Version classiqueVersion mobile

Parcours dans le texte littéraire

 | 
Judith Alvarado-Migeot
, 
Andrée Chauvin-Vileno
, 
Agnès Marcelli-Ratte

Le texte comme objet d’analyse

L’Étranger. Dérégulation énonciative et sujet(s) en crise d’identité ?

Daniel Lebaud

Texte intégral

  • 1 Dérégulation s’oppose à dérèglement en ce que le premier terme suppose une intention alors que le s (...)

1Invoquer une dérégulation énonciative, c’est dire tout à la fois qu’il existe une régulation énonciative des textes qui constitue une espèce de norme textuelle et qu’un locuteur/ scripteur peut décider intentionnellement1 de contrevenir à ce qui fonde cette régulation.

2Tout texte, en conséquence, est supposé répondre à des processus énonciatifs réguliers et manifestes qui rendent l’enchaînement des énoncés cohérent pour l’auditeur/lecteur : celui-là sait alors, de par des indices formels, quelles sont les instances qui organisent les repérages des événements, l’identification des acteurs, des moments, des lieux que mettent en jeu les procès, bref des indices qui rendent possible l’élaboration de représentations stables. Mais il se peut aussi que pour des raisons idéologiques, philosophiques, littéraires, voire pathologiques, un auteur brouille le jeu des repères et obère ainsi l’accès à des représentations stables ou raisonnablement instables.

3Formons l’hypothèse que ce sera le cas de L’Étranger : un roman de la dérégulation énonciative, procédé qui alors participera à son originalité littéraire et à son engagement philosophique. En effet, si le présent travail reste, à dessein, dans le champ d’une étude linguistique, le faisceau d’indices et d’observations qu’il recueille est toutefois susceptible d’être remis au travail dans l’étude de la poétique de l’Étranger et dans une perspective interprétative qui excède celle que je me suis proposé d’examiner. On verra en effet que les échos et les relais sont possibles et constants entre mes analyses linguistiques et celles que conduit François Migeot depuis son propre examen du roman de Camus.

Approches critiques du dispositif énonciatif

  • 2 François Migeot, « L’Étranger aux miroirs du sujet (Camus) », in Portée des ombres, Montpellier, Pr (...)
  • 3 Par procédés linguistiques, je vise autant l’emploi de telle ou telle forme verbale, de telle ou te (...)
  • 4 Terme dont nous verrons comment on peut le comprendre.

4François Migeot dans « L’Étranger aux miroirs du sujet »2 – prétexte à mon propre texte et texte en maints passages palimpseste – rappelle l’essentiel des commentaires, interprétations et hypothèses suscités par L’Étranger en raison de procédés linguistiques3 dérogeant aux normes du genre dans lequel Camus range son « roman ». Il propose, dans la continuité de ce rappel, une sorte de parcours ouvert et pluriscopique d’une question cruciale, objet de multiples réponses : à savoir celle du statut de Meursault, sujet4 dont le statut incertain serait un effet de ces procédés linguistiques dérangeants.

  • 5 Harald Weinrich parle de « présence insolite du passé composé » (Le temps, Paris, Éditions du Seuil (...)
  • 6 N’en déplaise à Weinrich qui écrit que l’intention de Camus « va précisément à contre-sens de celle (...)

5Le dispositif énonciatif de l’Étranger a donc fait l’objet, de façon directe et explicite par des linguistes ou de façon incidente par des critiques littéraires ou des philosophes, de nombreux commentaires et de multiples interprétations en raison d’une singularité grammaticale, d’un « coup de génie » dira François Migeot : un roman dont la forme verbale dominante est le passé composé5 et non, comme attendu, le passé simple. Certains s’interrogeant essentiellement sur les effets de ce choix, parfois même sur sa cohérence ; d’autres cherchant, au travers de multiples indices verbaux, à comprendre ce qu’il en est du sujet, de la subjectivité, de l’altérité, de la philosophie de l’auteur, des rapports de ce roman à ses autres écrits. Parmi ces différentes approches, Sartre initie remarquablement6 – Explication de l’Étranger date de 1947 – le va-et-vient entre réflexions sur la langue et interrogations philosophiques. Il touche juste en insistant sur le rapport entre le présent simple, le passé composé et la contingence, le passé simple et la nécessité :

  • 7 Jean-Paul Sartre, « Explication de l’Étranger », in Situations I, Paris, Gallimard, 1947, p. 117-11 (...)

La phrase est nette, sans bavure, fermée sur soi ; elle est séparée de la phrase suivante, par un néant, comme l’instant de Descartes est séparé de l’instant qui le suit. Entre chaque phrase et la suivante le monde s’anéantit et renaît : la parole, dès qu’elle s’élève, est une création ex nihilo ; une phrase de l’Étranger c’est une île. Et nous cascadons de phrase en phrase, de néant en néant. C’est pour accentuer la solitude de chaque unité phrastique que M. Camus a choisi de faire son récit au parfait composé. Le passé défini est le temps de la continuité : ”Il se promena longtemps”, ces mots nous renvoient à un plus-que-parfait, à un futur ; la réalité de la phrase, c’est le verbe, c’est l’acte, avec son caractère transitif, sa transcendance. « Il s’est promené longtemps » dissimule la verbalité du verbe ; le verbe est rompu, brisé en deux : d’un côté nous trouvons un participe passé qui a perdu toute transcendance, inerte comme une chose, de l’autre le verbe « être » qui n’a le sens que d’une copule, qui rejoint le participe au substantif comme l’attribut au sujet ; le caractère transitif du verbe s’est évanoui, la phrase est figée ; sa réalité, à présent, c’est le nom.7

  • 8 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture, Paris, Seuil, 1953, p. 30-31. Je remercie vivement Mar (...)
  • 9 Je crois que l’on peut tenir les trois ou quatre passés simples que l’on trouvera dans l’ensemble d (...)
  • 10 Là se pose d’ailleurs de façon cruciale la question des limites de la traduction : j’évoquerai succ (...)

6Et Barthes, quelques années plus tard8, exprimera tout aussi magistralement, dans le fil de l’intuition sartrienne, pourquoi Camus ne pouvait écrire ce roman qu’avec le passé composé en lieu et place du passé simple9 (il eût alors failli à son intention philosophique et son roman eût été un récit comme un autre10) :

  • 11 Barthes, op. cit.

Par son passé simple, le verbe fait implicitement partie d’une chaîne causale, il participe à un ensemble d’actions solidaires et dirigées, il fonctionne comme le signe algébrique d’une intention ; soutenant une équivoque entre temporalité et causalité, il appelle un déroulement, c’est-à-dire une intelligence du Récit. […]
Le passé simple est donc finalement l’expression d’un ordre, et par conséquent d’une euphorie. Grâce à lui, la réalité n’est ni mystérieuse, ni absurde ; elle est claire, presque familière, à chaque moment rassemblée et contenue dans la main d’un créateur ; [… ]11

  • 12 Je peux me reconnaître dans la formulation de François Migeot : « Camus, encore une fois, fait un c (...)
  • 13 Émile Benveniste (Problèmes de linguistique générale, T. 1, Paris, NRF, Gallimard, 1966, p. 248), p (...)

7Dans la présente étude, je ne m’attarderai pas sur cette question précise, supposant que l’essentiel est acquis : le passé composé12 permet de détacher les événements de toute téléonomie et d’isoler chaque événement dans une série, mais aussi d’établir, qu’il ait valeur de parfait ou d’aoriste de discours, un « lien vivant entre l’événement passé et le présent »13. J’aurai à revenir cependant, dans les limites de mon propos, sur l’emploi des formes verbales et leurs valeurs en contexte.

8Les commentaires linguistiques sur le dispositif énonciatif, bien qu’en partie incontestables, appellent néanmoins la discussion et une argumentation empiriquement étayée, afin de produire des analyses plus précises et différenciées des propriétés linguistiques qui pourraient soit conforter les parcours de lecture déjà avancés, soit en frayer d’autres. Propriétés qui pourraient également proposer des accès aux figures subjectives de Meursault.

Continuité référentielle et continuité énonciative

9Un texte peut mettre en jeu deux formes de continuité (ou discontinuité) qu’il convient de distinguer : la continuité référentielle et la continuité énonciative.

10La première repose sur le lexique (expressions référentielles : individus, moments, lieux) et les relations anaphoriques ; la seconde dépend des relations de repérage entre des termes dédiés (pronoms, formes verbales, mots du discours…) et une situation d’énonciation origine (notée Sito) constituée des repères énonciatifs origines (sujets, temps, espace). Or, ce que les études mentionnées tendent à rendre saillant, c’est précisément la question de la discontinuité, de la rupture, ce qu’exprime bien Sartre quand il hésite à ranger L’Étranger dans un genre :

Et comment classer cet ouvrage […] ? Nous ne saurions l’appeler un écrit : le récit explique et coordonne en même temps qu’il retrace, il substitue l’ordre causal à l’enchaînement chronologique. M. Camus le nomme « roman ». Pourtant le roman exige une durée continue, un devenir, une présence manifeste de l’irréversibilité du temps. Ce n’est pas sans hésitation que je donnerais ce nom à cette succession de présents inertes qui laisse entrevoir par en-dessous l’économie mécanique d’une pièce montée. (op. cit. p. 121.)

  • 14 Les deux premiers chapitres sont organisés autour de l’actuel, marqué par l’inaugural « Aujourd’hui (...)

11De même, François Migeot peut-il écrire, argumentant de l’existence d’une « brutale entaille temporelle » entre les deuxième et troisième paragraphes du premier chapitre de la première partie14 :

Si le moment de l’énonciation devient, au cours du récit, de plus en plus indécidable, si le sujet de l’énonciation se dissémine dans une sorte de non-temps (comme on dirait en jurisprudence un non-lieu quand la réalité des faits reste problématique)… […]. On dirait donc que le récit va œuvrer à partir de ce « non-événement » qu’aucune énonciation ne peut prendre en charge. Les autres événements peuvent bien ensuite s’enchaîner, les jours succéder aux jours, ce qui va faire défaut c’est le lieu et le temps d’où ils sont proférés […]. (op. cit., p. 88-89)

  • 15 Afin que la lecture reste digeste, je ne retiendrai que ce qui est crucial pour mon propos.

12Mais je crois que fait défaut de façon générale une claire distinction conceptuelle entre les deux modes de continuité/discontinuité : je soutiendrai en conséquence, en mettant justement à part les deux premiers paragraphes du premier chapitre, qu’il y a sans aucun doute possible continuité référentielle tout au long du roman : chacun des protagonistes est clairement identifié (en particulier l’identité du narrateur/je n’est jamais sujette à caution), les lieux et les moments (en s’en tenant à la seule logique de la structure chronologique des événements) le sont également. Ce qui est en question, en revanche, c’est bien la continuité énonciative qu’il faudra alors examiner scrupuleusement, là où c’est nécessaire15, énoncé par énoncé, paragraphe par paragraphe, chapitre par chapitre, puis partie par partie. Avec une difficulté supplémentaire, à ma connaissance jamais soulignée, qui naît de ces énoncés au présent de l’indicatif qui surgissent, de temps à autre au fil des paragraphes, traversent les deux parties et qui soulèvent la question des repères énonciatifs origines : nous verrons que la difficulté ne vaut, en réalité, que pour la première partie.

Du locuteur/narrateur au sujet énonciateur

  • 16 Daniel Lebaud « Réflexions sur l’unité lexicale « sujet » et ses emplois en français contemporain » (...)
  • 17 Proposition triviale en l’état : les entrées de dictionnaire le conçoivent bien ainsi. Il convient (...)

13Dans une étude récente16, j’ai défendu l’hypothèse que sujet est un terme nécessairement relationnel17, à savoir qu’il qualifie une entité – de statut empirique variable – de sujet DE X ou sujet À X. Dit autrement, sujet n’est pas une propriété intrinsèque à un terme, mais une propriété consécutive à la mise en relation de ce terme à un X. En conséquence, tout emploi absolu du nom sujet est insignifiant et appelle une spécification de X : de quoi/à quoi le terme désigné par sujet est-il le sujet ? La figure du sujet qui m’intéresse au premier chef est celle du sujet énonciateur (noté So) puisque c’est en linguiste que j’appréhende le texte.

