Version classiqueVersion mobile

Citoyenneté et éducation par la société

 | 
Guy Labarre

Première partie. De la cité à la patrie. Les discours produits par la société sur la citoyenneté

Le rôle de l’image sculptée dans la diffusion de la notion de citoyenneté en Grèce antique

Sophie Montel

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur cette abondance des images et sur leur rôle dans la société grecque, le lecteur pourra consulte (...)
  • 2 Azoulay 2016, p. 2-16.

1Comment les images occupant les différents espaces de la cité grecque pouvaient-elles participer à l’apprentissage du vivre ensemble, de la citoyenneté, par les jeunes gens ? L’omniprésence des images dans le monde grec permet-elle de comprendre le rôle de l’image sculptée dans la diffusion de la notion de citoyenneté1. Si la mise au point de Vincent Azoulay, Professeur d’histoire grecque à l’Université de Marne-la-Vallée, peut nous éclairer sur les concepts et définitions de la citoyenneté2, un très bref bilan historiographique permet de souligner la rareté de la mention conjointe des termes citoyenneté et éducation dans les ouvrages traitant de l’une ou de l’autre notion pour l’Antiquité.

2Considérons pour commencer une partie de l’introduction du volume La vie des images grecques. Sociétés de statues, rôles des artistes et notions esthétiques dans l’art grec ancien de Tonio Hölscher, figure majeure de l’archéologie classique allemande, paru en 2015. L’ouvrage reprend le contenu de cinq conférences données par l’auteur au musée du Louvre, dans le cadre de la chaire du Louvre qui invite chaque année un historien de l’art.

Les Grecs, et les Romains après eux, ont forgé au fil du temps une culture de l’image plus forte et plus intense sans doute qu’aucune autre société dans l’histoire de l’Humanité. Les habitants des cités grecques étaient entourés d’images dans tous les domaines significatifs de leur existence. Dans les lieux d’habitation privés, la plupart des objets de cette culture du quotidien très élaborée, vases et ustensiles, en étaient richement ornés ; puis vinrent s’y ajouter des sculptures de plus ou moins grande taille, des mosaïques de sol agrémentées de dessins figuratifs, puis des peintures murales. Dans les lieux publics, les temples et autres édifices cultuels étaient conçus pour abriter les images de culte des dieux et des héros ; à l’extérieur, ils étaient bien souvent décorés de reliefs aux motifs figuratifs. On trouvait par ailleurs dans les sanctuaires de nombreuses images faisant fonction d’offrandes : statues en pieds de grands format, reliefs votifs, tableaux, mais surtout figurines en bronze et en terre cuite, parfois par milliers. Sur l’agora étaient dressées des statues en pied représentant de grandes figures de vie publique, mais aussi des divinités et des héros incarnant des valeurs politiques. Le bouleutérion et les autres édifices publics, théâtres et espaces dédiés au sport, et plus tard les thermes, eux aussi, étaient ornés de représentations imagées de dieux et de héros, d’événements mythiques, de personnages importants du passé et du présent. Cette culture de l’image se retrouve avec une même densité et une même variété dans tous les grands sanctuaires au rayonnement supra-régional tels que Delphes, Olympie et Délos.

  • 3 Azoulay 2014.
  • 4 Ma 2013.
  • 5 La révision de sa thèse de doctorat (Être et paraître : les modalités de la représentation honorifi (...)
  • 6 Sur les statues d’athlètes, voir par exemple Herrmann 1988 ; Rausa 2003 ; Kaltsas 2013.

3Arrêtons-nous un instant sur les types d’images et sur les lieux évoqués par l’auteur. J’ai choisi d’exclure de cet article les images les plus évidentes, celles qui honorent les grands hommes, depuis les Tyrannoctones de l’agora d’Athènes, qui ont fait l’objet d’une analyse récente par Vincent Azoulay3, jusqu’aux hommes d’État, orateurs, philosophes et hommes de lettres dont les Grecs dressaient des effigies dans les espaces publics des cités, agora, édifices de spectacle, etc. Les statues honorifiques, bien étudiées par John Ma4 et Guillaume Biard5, jouaient certainement un rôle clé dans l’éducation à la citoyenneté puisque, précisément, elles montraient les portraits – au sens physionomique ou non – de citoyens qui s’étaient engagés corps et âme pour leur cité. Dans un tout autre registre, j’aurais pu traiter des statues d’athlètes, omniprésentes dans les sanctuaires où se déroulaient des concours, mais aussi dans les espaces publics des cités qui honoraient la mémoire des exploits sportifs de leurs jeunes gens6. Les statues d’athlètes marquaient le regard comme l’esprit de ces derniers, les incitant à adopter l’exemple de leurs prédécesseurs. Il est aisé d’imaginer le rôle joué par toutes ces images dans l’éducation à la citoyenneté, terme pris ici dans le sens d’appartenance à une communauté, la polis, des jeunes Grecs qui fréquentaient ces lieux chargés d’images lors des fêtes religieuses, en l’honneur des dieux ou des défunts, et durant leur apprentissage intellectuel comme physique.

  • 7 On mentionnera par exemple la célèbre coupe de Douris conservée à Berlin (Antikensammlung der Staat (...)
  • 8 Par exemple : pédagogue accompagnant cinq enfants (de Cyrénaïque ; Paris, musée du Louvre MN 671, i (...)

4Pour terminer ces propos liminaires, il faut encore évoquer une catégorie bien particulière, les images de l’éducation reçue par les jeunes Grecs. Elles sont particulièrement nombreuses dans la céramique à figure rouge7, qui affectionne les scènes dites de la vie quotidienne, mais on ne doit pas oublier les rares représentations sculptées de ce type de scène, et les objets de petites dimensions telles les figurines de terre cuite qui pouvaient être dédiées dans les sanctuaires ou accompagner les défunts dans leur dernière demeure8. Ces images des pratiques éducatives, comme tous les autres types d’images convoquées dans cet article, participaient de l’éducation des jeunes gens.

