Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et médecine

 | 
Marie Miguet-Ollagnie
, 
Philippe Baron

Préface

Marie Miguet-Ollagnier

Texte intégral

1Dans un souci de pluridisciplinarité, ou tout au moins d'ouverture à des réalités intéressant vitalement tous les lecteurs, le séminaire de D.E.A. de littératures de la faculté des lettres de Besançon a réuni pendant deux ans des chercheurs autour du thème : littérature et médecine. Dans une perspective comparatiste les grandes littératures européennes ont eu leur place : des auteurs espagnols, russes, anglais, allemands ont été étudiés à côté des écrivains français. Avec Aristophane les sources grecques du comique n'ont pas été oubliées. Des genres littéraires variés ont été pris en considération : le journalisme, l'autobiographie, les mémoires, les fictions dramatiques ou romanesques, le genre réaliste et le genre fantastique, les écrits philosophiques – ceux de Diderot – les ouvrages de vulgarisation scientifique – ceux du docteur Adrien Proust–. Certains écrivains ont une expérience personnelle de la maladie pour en avoir durement éprouvé les effets sur eux-mêmes (Molière, Alphonse Daudet), pour avoir eu un père médecin (Flaubert, Proust) ou officier de santé (Mirbeau). Certains écrivains ont nourri leurs œuvres de leur activité professionnelle de médecin : Rabelais, Jung-Stilling, Weikard, Tchékhov, Reverzy.

2Le plus souvent c'est la littérature qui, notamment dans des œuvres dramatiques ou romanesques, a porté un jugement sur la médecine. Mais des médecins se sont joints aussi aux spécialistes de littérature pour apprécier par exemple les signes cliniques d'une maladie – la syphilis – vécue et analysée par un écrivain, Alphonse Daudet. Nous avons eu également le témoignage intéressant de deux psychiatres portant un regard éclairé par la psychanalyse sur les fictions d'Aristophane et celles de Rabelais – accessoirement aussi sur l'œuvre de Hugo, ce qui ne doit pas nous étonner, l'auteur romantique ayant porté très haut le génie grotesque de ses deux prédécesseurs.

3Selon J.-P. Marnier et M.-P. Barbaret, Aristophane et Rabelais ont écrit dans des périodes d'insécurité (décadence d'Athènes dans le premier cas, dépression marquant la fin du Moyen Age dans le second) et ils se sont défendus de ce climat en se mettant magiquement à l'abri du danger de la mort par le recours au rêve, à la folie, au gigantisme. C’est ce que les spécialistes appellent une "défense maniaque", prenant l'apparence du triomphe. Cette approche critique, sans jamais dénier la qualité littéraire des œuvres regardées, mêle l'analyse psychanalytique et celle de la sociocritique, utilisant notamment les travaux de Bakhtine qui a insisté sur l'héritage carnavalesque perceptible dans l'œuvre de Rabelais. Lucile Garbagnati décèle encore un tel héritage dans L'Épidémie d'Octave Mirbeau : la farce médiévale et l'esthétique grotesque se retrouvent dans cette comédie de 1898. Lucile Garbagnati connaît cette pièce pour l'avoir replacée dans l'œuvre de Mirbeau et les polémiques médicales de l'époque, et pour en avoir assuré la mise en scène dans le cadre du théâtre universitaire de Besançon.

4L'étude d'Hervé Baudry nous invite elle aussi à considérer l'héritage médiéval dans la théâtralisation de la médecine que nous présente la tétralogie de Molière consacrée à ce sujet : il s'agit moins selon le critique, de faire une satire de cette pratique que de créer par la farce un état d'euphorie. Le public de Molière est en effet le public de la farce même lorsque le roi assiste aux représentations : il ne vient pas chercher au théâtre un savoir sur la médecine mais il a une prédilection pour des scènes privilégiant le système de l’échange. D'où le choix, efficace, du clystère. Le discours médical que met en scène Molière ressortit, comme celui d'Aristophane et de Rabelais, à l'imaginaire maniaque tel qu'il a été analysé par les spécialistes précédemment mentionnés. C’est d’abord pour l'auteur une catharsis à usage personnel. Hervé Baudry remarque le caractère privilégié, dans la tétralogie médicale de Molière, de la comédie ballet, véritable "danse contre la mort". Il met aussi en lumière les rapports de l'érotisme et de la médecine et il repère les motifs du refoulé : analité, homosexualité.

5Bien différente est l'analyse qu'on trouve dans les Mémoires du XVIIe siècle. Ceux de Madame de Motteville qu'étudie Wendy Perkins, permettent de voir que pour cet auteur le corps n'est pas une réalité incontournable et unique. Le mal physique peut procéder d'un état mental. Dieu intervient dans les guérisons, notamment quand la personne du roi est enjeu. Les conséquences politiques des maladies sont envisagées. Plus qu’historien l'auteur de Mémoires se veut moraliste.