14Acceptons de définir :

  • le locuteur ou le narrateur comme une instance physique (réelle ou imaginaire) dont le rôle est de donner de la voix ou de la lettre – donc de produire du texte, oral ou écrit – mais non de se poser comme origine, garant ou valideur de ce qui se dit ou s’écrit ;
  • et le sujet énonciateur18 (So) comme l’instance linguistique qui est l’origine des repérages, qui opère comme garant, valideur ou non des énoncés et à partir de
  • 19 Pour un exposé détaillé de cette question voir Denis Paillard (2009) : « La sélection de p s’inscri (...)

15laquelle est mis en jeu l’avènement d’un espace intersubjectif, et consécutivement la problématique de l’altérité19.

16Il se peut que locuteur ou narrateur et So coïncident, en ce que So constitue une interface entre le monde et la langue : c’est précisément le cas de l’Étranger. Meursault est LE narrateur d’un bout à l’autre du récit, d’un récit dont il est ou peut être, en même temps, triplement le sujet :

  • au sens de celui dont on parle (Meursault parle de lui et l’on parle de lui au cours de son procès) ;
  • au sens grammatical : Meursault se raconte en première personne « Je », pronom personnel au cas nominatif ;
  • au sens énonciatif : « Je, me, moi » sont les marques linguistiques par excellence de So .

17S’il y a une évidente continuité référentielle pour les deux premières formes de sujet, pour ce qui est de So, c’est plus complexe : de ce point de vue, la continuité énonciative est en question, comme je l’ai déjà souligné, en ce qu’elle repose sur l’existence d’une seule et même situation énonciative origine (Sito) – donc d’un même repère subjectif (So) et/ ou d’un même repère spatio-temporel (To) – qui organise les repérages de l’ensemble des énoncés qui constituent un texte.

  • 20 Je reprends une locution de François Migeot : « […] d’une instance – le sujet – qui ne saurait adve (...)

18Il est certainement utile – crucial à ce que je crois – d’examiner avec précaution le statut de So dans L’Étranger, si l’on veut pouvoir engager une discussion plus générale solidement étayée empiriquement, mobilisant d’autres points de vue que le mien, sur la question du sujet comme « effet de langage »20 et donc comme instance problématique. Ce que propose très justement François Migeot qui va du sujet phénoménologique au sujet de l’énonciation critique en parcourant une pluralité de figures possibles et activables à partir de L’Étranger.

Énonciation, sujet de l’énonciation, sujet de sa parole

  • 21 Sarah De Vogüé, Culioli après Benveniste : énonciation, langage intégration, in LINX, n° 26-1992-1, (...)

19Sarah de Vogüé, dans Culioli après Benveniste : énonciation, langage intégration21, soutient qu’« il y a deux façons en effet de concevoir l’énonciation : d’un côté on thématise la façon dont un sujet s’énonce ; de l’autre la façon dont un énoncé s’énonce (dont il a la forme qu’il a) » (op. cit. p 80). La première est celle de Benveniste, largement présente dans la littérature linguistique et dans des disciplines qui lui empruntent ses concepts ; l’autre est celle de Culioli, moins ambitieuse, mais plus sévèrement contrainte, en ce qu’elle s’en tient aux formes linguistiques. La notion de sujet est radicalement différente d’une conception à l’autre :

  • pour Benveniste le locuteur par le fait qu’il parle et s’approprie une langue se constitue en sujet22. De quel sujet s’agit-il alors ? sans doute, le sujet de sa parole23, comprenant la conscience de soi et la réflexivité, certainement aussi la responsabilité de ce qu’il profère. Un sujet qui aurait donc à voir avec le sujet de la philosophie, de la psychologie, du droit, de la psychanalyse. Je me tiendrai prudemment à l’écart de cette discussion.
  • pour Culioli, le sujet énonciateur (So) est un paramètre énonciatif, à la fois constitutif de l’énonciation comme repère origine et constitué dans et par le processus de l’énonciation que l’on ne peut reconstruire qu’à partir d’un énoncé, des formes qui le constituent.

20Cependant, quelle que soit la conception de l’énonciation, une constante demeure : l’unité lexicale sujet fonctionne à l’identique. Dans les deux cas, est à l’œuvre une relation en boucle entre deux termes, solidaires mais non symétriques : la langue et le sujet de la parole (l’appropriation) d’un côté, l’énoncé et So (le processus énonciatif) de l’autre.

  • 24 X : ce/celui qui se réveille, puisque réveil est toujours réveil de

21Un énoncé entendu à France-Inter (samedi 19 novembre 2011, 11h 50) dévoile toute la complexité et la volatilité interprétative du terme sujet : « Il ne faut pas dire « je me réveille » mais « il y a réveil » parce que ce je est le résultat de ce qu’il y a réveil. ». L’auteur de cet énoncé fait voler en éclats la triple fonction de je activée dans « je me réveille » : locuteur, sujet grammatical et So. En disant que « je est le résultat de ce qu’il y a réveil », il thématise la prise de conscience, la capacité à réfléchir et le sentiment d’être soi consécutivement au changement d’état que marque réveil : mais il ne parle plus du même je. Est-ce le sujet de Benveniste qui adviendrait, après coup, comme résultat d’une énonciation (appropriation de la langue) mais à condition de disparaître de la matérialité de l’énoncé ? Ou le sujet philosophique, si problématique, comme conscience de (soi) peut-être ? Ce qui est certain, c’est que l’énoncé « Il y a réveil », si jamais ce peut être un énoncé naturel et non métalinguistique, est réduit à la pure prédication d’existence de être réveil d’un X24 située hic et nunc, sous une forme toute événementielle : la nominalisation par réveil de la relation prédicative X (se) réveiller excluant X et éliminant toute marque de So au profit des repères spatio-temporels (marqués par… y a).

22Il est alors significatif de mettre en rapport cet énoncé avec les deux extraits suivants, respectivement de Sartre et Conche :

  • 25 Sartre, 1947 op. cit. p. 119.
  • 26 Marcel Conche, Vivre et philosopher, Paris, PUF/Perspectives Critiques, 1998, p. 102.

Un naturaliste du xixe eût écrit : “ « Un pont enjambait la rivière. » M. Camus se refuse à cet anthropomorphisme. Il dira : « Au dessus de la rivière, il y a un pont. » ainsi la chose nous livre-t-elle tout de suite sa passivité. Elle est là, simplement, indifférenciée : « … Il y a quatre hommes noirs dans la pièce… Devant la porte, il y avait la voiture… À côté d’elle, il y avait l’ordonnateur… » (L’Étranger, p. 23) On disait de Renard qu’il finirait par écrire : « La poule pond. » M. Camus et beaucoup d’auteurs contemporains écriraient : « Il y a la poule et elle pond. » C’est qu’ils aiment les choses pour elles-mêmes, ils ne veulent pas les diluer dans le flux de la durée. « Il y a de l’eau » : voilà un petit morceau d’éternité, passif, impénétrable, incommunicable, rutilant ; quelle jouissance sensuelle si on peut le toucher ! pour l’homme absurde, c’est l’unique bien de ce monde.25
[…], la pensée contemplative, si elle n’est pas une connaissance, est une pensée. Je pense ce monde comme n’ayant ni cause (explicative), ni fin (telos), ni modèle, ni fond caché, et, à chaque instant, comme venant de naître. Il n’y a pas d’arrière-monde, et le monde ne recèle aucun mystère. Il est lui-même le mystère. Ce mystère est si voyant qu’il faut l’homme pour ne pas le voir. Car l’homme ne voit que l’homme. Ce dont on se sert, ce que l’on connaît, ce que l’on domine, se montre à nous par le biais par lequel il nous donne prise, non en lui-même. Tel qu’en lui-même, il reste en retrait. Ce qui ne se donne qu’à la dépréoccupation, la préoccupation ne peut le rencontrer. Mais, homme, faisons abstraction de l’homme, de l’être préoccupé. Ne soyons plus qu’une pure et non intentionnelle pensée (une pensée qui n’est plus traversée d’intentions). Alors ce qui nous est plus proche cesse de nous être lointain. Il y a : n’avoir pas de pensée pour cet “il y a“, telle est la condition ordinaire de l’homme – car on ajoute toujours quelque chose pour dire ce qu’il y a. Le circuit de la subjectivité, qui arraisonne les choses, l’entreprise de la vie font obstacle à l’ouverture accueillante au il y a.26

  • 27 À l’identique de ce qu’il en est pour Je me réveille/Il y a réveil : on pourrait relire, en contrep (...)
  • 28 Je prendrai énonciation de récit au sens où Sarah de Vogüé, (« Discret, dense, compact : les enjeux (...)

23On voit que même si un énoncé fait référence à un état actuel du monde, à une perception située du monde, les deux auteurs cherchent à dire qu’au bout du compte, que ce soit dans la philosophie de l’absurde ou dans la pensée contemplative, s’il y a bien un sujet (de la perception d’un sensible), ce n’est pas un sujet constituant mais un sujet constitué par le fait qu’il perçoit et par ce qu’il perçoit27, pris dans un monde contingent et immédiatement donné. Ce qui du point de vue énonciatif revient à réduire les repères origines aux repères spatio-temporels, donc à pratiquer une épochè de So comme source potentielle d’intersubjectivité, en conséquence à éliminer toute problématique de l’altérité. So étant comme absent, aucune prise en charge des événements n’est possible, aucune intention n’est formulable, aucune élaboration de sens n’est envisageable. Ou encore, So ne pouvant être complètement éliminé compte tenu de ce que manifeste la matérialité des formes – comme ce peut être le cas, en revanche, dans l’énonciation de récit28 – il peut être « précipité » dans les repères spatio-temporels et du coup, quand il est identifié à des formes de l’énoncé (en particulier des pronoms personnels), n’être que l’instance d’actualisation des procès. Dans une telle configuration, on peut envisager des battements énonciatifs dans le texte : des séquences où So n’est que le site d’actualisation des procès qui adviennent – des séquences qui relèvent de l’énonciation de récit – et d’autres séquences où So se fait plus présent, ou même s’impose – des séquences qui ressortissent à l’énonciation de discours.

  • 29 Dire parfois…, parfois… est réducteur : dans la première partie, je dirai plutôt parfois…, souvent(...)

24Sans encore préjuger de ce qu’il en est de la continuité énonciative dans son ensemble ni de la complexité des modes de repérage, je défendrai que le narrateur Meursault, qui endosse la fonction de sujet grammatical (sujet de l’énoncé) je, endosse également celle de So : les formes verbales relèvent ou peuvent relever de l’énonciation de discours, de multiples manifestations de modalités subjectives apparaissent et les unes et les autres sont articulées autour de la personne je. Mais la fonction de So manifeste les battements mentionnés ci-dessus. Parfois, Je est pleinement So: il s’engage, évalue, projette, rejette… ; parfois29, je est réduit au rôle de repère d’actualisation : des procès s’actualisent en/par lui.