5Trois types d’espace organisent ma contribution qui envisage successivement les images des sanctuaires, puis des nécropoles, enfin des gymnases. J’ai sciemment laissé de côté la sphère domestique pour des raisons évidentes : c’est celle au sein de laquelle les images ont une fonction plus décorative et c’est celle pour laquelle nos connaissances sont maigres pour les époques archaïque et classique. La sphère privée est également celle qui est moins proche de notre sujet, puisque l’apprentissage de la citoyenneté se faisait pour l’essentiel en dehors de la maison.

I. Citoyenneté et éducation : dans les sanctuaires

  • 9 Les exemples avaient été réunis par Fr. Sokolowski. Voir notamment Sokolowski 1955, n° 74 (Loryma), (...)
  • 10 Prêtre 1999.
  • 11 C’est sur cette thématique que j’ai coutume de travailler depuis ma thèse de doctorat Recherches su (...)

6Durant les grandes fêtes religieuses (locales, régionales, panhelléniques, Concours Olympiques, etc.), les Grecs de tous âges avaient quantité d’images sous les yeux, principalement des offrandes faites aux divinités. L’abondance de ces images était telle qu’il fallait régulièrement nettoyer le sanctuaire et faire place pour de nouvelles offrandes. Quelques règlements religieux de l’époque hellénistique sont très clairs sur ce point ; des commissions se réunissaient pour décider du sort fait à telle ou telles offrandes9. La quantité des images dédiées a également poussé les Grecs à concevoir des dispositifs pour les exposer – ils ont été étudiés par Clarisse Prêtre par exemple10 – et des bâtiments destinés à abriter les offrandes les plus précieuses comme les statues les plus fragiles. Les inventaires déliens sont riches de renseignements à cet égard, de même qu’une analyse fine des conditions de visibilité et d’exposition des statues m’a permis de montrer ailleurs quelle importance les Anciens ont accordé à la présentation et à la préservation de leurs offrandes11.

  • 12 Des statues masculines ont été offertes à une divinité féminine, mais l’inverse l’emporte en généra (...)

7Pour prendre un exemple concret, j’aimerais revenir sur le cas des kouroi et des korai de l’époque archaïque. Ces statues de jeunes hommes nus et de jeunes filles vêtues sont fabriquées, d’abord dans les Cyclades, puis partout en Grèce, à partir de la deuxième moitié du viie siècle av. J.-C. et sont destinées à faire plaisir aux dieux – ce sont des agalmata – lorsqu’ils n’ornent pas les tombeaux des familles les plus aisées, j’y reviendrai par la suite. Ce sont des images polyvalentes qui peuvent aussi bien convenir aux mortels dans les nécropoles qu’aux dieux dans leur sanctuaire. Entre 650 et 510 av. J.-C. environ, le kouros et la korè constituent donc un type d’offrande privilégié, dans les sanctuaires des divinités masculines comme féminines12.

  • 13 Hermary 2015, en particulier note 2, p. 15 pour la bibliographie sur cette question.
  • 14 Brinkmann 2003, cat. 206 A+B, avec la bibliographie antérieure.
  • 15 Voir en dernier lieu, avec la bibliographie antérieure, P. Karanastassis dans P. C. Bol (éd.) 2002, (...)
  • 16 Duplouy 2006.
  • 17 « Nous sommes l’œuvre de Généléos. » (I. Samos, n° 653). Le passant entrant dans le sanctuaire déco (...)

8L’identité des hommes et des femmes représentés dans la sculpture archaïque a fait l’objet de récents débats et de propositions contradictoires sur lesquels Antoine Hermary est revenu lors du colloque que j’ai organisé en octobre 2014 sur la sculpture gréco-romaine en Asie Mineure13. Afin de comprendre quelle notion de citoyenneté diffusaient ces statues en ronde-bosse, il faut en effet s’interroger sur l’identité des personnages représentés. Dans l’historiographie moderne, ces statues ont successivement été considérées comme des représentations de dieux avant de tomber dans l’anonymat ; il s’agirait d’un type aux multiples significations, ces dernières dépendant notamment du contexte d’exposition. Si la plupart des kouroi et des korai étaient des agalmata non personnalisés, certaines de ces statues archaïques pouvaient cependant représenter des individus particuliers, non dans le sens d’un portrait, mais bien dans le sens premier d’une représentation. C’est le cas de Cléobis et Biton à Delphes14 ; c’est également le cas du célèbre groupe statuaire samien dit de Généléos15. Cet ensemble, érigé le long de la voie d’accès au cœur du sanctuaire d’Héra à Samos, est constitué de six figures masculines (deux) et féminines (quatre). L’emplacement le long des voies de circulations est l’un des plus courants car très efficace : quiconque entrait ou sortait du sanctuaire voyait les statues. Ces stratégies de disposition ont été évoquées, par A. Duplouy16 notamment, à propos de deux offrandes samiennes, les kouroi d’Ischès, disposés l’un à l’entrée orientale du sanctuaire, l’autre à l’angle du diptère de Rhoikos, à l’autre extrémité de la voie sacrée. Dans le groupe dit de Généléos, le dédicant – ilarchès a fait installer son groupe, vers 570-560 av. J.-C., sur une longue base rectangulaire à trois degrés. Seul le degré inférieur de la base est resté in situ, les deux degrés supérieurs ont été transportés au musée de Samos (Vathy). Les six statues de taille humaine, en marbre blanchâtre-gris à grain grossier, représentaient les membres de la famille du dédicant. Les noms des personnages sont inscrits sur les statues, tandis que le sculpteur Généléos a signé sur le manteau de la figure féminine assise17. Une figure d’homme couché introduit le groupe à droite ; il s’appuie sur des oreillers (ou une outre de vin ?) et tient un oiseau dans la main gauche, offrande commune et présente sur de nombreuses korai contemporaines du groupe ou postérieures, à Samos et ailleurs, en Grèce continentale comme en Italie du Sud. Venaient ensuite trois statues debout, des korai, statues colonnes immobiles. Une – Philippè – est conservée à Samos, ainsi que les fragments jointifs d’une deuxième, une troisième – Ornithè – se trouve à Berlin. De la cinquième figure, seul un fragment de pied a été retrouvé ; un jeune kouros est restitué. Ces quatre personnages sont probablement les enfants des dédicants. Une femme assise ferme la composition à gauche, ce doit être la mère de famille, nommée Phileia. Le sculpteur a fixé dans le marbre les âges de la vie en proposant un « portrait de famille » du donateur et de ses proches. Si l’art grec de l’époque archaïque nous révèle essentiellement des figures de kouroi et de korai debout, figées, statiques, isolées, le souci de variété et l’intérêt pour la mise en valeur des statues sont manifestes dans ce groupe votif du second quart du vie siècle av. J.-C. : les statues debout, de taille naturelle, sont encadrées par deux statues à la pose courante en Grèce de l’Est, région où les figures assises ou couchées ne sont pas rares.

