire, continue de se regarder comme absolu, en citoyens dotés d’une volonté autonome.

  • 40 Supplément de la gazette du 5 décembre 1761, 49, p. 604-606.

21En apparence, tout se serait déroulé comme le chante le poète : le 26 novembre 1761, les États de Languedoc, sur la proposition de leur président, l’archevêque de Narbonne Charles-Antoine de La Roche-Aymon, offrent une somme d’argent pour la construction d’un vaisseau de ligne. Officiellement, l’initiative est spontanée. Du moins c’est ce qu’en dit la Gazette de France, qui s’empresse de rapporter cet acte de dévouement patriotique en louant l’esprit citoyen qui en émane40.

22Ce que la Gazette omet cependant de signaler, c’est que cette citoyenneté prétendue spontanée a été provoquée et encadrée en haut lieu. L’initiateur et l’ordonnateur de cette remarquable campagne de persuasion publique n’est autre que le ministre de Louis XV, Étienne-François, duc de Choiseul. Observateur sagace de l’humeur publique, Choiseul est conscient comme Moreau des potentialités morales des Français, qui brûlent de se dévouer pour le bien public. Mais le ministre, et toujours comme Moreau, a réalisé que ces mêmes Français qui ont hâte de participer à la vie publique en citoyens, ne souhaitent pas qu’on leur force la main, qu’on les considère comme des sujets en leur intimant l’ordre de donner leur argent.

  • 41 Lacour-Gayet 1902, p. 388-390 ; Dziembowski 1998, p. 458-462.
  • 42 Jean-Henri Maubert de Gouvest, Lettres du Chevalier Robert Talbot, de la suite du duc de Bedford à (...)

23Il en découle le stratagème des dons de vaisseaux monté par le ministre. Présenté officiellement dans la presse comme une initiative spontanée, le don gratuit des États de Languedoc a en réalité été décidé à Versailles. Choiseul a demandé à La Roche-Aymon de faire sa proposition d’obole patriotique en la présentant comme une initiative spontanée41. Et, comme l’écrit un contemporain, « la mèche a pris » sans délai42. Relayée par la presse, la proposition des États de Languedoc déchaîne un enthousiasme extraordinaire. Tout d’abord, les autres États provinciaux ne veulent pas être en reste. Puis, les grands corps du royaume, les fermiers généraux, les chevaliers du Saint-Esprit emboîtent le pas. Enfin, et c’est capital, une foule de particuliers qui, se sentant enfin utiles à la patrie, endossent le costume flambant neuf du citoyen et offrent leur obole au roi. Le résultat de l’opération est saisissant. Grâce à l’argent amassé, ce sont seize vaisseaux de ligne qui peuvent être mis en chantier. Le nom de ces vaisseaux, qui atteste de leur origine patriotique, mérite notre attention. Les uns rappellent l’origine géographique ou corporative des dons qui ont permis leur construction, comme Le Languedoc, La Bourgogne, La Ville de Paris, Le Bordelais, Le Marseillais, Les Six Corps ou encore La Ferme. Mais ce sont surtout les noms de deux d’entre eux qui nous font mesurer le basculement qui est en train de s’opérer dans cette France qui n’est plus tout à fait une France de sujets. Jamais dans l’histoire de la monarchie l’on n’a vu des vaisseaux nommés L’Utile ou Le Citoyen.

Conclusion

24La conception contemporaine du citoyen, telle que la Révolution française l’élèvera à la postérité, naît dans les dernières décennies de l’Ancien Régime à la faveur d’une réflexion menée par certains philosophes : Diderot, tout d’abord, mais surtout Gabriel-François Coyer. Cette réflexion se trouve presque aussitôt confrontée à un test grandeur nature : une guerre exceptionnelle, qui, comme le souligne le citoyen du Havre dont on a lu le projet, doit intéresser la nation tout entière et non point simplement le second Ordre. La poussée brutale du vocabulaire patriotique constitue un bel indicateur de la mutation affectant la culture politique de ces années médianes du xviiie siècle. Les Français font l’expérience d’un langage nouveau d’où émergent les mots magiques de « patriote », de « patriotisme », de « nation » et de « citoyen ». Magiques ces expressions le sont car elles portent en elles tout un programme. Constituée exclusivement jusqu’ici de sujets du monarque, la France voit apparaître un être étrange : le citoyen. Citoyen qui, certes, se regarde comme un fidèle sujet, mais qui, en devançant l’ordre du souverain pour offrir spontanément ses services, porte atteinte à l’édifice politique et social de la France d’Ancien Régime.

