Version classiqueVersion mobile

Parcours dans le texte littéraire

 | 
Judith Alvarado-Migeot
, 
Andrée Chauvin-Vileno
, 
Agnès Marcelli-Ratte

Le texte comme espace de création

Toucher sensible

Yves-Jacques Bouin

Texte intégral

Entrer dans la danse

1La poésie, on doit la fréquenter pour l’apprécier dit en substance René Char. Je fréquente la poésie de François Migeot depuis la parution de Descente de voix, prix Ilarie Voronca en 1993. C’est ainsi qu’en moi s’est réalisée peu à peu cette « descente de voix », dont voici quelques échos. Entrons dans la danse avec le poème intitulé « Valse », l’un des quatre poèmes du recueil Chant des poussières (2010). Quelques extraits du premier ensemble qui le compose :

[…] et tu passes, / tu vires dans la lumière / dans l’ardoise grise des nuages, / pieds nus dans le paysage / les ombres attendent que tu les portes jusqu’à la nuit, / toi qui traverses le désert / chargé de musique et de voix, / le moment ne tient qu’à ton souffle / et soudain… vous êtes cette allumette… vous êtes ce temps qui remonte l’hiver… / Depuis longtemps / peut-être / vous approchiez… / nous / conjugués en un chant de poussière / nous nous sommes fait don de l’abîme… / J’ai marché / vers le fanal de vos yeux… / j’avance dans l’écume de vos jupes / et nous gagnons le large/ dans une rumeur d’étoffe

2Le lecteur est emporté par cette valse tourbillonnante à deux voix, mais à multiples personnes. Ainsi au cours des cinq brèves parties de ce poème d’amour fécond, le « tu » se tue en « vous », le « vous » se voue au « nous », le « nous » se noue à « toi et moi ». Le « je » et le « tu », personnes qui appartiennent aussi bien à l’une qu’à l’autre de ces deux voix amoureuses, ne sont autres qu’un « jeu tu » de personne à personne. Dans l’avant-dernière partie de ce poème, qui met en mots l’acte amoureux, « je » et « tu » disent : « Nous figurons une île », alors le lecteur se laisse emporter par cette salve tourbillonnante à deux voix, cette valse singulière, salve aux personnes multiples, il se laisse emporter vers cet « il » où le poète s’envole « à tire-d’elle ». La lecture de ce poème est une belle façon d’aller de « l’unique au multiple » dirait encore René Char.

Réflexion en contre-allée

3Le poème est voué à l’oralité.

4- « Je » écrit le poète :

5Lorsqu’un poème est lu à voix haute et qu’il est écrit à la première personne du singulier, l’acte même de la profération introduit le doute quant à l’appartenance de la personne. Si le poète se lit lui-même, le problème ne se pose pas. Mais s’il s’agit d’un autre lecteur qui dit « je », qui est ce « je » ? Le poète qui a écrit, le lecteur qui profère ? Le poète serait le propriétaire des mots, des mots tus, et le proférateur, celui de la parole.

6- « Tu » écrit le poète :

7Lorsque le poète écrit « tu », qui est « tu » ? Est-ce le poète qui se désigne lui-même ? Est-ce le poète qui interpelle un être proche ou qui interpelle l’Homme ? Est-ce le poète qui entre en relation directe avec son lecteur ? Qui occupe la place de « tu » ?

8Lorsque « tu » est prononcé devant un auditoire, à qui s’adresse « tu » ? On peut admettre que « tu » appartient en tout premier lieu au texte et à son auteur, première personne singulière. Le proférateur est la seconde personne singulière à qui appartient « tu ». L’auditoire est la troisième personne plurielle qui peut revendiquer être « tu ». Comme l’écriture épouse la feuille du scripteur, la parole épouse la voix du proférateur, le sens et le son épousent la compréhension sensible du récepteur, qu’il soit lecteur ou auditeur.

9- « Nous » écrie le poète :

10Ce « nous », est-ce un « on », une personne indéfinie, plurielle, une généralité incluant possiblement le lecteur et l’auditoire ? Ou bien ce « nous » embrasse-t-il uniquement la sphère intime du poète, qui écrit alors en confidence à son lecteur, lui révélant un secret ?

11Dans le livre Derrière les yeux (2012), de François Migeot, le « je » s’est totalement absenté ; le « nous » a pris sa place. Le « nous » absente le « je » en tant que mot mais non en tant que notion, il le fait resurgir en tant que personne : « nous » inclut « je ». Ainsi par le « nous » disparaît le poète seul et apparaît le poète accompagné.

À force d’aller seuls /les gestes nous oublient / et nos corps / entre leurs mailles peu / à peu disparaissent (Derrière les yeux).

12Dans le livre Clair-obscur (2013), seuls les deux derniers poèmes sont porteurs de « je » et de « moi », mais « je » et « moi » se présentent pour aussitôt semer le doute quant à l’identité, en posant les questions « Qui suis-je ? », « Où suis-je ? », et suggérant la disparition intermittente du « moi » qui « parais (t) disparais (t) dans les pas », dans les deux derniers poèmes de l’ensemble. Enfin « je » et « moi » endossent le masque et la fonction de Janus, au double visage. À nouveau disparition du « je », apparition d’une personne dédoublée, un « nous » peut-être. Oserait-on dire que « Je est un autre » ?

Qui suis-je dans l’embrasure des rues / Qui suis-je à l’envol des seuils ? / Moi qui deviens la marche / moi qui parais disparais dans les pas / Janus à front d’espoir mais dos de cendre (Clair-obscur).

13Et le poème suivant :

L’avenue descend / Où suis-je avenir ? / Ici dans les rues qui piétinent / dans le cœur battant des boutiques ? / […] // La ville descend de toutes ses fenêtres / c’est peut-être un adieu / c’est peut-être un appel (Clair-obscur).

Bibliographie

Bibliographie

MIGEOT, F., 1994, Descente de voix. Pour un tombeau de pierre (prix Ilarie Voronca 1993),
Remoulins sur Gardon, Éditions Jacques Brémond.

MIGEOT, F., 2010, Chant des poussières, Mont-de-Laval, L’Atelier du Grand Tétras.

MIGEOT, F., 2012, Derrière les yeux, Mont-de-Laval, L’Atelier du Grand Tétras.

MIGEOT, F., 2013, Clair-obscur, Mont-de-Laval, L’Atelier du Grand Tétras.

Auteur

Poète, comédien.
Après avoir passé 27 ans à Paris, comédien, Yves-Jacques Bouin consacre une grande partie de son art aux lectures et à la création de spectacles poétiques. Il a participé en 1995 à la création de la revue Courant d’Ombres.
Formateur en expression orale et atelier d’écriture à l’Université de Dijon/CNFPT/ École de Beaux Arts de Beaune, il met en voix et en scène les poètes contemporains. Il oganise des manifestations poétiques à Dijon et Paris... Il a dirigé le festival La Voix des mots et Temps de parole à Dijon. Il écrit des chroniques pour la revue de poésie Décharge. Il dirige les éditions de poésie p. i.sage intérieur où il a également publié. Il est invité en France et à l’étranger à divers festivals de poésie : Vienne, Cracovie, Edenkoben, Caracas, Budapest, Novi Sad.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search