  • 18 Isolé, car il est le seul groupe statuaire attesté pour la période archaïque ; rappelons que les st (...)
  • 19 D’Acunto 2008, avec la bibliographie antérieure.

9Dans cet exemple isolé18, – ilarchès a souhaité offrir à Héra une offrande monumentale et coûteuse évoquant sa famille. Les citoyens en devenir pouvaient prendre exemple sur ces hommes et ces femmes impliquées dans la gestion des affaires religieuses et, sans doute, dans la cité en général. Ces offrandes statuaires font passer à la postérité le rôle joué par les grandes familles de l’époque archaïque, des membres de l’élite des cités, qui participent sans doute à l’administration des sanctuaires – nous le supposons à partir des images, en l’absence d’inscriptions ou de textes. Les exemples des statues naxiennes de Délos vont également dans ce sens ; le nombre d’effigies naxiennes érigées dans les sanctuaires déliens dans le dernier tiers du viie siècle et au début du vie siècle avant notre ère montre le rôle joué par les citoyens de cette île dans l’administration du sanctuaire d’Apollon19.

10La plupart des statues votives de l’époque archaïque peuvent être analysées de cette façon, en tenant compte non seulement de la représentation, de l’iconographie, de l’inscription qui l’accompagne, mais aussi du contexte d’exposition. Je cite encore T. Hölscher :

  • 20 Hölscher 2015, p. 89.

Les visiteurs pouvaient observer les statues au moment des rituels. Kouroi et korai et tous les autres personnages constituaient un public idéal entourant ces espaces et marquant leur présence dans les rituels des vivants. La divinité elle-même y participait activement puisque l’on ouvrait pour elle la porte du temple, la faisant ainsi, sous la forme de son image cultuelle, assister à la procession de sa propre image cultuelle et prendre part au sacrifice. Les rituels des vivants se déroulaient sous les yeux des images et conformément aux normes de la communauté conceptuelle qui constituait la polis20.

  • 21 Le lecteur pourra consulter leur reproduction en utilisant la Base Atlas du musée du Louvre et en t (...)

11Dans les sanctuaires, bien d’autres éléments visuels pouvaient servir l’éducation à la citoyenneté, en insistant sur le vivre ensemble – pour reprendre un terme très usité aujourd’hui – et, surtout, en montrant aux fidèles visiteurs des lieux les rapports entre hommes et divinités, en illustrant le comportement à adopter. Les reliefs votifs constituent une offrande caractéristique des sanctuaires de dieux et de héros guérisseurs, ceux qui étaient les plus fréquentés, et ce pour des raisons évidentes. Peuvent être figurés la divinité seule ou ces attributs, mais la plupart des reliefs présentent les dédicants à échelle réduite d’un côté, les divinités honorées de l’autre ; les scènes de banquet héroïque sont également fréquentes. Ce type d’image prend place dans un encadrement architectural qui, en plus de délimiter le champ figuré, évoque les édifices des sanctuaires, en particulier le long côté des portiques. Trois exemples sélectionnés parmi les reliefs attiques conservés au musée du Louvre à Paris permettent d’interroger cette catégorie de représentation21. Le premier, Ma 752, figure un couple et un jeune serviteur, le second, Ma 755, un groupe de fidèles, le troisième, Ma 756, de jeunes éphèbes accompagnés de deux adultes officiels. Comment ces images pouvaient-elles servir d’exemple ? Quel rôle jouaient-elles dans l’éducation à la citoyenneté ?

  • 22 Marbre du mont Pentélique (H. : 48 cm ; L. : 61 cm). Vers 340-320 av. J.-C.
  • 23 Marbre du mont Pentélique (H. : 49 cm ; L. : 90 cm). Vers 340-320 av. J.-C.
  • 24 Sur ce relief, voir Lawton 2007, p. 44, note 18, avec la bibliographie antérieure.
  • 25 Marbre du mont Pentélique (H. : 66 cm ; L. : 111 cm). Vers 340-320 av. J.-C.
  • 26 Pironti 2005 en particulier.