  • 43 Bien que critiquable sur des points de détail, la lecture qu’a faite Jürgen Habermas de l’espace pu (...)

25Apparu dans la sphère publique politique43, échappant dans ses premiers temps au contrôle du pouvoir, le nouveau citoyen, à mesure que s’affirme la vague de patriotisme, est regardé avec une attention croissante par l’autorité monarchique. Mais avec quel résultat ? En d’autres termes, est-il possible de discipliner cette France de citoyens pour la rendre compatible avec les bases d’une monarchie absolue ? Le stratagème des dons de vaisseaux mis sur pied par Choiseul nous donne déjà un élément de réponse. Le ton de certaines œuvres citoyennes confirme cette première impression.

  • 44 Le thème des sillons ensanglantés, en particulier, est très présent dans cette poésie de fer et de (...)

26Rien n’est plus éloquent que cette espèce de Marseillaise en pièces détachées qui se découvre dans la poésie guerrière de l’époque de la guerre de Sept Ans44. En 1762, commentant les dons de vaisseaux, Écouchard Le Brun va à l’essentiel : cette France de citoyens ne devrait pas, à l’en croire, se contenter d’offrir son argent pour relever la marine. C’est un appel à la citoyenneté en armes qu’il lance à ses compatriotes, toutes conditions confondues :

  • 45 P. D. Écouchard, dit Le Brun, Ode aux Français sur la guerre présente, par un citoyen (1762), dans (...)

Français, ressaisissez le char de la victoire ;
Aux armes, Citoyens ! il faut tenter le sort.
Il n’est que deux sentiers dans les champs de la gloire :
Le triomphe ou la Mort45.

27À la lecture de ces œuvres de circonstance, force est de reconnaître que ce nouveau patriotisme à la fois porteur et promoteur d’une citoyenneté active s’avère difficilement soluble dans ce que l’on nommera quelques décennies plus tard l’Ancien Régime.

Bibliographie

Bibliographie

Anderson F. (2005), The War That Made America. A Short History of the French and Indian War, New York, Viking.

Anderson F. (2000), Crucible of War. The Seven Years’ War and the Fate of Empire in British North America, 1754-1766, Londres, Vintage Books.

Bonnet J.-C. (1998), Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard.

Chartier R. (1990), Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil.

Cheminade C. (1990), L’abbé Gabriel-François Coyer (1707-1782) : un « philosophe » républicain et réformateur, Lille.

Dziembowski E. (2015), La guerre de Sept Ans, 1756-1763, Paris, Perrin.

Dziembowski E. (1998), Un nouveau patriotisme français, 1750-1770. La France face à la puissance anglaise à l’époque de la guerre de Sept Ans, Oxford.

Habermas J. (1986), L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Harris B. (2002), Politics and the Nation. Britain in Mid-Eighteenth Century, Oxford, Oxford University Press.

Lacour-Gayet G. (1902), La marine militaire de la France sous le règne de Louis XV, Paris.

Merrick J. W. (1990), The Desacralization of the French Monarchy in the Eighteenth Century, Baton Rouge-Londres.

Peters M. (1980), Pitt and Popularity. The Patriot Minister and London Opinion during the Seven Years’ War, Oxford.

Pettit P. (2004), Républicanisme. Une théorie de la liberté et du gouvernement, Paris, Gallimard.

Pocock J. G. A. (1998), Vertu, commerce et histoire. Essais sur la pensée et l’histoire politique au xviiie siècle, Paris, PUF.

Pocock J. G. A. (1997), Le moment machiavélien. La pensée politique florentine et la tradition républicaine atlantique, Paris, PUF.

Robbins C. (1959), The Eighteenth Century Commonwealthman. Studies in the Transmission, Development and Circumstance of English Liberal Thought from the Restoration of Charles II until the War with the Thirteen Colonies, Cambridge (MA).

Skinner Q. (2001), Les fondements de la pensée politique moderne, Paris, Albin Michel.

Van Kley D. (2002), Les origines religieuses de la Révolution française (1560-1791), Paris, Seuil.

Van Kley D. (1984), The Damiens Affair and the Unraveling of the Ancien Régime, 1750- 1770, Princeton.

Van Kley D. (1975), The Jansenists and the Expulsion of the Jesuits from France, Yale University Press.

Wilson K. (1998), The Sense of the People. Politics, Culture and Imperialism in England, 1715-1785, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 W. Churchill, A History of the English-Speaking Peoples, vol. 3 : The Age of Revolution, New York, 1957, p. 127-135 : Ch. 11 : « The First World War ».