25Pour attester la première figure (« forte ») de So, je donnerai quelques exemples tous tirés de la première partie, les donner tous serait lassant pour le lecteur :

je ne sais pas ; cela ne veut rien dire ; je prendrai l’autobus à 2 heures et comme ça j’arriverai dans l’après-midi ; j’ai pensé alors… ; je sentais que je n’aurais pas dû dire cela ; je ne sais pas quel geste j’ai fait… ; comme j’aime le café au lait, j’ai accepté ; je crois que j’ai somnolé un peu ; je ne me souviens plus de rien ; j’ai encore gardé quelques images de cette journée ; ce n’est pas ma faute ; elle aussi, je crois ; je ne me souviens plus de rien ; je n’aime pas le dimanche ; j’ai pensé à ce moment qu’on pouvait tirer ou ne pas tirer ; j’ai pensé que je n’avais qu’un demi-tour à faire… ; j’ai compris que j’avais détruit l’équilibre du jour… ;

26Pour ce qui est de la seconde figure (« faible ») de So, là encore je me limiterai à quelques exemples :

  • 30 J’ai d’abord cité « je prendrai l’autobus à 2 heures et comme ça j’arriverai dans l’après-midi » co (...)

j’ai pris l’autobus à 2 heures30 ; j’ai dormi pendant presque tout le trajet. Et quand je me suis réveillé… ; le directeur m’a encore parlé. Mais je ne l’écoutais presque plus ; nous sommes restés un long moment ainsi ; j’ai encore pris un café… ; quand je suis sorti, le jour était complètement levé ; nous sommes restés silencieux assez longtemps ; nous nous sommes mis en marche ; je suis descendu acheter du pain et des pâtes, j’ai fait ma cuisine et j’ai mangé debout ; à ce moment, j’ai baillé et le vieux m’a annoncé… ; au large, nous avons fait la planche et sur mon visage tourné vers le ciel le soleil écartait les derniers voiles d’eau… ;…

27Donc le narrateur est aussi So, même si, comme cela a été maintes fois souligné, il reste à distance de ce qu’il vit, perçoit : les marques d’engagement, de prise de position, de projection vers le futur sont globalement absentes ; tout au contraire, il y a profusion de marques de désengagement, de mise à distance, d’indifférence. Et comme l’a écrit Sartre, chaque phrase de Camus est une île, confortant par ce procédé syntaxique – ajouté à l’emploi du passé composé – l’indépendance des événements, l’absence de téléonomie et de causalité au profit d’une pure contingence et extériorité des événements par rapport à Meursault. Cependant, soyons attentifs aux modalités linguistiques de la mise à distance, du désengagement énonciatif. En effet, cet effet interprétatif peut relever de deux dispositifs distincts :

  • un dispositif qui repose sur l’absence, ou la quasi absence, de marques de So et/ ou par la présence de formes qui marquent la rupture par rapport aux repères énonciatifs, telles que le passé simple, les nominalisations, l’infinitif, l’absence de structuration en thème/rhème, la syntaxe (ce sur quoi insiste à juste titre Sartre)… ;
  • un dispositif qui passe par le lexique, des formes modales qui expriment le désengagement : j’ai dit oui pour ne plus avoir à parler ; le directeur m’a encore parlé. Mais je ne l’écoutais presque plus ; je crois que j’ai somnolé un peu ; ensuite, je ne sais plus ; c’est à ce moment là que je me suis aperçu que… ;… quelque chose que je n’ai pas entendu ; la fatigue d’une nuit d’insomnie me troublait le regard et les idées ; j’ai répondu que je n’en pensais rien mais que… ; un moment après, elle m’a demandé si je l’aimais. Je lui ai répondu que cela ne voulait rien dire, mais qu’il me semblait que non ;…

28En conséquence, il convient d’expliciter le dispositif mobilisé : le second correspond à un fonctionnement très activé de So, alors même que Camus vise la mise à distance du narrateur/locuteur, sujet de sa parole, des événements et états de chose dont il fait le récit.

  • 31 Assertion sans doute trop brutale en l’état que la suite justifiera cependant.

29Mais ce qui, dans tous les cas, est remarquable, c’est que Meursault n’adresse ses propos à personne31 : locuteur, il n’y a pas d’interlocuteur ; énonciateur (So), il n’y a pas de co-énonciateur (S1). Meursault parle pour lui, à partir de lui et de lui, même quand il en parle comme de loin.

30Dès la première phrase, l’absence d’interlocuteur – et de position énonciative distinguée – est patente : Aujourd’hui, maman est morte. Il est instructif, ici, de prendre en compte les propos de la dernière traductrice, en anglais, de L’Étranger qui s’interroge sur la meilleure traduction de Maman en ces termes :

  • 32 The Outsider, Penguin Classics, 2013.

There are two additional interpretations in the existing English-language versions that, in my view, do not adequately reflect the original text. The first is the translation of maman as ‘Mother’. ‘Mother’ is quite formal and fails to convey the intimacy implied in the French by maman, yet the British equivalent, ‘Mummy’, and the American ‘Mommy’ would sound to juvenile. I chose to use ‘Mother’ in the famous first line of the book, to reflect Meursault’s shock at receiving the telegram that announces her death in such a terse, formal manner. ‘Mama’ is a better translation elsewhere, indicating a closer, more affectionate relationship, despite the protagonist’s apparent oddness. This point is poignantly demonstrated at the end of the novel when Meursault states that he understands that his mother had been happy, so no one has the right to cry over her. The constrast between Meursault’s behaviour towards his mother and his use of the word maman when referring to her is a paradox that adds considerably to the feeling of tension and dislocation in the novel.32

  • 33 Il se pourrait, par ailleurs, que les fonctionnements respectifs de ma mère et de my mother ne soie (...)
  • 34 Mais j’ai en tête des emplois qui semblent déroger à ce principe, comme Maman m’a interdit de parle (...)

31La traduction proposée de la première phrase est donc My mother died today33. Il se pourrait que la traductrice manque l’essentiel : l’absence d’intersubjectivité que peut marquer, en français, maman. Une étude sérieuse du paradigme de la filiation est à faire ; cependant en première approximation, je soutiendrai que ma mère s’inscrit d’emblée dans l’intersubjectivité : ma mère est ce que je dis à quelqu’un d’extérieur à ma relation de parenté et que je ne peux, en conséquence, pas dire normalement à un frère ou à une sœur, ni à mon père. En revanche, maman se dit plutôt à soi-même, ou à un membre de la fratrie, donc en l’absence d’altérité relativement à la relation familiale de base34.

32Deux emplois semblent contrevenir à mon hypothèse :

331° Meursault, au tout début de la deuxième partie, dans le chapitre 1 page 99, dit ma mère. Mais en regardant avec soin le contexte, on constate qu’il s’agit en réalité d’une forme de discours rapporté : On avait su que ma mère était morte récemment à l’asile. Meursault reprend les paroles de l’avocat, en opérant simplement les ajustements qui s’imposent (votre mère donne ma mère) :

Il s’est assis sur le lit et m’a expliqué qu’on avait pris des renseignements sur ma vie privée. On avait su que ma mère était morte récemment à l’asile. On avait alors fait une enquête…

34Et, quelques lignes plus loin (p. 100), dès que Meursault se pose comme l’auteur de ses paroles, il utilise à nouveau maman

J’ai répondu cependant que j’avais un peu perdu l’habitude de m’interroger et qu’il était difficile de le renseigner. Sans doute, j’aimais bien maman, mais cela ne voulait rien dire. […] Le jour où j’avais enterré maman, j’étais très fatigué… […] Ce que je pouvais dire à coup sûr, c’est que j’aurais préféré que maman ne mourût point.

35Rien ne nous assure d’ailleurs qu’il reprend les paroles qu’il a effectivement prononcées à ce moment-là à l’attention de l’avocat.

  • 35 Ce sont les deux seules occurrences de ma mère que j’ai trouvées dans l’ensemble du texte, il se po (...)

362° Le même détour énonciatif se retrouvera page 138 quand Meursault rapporte les propos de Perez : Perez a dit qu’il avait surtout connu ma mère et qu’il ne m’avait vu qu’une fois, le jour de l’enterrement.35

  • 36 異邦人, (2012). Dans une traduction plus ancienne, par Keisaku Kubota (1954), on trouve : きょう、ママンが死んだ。 (...)

37De ce point de vue – l’absence d’intersubjectivité – un argument qui ajouterait de la force à mon analyse est la traduction proposée dans la dernière version36 de L’Étranger en japonais :

きょう母さんが死んだ。
kyoo kasaan ga shinda
aujourd’hui maman GA (marque du sujet) mourir (forme en -ta, passé)

  • 37 Mes différentes informatrices (que ce soit des filles n’est pas indifférent) pensent, cependant, qu (...)
  • 38 Sama est une forme plus respectueuse que san. Voir en particulier les pages 9 et 10 pour un exemple (...)
  • 39 Pour les autres emplois, voir p. 143, p. 173, p. 181.
  • 40 Forme en -ta ; il paraît difficile en japonais d’avoir une autre forme verbale pour est morte, quel (...)

38Le choix de kaasan (母さん) me paraît, dans la logique de l’hypothèse que je formule, particulièrement juste dans la mesure où c’est précisément la forme que pourrait employer un locuteur natif37 pour évoquer sa mère pour lui-même ; il pourra également utiliser Okaasan (お母さん), en ajoutant O (お), marque de respect dans le cas présent. C’est effectivement ce que l’on trouvera tout au long du texte en japonais : quand Meursault évoquera sa mère pour lui-même il dira invariablement kaasan (母さん) ; alors que quelqu’un qui parlera de sa mère dira, en s’adressant à lui, Okaasan (お母さん), Okaasama38 (お母様), ofukurosan (おふくろさん), haha (). Hahaoya (母親) n’apparaît dans le texte que pour désigner une mère, la mère, sa mère, mais pas la mère de Meursault (ma mère, votre mère) en s’adressant directement à lui : page 185 hahaoya traduit le syntagme sa mère dans du discours rapporté : Pour lui, j’étais un fils modèle qui avait soutenu sa mère aussi longtemps qu’il l’avait pu.39 En même temps, le traducteur choisit pour traduire (maman) est morte le verbe shinu (死ぬ) à la forme passée40, certainement la façon la plus détachée (elle se dit des animés en général) : il aurait pu choisir nakunaru (亡くなる) qui ne s’applique qu’aux humains (ou peut-être aux animaux très familiers). Nous avons là une manifestation particulièrement révélatrice de factualité en même temps que d’absence d’altérité. Le traducteur utilisera en effet nakunaru dans un contexte qui exprime l’affectation : Et le fait que la mort de Mme Meursault l’a beaucoup affecté (ムルソーさんが亡くなった), p. 24-25.

  • 41 Op. cit. p. 90. Il faudrait en fait citer en entier la partie (p. 90-92) qui analyse la relation to (...)

39Nous verrons que du point de vue de l’altérité la première et la seconde partie ne sont pas homogènes : retenons pour le moment que la première partie, en tout cas, exclut toute forme d’altérité. Cette assertion est pleinement compatible, modulo le mode de théorisation et le point de vue disciplinaire, avec ce que soutient François Migeot quand il écrit : « On a le sentiment que le narrateur, je l’ai suggéré, entretient une relation fusionnelle avec le monde : il le perçoit mais ne le pense pas. Il est dans la sensation, la perception, dans un corps à corps non médiatisé ».41

Régime de l’énonciation

  • 42 Cette thèse, si elle a été soutenue par d’autres, Weinrich – je l’ai mentionné supra – et François (...)
  • 43 L’intention auctoriale est en effet soulignée par les critiques, Sartre et Barthes en particulier. (...)

40Défendant la thèse que les deux parties ne sont pas homogènes du point de vue énonciatif42 et partant du principe qu’un auteur ne fait rien sans raison43, je dois

  • argumenter afin de (dé) montrer que si la première partie n’offre pas de continuité énonciative, la seconde, au contraire, s’organise de façon absolument régulière à partir d’une situation origine ;
  • en dégager les conséquences interprétatives.

Première partie : énonciation dérégulée

41Les deux premières phrases du roman bousculent d’entrée le lecteur, d’abord de par leur dictum, mais tout autant, de façon moins consciente sans doute, de par leur modus : Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.

  • 44 La forme du texte dans son ensemble élimine sans aucun doute cette option.
  • 45 « Renforcé par « aujourd’hui », le « est morte » peut aussi s’entendre comme un présent : elle est (...)
  • 46 Il donne le la énonciatif du premier chapitre. L’étrangeté que je ressens est consécutive à la disp (...)

42Qu’Aujourd’hui soit antéposé, d’autant plus que l’antéposition est doublée d’une pause exprimée par la virgule, le constitue comme thème – thème temporel en l’occurrence – et maman est morte se fait rhème. Ce qui a sans doute permis à certains auteurs de postuler que nous avions affaire à une sorte de journal intime44 : une date d’abord et puis les événements du jour. Le propre d’un thème est d’être posé comme indiscutable ; si une interrogation est formulée, elle portera alors sur le rhème, donc sur l’événement localisé par Aujourd’hui : maman est morte. Soulignons avant d’aller plus avant que dans sa forme même, comme François Migeot l’a justement pointé45, l’énoncé inaugural que je tiens pour étrange46 pourrait facilement s’entendre comme un état : maman est morte et non comme un événement : le décès de maman. Il suffirait d’un que pour que seul l’état s’entende : Aujourd’hui que maman est morte… et qu’alors aujourd’hui devienne maintenant. Le télégramme nous dira, cependant, que c’est l’événement (mourir) qui compte et non son résultat (être morte).