12Le relief Ma 752 provient d’Éleusis et représente un sacrifice à Déméter et Perséphone-Coré22. Entre les deux pilastres latéraux qui évoquent la grande architecture, un couple accompagné d’un jeune serviteur (à gauche de l’image) s’approche d’un autel pour offrir aux divinités (à droite de l’image) un porc et des mets posés sur une corbeille. On remarquera que la silhouette des deux déesses cite deux statues célèbres représentant les deux divinités éleusiniennes ; Déméter est coiffée d’un polos et tient une phiale de la main droite, tandis que Perséphone tient de la main droite deux torches allumées. Sur le relief athénien Ma 75523, figure, à droite, un groupe de fidèles, composé d’un homme, de deux femmes, d’une petite fille, de deux serviteurs et d’une servante tenant un bébé ; ces individus s’apprêtent à sacrifier un taureau à deux divinités, disposées à gauche de la scène cette fois. Les divinités, d’une taille supérieure à celle des mortels, sont Asclépios, dieu de la Médecine, et sa fille Hygie24. Personnification de la Santé, Hygie s’appuie sur une stèle surmontée d’un disque, ensemble qui doit représenter les petits monuments consacrés aux dieux guérisseurs. Enfin, la scène du relief athénien, Ma 75625, représente les préparatifs du sacrifice d’une chèvre à une divinité. À gauche, sept éphèbes sont accompagnés de deux hommes barbus – des prêtres ou des magistrats – et d’un serviteur qui place des offrandes sur l’autel. La déesse, figurée à droite, tient un sceptre et une phiale à omphalos. Son identité n’est pas assurée ; il peut s’agir de Déméter (en raison notamment du sceptre, ici sous la forme d’une tige végétale) ; mais on ne sacrifiait généralement pas de chèvres à Déméter. Il pourrait aussi s’agir d’Aphrodite, dont l’importance pour le corps civique et militaire a été bien démontrée26. C’est sans doute avec ce troisième exemple que le lien avec la thématique abordée lors des Journées d’étude de novembre 2016 est le plus clair. Les éphèbes, à la fin de leur formation, se présentent au sanctuaire de la déesse, en groupe, sous la conduite d’adultes plus avancés qu’eux, afin d’offrir un sacrifice et, ainsi, de participer pleinement aux rites religieux qui fondent l’appartenance à la communauté, la citoyenneté. On pourrait sans doute explorer un peu plus avant cette piste en analysant d’autres images de l’éducation éphébique.

13Quittons les sanctuaires pour nous demander comment cette appartenance à la communauté était-elle mise en évidence dans les nécropoles ?

II. Citoyenneté et éducation : dans les nécropoles

14Peut-on appliquer ce même raisonnement aux images figurées dans les nécropoles ? Quel rôle jouaient les statues et les reliefs marqueurs de tombe, les semata ? Comment les citoyens se faisaient-ils représenter ? Quelles images d’eux-mêmes laissaient-ils après leur mort ?

  • 27 Sur ces grands vases, voir désormais Coulié 2013.
  • 28 Pour une synthèse sur les statues et reliefs funéraires de l’époque archaïque, voir Rolley 1994, en (...)

15À l’époque géométrique, les Grecs disposent sur leur tombe de grands vases chargés d’images liées aux rites funèbres accomplis à la maison (la prothésis) et sur le chemin vers la nécropole (l’ekphora)27. À l’époque archaïque, les riches familles attiques choisissent de disposer sur le sommet des tumuli des statues en ronde-bosse que nous avons déjà rencontrées dans les sanctuaires – des korai pour les femmes, des kouroi pour les hommes – ou bien des stèles sur lesquelles apparaissait, peint ou en relief et de profil, l’image du défunt28. Les attributs disposés dans les mains des hommes figurés en relief permettent parfois de préciser son statut et sa fonction dans la société, rôle qui peut être également joué par l’inscription qui accompagne le monument. À partir du ve siècle, ce sont des stèles plus larges qui jouent le rôle de marqueur de tombes ; y figurent de plus en plus de personnages, évoquant le cercle familial.

16Parmi les centaines de cas qui pourraient servir d’exemple à notre propos, j’ai choisi de m’intéresser aux monuments honorant la mémoire des soldats morts sur le champ de bataille. À n’en pas douter, leur image servait d’exemple aux générations de jeunes gens qui, dans le cadre des cérémonies funèbres, rendaient hommage aux défunts de leur famille ou de la patrie.

  • 29 J’ai bien conscience d’utiliser pour illustrer ma réflexion des exemples très bien connus et étudié (...)
  • 30 Rolley 1994, p. 172.

17Mon premier exemple vient d’une nécropole de dème attique ; il s’agit du kouros de Kroisos, découvert à Vari, l’ancienne Anavyssos, au sud-est d’Athènes29. La statue est conservée au musée national archéologique d’Athènes (n° 3851) et peut être datée vers 530-520 av. J.-C. Elle mesure 1,94 de hauteur et est sculptée dans le marbre de Paros. Comme la plupart des kouroi du vie siècle, Kroisos se présente debout, en position frontale, le pied gauche légèrement avancé, les bras le long du corps ; si les bras sont détachés du corps, les mains sont encore au contact du haut des cuisses. Sa coiffure est commune à d’autres statues de l’époque : les cheveux, bouclés sur le front, sont retenus par un bandeau et tombent en longues mèches tressées formant une nappe à l’arrière des épaules. Le visage présente un sourire, le sourire archaïque, typique des statues de cette période. Par rapport aux kouroi du milieu du siècle, le kouros d’Anavyssos est traité de façon beaucoup moins graphique ; on note cependant que l’arête du tibia et les arcades sourcilières sont encore très schématiques ; en revanche, le passage du plan antérieur au côté est parfaitement maîtrisé. « Les chairs très rondes sont un trait individuel.30 ».

  • 31 Il s’agissait comme souvent d’une base à deux degrés.
  • 32 Elsner 2006, p. 73-76.
  • 33 Hölscher 2015, p. 97.