2 Anderson 2000 ; 2005. Voir aussi Dziembowski 2015, p. 534-544.

3 Peters 1980 ; Wilson 1998 ; Harris 2002 ; Dziembowski 2015.

4 Pendant ses premiers mois, la guerre de Sept Ans a été un conflit exclusivement colonial opposant la France à la Grande-Bretagne. Mais la signature le 16 janvier 1756 de la convention anglo-prussienne de Westminster, puis le traité de Versailles conclu le 1er mai 1756 entre la France et la maison d’Autriche modifient totalement la donne diplomatique. Le 29 août 1756, Frédéric II de Prusse envahit la Saxe et menace la Bohême. Mettant en branle l’engrenage des alliances, le conflit se propage alors à l’Europe. En 1757, tandis que la guerre continue de faire rage en Amérique et en Inde, l’armée de Louis XV intervient massivement en Allemagne dans une coalition dirigée contre la Prusse. Cette dispersion des forces françaises est une des causes des défaites en série qui commencent avec celle de Rossbach.

5 « Our bells are worn threadbare with ringing for victories », Horace Walpole à Sir George Montagu, 21 octobre 1759 (Letters from the Hon. Horace Walpole to George Montagu, Esq., from the Year 1736 to the Year 1770, Londres, 1818, p. 180).

6 Dziembowski 1998, p. 215-262.

7 [Mopinot de la Chapotte, Antoine-Rigobert], Sous Louis le Bien-Aimé. Correspondance amoureuse et militaire d’un officier pendant la guerre de Sept Ans (1757-1765 [après : Correspondance amoureuse], éd. Jean Lemoine, Paris, 1905, p. 345, Madame de *** à Mopinot, Paris, 30 juillet 1761.

8 Ibid., p. 400-401, Mopinot à Mme de ***, au camp de Krumback, 4 août 1762.

9 L’engouement pour le roi de Prusse s’explique pour deux raisons majeures. Contrairement à la guerre de Succession d’Autriche (1744-1748), au cours de laquelle il prit part aux campagnes militaires, Louis XV n’est pas présent à la tête de son armée pendant la guerre de Sept Ans. Comme par un jeu de vases communicants, l’absence du roi de France du lieu des combats profite au roi de Prusse, souverain qui risque quotidiennement sa vie sur le champ de bataille. Tandis que la popularité de Louis XV décline, celle de Frédéric ne cesse de croître auprès de Français émerveillés par sa bravoure et ses succès militaires. La vague de prussomanie est aussi le résultat d’une habile campagne de propagande par voie imprimée lancée par Frédéric II en direction de l’opinion française. Sur ce dernier point, voir Dziembowski 2015, p. 445-450.

10 Correspondance amoureuse, p. 157, Mme de *** à Mopinot, 5 juin 1758.

11 Cité par Auguste Filon, L’ambassade de Choiseul à Vienne en 1757 et 1758. D’après des documents inédits, Paris, 1872, p. 143, le maréchal de Belle-Isle au duc de Choiseul, Versailles, 16 septembre 1758.

12 Archives de la Bastille, documents inédits, éd. F. Ravaisson-Mollien, Paris, 1866, XVIIII, p. 227 : Guétard « se plaignait de la mauvaise administration de la France et faisait l’éloge du roi de Prusse qui, disait-il, ne fait pas tuer les hommes pour rien, comme on fait en France ».

13 Ibid, p. 227-228.

14 Il convient de distinguer l’antimonarchisme, c’est-à-dire l’hostilité viscérale et farouche à la monarchie, du républicanisme classique, qui, au xviiie siècle, imprègne la pensée de certains penseurs français (pensons, par exemple à Montesquieu). Comme l’a bien montré John Pocock, ce républicanisme classique peut très bien s’accommoder de la présence d’un roi. C’est plus un discours qu’un programme (J. G. A. Pocock, préface de James Harrington, Océana, Paris, 1995, p. 24).

15 G. F. Coyer, J. N. Moreau, Écrits sur le patriotisme, l’esprit public et la propagande au milieu du xviiie siècle, éd. E. Dziembowski, La Rochelle, 1997, p. 57-61.

16 BN, mss fr., 10479, f. 587.

17 Van Kley 1975, 1984 et 2002 ; Merrick 1990.

18 Chartier 1990, p. 149-151.

19 P. D. Écouchard, dit Le Brun, Sur l’état de décadence de la Monarchie française durant la dernière moitié du règne de Louis XV, dans Œuvres, Paris, 1811, I, p. 153-154.