43Mais revenons à notre histoire de thème et de rhème ; de ce point de vue, la deuxième phrase contrevient à cette norme énonciative : Ou peut-être hier, je ne sais pas. Déjà, le lecteur fait l’épreuve des conséquences d’une dérégulation énonciative : le thème vacille ; il est renvoyé en boucle du moment Aujourd’hui à l’événement maman est morte et du coup, ni l’un ni l’autre n’est stabilisé, acquis. La suite immédiate conforte cette instabilité énonciative : J’ai reçu un télégramme de l’asile : « Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués. » Cela ne veut rien dire.

44Cela ne veut rien dire : la formulation est plutôt énigmatique. Une absence de signification qui porte sur quoi : sur l’événement ? sur le moment de l’événement ? sur les deux ? pourquoi pas, même, sur la formule de politesse ? La fin du paragraphe nous l’apprend : « C’était peut-être hier. » Que « maman » soit morte n’est pas douteux, il est permis de penser que le thème est désormais « enterrement » et que l’interrogation joue finalement sur demain/hier, alors qu’elle avait précédemment porté sur Aujourd’hui/hier.

45Il apparaît donc, dans les premières lignes de l’Étranger, qu’il y a d’abord le temps puis viennent ensuite, en s’instanciant instant après instant, les événements. Du coup la subjectivité est submergée par la temporalité ; mais la temporalité est elle-même flottante, troublée même, comme nous le verrons.

46Le recours à des traductions me permettra de donner une meilleure assise empirique à mes propos. Je commencerai par la traduction en anglais déjà mentionnée, en examinant ce premier paragraphe :

  • 47 Op. cit. p. 3.

My mother died today. Or maybe yesterday, I don’t know. I received a telegram from the old people’s home : ‘Mother deceased. Funeral tomorrow. Very sincerely yours.’ That doesn’t mean anything. It might have been yesterday.47

47L’ordre des mots, sans recours possible à une prosodie spécifique, et l’enchaînement des énoncés conduisent à constituer sans appel My mother died comme thème et le moment de l’événement comme rhème, d’où sa possible remise en cause (today ou yesterday). Pas de vacillement énonciatif ici : that doesn’t mean anything ne peut alors vraiment que jouer sur funeral tomorrow, tomorrow ou yesterday ?

48La traduction anglaise ignorerait donc le flottement énonciatif, bien sensible dans le texte original, de deux façons :

  • par la structuration non problématique en thème/rhème ;
  • par la forme verbale de die au prétérit - died - qui élimine le jeu possible entre état et événement.

49Cette stabilisation, à mon sens « coupable », sera renforcée par la traduction de Maman par My mother, comme je l’ai souligné supra : la traduction méconnaît la dérégulation à l’œuvre.

50Si les deux premiers paragraphes du chapitre 1 manifestent des perturbations énonciatives, le passage au troisième paragraphe relève de l’incohérence énonciative : les repères spatio-temporels établis jusqu’alors sont brutalement disqualifiés. De l’actuel – moment de l’événement identifié au repère temporel origine –, marqué par une série de déictiques (aujourd’hui, hier, demain soir, après-demain, à deux heures) et par le présent de l’indicatif (je ne sais pas ;… ça ne veut rien dire), générateur de non actuel (futurs temporels et modaux : je prendrai… ; je pourrai veiller et je rentrerai demain soir ; après l’enterrement, ce sera une affaire classée et tout aura revêtu...) et de révolu (passés composés à valeur de parfait ou d’aoriste de discours : J’ai reçu un télégramme, j’ai demandé deux jours de congé… ; je lui ai même dit…, il n’a pas répondu. J’ai pensé alors que…), nous sommes projetés par l’énoncé J’ai pris le bus à 2 heures dans le révolu, un révolu non situé si ce n’est par le biais d’un calcul interprétatif qu’il faudra déployer rétroactivement.

  • 48 Locution empruntée à François Migeot (à la suite de Jean Peytard), op. cit. p. 88.

51Donc une rupture imprévisible et inexplicable dans la logique énonciative du texte. Quels sont désormais les repères spatio-temporels de ce chapitre, à partir de « cette brutale entaille temporelle »48 ?

  • 49 Un aujourd’hui de plus, mais surtout un aujourd’hui non identifiable au premier.

52À la page 27, apparaît un autre49 Aujourd’hui - Aujourd’hui le soleil débordant qui faisait tressaillir le paysage le rendait inhumain et déprimant - qui nous donne la clé. Certainement, la fin du chapitre le confirme – et ma joie quand l’autobus est entré dans le nid de lumière d’Alger (p. 30) – sommes-nous, après le retour de Meursault, à Alger, mais encore au jour de l’enterrement, donc vendredi, le jour d’après la réception du télégramme, jeudi (le jour de Aujourd’hui, maman est morte). Donc une Sito encore une fois identifiable même si les repères spatio-temporels origines restent quelque peu indécis : vendredi, après le retour en bus à Alger.

  • 50 Dans la version anglaise, ce passé composé est effectivement traduit par un present perfect : Certa (...)

53Nous en aurons la confirmation par ce que nous apprend le chapitre 2 : c’est aujourd’hui samedi. […] Ce n’est pas ma faute si on a enterré maman hier au lieu d’aujourd’hui. Puis, outre ces deux aujourd’hui non identifiables l’un à l’autre, nous constatons la présence troublante de quelques énoncés au présent et d’un énoncé au passé composé à valeur de parfait50 (J’ai encore gardé quelques images de cette journée) sur lesquels je reviendrai.

54Le chapitre 2 enchaine très logiquement les moments, les lieux et les évènements. C’est samedi : matin, après-midi, soir puis dimanche, matin, après-midi, soir ; les lieux sont précisés : appartement de Meursault, établissement de bains du port, un cinéma, … Les repères spatio-temporels de Sito sont établis : dimanche soir, sans doute assez tard, et l’appartement de Meursault. Encore quelques présents qui viennent troubler le fil chronologique des événements.

55Puis le chapitre 3, avec son Aujourd’hui inaugural – Aujourd’hui, j’ai beaucoup travaillé au bureau. Aujourd’hui dont on sait que c’est un jour de la semaine, en tout début – lundi très vraisemblablement –, qui suit la mort et l’enterrement de maman. C’est bien ce que nous laisse entendre ce que dit Meursault : Le patron a été aimable. Il m’a demandé si je n’étais pas trop fatigué et il a voulu savoir l’âge de maman. (p. 41). Les repères spatio-temporels de Sito sont identifiables : lundi soir, sans doute également tard (j’avais sommeil, mais j’avais de la peine à me lever. p. 53), l’appartement de Meursault. Et toujours ces présents insolites…

56Le chapitre 4 s’ouvre par J’ai bien travaillé toute la semaine et […] Hier, c’était samedi et […] nous donne le jour : dimanche. Les repères spatio-temporels seront facilement identifiables, enfin nous pouvions le croire jusqu’au moment où les toutes dernières phrases viendront annihiler notre belle conjecture : J’ai compris qu’il pleurait. Je ne sais pas pourquoi j’ai pensé à maman. Mais il fallait que je me lève tôt le lendemain [je souligne]. Je n’avais pas faim et je me suis couché sans dîner.

57J’ai compris qu’il pleurait s’inscrit dans la suite logique de ce qui précède : c’est le soir, dimanche soir donc, à l’heure du coucher. Mais arrive le présent avec Je ne sais pas… que suit de près l’anaphore temporelle le lendemain (soulignée par moi) et nous sommes obligés de revoir notre calcul. Ce n’est plus un repérage déictique, et du coup dimanche qui avait valeur de repère énonciatif devient ce dimanche-là, simple repère chronologique, et demande à ce qu’un autre repère situationnel origine soit construit, donc appelle une autre Sito que celle qui valait jusqu’alors. Situation dont l’identification est indécidable, à ce moment de la lecture en tout cas, mais dont on peut au moins affirmer qu’elle est décrochée de la situation Sito repère de l’ensemble du chapitre.

58Le chapitre 5 qui commence par Raymond m’a téléphoné au bureau. Il m’a dit qu’un de ses amis (il lui avait parlé de moi) m’invitait à passer la journée de dimanche dans son cabanon, près d’Alger invite à penser que nous sommes lundi, ou en tout cas, en début de semaine. Et suit un récit des événements du jour jusqu’à la tombée de la nuit, au moment où il convenait de se mettre au lit : À ce moment, j’ai baillé et le vieux m’a annoncé qu’il allait partir.

  • 51 La logique énonciative aurait voulu que l’on ait bien plutôt dans la soirée ou à la fin de la journ (...)

59La situation repère semble encore facile à identifier, mais page 67, l’anaphore temporelle Le soir, Marie est venue me chercher m’intrigue51 : elle suppose en effet une situation décrochée au sens où elle interdit que la situation repère soit définie comme un moment après le départ du vieux (Salamano), ce qui aurait été dans la logique de l’emploi déictique du passé composé Raymond m’a téléphoné au bureau et de l’expression déictique la journée de dimanche.

60D’autant que de nouveau nous avons deux présents qui font écho à ceux des chapitres précédents (Je sais que le patron n’aime pas… p. 65 ; Je ne sais pas encore pourquoi… p. 73) et que le dernier chapitre de la première partie commence par Le dimanche, j’ai eu de la peine à me réveiller.

  • 52 Le lecteur, je pense, en conviendra facilement ; cependant il faudrait appuyer cette intuition sur (...)

61Le chapitre 6, dès le tout début, est donc introduit par cette anaphore temporelle – Le dimanche – qui reprend la journée de dimanche, expression alors déictique : on s’attend alors à ce que ce chapitre s’inscrive dans le cadre de la situation décrochée de celle qui semblait assurer la cohérence énonciative du début du chapitre 5. Et tout aussi logiquement, on s’attend à ce que le repère temporel soit un jour autre que le dimanche en question52.

  • 53 La traductrice de la version anglaise ne tient pas compte de cette rupture, elle traduit depuis ce (...)

62Au fil des pages, cette conjecture paraît se confirmer : ainsi page 76, le troisième paragraphe commence par La veille, puis les paragraphe 4, 5, 6, 7, 8 également s’inscrivent, moyennant une séquence de verbes au passé composé, dans cet enchaînement qui semble devoir trouver ses repères situationnels à la fin du chapitre… jusqu’à l’intrusion à la cinquième ligne (p. 81) du 9e paragraphe de ce matin : Je me suis levé tout de suite parce que j’avais faim, mais Marie m’a dit que je ne l’avais pas embrassée depuis ce matin53. C’était vrai et pourtant j’en avais envie.

63Ce matin, expression temporelle déictique, rompt brutalement la logique énonciative à l’œuvre jusque-là : nous nous serions en effet attendus à une expression comme le matin. Apparaît donc un changement inopportun de référentiel spatio-temporel concomitant à un changement de régime énonciatif : un repérage de type anaphorique des événements laisse la place à un repérage de type déictique. La conséquence immédiate en est que l’on ne peut établir les propriétés de la situation décrochée dont j’ai postulé l’existence : le fil temporel des événements et de leur narration est non seulement rompu, mais surtout si bien emmêlé qu’il est difficile de savoir où il s’est rompu. Ou bien, peut-être qu’au lieu d’un fil, nous avons une trame imperceptible tissée de plusieurs fils dont il est impossible de saisir les bouts.

64Quoi qu’il en soit, le lecteur attentif est alors conduit à reconnaître pour situation origine des événements (rapportés à partir de cette zone temporelle incertaine, disséminée autour de Ce matin) les repères spatio-temporels qui émergent des toutes dernières phrases (p. 93) :

[…] et c’est là, dans le bruit à la fois sec et assourdissant, que tout a commencé. J’ai secoué la sueur et le soleil. J’ai compris que j’avais détruit l’équilibre du jour, le silence exceptionnel d’une plage où j’avais été heureux. Alors, j’ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s’enfonçaient sans qu’il y parût. Et c’était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur.