18L’inscription (IG I2, 1240) sur le degré inférieur de la base31 de la statue nous donne le nom du défunt, mais aussi les circonstances de sa mort. L’épigramme de quatre lignes nous dit « Arrête-toi et pleure devant la tombe de Kroisos qui est mort, tué par Arès sauvage alors qu’il combattait en première ligne. ». Sans cette inscription, impossible de connaître l’identité du défunt et sa qualité de soldat mort sur le champ de bataille. Dans ces monuments des nécropoles de l’époque archaïque, le texte et l’image fonctionnent ensemble pour donner à voir aux passants, et donc aux citoyens en devenir, des exemples à suivre. La nécropole fonctionne comme un lieu de mémoire pour toute la communauté, comme nos cimetières contemporains, en particulier ceux liés aux deux grands conflits mondiaux du 20e siècle. Il faut noter, comme l’a fait Jás Elsner32, la façon dont l’inscription sur la base de Kroisos s’adresse aux passants, ce qui nous permet d’affirmer l’importance du texte au côté de ces images qui participent à l’éducation à la citoyenneté, mais qui avaient également, bien sûr, d’autres missions dans la cité. « Pour les voyageurs qui, aux abords des villes, se trouvaient soudain confrontés aux statues funéraires, ces portraits devaient constituer une réalité très forte, une vraie présence. »33.

19Mon deuxième exemple est un autre cas célèbre, celui du jeune cavalier Dexiléos, tombé près de Corinthe en 394/393 av. J.-C. Ce jeune Grec est honoré à deux endroits de la nécropole du Céramique d’Athènes : dans l’enclos familial, par un monument privé, et dans le dèmosion sèma (entre la porte du Dipylon et l’Académie), par un monument public. Dexiléos est enterré dans une sépulture collective, un polyandrion ; son nom est mentionné sur la stèle à anthemion des cavaliers tombés au cours de cet engagement non loin de Corinthe (IG II2, 5222, Athènes, MNA 754). Le couronnement de la stèle collective est orné d’une scène de bataille réunissant des soldats, à gauche, et un cavalier, à droite (IG II2, 5221, Athènes, MNA 2744). Dans l’enclos familial, pas de dépouille, mais la présence du cénotaphe est indiquée par une très belle stèle représentant un cavalier, dont le cheval se cabre au-dessus du corps d’un soldat à terre. Le relief, en marbre du Pentélique, conservé à Athènes, au musée du Céramique (P 1130), était disposé sur une haute base curviligne, dont la forme s’adapte à la position du monument à l’angle de deux rues de la nécropole (hauteur avec la base curviligne inscrite : 1,75 m ; largeur 1,35 m). On lit sur ce haut socle (IG II2, 6217) : « Dexiléos, fils de Lysanias, du dème de Thorikos. Il naquit sous l’archontat de Teisandros. Il mourut sous celui d’Eubolidès. L’un des cinq cavaliers [tombés] à Corinthe. ». Lysanias a donc dressé, dans l’enclos familial, un monument à la mémoire de son fils enterré non loin de là avec ses camarades morts sur le champ de bataille. La composition, qui occupe la diagonale du relief, souligne la victoire du jeune cavalier, qui doit représenter Dexiléos, sur le jeune (Corinthien sans doute) tombé à terre. La position du cénotaphe et la forme du support – éléments qui assurent une bonne visibilité du monument – tout autant que la stèle elle-même, légèrement concave, participent au succès de ce relief. On comprend combien ce type d’images et les centaines d’autres présentes dans la nécropole pouvaient marquer l’esprit des plus jeunes parmi les citoyens en devenir.

  • 34 Clairmont 1970, p. 41-71 ; Clairmont 1983.
  • 35 Hölscher 2015, p. 91.

20Selon Chr. W. Clairmont34, il est possible que ce soit la cérémonie publique du dèmosion sèma, instituée dans les années 430 av. J.-C. au début de la guerre de Péloponnèse, qui ait poussé les Athéniens à commander de nouveau des stèles pour marquer l’emplacement de la tombe des défunts de leur famille. En effet la production de ces stèles à relief s’était interrompue à la fin du vie siècle et a repris vers 440-430 av. J.-C. Le monument de Dexiléos, daté vers 390 av. J.-C., appartient à une phase durant laquelle les stèles funéraires s’élargissent pour accueillir de plus en plus de personnages. Ces semata, dressés sur les murs des enclos familiaux, constituaient des galeries de portraits qui s’offraient au regard des passants et des citoyens venus rendre hommage aux défunts de leur famille. Comme le souligne T. Hölscher, « Les ancêtres défunts avaient une présence forte dans la vie sociale en tant qu’ancêtres fondant la généalogie et instituant, à ce titre, le rang social et la place de leurs descendants vivants ; modèles de comportement normatif orientant les vivants dans leur existence ; êtres puissants qu’il fallait satisfaire en leur rendant les honneurs du culte. »35.

  • 36 Sur la place et le sens des inscriptions dans la peinture de vase et sur les interactions entre tex (...)

21Rappelons encore une fois que les monuments funéraires rapidement analysés ici n’auraient pu l’être sans l’inscription qui les accompagnait. Images et textes partageaient une même fonction dans la société36.

III. Citoyenneté et éducation : dans les gymnases

22Le dernier endroit que je souhaite évoquer est sans doute celui dans lequel les relations entre les images peintes ou sculptées et l’apprentissage de la citoyenneté étaient les plus évidentes. Le gymnase, fréquenté par les jeunes adultes en devenir, était un lieu chargé d’images et d’epiphanestatoi topoi recherchés pour l’installation de statues.