6Avec le siècle des Lumières tantôt le regard des écrivains sur la médecine s'écarte des enseignements officiels des églises, tantôt il se laïcise. La première tendance étudiée par Marita Gilli est présente dans l'autobiographie de Jung-Stilling, auteur touché par le mouvement piétiste, refusant d'admettre des intermédiaires entre la Providence et l'homme. La pratique de ce médecin essentiellement oculiste (il a mené à bien un grand nombre d’opérations de la cataracte), est directement en rapport avec son idéologie : il veut la lumière physique et la lumière divine pour lui comme pour ses malades.

7A l'inverse, élevé par les Jésuites, le médecin philosophe Weikard est, à la fin du XVIIIe siècle, un virulent détracteur de ses maîtres. Daniel Minary montre que chez lui, seuls sont pris en considération les stimuli extérieurs, les nerfs, les muscles. Il n'est pas question des forces vitales immatérielles dont parlent ses contemporains. Le philosophe s'engage à la fois dans des écrits intellectuels et dans des textes destinés à un lectorat populaire.

8Si Diderot à la même époque, s'est intéressé à la médecine, comme l'explique France Marchai, ce n'est pas en tant que praticien comme Weikard ou Jung-Stilling, mais c'est d'abord en tant que traducteur, dès 1743, du Dictionnaire de médecine de Robert James. Par la suite, il parfait sa formation dans ce domaine. A la différence de Weikard, il n'a pas pour seul intérêt le corps, il voudrait soigner la mélancolie. Auteur de La Religieuse, il fait entendre un point de vue médical sur des dérives mystiques et sadiques.

9L'œuvre de Diderot, mi-philosophique, mi-fictionnelle, nous achemine vers le XIXe siècle où le genre romanesque se fait souvent le porte-parole de l’écrivain dans le domaine des idées médicales. C'est le cas avec Le Médecin de campagne de Balzac, Madame Bovary de Flaubert, Middlemarch de George Eliot, plusieurs récits de Tchékhov et avec la littérature fantastique. Le médecin a, comme l'explique Pierre Laforgue, un regard privilégié sur le monde, l'univers familial. Il n’est donc guère de roman qui, au dix-neuvième siècle, ne lui fasse place. Toutefois l’unique roman balzacien où un médecin a un rôle prépondérant, choisit de nous présenter un praticien, Bénassis, ayant essentiellement une idéologie politique. Chargé de la fonction de maire, il a toute liberté pour faire régner l'ordre social dont rêve Balzac. Le risque est alors de faire une œuvre à thèse. Pour que le roman n'apparaisse pas trop didactique, Balzac installe en face de son héros une "conscience souffrante" qui tend à transformer la fiction en élégie.

10Le roman de Flaubert Madame Bovary tourne pour sa part, comme l'explique Luce Czyba, au "grotesque triste". Si les réalités médicales restent au second plan chez Balzac, elles intéressent au contraire passionnément un écrivain fils de médecin. Ce roman, par un personnel hiérarchisé, nous fait évoluer entre le charlatan Homais, l'officier de santé Charles, et les possesseurs vrais ou supposés du savoir médical. D'une galerie peinte avec ironie se détache un médecin discret et intelligent, occasion pour Flaubert de rendre hommage à son père tout en faisant du praticien le modèle d'écrivain qu'il se propose. Car pour Flaubert comme pour Tchékhov, selon l'explication apportée par Serge Rolet, il y a de la médecine à l'écriture une continuité d'activité. Aux yeux de Tchékhov, l’écrivain se doit de penser médicalement dans ses œuvres de fiction, d’individualiser les cas qu'il traite.

11Dans Middlemarch de George Eliot, romancière autodidacte étudiée par Marie-Claire Hamard, on rencontre une esthétique proche de celle de Zola et s'inspirant de la méthode expérimentale pratiquée par Claude Bernard. L'histoire du praticien Lydgate est un moyen pour mener une enquête sociologique en vue de laquelle de nombreux documents ont été rassemblés : le héros échoue parce qu'il évolue dans un milieu provincial hostile à tout changement. Car au dix-neuvième siècle, si la science progresse, l'idéologie freine parfois son application. Même un éminent savant comme le docteur Adrien Proust est un peu réticent devant le transformisme et professe sur les races des idées inspirées par des croyances traditionnelles (dont le comte de Gobineau s'était fait l'écho) plus que par l’observation objective. Ces croyances ont leur beauté qui a pu séduire Marcel Proust, admiratif devant la persistance de types ethniques : la forte race de Swann, la francité élégante de Saint-Loup.