  • 54 Sujet constitué au sens où existe un décalage entre l’accomplissement d’un procès qui affecte Meurs (...)

65Et là, c’est bien le présent temporel qui s’impose à partir de l’énoncé crucial : et c’est là, dans le bruit à la fois sec et assourdissant, que tout a commencé. Meursault qui a tiré sans intention, agi et non agent (sujet constitué54) : Tout mon être s’est tendu et j’ai crispé ma main sur le révolver. La gâchette a cédé, j’ai touché le ventre poli de la crosse et c’est là […], se retrouve d’un coup, sans transition, responsable et agent intentionnel (sujet constituant) : Alors, j’ai tiré…

66Donc les énoncés seraient repérés à partir d’une Sito dont le repère temporel pourrait être situé quelques instants après qu’il a tiré quatre fois sur un corps inerte – en tout cas un court laps de temps après – et le repère spatial, la plage sans doute. C’est de cet hic et nunc situationnel que se fait entendre la voix du narrateur, thème des énoncés, énonciateur et sujet grammatical tout à la fois.

67Le dernier paragraphe de la première partie révèle encore une fois une dérégulation énonciative, à l’identique de ce que nous avons déjà mis en évidence, soit au sein d’un même chapitre, soit d’un chapitre à l’autre.

68Il a été possible de reconstruire une chronologie globalement cohérente pour la série des événements inaugurée par Aujourd’hui maman est morte et close par le meurtre de l’Arabe, formant ainsi un récit temporellement orienté même s’il échappe à toute téléonomie, de par sa structure énonciative éclatée. En effet, il est apparu que le profil énonciatif de cette partie, considérée dans son ensemble, était celui d’une dérégulation énonciative généralisée dans la mesure où des Sito inattendues ou incohérentes, si on assume le parti pris rationaliste du linguiste, étaient imposées au lecteur.

69Que dire de ces troublants énoncés au présent qui émaillent la première partie et qu’a priori on ne sait pas trop à quelle situation origine les repérer ? J’aurais aimé pouvoir soutenir que tous relevaient d’une même Sito – celle qui opère à la fin de cette partie – qu’ils auraient été en quelque sorte des commentaires apportés, après coup, à des séquences d’un récit. Mais cette position est intenable et je dois en conséquence me résoudre à former l’hypothèse que pour chaque chapitre – avec cependant, parfois, des interrogations – ces énoncés sont repérés par rapport à la dernière situation qu’il m’a été possible de dégager, donc qu’ils étaient bien des commentaires rétroactifs mais toujours liés à un point de vue partiel et local, plus ou moins au jour le jour. D’où ce qui a pu conduire certains critiques à proposer le genre du journal.

  • 55 Je passerai sur les deux premiers paragraphes déjà largement étudiés.

70Examinons, à titre d’exemple, dans le premier chapitre55, les énoncés au présent ou au passé composé qui est à comprendre comme un parfait (état résultant actuel) :

  • Comme j’aime beaucoup le café au lait, (j’ai accepté) (p. 17) ;
  • Je crois que (j’ai somnolé un peu) (p. 18) ;
  • Ensuite, je ne sais plus. […] Je me souviens qu’à un moment (j’ai ouvert les yeux et)… (p. 21) ;
  • Tout s’est passé avec tant de précipitation, de certitude et de naturel, que je ne me souviens plus de rien. Une chose seulement : … (p. 29) ;
  • J’ai encore gardé quelques images de cette journée : par exemple, … (p. 30).

71Le passé composé du dernier énoncé est à interpréter comme un parfait, et les traductions en anglais (verbe au present perfect) comme en japonais (verbe à la forme -te iru) vont bien dans ce sens :

Certain moments from that day have stayed with me : for instance, … (p. 16) ;
さらにいくつかこの日の情景がぼくの記憶に残っている。 (p. 33)
sara ni ikutsuka no hi no jookei ga boku no kioku ni nokotte iru
De plus, plusieurs no d’un/de ce jour no scène ga moi no souvenir ni être resté

  • 56 Par métaénoncé, j’entends des énoncés qui viennent commenter/modaliser d’autres énoncés : je crois (...)

72J’ai formulé l’hypothèse que la présence de Aujourd’hui à la page 27 conduisait à constituer comme situation origine repère « vendredi, après le retour en bus à Alger ». Cependant, l’interprétation de J’ai encore gardé quelques images de cette journée tend à imposer une distance temporelle relativement importante entre le moment de l’énonciation et le moment que désigne cette journée. D’ailleurs la traductrice anglaise a vraisemblablement conçu une représentation comparable à la mienne puisqu’elle traduit cette journée par that day… mais, elle a aussi traduit le ce matin de la page 56 par that morning (p. 32) ! Supposons que mon interprétation soit partagée, alors nous devrons supposer une autre Sito qui viendrait se tresser avec la Sito qui organise par ailleurs cette séquence textuelle à partir de aujourd’hui, mais sans qu’il ne soit possible de la spécifier. Et il se pourrait qu’elle repère également d’autres métaénoncés56 de la première partie, sans que ce ne soit véritablement décidable, d’autant plus qu’il me paraît impossible de faire émerger une cohérence énonciative.

73Un autre cas qui me met dans l’embarras est fourni par le chapitre 3 : on trouve page 65 je sais que le patron n’aime pas qu’on nous téléphone de la ville et page 73 J’ai répondu, je ne sais pas encore pourquoi, que j’ignorais jusqu’ici qu’on me jugeât mal à cet égard […] Or ces deux énoncés ne sont pas repérables par rapport à la même Sito (voir le commentaire du chapitre 5) et le second est lui-même pris dans la dérégulation énonciative qui perturbe la seconde partie du chapitre 5 et le chapitre 6 : le début de ce dernier s’inscrivant dans la continuité énonciative de ce qui précède.

74Bref, sans aller plus dans le détail de l’analyse, je crois avoir avancé suffisamment d’arguments empiriques pour pouvoir soutenir que la dérégulation énonciative est de règle dans toute la première partie, à quelque niveau d’organisation textuelle que l’on se situe. Ayant assumé que Camus ne faisait rien sans raison, je peux alors dire que c’est un dispositif littéraire qui permet d’aller à l’encontre de la logique diégétique spontanée de tout récit : l’ordre factuel des événements engendre un ordre plus ou moins explicitement causal. Et même si les phrases de Camus étaient comme des îles, plusieurs îles prises ensemble formeraient un archipel, donc une configuration pourvue d’un ordre interne.

75Nous avons vu que du point de vue référentiel, il y avait continuité du début à la fin de la première partie ; l’auteur a, en raison de son projet littéraire et philosophique, mis en pièces cette cohérence en agitant autant que possible les repères énonciatifs, afin de jouer la contingence contre le possible ou le nécessaire.

76Pour conclure sur la première partie, je soulignerai un phénomène énonciatif remarquable – directement corrélé à la question que je viens de mentionner – qui touche de très près la question des figures du sujet, à savoir ce que j’appelle la mise en scène énonciative des procès.

77Dans un travail en cours, je propose de distinguer régimes énonciatifs et mise en scène énonciative des procès. En considérant trois modes de repérage par rapport aux repères origines (Sito (So, To)), je définis trois régimes énonciatifs : (1) identité, différence ; (2) rupture ; (3) ni identité ni différence ou identité ou différence.

78Étant donné ces trois régimes d’énonciation, je soutiens que, pour chacun d’eux, trois mises en scènes énonciatives des procès sont possibles, respectivement :

  1. pour le régime énonciatif (1) dont le passé composé (parfait) est le représentant typique, le Il y a, la visée et l’intentionnalité. So étant cette fois au centre du jeu énonciatif ;
  2. pour le régime énonciatif (2) dont le passé simple est le représentant typique, le contingent, le possible et le nécessaire. So est hors jeu par construction ;
  3. pour le régime énonciatif (3) dont l’infinitif serait le représentant typique, en principe les deux ensembles de modes de mise en scène sont possibles.

79Par intentionnalité et visée j’entends respectivement :

  • une relation bouclée, figure de la nécessité (ce que dit très bien toute conscience est conscience de) ;
  • une bifurcation ou pointe d’où partent deux branches, figure de la possibilité, avec une pondération sur l’une des deux branches (la visée suppose une bonne valeur et une mauvaise valeur : par exemple, l’intérieur et l’extérieur d’une cible).

80Dans le texte, nous trouvons un exemple spectaculaire d’articulation de l’intentionnalité (l’inévitable), de la visée (échapper à… ; avoir une issue) et de la contingence (savoir si… ; peut avoir…) : Ce qui m’intéresse en ce moment, c’est d’échapper à la mécanique, de savoir si l’inévitable peut avoir une issue. On m’a changé de cellule. (p. 163)

81Faute de pouvoir développer ici cette problématique, je m’en tiendrai à ce qui est essentiel pour mon propos en confondant alors

  • 57 Dans les deux extraits de Sartre et Conche cités supra, ces deux auteurs associent justement il y a(...)

contingence et il y a57 ;
 - possible et visée ;
 - nécessaire et intentionnalité.

82Il apparaît précisément que les derniers paragraphes de la première partie jouent, successivement, ces trois modes de mise en scène énonciative :

  • contingence/il y a : J’ai pensé à ce moment qu’on pouvait tirer ou ne pas tirer. […] Rester ici ou partir, cela revenait au même. (p. 88-89) ;
  • nécessité/intentionnalité : j’ai pensé que je n’avais qu’un demi-tour à faire et que ce serait fini. Mais toute une plage vibrante de soleil se pressait derrière moi. (p. 91) ;
  • possibilité/visée : J’ai compris que j’avais détruit l’équilibre du jour, le silence exceptionnel d’une plage où j’avais été heureux. Alors, j’ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s’enfonçaient sans qu’il y parût. Et c’était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur. (p. 93)
  • 58 En effet, Meursault endosse également toutes ces fonctions dans le 2e paragraphe du premier chapitr (...)

83Il est remarquable que l’on passe de la contingence pour arriver à la possibilité via la nécessité : ce n’est que dans les deux ultimes phrases de la première partie que Meursault, narrateur, incarne tout ensemble, pour la seconde fois58, les rôles de sujet syntaxique, de So et d’agent responsable de ses actes (parce que les énoncés portent des marques de la visée : J’ai compris […]. Alors, j’ai tiré encore […]).

Seconde partie : énonciation régulée

  • 59 Au sens de René Thom ; en définissant ce concept de façon très approximative, une catastrophe désig (...)
  • 60 Dans une espèce d’espace transitionnel entre ce qui est espéré (subjectivement conçu) et ce qui ser (...)

84La première partie s’achève par le meurtre de l’Arabe ; cet événement catastrophique59 va donner du sens à la vie de Meursault, comme lui-même le dit : Et c’était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur. Il franchit effectivement une porte qui le fait sortir de l’espace de la contingence – des événements qui adviennent sans raison ni finalité – pour l’introduire dans celui la nécessité – des événements que relient des chaînes de causalité, quand bien même il ne serait que le spectateur de cette mise en ordre des événements de sa vie. Cette porte symbolique du malheur le fait également basculer brutalement d’une liberté factice à un enfermement effectif, espace dès lors doublement intermédiaire : attente du procès suivie de celle du jugement, d’abord, de la grâce présidentielle60, ensuite.

  • 61 « Cet homme, messieurs, cet homme est intelligent. Vous l’avez entendu, n’est-ce pas ? Il sait répo (...)
  • 62 Contre-pied radical à une philosophie de l’absurde ! Le juge d’instruction et le procureur de la Ré (...)
  • 63 Quand Meursault a déclaré qu’il ne croyait pas en Dieu, le juge a dit que c’était impossible, que t (...)
  • 64 […] par l’horreur que je ressens devant un visage d’homme où je ne lis rien que de monstrueux. (p.  (...)
  • 65 […] le procureur s’est mis à parler de mon âme. Il disait qu’il s’était penché sur elle et qu’il n’ (...)
  • 66 La condamnation est la fille étymologique de la damnation.