  • 37 Delorme 1960. La documentation archéologique s’est considérablement enrichie depuis le volume de De (...)
  • 38 Moretti 1997 et Jacquemin 1981.

23La synthèse de Jean Delorme, parue en 196037, et les articles plus récents de Jean-Charles Moretti et Anne Jacquemin38 sur l’identification du gymnase de Délos et sur les offrandes qui l’ornaient permettent de proposer quelques éléments à notre réflexion. Pour Délos, Anne Jacquemin a dressé la liste des différents types de donateurs connus par l’inventaire de Kallistratos, au iie siècle av. J.-C., tandis que Jean-Charles Moretti a proposé une nouvelle lecture de cet inventaire après l’identification du gymnase des inscriptions de Délos avec la palestre du Lac (GD 67).

  • 39 Sur le gymnase hellénistique, voir désormais Kah, Scholz 2004, en particulier, pour notre sujet, le (...)

24Le gymnase, dans le monde grec, et en particulier à l’époque hellénistique, est un établissement athlétique, une institution intellectuelle, un centre religieux et civique39. Lieu par excellence de confrontation entre les jeunes et leurs maîtres, lieu d’éducation et d’apprentissage de la citoyenneté. Quelles étaient les images que les jeunes gens avaient sous les yeux dans les espaces du gymnase ?

  • 40 Je m’appuie sur le chapitre XIII de Delorme 1960, consacré à la décoration des gymnases.

25Dans ces édifices, certaines pièces plus que d’autres attiraient les consécrations des jeunes gens, des vainqueurs aux concours sportifs et des magistrats. Jean Delorme a montré que les espaces en plein air comme les espaces couverts étaient remplis d’images40. Il pouvait y avoir des statues devant la porte principale, dans la cour centrale, au centre des colonnades, dans la salle la plus importante, l’exèdre centrale par exemple, qui accueillait les activités liées à l’enseignement. Les galeries des portiques, les entrecolonnements en particulier, les palestres, les oikoi, le xyste – piste d’entraînement couverte, toutes les salles sont concernées, les vestiges archéologiques comme les inscriptions le montrent. La cour pouvait également accueillir des statues, disposées au ras du stylobate, l’assise porte-colonnes, afin de ne pas empiéter sur l’espace et d’entraver les exercices physiques. Les espaces verts et la piste de course à ciel ouvert, la paradromis, pouvaient également être ornés de statues.

26Jean Delorme a montré que sculpture et peinture ornaient les pièces, mais nous avons conservé peu de traces des décors peints. En ce qui concerne la sculpture, les athlètes et les vainqueurs aux concours panhelléniques étaient les statues les plus répandues. Mais on voyait également des orateurs, des monarques, des évergètes – certains d’entre eux avaient participé au financement de la construction de l’établissement – et des magistrats. Les effigies pouvaient être en marbre et en bronze, ce dernier matériau étant le plus fréquemment employé pour les statues honorifiques ; elles pouvaient être grandeur nature ou de petites dimensions, statues et statuettes voisinaient donc. Enfin, Jean Delorme rappelle que certaines œuvres des gymnases étaient dues à de très grands maîtres. Pour la peinture, on note sans étonnement la présence de portraits des mêmes catégories de personnages ; les portraits pouvaient être peints sur différents supports, y compris des boucliers et des plaques de bronze. Pour les autres peintures évoquées dans les inscriptions, il est parfois difficile de savoir s’il s’agissait de tableaux mobiles, sur bois, ou de fresques décorant les parois des salles du gymnase. À Délos, l’établissement connu sous le nom de palestre du Lac (GD 67), identifié comme le gymnase des inscriptions déliennes, était orné d’une course de biges montés par des victoires ailées ; une scène semblable a été découverte dans la Palestre de Granit. La scène avait trait aux activités sportives du lieu, composante essentielle de l’éducation des jeunes Grecs, mieux connue car mieux documentée pour les éphèbes à l’époque hellénistique.

27L’analyse des élévations partiellement conservées dans certains établissements a permis de montrer que des niches ménagées dans les parois, dans l’épaisseur des murs, accueillaient des offrandes, des Hermès et des torches de bronze. Pour avoir en tête une image précise de ces établissements, il faut enfin souligner l’importance du décor peint non figuré, des pavements, des mosaïques, des bancs de marbre et d’autres éléments de mobilier tels les horloges, cadran solaire ou horloge à eau, sans que cette dernière catégorie ait un quelconque lien avec notre réflexion sur la citoyenneté.

28Les offrandes connues par les inscriptions et les inventaires sont de nature variées : statues, statuettes, torches de bronze (liées aux lampadédromies), vases de métal, hydrie, amphore, petits animaux, tableaux votifs, vases, vasques, chaudrons et divers ustensiles. La liste montre la parenté des types d’offrandes faites dans les gymnases avec celles faites dans les sanctuaires. Les divinités protectrices du gymnase pouvaient en être les destinataires. Cette liste témoigne également de l’importance de l’image dans les établissements fréquentés par les citoyens en devenir, mais je ne crois pas pouvoir dépasser ce constat. Comme dans les sanctuaires et les nécropoles, il faut souligner l’importance du texte au côté de l’image. Les inscriptions, qui accompagnaient ces offrandes et identifiaient le dédicant, participaient autant que le sujet figuré à l’édification des jeunes gens.

Conclusion

  • 41 Legras 2002.

