Version classiqueVersion mobile

Citoyenneté et éducation par la société

 | 
Guy Labarre

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent ouvrage est issu de journées d’études qui se sont tenues à Besançon les 8-9 novembre 2016. Elles succèdent à une première série qui a donné lieu à une publication sous la direction de Julien Pasteur et de Carole Widmaier, L’éducation à la citoyenneté, Actes des journées d’étude des 5 et 6 novembre 2015, parue aux Presses universitaires de Franche-Comté en 2018. Ce premier opus avait pour but d’interroger la notion de citoyen, son contenu, son évolution, ses réalités multiples, l’élaboration du concept dans les moments charnières de l’histoire et sa diffusion en particulier dans le cadre institutionnel éducatif. Prolongeant cette réflexion, les journées d’étude de 2016 ont voulu traiter des rapports entre citoyenneté et éducation en explorant le rôle joué par la société. Trois axes de réflexion ont été dégagés qui se retrouvent dans les trois parties de cet ouvrage.

2Le premier aborde la question des discours produits par la société elle-même sur la citoyenneté. Il chercher à répondre à un certain nombre d’interrogations : quelle a été la force de l’idéologie civique dans les sociétés au cours de leur histoire ? Quels sont les moments où cette idéologie s’est exprimée clairement et quelles sont les manières et les moyens de la promouvoir ? Quelles sont les valeurs fondamentales véhiculées ?

3Le deuxième s’interroge, en dehors de l’institution éducative, sur la diffusion de la notion de citoyenneté dans la société. Quels sont les acteurs et les médias assurant cette diffusion, leurs rôles et leurs moyens ? Quelle tolérance la société peut-elle afficher si les débats et la liberté d’expression débouchent sur une critique et une remise en cause de l’idéologie civique ? Il s’agit dans cette réflexion de cerner la dimension, pas seulement politique, mais sociale de la citoyenneté et de pointer ce qui, dans l’éducation par la société, peut échapper à la citoyenneté, voire lui est contraire.

4Le troisième prolonge cette dernière question en interrogeant la notion de « crise de citoyenneté ». À partir de quel moment les sociétés identifient-elles ce type de crise ? Comment les nomment-elles et les décrivent-elles ? Quelles réponses cherchent-elles à lui donner ?

5Éducateur ou simple citoyen, ces réflexions nous interpellent particulièrement dans le contexte actuel des débats publics où dominent des questions de nationalité et d’identité nationale focalisées sur l’appartenance au groupe et sur l’origine, mais aussi des questions sociales qui fragilisent ce que l’on appelle le « vivre ensemble ». Les remises en cause qu’elles génèrent, par leur contenu et leur manière, interrogent les dirigeants et la société tant sur ses inégalités que sur la participation civique.

6Il faut donc remercier les intervenants qui ont participé à ces journées d’étude et contribué au débat, mais également l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de Franche-Comté (ESPE) et sa directrice C. Caille, la FR-EDUC et son directeur D. Pasco, pour l’accueil, les encouragements et les moyens mis à notre disposition, sans oublier l’ensemble des collègues de l’ESPE, de l’Université et du Rectorat qui ont soutenu notre action, ainsi que J.-P. Barrière, Directeur des Presses universitaires de Franche-Comté, Sophie Lorioz et Renald Cuzacq qui ont contribué à la réalisation de cet ouvrage.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search