20 G. F. Coyer, J. N. Moreau, Écrits sur le patriotisme, 1997, p. 41.

21 Ibid., p. 42-43.

22 Voir Pettit 2004 ; Pocock 1997 et 1998 ; Robbins 1959 ; Skinner 2001.

23 Sur les idées politiques de Coyer, voir Cheminade 1990. Rappelons ici que ce même Coyer est l’auteur en 1756 de La noblesse commerçante, ouvrage qui a fait grand bruit à sa sortie. Coyer y exhorte la noblesse à se rendre utile à la patrie en se lançant dans le négoce.

24 G. F. Coyer, J. N. Moreau, Écrits sur le patriotisme, 1997, p. 42.

25 Ibid., p. 48.

26 Le comptage effectué concerne les titres d’ouvrages figurant dans la bibliographie du siècle des Lumières publiée par Pierre M. Conlon (P. M. Conlon, Le siècle des Lumières. Bibliographie chronologique, Genève, 1983-2009, 32 vols). J’ai retenu les occurrences de termes ayant rapport avec la conscience nationale : « patrie », « patriote », « compatriote » et « patriotisme » ; « nation » et « national » et, enfin, « citoyen », en prenant soin, pour ce dernier terme, d’exclure son acception bourgeoise, comme, par exemple, dans « J. J. Rousseau, citoyen de Genève ».

27 À l’exception notable, dans ces dérivés, de « patriotisme », qui est un néologisme emprunté de l’anglais. Sa première occurrence en titre d’ouvrage date de 1750, avec la traduction par Claude de Thiard, comte de Bissy, des Letters on the Spirit of Patriotism de lord Bolingbroke.

28 Dziembowski 1998, p. 350-368 et p. 508-528.

29 Année Littéraire, 1756, VI, p. 42-44.

30 Dziembowski 1998, p. 398-405.

31 Asdrubal, ou l’Amour de la Patrie. Tragédie tirée des Décades de Tite-Live. Par E. A. F., La Haye, 1757, p. 41, acte III, scène 5.

32 François Charles Vallier, comte du Saussay, Le Citoyen, Nancy, 1759, p. VII.

33 Pour un examen détaillé de cette réforme, voir Bonnet 1998, p. 53-66 et, pour sa place dans le contexte de la guerre de Sept Ans, Dziembowski 1998, p. 414-421.

34 Antoine-Léonard Thomas, Éloge de René Duguay-Trouin, Lieutenant Général des Armées navales, Commandeur de l’Ordre royal et militaire de St. Louis. Discours qui a remporté le prix de l’Académie Françoise en 1761, Paris, 1761, p. 41-42.

35 Sur le rôle du Monitor dans la politique britannique, voir Peters 1980.

36 Coyer, Moreau, Écrits sur le patriotisme, 1997, p. 59-60.

37 Ibid., p. 70 et suiv.

38 Ibid., p. 73.

39 Charles-Pierre Colardeau, Le Patriotisme, 1762, p. 6.

40 Supplément de la gazette du 5 décembre 1761, 49, p. 604-606.

41 Lacour-Gayet 1902, p. 388-390 ; Dziembowski 1998, p. 458-462.

42 Jean-Henri Maubert de Gouvest, Lettres du Chevalier Robert Talbot, de la suite du duc de Bedford à Paris en 1762, sur la France comme elle est dans ses divers départemens avec nombre de particularités intéressantes touchant les hommes en place, Amsterdam, 1766, II, p. 122.

43 Bien que critiquable sur des points de détail, la lecture qu’a faite Jürgen Habermas de l’espace public de la France d’Ancien Régime s’avère pertinente, notamment son analyse d’une sphère publique politique de plus en plus autonome de la sphère du pouvoir public. Voir Habermas 1986.

44 Le thème des sillons ensanglantés, en particulier, est très présent dans cette poésie de fer et de feu. Un bel exemple nous en est fourni par l’Adresse à la nation anglaise de Pierre Lefebvre de Beauvray : « Et dans tes murs, au gré de ta fureur extrême/Sans cesse chaque jour te tourmentant toi-même/Va pour t’entre-détruire armer tes bataillons/Et de ton sang impur abreuver tes sillons. » (Adresse à la Nation Angloise, poème patriotique, par un citoyen, sur la guerre présente, Amsterdam, 1757, p. 11-12).

45 P. D. Écouchard, dit Le Brun, Ode aux Français sur la guerre présente, par un citoyen (1762), dans Œuvres, Paris, 1811, I, p. 222-223.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search