12Depuis le Frankenstein de Mary Shelley, les fictions fantastiques étudiées par Florent Montaclair, tout en ayant une connaissance fort précise des techniques scientifiques du dix-neuvième siècle, peuvent pour leur part se permettre de décoller du réel. Le médecin mis en scène par ces écrivains hérite souvent de conceptions romantiques, c'est un surhomme. Il engendre admiration et crainte chez les auteurs qui le mettent en scène et dont l'œuvre demande que soit à l’avenir établie une déontologie médicale.

13A la fin du siècle dernier il n'y a pas de consensus à propos de la médecine. Tandis qu'un journaliste espagnol nourri de darwinisme met son espoir en elle, voit dans sa vulgarisation, comme l'explique Claire-Nicolle Robin, une possible amélioration de la condition féminine, Alphonse Daudet ne peut que constater le progrès sur lui du tabes et sa dépendance progressive vis-à-vis de la morphine. Le docteur Mavel remarque la justesse clinique des observations de l'écrivain. Sans doute, sous l'influence de Pasteur, l'hygiène gagne-t-elle du terrain. Des spécialistes d’hygiène comme le docteur Adrien Proust plaident parfois efficacement sur le plan international mais la comédie de Mirbeau, L'Épidémie, signale à la fois les réticences politiques devant cette discipline et ses progrès.

14Au XXe siècle, d’après le critique Todorov, la littérature fantastique n'a plus guère de représentants. Mais selon Philippe Baron, dans les romans de Jean Reverzy, le fantastique pénètre le quotidien – ce quotidien qui a constitué l'expérience propre d'un médecin de quartier lyonnais. Les immenses couloirs d'hôpitaux-labyrinthes sont de nature à créer l'angoisse. Le rituel de la vie hospitalière avec son culte du grand patron à la tête d’un cortège, sont l'occasion de descriptions acérées de Reverzy. Pourtant le médecin et son immense fatigue sont aussi objet de compassion. S'il n'opère pas de guérison, il a du moins une tâche essentielle : être un passeur vers la mort, une mort que l'auteur invite à envisager avec sérénité.

15C’est aussi une méditation sur la condition humaine que permet la peinture de la vie du médecin présente dans Les Thibault – cette œuvre qui a su séduire l'auteur de La Peste puisque Camus a jugé bon, dans une réédition, de la préfacer. Sur Antoine Thibault tel que le peint Roger Martin du Gard, un regard double est porté d'après Philippe Baron : l'écrivain peint un brillant praticien et un homme limité mais sachant dépasser ses limites à l'approche de la mort.

16Il n'y a pas de non-dit du texte dans les deux œuvres précédemment mentionnées. Le non-dit est au contraire au cœur du roman de Georges Simenon II y a encore des noisetiers analysé par Paul Mercier. Le docteur Candille, ami du héros banquier, ne procède pas à une véritable consultation, il a une "attention flottante" aux symptômes. Le romancier joue sur le champ sémantique du mot visite. Il déplace poétiquement les symptômes médicaux présentés par le héros en étant attentif à son environnement urbain et végétal. La critique génétique vient ici au secours de l'analyse du texte. L'hésitation entre huit titres possibles révélée par les manuscrits de Simenon montre une réticence de l'auteur à nommer une certaine réalité : réticence dont le lecteur est amené à découvrir le caractère autobiographique en confrontant le roman et Mémoires intimes : le non-dit est une crainte d'impuissance associée à des problèmes de prostate. Mais les émotions de l'homme intéressent moins le lecteur que les ruses d'un écrivain s'inspirant de Flaubert et suggérant l'obsession de la puissance sexuelle par le voisinage de la colonne Vendôme regardée à travers la fenêtre.

17Cette traversée de la littérature d'Aristophane à Simenon nous a permis de situer les écrivains en face des connaissances médicales ou paramédicales de leur temps, de voir dans quelle mesure ils se laissaient porter par leur siècle ou réagissaient contre lui. Surtout elle nous a permis d'apercevoir diverses modalités du jeu littéraire, d'examiner l'adaptation du sujet au genre choisi – mémoires, essai, conte, récit fantastique, théâtre, roman parfois à la frontière de l'autoportrait. L'écriture est souvent apparue avec ses véhémences ou ses réticences, ses précédés maniaques ou son protocole compassionnel, comme une délivrance de l'angoisse. Elle cherchait un échange, elle faisait place à l'acquiescement d'un lecteur que nous lui avons volontiers accordé.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.