Version classiqueVersion mobile

Parcours dans le texte littéraire

 | 
Judith Alvarado-Migeot
, 
Andrée Chauvin-Vileno
, 
Agnès Marcelli-Ratte

Le texte comme espace de création

Pourquoi j’édite François Migeot

Daniel Leroux

Texte intégral

1Je représente en cette riche journée consacrée aux travaux de François Migeot les éditions de L’Atelier du Grand Tétras qui ont édité plusieurs recueils de lui en sa qualité de poète et de traducteur. L’Atelier du Grand Tétras se rattache en France à cette constellation d’éditeurs dits indépendants – et que je préfère appeler petits éditeurs – qui consacrent une grande partie de leur catalogue à la poésie.

2On ne le sait que trop, la poésie, à un moment où elle n’a jamais été aussi nécessaire à nos contemporains pour contrebalancer les effets de la pensée unique, soumise aux intérêts du commerce tels que les diffusent la voix souveraine des médias, la poésie est la bête noire des éditeurs.

3Parce qu’elle se vend mal, parce qu’aussi les temps ne se prêtent plus, d’une manière presque générale, à dégager profit de la vraie littérature, les maisons d’éditions renommées ont quasiment toutes tranché la question : elles n’éditent que la poésie classique ou que les poètes contemporains, qui, par d’autres voies, ont atteint à une renommée qui leur permet de risquer un médiocre tirage. Seules l’ampleur potentielle du tirage et l’étendue de son accroche médiatique font la loi. Vous l’aurez compris : l’édition de la poésie est à l’opposé de ces deux perspectives.

4Ce constat désolant, loin de nous résigner à l’endormissement des troupeaux, éveille une première réponse – générale certes mais décisive – à la question « Pourquoi éditer la poésie ? » C’est qu’à y regarder de plus près – et il est un nombre croissant de citoyens qui en témoigne – le triomphe du mercantilisme actuel tisse l’emprise de sa soif de pouvoir et de profits jusqu’à condamner, dans la frénésie de sa domination, l’humain à vivre sa vie contre la vie et va même jusqu’à se risquer à trafiquer le langage en le déviant, voire en le dépouillant de son sens.

5C’est sur ce point, certainement, que la poésie, trouve la pleine force de sa signification en s’imposant comme une ultime résistance, comme la plus radicale voix d’un retour à la vie. Déjà, dès 1920, André Suarès prophétisait dans L’Art du livre cette situation : « Il est possible que le livre soit le dernier refuge de l’homme libre. »

6Fort de ce point de vue, je suis toutefois loin encore de tenir une raison suffisante répondant à la question qui retient notre attention. Le travail, à mon sens le plus ardu pour un éditeur de poésie, est d’établir ses choix. Deux options peuvent prévaloir : l’une privilégiera la volonté de prendre en compte la diversité de l’expression poétique, l’autre s’appliquera à recueillir l’affirmation d’un courant ou de formes qui renouvellent la poésie, sans pour autant tomber dans l’esprit agressif des chapelles.

7En ce qui nous concerne, nous avons longtemps donné présence à ces deux choix, en tendant de plus en plus à nous en tenir au second en raison de la fidélité des poètes que nous éditons et qui nous invitent, par leurs œuvres, à définir moins une tendance qu’une certaine consistance de la qualité de l’expression poétique. L’énoncé, en préambule, de ces réponses, laisse déjà deviner que j’ai commencé, sans le dire, à formuler notre bonheur à éditer la poésie de François Migeot dans la mesure où elle comble ces attentes.

8Cependant, avant d’être plus explicite sur ce point, je voudrais m’attarder sur une difficulté majeure du choix de retenir un manuscrit, avec cette cruciale question : sur quelle certitude notre comité de lecture peut-il décréter qu’un texte s’affirme comme un langage authentiquement poétique ? Certains esprits éclairés souriront peut-être à l’aveu de ce doute en y donnant la réponse d’une évidence qui rend inutile une telle préoccupation. Il n’empêche qu’une telle évidence parfois brille d’éclats trompeurs ou masque de réelles qualités.

9L’expérience m’autorise à affirmer que c’est la première hypothèse qui est la plus égarante. Je me dispenserai, et vous le comprendrez bien, d’évoquer davantage mes regrets d’éditions, leur faible nombre n’efface pas pour autant le désagrément qu’il ne cesse de me procurer. Je m’en console par l’ignorance du sort heureux qu’auraient pu connaître les manuscrits refusés.