85Meursault est désormais pris dans le flux de la nécessité/intentionnalité par la voix toute performative du procureur : tous ses gestes, tous ses comportements, toutes ses paroles et tous ses silences vont être investis de sens, d’un sens entendu à la fois comme signification – Meursault n’est pas insensé61 – et comme orientation – existence d’une finalité, voire d’une fatalité62. En raison de sa nature jugée, respectivement, inhumaine par le juge d’instruction qui a la crucifixion à portée de la main63, monstrueuse64 par le procureur qui a le pouvoir quasi divin65 de voir les âmes ou d’en constater l’absence, Meursault était en quelque sorte destiné à tuer effectivement (l’Arabe), moralement (sa mère) et symboliquement (son père) et condamné66 à mourir sur l’échafaud. Faute de foi et d’âme, donc d’humanité, point de salut possible !

86Mais l’étude pour elle-même de cette question n’est pas au centre de mon propos, même si elle y est étroitement corrélée. En effet ce qui m’importe, c’est la manière dont le dispositif énonciatif va engager cette logique du nécessaire pour aboutir, comme nous le verrons, à une logique du possible. Le texte opère un tressage dialogique serré entre la voix de la nécessité (juge d’instruction et procureur de la République, peut-être aussi la puissance du réel) et de celle de la contingence (Meursault) tout au long des quatre premiers chapitres, et qui sera défait au cinquième et ultime chapitre. Voici quelques exemples de ce tressage :

Raymond a répondu que c’était par hasard. Le procureur a rétorqué que le hasard avait déjà beaucoup de méfaits sur la conscience dans cette histoire. Il a voulu savoir si c’était par hasard que je n’étais pas intervenu quand Raymond avait giflé sa maîtresse, par hasard que j’avais servi de témoin au commissariat, par hasard encore que mes déclarations lors de ce témoignage […] (p. 144)
J’ai retracé devant vous le fil des événements qui a conduit cet homme à tuer en pleine connaissance de cause. (Le procureur, p. 151)
J’aurais voulu essayer de lui expliquer cordialement, presqu’avec affection, que je n’avais jamais pu regretter vraiment quelque chose. J’étais toujours pris par ce qui allait arriver, par aujourd’hui ou par demain. (p. 153)
Le président a toussé un peu et sur un ton très bas, il m’a demandé si je n’avais rien à ajouter. Je me suis levé et comme j’avais envie de parler, j’ai dit, un peu au hasard d’ailleurs, que je n’avais pas eu l’intention de tuer l’Arabe. (p. 156)

  • 67 Weinrich (op. cit. p. 308-314) souligne l’hétérogénéité des repérages temporels tout au long du tex (...)

87La seconde partie commence par Tout de suite après mon arrestation, j’ai été interrogé plusieurs fois, qui donne ainsi le moment initial d’une chronologie clairement établie des événements mais non celui où en commencera la narration. À partir de ce moment – mon arrestation67 – tous les événements vont se succéder selon l’ordre de leur avènement ; comme il l’a été souligné par différents auteurs les marques temporelles scandent toute cette seconde partie avec une grande régularité – Weinrich en soulignera même l’excessive profusion.

88Le chapitre 1 constitue le premier bout du fil chronologique, mais, j’insiste, il n’en démarre cependant pas le tissage : l’emprisonnement, la première rencontre avec le juge d’instruction, avec son avocat, puis de nouvelles rencontres avec le juge d’instruction, et au bout de onze mois la fin de l’instruction.

89Le chapitre 2 poursuit le parcours du fil des événements : celui des jours passés en prison.

90Le chapitre 3 déroule la première partie du procès (les débats), situé au terme des onze mois de l’instruction, un mois environ avant le moment du jugement : Je peux dire qu’au fond l’été a très vite remplacé l’été. […] Mon affaire était inscrite à la dernière session de la cour d’assises et cette session se terminerait avec le mois de juin. (p. 125)

91Et le chapitre 4 continue le précédent : les plaidoiries du procureur et de l’avocat, puis, enfin, le jugement qui condamne Meursault à la peine capitale.

92Arrive le dernier chapitre (5) dont le statut est tout différent de ceux qui le précèdent en ce qu’il nous donne la clé énonciative de toute la seconde partie :

931° D’abord, il dit le moment origine du tissage du fil chronologique :

  • 68 C’est moi qui souligne.

Pour la troisième fois, j’ai refusé de recevoir l’aumônier. Je n’ai rien à lui dire, je n’ai pas envie de parler, je le verrai bien assez tôt. Ce qui m’intéresse en ce moment68, c’est d’échapper à la mécanique, de savoir si l’inévitable peut avoir une issue. On m’a changé de cellule. (p. 163)

942° Ensuite, il marque un changement de statut de Meursault, comparable à celui dont j’ai fait l’hypothèse à la fin de la première partie : jusque-là, il était le spectateur passif de ce qui lui arrivait,

Et j’ai eu l’impression bizarre d’être regardé par moi-même […] (p. 130) ; J’ai senti alors quelque chose qui soulevait toute la salle et, pour la première fois, j’ai compris que j’étais coupable. (p. 136) ; En quelque sorte, on avait traité cette affaire en dehors de moi. Tout se déroulait sans mon intervention. Mon sort se réglait sans que l’on prenne mon avis. (p. 149)

pris dans l’ordre de la nécessité des événements qui s’enchaînaient sans vraiment rencontrer d’obstacles. Il reconnaîtra même, en écoutant le procureur, qu’il trouvait que sa façon de voir les événements ne manquait pas de clarté. Ce qu’il disait était plausible (p. 151) et qu’il ne pouvait pas s’empêcher de reconnaître qu’il avait raison (p. 152) ; puis il dira encore, à propos d’un possible recours en cassation (Mon avocat) m’a expliqué qu’on ne cassait pas un jugement, comme cela, pour rien. Cela m’a paru évident et je me suis rendu à ses raisons (p. 161). Si bien que le quatrième chapitre pouvait se terminer par des propos déconcertants alors que sa condamnation à mort venait d’être prononcée :

L’avocat a posé sa main sur mon poignet. Je ne pensais plus à rien. Mais le président m’a demandé si je n’avais rien à ajouter. J’ai réfléchi. J’ai dit : « non ». C’est alors qu’on m’a emmené. (p. 162)

95À quoi Meursault a-t-il bien pu réfléchir, lui qui ne pensait plus à rien ? Pour pouvoir ajouter quelque chose, pouvoir contester le verdict fatal, il aurait fallu qu’il soit un sujet agentif, un sujet face à d’autres sujets, pris dans une relation d’altérité de sorte qu’il existe d’autres positions énonciatives et des points de vue à confronter ; il n’était pas dans ces dispositions !

96Dès la première phrase du chapitre 5, Meursault, narrateur et So, s’inscrit brutalement dans l’ordre de la visée sous la forme du refus qui marque un choix et une exclusion dans une alternative : Pour la troisième fois, j’ai refusé de recevoir l’aumônier. Je n’ai rien à lui dire, je n’ai pas envie de parler, je le verrai bien assez tôt. J’y reviendrai.

  • 69 D’où les commentaires sur le caractère « ordinaire » de l’écriture de cette partie.

97Voilà donc la Sito de l’ensemble des énoncés de toute cette partie, sans aucune exception69, celle à partir de laquelle toutes les valeurs référentielles des énoncés s’engendrent. Meursault est condamné à la peine capitale et il est maintenant en attente de savoir s’il bénéficiera ou non de la grâce présidentielle, de savoir si l’inévitable peut avoir une issue. Et c’est maintenant que le troisième refus de recevoir l’aumônier est validé : l’aumônier est là, maintenant, dans l’attente que Meursault accepte sa visite et Meursault ne veut pas le recevoir (Je n’ai rien à lui dire, je n’ai pas envie de parler, ).

98La continuité chronologique soulignée précédemment est désormais à comprendre comme étant en prise directe avec ce hic et nunc fondateur du repérage spatio-temporel. Il existe en conséquence une double continuité – continuité chronologique (référentielle) et énonciative – avec une Sito explicitement définie : sujet énonciateur (So = Meursault (je)), moment de l’énonciation (To = en ce moment), lieu de l’énonciation (Lo = de celle-ci (la cellule de Meursault)). Une Sito qui marche à plein régime, tant du point de vue subjectif que spatio-temporel. Tous les événements de la seconde partie s’inscrivent dans la temporalité – actuel, révolu, non révolu – et ne sont plus organisés selon un ordre simplement chronologique – antériorité, concomitance, postériorité –, comme c’était, d’une façon générale, le cas dans la première partie, faute d’une situation origine globale.

99Cette hypothèse reçoit de très solides arguments empiriques dans les traductions proposées en anglais et en japonais :

For the third time, I’ve refused to see the chaplain. I have nothing to say to him, I don’t want to talk - I’ll be seeing him soon enough. What I am concerned about at the moment is how to avoid the guillotine, finding out if it is possible to escape the inevitable. I’ve been put in a different cell. (p. 98)

  • 70 Je reprends la terminologie de Benveniste (op. cit. 1966, p. 244 et p. 249). Je signalerai que j’ai (...)

100La traductrice a été contrainte, en raison des présents et du futur du contexte, de traduire les passés composés (j’ai refusé… et On m’a changé...) par des present perfect (I’ve refused… et I’ve been put.) Effectivement, les deux passés composés ont valeur de parfait et non d’aoriste de discours70.

101Dans le texte japonais, dont je ne donne que les deux premières phrases, le passé composé à valeur de parfait ne peut être traduit que par une forme en – ta (たった : tatta), mais les autres verbes sont à la forme en – u, qui peut correspondre au présent. Et dans これで (kore de), これ (kore) est un déictique identifiable à ici-maintenant que l’on peut traduire par cette fois-ci.

これで三度、ぼくは司祭の訪問をたった。司祭に言うべきことはなにもないし、 話もしたくない。
Kore de santabi, boku wa shisai no hoomon wo tatta. Shisai ni iu beki koto wa nanimo naishi, Ceci 3e fois, moi wa prêtre no visite wo avoir refusé. Prêtre ni chose à dire wa rien n’y avoir hanashimo shitakunai.
parler ne pas avoir envie

102La traduction la plus proche, sinon la plus littéraire, serait : Cette fois-ci est la troisième fois que j’ai refusé la visite du prêtre. Il n’y a rien que j’ai à dire au prêtre et je n’ai pas envie de parler.

103Dans cette partie, les énoncés au présent ou au parfait n’offrent aucune difficulté pour ce qui est de leur repérage : ils commentent des états de choses, des situations vécues proférés à partir de la situation origine. Quelques exemples :

  • 71 En vérité n’est pas un présent au sens d’une forme verbale au présent de l’indicatif, mais c’est un (...)

En vérité71, ils ne s’occupaient… (p. 108) ; je peux dire que… (p. 108) ; il y a des choses dont je n’ai jamais aimé parler (p. 111) ; Je ne sais combien de temps (p. 116) ; Je peux dire que, dans les premiers mois, (p. 121) ; C’était l’heure dont je ne veux pas parler (p. 124) ; Je peux dire qu’au fond (p. 125) ; Mais je ne peux pas dire ce que… ; Je sais bien que c’était… ; Cependant la différence n’est pas grande… ; Je crois bien que d’abord… (p. 127) ; etc.

et une trentaine d’autres pourrait être ajoutée à cette série, jusqu’à l’ultime phrase du roman :

Pour que tout soit consommé, pour que je me sente moins seul, il me restait à souhaiter qu’il y ait beaucoup de spectateurs le jour de mon exécution et qu’ils m’accueillent avec des cris de haine. (p. 184)

104Il est à souligner que le nombre des énoncés au présent ou au parfait, si l’on exclut les descriptions (assez longues dans la première partie), est beaucoup plus important dans la seconde partie, ce qui est prévisible s’il existe une continuité énonciative. Disons dans un rapport de un à trois en faisant une péréquation avec le nombre de pages de chacune des deux parties : 84 pages pour la première, 65 pages pour la seconde.

Pour conclure : des sujets en crise d’identité

105Si la permanence identitaire du narrateur-personnage peut voiler la pluralité des énonciateurs, elle ne permet cependant pas de masquer la dérégulation énonciative locale (la première partie) et globale (les deux parties considérées ensemble) à l’œuvre dans L’Étranger.