29Il est sans doute difficile de répondre précisément à la question que je m’étais proposé de traiter : quel est le rôle joué par l’image sculptée dans l’éducation à la citoyenneté ? J’ai montré qu’il fallait évidemment différencier les périodes et les lieux, puisque la définition du citoyen et les modalités de l’éducation variaient énormément, comme l’a bien souligné Bernard Legras, par exemple, dans sa synthèse Éducation et culture dans le monde grec41. L’importance numérique des images sculptées, statuettes, statues et reliefs, dans les espaces publics, dans les nécropoles, dans les sanctuaires, dans les gymnases participait à l’éducation à la citoyenneté. Ces images montraient en effet comment les hommes, ceux du passé comme les contemporains, investissaient leur cité et comment il fallait se comporter pour être un bon citoyen : honorer les divinités, célébrer la mémoire des défunts et des grands hommes en respectant les codes de sa communauté.

Bibliographie

Bibliographie

D’Acunto M. (2008), « La fonction de la plus ancienne sculpture naxienne à Délos et la comparaison avec les productions crétoises dédaliques : sur les débuts de la sculpture monumentale en Grèce », dans Y. Kourayos, Fr. Prost (éds), La sculpture des Cyclades à l’époque archaïque. Histoire des ateliers, rayonnement des styles, Actes du Colloque international organisé par l’Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques des Cyclades et l’École française d’Athènes (7-9 sept. 1998), Athènes, p. 133-182.

Azoulay V. (2016), Athènes. Citoyenneté et démocratie au ve siècle avant J.-C., Paris, La documentation française.

Azoulay V. (2014), Les Tyrannicides d’Athènes. Vie et mort de deux statues, Paris, Seuil.

Biard G. (2017), La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique, Athènes, ÉfA (Befar 376).

Bol P. C. (éd.) (2002), Die Geschichte der antiken Bildhauerkunst, I, Frühgriechische Plastik, Mayence, Philipp von Zabern.

Brinkmann V. (2003), Die Polychromie der archaischen und frühklassischen Skulptur, Munich, Biering & Brinkmann.

Clairmont Chr. W. (1983), Patrios Nomos. Public Burial during the Fifth and the Fourth Centuries B.C., BAR International Series, Oxford.

Clairmont Chr. W. (1970), Gravestone and Epigram : Greek Memorials from the Archaic and Classical Period, Mayence, Philipp von Zabern.

Coulié A. (2013), La céramique grecque aux époques géométrique et orientalisante (xievie siècle av. J.-C.), Paris, Picard & Epona.

Delorme J. (1960), Gymnasion : Étude sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce (des origines à l’Empire romain), Paris, E. de Boccard.

Duplouy A. (2006), « L’atelier du kouros d’Ischès. Observations sur l’organisation de la production statuaire en Ionie archaïque », REA, 108, n° 1, p. 249-269.

Elsner J. (2006), « Reflections on the “Greek Revolution” in Art : from Changes in Viewing to the Transformation of Subjectivity », in S. Goldhill, R. Osborne, Rethinking Revolutions through Ancient Greece, Cambridge, Cambridge University Press, p. 68-95.

Grossman J. B. (2013), « The Study of Attic Funerary Sculpture », in J. B. Grossman, Funerary Sculpture, The Athenian Agora XXXV, Princeton, ASCSA, p. 1-8.

Herrmann H.-V. (1988), « Die Siegerstatuen von Olympia : schriftliche Überlieferung und archäologischer Befund », Nikephoros, I, p. 119-183.

Hermary A. (2015), « Kouroi et korai de Grèce de l’Est : questions d’interprétation », dans S. Montel, La sculpture gréco-romaine en Asie Mineure. Synthèse et recherches récentes, Besançon, PUFC, p. 15-26.

Hölscher T. (2015), La vie des images grecques. Sociétés de statues, rôles des artistes et notions esthétiques dans l’art grec ancien, Paris, Hazan.

Jacquemin A. (1981), « Notes sur quelques offrandes du gymnase de Délos », Bulletin de correspondance hellénique, 105/1, p. 155-169.

Kah D., Scholz P. (éds) (2004), Das hellenistische Gymnasion, Berlin, Akademie Verlag.

Kaltsas N. (2013), « The Human Image and Sport », in Olympics : Past and Present, Munich, Qatar Olympic & Sports Museum, p. 139-144.

La Cité des images (1984), Institut d’archéologie et d’histoire ancienne (Lausanne), La Cité des images : religion et société en Grèce antique, Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes, Paris, F. Nathan.

Lawton C. L. (2007), « Children in Classical Attic Votive Reliefs », in A. Cohen, J. B. Rutter (éds), Construction of Childhood in Ancient Greece and Italy, Athens, ASCSA (Hesperia Supplement, 41), p. 41-60.

Legras B. (2002), Éducation et culture dans le monde grec : viiie siècle av. J-C. - ive siècle ap. J.-C., Paris, A. Colin.

Ma J. (2013), Statues and Cities. Honorific Portraits and Civic Identity in the Hellenistic World, Oxford, Oxford University Press.

Moretti J.-Ch. (1997), « Les inventaires du gymnase de Délos », Bulletin de correspondance hellénique, 121, p. 125-152.

Pironti G. (2005), « Aphrodite dans le domaine d’Arès », Kernos, 18, p. 167-184.

Prêtre C. (1999), « Le matériel votif à Délos. Exposition et conservation », Bulletin de correspondance hellénique, 123, p. 389-396.

Rausa F. (2003), « Glie roi sul piedistallo », in Nike. Il Gioco e la Vittoria, Roma, Ministero per i Beni e le Attività Culturali, Electa, p. 75-83.

Rolley Cl. (1994), La sculpture grecque, 1, Des origines au milieu du ve siècle, Paris, Picard.

Sokolowski Fr. (1969), Lois sacrées des cités grecques, Paris, De Boccard.

Sokolowski Fr. (1962), Lois sacrées des cités grecques, Supplément, Paris, De Boccard.

Sokolowski Fr. (1955), Lois sacrées d’Asie Mineure, Paris, De Boccard.