10Je ne saurais quitter cette information sur le traitement des manuscrits reçus sans vous en signaler le nombre impressionnant et la fréquence toujours régulière de leur arrivée, et cela malgré les annonces répétées de notre site qui invitent à bien prendre en compte les recommandations affichées dans l’énoncé de nos collections et malgré le rappel de nos capacités techniques de production qui ne peuvent dépasser douze à quatorze livres par an.

11Nous recevons, tout confondu – par internet et par courrier postal –, en moyenne deux manuscrits par semaine ! Vous n’imaginerez jamais jusqu’à quelle point la lecture des manuscrits examinés par un éditeur peut révéler l’ego hypertrophié d’individus qui se sont réveillés un matin en se découvrant poète, et cela avec une assurance qui n’a d’égal que leur inculture poétique. Les meilleurs chantent leur infortune amoureuse dans une pâle imitation des vers d’Alfred de Musset. Les pires sont ceux qui ont fait l’économie de la lecture en trouvant une assurance sans faille dans le déballage psychologique que célèbre la télé-réalité ambiante. Rassurez-vous : ces manuscrits-là ne nous prennent que le temps perdu de la réponse négative qu’appelle malgré tout un minimum de civilité. Ils finiront sans doute auto-édités, alourdissant les rayons saturés de la librairie et se vendant peut-être mieux, en vertu des réseaux locaux de voisinage, que ceux de la « vraie » poésie – si vous me permettez d’appliquer ce trop vague qualificatif à la poésie que nous prônons.

12 Mais ce tri opéré, les autres manuscrits restent assez nombreux pour nous plonger dans une indécision relative à des textes sophistiqués, alambiqués, empêtrés dans un « amphigouri » de culture théorique, ou pour tout dire, dans la floraison de cette pseudo-poésie, trop souvent symptomatique de la culture politiquement correcte, dite « intello », dominant certains espaces.

13C’est à ce niveau-là, précisément, que François Migeot trouve une pleine considération au sein de l’équipe de L’Atelier du Grand Tétras. Non pas parce que nous l’avons « emblématisé » comme notre « poète-maison » qui serait, en quelque sorte, notre modèle ou notre référent paradigmatique, mais, d’une façon plus immédiate parce que la densité de sa poésie manifeste tous les linéaments des exigences par lesquelles un texte devient réellement de la poésie.

14L’œuvre entière de François Migeot, avec une féconde cohérence toujours adaptée à la nature du texte qu’il développe, donne écho au souci majeur du poète qu’il est, en tournant et retournant la question de l’exigence poétique. Le temps et la forme de mon intervention ne me permettent pas d’approfondir les divers aspects qui caractérisent cette exigence poétique autrement que par quelques indications succinctes.

15Ma première remarque m’entraînera à considérer la primauté que François Migeot accorde au langage, avec cette conscience que l’homme ne touche authentiquement à l’humain qu’à travers le langage qui porte, justement avec la poésie, la magie de révéler ce qu’il a d’essentiel à dire.

  • 1 Roberto Juarroz, Fidélité à l’éclair, (traduction J. Ancet), Lettres Vives, 2011.

16Je retiendrai, pour mieux entrer dans le vif du sujet, une citation du poète Emerson, cité par Roberto Juarroz, parce qu’elle éclaire, à mon sens, parfaitement, la démarche de notre poète : « Chaque homme n’est rien que la moitié de lui-même. L’autre moitié, c’est son expression. »1

17Je ne peux, ici, m’empêcher de poursuivre avec le commentaire que donne, dans Fidélité à l’éclair, Roberto Juarroz à ce constat d’Emerson, tant il est lumineux :

La seule chose qui puisse compléter l’homme, c’est son expression. L’être humain est presque tout entier expression. Comprendre une fois pour toutes : ce qu’il y a de plus extrême dans cette qualité fondamentale, essentielle de l’homme, qui est de s’exprimer, c’est la poésie. La plus grande intensité et aussi la plus grande nécessité de l’expression. (Ibid.)

18La recherche de cette « expression » dans sa « plus grande intensité » et dans sa « plus grande nécessité » constitue le mobile de l’exigence poétique de François Migeot. Cette exigence ne le porte ni à s’abandonner aux satisfactions d’une suffisance doctorale, ni à se réfugier dans une majestueuse tour d’ivoire à l’écoute d’une langue sacralisée ; tout au contraire, elle le plonge dans la dure réalité où les hommes s’essayent obstinément à partager leur existence à la recherche d’une ouverture.