106D’une partie à l’autre, je pense l’avoir (dé) montré, le statut énonciatif de Meursault change.

  • 72 À ce titre, le roman de Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête, Arles, Actes Sud, 2014 , est tout à (...)

107Dans la première partie, narrateur et sujet syntaxique, il est identifiable à une multitude de sujets énonciateurs : à chaque Sito identifiée correspondent des instances énonciatives (So) singulières. Et ce n’est qu’à la toute fin de cette partie que So fonctionne à plein régime : repère subjectif, agent responsable et source de visée ; hors de toute relation d’altérité, cependant : l’Arabe n’étant ni un interlocuteur ni un alter ego – il n’est, au vrai, personne !72 – il n’a aucun statut énonciatif et dès lors n’est pas en mesure d’occuper la place de co-énonciateur (S1).

108Dans la seconde partie, il est d’un bout à l’autre identifiable à une unique instance énonciative So, puisque tout le texte est alors organisé à partir d’une unique Sito. Il est sujet agentif, définissant des positionnements énonciatifs :

  • 73 Le refus et l’exclusion reposent en effet sur une alternative (p et p’) et une sélection (p ou p’).

- d’abord sous la forme du refus et de l’exclusion73, entrant alors dans une relation d’altérité radicale (pas d’altérité So-S1 donc, mais coupure entre le domaine de So et celui du tout autre que So) ; là encore pas de relation d’interlocution : Pour la troisième fois, j’ai refusé de recevoir l’aumônier. Meursault nous rapporte la demande du prêtre, qui n’étant pas l’interlocuteur dans la situation origine n’est pas non plus le S1. La relation d’altérité radicale, qui définit deux positions irréductibles l’une à l’autre, se fait particulièrement insistante dans le dernier paragraphe où se dit l’exclusion de toute valeur autre que celle que valide So : Si près de la mort, maman devait s’y sentir libérée et prête à tout revivre. Personne, personne n’avait le droit de pleurer sur elle. (p. 181)
 - puis dans l’ultime énoncé de L’Étranger : Pour que tout soit consommé, pour que je me sente moins seul, il me restait à souhaiter qu’il y ait beaucoup de spectateurs le jour de mon exécution et qu’ils m’accueillent avec des cris de haine. (p. 182) où opère la visée d’un basculement de l’altérité radicale (rien n’est partageable) vers l’altérité comme relation à un alter ego (So-S1). Séquence dans laquelle Meursault (So) vise – […] pour que je me sente moins seul, il me restait à souhaiter […] – à occuper la position de co-énonciateur (S1) – […] qu’ils m’accueillent avec des cris de haine.

109Final énonciatif qui met en scène une logique du possible, contre une logique de la contingence et du nécessaire, conjointe à une logique de la reconnaissance, contre une logique de l’indifférence : contrechant parfait à l’attente de Meursault et à son espoir d’échapper à l’inéluctable par l’effet d’une parole bienveillante d’un autre homme.

Bibliographie

Bibliographie

L’Étranger et ses traductions :

CAMUS, A., 1942, L’Étranger, Paris, Gallimard, collection Folio (2007).

The Outsider, Penguin Classics, (2013), traduction de Sandra SMITH, (2012).

異邦人 (いほうじん : Ihoojin), (2012) Daisan Shoboo, Tokyo, traduction de Fumiaki YANAGISAWA. 異邦人, (1954), Shinchosha Company, Tokyo, traduction de Keisaku KUBOTA.

BARTHES, R., 1953, L’écriture du roman, in Le degré zéro de l’écriture, Paris, Gonthier, coll. Médiations, (1965).

BENVENISTE, É., 1966, 1970, Problèmes de linguistique générale, T1 et T2, Paris, NRF, Gallimard.

CONCHE, M., 1998, Vivre et philosopher, Paris, PUF/Perspectives Critiques.

DAOUD, K., 2014, Meursault, contre-enquête, Arles, Actes Sud.

DE VOGÜÉ, S., 1989, « Discret, dense, compact : les enjeux énonciatifs d’une typologie lexicale », in La Notion de prédicat, coll. ERA 642 (URA 1028), Université de Paris 7.

DE VOGÜÉ, S., 1992, Culioli après Benveniste : énonciation, langage intégration, in LINX, n° 26-1992-1, p. 77-108.

LEBAUD, D., 2016, « Réflexions sur l’unité lexicale « sujet » et ses emplois en français contemporain », in The online Journal of Inter Faculty, Tsukuba University, Japon : https://journal.hass.tsukuba.ac.jp/interfaculty

MIGEOT, F., 2015, « L’Étranger aux miroirs du sujet (Camus) », in Portée des ombres, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée.

PAILLARD, D., 2009, « Prise en charge, commitment ou scène énonciative », Langue française, n° 162, p. 109-128, Armand Colin Revue.

ROUSSEAU, J.-J., 1964,[1762], Le Contrat Social, Œuvres complètes, T 3, Paris, La Pléiade.

SARTRE, J.-P., 1943, L’être et le néant, NRF, Gallimard.

SARTRE, J.-P., 1947, « Explication de l’Étranger », in Situations I, Paris, Gallimard.

WEINRICH, H., 1973, Le temps, Paris, Éditions du Seuil.

Notes

1 Dérégulation s’oppose à dérèglement en ce que le premier terme suppose une intention alors que le second n’est qu’un effet secondaire (voir par exemple la dérégulation du droit du travail et le dérèglement climatique).

2 François Migeot, « L’Étranger aux miroirs du sujet (Camus) », in Portée des ombres, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2015, p. 79-100.

3 Par procédés linguistiques, je vise autant l’emploi de telle ou telle forme verbale, de telle ou telle modalité, que des choix lexicaux et syntaxiques ou des modes de structuration des paragraphes, des chapitres.

4 Terme dont nous verrons comment on peut le comprendre.

5 Harald Weinrich parle de « présence insolite du passé composé » (Le temps, Paris, Éditions du Seuil, 1973 , p. 311).

6 N’en déplaise à Weinrich qui écrit que l’intention de Camus « va précisément à contre-sens de celle que Sartre a cru déceler. » op. cit, p. 311.

7 Jean-Paul Sartre, « Explication de l’Étranger », in Situations I, Paris, Gallimard, 1947, p. 117-118.

8 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture, Paris, Seuil, 1953, p. 30-31. Je remercie vivement Martine Cotin de m’avoir rappelé cette importante référence. Je retiendrai de Barthes le noyau dur de ses commentaires littéraires sur le fonctionnement du passé simple, sans assumer cependant que cette forme « fonctionne comme le signe algébrique d’une intention » : signe algébrique de la nécessité, oui, d’une intention, non.

9 Je crois que l’on peut tenir les trois ou quatre passés simples que l’on trouvera dans l’ensemble du texte comme l’effet d’« étourderies » de l’auteur, emporté par la force de la norme romanesque ; je doute donc qu’il soit possible de leur trouver une motivation dans l’économie générale du roman.

10 Là se pose d’ailleurs de façon cruciale la question des limites de la traduction : j’évoquerai succinctement cette question quand elle sera particulièrement sensible.

11 Barthes, op. cit.

12 Je peux me reconnaître dans la formulation de François Migeot : « Camus, encore une fois, fait un choix génial en instaurant la prédominance du passé composé. Ce temps, à la fois, assure l’embrayage des événements relatés à la subjectivité du « je » qui énonce, tout en atomisant les faits rapportés qui se juxtaposent, sans aucun connecteur, dans une simple succession qui, ainsi, semble devenir totalement aléatoire. » (op. cit., p. 81).

13 Émile Benveniste (Problèmes de linguistique générale, T. 1, Paris, NRF, Gallimard, 1966, p. 248), parlait du parfait, mais ce propos est généralisable à l’aoriste de discours, puisque précisément, c’est de discours au sens de Benveniste (donc d’un mode énonciatif organisé autour de la situation de locution) qu’il s’agit.

14 Les deux premiers chapitres sont organisés autour de l’actuel, marqué par l’inaugural « Aujourd’hui (maman est morte) » ; le troisième chapitre bascule, sans transition, dans le révolu : « J’ai pris l’autobus à 2 heures. »

15 Afin que la lecture reste digeste, je ne retiendrai que ce qui est crucial pour mon propos.

16 Daniel Lebaud « Réflexions sur l’unité lexicale « sujet » et ses emplois en français contemporain », in The online Journal of Inter Faculty, Tsukuba University, Japon, 2016.
https://journal.hass.tsukuba.ac.jp/interfaculty

17 Proposition triviale en l’état : les entrées de dictionnaire le conçoivent bien ainsi. Il convient donc d’en dire plus en ce qui concerne les propriétés de l’unité lexicale sujet en langue : ce que j’ai cherché à faire dans l’article mentionné.

18 Il s’agit d’une définition très restrictive de sujet énonciateur (So) que je tiendrai pour équivalent à sujet de l’énonciation : le premier syntagme thématise la fonction d’un terme, le second la relation à partir du terme repère de cette relation, l’énonciation. Si le locuteur ou narrateur est une instance physique, So est une position dans un espace intersubjectif que l’on peut restituer à partir des formes qui constituent un énoncé (voir Denis Paillard, « Prise en charge, commitment ou scène énonciative », Langue française, n° 162, p. 109-128, Armand Colin Revue 2009 ; cf. note suivante).

19 Pour un exposé détaillé de cette question voir Denis Paillard (2009) : « La sélection de p s’inscrit dans un espace « intersubjectif » que Culioli organise autour de trois positions :
[0 So [1 S’o 0] S1 1]
So et S1 désignent deux positions dans un rapport d’altérité (la position S1 est seconde par rapport à So). L’altérité qui caractérise le rapport entre les deux positions réside dans le fait qu’a priori la position notée S1 est virtuellement une position correspondant à une remise en cause de la position So : si p est associé à So, S1 s’interprète comme le support virtuel de p’ (soit ‘non p’ ou encore ‘autre que p’). Quant à S’o il désigne une position relevant à la fois de l’espace de So (S’o est l’image en miroir de So) et de celui de S1 (S’o est alors la représentation que se fait So de S1). » (op. cit. p. 116)

20 Je reprends une locution de François Migeot : « […] d’une instance – le sujet – qui ne saurait advenir, dans sa mouvance et sa précarité, que comme effet de langage. » (op. cit. p. 79). Un cas exemplaire est fourni par le sujet politique tel qu’il est produit par les théoriciens du Contrat social : « À l’égard des associés ils prennent collectivement le nom de peuple et s’appellent en particulier Citoyens comme participant à l’autorité souveraine, et Sujets comme soumis aux lois de l’État. » (Jean-Jacques Rousseau, Le Contrat social, Œuvres complètes, T 3, Paris, La Pléiade, 1964 [1762], p. 362).

21 Sarah De Vogüé, Culioli après Benveniste : énonciation, langage intégration, in LINX, n° 26-1992-1, p. 77-108.

22 Benveniste n’utilise pas, à ma connaissance, le terme sujet énonciateur, et très peu celui d’énonciateur : je n’ai repéré que trois occurrences d’énonciateur dans le deuxième tome des Problèmes de linguistique générale, T 2, (Paris, NRF, Gallimard), p. 68, 84 et 85. Rappelons-nous que la catégorie de la personne chez Benveniste se constitue par le fait qu’un locuteur s’adresse à un interlocuteur qui, à son tour, le reconnaît comme un possible interlocuteur : être un sujet et être une personne sont deux modes d’être distingués du locuteur.

23 « L’acte individuel d’appropriation de la langue introduit celui qui parle dans sa parole », op. cit., p. 82.

24 X : ce/celui qui se réveille, puisque réveil est toujours réveil de

25 Sartre, 1947 op. cit. p. 119.

26 Marcel Conche, Vivre et philosopher, Paris, PUF/Perspectives Critiques, 1998, p. 102.

27 À l’identique de ce qu’il en est pour Je me réveille/Il y a réveil : on pourrait relire, en contrepoint, ce qu’écrit Sartre dans L’être et le néant (Paris, NRF Gallimard, 1943, p. 118-120) à propos de il s’ennuie, du sujet, du soi, de la présence à soi.