Yatromanolakis D. (2016), Ancient Greek Vase-Inscriptions and Vase-Paintings, Oxford, Archaeopress.

Notes

1 Sur cette abondance des images et sur leur rôle dans la société grecque, le lecteur pourra consulter en particulier deux références adaptées à notre problématique : Hölscher 2015 et La Cité des images 1984.

2 Azoulay 2016, p. 2-16.

3 Azoulay 2014.

4 Ma 2013.

5 La révision de sa thèse de doctorat (Être et paraître : les modalités de la représentation honorifique dans les cités grecques des origines à la fin de l’époque hellénistique, Paris Ouest, 2012, dir. B. Holtzmann) a paru récemment : Biard 2017.

6 Sur les statues d’athlètes, voir par exemple Herrmann 1988 ; Rausa 2003 ; Kaltsas 2013.

7 On mentionnera par exemple la célèbre coupe de Douris conservée à Berlin (Antikensammlung der Staatlichen Museen, F 2285), vers 480 av. J.-C., sur laquelle apparaissent des leçons de musique (lyre, aulos), de lecture, de récitation, de poésie (adresse à une Muse), ou encore d’écriture.

8 Par exemple : pédagogue accompagnant cinq enfants (de Cyrénaïque ; Paris, musée du Louvre MN 671, iie siècle av. J.-C.) ; pédagogue apprenant à lire à un enfant (de Myrina ; Paris, musée du Louvre Myr 287, début du iie siècle av. J.-C.).

9 Les exemples avaient été réunis par Fr. Sokolowski. Voir notamment Sokolowski 1955, n° 74 (Loryma), Sokolowski 1962, n° 107 (Rhodes) : à Loryma, les ex-voto ne peuvent être disposés sans autorisation du prêtre (l. 8-10) ; à Rhodes, on légifère sur une partie déterminée du sanctuaire dans laquelle les statues et autres offrandes pourraient gêner le passage. Voir aussi Sokolowski 1969, n° 41 et 42, 70 sur la refonte d’objets en métal.

10 Prêtre 1999.

11 C’est sur cette thématique que j’ai coutume de travailler depuis ma thèse de doctorat Recherches sur la présentation architecturale des groupes sculptés en Grèce antique (soutenue à Paris Ouest Nanterre en 2008, dir. B. Holtzmann) dans laquelle j’ai mis en évidence l’apparition de véritables écrins pour les statues, dans les grands sanctuaires et sur les places publiques du monde grec.

12 Des statues masculines ont été offertes à une divinité féminine, mais l’inverse l’emporte en général.

13 Hermary 2015, en particulier note 2, p. 15 pour la bibliographie sur cette question.

14 Brinkmann 2003, cat. 206 A+B, avec la bibliographie antérieure.

15 Voir en dernier lieu, avec la bibliographie antérieure, P. Karanastassis dans P. C. Bol (éd.) 2002, p. 186-188.

16 Duplouy 2006.

17 « Nous sommes l’œuvre de Généléos. » (I. Samos, n° 653). Le passant entrant dans le sanctuaire découvrait l’inscription après avoir vu la composition d’ensemble.

18 Isolé, car il est le seul groupe statuaire attesté pour la période archaïque ; rappelons que les statues isolées dominent dans les consécrations sculptées de l’Antiquité grecque.

19 D’Acunto 2008, avec la bibliographie antérieure.

20 Hölscher 2015, p. 89.

21 Le lecteur pourra consulter leur reproduction en utilisant la Base Atlas du musée du Louvre et en tapant les numéros d’inventaire ici reproduits dans le moteur de recherche.

22 Marbre du mont Pentélique (H. : 48 cm ; L. : 61 cm). Vers 340-320 av. J.-C.

23 Marbre du mont Pentélique (H. : 49 cm ; L. : 90 cm). Vers 340-320 av. J.-C.

24 Sur ce relief, voir Lawton 2007, p. 44, note 18, avec la bibliographie antérieure.

25 Marbre du mont Pentélique (H. : 66 cm ; L. : 111 cm). Vers 340-320 av. J.-C.

26 Pironti 2005 en particulier.

27 Sur ces grands vases, voir désormais Coulié 2013.

28 Pour une synthèse sur les statues et reliefs funéraires de l’époque archaïque, voir Rolley 1994, en particulier p. 233-242, avec la bibliographie antérieure ; voir aussi Grossman 2013 pour un bilan sur l’Attique.

29 J’ai bien conscience d’utiliser pour illustrer ma réflexion des exemples très bien connus et étudiés, mais le kouros d’Anavyssos est particulièrement intéressant car il a été mis au jour dans son contexte d’origine, une nécropole de dème, et parce que la base inscrite a été découverte également.

30 Rolley 1994, p. 172.

31 Il s’agissait comme souvent d’une base à deux degrés.

32 Elsner 2006, p. 73-76.

33 Hölscher 2015, p. 97.

34 Clairmont 1970, p. 41-71 ; Clairmont 1983.

35 Hölscher 2015, p. 91.

36 Sur la place et le sens des inscriptions dans la peinture de vase et sur les interactions entre texte et images, voir le tout récent ouvrage d’Yatromanolakis 2016.

37 Delorme 1960. La documentation archéologique s’est considérablement enrichie depuis le volume de Delorme, mais aucune synthèse prenant en compte comme il le faisait architecture, décor et éléments mobiliers ne le remplace pour le moment.

38 Moretti 1997 et Jacquemin 1981.

39 Sur le gymnase hellénistique, voir désormais Kah, Scholz 2004, en particulier, pour notre sujet, le chapitre IV consacré à l’équipement et au décor du gymnase.

40 Je m’appuie sur le chapitre XIII de Delorme 1960, consacré à la décoration des gymnases.

41 Legras 2002.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search