19 Ce besoin d’ouverture est l’horizon de sa création poétique, c’est ce dont témoigne l’ouverture du dernier des quatre grands poèmes de Chant des poussières (p. 55) :

Veilleur de jour
À l’ourlet de mon ombre
dans l’incertitude des frontières
là où je me perds de vue
où je marche si fragile dans mes mots
dans les fouilles d’une vie qui désespère d’un fond
dans le tambour du présent
où la peau de la face se détend
l’Étranger fait la ronde
somnambule sur le fil de la langue
à la marge des trottoirs
d’une rue
d’une rumeur
où la ville se recherche en tournant sur lui-même
un côté du profil éclairé par l’ailleurs
loin des lieux cloués aux planches des souvenirs
que la distance assemble
il pose ses valises lourdes de ciel mort
sous la lampe de mes yeux
pour voir clair et me demande ce que c’est qu’être un homme

20C’est dans l’épaisseur même de la réalité, dans l’attention flottante portée à l’énergie qu’elle recèle et qui défie tout l’être pour l’emporter vers l’indicible mystère de la vie, que s’effectue la magie poétique de François Migeot. Cette poétique où œuvre le regard ne désespère jamais de n’embrasser qu’une vie, fuyante, parce que, comme la mer, la vision est toujours à recommencer, et la tâche de la poésie est de s’accorder à cette condition pour lui donner présence.

La ville descend de toutes les fenêtres
c’est peut-être un adieu
c’est peut-être un appel

lit-on dans Clair-obscur (p. 51).

21Ainsi la tension poétique ne faiblit jamais comme le confirme le poète dans les derniers vers de Derrière les yeux (p. 62) :

Insomnie
C’est d’avoir si peu
vécu le dehors
qu’il revient
nous hanter

22 Il me paraît impossible de conclure sans aborder un dernier point de l’exigence poétique de notre auteur, et qui est celle qu’il accorde à la qualité du rythme que déploient ses textes. Une étude du rythme, essentiel en poésie, ne trouve pas sa place ici, mais je me contente de signaler la remarquable maîtrise avec laquelle il est utilisé par François Migeot. Il suffirait de l’entendre avec son épouse interpréter l’ample et magnifique poème « Mer » qui ouvre le Chant des poussières pour en prendre la mesure.

23Avec la conscience de l’insuffisance de mon analyse, liée aux limites de l’exercice qui m’est proposé, il est temps, je crois, de conclure en espérant que mes réflexions auront suscité un regain d’intérêt pour le travail de cet auteur qui nous est cher.

24Je terminerai sur un constat qui répondra clairement, j’espère, à la question initiale : par toutes les raisons que j’ai été amené à exposer, il est clair que pour l’éditeur que je suis, la présence de François Migeot nous a ouvert un chemin de poésie qui facilite nos choix éditoriaux et nous invite à les poursuivre dans le partage de ses exigences.

25Mon tout dernier mot aura une tonalité plus personnelle et elle évoquera un autre miracle de la poésie, quand celle-ci fonde une amitié qui se nourrit à travers la créativité qui désormais associe un poète et son éditeur, mais qui associe aussi ces derniers à l’illustratrice de L’Atelier du Grand Tétras, Marianne K. Leroux, et cela sous les lumières poétiques et le regard toujours enrichissants de Judith Alvarado-Migeot.

Bibliographie

Bibliographie

JUARROZ, R., 2011, (traduction J. Ancet), Fidélité à l’éclair, Lettres Vives.

SUARÈS, A., 2002, Tomes 1 et 2, Paris, Robert Laffont, « Bouquins ».

MIGEOT, F., 2010, Chant des poussières, Mont-de-Laval, L’Atelier du Grand Tétras.

MIGEOT, F., 2013, Clair-obscur, Mont-de-Laval, L’Atelier du Grand Tétras.

Notes

1 Roberto Juarroz, Fidélité à l’éclair, (traduction J. Ancet), Lettres Vives, 2011.

Auteur

Éditeur, écrivain.
Fondateur et animateur de la maison d’édition L’Atelier du Grand Tétras, Daniel K. Leroux a mis en place nombre de collections, dont une bilingue (Entre deux rives), où la promotion de la poésie contemporaine et de la littérature étrangère occupe un espace important (collection Glyphes et écriture). Une collection, Livre d’atelier, est par ailleurs consacrée à l’art contemporain. D.K. Leroux a fait le choix de vivre avec son épouse dans les Hautes Terres du Jura, où il a installé sa maison d’édition, terres qui sont source d’inspiration pour ses romans.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search