28 Je prendrai énonciation de récit au sens où Sarah de Vogüé, (« Discret, dense, compact : les enjeux énonciatifs d’une typologie lexicale », in La Notion de prédicat, Université de Paris 7, 1989), reformulant Benveniste, distingue trois modes énonciatifs (discours, récit, histoire) et dit que ce mode énonciatif « relève du simple constat : constat de la vérification d’un procès dans une situation donnée, situation spécifiée par les localisateurs […]. Il s’agit de ce que l’on a pu appeler, […], la catégorie du récit où rien n’est dit par personne (« Personne ne parle ici »), rien n’est commenté. » p. 35.

29 Dire parfois…, parfois… est réducteur : dans la première partie, je dirai plutôt parfois…, souvent… ; dans la deuxième partie, souvent…, parfois

30 J’ai d’abord cité « je prendrai l’autobus à 2 heures et comme ça j’arriverai dans l’après-midi » comme exemple d’un So qui fonctionne « à plein régime » dans la mesure où l’emploi du futur et de la préposition à marque l’existence d’une visée de la part de je, ce qu’atteste la suite de l’énoncé (un objectif : arriver dans l’après-midi). Dans le cas de J’ai pris l’autobus à 2 heures est simplement l’énoncé d’un fait avéré, un simple constat de la validité en bloc de je-prendre un autobus par rapport au localisateur 2 heures.

31 Assertion sans doute trop brutale en l’état que la suite justifiera cependant.

32 The Outsider, Penguin Classics, 2013.

33 Il se pourrait, par ailleurs, que les fonctionnements respectifs de ma mère et de my mother ne soient pas équivalents ; je ne préjugerai en conséquence pas des propriétés des termes de filiation en anglais. Ainsi, comme me l’a signalé Dominique Lebaud-Sauze, dans Pride and prejudice de Jane Austen, Elizabeth et Jane, deux sœurs, parlent de leur mère ensemble en disant à tour de rôle my mother (voir par exemple p. 232 et 236-237, Penguin Books, 1996). Les traductions en français, dans ces contextes, proposent soit mère (La Pléiade, 2000), soit notre mère, mais jamais ma mère (Omnibus, 1996).

34 Mais j’ai en tête des emplois qui semblent déroger à ce principe, comme Maman m’a interdit de parler à des étrangers. Je crois que ces emplois marquent également une absence d’altérité, mais le travail est à faire !

35 Ce sont les deux seules occurrences de ma mère que j’ai trouvées dans l’ensemble du texte, il se pourrait que j’en ai manqué une ou deux, mais de toute façon, les occurrences ne seront pas nombreuses.

36 異邦人, (2012). Dans une traduction plus ancienne, par Keisaku Kubota (1954), on trouve : きょう、ママンが死んだ。où ママン est la translittération en katakana de maman.

37 Mes différentes informatrices (que ce soit des filles n’est pas indifférent) pensent, cependant, qu’elles ne le disent pas. Je supposerai que kaasan est la forme la plus désinvestie des rapports intersubjectifs, celle qui pourrait même fonctionner comme un nom propre, n’engageant du coup aucun rapport entre So et la personne que désigne kaasan, même s’il s’agit de la propre mère de la personne à laquelle peut-être identifié So. La recherche engagée, à partir de deux traductions en japonais, en collaboration avec Megumi Shimanouchi (Tsukuba University) devrait permettre d’aller dans le détail des emplois des différentes façons de dire la relation maternelle.

38 Sama est une forme plus respectueuse que san. Voir en particulier les pages 9 et 10 pour un exemple d’alternance entre kaasan et okaasama. Des occurrences de chacune de ces désignations peuvent être trouvées tout au long du texte, il semble en revanche n’y avoir qu’une occurrence de ofukurosan, p 29.

39 Pour les autres emplois, voir p. 143, p. 173, p. 181.

40 Forme en -ta ; il paraît difficile en japonais d’avoir une autre forme verbale pour est morte, quel que soit le verbe : shinda ou nakunatta.

41 Op. cit. p. 90. Il faudrait en fait citer en entier la partie (p. 90-92) qui analyse la relation toute fusionnelle mère-fils ; ce qui là aussi est congruent avec ce que je soutiens sur l’unité lexicale maman.

42 Cette thèse, si elle a été soutenue par d’autres, Weinrich – je l’ai mentionné supra – et François Migeot en particulier, elle ne l’a été ni de façon radicale ni empiriquement vraiment argumentée.

43 L’intention auctoriale est en effet soulignée par les critiques, Sartre et Barthes en particulier. C’est la raison pour laquelle j’emploie dérégulation/dérégulé et non dérèglement/déréglé.

44 La forme du texte dans son ensemble élimine sans aucun doute cette option.

45 « Renforcé par « aujourd’hui », le « est morte » peut aussi s’entendre comme un présent : elle est dans l’état d’être morte. En effet, cette mort reste ouverte, non conclue, comme le suggère le texte : « Pour le moment, c’est un peu comme si maman n’était pas morte ». » op. cit. p. 86.

46 Il donne le la énonciatif du premier chapitre. L’étrangeté que je ressens est consécutive à la disproportion entre l’organisation thème/rhème et la nature de l’événement maman est morte, dont on attendrait qu’il fût thématique.

47 Op. cit. p. 3.

48 Locution empruntée à François Migeot (à la suite de Jean Peytard), op. cit. p. 88.

49 Un aujourd’hui de plus, mais surtout un aujourd’hui non identifiable au premier.

50 Dans la version anglaise, ce passé composé est effectivement traduit par un present perfect : Certain moments from that day have stayed with me… (p. 16).

51 La logique énonciative aurait voulu que l’on ait bien plutôt dans la soirée ou à la fin de la journée afin d’assurer la continuité des repérages spatio-temporels : ce qu’appellerait d’ailleurs la présence en début du paragraphe précédent de Peu après (p. 66). Notons que la version anglaise dit : That evening, Marie came to see me… (p. 38).

52 Le lecteur, je pense, en conviendra facilement ; cependant il faudrait appuyer cette intuition sur une argumentation solide qui reposera à la fois sur l’article défini le et sur dimanche comme nom désignant un jour appartenant à un ensemble fermé et ordonné de jours (une semaine).

53 La traductrice de la version anglaise ne tient pas compte de cette rupture, elle traduit depuis ce matin par since that morning (p. 47) – dans la logique de la traduction évoquée dans la note 52 –, donc une expression déictique par une expression plutôt anaphorique dans le contexte (nous apprendrons un peu plus loin qu’« il est 11 heures et demie », p. 82). On aurait attendu, par fidélité au texte, since this morning. La version japonaise en revanche traduit bien ce matin par une expression résolument déictique : kesa (p. 95).

54 Sujet constitué au sens où existe un décalage entre l’accomplissement d’un procès qui affecte Meursault (actant sujet, support de prédication) et la prise de conscience de cet accomplissement après coup par Meursault (So) ; Sujet constituant en ce que Meursault (So et actant sujet agentif) vise l’effectuation d’un procès : intention de tirer et accomplissement de tirer.

55 Je passerai sur les deux premiers paragraphes déjà largement étudiés.

56 Par métaénoncé, j’entends des énoncés qui viennent commenter/modaliser d’autres énoncés : je crois que…, je sais que…, je ne sais plus, j’aime…, je n’aime pas…, …

57 Dans les deux extraits de Sartre et Conche cités supra, ces deux auteurs associent justement il y a et contingence. Je les distingue parce qu’ils ne relèvent pas, selon mon hypothèse, du même régime énonciatif : je ne devrais, en toute rigueur, que mobiliser il y a, intentionnalité et visée dans la mesure où l’instance subjective (So) est active et que la forme verbale dominante est le passé composé.

58 En effet, Meursault endosse également toutes ces fonctions dans le 2e paragraphe du premier chapitre.

59 Au sens de René Thom ; en définissant ce concept de façon très approximative, une catastrophe désigne le lieu où une fonction change de forme. En l’occurrence, c’est la vie de Meursault qui change de forme : d’innocent, il est devenu coupable. Et comme le dit François Migeot (op. cit. p. 97), il est coupable au sens où il peut être coupé, donc susceptible de passer de vie à trépas via le couperet de la guillotine.

60 Dans une espèce d’espace transitionnel entre ce qui est espéré (subjectivement conçu) et ce qui sera effectif (objectivement perçu), en osant évoquer l’espace transitionnel de Winnicott et en faisant référence à la façon dont François Migeot analyse les rapports entre Meursault et sa mère.

61 « Cet homme, messieurs, cet homme est intelligent. Vous l’avez entendu, n’est-ce pas ? Il sait répondre. Il connaît la valeur des mots. Et l’on ne peut pas dire qu’il a agi sans se rendre compte de ce qu’il faisait. » dit le procureur (p. 152).

62 Contre-pied radical à une philosophie de l’absurde ! Le juge d’instruction et le procureur de la République sont, dans le scénario de l’Étranger, le recto et le verso d’une même théologie de la destinée : la vie doit avoir un sens qui repose sur la croyance en l’existence de Dieu et en l’existence de l’âme comme preuve de l’humanité en l’homme. Il est tentant d’établir un parallèle entre la capacité à rire (voir la controverse de Valladolid) comme preuve d’humanité et la capacité à pleurer comme preuve de l’existence de l’âme, donc d’humanité. Meursault est accusé de ne pas avoir pleuré au bon moment. Le juge et le procureur endossent la figure de Juan Ginès de Sepùlveda.

63 Quand Meursault a déclaré qu’il ne croyait pas en Dieu, le juge a dit que c’était impossible, que tous les hommes croyaient en Dieu, même ceux qui se détournaient de son visage. C’était là sa conviction et, s’il devait jamais douter, sa vie n’aurait plus de sens. (p. 106)

64 […] par l’horreur que je ressens devant un visage d’homme où je ne lis rien que de monstrueux. (p. 155)

65 […] le procureur s’est mis à parler de mon âme. Il disait qu’il s’était penché sur elle et qu’il n’avait rien trouvé, messieurs les jurés. Il disait qu’à la vérité, je n’en avais point, d’âme, et que rien d’humain, et pas un des principes moraux qui gardent le cœur des hommes ne m’était accessible. (p. 153)

66 La condamnation est la fille étymologique de la damnation.

67 Weinrich (op. cit. p. 308-314) souligne l’hétérogénéité des repérages temporels tout au long du texte et la fonction de « césure » de l’arrestation, dans le cadre de ses hypothèses sur la répartition des formes verbales entre monde raconté et monde commenté. Mon point de vue étant autre, je ne commenterai pas les propos de cet auteur mais soulignerai cependant qu’il me semble sous-estimer l’ordre énonciatif au profit de l’ordre référentiel.

68 C’est moi qui souligne.

69 D’où les commentaires sur le caractère « ordinaire » de l’écriture de cette partie.

70 Je reprends la terminologie de Benveniste (op. cit. 1966, p. 244 et p. 249). Je signalerai que j’ai refusé de recevoir l’aumônier sera très justement rendu par un prétérit dans le contexte suivant It was at just such a moment that I again refused to see the chaplain (p. 104) : il s’agit bien cette fois-ci d’un passé composé à valeur d’aoriste de discours.

71 En vérité n’est pas un présent au sens d’une forme verbale au présent de l’indicatif, mais c’est un mot du discours qui réfère au présent de l’énonciation (l’actuel), d’ailleurs la traduction en anglais est But, to tell the truth, they never took… (p. 63, c’est moi qui souligne).

72 À ce titre, le roman de Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête, Arles, Actes Sud, 2014 , est tout à fait pertinent.

73 Le refus et l’exclusion reposent en effet sur une alternative (p et p’) et une sélection (p ou p’).

Auteur

Professeur émérite UBFC-SLHS-ELLIADD.
Enseignant-chercheur en sciences du langage, inscrit ses travaux dans la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives (TOPE) développée par Antoine Culioli. Son domaine de recherche, essentiellement en français mais avec des excursions en khmer et en japonais, est la sémantique lexicale, la morphologie verbale et l’étude des textes en vue de proposer une théorie des régimes énonciatifs et de la mise en scène énonciative des procès.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search